Navigation – Plan du site
L’essor de la rhétorique humaniste : réseaux, modèles et vecteurs / La nascita della retorica umanistica : reti, modelli e vettori / The Rise of Humanist Rhetoric : Networks, Models and Vectors

Introduction

Fulvio Delle Donne et Clémence Revest

Texte intégral

1Le présent dossier est issu de la rencontre internationale qui s’est tenue à Rome les 7 et 8 mars 2014 au sein de l’École française de Rome et de l’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, avec l’appui du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, de l’Università degli Studi della Basilicata (Dipartimento di scienze umane) et de l’Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano (Dipartimento di studi medioevali, umanistici e rinascimentali), dans le cadre du programme collectif de recherches « L’écriture latine en réseaux. Enquête sur les conditions socio-stylistiques d’expansion des courants d’écriture latine (Italie-Europe, Ve-XVe siècle) » coordonné par Fulvio Delle Donne, Monique Goullet, Benoît Grévin et Clémence Revest. Il s’inscrit ainsi au sein d’un projet au long cours fondé sur le dialogue entre philologie, étude rhétorique et histoire sociale des intellectuels, qui vise à mieux dégager les modalités d’évolution et de renouvellement des pratiques savantes d’écriture latine, de l’Antiquité tardive à l’orée de la Renaissance. Comment naissent, se codifient et s’imposent les canons stylistiques dominants, au-delà des singularités individuelles ? Face à cette question d’ensemble, un outil de compréhension a été proposé à titre d’expérimentation : l’expression de « réseaux socio-stylistiques », qui vise à articuler la reconstitution des milieux lettrés à l’analyse de la diffusion de certaines normes rhétoriques, perçues comme des marques d’appartenance. Il s’agit aussi, en quelque sorte, de faire le lien entre une micro-histoire des acteurs culturels (sous-tendue par des enjeux politiques ou institutionnels significatifs) et une macro-histoire des courants d’écriture, rythmée par les noms des principaux modèles et de quelques auteurs emblématiques.

2L’essor de la rhétorique humaniste, ou plutôt des rhétoriques humanistes, à partir de la fin du XIVe siècle nous a semblé être un terrain d’étude particulièrement propice à un tel questionnement, ce que confirment les contributions ici rassemblées. La « restauration » d’une langue idéale constitue un thème central – identitaire pourrait-on dire – pour l’humanisme, dès ses origines. Nul n’est besoin de s’étendre longuement sur ce fait bien connu : le réveil de l’Antiquité, si souvent évoqué et célébré, est dans l’esprit de ses chantres d’abord celui d’une latinitas corrompue, oubliée, progressivement ramenée à son état originel et parfait. Ce rapport idéologisé et essentiel à l’histoire de la littérature latine fait de l’imitation un problème majeur et donne lieu à maints débats ainsi qu’à une intense production prescriptive au cours du XVe siècle, dont les Elegantiae linguae latinae de Lorenzo Valla sont l’un des monuments. À cette dimension théorique fondamentale correspond le développement des modèles stylistiques dits « classicisants » (parmi lesquels s’impose le cicéronianisme), qui conjuguent en réalité des influences antiques, tardomédiévales et vernaculaires. Dans le cas présent on a voulu, en interrogeant l’essor d’une rhétorique latine humaniste au prisme des réseaux socio-stylistiques, nourrir une historiographie traditionnellement axée sur une analyse linguistique, doctrinale ou esthétique par une réflexion plus attentive aux conditions de production, de réception et de circulation de pratiques d’écriture qui, dans le siècle qui suit la mort de Pétrarque, se diffusent largement en Italie puis en Europe et signalent la marche conquérante de la culture des studia humanitatis. Une telle perspective ouvre la voie, plutôt qu’à une histoire des grands écrivains et des grandes œuvres, à une étude polycentrique de l’irradiation d’un style latin, à travers ses réseaux, ses dynamiques et ses enjeux immédiats. L’existence de différents pôles de création ou de réappropriation collective des modèles, liés à des moments et à des cadres institutionnels spécifiques (chancelleries, cours, universités etc.), le poids de la compétence rhétorique classicisante au sein de la compétition sociale entre lettrés et dans la recherche du prestige politique, le rôle de relais joué par des personnalités ou des canaux en apparence périphériques, le conformisme délibéré (ou à l’inverse l’originalité) d’un auteur vis-à-vis des canons en cours d’élaboration, sont autant de pistes à explorer pour rendre compte de la formidable capillarité d’une manière distinctive de composer, en même temps que de ses variations au cours de son expansion comme forme dominante.

3Les articles qui suivent apportent une succession d’éclairages que nous avons voulu aussi complémentaires que possible, tant du point de vue de leur approche méthodologique que de leur contenu thématique et chronologique. L’accent est mis dans un premier temps sur la constitution et les usages de modèles rhétoriques nouveaux en Italie septentrionale (particulièrement en Lombardie et en Vénétie) à partir des années 1380. L’épistolographie à la cour de Gian Galeazzo Visconti, encore dominée par l’empreinte de Pétrarque, fait l’objet de deux études approfondies qui donnent lieu à des éditions de sources. La fortune du style oratoire « cicéronien » promu par le maître Gasparino Barzizza dans les premières décennies du Quattrocento, notamment au sein des institutions universitaires et scolaires, est également examiné. Certains axes de recherche émergent dès lors, tels que le rôle des miscellanées, vecteurs majeurs de diffusion et d’homogénéisation stylistique, et les formes de réemploi des sources. Les contributions suivantes approfondissent ces questions en empruntant des voies concomitantes, pour le deuxième tiers du XVe siècle : la circulation des modèles au sein des canaux académiques allemands, l’exportation des œuvres italiennes dans l’entourage royal anglais, la diffusion des pratiques rhétoriques en contexte monastique, en particulier dans les réseaux arétins, sont ainsi interrogés à l’aide d’exemples précis. Enfin, les regards se tournent vers une figure centrale de la « méridionalisation » et de l’orientation « monarchique » de l’humanisme dans la Naples aragonaise à partir du milieu du Quattrocento, Bartolomeo Facio. Les méthodes et les enjeux de la composition de deux traités relativement mineurs sont scrutés avec attention et, par ce biais, l’étude des choix opérés par l’auteur fait ressortir à la fois les tensions et les apports nés d’une acclimatation idéologique féconde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fulvio Delle Donne et Clémence Revest, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 28 janvier 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2994 ; DOI : 10.4000/mefrm.2994

Haut de page

Auteurs

Fulvio Delle Donne

Università della Basilicata - fulvio.delledonne@unibas.it

Clémence Revest

CNRS-Centre Roland Mousnier - clemencerevest@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org