Navigation – Plan du site
L’essor de la rhétorique humaniste : réseaux, modèles et vecteurs / La nascita della retorica umanistica : reti, modelli e vettori / The Rise of Humanist Rhetoric : Networks, Models and Vectors

Pour une histoire des miscellanées humanistes dans les ordres religieux. À propos de la circulation de quelques œuvres de Girolamo Aliotti au XVe siècle

Cécile Caby

Résumés

À partir de l’analyse précise des modalités de circulation des œuvres, et en particulier de la production épistolaire, de Girolamo Aliotti (1412-1480), moine puis abbé bénédictin de Santa Fiora d’Arezzo, il s’agit de s’interroger sur les modalités et les vecteurs de la diffusion des pratiques humanistes hors des limites de son premier développement, notamment en direction des milieux réguliers, ainsi que sur le rôle spécifique des miscellanées dans ce processus. Au gré de cette enquête, on a pu souligner l’importance de certains certains réseaux lettrés, parfois périphériques, mais non moins essentiels à l’affirmation humaniste, au sein desquels Aliotti ou certaines de ses compositions jouirent d’un intérêt manifeste : étudiants du nord de l’Europe, petits réseaux polarisés par les petits centres urbains et animés par des notaires, des maîtres d’école mais aussi des clercs séculiers et réguliers, qui circulent aussi bien dans les petites villes du vaste contado florentin que vers les pôles du savoir et du pouvoir, à la recherche d’une position en mesure de garantir leur survie en tant que lettrés.

Haut de page

Texte intégral

Enjeux et propositions pour une histoire des miscellanées humanistes dans les ordres religieux

  • 1 Sur la définition des miscellanées humanistes, je renvoie pour faire bref à deux bilans qui se rép (...)

1Cette contribution, encore très largement programmatique, naît de la rencontre de deux exigences qui méritent d’être d’emblée explicitées : d’une part la nécessité très contingente d’identifier les modalités de circulation des œuvres, et en particulier de la production épistolaire, de Girolamo Aliotti (1412-1480) ; d’autre part, le questionnement sur les modalités et les vecteurs de la diffusion des pratiques humanistes hors des limites de son premier développement, notamment en direction des milieux réguliers, et le rôle spécifique des miscellanées dans ce processus1.

  • 2 C’est l’objet du premier chapitre de mon mémoire original pour l’Habilitation à diriger des recher (...)
  • 3 J’ai traité cet aspect dans le deuxième chapitre du mémoire cité à la note précédente (Caby 2013)  (...)

2Moine puis abbé de l’abbaye des saintes Fiora et Lucilla d’Arezzo, Girolamo Aliotti mit un soin constant à l’écriture d’une œuvre non seulement abondante mais stylistiquement et génériquement conforme aux choix et aux goûts promus par les lettrés humanistes2. Au sein de cette œuvre composée de plusieurs dialogues, de nombreux discours de type épidictique et de compositions poétiques de circonstance, la production épistolaire se distingue par sa masse exceptionnelle. Or, non seulement Aliotti pratiqua l’art de la lettre dans le respect des nouveaux canons de la lettre humaniste, mais il se soucia également de rassembler ses lettres en un recueil épistolaire d’auteur dont la composition constitue – en elle-même et en raison des détails qu’il en livra dans ses lettres3 – une authentique profession de foi humaniste. Comme pour la plupart des lettrés auxquels Aliotti aspirait à être assimilé, le recueil canonique, qu’il s’efforça de composer à partir des années 1470 et dont on conserve dans le manuscrit 400 de la bibliothèque Città di Arezzo un exemplaire sinon autographe, du moins transcrit par un copiste sous le contrôle de l’auteur, n’interdit pas la circulation non officielle de lettres extravagantes dans d’autres contextes et selon d’autres logiques. D’une part, parce que Girolamo Aliotti ne composa pas une, mais plusieurs collections épistolaires, qui évoluèrent en fonction du temps et des éventuels dédicataires auprès desquels faire valoir ce potentiel cadeau, gage d’une amitié de longue date qu’il fallait raviver en vue de l’obtention de quelque faveur. D’autre part, parce que certaines de ses lettres et de ses œuvres connurent une circulation, voire une notoriété, indépendante de leur insertion dans le recueil épistolaire ou dans les volumes qu’Aliotti contrôla de près. Or, c’est précisément le cas des lettres ou des œuvres – en particulier quelques discours – qui furent copiés dans l’un des plus puissants vecteurs de la notoriété humaniste que sont les anthologies et autres miscellanées humanistes.

  • 4 On partira de la notice de Casnati 1988 et de Mattesini 1960 ; à mettre à jour grâce aux travaux d (...)
  • 5 Pratesi 1954-1955 ; Pratesi 1956 ; Zaccaria 2010.
  • 6 Orlandi 1952 ; Marchetti 1977 ; Pomaro 1980 et Pomaro 1982 ; I manoscritti datati Firenze 2002, n° (...)
  • 7 Cart., mm. 210x145, II+164+II’ ; pour la datation, voir Florence, BML Plut. 89 sup. 27, f. 67r-69r (...)
  • 8 C’est ce qui ressort de la note du folio 136v (Liber mei Luce Antonii de Sancto Geminiano 53) et d (...)
  • 9 On doit à Gianfrancesco Fioravanti d’avoir remarqué ce manuscrit dans le cadre de ses travaux sur (...)
  • 10  Kristeller 1974.
  • 11 Voir par exemple les articles extrêmement suggestifs de Ronconi 1983, qui cite d’ailleurs le manus (...)
  • 12 J’ai avancé quelques propositions en ce sens, notamment à propos de la lettre et de la forme épidi (...)

3Sans être à proprement parler emblématique d’un milieu, le cas d’Aliotti n’en est pas pour autant isolé et l’analyse de la circulation de certaines de ses œuvres dans des miscellanées humanistes et, plus encore, de l’usage qu’il fit pour lui-même des mélanges n’est à mes yeux qu’un premier pas en direction d’une étude plus diffuse de cette pratique, de la part d’autres réguliers ayant fait usage de ce vecteur de la progression culturelle humaniste : Tedaldo della Casa (vers 1330-vers 1409) et ses très fameuses anthologies, fruit de ses pérégrinations institutionnelles et de ses relations culturelles4, ou encore un autre frère mineur florentin Francesco Micheli del Padovano (1396/7-vers 1480)5, le dominicain de Santa Maria Novella Giovanni Caroli (1428-1503)6, et bien d’autres encore, parfois anonymes comme le frère du couvent dominicain de Sienne qui composa vraisemblablement l’anthologie du manuscrit Florence, BML Plut. 89 sup. 27, dans le dernier tiers du XVe siècle7. Ce manuscrit – ensuite acquis par le ludimagister Luca di Antonio de San Gimignano qui le compléta dans les espaces laissés vierges 8 – met en effet côte à côte d’une part des orationes fortement marquées de l’empreinte épidictique, que le maître, artisan et possesseur de l’anthologie, composa sans doute – pour lui-même ou pour d’autres – pour des récurrences liturgiques, pour des actes académiques du Studium, ou pour des cérémonies en présence de personnages de l’ordre (notamment le chapitre général de l’ordre), et d’autre part des compositions épistolaires et oratoires caractéristiques des miscellanées humanistes, qui lui servirent sans doute de lectures et de modèles rhétoriques9. En ce sens l’enquête présentée ici s’articule à un projet beaucoup plus ambitieux sur les conditions et les modalités de pénétration, ainsi que les modes d’appropriation de certaines formes discursives et de certaines pratiques intellectuelles humanistes dans les ordres religieux au cours du XVe siècle, enquête en quelque sorte inaugurée il y a plus de quarante ans par P. O. Kristeller10, mais qui, en dépit de contributions isolées11, mérite encore non seulement d’être élargie, mais aussi reformulée12.

Quelques miscellanées de, ou pour, Aliotti ou leurs traces

  • 13 Arezzo, ACA, Scarmagli, Synopsis, p. 974.
  • 14 Pour le manuscrit de la British Library, cf. Catalogue of additions 1887, vol. 2, p. 325-326 (déso (...)
  • 15 Je cite les deux notes d’après Catalogue of additions 1887, vol. 2, p. 325-326, vérifié par un éch (...)
  • 16 J’ai repéré une autre attestation de cette note dans le manuscrit Cité du Vatican, BAV, Chigi B IV (...)
  • 17 Sur le contenu du manuscrit d’Arezzo voir Catalogo di manoscritti filosofici 2000, p. 80 ; Cardini (...)

4Du très riche épistolaire de Girolamo Aliotti ressort l’image d’un moine, puis d’un abbé, très investi dans la lecture des œuvres de son temps et, en général, des auteurs antiques et contemporains autour desquels se déployait le débat culturel de son temps (à savoir des années 1430 aux années 1480). Dans certains cas, Aliotti affirme avoir copié, ou s’apprêter à copier, certaines des œuvres à propos desquelles il écrit, pour soi-même ou pour quelque protecteur influent (en particulier Francesco Coppini). De cette activité de copiste, qui semble avoir trouvé en Bruni l’un de ses auteurs préférés, le bénédictin Scarmagli – qui édita, à la fin du XVIIIe siècle, les œuvres de son lointain prédécesseur à la tête de l’abbaye des saintes Fiora e Lucilla – rend compte en des termes extrêmement ambigus dans un carnet de notes conservé sous forme manuscrite aux archives capitulaires d’Arezzo13. Il dresse notamment une longue liste des œuvres que Girolamo Aliotti aurait copiées in infrascripto codice manuscripto. L’interprétation de cette étrange liste – bien trop longue pour pouvoir figurer dans un unique volume – est trop délicate pour être réglée ici, mais on peut au moins relever comment un groupe d’œuvres citées dans cette liste – l’Abrégé des hauts faits du peuple romain de Rufius Sextus, la traduction du De invidia de Basile de Césarée par Niccolò Perotti, la lettre Sen. XIII 3 de Pétrarque et divers textes ou traductions de Leonardo Bruni – se trouve également et pratiquement dans le même ordre dans au moins deux manuscrits actuellement conservés. Le premier est un manuscrit désormais à Londres (British Library, Add. MS 27491)14, qui appartint certainement à Aliotti comme en témoignent deux notes de possesseurs15, dont la seconde est caractéristique des usages de bibliothéconomie de la congrégation de Sainte-Justine de Padoue16. Ce manuscrit conserve bout à bout la traduction du De invidia de Basile par Niccolò Perotti, l’Abrégé des hauts faits du peuple Romain de Rufius Festus, une lettre de cura familiari attribué à tort à Bernard, diverses œuvres ou traductions de Bruni et une lettre de Pétrarque (Sen. XIII. 3). On y reconnaîtrait volontiers une de ces anthologies personnelles composées par un lecteur pour son propre usage ; mais il est plus délicat d’expliquer sa ressemblance presque parfaite avec un autre manuscrit actuellement conservé à Arezzo (Biblioteca Città di Arezzo, MS 459) 17, et qui ne se distingue du premier que par l’absence de l’opuscule du pseudo-Bernard, l’ajout in fine de l’oratio in obitu patris de Battista Guarino et, surtout, la copie en ouverture du volume du dialogue de Optimo genere vite de Girolamo Aliotti précédé d’une dédicace en vers au pape Pie II. Contrairement au manuscrit londonien, rien dans ce cas ne permet de dire avec certitude qu’il appartint à Girolamo Aliotti, même si la présence de son œuvre de jeunesse en tête du manuscrit et la provenance de Santa Fiora ne laissent guère subsister de doute. Pourquoi, toutefois, avoir copié ou fait copier deux fois, pratiquement à l’identique, la même séquence de textes, ce qui contraste avec le caractère extrêmement personnel et privé de ce type d’anthologies ? Le cas de figure n’est certes pas unique mais, s’il est courant de repérer dans les miscellanées, qui plus est produites dans des milieux proches, des séquences textuelles récurrentes – comme le montre Clémence Revest dans ce dossier à propos des discours de Gasparino Barzizza – il est extrêmement rare qu’elles s’étendent à l’ensemble des pièces, sauf une, comme ici.

  • 18 Description dans I Manoscritti medievali Pistoia 1998, n° 279, p. 130 sans identification de l’œuv (...)

5On peut rapprocher le manuscrit arétin BCA 459 d’une autre anthologie actuellement conservée à Pescia (Biblioteca Capitolare, MS XXII.VI.11.11) dans laquelle sont copiées successivement et d’une seule main diverses œuvres de Leonardo Bruni (une version vulgaire du De primo bello punico, les Vies de Dante et de Pétrarque et deux canzoni), l’opuscule de compilation prophétique rédigé par Girolamo Aliotti sous le titre De futuro statu Ecclesiae précédé d’une lettre à Battista Catenacci qui devait lui servir d’introduction, une assez rare Descriptio Florentine civitatis de Donato Accolti d’Arezzo (inc. Fluentia Firenze hora si noma) et quelques notes de caractère prophétique18. Aucune note de possesseur ne permet de rapprocher avec certitude ce manuscrit de l’abbaye Santa Fiora. Le blason qui figurait sans doute dans la marge inférieure du premier folio a été arraché avec le reste des marges inférieures des deux premiers folios et il n’en demeure que quelques bribes de décors floraux. Reste que la présence en son sein d’une œuvre – au demeurant rarissime – de Girolamo Aliotti est un élément à verser en faveur de l’hypothèse d’un manuscrit ayant appartenu soit à l’abbé arétin, soit plutôt au membre d’un réseau lettré qui connaissait et appréciait l’abbé arétin : pourquoi pas le réseau pescian que l’on peut repérer dans le manuscrit actuellement conservé à Florence, BML, Plut. 90 sup. 36?

  • 19 Bandini 1774-1778, vol. II, col. 516-531 et la bibliographie citée sur le site : http://opac.bml.f (...)
  • 20 Cf. Zippel 1958, qui cite plusieurs manuscrits de miscellanées humanistes dans lesquelles la lettr (...)
  • 21 Par exemple, Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 111v : ad amussim id est « ad plenum ad unguem ». (...)
  • 22 Les lettres d’Aliotti, ou à Aliotti, se trouvent aux folios 84r-124r ; cf. Caby 2013, chap. 2.
  • 23 Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 127r (inc. Peculiaris in omnibus humanitas). De fait la lettre (...)
  • 24 Sur Pietro Pacini, on partira désormais de Casetti Brach 2014, très informée sur son activité d’éd (...)
  • 25 Sur la copie des lettres de Bruni, voir Censimento Bruni, I, 1993, p. xv et 91-92 ; outre notre ma (...)

6Ce manuscrit, souvent cité dans la bibliographie pour telle ou telle pièce, reste pourtant largement inconnu19. Il s’agit d’une collection de 121 pièces humanistes, principalement des lettres choisies comme modèles rhétoriques, mais également, et sans surprise, quelques discours, un art de ponctuer (fol. 55rv), une critique de la curie due à Pierre de Ceffons et intitulée ici Epistola Luciferi vel Letifer de Simonia (fol. 37v-40v), dont on soulignera qu’elle est transmise dans une réécriture au parfum humaniste proche de celle qui, à en croire les extraits qu’en fournit G. Zippel, est transmise dans le manuscrit vénitien Marc. Lat. XI 80 (3057)20. Outre son contenu, le manuscrit est tout à fait emblématique du genre des miscellanées par ses caractéristiques formelles modestes qui renvoient à un manuscrit de travail, plus que d’apparat, ainsi que par les abondantes annotations marginales concernant la typologie épistolaire (commendatitia, consolatoria etc.) mais aussi des rappels à l’attention du lecteur (notare) et même quelques commentaires lexicaux21. Dans cette anthologie, les lettres d’Aliotti (identifié comme Hieronymus abbas en bas du fol. 83v) constituent un bloc important de 64 lettres : un nombre qui distingue nettement la circulation des lettres d’Aliotti dans ce manuscrit d’une circulation sous forme de lettres isolées. Une première analyse de la sélection des lettres permet de souligner un choix qui favorise des correspondants ‘florentins’ ou connus dans le milieu florentin, tels Leonardo Dati, Francesco Coppini mais aussi Francesco da Castiglione et le prêtre Francesco de Florence, à savoir les destinataires des lettres des livres 2 et 3 du principal témoin de la collection épistolaire composée par Aliotti à partir des années 1470, le manuscrit arétin BCA, MS 40022. Par ailleurs, le compilateur semble avoir une connaissance assez intime du style d’Aliotti : en regard d’une brève lettre ad L. Dathum episcopum Massanum, une note marginale déclare : Barbara est epistola nihil Latinum redolens et qui Ieronimum huius epistole facit auctorem sine dubitatione mentitur. Peccat etiam circa latinitatem ut docto cuique constat 23. Or, au folio 1r, figure un blason (d’azur au chef d’or chargé d'un oiseau de sable becqué de gueules) qui peut être identifié comme celui de l’éditeur-typographe Pietro Pacini de Pescia, qui en réutilise les principaux éléments dans sa marque typographique24. Ce dernier – dont on peut sans doute reconnaître la main d’un bout à l’autre du manuscrit – avait suivi les cours de Martino Filetico à Rome (1470) et avait copié en mai 1471 à Arezzo les neufs livres de la correspondance de Leonardo Bruni (actuellement Berlin, Staatsbibliothek Preussischer Kulturbesits, Lat. qu. 429)25. On peut donc faire l’hypothèse qu’à cette occasion, ou plus tard à Florence, Pietro Pacini ait également copié les lettres de Girolamo Aliotti qu’il eut sans doute l’occasion de connaître et dont il partageait les amitiés florentines. Il les aurait ensuite insérées dans un volume, caractéristique du type des miscellanées humanistes, composé par ses soins.

  • 26 Le manuscrit est cité par G. Mercati, Traversariana, dans Mercati 1939, vol. I, p. 51, n. 2.
  • 27 Il s’agit de la fameuse lettre adressée le 5 août 1470 par le cardinal Bessarion à l’abbé Bessario (...)
  • 28 Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 52rv : la lettre à un disciple siennois est éditée dans De Feo (...)
  • 29 Kibre 1979, en part. 288-291.
  • 30 Sur le manuscrit, Morpurgo 1893, p. 261 ; Censimento Bruni, II, p. 103-104 ; I manoscritti datati (...)

7Un examen attentif des autres lettres copiées dans le manuscrit permet de compléter cette hypothèse et de donner corps au réseau intellectuel et social au sein duquel s’inscrivent ce recueil et son auteur. Certaines émanent de lettrés bien connus et bénéficient à ce titre d’une circulation telle que leur présence dans ce recueil n’a rien de surprenant : Ambrogio Traversari26, Poggio Bracciolini, Cencio de’ Rustici, le cardinal Bessarion27, Francesco Filelfo28, Guarino de Vérone et un corpus de lettres fictives attribuées à Hippocrate et traduites en latin par Rinuccio d’Arezzo29. D’autres, également fréquemment copiées, sont des modèles issus de chancelleries publiques (en particulier celles de Florence ou du duc de Milan) et concernent les relations diplomatiques italiennes, notamment avec le royaume de Naples d’Alphonse d’Aragon ou à propos de la chute de Négrepont. On relèvera un petit groupe de lettres publiques de Carlo Marsuppini, en partie également présentes – avec d’autres lettres et discours de Leonardo Bruni, Poggio Bracciolini, Giannozzo Manetti, Rinuccio Aretino etc. – dans le manuscrit Riccardiano 1200 (fol. 179r-181r) copié par Angelo di Gaspare Marchi de Volterra30.

  • 31 Cattana 1978 ; Hankins 2003b, p. 453 qui cite un autre manuscrit transmettant le texte.
  • 32 Cf. Bausi, 1998.
  • 33 La lettre à Paul II rédigée par Aliotti nomine capituli Aretini est conservée dans Arezzo, BCA, MS (...)
  • 34 Salvini 1782, n° 347, p. 41 ; Piccolomini 1997, p. 409-413 : lettre à Antonio Agli le 15 février 1 (...)
  • 35 Voir les lettres Arezzo, BCA 400, f. 66v-67r ; éd. Scarmagli 1769, vol. 1, p. 450-452 citée dans V (...)

8Il faut enfin s’arrêter sur un groupe de lettres beaucoup plus rares et donc plus aptes à contribuer à préciser le milieu de copie de ce recueil : elles émanent toutes de correspondants toscans, en particulier pescians. On trouve tout d’abord une lettre à Cosimo dei Medici rédigée par Andrea Contrario pour le compte, et en faveur, des moines olivétains de San Bartolomeo de Florence et qui eut une petite circulation31. Suit une lettre de Domenico Galletti de Monte Savino à un inconnu, qu’il prie en conclusion de saluer un ami commun, le chanoine Niccolò Corbizzo. Ami d’enfance de Marsile Ficin, formé à Florence, Galletti fit une belle carrière curiale, soutenu – trop chichement à son goût – par un canonicat arétin à propos duquel Aliotti eut à intervenir auprès du pape, au nom des chanoines d’Arezzo (1469) 32. D’un bref billet que lui adresse Aliotti, pour lui recommander en 1472 un parent en quête de fortune, on apprend qu’il partage son amitié avec (l’alors défunt) Leonardo Dati que Galletti connut sans doute au titre de la fonction de scriptor brevium qu’il occupa sous Paul II puis sous Sixte IV et qui le plaçait sous le contrôle direct du secretarius domesticus Dati33. Quant à Niccolò Corbizzi34, chanoine de la cathédrale florentine à partir de 1438, il appartient au groupe de chanoines florentins avec lequel Aliotti partage beaucoup de choix intellectuels et sur lequel il s’appuie à Florence, voire en direction de la curie35 – le même milieu que celui des destinataires des lettres d’Aliotti sélectionnées dans le codex BML, Plut. 90 sup. 36.

  • 36 Frenz 1978, en part. 303 n. 9. Resterait à déterminer si ce personnage est le même que l’auteur du (...)
  • 37 Verde 1987, en part. 46 « Inventario venuto da Roma da ser Bartolomeo da Pescia fratello di messer (...)
  • 38 Cela explique peut-être la présence aux folios 72v-74v de quatre lettres de, ou à, l’archevêque de (...)
  • 39 Voir aussi le fragment de lettre du f. 75r intitulé Residuum cuiusdam sue epistole per me (le copi (...)
  • 40 Gualdo 2005 : Pietro da Noceto connut le faîte de sa carrière sous Nicolas ; il quitte brutaleme (...)
  • 41 Sur le maître Taddeo, voir Battistini 1929 ; Black 2007, I, p. 390-391 et 420. Voir aussi infra no (...)
  • 42 Selon Passerini 1858, p. 50-51, Matteo di Giovanni Corsini fut vicaire de Pescia et du Val di Niev (...)

9Les lettres qui suivent dans ce recueil nous emmènent à Pescia. On trouve d’abord trois lettres adressées au très probable copiste du manuscrit, Pietro Pacini : l’une par le notaire Giovanni di ser Gerardo da Pescia expédiée de Florence en 1471 (fol. 60r-61r) et deux autres non datées par Bartolomeo Galeotto de Pescia (fol. 61r-62r et 62rv). Toutes mettent en évidence un dense réseau d’échanges lettrés et d’amitié, centré sur la petite ville toscane, sa puissante voisine, mais aussi Sienne et la curie, comme le souligne la lettre suivante (fol. 62v-63r) adressée par le cubiculaire Nardo Palmieri à Girolamo Pacini – peut-être un parent de Pietro, et le D. Hieronymum salué dans la seconde lettre de Bartolomeo Galeotto. S’ouvre ensuite un nouveau groupe de sept lettres adressées à divers correspondants par un certain Antonio Betti de Pescia, sans doute le curialiste attesté comme abbreviator de Calixte III36 et qui meurt à Rome le 19 décembre 1469 comme l’atteste un inventaire après décès37. Au frère Niccolò de Vercelli, qui réside sans doute à Capoue et qu’Antonio affirme aimer parce qu’il ne déteste, ni ne rejette les studia humanitatis, contrairement aux autres religieux qui, de ce fait, méritent tous d’être considérés comme inutiles (Diligo igitur te merito quod non ut cæteri religiosi studia humanitatis vel abhorres vel reiicis, ex quibus qui ita faciunt non omnino mihi non ignavi esse videntur), Antonio de Pescia propose une défense de la lecture des poètes, des rhéteurs, des historiens (fol. 63r-65r). Avec Filippo de Bonagratiis également de Pescia, destinataire de deux lettres (65r-66r ; 70v-71r), il échange des informations sur les ambassadeurs du roi de Naples à Rome et sur ceux de Florence envoyés à Capoue auprès du roi, qui est toujours absent car occupé à la chasse. Antonio se trouve alors lui-même à Capoue – d’où il écrit cette lettre, ainsi qu’une autre à Luca da Pescia, fol. 68v-70v –, vraisemblablement au service d’un prélat38. Mais il s’efforce alors de gagner Rome et la curie – les lettres seraient donc antérieures à 1455, date à laquelle il apparaît comme abréviateur, ce que les autres éléments internes de datation confirment39 – comme il s’en ouvre à certains de ses correspondants, notamment le secrétaire apostolique d’origine toscane Pietro da Noceto (fol. 66v-67r)40, Leonardo Salutati de Pescia qu’il félicite pour sa promotion à l’épiscopat de Fiesole (1450-1461) et auquel il propose ses services à Rome (68rv), mais aussi son maître Taddeo destinataire de trois lettres (67v-68r, 70v-71r, 71r-72r) 41, auquel il se plaint – de façon assez banale – de la concurrence de barbares sans la moindre éducation, venus de la Germanie la plus obscure (Multos enim ex ultimis Germaniæ regionibus prefectos sine litteris, sine industria, denique sine ullis bonis moribus, brevi tempore elatos videmus). Pescia, ses habitants, son statut et son honneur sont au cœur des échanges avec tous les correspondants qui en proviennent et qui y ont partagé avec Antonio Betti les années d’enfance et d’apprentissage, ou avec ceux auxquels le destin de la ville est confié comme le Florentin Matteo Corsini, félicité pour avoir obtenu le vicariat de Pescia (72rv)42.

  • 43 Pontone 2011.
  • 44 Sur le manuscrit provenant de la Badia florentine (cf. f. 1 Est Abbatiae Flor. 5. n° 15), voir Mer (...)
  • 45 Florence, BML, Strozzi 104, f. 105r : Alie quamplures prefati et sancti viri / fratris Ambrosii ep (...)
  • 46 Cf. Caby 2014d.

10Cette rapide, et très provisoire, description suffira à convaincre de l’urgence qu’il y a à poursuivre l’étude approfondie de ce manuscrit. Dans l’immédiat, je me contenterai pour ma part de revenir au type de circulation garantie aux lettres d’Aliotti qui y sont copiées – une circulation sous forme d’un groupe massif d’une soixantaine de lettres –, pour souligner que, sans être exceptionnel, il mérite une attention particulière. On peut en rapprocher, pour ce qui est de la tradition des lettres d’Ambrogio Traversari – le maître parfois contesté mais toujours imité de Girolamo Aliotti –, le cas du manuscrit Trivulziano 1626 récemment étudié par M. Pontone43 ou celui du manuscrit florentin Biblioteca Medicea Laurenziana, Strozzi 104, qui conserve dans une écriture cancelleresca marquée d’influences humanistiques un matériau caractéristique des miscellanées humanistes : un premier ensemble compact (fol. 1r-41v) consacré à la production de Leonardo Bruni (douze lettres et quelques dédicaces et textes de ses traductions en latin) est suivi d’un autre sous-ensemble de 77 lettres d’Ambrogio Traversari (fol. 42r-105r), lui-même suivi d’autres lettres humanistes (Poggio Bracciolini, Barzizza), de la traduction du Charon de Lucien par Aurispa (116r-118v) et d’un échange entre Florence et Alphonse d’Aragon, juin 1452 (fol. 119r-122v)44. Le possesseur et le lettré qui assembla avec soin cette anthologie est un certain Benedictus Biffolus thabellio Florentinus, sans doute le notaire et poète florentin Benedetto Biffoli, qui dans la marge inférieure du fol. 105r, à la fin du premier groupe de lettres d’Ambrogio Traversari, signale, par une note inscrite dans une sorte de cartouche en écu, avoir copié de sa main in ultimo huius libelli d’autres missives en mémoire de ce prêtre (sic) qu’il a connu personnellement45. Et de fait, outre le groupe principal des 77 lettres de Traversari, on trouve plus loin, en conclusion du recueil (fol. 123r-167v), 45 autres lettres de Traversari dans une version proche de celle des collections ‘officielles’, mais avec un certain nombre de variantes caractéristiques de cette circulation extravagante46.

  • 47 Description dans Frati 1909, n° 1421, p. 90-93 ; Censimento Bruni 2004, n° 14, p. 18. Sur Taddeo, (...)
  • 48 Sur ce manuscrit, voir la récente description de Licciardello 2004, en part. 988-999 (qui s’arrête (...)

11Ces derniers exemples illustrent en effet un modèle de circulation non officielle de lettres ou d’œuvres, parfois très rares ou dans une version n’ayant pas ou peu circulé, au sein d’anthologies composées dans des milieux souvent proches, voire très proches, des auteurs de ces raretés. Il s’agit d’un modèle de circulation qui met en lumière de façon exceptionnelle, quoique parfois très difficile à repérer et surtout à décrypter, des petits réseaux souvent très localisés, unis tantôt par une origine et une formation communes, tantôt par une profession commune (des notaires, des maîtres d’écoles, quelques médecins), tantôt enfin par des goûts communs bien illustrés par les œuvres que certains membres copient dans leurs anthologies personnelles. De ce point de vue et à titre comparatif, on peut citer le manuscrit 2692 de la bibliothèque universitaire de Bologne qui met côte à côte des lettres et discours humanistes de grand succès, notamment de Leonardo Bruni (l’opuscule de studiis et litteris et diverses lettres), Poggio Bracciolini, Ambrogio Traversari, Gianozzo Manetti, Francesco Filelfo, quelques lettres publiques et, enfin, un important ensemble de lettres de Taddeo de Pescia, le maître d’Antonio Betti de Pescia cité précédemment. La juxtaposition entre cet ensemble épistolaire singulier et sans la moindre diffusion, et un corpus au contraire de vaste diffusion, met en outre en évidence l’existence de liens étroits entre milieux lettrés – des maîtres d’école, des notaires, des médecins, quelques religieux – de différents petits centres urbains toscans (notamment Pescia et Volterra), ainsi que le caractère prégnant des sujets diplomatiques d’actualité – en l’occurrence les campagnes de Francesco Sforza et Niccolò Piccinino en Toscane dans les années 1436 et suivantes – dans leurs échanges47. De façon assez similaire, le matériel rassemblé dans le manuscrit de la bibliothèque nationale de Florence II. IX. 148, notamment un important ensemble de lettres, permet de mettre en lumière le réseau lettré du maître arétin Antonio d’Arezzo, formé de maîtres laïcs et de clercs d’Arezzo, Sienne mais aussi Volterra, au sein duquel on peut identifier certains disciples arétins de Traversari comme Mariotto Allegri et Girolamo Aliotti48.

Les vertus de l’imitation et de l’éloge : les miscellanées comme vecteurs de notoriété littéraire

  • 49 Sur ce phénomène, voir Revest 2013 et sa contribution dans ce dossier.

12Pour revenir aux lettres d’Aliotti dont je suis partie, il est possible de mettre en évidence un autre type de circulation à distance, dans des milieux n’ayant aucune connaissance directe, ni même indirecte, de Girolamo Aliotti et qui recopient ses lettres en fonction de logiques d’une autre nature qui renvoient davantage à la fonction des miscellanées comme vecteur de sédimentation textuelle et de standardisation rhétorique, au gré de la copie et des réemplois (parfois complexes) de pièces – ou de certaines de leurs parties particulièrement propices à l’imitation – identifiées comme exemplaires de la rhétorique humaniste et dont le catalogue ne se limite pas aux productions des grands auteurs49. Bien qu’Aliotti soit un auteur dont les œuvres aient globalement très peu circulé, la diffusion et la notoriété à échelle réduite qu’il connut néanmoins permettent ainsi de mettre en lumière les ressorts et les logiques d’un phénomène de grande échelle, dont les auteurs étaient d’ailleurs sans doute en partie conscients. Il n’est pas impossible que certains aient tenté de le maîtriser ou tout au moins de l’influencer et, parmi ceux-ci, plus que les autres, ceux qui avaient un besoin urgent d’exploiter toutes les potentialités sociales associées à la nouvelle culture humaniste, comme Aliotti précisément.

  • 50 On aurait pu approfondir de ce point de vue la circulation de l’oraison funèbre composée par Aliot (...)

13Les logiques de la composition des miscellanées, notamment le caractère individuel de leur assemblage et l’enjeu pédagogique de leur constitution – dans un cadre autodidacte ou scolaire –, tendent par exemple à privilégier la copie de pièces relevant d’un certain nombre de genres élevés au rang d’emblèmes de l’écriture latine humaniste – telle l’oraison funèbre, la lettre de consolation, l’églogue etc.– 50, voire certaines pièces érigées au statut de modèles du genre dont l’imitation, voire le simple fait de les mentionner pour les commenter ou en faire l’éloge, pouvait permettre à un auteur de second rang de se voir associé à la célébrité des auteurs de ces modèles. De ce point de vue, comme le montrent les deux exemples suivants, Girolamo Aliotti, toujours à la recherche des sujets à la mode dont nourrir ses lettres, est une assez exceptionnelle caisse de résonnance permettant de repérer des morceaux à succès, à savoir ceux dont il pouvait espérer que – par leur probable circulation dans les miscellanées – ils auraient pu assurer à ses propres lettres les imitant, ou encore les mentionnant, les commentant et en faisant l’éloge, une forme de notoriété induite.

  • 51 Arezzo, BCA 400, f. 77v ; éd. Scarmagli 1769, II 7, vol. 1, p. 91.

14Le premier exemple est une lettre expédiée de Rome en 1444 à l’Arétin Benedetto Accolti par laquelle Girolamo Aliotti lui envoie l’oraison funèbre composée par Poggio Bracciolini pour Bruni, dans laquelle il reconnaît un éloge de leur commune patrie (in communis civitatis nostre laudes). C’est l’occasion pour le moine de flatter le rôle d’avocat d’Arezzo de son correspondant, dans les pas du grand Leonardo Bruni. Mais il en profite également pour donner à Benedetto Accolti quelques conseils, qui soulignent en passant la connaissance intime qu’il a des affaires des lettrés, à savoir d’en faire compliment au vieux Poggio qui y sera très sensible et de montrer le discours au fils du défunt, Donato. Cette lettre, qui possédait toutes les caractéristiques requises comme passeport pour introduire son auteur dans la sociabilité humaniste, que désirait si ardemment le curialiste sur la brèche qu’est alors Aliotti, connut un certain succès, par delà le recueil épistolaire arétin où elle figure dans une version remaniée51. Or sa diffusion, hors des réseaux avec lesquels Aliotti était traditionnellement en contact, ne fut assurée que grâce à sa fréquente association avec le discours de Poggio qui devint rapidement une pièce maîtresse du stock humaniste nourrissant les miscellanées du XVe siècle. Dans l’état actuel de mes recherches, j’ai repéré cette lettre dans au moins trois miscellanées :

    • 52 Cf. Poggio Bracciolini 1980, n° 33, p. 28 (qui reconnaît la lettre d’Aliotti) ; Feo 1991, p. 140 ; (...)

    le manuscrit Florence, BML, Strozz. 105 (490) qui conserve une riche collection – tracée d’une unique main qui appose également et assez régulièrement des notes marginales – de lettres et discours humanistes de F. Filelfo, Leonardo Bruni (dont 9 lettres extravagantes), Pétrarque et Poggio Bracciolini (la lettre In delatores à Loschi), de traductions de L. Bruni et A. Traversari (les sermons d’Éphrem, précédés de la lettre de dédicace à Cosme de Médicis), mais aussi de la Philogenia d’Ugolino Pisani. La lettre d’Aliotti à Benedetto Accolti (fol. 109rv) précède l’oraison funèbre de Bruni par Poggio (fol. 110r-125r), l’épitaphe de Maffeo Vegio pour Bruni (fol. 125rv) et l’élégie Nunc sacre Muse sanctos nunc solvite crines de Carlo Marsuppini pour la mort du même Bruni (fol. 126r-130r)52.

    • 53 Non vidi. Cf. Ferri 1920, en part. n° 16, p. 323-324 ; Kristeller 1963-1997, vol. II, p. 64.

    le manuscrit Pesaro, Biblioteca Oliveriana 44, un manuscrit du XVe siècle qui transmet une anthologie de discours humanistes, parmi lesquels l’oraison funèbre de Poggio pour le cardinal Zabarella, mais aussi de lettres diverses (dont un important ensemble de lettres de Vergerio à Gasparino Barzizza) et, enfin (fol. 89v-90) l’oraison funèbre de Poggio pour Bruni suivie de l’épitaphe de Maffeo Vegio et de la lettre d’Aliotti à Benedetto Accolti sur le discours de Poggio53.

    • 54 Kristeller 1963-1997, vol. II, p. 245-246. J’ai consulté un microfilm négatif réalisé en juillet 1 (...)

    enfin (dans l’immédiat) le manuscrit Venise, Bibl. nazionale Marciana, Lat. XIV 7 (4319), où la lettre d’Aliotti figure au fol. 10v, à la suite d’un ensemble désordonné de textes épistolaires ouvrant le recueil (fol. 5r-9v), mais juste avant l’oraison funèbre de Poggio pour Bruni (fol. 10v-15v) ; le manuscrit se poursuit ensuite en mêlant des pièces très diverses dont certains morceaux choisis de ce type d’anthologies, comme la traduction latine par Bruni de la Fabula Tancredi de Boccacio (fol. 15v-19v), la Declamatio Lucretie de Salutati, le traité de Poggio an seni ducendi sit uxor (41r-46r), le De militia de Bruni (54r-63r), des lettres de Salutati, Vergerio, Guarino, Francesco Barbaro, Bruni, Costanza Varano et enfin quelques textes antiques, mais aussi patristiques54.

15Cette rapide étude de cas soulignant un type de circulation, en fonction de logiques créées par les manuscrits de conservation, me semble assez exemplaire des vecteurs de la notoriété humaniste et des potentialités qu’elle ouvrait aux auteurs, même les plus périphériques, et à certains de leurs morceaux de bravoure. En effet, tout comme l’adoption des genres à la mode, le choix d’écrire sur les œuvres des lettrés de son temps, voire d’en imiter explicitement et ostensiblement les pièces les plus appréciées se révèle a priori un choix gagnant en terme de célébrité. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la lettre sur l’oraison funèbre de Bruni que nous venons d’examiner et celle – que nous allons envisager maintenant – par laquelle Aliotti s’efforça d’imiter une lettre de Cencio de’ Rustici à Poggio sont précisément les seules de ses lettres qui circulèrent de façon isolée au sein de miscellanées humanistes.

  • 55 Arezzo, BCA 400, f. 8v-11v ; éd. Scarmagli 1769, I 31, vol. 1, p. 59-67.
  • 56 Outre la lettre d’accompagnement à Poggio, citée à la note suivante, le dossier devait comporter, (...)

16La lettre en question est une longue missive (inc. Vix superioribus tuis Mutinensibus rescripseram) datée du 14 octobre 1441, initialement envoyée par Aliotti au Véronais Iacopo Lavagnoli pour le consoler de la mort d’un fils adolescent et le féliciter de la naissance d’un fils nouveau-né. Girolamo Aliotti l’inséra dans le premier livre du recueil épistolaire arétin55, mais il en prépara pour ainsi dire la circulation extravagante en en envoyant également une copie à Poggio Bracciolini dans les derniers mois de l’année 1441, au sein d’un petit dossier anthologique concernant son dialogue De monachis erudiendis sur les études des moines, qu’il pensait alors dédier à Iacopo Lavagnoli et à propos duquel il sollicitait précisément la relecture de Poggio56. À cette occasion, il décrit la lettre en ces termes :

  • 57 Arezzo, BCA 400, f. 73r (éd. Scarmagli 1769, I 28, vol. 1, p. 51-52) : Addo et tertiam consolatori (...)

J’y ajoute une troisième lettre, de consolation, qui est aussi en partie de félicitations. Pour ce qui est des félicitations, j’ai imité le style du très savant Cencio s’adressant à toi-même. Je l’ai fait si discrètement que, à mon avis, on ne doit pas m’accuser de vol. En effet on n’a pas coutume de frapper de l’accusation de vol les voyageurs et les vagabonds du fait que, des vignes qui poussent le long de la route, ils cueillent une grappe, et encore une autre. Alors que, au contraire, on a coutume d’accuser de vol celui qui, ayant pénétré dans la vigne d’un autre, ayant rempli ses paniers et chargé son âne, fait ainsi des vendanges malhonnêtes. Mais j’écouterai ton sentiment et je m’en remettrai à toi57.

  • 58 Éd. Bertalot 1929-1930, en part. 165-168 ; Harth 1984, p. 331-334.

17La lettre du doctissimum Cincium qu’Aliotti revendique comme modèle n’est autre que la fameuse lettre adressée par Cencio de’ Rustici à Poggio Bracciolini pour le féliciter de la naissance d’un fils (Ferrare, 15 octobre 1438)58, dont, de fait, Aliotti met en œuvre dans sa propre lettre une imitation au demeurant mesurée. Or, c’est sans doute ce procédé qui garantit à la lettre une petite circulation hors du recueil arétin, où d’ailleurs rien n’est fait pour la relier à la lettre à Poggio en désignant le prestigieux modèle. On la trouve ainsi dans au moins quatre miscellanées de la seconde moitié du XVe siècle où elle est d’ailleurs retenue comme modèle non pas tant pour la seconde partie (gratulatoria), qui n’occupe en fait qu’un quart de la lettre environ, que pour la première (et principale) partie reprenant le style des lettres de consolation :

  • le manuscrit BAV, Pal. lat. 492, sorte de manuel composite de modèles épistolaires, sans doute compilé par un étudiant d’origine allemande ayant fréquenté le Studium de Pavie : la lettre d’Aliotti figure aux fol. 129r-134r avec un titre (Epistola facta in funere civis Mutinensis per quemdam civem Florentinum amicis suis trasmissam) qui insiste clairement sur sa première partie59 ;
  • le manuscrit Opladen, Freiherr von Fürstenberg’sche Verwaltung, MS 27/28, où la lettre d’Aliotti figure – selon les descriptions disponibles – aux fol. 24-39 avec un titre assez proche (Epistola sive oracio pulchra facta in funere cuiusdam civis Mutinensis per quondam [sic] civem Florentinum amicis suis transmissa) et au milieu d’autres lettres et discours humanistes60 ;
  • le manuscrit Würzburg, Universitätsbibliothek, M.ch.f.147 (Allemagne, v. 1459) où elle figure aux fol. 373r-375v (Oracio epistolaris ad civem Mutinensem super defuncto filio deplanctoria et congratulatoria de filiolo renato) après deux commentaires juridiques, mais avant un corpus de sept discours dont deux oraisons funèbres et deux discours de mariage61 ;
  • enfin, le manuscrit de Munich, Bayerische Staatsblibliothek, Clm 418, un mélange humaniste composé et ayant appartenu à l’humaniste allemand Hartmann Schedel (1440-1514), où elle porte un titre presque identique au précédent (Oracio epistolaris ad civem Mutinensem super defuncto filio deplanctoria et congratulatoria de filio renato) qui signale les deux volets de la lettre et où elle est d’ailleurs encastrée aux fol. 208v-213r entre une lettre de consolation et un discours de Martino Rizzoni pour des noces62.
  • 63 On remontera à la bibliographie à partir des articles de Sottili 1968 et du recueil d’articles Sot (...)

18Outre ce qu’elle révèle de la capacité de diffusion inhérente à l’imitation de certaines pièces, rapidement érigées en modèles, et de ses effets dans la circulation et la standardisation du style épistolaire, l’analyse de la circulation de la lettre Vix superioribus tuis – qui pourrait probablement être complétée de nouvelles occurrences – permet aussi et surtout de souligner une autre échelle et un autre milieu déterminant les circulations stylistiques, à savoir le milieu scolaire et universitaire du nord de l’Italie intensément fréquenté par les étudiants germaniques. Comme on a pu le souligner à la suite des travaux pionniers de L. Bertalot et A. Sottili63, ces étudiants, par l’intense activité de copie tous azimuts qu’ils déploient au cours de leur séjour italien, contribuent, à leur retour, à la pénétration du tissu rhétorique de l’humanisme italien – fait des compositions des grands auteurs, mais aussi de leur reprise et de leurs réemplois par d’autres – dans les régions germaniques et notamment les milieux ecclésiastiques de ces régions. Il n’est d’ailleurs pas indifférent qu’une lettre de Girolamo Aliotti ait ainsi pu se glisser, aux côtés des compositions des grands auteurs, au sein du matériau abondant et varié composant le terreau d’une pratique de plus en plus massive de la rhétorique humaniste.

Conclusions

  • 64 On pense évidemment à Sottili 1967-1972. Voir aussi note précédente.
  • 65 Fioravanti 1987, Black 1996 et Black 2007. Pour Lucques, on peut ajouter le matériel signalé par C (...)

19En définitive, si c’est bien d’une exigence contingente et pour ainsi dire technique qu’est née cette enquête, j’espère avoir montré à travers les remarques qui précèdent que ses enjeux dépassent largement ces premiers résultats et le seul cas de Girolamo Aliotti. Ce dernier, en effet, constitue un point d’observation particulièrement efficace de la pénétration capillaire des pratiques humanistes dans des milieux périphériques à son principal contexte d’apparition, sinon franchement hostiles comme certains ordres religieux. Dans cette perspective, étudier la circulation de ses œuvres dans les miscellanées humanistes, mais aussi les usages que lui-même fit de cette forme très personnalisée d’anthologie de travail, de formation, voire de mémoire, me semblent autant de moyens de mettre en évidence les innombrables voies et modalités de la diffusion et de la conquête de l’hégémonie culturelle de la part de certaines pratiques humanistes, mais aussi de faire émerger certains réseaux lettrés, parfois périphériques – mais non moins essentiels à l’affirmation humaniste –, au sein desquels Aliotti ou certaines de ses compositions purent jouirent d’un intérêt manifeste. Outre les étudiants allemands déjà bien connus pour leur rôle dans la diffusion de l’humanisme italien – et notamment des œuvres de Pétrarque – au delà des Alpes64, les exemples évoqués ici me semblent inviter à approfondir dans cette direction le rôle et le fonctionnement de réseaux – en partie repérés en Toscane grâce aux travaux de G. Fioravanti et R. Black65 –, polarisés par les petits centres urbains, à l’égard desquels l’attachement patriotique reste un ciment efficace par delà la dispersion géographique des membres du groupe ; des réseaux peuplés de notaires, de maîtres d’école mais aussi de clercs séculiers et réguliers, qui circulent aussi bien dans les petites villes du vaste contado florentin que vers les pôles du savoir et du pouvoir, à la recherche d’une position en mesure de garantir leur survie en tant que lettrés.

Haut de page

Bibliographie

Bandini 1774-1778 = A. M. Bandini, Catalogus codicum latinorum bibliothecae Medieceae Laurentianae, 5 vol., Florence, 1774-1778.

Bandini 1791-1793 = A. M. Bandini, Bibliotheca Leopoldina Laurentiana, seu Catalogus manuscriptorum qui iussu Petri Leopoldi Arch. Austr. Magni Etr. Ducis in Laurentianam translati sunt. Quae in singulis codicibus continentur accuratissime describuntur, edita supplentur et emendantur, 2 vol., Florence, 1791-1793.

Bandini 2005 = M. Bandini, Lo Ierone di Senofonte nel Quattrocento : Leonardo Bruni e Antonio da Pescia, dans Res publica litterarum, 28, 2005, p. 108-123.

Battistini 1929 = M. Battistini, Taddeo da Pescia maestro di grammatica del secolo XV, dans Giornale storico della Letteratura italiana, 94, 1929, p. 86–93.

Bausi 1991 = F. Bausi, Francesco da Castiglione fra teologia e umanesimo, dans Interpres, 11, 1991, p. 168-175.

Bausi 1998 = F. Bausi, Galletti, Domenico, dans Dizionario biografico degli Italiani (= DBI), 51, Rome, 1998 [en ligne].

Bausi 2011 = F. Bausi, Umanesimo a Firenze nell’età di Lorenzo e Poliziano, Rome, 2011 (Studi e testi del Rinascimento europeo, 39).

Bertalot 1929-1930 = L. Bertalot, Cincius Romanus und seine Briefe, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven, 21, 1929-1930, p. 207-223.

Bertalot 1990-2004 = L. Bertalot, Initia Humanistica Latina, II, 1. Prosa A-M : initienverzeichnis lateinischer Prosa und Poesie aus der Zeit des 14. bis 16. jahrhunderts, Tübingen-Rome, 1990 ; II, 2. Prosa N-Z : initienverzeichnis lateinischer Prosa und Poesie aus der Zeit des 14. bis 16. jahrhunderts, Tübingen-Rome, 2004.

Bianca 2004 = C. Bianca, In viaggio dentro la curia : libri e possessori, dans Roma, donne, libri tra Medioevo e Rinascimento. In ricordo di Pino Lombardi, Rome, 2004, p. 343-360.

Biffoli 1994 = B. Biffoli, Le Rime, éd. R. Gentile, Rome, 1994.

Black 1996 = R. Black, Studio e scuola in Arezzo durante il Medioevo e il Rinascimento. I documenti d’archivio fino al 1530, Arezzo, 1996.

Black 2007 = Robert Black, Education and Society in Florentine Tuscany. Teachers, Pupils and Schools c. 1250-1500, Leiden, 2007.

Caby 2008 = C. Caby, Ambrogio Massari da Cora, percorso biografico e prassi culturale, dans C. Frova, R. Michetti et D. Palombi (éd.), La carriera di un uomo di curia nella Roma del Quattrocento. Ambrogio Massari da Cori, agostiniano. Cultura umanistica e committenza artistica, Rome, 2008, p. 23-67.

Caby 2009 = C. Caby, Al di là dell’« Umanesimo religioso ». Umanisti e Chiesa nel Quattrocento, dans Cultura e desiderio di Dio. L’Umanesimo e le Clarisse dell’Osservanza, Assise, 2009, p. 15-33.

Caby 2012 = C. Caby, Réseaux sociaux, pratiques culturelles et genres discursifs : à propos du dialogue De optimo vitæ genere de Girolamo Aliotti, dans C. Caby et R. M. Dessì (éd.), Les humanistes, clercs et laïcs dans l’Italie du XIIIe au début du XVIe siècle, Turnhout, 2012 (Collection d’études médiévales de Nice, 13), p. 405-482.

Caby 2012-2013 = C. Caby, Don Gabriello moine de Santa Maria degli Angeli et scriptore di versi lyrici. Premiers jalons pour une étude du réseau des disciples d’Ambrogio Traversari, dans Interpres, 31, 2012-2013, p. 7-49.

Caby 2013 = C. Caby, Autoportrait d’un moine en humaniste. Réseaux sociaux, pratiques discursives et réforme religieuse dans l’Italie du XVe siècle, autour de l’itinéraire de Girolamo Aliotti, Mémoire inédit pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Lyon 2, 16 juillet 2013.

Caby 2014a = C. Caby, Les ermites de saint Augustin et leurs livres à l’heure de l’humanisme : autour de Guglielmo Becchi et Ambrogio Massari, dans N. Bériou, M. Morard et D. Nebbiai (éd.), Entre stabilité et itinérance. Livres et culture des Mendiants, XIIIe-XVe siècle., Turnhout, 2014, p. 245-295.

Caby 2014b = C. Caby, Camaldolesi e storie camaldolesi nell’epistolario di Girolamo Aliotti, dans I Camaldolesi ad Arezzo, éd. P. L. Licciardello, Arezzo, 2014, p. 93-127.

Caby 2014c = C. Caby, Les discours de laudibus theologie de l’Augustin Ambrogio Massari pour le Studium de Pérouse, dans Annali di storia delle università italiane, 18, 2014, p. 75-89.

Caby 2014d = C. Caby, Pratiche umanistiche e riforma monastica. Gli epistolari camaldolesi latini nel Quattrocento, dans C. Caby et P. Licciardello (éd.), Camaldoli e l’ordine camaldolese dalle origini alla fine del XV secolo, Césène, 2014 (Italia benedettina, 39), p. 523-552.

Caby 2016a = C. Caby, C. Caby, Triompher à Rome ou servir à Arezzo : Girolamo Aliotti et Giovanni Tortelli, dans A. Manfredi, C. Marsico, M. Regoliosi (éd.), Giovanni Tortelli primo bibliotecario della Vaticana, Cité du Vatican, à paraître.

Caby 2016b = C. Caby, Lettere e raccolte epistolari di Girolamo Aliotti († 1480) : pratiche discorsive e strategie sociali di un monaco umanista, à paraître dans F. Bognini et S. Fraschi, I nuovi territori della lettera tra XV e XVI sec. (latino greco, volgare), atti del seminario internazionale di studi FIRB 2012, Venise, 2016 (Filologie medievali e moderne).

Cantoni Alzati 1982 = G. Cantoni Alzati, La biblioteca di S. Giustina di Padova : libri e cultura presso i benedettini padovani in età umanistica, Padoue, 1982 (Medioevo e umanesimo, 48).

Cardini – Viti 2003 = R. Cardini et P. Viti (éd.), I Cancellieri aretini della Repubblica di Firenze, Florence, 2003.

Cardini – Viti 2004 = R. Cardini et P. Viti (éd.), Petrarca e i Padri della Chiesa. Petrarca e Arezzo, Florence, 2004.

Casetti Brach 2014 = Carla Casetti Brach, Pacini, Pietro, dans DBI, 80, Rome, 2014 [en ligne].

Casnati 1988 = G. Casnati, Della Casa Tedaldo, dans DBI, 36, Rome, 1988 [en ligne].

Catalogo di manoscritti filosofici 2000 = Catalogo di manoscritti filosofici nelle biblioteche italiane, vol. 10, Arezzo…, éd. C. Cao et alii, Florence, 2000 (Corpus Philosophorum Medii Aevi, 12).

Catalogue of additions 1887 = Catalogue of additions to the manuscripts in the British Museum in the years MDCCCLIV-MDCCCLXXV, vol. 2, Londres, 1877.

Catalogus codicum 1868 = Catalogus codicum latinorum Bibliothecae regiae Monacensis, éd. C. Halm, G. Laubmann, I/1, Münich, 1868.

Cattana 1978 = V. Cattana, Una lettera di Andrea Contrario per i monaci olivetani di San Bartolomeo, dans Benedictina, 25, 1978, p. 69-78.

Clark 2009 : James G. Clark, Humanism and Reform in Pre-reformation English Monasteries, dans Transactions of the Royal Historical Society, 19, 2009, p. 57–93.

Censimento Bruni 2004 = L. Gualdo Rosa (éd.), Censimento dei codici dell’epistolario di Leonardo Bruni, vol. II : Manoscritti delle biblioteche italiane e della biblioteca apostolica Vaticana, con una appendice di lettere inedite o poco note a Leonardo Bruni (éd. J. Hankins), Rome, 2004 (Nuovi studi storici, 65).

Clark 2009 : James G. Clark, Humanism and Reform in Pre-reformation English Monasteries, dans Transactions of the Royal Historical Society, 19, 2009, p. 57–93.

Cortesi 2012 = M. Cortesi, Letture scolastiche e letture private in alcuni zibaldoni, dans Filologia mediolatina, 19, 2012, p. 221-245.

Cortesi – Fiaschi 2012 = M. Cortesi, S. Fiaschi, Aggregare le parti : note, letteratura e documenti nella miscellanea umanistica, dans Filologia mediolatina, 19, 2012, p. 193-245.

De Feo Corso 1940 = L. De Feo Corso, Il Filelfo in Siena, dans Bullettino senese di storia patria, 47, 1940, p. 181-209, 292-316.

Feo 1991 = M. Feo (éd.), Codici latini del Petrarca nelle biblioteche fiorentine : mostra 19 maggio-30 giugno 1991, Florence, 1991.

Ferri 1920 = S. Ferri, Index codicum classicorum qui Pisauri in bibliotheca Oliveriana adservantur, dans Studi italiani di filologia classica, n.s., 1, 1920, p. 319-326.

Fiaschi 2012 = S. Fiaschi, Dall’antologia al dibattito filologico, dans Filologia mediolatina, 19, 2012, p. 193-220.

Fioravanti 1980-1981 = G. Fioravanti, Università e città. Cultura umanistica e cultura scolastica a Siena nel ‘400, Florence, 1980-1981.

Fioravanti 1987 = G. Fioravanti, La cultura in Valdelsa al tempo di Callimaco, dans G. C. Garfagnini (éd.), Callimaco Esperiente poeta e politico del ‘400, Florence, 1987, p. 217-245.

Fioravanti 2002 = G. Fioravanti, Formazione e carriera di un domenicano nel ‘400: l’autografia di Simone Bocci da Siena (1438-1510), dans Studio e Studia : le scuole degli ordini mendicanti tra XIII e XIV secolo, Spolète, 2002, p. 339-364.

Forner 2007 = F. Forner, Umanesimo e università in Italia : alcune considerazioni su due codici miscellanei, dans S. Negruzzo (éd.), Università, umanesimo, Europa : giornata di studio in ricordo di Agostino Sottili, Pavia 18 novembre 2005, Milan , 2007, p. 269-293.

Frati 1909 = L. Frati, Indici di codici latini conservati nella R. Biblioteca Universitaria di Bologna, dans Studi italiani di filologia classica, 17, 1909, p. 1-171.

Frenz 1978 = T. Frenz, Die Gründung des Abbreviatorenkollegs durch Pius II. und Sixtus IV., dans Miscellanea in onore di Monsignor Martino Giusti, Cité du Vatican, 1978, vol. I, p. 297-329, disponible en ligne http://wwws.phil.uni-passau.de/histhw/RORC/littera_A.html (actif le 10.04.2015).

Fubini 2003 = R. Fubini, Papato e storiografia nel Quattrocento, dans Id., Storiografia dell’Umanesimo in Italia da Leonardo Bruni ad Annio da Viterbo, Rome, 2003, p. 211-248.

Gentile – Piron 2015 = S. Gentile, S. Piron, La bibliothèque de Santa Croce, dans J. Chandelier, A. Robert (dir.), Frontières des savoirs en Italie médiévale, Rome, 2015 (CEFR, 505), p. 481-507.

Gentile – Rizzo 2004 = S. Gentile, S. Rizzo, Per una tipologia delle miscellanee umanistiche, dans Segno e Testo, 2, 2004, p. 379-407.

Gualdo 2005 = G. Gualdo, Pietro da Noceto e l’evoluzione della Segreteria papale al tempo di Niccolò V (1447-1455), dans A. Jamme et O. Poncet (éd.), Offices et papauté (XIVe-XVIIe siècle) : Charges, hommes, destins, Rome, 2005, p. 793-804.

Hankins 1997 = J. Hankins, Repertorium Brunianum : Handlist of manuscripts, vol. 1, Rome, 1997.

Hankins 2003a = J. Hankins, Notes on the textual tradition of Epistulae familiares, dans Id., Humanism and Platonism in the italian Renaissance. I. Humanism, Rome, 2003, p. 63-98.

Hankins 2003b = J. Hankins, Cosimo de’ Medici as a patron of humanistic litterature, dans Id., Humanism and Platonism in the Italian Renaissance, I. Humanism, Rome, 2003, p. 427-456.

Harth 1984 = Poggio Bracciolini, Lettere, éd. H. Harth, II, Florence, 1984.

I manoscritti datati Firenze 2002 = I manoscritti datati del Fondo Conventi Soppressi della Biblioteca Nazionale Centrale di Firenze, éd. S. Bianchi et al., Florence, 2002 (Manoscritti datati d'Italia, 5).

I manoscritti datati Riccardiana 1999 = I manoscritti datati della Biblioteca Riccardiana di Firenze, II. MSS. 1001-1400, éd. T. De Robertis et R. Miriello, Florence, 1999 (Manoscritti datati d’Italia, 3).

I Manoscritti medievali Arezzo 2003 = I Manoscritti medievali della Biblioteca Città di Arezzo, éd. G. Lazzi, et al., Arezzo, 2003 (Biblioteche e Archivi, 13).

I Manoscritti medievali Pistoia 1998 = I Manoscritti medievali della provincia di Pistoia, éd. G. Murano, G. Savino et S. Zamponi, Florence, 1998 (Biblioteca e archivi, 3).

Kibre 1979 = P. Kibre, « Hippocrates Latinus »: repertorium of Hippocratic Writings in the Latin Middle Ages (V), dans Traditio, 35, 1979, p. 274-302.

Kristeller 1963-1997 = P. O. Kristeller, Iter Italicum : a finding list of uncatalogued or incompletely catalogued humanistic manuscripts of the Renaissance in Italian and other libraries, 7 vol. en 9, Londres-Leiden, 1967-1996.

Kristeller 1974 = P. O. Kristeller, The Contributions of Religious Orders to Renaissance thought and Leanrning, dans Id., Medieval aspects of Renaissance learning : Three essays, Durham, 1974, p. 95-158.

Licciardello 2004 = P. Licciardello, Guglielmo Gallico umanista aretino del secolo xv. Con edizione del Liber sancti Donati e delle Differentiae, dans Studi medievali, 45/2, 2004, p. 983-1050.

Luiso 1898-1903 = F.-P. Luiso, Riordinamento dell’epistolario di A. Traversari, con lettere inedite e note storico-cronologiche, Florence, 1898-1903.

Mancini 1900 = Augusto Mancini, Index codicum latinorum publicae bybliothecae Lucensis, dans Studi di Filologia Latina Classica, 8, 1900, p. 115-318.

Mann 1975 = N. Mann, Petrarch Manuscripts in the British Isles, dans Italia Medioevale e Umanistica, 18, 1975, p. 139-509.

Marchetti 1977 = V. Marchetti, Caroli Giovanni, dans DBI, 20, Rome, 1977 [en ligne].

Mattesini 1960 = F. Mattesini, La biblioteca francescana di S. Croce e fra Tedaldo Della Casa, dans Studi francescani, 57, 1960, p. 254-316.

Mehus 1759 = L. Mehus, Ambrosii vita in qua historia litteraria florentina ab anno MCXCII usque ad annum MCCCCXL, dans Ambrosii Traversarii generalis camaldulensium aliorumque ad ipsum, et ad alios de eodem Ambrosio latinae epistolae a domno Petro Canneto abbate camaldulensi in libros XXV tributae variorum opera distinctae et observationibus illustratae, vol. 1, Florence, ex typographio Caesareo, 1759 (réimpression anastatique Bologne, 1968).

Mercati 1939 = G. Mercati, Ultimi contributi alla storia degli umanisti, 2 vol., Cité du Vatican, 1939.

Monfasani 1995 = J. Monfasani, Byzantine Scholars in Renaissance Italy : Cardinal Bessarion and other Emigrés : selected essays, Aldershot, 1995.

Morpurgo 1893 = I Manoscritti della R. Biblioteca Riccardiana. Manoscritti italiani, éd. S. Morpurgo, Rome, 1893.

Orlandi 1952 = S. Orlandi, La Biblioteca di Santa Maria Novella in Firenze dal sec. XIV al sec. XIX, Florence, 1952.

Passerini 1858 = L. Passerini, Genealogia e storia della famiglia Corsini, Florence, 1858.

Petrucci 1965 = Il libro di ricordanze dei Corsini (1362-1457), éd. A. Petrucci, Rome, 1965 (Fonti per la storia d'Italia, 100).

Piccolomini 1997 = Iacopo Ammanati Piccolomini, Lettere (1444-1479), éd. P. Cherubini, 3 vol., Rome, 1997 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato Fonti, xxv).

Piron 2009 = S. Piron, Un couvent sous influence. Santa Croce autour de 1300, dans N. Bériou et J. Chiffoleau (éd.), Économie et religion. L’expérience des ordres mendiants (XIIIe-XVe siècle), Lyon, 2009, p. 321-355.

Pitra – Rossi 1886 = J.-B. Pitra et J.-B. De Rossi, Codices palatini latini Bibliothecae Vaticanae, vol. 1, Rome, 1886.

Poggio Bracciolini 1980 = Poggio Bracciolini nel VI centenario della nascita. Codici e documenti fiorentini, éd. R. Fubini et S. Caroti, Florence, 1980.

Pomaro 1980 = G. Pomaro, Censimento dei manoscritti della Biblioteca di S. Maria Novella, Parte I : Origini e Trecento, dans Memorie Domenicane, n.s., 11, 1980, p. 325-470.

Pomaro 1982 = G. Pomaro, Censimento dei manoscritti della Biblioteca di S. Maria Novella, Parte ii : Sec. XV-XVI, dans Memorie Domenicane, n.s. 13, 1982, p. 203-353.

Pontone 2011 = M. Pontone, Lettere inedite di Ambrogio Traversari nel codice Trivulziano 1626, dans Italia medioevale e umanistica, 52, 2011, p. 71-102.

Pratesi 1954-1955 = R. Pratesi, Francesco Micheli del Padovano di Firenze, teologo ed umanista francescana del secolo XV, dans Archivum franciscanum historicum, 47, 1954, p. 239-366 et 48, 1955, p. 73-130.

Pratesi 1956 = R. Pratesi, Discorsi e nuove lettere di Francesco Micheli del Padovano teologo e umanista del secolo XV, dans Archivum franciscanum historicum, 49, 1956, p. 83-105.

Revest 2013 = C. Revest, Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une étude de la rhétorique humaniste comme pratique sociale, dans MEFRM, 125-1, 2013, p. 219-257, URL http://mefrm.revues.org/1192.

Ronconi 1983 = G. Ronconi, L’elogio della 'veterum sapientia' nell'orazione dottorale di Fra Bartolomeo da Lendinara, dans Boccaccio e dintorni. Miscellanea di studi in onore di Vittore Branca, II, Florence, 1983, p. 207-230.

Rosso 2011a = P. Rosso, Iter germanicum di una leggenda. Forme e ambiti di ricezione della Griselda petrarchesca in Germania, dans R. Comba et M. Piccat (éd.), Griselda : metamorfosi di un mito nella società europea. Atti del Convegno internazionale a 80 anni dalla nascita della Società, Cuneo, 2011, p. 117-144.

Rosso 2011b = P. Rosso, Retorica e peregrinatio academica. L’orazione di Catone Sacco per la laurea in diritto civile di Michael Paeldinc all’Università di Pavia (14 dicembre 1438), dans G. Strack et J. Knödler (éd.), Rhetorik in Mittelalter und Renaissance. Konzepte - Praxis - Diversität, Munich, 2011, p. 337-367.

Salvini 1782 = S. Salvini, Catalogo cronologico dei canonici della Chiesa metropolitana fiorentina, Florence, 1782.

Scarmagli 1769 = Hieronymi Aliotti Arretini ordinis sancti Benedicti SS. Florae et Lucillae epistolae et opuscula, éd. G. M. Scarmagli, 2 vol., Arezzo, 1769.

Scrivano 1968 = R. Scrivano, Biffoli, Benedetto, dans DBI, 10, Rome, 1968 [en ligne].

Sottili 1967-1972 = A. Sottili, I codici di Petrarca nella Germania occidentale, dans Italia Medievale e Umanistica, 10, 1967, p. 411-491 ; 11, 1968, p. 345-448 ; 12, 1969, 128 p. 335-476 ; 13, 1970, p. 281-467 ; 14, 1971, p. 313-402 ; 15, 1972, p. 361-423.

Sottili 1968 = A. Sottili, Studenti tedeschi a Padova e le opere del Petrarca in Germania durante il Quattrocento, dans Quaderni per la storia dell'Università di Padova, 1, 1968, p. 49-71.

Sottili 1969 = A. Sottili, I codici del Petrarca nella Germania occidentale, dans Italia Medioevale e Umanistica, 12, 1969, p. 335-476.

Sottili 1993 = A. Sottili, Università e cultura. Studi sui rapporti italo-tedeschi nell’età dell’Umanesimo, Goldbach, 1993 (Bibliotheca Eruditorum, 5).

Sottili 2006 = A. Sottili, Humanismus und Universitätsbesuch : die Wirkung italienischer Universitäten auf die Studia Humanitatis nördlich der Alpen [Renaissance humanism and university studies : Italian universities and their influence on the Studia Humanitatis in Northern Europe], Leiden, 2006 (Education and Society in the Middle Ages and Renaissance, 26).

Soudek 1976 = J. Soudek, A Fifteenth-Century Humanistic Bestseller : The Manuscript Diffusion of Leonardi Bruni’s Annotated Latin Version of the (Pseudo)Aristotelian Economics, dans E. P. Mahoney (éd.), Philosophy and Humanism. Renaissance Essays in honor of P. O. Kristeller, New York, 1976, p. 129-143.

Thurn 1973 = H. Thurn, Die Handschriften aus benediktinischen Provenienzen : Hälfte 1. Amorbach. Kitzingen. Münsterschwarzach..., Wiesbaden, 1973.

Traversari 1759 = Ambrosii Traversarii generalis camaldulensium aliorumque ad ipsum, et ad alios de eodem Ambrosio latinae epistolae a domno Petro Canneto abbate camaldulensi in libros XXV tributae variorum opera distinctae et observationibus illustratae, vol. 2, Florence, ex typographio Caesareo, 1759 (réimpression anastatique Bologne, 1968).

Vasoli 1967 = C. Vasoli, Bernardi, Luca di Antonio da San Gimignano, dans DBI, 9, Rome, 1967 [en ligne].

Verde 1987 = A. F. Verde, Libri tra le pareti domestiche. Una necessaria appendice a « Lo Studio fiorentino » (1473-1503), dans Memorie Domenicane, n. s. 18, 1987, p. 45-51.

Viti 2006 = P. Viti, Domenico Bandini professore e umanista, dans éd. F. Stella (éd.), 750 anni degli statuti universitari aretini, Florence, 2006 (Millenium Medievale, 66), p. 317-336.

Viti 2008 = P. Viti, Marsuppini (Carlo), dans DBI, 71, Rome, 2008 [en ligne].

Zaccaria 2010 : R. Zaccaria, Micheli, Francesco, dans DBI, 74, Rome, 2010 [en ligne].

Zippel 1958 = G. Zippel, La lettera del Diavolo al clero dal sec. XII alla Riforma, dans Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 70, 1958, p. 125-179.

Zorzanello 1980 = P. Zorzanello, Catalogo dei codici latini della biblioteca nazionale Marciana di Venezia (non compresi nel catalogo del Valentinelli), 3 vol., Trezzano, 1980-1985.

Haut de page

Notes

1 Sur la définition des miscellanées humanistes, je renvoie pour faire bref à deux bilans qui se répondent d’ailleurs et signalent la bibliographie antérieure : Gentile – Rizzo 2004 et Cortesi – Fiaschi 2012 en part. la première partie de S. Fiaschi (Fiaschi 2012, p. 193-220) que je suis notamment dans le choix de ne pas formaliser les distinctions lexicales entre anthologie, miscellanées ou zibaldone (p. 218) ; on y ajoutera désormais l’ensemble de ce dossier : je remercie Clémence Revest pour m’avoir invité à y participer et avoir relu cette contribution.

2 C’est l’objet du premier chapitre de mon mémoire original pour l’Habilitation à diriger des recherches (Caby 2013), actuellement en cours de remaniement pour publication courant 2016.

3 J’ai traité cet aspect dans le deuxième chapitre du mémoire cité à la note précédente (Caby 2013) ; dans l’attente de la publication, on se reportera au premier aperçu que j’en ai proposé à l’occasion d’un colloque vénitien en novembre 2014 (Caby 2016b).

4 On partira de la notice de Casnati 1988 et de Mattesini 1960 ; à mettre à jour grâce aux travaux de S. Piron, en part. Piron 2009 et Gentile – Piron 2015.

5 Pratesi 1954-1955 ; Pratesi 1956 ; Zaccaria 2010.

6 Orlandi 1952 ; Marchetti 1977 ; Pomaro 1980 et Pomaro 1982 ; I manoscritti datati Firenze 2002, n° 5, p. 47-8 et n° 105, p. 98-99 (manuscrits Conv. Soppr. A. III. 494-495 et G. V. 865).

7 Cart., mm. 210x145, II+164+II’ ; pour la datation, voir Florence, BML Plut. 89 sup. 27, f. 67r-69r, où est copié de la main principale un discours de Donato Acciaiuoli au pape Sixte IV du 3 octobre 1471 (Inc. Cum omnes respublice nationes principes). Pour une première approche du contenu du manuscrit, voir Bandini 1774-1778, III, col. 285-297 et Feo 1991, p. 86. L’attribution de la composition primitive du recueil méritera d’être approfondie.

8 C’est ce qui ressort de la note du folio 136v (Liber mei Luce Antonii de Sancto Geminiano 53) et des nombreux ajouts de la main du maître de San Gimignano à même le manuscrit ; l’un d’entre eux est un bref discours daté de 1483 (f. 98r). Le même maître acquit après le sac de Volterra le manuscrit Volterra, Bibl. Guarnacci, XLIII. 2. 15 (5031), cf. Censimento Bruni II 2004, p. 262-270 ; Fiaschi 2012, p. 212. Sur le personnage, les articles de G. Fioravanti cités à la note 9 rendent obsolète l’article de Vasoli 1967.

9 On doit à Gianfrancesco Fioravanti d’avoir remarqué ce manuscrit dans le cadre de ses travaux sur l’humanisme siennois : Fioravanti 1980-1981 ; Fioravanti 1987, p. 218, 231-232, 303 (à propos des discours de Lucantonio da San Gimignano) ; Fioravanti 2002, p. 361-363. Bien qu’il ait souvent été cité et utilisé pour telle ou telle pièce, le manuscrit n’a pas fait l’objet d’une description complète, ni d’une étude qui en restitue la logique de composition ; à ce propos les brèves, mais éclairantes, remarques de G. Fioravanti restent de loin les plus stimulantes.

10  Kristeller 1974.

11 Voir par exemple les articles extrêmement suggestifs de Ronconi 1983, qui cite d’ailleurs le manuscrit Firenze, BML, Plut. 89 sup. 27, et Fioravanti 2002 ; pour l’Angleterre, Clark 2009 en part. p. 72-73 pour les miscellanées.

12 J’ai avancé quelques propositions en ce sens, notamment à propos de la lettre et de la forme épidictique des discours : cf. Caby 2008 ; Caby 2009 ; Caby 2012-2013 ; Caby 2014a ; Caby 2014c ; Caby 2014d.

13 Arezzo, ACA, Scarmagli, Synopsis, p. 974.

14 Pour le manuscrit de la British Library, cf. Catalogue of additions 1887, vol. 2, p. 325-326 (désormais en ligne sur le site http://www.bl.uk/) ; Mann 1975, en part. p. 236 qui fait l’hypothèse (que je partage) d’une autographie d’Aliotti ; Soudek 1976 qui fait le rapprochement avec le manuscrit arétin) ; Hankins 1997, vol. 1, n° 1218, p. 89. Le manuscrit de Londres ne transmet pas le dialogue d’Aliotti, ni le discours in obitum patris de Battista Guarino (aux f. 98r-107v du manuscrit 459 d’Arezzo), mais il fait suivre la traduction des Œconomica d’une lettre de Cura familiari attribuée à tort à Bernard de Clairvaux.

15 Je cite les deux notes d’après Catalogue of additions 1887, vol. 2, p. 325-326, vérifié par un échange épistolaire avec la bibliothèque en mai 2015 : La première note (Liber Ieronimi abbatis Sancte Flore S[ignatus] 5) pourrait renvoyer à la bibliothèque personnelle d’Aliotti et à une période antérieure à l’affiliation de Santa Fiora à la congrégation de Sainte-Justine ; la seconde (Iste liber est congregationis Sancte Iustine, id est monachorum sancti Benedicti deputatus monasterio Sanctarum Flore et Lucille de Aretio, S[ignatus] 80) est caractéristique des pratiques d’enregistrement des livres dans la congrégation padouane (cf. Cantoni Alzati 1982). Je remercie Véronique Rouchon pour son aide dans la consultation de ces deux notes.

16 J’ai repéré une autre attestation de cette note dans le manuscrit Cité du Vatican, BAV, Chigi B IV 57, qui contient une lettre-traité sur le salut et la prédestination du chanoine florentin Francesco da Castiglione au moine Simone de S. Fiora et la réponse de ce dernier (1476), et qui est marqué à trois reprises (deux fois au verso du premier folio et une fois dans la marge inférieure du f. 2r où commence l’œuvre) de notes de possesseur rédigées selon la formule très caractéristique de la congrégation de Sainte-Justine : Iste liber est monacorum congregationis Sancte Justine ordinis sancti Benedicti deputatus monasterio Sanctarum Flore et Lucille de Aretio signatus .49. dans la forme développée ou Iste Liber est Monasterii Sanctarum Flore et Lucille de Aretio. Signatus .49. dans la forme abrégée. Le traité de F. da Castiglione (f. 1r-33v) daté du 12 septembre 1476 est suivi de la réponse de Simone datée du 17 octobre 1476 (f. 33r-38v) et de quelques notes de sujet théologique d’une écriture très serrée (f. 40r-48v). Le traité fut également copié dans le zibaldone de l’auditeur pontifical Anfrione Benedetti de Lucques le 4 novembre 1481 (Transcriptum per me Amphyonem Benedictum Lucensem auditorem iuris pontificii tunc temporis Bononie incumbentem, die .IIIIa. novembris anno Domini M°CCCCLXXXI in domo domini Francisci de Canonicis, pontificatus sanctissimi domini domini Xisti pape quarti anno eius X°), ancien élève à Lucques de Giovanni Bartolomeo Carminati de Brescia, l’actuel manuscrit Lucques, Biblioteca Statale, MS 1449, f. 1r-44r (f. 44r pour la note) ; il s’agit d’un manuscrit tout à fait caractéristique des miscellanées humanistes nées à la rencontre entre la culture scolaire de petits centres (en l’occurrence Lucques ; pour comparaison et contextualisation, voir Cortesi 1981) et la culture acquise au cours d’une carrière en l’occurrence curiale. Quant à la réponse de Simone, elle figure aussi dans le recueil épistolaire d’Aliotti (Arezzo, BCA 400, f. 315r-316v). Le manuscrit de la Vaticane est signalé par Bausi 1991, p. 137, n. 67 et p. 157-158 et Bausi 2011, p. 398, 424-425 ; celui de Lucques (qui méritera d’être étudié en tant que tel) par Mancini 1900, p. 217-218 ; Kristeller 1963-1997, vol. I, p. 260 repris par Fubini 2003, en part. p. 236, note 79. Aucun de ces auteurs ne fait le lien entre les deux copies, ni a fortiori avec la lettre du recueil épistolaire d’Aliotti.

17 Sur le contenu du manuscrit d’Arezzo voir Catalogo di manoscritti filosofici 2000, p. 80 ; Cardini – Viti 2003, n° 30, p. 64-65 (M. C. Flori) ; I Manoscritti medievali Arezzo, 2003, n° 87, p. 84 ; Cardini – Viti 2004, n°1 ; Hankins 1997, vol. 1, n° 17, p. 3. Ce manuscrit s’ouvre sur une version du dialogue d’Aliotti De optimo vite genere, voir Caby 2012.

18 Description dans I Manoscritti medievali Pistoia 1998, n° 279, p. 130 sans identification de l’œuvre d’Aliotti qui y est conservée, à propos de laquelle on consultera dans l’immédiat Caby 2016a.

19 Bandini 1774-1778, vol. II, col. 516-531 et la bibliographie citée sur le site : http://opac.bml.firenze.sbn.it/Bibliografia.htm?idlist=&record=825512464379.

20 Cf. Zippel 1958, qui cite plusieurs manuscrits de miscellanées humanistes dans lesquelles la lettre circule parfois réécrite, voire attribuée à Lorenzo Valla en raison de sa charge anticléricale (par exemple Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, Lat. XIV 215 [4675], f. 49v-52r ; cf. Zorzanello 1980-1985, III, p. 301-suiv.). Sur le manuscrit Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, Lat. XI 80 (3057), voir Zorzanello 1980-1985, I, p. 518-536 ; Kristeller 1963-1997, II, p. 254 et Censimento Bruni 2004, II, p. 240-241 avec bibliographie.

21 Par exemple, Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 111v : ad amussim id est « ad plenum ad unguem ». Est enim amussis regula fabrorum id est « la squadra ».

22 Les lettres d’Aliotti, ou à Aliotti, se trouvent aux folios 84r-124r ; cf. Caby 2013, chap. 2.

23 Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 127r (inc. Peculiaris in omnibus humanitas). De fait la lettre ne figure pas dans le recueil arétin, ni d’ailleurs dans Bertalot 1990-2004.

24 Sur Pietro Pacini, on partira désormais de Casetti Brach 2014, très informée sur son activité d’éditeur mais qui ne tire pas le moindre parti de la ressource exceptionnelle que constitue le recueil de la laurentienne, d’ailleurs désigné sous un titre obsolète.

25 Sur la copie des lettres de Bruni, voir Censimento Bruni, I, 1993, p. xv et 91-92 ; outre notre manuscrit, une copie du commentaire de Juvénal (Firenze, Biblioteca Riccardiana, MS 1190, cf. I manoscritti datati Riccardiana 1999, p. 20) et la copie des lettres de Bruni, tous cités dans Casetti Brach 2014, il faut ajouter un autre manuscrit copié par Pacini : il s’agit d’une Vita S. Bernardi conservée dans le manuscrit Londres, British Library, Harley 3714, cf. http://www.bl.uk/catalogues/illuminatedmanuscripts/record.asp?MSID=4363&CollID=8&NStart=3714 [consulté le 25/01/2015].

26 Le manuscrit est cité par G. Mercati, Traversariana, dans Mercati 1939, vol. I, p. 51, n. 2.

27 Il s’agit de la fameuse lettre adressée le 5 août 1470 par le cardinal Bessarion à l’abbé Bessarione membre de la congrégation de Sainte-Justine de Padoue et supérieur de San Severino de Naples, à propos de la chute de Négrepont ; la lettre est signalée et éditée par John Monfasani dans Monfasani 1995, n° II, p. 165-209 (Bessarion Latinus), en part. 196-201, selon lequel la version conservée dans ce manuscrit, bien qu’assez fautive, « probably preserve readings of the actual letter sent to Naples ». L’anthologie conserve également une lettre de Cristoforo Moro sur le même sujet (Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 43v-45r).

28 Florence, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 52rv : la lettre à un disciple siennois est éditée dans De Feo Corso 1940, en part. 311.

29 Kibre 1979, en part. 288-291.

30 Sur le manuscrit, Morpurgo 1893, p. 261 ; Censimento Bruni, II, p. 103-104 ; I manoscritti datati Riccardiana 1999, p. 20-22 ; cité dans Viti 2008.

31 Cattana 1978 ; Hankins 2003b, p. 453 qui cite un autre manuscrit transmettant le texte.

32 Cf. Bausi, 1998.

33 La lettre à Paul II rédigée par Aliotti nomine capituli Aretini est conservée dans Arezzo, BCA, MS 400, f. 270rv ; le billet à Domenico Galletti, ibid., f. 297r. Elles sont éditées dans Scarmagli 1769, respectivement VI 50, vol. 1, p. 59-541 et VII 34, vol. 1, p. 604.

34 Salvini 1782, n° 347, p. 41 ; Piccolomini 1997, p. 409-413 : lettre à Antonio Agli le 15 février 1462, qui s’achève pas une salutation conjointe à Corbizzi et Leonardo Dati (concanonicos tuos), en part. p. 412, n. 5 où sont d’ailleurs signalés les échanges avec Aliotti.

35 Voir les lettres Arezzo, BCA 400, f. 66v-67r ; éd. Scarmagli 1769, vol. 1, p. 450-452 citée dans Viti 2006 ; commentée dans Caby 2013, chap. 1 (Échanges lettrés avec les chanoines florentins).

36 Frenz 1978, en part. 303 n. 9. Resterait à déterminer si ce personnage est le même que l’auteur du Colax, comédie datant de 1450 et reprenant le Hiéron de Xénophon traduit en latin par Bruni : cf. Bandini 2005.

37 Verde 1987, en part. 46 « Inventario venuto da Roma da ser Bartolomeo da Pescia fratello di messer Antonio dele sustanze di detto messer Antonio fatto in Roma adì 19 di dicembre 1469, el quale messere Antonio morì in Roma adì 13 di dicembre 1469, del quale inventario fu roghato ser Iacopo d’Antonio di Montalari da Pescia dioecesis di Lucha notaio apostolicho ed imperiale » ; cf. Bianca 2004, en part. p. 346.

38 Cela explique peut-être la présence aux folios 72v-74v de quatre lettres de, ou à, l’archevêque de Capoue (probablement Giorgano Gaetani † 1496), dont une adressée au cardinal de Porto et vice-chancelier (Rodrigo Borja cardinal neveu de Calixte III ?) pour lui recommander un familier […] Gregorius Tuscus qui est Neapoli apud regem, omnino magni pendit inire familiaritatem tuam. Est is vir imprimis eruditus grecarum litterarum perquam peritus : fuit enim in Grecia multos annos […] (f. 74r).

39 Voir aussi le fragment de lettre du f. 75r intitulé Residuum cuiusdam sue epistole per me (le copiste ?) invente et qui fait allusion à la recommandation à un prélat d’un frater G. provincialis Carmelitensis ordinis huiusce provincie, vir bonus familiarisque meus envoyé par le général de son ordre traiter une affaire difficile à Rome.

40 Gualdo 2005 : Pietro da Noceto connut le faîte de sa carrière sous Nicolas ; il quitte brutalement la curie à la mort du pontife, le 25 mars 1455, ce qui confirme la datation de la lettre avant cette date. Sur le rôle des carrières curiales dans la diffusion de certaines pratiques dans les petits centres urbains de toute l’Italie, voir aussi supra note 9.

41 Sur le maître Taddeo, voir Battistini 1929 ; Black 2007, I, p. 390-391 et 420. Voir aussi infra note 47.

42 Selon Passerini 1858, p. 50-51, Matteo di Giovanni Corsini fut vicaire de Pescia et du Val di Nievole en 1454 ; sa source probable est Petrucci 1965, p. 147. Pour comparaison, voir les mélanges lucquois transmettant les écrits du maître Gian Pietro d'Avenza (ou de Lucques) étudiés par Cortesi 1981 (auxquels peut être ajouté le manuscrit témoignant de l’activité du maître Giovanni Bartolomeo Carminati de Brescia cité note 16 et qui mettent en évidence une circulation intense d’hommes et d’œuvres entre Lucques, divers autres centres intellectuels (notamment en Vénétie principalement) et la curie.

43 Pontone 2011.

44 Sur le manuscrit provenant de la Badia florentine (cf. f. 1 Est Abbatiae Flor. 5. n° 15), voir Mercati 1939, vol. I, pp. 1-96, en part. note 2, p. 51, qui reprend en partie les descriptions de L. Mehus (Mehus 1759, vol. 1, p. iv) et de G. M. Bandini (Bandini 1791-1793, vol. II, col. 456) ; Censimento Bruni 2004, p. 62-64; Hankins 2003a, p. 77 d’où l’on peut tirer la description suivante : cart. XV ½, ff. iii (recc.) + ii + 167 (pagination moderne qui saute les feuillets blancs) + iii’ (rec.) ; écriture semigothique serrée de petit module, deux initiales enluminées a bianchi girari correspondant au L de Leonardus dans la section des lettres de Bruni et au A de Ambrosius dans la première section des lettres de Traversari. J’ai consulté le manuscrit à partir d’un microfilm réalisé en juillet 1968.

45 Florence, BML, Strozzi 104, f. 105r : Alie quamplures prefati et sancti viri / fratris Ambrosii epistule manu / mei Benedicti Biffoli tha-/ bellionis Florentini in / ultimo huius libelli / scripte sunt in ipsius / prelibati sacerdotis memoria, quem cognovi. Sur Benedetto Biffoli, cf. Scrivano 1968 et Biffoli 1994. Le même Benedetto Biffoli copia également en 1460 une anthologie poétique actuellement Florence, Bibl. Riccardiana, MS 1091 (répertorié dans http://manus.iccu.sbn.it//opac_SchedaScheda.php?ID=0000087111), cf. f. 225v : « Rubriche dell’opere le quali sono scripte nel presente volume di mano di me Benedetto Biffoli notaio fiorentino nel 1460 ». Il s’agit sans doute du Biffolus de la lettre de Traversari à Mariotto du 23 déc. 1436 (Traversari 1759, XV 43, col. 715 [=Luiso 1898-1903, XV 48]) d’ailleurs copiée dans le recueil Florence, BML, Strozzi 104, f. 85r (numérotation moderne en haut à droite) ; voir aussi les indications archivistiques à son sujet dans I manoscritti datati Riccardiana 1999, p. 12-13.

46 Cf. Caby 2014d.

47 Description dans Frati 1909, n° 1421, p. 90-93 ; Censimento Bruni 2004, n° 14, p. 18. Sur Taddeo, voir supra note 41.

48 Sur ce manuscrit, voir la récente description de Licciardello 2004, en part. 988-999 (qui s’arrête peu sur les lettres concentrées aux f. 138r-161v). Sur le grammairien Antonio d’Arezzo, Black 1996, p. 436-437, 442-449 ; Black 2007, I, p. 72-76 et, sur ses liens avec le réseau des disciples de Traversari, Caby 2014b avec bibliographie complémentaire.

49 Sur ce phénomène, voir Revest 2013 et sa contribution dans ce dossier.

50 On aurait pu approfondir de ce point de vue la circulation de l’oraison funèbre composée par Aliotti pour Bartolomeo Zabarella (Arezzo, BCA, MS 400, f. 20v-22r ; éd. Scarmagli 1769, vol. 2, p. 311-316 ; cf. Caby 2013, chap. 1) ou de la lettre de consolation à l’évêque d’Arezzo Lorenzo Acciaiuoli pour la mort de sa mère qui figure dans le codex 400 de la BCA, aux feuillets 151r-155r (inc. De obitu sancte memorandeque matris tue) et aux feuillets 219r-232r du manuscrit 914 de la bibliothèque Riccardiana de Florence, qui n’est autre qu’un manuscrit « miscellaneo » réalisé par Bartolomeo Fonzio (cf. l’analyse qu’en propose Bausi 2011, p. 329-366, en part. 341 pour la lettre de consolation).

51 Arezzo, BCA 400, f. 77v ; éd. Scarmagli 1769, II 7, vol. 1, p. 91.

52 Cf. Poggio Bracciolini 1980, n° 33, p. 28 (qui reconnaît la lettre d’Aliotti) ; Feo 1991, p. 140 ; et Censimento Bruni 2004, p. 65 qui cite la lettre d’Aliotti, sans l’identifier (« lettera di un Hieronymus forse aretino a Benedetto Aretino prestantissimo iurisconsulto, datata Roma 18 luglio 1444 »). Le petit ensemble est copié d’une cursive humaniste qui semble différente de celle qui copie le reste du manuscrit et qui s’interrompt au folio 107r (les folios 107v-108v sont blancs). Le manuscrit se termine (f. 130v-133r) par un ensemble d’épitaphes tracé d’une autre main encore.

53 Non vidi. Cf. Ferri 1920, en part. n° 16, p. 323-324 ; Kristeller 1963-1997, vol. II, p. 64.

54 Kristeller 1963-1997, vol. II, p. 245-246. J’ai consulté un microfilm négatif réalisé en juillet 1994.

55 Arezzo, BCA 400, f. 8v-11v ; éd. Scarmagli 1769, I 31, vol. 1, p. 59-67.

56 Outre la lettre d’accompagnement à Poggio, citée à la note suivante, le dossier devait comporter, à en croire cette lettre, une copie in progress de l’opuscule De monachis erudiendis, et trois lettres à Lavagnoli : celle du 14 octobre 1441 citée à la note 55 et deux autres concernant la difficile genèse de l’opuscule (sans doute deux lettres à Iacopo Lavagnoli des premiers jours de septembre 1441 du 10 octobre 1441: Arezzo, BCA 400, f. 7r-8r et 12r-13r ; éd. Scarmagli 1769, I 30 et 35, vol. 1, p. 54-58 et 70-73, à propos desquelles voir Caby 2013, chap. 4, ii/1 « Facéties autour d’une écriture contrariée »).

57 Arezzo, BCA 400, f. 73r (éd. Scarmagli 1769, I 28, vol. 1, p. 51-52) : Addo et tertiam consolatoriam, que partim est etiam gratulatoria. In ea quidem gratulatione imitatus sum doctissimum Cincium scribentem ad te. Verum ita modeste me gessi, ut mea sententia non sim furti arguendus. Neque enim solemus viatoribus ac erronibus furti crimen impingere, quod ex vitibus que secundum viam coaluerint, unum atque alterum racemos legerint. Tum vero consuevimus furti quempiam insimulare, cum vineam irruperit alienam et oppletis canistris aut onerato assello inhonestas vindemias fecerit. Sed audiam quid tu sentias et conquiescam tibi. La lettre figure également dans les manuscrits Firenze, BML, Plut. 90 sup. 36, f. 102rv et Venise, Biblioteca nazionale Marciana, Lat. XIV 180 (4667), f. 70rv.

58 Éd. Bertalot 1929-1930, en part. 165-168 ; Harth 1984, p. 331-334.

59 Le manuscrit, du dernier tiers du XVe siècle (peut-être 1475 si l’on en croit la date de compilation de la première unité textuelle, f. 17v), fut sans doute compilé et utilisé par un étudiant allemand ayant fréquenté le Studium de Pavie à l’époque où y enseignait Baldassare Rasini, peut-être le prémontré Eberhard prévôt de Lorsch dont plusieurs textes figurent dans le recueil. Outre les lettres de Rasini (cf. Sottili 1993, en part. p. 82-90, 99-107 et les éditions App. VI-VII, X-XII, p. 568-574 à partir de ce manuscrit) et du prévôt, le manuscrit conserve aussi un traité sur les heures canoniques et quelques autres brèves pièces d’usage régulier, l’Ars nova epistolarum de Giovanni Serra (1447), des discours de Ruggero Conte (Ruglerius de Comite) et d’autres discours humanistes, une importante collection de lettres de, et à, Guarino de Vérone et une version de l’Ilias latina. Description sommaire dans Pitra – Rossi 1886, p. 161-162 ; reproduction numérique disponible : http://digi.vatlib.it/view/bav_pal_lat_492

60 Kristeller 1963-1997, vol. III, p. 681. Non vidi.

61 Non vidi. Je m’appuie sur la description de Thurn 1973, p. 53-55.

62 Ce manuscrit est signalé par Bertalot 1990-2004, n° 2688 (Vix superioribus tuis Mutinensibus rescripseram) comme une des deux attestations de la lettre avec le manuscrit d’Arezzo. Sur le manuscrit de Munich, un mélange humaniste tout à fait caractéristique du genre, sans doute composé par Hermann Schedels en 1463, voir Catalogus codicum 1868 , p. 79-90 et Sottili 1969 qui fournit (n° 98 p. 409-435) une description très précise du contenu du codex.

63 On remontera à la bibliographie à partir des articles de Sottili 1968 et du recueil d’articles Sottili 2006 ; Forner 2007 ; Rosso 2011a et Rosso 2011b et enfin Cortesi 2012.

64 On pense évidemment à Sottili 1967-1972. Voir aussi note précédente.

65 Fioravanti 1987, Black 1996 et Black 2007. Pour Lucques, on peut ajouter le matériel signalé par Cortesi 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Caby, « Pour une histoire des miscellanées humanistes dans les ordres religieux. À propos de la circulation de quelques œuvres de Girolamo Aliotti au XVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2900 ; DOI : 10.4000/mefrm.2900

Haut de page

Auteur

Cécile Caby

Université Lyon2 – CIHAM UMR 5648 -Cecile.Caby@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org