Navigation – Plan du site
Varia

Un manuel de comptes pour les petits marchands : Per tenir conto de Graziol della Corona, (marchand) vénitien du début du XVIe siècle

Matthieu Scherman

Résumés

La découverte d’un manuel « pour tenir les comptes » du début du XVIe siècle dans les archives de Trévise renseigne sur les pratiques et les savoirs marchands entre fin du Moyen Âge et début de l’époque moderne. Le manuel prend l’exemple d’un petit marchand vénitien actif dans le commerce du vin au Rialto et il est destiné à l’enseignement de la tenue des comptes en partie double. Le manuel se divise en trois parties, la « Rubrica », une espèce de sommaire dans lequel les différents cas à traiter sont énumérés et les deux principaux registres d’un marchand tenant ses comptes en partie double : le journal et le grand livre. Il démontre la diffusion, du moins en théorie, du modèle de la comptabilité en partie double et les marchands, bien que d’envergure modeste, participèrent aussi à cette diffusion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Smith 1924, p. 314 l’auteur dit qu’il répond à une demande de la part de « jeunes ». Sur les arith (...)

1Dans la section Comunale de l’Archivio di Stato de la ville de Trévise, nombreuses sont les « buste » à être inscrites dans l’inventaire comme contenant des « atti vari », des documents divers et variés. Or, des documents dignes d’intérêt y dorment paisiblement. Ainsi, dans la « busta » 324, coincé entre deux registres des délibérations du podestat de la ville, se trouve un manuel de comptes à l’usage des marchands rédigé au début du XVIe siècle et sur la première page la raison, limpide, de sa rédaction est renseignée : « Per tenir conto », pour tenir les comptes. D’ailleurs, le public trévisan semble propice à accueillir un tel type de livre. En effet, déjà en 1478, un manuel d’arithmétiques a été imprimé pour la première fois à Trévise1.

  • 2 Le journal est le registre comptable dans lequel sont inscrits quotidiennement les opérations banc (...)
  • 3 Cf. édition en fin d’article, fol. 2 feuillet gauche et fol. 3 feuillet gauche du Grand Livre.
  • 4 Mueller 1997, p. 454-458. Sur les déclarations de 1514, Crouzet-Pavan 1992, p. 741-759.

2L’auteur, ou en tout cas le marchand actif à Venise pris comme illustration dans le manuel, se nomme Graziol della Corona et semble être un inconnu des archives. Il est mentionné dans le livre pour la première fois au début de la partie « journal » du manuel au fol. 5 lorsqu’il indique l’argent comptant qu’il détient à la date du 11 février 15112. C’est pour le moment la seule information disponible le concernant et, malheureusement, les recherches dans les Dieci Savi alle Decime de l’Archivio di Stato de Venise n’ont rien donné. Si l’auteur s’est inspiré de sa propre situation, on aurait pu le trouver dans les documents puisqu’il serait propriétaire de maisons à Venise et de terres dans la région de Padoue3. Des éléments qui devaient l’assujettir au paiement de la « decima », un impôt direct créé en 1463 fondé sur les déclarations des Vénitiens et sur un cadastre effectué dans chaque paroisse de la ville4.

  • 5 Jeannin 1998. Spufford 2002. Hoock, Jeannin 1991.

3Les manuels à l’usage des marchands ont fait l’objet d’un surcroît d’attention durant les dernières décennies ce qui a contribué à améliorer les connaissances sur les savoirs et les pratiques marchands aux époques anciennes  ; des analyses ont été conduites sur leur contenu et leur diffusion5. Dans le cas du manuel manuscrit retrouvé à Trévise, il apparaît peu plausible qu’il ait fait l’objet d’une édition, par contre son analyse apporte un éclairage aussi bien sur les pratiques marchandes à Venise que dans sa « cité-sujette » Trévise, mais aussi, et surtout, sur la diffusion sociale des savoirs comptables.

4Ainsi, la présence d’un manuel d’origine vénitienne dans les archives de Trévise pose plusieurs questions : en premier lieu, une interrogation porte sur la formation des marchands trévisans. En effet, les explications de l’auteur envisagent la tenue des comptes en partie double. Cela signifie-t-il que certains marchands trévisans de la fin du XVe et du début du XVIe siècle font usage de cette technique ? En l’absence de comptabilités commerciales contemporaines, il n’est pas possible de répondre à la question même si la présence du manuel en est un fort indice. De plus, l’auteur ou le maître a dû avoir quelques lecteurs et auditeurs puisque son manuel est conservé dans les archives. Malheureusement, il n’est pas possible de déterminer son parcours menant aux archives, seules des hypothèses peuvent être émises à ce stade.

  • 6 Mueller 1997, p. 296 n.

5Un premier indice peut provenir de la nature des opérations décrites dans le manuel. En effet, elles correspondent aux types d’activités menés par les Trévisans, ils ne sont pas des marchands internationaux mais plutôt des marchands à l’envergure régionale. De surcroît, les cas présentés ne sont pas complexes et ne posent pas de problèmes commerciaux aigus. D’ailleurs, aucune réflexion n’est menée sur les opérations de change, mais cela aurait été un scoop car, avant 1558 et le Specchio lucidissimo d’Alvise Casanova publié à Venise, aucun manuel vénitien ne s’intéresse au marché des changes internationaux6. Par ailleurs, l’usage des lettres de change ne correspond pas aux pratiques de l’auteur puisqu’il se cantonne à une sphère locale, il n’a donc pas besoin d’utiliser de tels instruments : il ne fait que du commerce de marchandises, dont les modalités se perçoivent grâce aux exemples donnés dans son exposé sur la tenue des comptes. En cela, le contenu du manuel semble adapté au marché trévisan et c’est justement tout l’intérêt de ce document : il est rédigé par un acteur économique mineur qui ne fait pas partie du patriciat, qui commerce à l’intérieur d’un espace limité et qui confirme, s’il en était encore besoin, les intenses relations entretenues entre la capitale de l’État en formation et le premier territoire à faire partie de son domaine de Terre Ferme. Il met clairement en évidence la diffusion de la partie double au-delà de la sphère des grands marchands internationaux et, comme en Toscane, le système de la partie double est aussi répandue dans des couches sociales diverifiées.

6Dans une première partie, les caractéristiques physiques du document vont être décrites rapidement ; ensuite, la présence du manuel permet de poser justement la question de la diffusion sociale d’un savoir marchand et de s’interroger sur la formation pratique d’un marchand d’envergure modeste en analysant notamment les fondements d’un segment du commerce du vin mis évidence par ce document didactique.

Une transmission soignée des savoirs marchands

Une présentation du manuel soignée

7Le document est de dimension moyenne, formé par deux cahiers reliés de 20 folios chacun. Sa hauteur de 29 centimètres est normale puisqu’elle correspond à tous les documents rencontrés aux archives, mais avec une largeur inhabituelle de 18,5 centimètres, probablement des dimensions pratiques pour pouvoir être transporté aisément. Les marges sont tracées en fonction du texte à inscrire ou recopier dans le manuel. Tous les folios ne sont pas utilisés, de nombreuses pages sont restées vierges sur lesquelles les marges sont tracées, vingt-trois en tout et quatorze à la fin du livre. Devait-il être utilisé par la suite ?

  • 7 Jeannin 1998, p. 518 : « la fiction y a une allure de réalité parce qu’elle est calquée sur le rée (...)
  • 8 Pacioli 1975, dans le chapitre 13 il explique précisément la façon de faire : les règles doivent ê (...)

8La disposition choisie se répète au fil des pages : les marges sont placées quasiment de la même façon d’une page à l’autre et le texte est organisé d’une manière similaire à chaque page, comme dans n’importe quel livre de comptes reportant les activités « réelles » des marchands7. En effet, pour le tracé des marges, il suit ce que considère Luca Pacioli – l’auteur d’un traité sur la partie double De divina proportione, Tractatus X, De scripturis, imprimé pour la première fois à Venise en 1494 – comme obligatoire, c’est un premier indice pour émettre l’hypothèse d’un manuel complémentaire d’un cours puisque des traits sont tirés sur tous les folios. Il se peut que ce soit le cahier d’un élève ou celui d’un marchand en formation qui aurait recopié et tracé les marges en suivant les explications orales du maître, semblables à celles énoncées effectivement par Pacioli8.

9Pour la « Rubrica », c’est-à-dire l’index du manuel, quatre marges ont été tracées : une première à gauche qui sert à régler les premiers mots de la phrase et à aligner parfaitement chaque entrée. Les entrées commencent quasiment toutes par « Quando » et il inscrit le « Q » en dehors de la marge. Les trois autres marges sont situées à droite, la première sur laquelle il inscrit le « k » de « carta » pour renvoyer le lecteur vers le cas correspondant, la deuxième où il inscrit « n° » pour le numéro du cas et la dernière pour inscrire le numéro entre les marges. Par exemple, voici le cas « numéro » 7 au folio 1 droit, « Quando tu te trovassi aver qualche marchadantia k 7 n° 8 ». Cela signifie que l’entrée concernant les marchandises possédées se trouve au folio 7 et que c’est le cas numéro 8 du journal.

10Dans le journal où sont expliqués les cas, la même disposition est utilisée, avec une marge à gauche où il écrit le N de « Notta » qui introduit le problème à présenter, suit sous cette explication l’écriture avec l’abréviation du « Per » qui signifie « Pour », terme comptable qui indique le débiteur et A le compte à créditer. Les renvois au grand livre sont aussi renseignés, avec l’exposant pour indiquer le débiteur et le numérateur pour le créditeur, les deux folios où la même écriture doit être portée, une dans la partie gauche du grand livre, soit la partie des débits, et une dans la partie droite, la partie des crédits. L’exemple cité ci-dessus apparaît donc au folio 7 du journal fiction :

Numero 8

Notta quando tu te trovassi aver botte numero 10 de vini che fosse
anffore 16 che valesse ducati 6 ¼ l’anffore tu die far la parttida in
zornal in questa forma :

4/1 Per Vini visintini A Chavedal per l’amontar de bote 10 fo anffore 16
meto valer ducati 6 ¼ l’anffora monta ducati 100 D 100 £ ***

11Ici un compte de marchandises est ouvert pour les vins de la région de Vicence au folio 4 du grand livre et le compte Capital se trouve au folio 1.

12Le grand livre fictif dispose de davantage de marges, deux à gauche pour inscrire la date et quatre à droite, une pour renseigner le folio du renvoi à l’autre partie de l’écriture dans le grand livre et les trois autres pour inscrire la somme avec le D de ducat et les deux autres, qui ne sont que très rarement utilisées, serviraient à indiquer les livres et les sous.

13Dans le grand livre, voici comment est enregistrée l’opération avec les vins de Vicence pour un montant de 100 ducats.

14Au folio 1 sur la partie droite, donc des avoirs :

Chavedal de io, Graziol da la Corona, die aver a dì *** ditto [1er février 1511]
per vini vixintini val k 4 D 100 £ ***

15Au folio 4 sur la partie gauche, donc des debits

Vini Visintini die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar de bote 10 fo
anffore 16, meto valer ducati 6 ¼ l’anffora, monta ducati 100 val k 1 D 100 £ ***

16De la sorte, la présentation du manuel est soignée : l’écriture est parfaite, les lettres sont bien formées, la taille des caractères élevée, le texte très aéré et le tout est aligné avec des dispositions similaires d’un folio à l’autre. De même, les abréviations sont limitées le plus possible et les termes employés ne posent pas non plus de problème et peuvent être compris par n’importe quelle personne intéressée au commerce et aux relations d’argent, voire par n’importe qui.

  • 9 Lane, Mueller 1985. Pour une synthèse récente sur la monnaie vénitienne, cf. Rossi 2012.

17Ainsi, la présentation est un chef d’œuvre de pédagogie : celui qui a copié le manuel a pris grand soin d’éliminer toutes les difficultés de formes pour en rendre la lecture agréable et aisée. De fait, les cas présentés sont simples mais, lorsque son contenu est étudié, on s’aperçoit que l’auteur explique finalement très peu et son enseignement correspond plutôt à une façon mécanique de tenir des comptes. En effet, il n’y a pas d’explication technique à la tenue d’un livre de comptes, c’est pourquoi il est probable que le destinataire n’est pas un novice ou qu’il n’a pas besoin de savoirs techniques sophistiqués, les affaires à enregistrer ne requérant pas une grande finesse dans l’analyse comptable. Cela se ressent dans les unités monétaires en usage dans la comptabilité fictive. En effet, il n’utilise que deux monnaies dans son livre : le ducat, la monnaie d’or, qui pèse 3,5 grammes d’or, presque pur, de la première émission en 1284 à la fin de la République en 1797 et le gros, une monnaie d’argent. Ce n’est pas la monnaie de comptes, « la lira a grossi » qui vaut 10 ducats, ici 1 ducat équivaut à 24 gros9. À une reprise, il emploie « la lira di piccoli », qui est aussi une monnaie de compte tandis qu’un ducat équivaut à 6 lires et 4 sous ou 240 « piccoli » (ou deniers) valent £1 de « piccoli » (fol. 14 feuillet droit du journal). Cette monnaie est employée lorsqu’il note ses achats au détail. Nouvelle preuve du rapprochement entre les pratiques fictives et réelles puisque, pour les petits achats de la vie quotidienne, les deniers sont effectivement utilisés à Venise.

18Le manuel est divisé en trois parties, la « Rubrica », l’index par lequel l’auteur indique les quarante-six cas qu’il va traiter, le « Zornal » ou journal et le grand livre de douze folios. Les deux derniers livres sont deux des trois piliers nécessaires au corps des marchands, selon les dires de Luca Pacioli. Il manque l’inventaire, dit aussi mémorial, mais il est évoqué à de nombreuses reprises dans le manuel et précisé qu’il est indispensable pour la bonne tenue des comptes notamment au fol. 6 concernant l’estimation des biens présents dans sa maison, au fol. 10, le cas 21 concernant les ventes au détail du vin, ou encore au fol. 14, l’opération 36 pour laquelle est expliqué comment tenir les comptes des achats nécessaires au fonctionnement de la maison. À chaque fois, les dépenses ou les ventes sont inscrites quotidiennement dans un livre que doit tenir le marchand à part pour être reportées par la suite globalement dans le grand livre, une fois les sommes totalisées. Ainsi, sans expliquer, il montre que le marchand doit tenir plusieurs registres de comptes et ce sont les annotations éparses dans le manuel qui le font comprendre au futur marchand.

  • 10 Voir ce qu’en dit Pacioli 1975, au chapitre 28 de Summa de arithmetica.

19En tout, trente-trois comptes dont vingt impersonnels en sus du compte « pro et dano », dont il n’explique pas le fonctionnement, sont ouverts10. Le compte « pro et dano » sert à savoir si des pertes ou des gains ont été enregistrés pour les différentes opérations, le manuel prenant l’exemple de la vente de vin.

20Le manuel ressemble à une espèce de vade-mecum destinée à l’organisation des affaires, à la fois de la maisonnée et celles engendrées par une petite activité marchande, mais avec la particularité de présenter la méthode de la partie double. De la sorte, il commence, comme dans les autres manuels de comptes, par indiquer le numéraire à disposition et l’argent dont il dispose à la banque. En effet, il insiste sur la nécessité de les enregistrer avant toute chose dans la caisse car ce sont les informations qui constituent les premiers éléments de comptabilité et c’est avec cet argent que l’auteur prévoit les débuts de son activité.

21Les quarante-six opérations déclinées et prises comme exemples peuvent se classer en plusieurs catégories. De la première opération à l’opération numéro 9, l’auteur fait l’énumération des biens, meubles et immeubles, qui sont placés au crédit du capital, le « cavedal ». Les deux opérations suivantes traitent des deux positions possibles dans les relations d’argent, créancier ou emprunteur. Pour la présentation des opérations comptables nécessaires à la résolution des deux cas, le caractère d’un apprentissage mécanique du manuel se perçoit dans la façon de poser le problème : il commence par établir les règles comptables lorsque Graziol est le débiteur. Il prend comme exemple un prêt de 10 ducats de Polo envers Graziol. Pour la tenue des comptes, cela équivaut à ce que Polo donne à la caisse, celle-ci est créditée, tandis que le « cavedal » donne à Polo. Pour une opération en sens inverse, lorsque Graziol est le créancier, Marini Contarini doit 40 ducats à Graziol. Ainsi, la caisse est débitée, elle donne à Marini, et le « cavedal » reçoit pour Graziol. De la sorte, en fonction des positions du marchand durant son activité, il pourra se reporter à ses notes pour savoir quels comptes débités et quels comptes crédités.

22Par la suite, il offre un aperçu des transactions effectuées par un marchand. Il est évident qu’il ne s’agit pas des surplus venant de sa propriété : il achète pour vendre. Les opérations liées au monde de la marchandise se poursuivent jusqu’à l’opération 21. Après sont présentés les paiements et les manipulations monétaires, à mettre aussi en rapport avec les opérations 10 et 11, jusqu’à l’opération 33 incluse. De l’exemple 34 au 39, il est question de l’entretien et du ravitaillement de la maison et de ses habitants. Avec l’opération 40, il recommence à mentionner ses opérations dans le commerce du vin, tandis que les six derniers cas concernent les locations de maison et le compte « pro et dano » découlant des opérations concernant le vin de la région de Vicence.

  • 11 Sur la réputation du froment en provenance de Padoue, Faugeron 2014, p. 177-178.

23En outre, il ne dit rien de la gestion de sa propriété terrienne et des revenus qu’il en tire. Or, cela aurait pu faire partie d’un cas puisqu’il décrit la façon d’inscrire dans sa comptabilité les loyers de ses maisons qu’il possède à Venise. En effet, le manuel est caractéristique de l’habitude des marchands de mélanger les opérations concernant la maisonnée et les pratiques commerciales au sein des mêmes registres comptables. Ainsi, il note toutes les dépenses liées à sa maison, comme l’achat de froment de la région de Padoue, réputé pour sa qualité11, les achats quotidiens ou encore les frais d’habillement de son frère, d’ailleurs moins élevés que les siens. Il a dû choisir des draps de moins bonne qualité et il s’agit peut-être aussi d’une leçon au futur marchand : prendre plus soin de soi-même que de ses frères et sœurs.

24L’ordre des cas est parfois touffu, sans logique. Alors qu’il prévoit l’opération pour inscrire les pertes provenant de la vente de vin, la 20e du livre, il faut attendre l’avant-dernière opération prévue par l’enseignant, la 45e, pour que soit renseignée la manière d’inscrire les gains commerciaux. Pour faire preuve de plus de clarté, il aurait peut-être dû le faire dès l’opération 21. Cela s’apparente probablement à la réparation d’un oubli, d’autant que la fin du manuel est totalement galvaudée. En effet, à partir du n° 43, il n’indique plus les renvois au grand livre et le paiement du loyer à son propriétaire, soldé en vin, n’est pas mentionné dans le grand livre. Par ailleurs, de nombreuses erreurs apparaissent dans le manuel. La plus grande étant que son compte ne tombe pas juste, alors que dans la comptabilité en partie double la somme des crédits et celle des débits doivent se compenser, ici, ce n’est pas le cas et cela est normal car le manuel n’est pas terminé. On trouve une différence de 83 ducats en faveur des débits : 3490 débits, 3407 crédits.

25En outre, il se trompe dans un renvoi concernant un certain Michiel Vidal, il écrit K 2 au folio 8 alors qu’il aurait dû inscrire K 1. De même, sur le report, le drap est à 36 gros et il note tout de suite après une valeur pour le drap de 32. Par ailleurs, il a oublié de reporter correctement une somme au fol. 9 gauche du grand livre. Dans le cas numéro 34, il achète 25 boisseaux de froment pour sa maison pour un montant de 12 ducats et 12 livres, or dans le compte Dépenses de maison, il a inscrit seulement 12 ducats. Enfin, il a interverti les locations : son locataire Zorzi loue sa maison à S. Polo selon la rubrique, or dans le grand livre, la maison dans laquelle loge Zorzi est localisée à S. Stae à l’endroit où l’auteur louerait lui aussi une maison.


  • 12 Comme le note Y. Lemarchand, « Le livre est souvent le prolongement d’activités d’enseignement et (...)

26Le manuel apparaît comme une comptabilité en partie double pour l’enregistrement d’opérations simples. En effet, dans ce livre aucune explication profonde n’est énoncée, il représente simplement une méthode mécanique à appliquer en fonction des opérations réalisées. À la différence de Pacioli, il n’explique pas la signification des signes permettant de distinguer un débiteur d’un créancier ou encore pourquoi il est intéressant de posséder un compte chez un banquier du Rialto. Ainsi, il est très peu pédagogique sur le fond, ce qui renforce l’idée qu’il s’agirait d’un simple complément à une instruction orale, un enseignement dispensé par la pratique, aux côtés du marchand12.

27De même, il n’envisage pas que différents comptes puissent appartenir à une même personne. Ainsi, il n’établit aucune distinction entre compte courant et compte à temps alors qu’il évoque les possibilités de paiements différés (cas 18 et 19) : le vin de « Marca », de la région des Marches, est payé à une échéance de quatre mois et cela aurait pu donner lieu à l’ouverture de deux comptes pour le paiement de la marchandise, le compte à temps étant clôturé et le solde renvoyé au compte courant au terme de l’opération commerciale. Il s’agit là d’une pratique simplifiée du commerce, sans écritures comptables complexes que l’on trouve dans les comptabilités des grands marchands. En outre, il n’y a aucune indication de pratiques des prix sur les autres places, des façons de vendre, des indications de mesure, alors qu’il utilise plusieurs mesures de quantité dans les exemples qu’il tire, probablement, d’une pratique quotidienne.

  • 13 Maryvonne Spiesser à la suite de Ludovic Viallet, parle de « marchands intermédiaires », Spiesser (...)

28Malgré tout, le manuel pour tenir des comptes permet d’apercevoir le marchand au travail, à considérer que l’auteur se réfère à des faits réels. Ce sont les achats et les ventes de vin qui donnent l’occasion à l’auteur d’énumérer les façons de faire du commerce. Il ne s’agit pas de simples ventes de surplus de la production des terres possédées mais de véritables acquisitions sur le marché dans l’optique d’une revente, en cela le manuel est bien destiné aux savoirs d’un marchand. L’intérêt provient justement de la diffusion sociale des savoirs : l’auteur ne fait pas partie d’une grande compagnie ou famille de marchands et les destinataires ne sont pas non plus des futurs grands marchands se mouvant sur les différentes places majeures de la finance et du commerce européen. Il s’agit de ces « marchands intermédiaires » nombreux mais n’ayant pas reçu la même attention par rapport à celle des grandes compagnies de la péninsule italienne13. Le manuel renseigne ainsi sur les pratiques marchandes d’une catégorie qui a laissé moins de traces au regard des grandes compagnies marchandes ou aux grands marchands internationaux. Or, selon le manuel, pour faire leurs comptes les marchands d’envergure modeste utilisent aussi la technique de la partie double, y compris pour des opérations qui paraissent, à première vue, simples. En tout cas, la conservation à Trévise d’un manuel ou d’un pense-bête destiné à tenir les comptes en partie double démontre la transmission sociale de la pratique. En cela, il confère un intérêt tout particulier à sa composition et à la diffusion sociale des savoirs qu’il suppose.

La formation d’un marchand d’envergure régionale : un manuel complémentaire à la formation orale ?

  • 14 Lowry 1979.

29Si le contenant est doté d’un caractère très pédagogique à l’image d’un instituteur formant avec élégance les lettres au tableau, le contenu n’offre pas les explications d’un grand manuel de comptabilité. De fait, il semblerait que cela soit une espèce d’aide-mémoire pour enregistrer les opérations de manière mécanique. Toutefois, il est intéressant car il s’agit d’un manuscrit et non d’un imprimé. L’interrogation des bases de données italiennes et des volumes d’Ars mercatoria n’a pas donné de résultats. Il s’agit sûrement d’un unicum et il semble parfaitement normal qu’il n’ait pas intéressé un des libraires-éditeurs de Venise, pourtant prolifiques14. Il faut alors se concentrer sur le contenu du manuel pour appréhender une partie de la formation marchande. De même, sa conservation à Trévise pousse aussi à compléter l’analyse par une interrogation sur les savoirs marchands et leur diffusion dans cette « ville-sujette » à cheval entre XVe et XVIe siècles. Ville moyenne dont l’historiographie a souvent jugé de sa faiblesse économique. Or, la proximité avec cette ville capitale peut aussi être considérée comme un atout. En effet, il y aurait quelques avantages à se retrouver à quelques kilomètres d’un des premiers centres économiques européens et des opportunités économiques et culturelles à saisir, qu’il s’agisse de la facilité de se fournir en produits d’Orient et d’Occident entreposés à Venise ou de la rapidité de diffusion de techniques de comptabilité, comme le laisse penser la conservation du manuel dans les archives.

L’identité du ou des « élèves »

  • 15 La possession de fourchettes en argent n’est pas si répandue, Palumbo Fossati Casa 2012.
  • 16 Scherman 2013, p. 124.

30C’est un marchand déjà bien aguerri qui peut utiliser le manuel, mais alors à qui est-il destiné si les opérations sont simples et que, certaines fois, elles ne sont pas assez expliquées pour permettre à un apprenti de se mettre au travail ? Des adolescents déjà habitués aux pratiques marchandes ? L’auteur donne l’exemple d’un Vénitien bien installé, possédant maisons à Venise, des couverts en argent et une pièce de terre en Terre Ferme, à Campo Croce, mais pas d’un marchand d’envergure internationale15. Le manuel est-il destiné à des professionnels convertis récemment ? L’analyse des trajectoires des porteurs de vin ou des voituriers sur l’eau trévisans a montré qu’il n’était pas rare qu’ils passent, pour certains, du transport de la boisson à son commerce16. Le manuel pourrait ainsi être destiné à des populations d’un certain âge en activité dans la ville depuis longtemps. Peut-être s’agit-il d’un Trévisan qui a suivi un enseignement à Venise ? Or, tout ceci n’est que pure spéculation en raison du manque d’information concernant la raison de la conservation du manuel dans les archives de Trévise.

La mise en pratique des savoirs : la structure du commerce et les relations financières d’un « petit » marchand

31En effet, il est fort probable que le manuel soit inspiré des pratiques de son auteur ou d’un intime. Pacioli a lui aussi utilisé ses connaissances pour rédiger son traité puisque durant son séjour à Venise, il est l’hôte d’un riche marchand de peaux de la Giudecca et, tout naturellement, le commerce des peaux est fréquemment utilisé pour appuyer sa démonstration. Ce manuel peut apporter quelques éléments à la compréhension du commerce du vin au détail.

32La présence du manuel à Trévise n’est certainement pas fortuite. Quelqu’un l’a utilisé pour gérer ses affaires. En effet, les échanges et les mobilités sont constants entre Venise et Trévise et il n’est pas rare que des liens de parenté unissent les habitants des deux villes. De surcroît, la simplicité des échanges correspond aux modes de commercer des Trévisans. Mais, il ne faut pas confondre simplicité et absence d’importance. Les Trévisans les plus actifs dans la marchandise réussissent à accumuler d’importantes fortunes qui leur permettent de posséder biens mobiliers et immobiliers. Le « professeur » serait donc un marchand de vin, pas au long cours, puisqu’il ne se déplace pas sur les marchés mais négocie les vins sur place à Venise, tout comme les Trévisans qui participent aux commerces sans se déplacer sur de très longues distances. Là encore, le lecteur n’apprendra rien sur la qualité des vins, sur la façon de les choisir, seules les modalités pour « tener conto » des achats et des ventes de vin sont évoquées. Néanmoins, des connaissances pratiques sont apportées par ce petit manuel.

  • 17 Melis 1984, p. 20 et sur le commerce de vin à Venise, récemment Faugeron 2014, p. 434-440 et Fauge (...)

33Le vin est évidemment un produit de consommation courante et il donne lieu à des échanges constants17. Le caractère massif du commerce du vin est prouvé par les sommes rapportées par les « dazi », les taxes d’entrée portant sur le vin : celui-ci fait rentrer, en 1500, dans les caisses de Venise 77 000 ducats. À la même date, celui sur l’huile n’apporte « que » 28 000 ducats. Le manuel offre ainsi la possibilité de s’arrêter sur les pratiques des acteurs des petits flux d’un immense commerce.

  • 18 Faugeron 2014, p. 656-658.
  • 19 Moretti 1998. Mueller 1998.

34Concernant l’organisation spatiale de son activité, des choix de localisations peuvent s’interpréter grâce à la teneur du manuel. Ainsi, il paraît préférer loger au plus près des lieux de transactions. Alors qu’il possède des maisons à Venise, dans la « contrada » de S. Polo, il loue une maison à S. Stae sur la rive droite du Grand Canal, du côté où les échanges se font ; la « Riva del vin », dont le nom vaut programme, est assez proche de son lieu de résidence18. Il devait avoir un accès direct au Grand Canal pour amarrer son embarcation, son « burchio », qui lui servait à transporter et entreposer son vin. En effet, les marchands de vin possédaient les embarcations dans lesquelles pouvaient s’effectuer directement les ventes au détail et il mentionne le « burchio » lorsqu’il prélève du vin vicentin pour sa consommation personnelle. Le vin destiné à sa maison sort ainsi de son embarcation sur laquelle devait travailler son unique employé, son « fante », originaire de la Dalmatie, de la ville de Cattaro, dans l’actuel Monténégro. Les Slaves étaient souvent cantonnés aux activités les moins qualifiées et étaient extrêmement nombreux à Venise19. Le fait qu’il emploie peu de personnel est une autre démonstration de la faible envergure du personnage. Toutefois, il conseille de tenir un registre supplémentaire pour inscrire quotidiennement les transactions concernant le vin afin de pratiquer convenablement un commerce au détail un tant soit peu actif. Les sommes seront additionnées à la fin de chaque mois et reportées au grand livre.

  • 20 Orlando 2000.

35Son commerce porte sur deux sortes de vin uniquement : celui de la région de Vicence et celui de la région des Marches. Le vin vicentin est présent sur le marché vénitien, mais au XVe siècle les vins de la région de Padoue et davantage encore ceux de la région de Trévise connaissent une plus grande diffusion. La mention du vin de la région de Vicence dans le manuel est peut être un signe de sa plus grande présence à partir du XVIe sur le marché du Rialto. D’amples portions de territoires sont dédiées à la culture de la vigne à l’intérieur de la Vénétie : la colline des alentours de Vérone, les vallées alpines, la Valpolicella, la Valpantena et les pieds des collines du Vicentin au nord, le nord-est et la région des collines bériques. Dans ces zones, la polyculture intensive est pratiquée comprenant la culture des céréales, des vignes et des arbres fruitiers, la célèbre « piantada »20.

  • 21 Farronato, Netto 1988, p. 211 et Sella 1944.

36Le vin de Marca, sûrement en provenance de la région d’Ancône, fait partie des vins que l’on nomme « navigati ». Venise est le plus important centre de distribution de tels vins et la présence des vins des Marches est aussi attestée à Trévise pusiqu’ils sont cités dans les statuts de la ville du XIVe siècle tandis que Pietro Sella, dans son glossaire, utilise toujours les statuts de Trévise de 1570 pour donner la définition du vin des Marches. Trévise semble ainsi recevoir régulièrement le type de vin mentionné dans le manuel21.

  • 22 Cas numéro 40 pour la taxation du vin de Vicence et fol. 6 partie débit du grand livre pour le vin (...)

37Concernant la taxation, le vin de la région de Vicence est plus taxé, proportionnellement, que celui des Marches, ce dernier étant nettement plus coûteux. Si le taux d’imposition semble convenir à la réalité pour le vin des Marches, puisque celui-ci est taxé à environ 25% de sa valeur, le montant donné pour le vin de la région de Vicence est excessif, puisqu’il est taxé, selon les calculs du manuel, à un taux de 43%22.

38Quant aux ventes, il considère qu’il ne cède pas ses vins à un tarif unique. Le manuel est une autre preuve que les prix ne sont pas fixés, qu’ils varient dans une fourchette selon les négociations entamées entre le vendeur et l’acheteur, ainsi que la qualité du produit, une qualité qu’il est impossible de déterminer en l’absence de précision dans le manuel. Le vin de la région de Vicence est acheté à 6 ducats ¼ l’amphore, à un autre vendeur, il est acheté au prix de 3,5 ducats l’amphore. Le vin de la région des Marches est acheté une première fois à 10 ducats l’amphore et la seconde fois à 12 ducats.

39Le vin vicentin est ensuite vendu à 7 ducats l’amphore, celui des Marches à 11 et 13 ducats. De même, les ventes qu’il aurait effectuées par petites quantités à la « quarta » et au « bigonzo » et en paiement comptant lui rapportent beaucoup plus. Il prend l’exemple de 10 amphores de vins vicentins. Or, ces ventes sont estimées à 84 ducats, soit 8,4 ducats par amphore bien plus que le prix d’achats et la vente en plus grandes quantités. L’exemple pris par l’enseignant confirme que les achats au détail coûtent plus chers que ceux effectués en grandes quantités. Lors des trocs, le prix de vente des vins, toujours les vicentins, contre des draps ou pour le paiement de son loyer, les estimations font aussi partie de la fourchette haute des prix, 8 ducats. C’est le montant qu’il alloue au compte vin vicentin lorsqu’il le prélève de son embarcation pour sa consommation.

  • 23 Pacioli 1975, chapitre 40.

40Luca Pacioli énonce neuf manières principales de marchander23. Le Vénitien en présente cinq : au comptant (opération n° 16, fol. 9 gauche), à terme (opération n°14, fol. 8 droit), contre de la marchandise (n°23), le troc (n°22) et par assignation, c’est-à-dire la technique qui consiste à régler ses dettes en assignant une créance détenue sur un tiers à son créancier, ici pour l’achat de vin des Marches (n°28 fol. 12). Ses pratiques sont donc moins fines, moins diversifiées que celles évoquées par Pacioli ; encore une fois, il s’agit de l’instruction d’un acteur mineur.

  • 24 Mozzato 2002.

41Un autre indice de l’utilisation du réel pour illustrer le manuel vient des achats de draps ou les échanges effectués avec les draps. Ainsi, il est souvent question d’un Alvise dalla Gatta drapier, or les dalla Gatta sont bien implantés dans l’industrie textile vénitienne et un Alvise, comme dans le texte, apparaît à plusieurs reprises dans la Mariegola de l’Art de la laine de Venise durant la première moitié du XVIe siècle24. À Trévise, des dalla Gatta sont propriétaires d’une « fornase », c’est-à-dire un four à briques, à tuiles et à cuire les pierres. Lorsqu’il veut vêtir son frère, les vêtements sont échangés contre du vin. Il l’habille ainsi chez Alvise dalla Gatta et achète six brasses de drap – à Venise le « braccio » équivaut à 0,68 mètres, comme à Vérone – et voici l’écriture dans le journal qui traduit en termes comptables la transaction, six brasses de tissus valent donc quatre « bigonzi » de vin de la région de Vicence :

Per Spexe de vestir de Uielmo mio fradelo per (sic) A Vini vixintini per bigonzi 4 ave ser Alvixe da la Gatta drapier a grosi 12 la quarta monta ducati 8 e son pano br. 6 per una a grossi 32 el brazo val D 8

  • 25 4 « quarta » = 1 « bigonzo » = 2 ducats, 4 « bigonzi » = 1 amphore = 8 ducats. Ces éléments sont v (...)
  • 26 Pini 1981, p. 176-181. Kula 1972, p. 497-538. Sur la « botte d’anfora » de Venise, Tucci 1967 et T (...)

42On le voit dans ses calculs, l’auteur utilise quatre mesures de capacité : l’amphore, « anfora », la « botte », la « quarta » et le « bigonzo ». Il permet ainsi de s’arrêter sur les unités de mesure utilisées à Venise. Il faut quatre « quarte » pour faire un « bigonzo » et quatre « bigonzi » pour une amphore25. La mention de ces mesures de capacité est symptomatique du commerce des liquides car la taxation ne se fait pas sur le poids ou la valeur des produits mais le plus souvent en fonction du contenant. C’est pour essayer de limiter les fraudes que Venise admet seulement la « botte d’anfora », construite sous surveillance, comme contenant réglementaire. Il existe trois types de contenant standards dans le commerce méditerranéen, la « botte » de Venise, la « botte di mena » de Naples et la « botte di mezzo migliaio di libbre » des Pouilles, de respectivement 600, 425 et 300 litres environ. Le contenant a une telle importance que Witold Kula parle à son propos d’une institution sociale26.

  • 27 Lane 1996.
  • 28 Lane, Storia di Venezia pour une petite histoire du « banco » Pisani.
  • 29 Pour approfondir le thème, Mueller 1997 et Lane 1996.

43Dans le manuel, deux autres aspects qui ont trait à l’économie et à la société vénitienne méritent une attention particulière. Une des premières opérations consiste à déposer de l’argent auprès d’une banque. Cela n’est pas une surprise puisqu’il a été calculé qu’environ un Vénitien sur trente possédait un compte vers 150027. Le « banco dei Pisani » chez qui Graziol détient un compte est une des quatre banques de dépôt présentes au Rialto, le principal lieu d’échanges et des transactions commerciales28. C’est pourquoi les principales banques sont situées dans les environs du Rialto29. L’originalité des banques vénitiennes tient dans le fait que leur fonction principale était de transférer les sommes engagées par écrit d’un compte à l’autre, d’où la dénomination de « banche di scritta », ce sont des dépôts sur des comptes courants. À l’origine, ce sont des bureaux de changes qui se sont transformés en banques, vers 1300, lorsque les premières attestations documentaires apparaissent. Ils commencent à accepter des dépôts, effectuer des transferts et des prêts. Les « banchi » facilitent les relations commerciales et Graziol le démontre avec éclat. En effet, il met en évidence le rôle d’intermédiaire du banquier entre les débiteurs et les créanciers. Graziol dépose 200 ducats sur le compte et celui-ci est plusieurs fois sollicité pour régler ses affaires commerciales et d’argent. Une première fois il est utilisé à l’opération 24, un de ses clients le met à profit pour payer son achat et sa dette est soldée par un jeu d’écritures au fol. 11 droit. On peut penser que le client possède lui aussi un compte dans ce banco. Pour l’exemple suivant, c’est Graziol qui paie, il retire une somme de son compte pour payer une partie de l’achat de vin (fol. 12 gauche et droit), enfin, à un autre moment, il dépose de l’argent (fol. 13 gauche). Juridiquement, les deux parties doivent être présentes au moment de la transaction.

  • 30 Pacioli 1975, chapitre 24 à propos de ces « banchi », « Vous pouvez être en rapport avec une banqu (...)

44Encore une fois, Pacioli est beaucoup plus pédagogue : à la différence de l’auteur du manuel, il ne se contente pas de coucher sur le papier un livre de comptes, mais il explique son fonctionnement et les raisons de la disposition. Ainsi, Pacioli insiste sur l’intérêt de disposer d’un compte dans une banque30. En quelque sorte, Graziol suit les recommandations de Pacioli sur le fonctionnement de la tenue des livres par rapport au banco. Ainsi lorsqu’il verse de l’argent en banque, il faut débiter la banque en « désignant ses propriétaires et associés » et il faut créditer la caisse : au fol. 13, il verse 40 ducats qui sont débités du banco et il crédite la caisse. Il y a bien le « Per » pour signifier le débiteur et le « A » pour la caisse comme créditeur.

  • 31 Mueller 1997, p. 4.

45Une autre banque est citée, celle des Agostini la plus petite des banques du Rialto, mais il n’y détient pas de compte. Il n’y a pas de jeu d’écritures possible, c’est pourquoi il reçoit du numéraire lorsqu’un de ses clients lui fait remettre de l’argent. Le caractère fictif du manuel se note pour l’opération décrite puisque la banque dont il est question n’existe plus en 1510, ayant fait faillite en 1508. Ces deux banques font aussi partie de celles mentionnées par Marin Sanudo dans ses Diarii en 149331.


  • 32 Luzzatto 1963. Mueller 1997, p. 453 et suivantes. Lane 1966. Knapton 1995.
  • 33 Sur tout cela, les références de la note précédente et Pezzolo 1990, p. 174-175.

46Un dernier compte, celui de la « Camera degli imprestidi », est aussi intéressant, il se trouve au fol. 3 du grand livre sur la partie des débits, c’est-à-dire à gauche32. En effet, depuis 1262, Venise finance ses guerres grâce à la création d’une dette publique financée par la participation des Vénitiens aux emprunts forcés et les contributions sont proportionnelles aux richesses. Ils détiennent ainsi des espèces d’obligations qui doivent leur rapporter des intérêts ou « paga », c’est-à-dire le montant semestriel des intérêts de la dette (ou « pro ») versés en théorie deux fois par an en mars et en septembre. Toutefois, la régularité est rarement de mise. Par exemple, les intérêts de 1434 sont payés avec un retard de 27 mois et ceux de septembre 1442 sont versés 5 ans et 9 mois plus tard. À la date de la rédaction du manuel, la dette repose sur trois « monti », le Monte Vecchio instauré en 1262, le Nuovo en 1482 et le Nuovissimo en 1509. Tous les « monti » sont gérés par la Camera degli imprestidi. Dans l’opération, il évalue à 25 ses obligations, c’est-à-dire que s’il les vend sur le marché, il perd 75% de leur valeur33.


  • 34 Hoock, Jeannin 1991, p. XXIX.

47Le document est un manuel de didactique « déclarant comment tenir des livres de comptes », se bornant « à la technique comptable » et encore une technique rudimentaire34. Il démontre malgré tout la diffusion du modèle de la comptabilité en partie double, du moins en théorie et les marchands, bien que d’envergure modeste, participent aussi à cette diffusion. Les nombreux contacts, résidences temporaires et liens familiaux entre la Capitale et sa plus ancienne et une des plus proches « cités-sujettes » ont poussé les opérateurs trévisans à s’approprier des techniques comptables sophistiquées. L’exemple offre également la vision d’un monde, majoritaire, de petits marchands qui mettent à contribution les mêmes techniques – certes moins raffinées et moins complexes à l’image de leurs transactions – utilisées par les grands marchands internationaux de Venise, Gênes, Milan ou encore Florence. Malgré tout, il est toujours difficile de connaître avec précision les modalités d’instruction des populations les moins connues des archives. Le manuel laisse penser à une instruction orale que l’écrit vient accompagner de manière plus synthétique. Le manuel pouvant être mis à profit dans la pratique quotidienne lorsque le sens des écritures a été oublié, c’est pourquoi le manuel serait doté d’un côté mécanique avec, presque à chaque fois la palette des possibilités offertes décrites, ce qui permet en cas de doute d’enregistrer dans un sens ou dans l’autre les informations. L’auteur évite une autre difficulté des comptes puisque l’ensemble apparaît atemporel avec toutes les opérations qui se déroulent le 11 février 1511. Des recherches plus approfondies dans les archives de Trévise du début du XVIe siècle pourraient probablement apporter des informations sur l’auteur et sur les élèves du marchand-enseignant.

Noms des personnes Position Journal compte grand livre
Alvise dalla Gatta Drapier 14d 10
Antonio de Zuane Vendeur du vin vicentin 8g, 12g 5
Fantin Rizo Troc Vin/Drap 10d, 11g, 12g 8
Francesco de' Zorzi Locataire 15d, 16d 11
Graziol della Corona Auteur du manuel 5d  
Guielmo Frère de Graziol 14d  
Iacomo Iustignan Propriétaire de l'habitation de Graziol 16g Incomplet
Ieronimo da Molin Emprunteur 13g 9
Luca Pisani Caissier du dazio del vin 15g  
Mafio de' Rossi Vendeur de froment 13d 9
Marco da Cataro Employé 15g 11
Marco de Jacomo Vendeur du vin des Marches 9g  
Marin Contarini Débiteur 7g, 11d 4
Michiel Saraton Acheteur du vin des Marches 10g 6
Michiel Vidal Créancier 12d 8
Nicolò Rosso Acheteur vin Marches 9d, 11g 7
Piero de Nicolò Vendeur du vin des Marches 8d, 12g 6
Polo de Jacomo Créancier 8g, 11d 5
Polo de' Santi Acheteur vin vicentin 9d, 13d 7
Stefano Grixi Officier du dazio del vin 9g  
Comptes impersonnels Journal Compte Grand livre
Banco dei Pisani 5d, 11g, 12g, 12d, 13g 1
Cavedal 5d, 6g, 6d, 7g, 7d, 8g 1
Cassa 5d, 9g, 10g, 10d, 11d, 12d, 13g, 14g, 15g, 15d, 16d 1
Stabele (les maisons dont il est propriétaire) 6g 2
Casa da stazio 6d 3
Posission in Campo Croce 7g 3
Camera degli Imprestiti 6d 3
Vini visintini 7g, 8g, 8d, 9d, 10d, 11g, 14g, 14d, 15g, 16g, 16d 4
Arzenti per uso de Casa 7d 4
Ofizio del dazio 8d, 9g, 15g 6
Vini de Marca 8d, 9g, 9d, 10g, 11g 6
Pani di 80 cupi 11g 8
Spese de casa 13d, 14g 9
Spese de vestire 14d 10
Spese de’ salariadi 15g 11
Fitti de casa 15d 12
Spese de’ Conzieri 15d 12
Arnixe e mobele de casa 6g 2
Pro e dano 10g, 16d 7

ARCHIVIO DI STATO DI TREVISO, COMUNALE, B. 324.

48Pour la partie « grand livre », par un souci de mise en page, j’ai mis un même compte l’un en dessous de l’autre et non, comme il se doit dans une comptabilité en partie double, l’un en face de l’autre. Les numéros des folios ont été laissés tels qu’ils apparaissent dans le manuel.

49Si les numéros sont à gauche, c’est que l’on se trouve sur la partie gauche du livre, inversement si les numéros sont à droite. Pour la partie « grand livre », les numéros de gauche correspondent au débit du compte, les numéros de droite, à la partie crédit.

PER TENIR CONTO

1

Rubrica

  • 35 biffé

Qui comenza la tavola overo rubrica da saver retrovar tutte quelle partide
che te farà de bexogno e prima :
Quando tu te trovassi aver danari contadi k 5 n° 1
Quando tu te trovasi aver danari in bancho k 5 n° 2
Quando tu volessi atignir conte de spe35 le robe de caxa k 6 n° 3
Quando tu te trovasi aver caxe in qualche luogo k 6 n° 4
Quando tu te trovassi aver qualche caxa da stazio k 6 n° 5
Quando tu te trovassi aver danari in la camera d’inprestidi k 6 n° 6


1

Rubrica

Quando tu te trovassi aver qualche possision k 7 n° 7
Quando tu te trovassi aver qualche marcadantia k 7 n° 8
Quando tu te trovasi aver arzentti per uxo di caxa k 7 n° 9
Quando tu dovessi aver danari da qualche persona k 7 n° 10
Quando tu dovessi dar danari a qualche perssona k 8 n° 11
Quando tu comprasi una roba e non pagarla si presto k 8 n° 12
Come se die far el dazio dal vin credador di vini che se conduxe de fuora k 8 n° 13


2

Rubrica

Quando tu comprasi vini a tempo k 8 n° 14
Quando tu pagasi subito el dazio de qualche vin k 9 n° 15
Quando tu comprasi vini e pagarli subito k 9 n° 16
Quando tu vendessi vini e non rezever si presto i danari k 9 n° 17
Quando tu vendessi vini a tempo k 9 n° 18
Quando tu vendessi vini e rezever subito i danari k 10 n° 19
Quando tu perdessi de vini che tu avessi venduto k 10 n° 20


2

Rubrica

Chome se die atignir conto del vin che se vende a menudo per zornada k 10 n° 21
Quando tu baratasi vini a qualche altra roba k 10 n° 22
Quando tu rezevessi robe de qualche barato k 11 n° 23
Quando el te fosse schritto danari in bancho k 11 n° 24
Quando tu rezevessi danari da qualche perssona k 11 n° 25
Quando tu dessi danari a qualche perssona k 11 n° 26
Quando tu fessi scriver danari in bancho a qualche persona k 12 n° 27


3

Rubrica

Quando tu fessi prometer danari a qualche persona k 12 n° 28
Quando el te fosse imprestado danari k 12 n° 29
Quando tu chavasi danari de bancho k 12 n° 30
Quando tu imprestasi danari a qualche persona k 13 n° 31
Quando tu metessi danari in bancho k 13 n° 32
Quando el te fosse scrito danari in banco te i dese subito de contadi k 13 n° 33
Quando tu co[m]prassi formento per caxa k 13 n° 34


3

Rubrica

Quando tu tolessi vin del tuo burchio per uxo de caxa k 14 n° 35
Quando tu volessi a tignir conto de le spexe che se fa ogni zorno per
caxa in carne e pesse et etc k 14 n° 36
Quando tu volessi a tignir conto del tuo vestir k 14 n° 37
Quando tu volessi a tignir conto de vestir de altre persone k 14 n° 38
Quando tu tolessi uno fameio a salario k 15 n° 39
Quando tu dessi danari al dazio del vin k 15 n° 40
Quando tu afittasi qualche caxa k 15 n° 41


4

Rubrica

Quando tu fessi conzar qualche toa chaxa k 15 n° 42
Quando tu tolessi qualche caxa afitto k 16 n° 43
Quando tu dessi vini a qualche paron per fitto de caxa k 16 n° 44
Quando tu avadagnasi de vini che tu avessi vendudi k 16 n° 45
Quando tu schodessi danari per fitto de caxa k 16 n° 46


Les folios 4 droite et 5 gauche ne sont pas remplis.


5
Numero 1

Notta quando tu volessi comenzar a tegnir conto ordenario de tuto
quello che tu te trovassi aver dico che tu die vardar quanti danari che
tu te truovi avere che poneremo che tu te trovassi aver ducati 400
de contadi tu die far la partida in zornal in questa forma :


1/1 Per Chassa A Chavedal de io, Graziol da la Corona, i quali
me trovo aver de contadi fra oro e monede in tuto ducati
400 £ val D 400 £ ***


Numero 2

Nota quando tu te trovassi aver ducati 200 nel banco di Pixani
tu die far la partida in zornal in questo muodo :


Per Bancho de’ Pixani A Chavedal i quali me truovo aver nel
dito bancho come per suo libri apar ducati 200 £ val D 200 £ ***


6
Numero 3


Notta quando tu volessi atignir conto de le robe e massarie de
caxa dico che tu die notar ogni cossa su uno foio de carta
e meter priexio a cadauna roba e da poi tu die sumar ogni cossa
insieme e far la partida in zornal in questo muodo :


2/1 Per Arnixe e mobele de caxa A Chavedal per l’amontar de più
robe stimade come apar per uno aventario D 140 £ ***


Numero 4


Nota quando tu te trovassi aver 4 chaxe in la contra’ de San Polo
che fosse stimade in tuto ducati 700 tu die far la partida in zornal in

questa muodo


2/1 Per Stabele A Chavedal per l’amontar de chaxe numero 4 poste
in la contra’ de San Polo stimade in tuto D 700 £ ***


6
Numero 5


Notta quando tu te trovassi aver una chaxa da stazio in la contra’
de San Vido che fosse stimada ducati 300, tu die far la partida in

zornal in questa forma :


3/1 Per chaxa una da stazio posta in la contra’ de San Vido A
Chavedal per l’amontar de ditta stimada D 300 £ ***


Numero 6


Notta quando tu te trovassi aver in la camera de inprestidi in sestier
de San Marco ducati 400 che valesse ducati 25 el cento, tu die far la

partida in zornal in questo muodo :


3/1 Per Chamera d’inprestidi in sestier de San Marco A Cavedal
per l’amontar de ducati 400 de quela moneda meto valer ducati

25 el cento monta D 100 £ ***


7
Numero 7


Notta quando tu te trovassi aver una posision de campi 40 in la
vila de Campo Chroxe tu die far la partida in zornal in questo

muodo :


3/1 Per possision in la vila de Campo Croxe A Chavedal per
l’amontar de campi numero 40, meto valer ducati 10 el campo

monta D 400 £ ***


Numero 8


Notta quando tu te trovassi aver botte numero 10 de vini che fosse
anffore 16 che valesse ducati 6 ¼ l’anffore tu die far la parttida in

zornal in questa forma :


4/1 Per Vini visintini A Chavedal per l’amontar de bote 10 fo anffore 16
meto valer ducati 6 ¼ l’anffora monta ducati 100 D 100 £ ***


7
Numero 9


Notta quando tu te trovassi aver arzenti per uso de caxa tu die

far la parttida in zornal in questo muodo :


4/1 Per arzenti per uxo de caxa A Chavedal per l’amontar di soto
scritti e prima :
Per 4 taze pexo onze 20 ducati 13
Per 12 pironi pexo onze 6 ducati 4
Per 2 ramini pexo onze 20 ducati 13
Per 1a confetiera pexo onze 10 ducati 10
Suma in tutto onze 56 montta ducati 40 val D 40 £ ***


Numero 10


Notta quando tu te trovassi aver qualche debittor che te dovesse
dar danari tu die far la parttida in zornal in questa forma :


4/1 Per ser Marin Contarini A Chavedal per resto e saldo de ogni raxon
fin questo zorno chome per suo schritto apar ducati 40 £ val D 40 £ ***


8
Numero 11

Notta quando tu dovessi dar a ser Polo de Jacomo per resto
ducati 10 tu die far la partida in zornal in questo muodo :


1/5 Per Chavedal A ser Polo de Jacomo per resto e saldo d’
ogni raxon come per 1° mio scritto apar ducati 10 val D 10 £ ***


Numero 12


Notta quando tu comprassi da ser Antonio de Zuane vini anffore
10 per ducati 3 ½ l’anffora e che tu non i dessi si presto i danari
tu die far la parttida in zornal in questa forma :


5/5 Per Vini visintini A ser Antonio de Zuane per anffore 10 a ducati
3 ½ l’anffora montta ducati 35 £ val D 35 £ ***


8
Numero 13


Notta quando tu comprassi anfore 10 de vini visintini di quali tu
dovessi pagar el dazio a ducati 2 per anfora e che tu non desi si
presto i danari al dazio tu die far la partida in zornal in questo

muodo :


5/6 Per Vini visintini A Ofizio del dazio dal vin per la stima de anffore
10 fo stimade anffo 7 ½ a ducati 2 per anffora monta ducati 15 £

val D 15 £ ***


Numero 14


Notta quando tu comprassi da ser Piero de Nicolò anfore 4 de vini
de Marca per ducati 10 l’anffora e che tu i dovessi dar i danari fin
mexi 4 tu die far la partida in zornal in questa forma :


6/6 Per Vini de Marca A ser Piero de Nicolò per anffore 4 a ducati 10
l’anffora monta ducati 40 termene mexi 4 val D 40 £ ***


9
Numero 15


Notta quando tu avessi comprado anffore 4 de vin de Marcha e che
tu pagasi subittamente el dazio tu die far la partida in zornal in questa

forma :


6/1 Per Vini de Marcha A Chassa contadi a l’ofizio del dazio del vin in
cassa de ser Steffano Grixi per dazio de anffore 4 a ducati 2 ½

l’anffora monta D 10 £ ***


Numero 16


Notta quando tu comprassi da ser Marco de Jacomo anfore 10 de
vin de Marca per ducati 12 l’anffora e che tu i dessi subito i danari tu

die far la partida in zornal in questo muodo


6/1 Per Vini de Marcha A Chassa contadi a ser Marcho de Jacomo per
anffore 10 a ducati 12 l’anffora monta D 120 £ ***


9
Numero 17


Notta quando tu vendessi a ser Polo de’ Sant anffore 6 de vin
vexentin e ch’el non te desse si presto i danari, tu die far la partida
in zornal in questa forma :


7/5 Per ser Polo de’ Santi A Vini vixintini per anffore 6 a ducati 7 l’anffora
monta ducati 42 £ val D 42 £ ***


Numero 18


Notta quando tu vendessi a ser Nicolo Rosso anffore 4 de vin de
Marcha a ducati 13 l’anfora e che el te dovesse dar i danari fin
mexi 8, tu die far la partida in zornal in questo muodo :


7/6 Per ser Nicolo Rosso A Vini de Marcha per anffore 4 a ducati 13
l’anffora monta ducati 52 e die dar i diti danari termene a mexi
prossimi val D 52 £ ***


10
Numero 19


Notta quando tu vendessi a ser Michiel Saraton anffore 10 de vin de
Marcha per ducati 11 l’anffora e ch’el te dese subito i danari, tu die
far la partida in zornal in questo muodo :


1/6 Per chassa A Vini de Marca contadi da ser Michiel Saraton per anffore
10 a ducati 11 l’anffora montta D 110 £ ***


Numero 20


Notta quando tu avessi venduto una quantità de vin de Marca del
quale tu avessi presso ducati 76, tu die far la partida in zornal in

questa forma :


7/6 Per Pro e dano A Vin de Marcha per dano seguido del ditto ducati

8 £ val D 8 £ ***


10
Numero 21


Notta quando tu vendessi vin a quarta e a bigonzo e a contadi, dico
che tu die notar ogni dì tuto quelo che tu vende suxo uno libreto e in
cavo del mexe tu die sumar ogni cossa insieme e far la partida in
zornal in questo muodo :


1/5 Per Chassa A Vini vixintini per anffore 10 vendute in più fiade tuto
el mexe de fevrer, in tuto ducati 84 £ D 84 £ ***


Numero 22


Notta quando tu dessi a ser Fantin Rizo anffore 4 de vini vixintini per
ducati 8 l’anffora a barato de tanto panno de 80 a grosi 36 el brazo,
tu die far la partida in zornal in questa forma :


8/5 Per ser Fantin Rizo A Vini vixintini per anffore 4 a ducati 8 l’anffora
monta ducati 32 a barato de pano de 80 a grosi 32 el brazo val D 32 £ ***


11
Numero 23


Notta quando tu avessi venduto a ser Fantin Rizo anffore 4 de vini a

Barato de pani de 80 a grossi 32 el brazo, tu die far la parttida in
zornal in questa forma :


8/8 Per Pani de 80 cupi A ser Fanttin Rizo per braza 24 a ducati 32
el brazo monta ducati 32 a barato de vini visintini a ducati 8
l’anffora val D 32 £ ***


Numero 24


Notta quando tu dovessi aver da ser Nicolo Rosso ducati 52 e che
tu i rezevessi nel Bancho de’ Pissani zoè che lui te i fesse scriver, tu
die far la parttida in zornal in questo muodo :


2/7 Per Bancho di Pisani A ser Nicolo Rosso i quali me fe scriver per
vini de Marcha ducati 52 £ val Ducati 52 £ ***


11
Numero 25


Notta quando ser Marin Contarini te dovesse dar ducati 40 e che
lui te desse de conttadi ducati 25, tu die far la partida in zornal in
questo muodo :


1/4 Per Chassa A ser Marin Conttarini conttadi da lui per parte de 1°
schritto ducati 25 £ val D 25 £ ***


Numero 26


Notta quando tu dovessi dar a ser Polo de Jachomo duchati 10 e
che tu ge i dessi de contadi, tu die far la partida in zornal in questa
forma :


5/1 Per ser Polo de Jachomo A Chassa conttadi a lui per pagamento
de uno scritto ducatti 10 £ val D 10 £ ***


12
Numero 27


Notta quando tu dovessi dar a ser Antonio de Zuane ducati 35 e
che lui te fesse scriver in Bancho de’ Pixani ducati 20, tu die far la
partia in zornal in questo muodo :


5/2 Per ser Antonio de Zuane A Bancho de’ Pisani i fixi scriver per
partte de’ vini visintini ducati 20 £ val D 20 £ ***


Numero 28


Notta quando ser Fanttin Rizo te dovesse dar ducati 32 e che ser
Piero de Nicholò dovesse aver ducati 40 e che tu fesi che ser
Fantin Rizo prometesse al dito ser Piero i ditti ducati 32, tu die far
la partida in zornal in questa forma :


6/8 Per ser Piero de Nicolo A ser Fantin Rizo i fixi prometer per mio
nome per parte del suo creditto ducati 32 £ val D 32 £ ***


12
Numero 29


Notta quando ser Michiel Vidal te inprestase ducati 50 de contadi,
tu die far la partida in zornal in questa forma :


1/8 Per Chassa A ser Michiel Vidal conttadi da lui per inprestido ducati
50 £ val D 50 £ ***


Numero 30


Notta quando tu trazessi del Bancho di Pixani ducati 25, tu die far
la partida in zornal in questo muodo :


1/2 Per Chassa A Bancho di Pisani, i qual trasi conttadi
ducati 25 £ val D 25 £ ***


13
Numero 31


Notta quando tu imprestassi danari a ser Ieronimo da Molin, tu die
far la parttida in zornal in questa forma :


9/1 Per ser Ieronimo da Molin A Chassa conttadi a lui per inprestido
ducati 10 £ val D 10 £ ***


Numero 32


Notta quando tu metessi nel Bancho de’ Pixani ducati 40, tu die far
la parttida in zornal in questo muodo :


2/1 Per Bancho de’ Pisani A Chassa i qual trasi conttady
ducati 40 £ val D 40 £ ***


13
Numero 33


Notta quando ser Polo de’ Santti te dovesse dar ducati 42 e che lui
te i fesse schriver nel Bancho de’ Agustini, i qual danari tu i
rezevessi subitto conttadi dal banco, tu die far la parttida in zornal in
questo muodo :


1/7 Per Chassa A ser Pollo de’ Santti conttadi dal Bancho de’ Agustini
ch’el me schrisse per tantti vini vixintini ducati 42 val D 42 £ ***


Numero 34


Notta quando tu comprassi da ser Mafio de’ Rossi stera 25 de
formento per chaxa e che tu non i dessi si presto i danari, tu die
far la parttida in zornal cussi :


9/9 Per Spexe de chaxa A ser Maffio de’ Rossi per formento Padoan
stera 25 a grossi 12 el ster montta ducati 12 £ 12 val D 12 £ 12


14
Numero 35


Notta quando tu tollessi anffore 1a de vin per chaxa, tu die far la
parttida in zornal in questa forma :


9/5 Per Spexe de caxa A Vini per anffore 1a a ducati 8 l’anfora montta
ducati 8 £ val D 8 £ ***


Numero 36


Notta quando tu volessi a tignir conto de quelo che tu spendi ogni dì
per chaxa in carne, pesse et altre cosse nezessarie, dico che tu die
notar tuto quel che tu spendi ogni dì sopra uno libreto e in chavo del
mexe tu die sumar ogni cossa insieme e far la partida in zornal in
questo muodo :


9/1 Per Spexe de caxa A Chassa conttadi per più spexe fatte per tuto
el mexe de fevrer chome apar in libro de le spexe a k 13, in tutto
£24 s. 16 val a oro D 4 £ ***


14
Numero 37


Notta quanto tu comprassi da ser Alvixe da la Gatta bracia 7 de
pano cupo de 80 per una vesta e che tu non i dessi si presto i
danari, tu die far la parttida in zornal in questo muodo :


10/10 Per Spexe de vestir de io, Graziol, A ser Alvixe da la Gatta drapier
per pano cupo de 80 per 1a vesta braza 7 a grossi 36 el brazo
montta ducati 10 £ 12 val D 10 £ 12


Numero 38


Notta quando tu comprasi da ser Alvixe da la Gatta braza 6 de pano
per far una vesta a Uielmo tuo fradelo e che tu i dessi tantti vini
vixintini a £ 12 la quarta, die far la partida in zornal in questa forma :


10/5 Per Spexe de vestir de Uielmo mio fradelo per A Vini vixintini per
bigonzi 4 ave ser Alvixe da la Gatta drapier a grosi 12 la quarta
monta ducati 8 e son pano br. 6 per una a grossi 32 el brazo val D 8 £ ***


15
Numero 39


Notta quando tu tollessi qualche fameio a salario, tu die far la
parttida in zornal in questo muodo :


11/11 Per Spexe de salariadi A Marcho da Cataro mio fante per salario de
ani 2, prinzipia a dì primo marzo 1511 a ducati 13 a l’ano montta
ducati 26 £ val D 26 £ ***


Numero 40


Notta quando tu dovessi dar al dazio del vin ducati 15 e che tu
pagasi el ditto dazio de danari contadi, tu die far la partida in zornal
a questo muodo :


6/1 Per Offizio del dazio dal vin A Chassa conttadi a ser Luca Pisani
cassier per dazio de vin vixintin D 15 £ ***


15
Numero 41


Notta quando tu afittassi a ser Francesco de Zorzi qualche caxa, tu
die far la parttida in zornal in questa forma :


11/12 Per ser Francesco de Zorzi A fitti de caxa per fitto de 1a chaxa posta
in la contra’ de San Polo, prinzipia l’ani a dì primo marzo 1511
a ducati 20 a l’ano e die pagar de mexi 6 in mexi 6 el fitto val per uno
ano D 20 £ ***


Numero 42

Notta quando tu fessi conzar qualche toa chaxa, tu die far la parttida
in zornal in questo muodo :


12/1 Per Spexe de conzieri de caxa A Cassa contadi per più spexe fatta
in conzar la caxa abitta ser Francesco de Zorzi come apar in libro de
conzieri a k 4 D 2 £ 12


16
Numero 43


Notta quando tu tolessi da ser Jacomo Iustignan 1a caxa affitto, tu
die far la parttida in zornal in questa forma :


12/*** Per Fitti de chaxa A ser Jacomo Iustignan per fitto de una sua caxa
posta in la contra’ de San Stai, paga de fito ducati 32 a l’ano,
prinzipia el tempo a dì 4 marzo 1511, val per uno ano D 32 £ ***


Numero 44


Notta quando tu volessi pagar qualche fitto de caxa e che in luogo
de danari tu i dessi tanti vini tu die far la parttia in zornal in questo
muodo :


Per ser Jachomo Iustignan A Vini vixintini per anffore 4 a ducati 8
l’anffora monta ducati 32 e son per fitto de uno ano de la chaxa che
abito al presente val D 32 £ ***


16

Numero 45


Notta quando tu avessi venduto una quantità de vini visentini dei
quali tu avessi avadagnado ducati, tu die far la partida in zornal in
questa forma :


Per Vini vixintini A Pro e dano per utelle seguido del ditto ducati £ val Ducati £


Numero 46


Notta quando tu avessi affittado a ser Francesco de Zorzi una toa
chaxa per ducati 20 a l’ano e che in cavo de l’ano el te desse i
ditti ducati 20, tu die far la parttida in zornal in questo muodo :


Per Chassa A ser Francesco de Zorzi contadi da lui per fitto de ano
uno compì a dì primo marzo 1512 ducati 20 £ val D 20 £ ***


1

M°ccccc°x


Chassa die dar a dì primo fevrer per cavedal de io, Graziol da la Corona,
i quali me trovo aver de contadi fra oro e monede ducati 400 £ val k 1 D 400 £ ***
E dì ditto per vini de Marca k 6 D 110 £ ***
E dì ditto per vini vixintini k 5 D 84 £ ***
E dì ditto per ser Marin Contarini k 4 D 25 £ ***
E dì ditto per ser Michiel Vidal k 8 D 50 £ ***
E dì ditto per Bancho de’ Pixani k 2 D 25 £ ***
E dì ditto per ser Polo de’ Santi k 7 D 42 £ ***


Chavedal a l’incontro die dar a dì primo fevrer per ser Polo de Jacomo per resto
de ogni raxon come per 1° mio schritto apar ducati 10 £ val k 5 D 10 £ ***


1

M°ccccc°x


Chassa die aver a dì primo fevrer per vini de Marca k 6 D 10 £ ***
E dì ditto per vini de Marcha k 6 D 120 £ ***
E dì ditto per ser Polo de Jacomo k 5 D 10 £ ***
E dì ditto per ser Ieronimo da Molin k 9 D 10 £ ***
E dì ditto per Banco de’ Pixani k 2 D 40 £ ***
E dì ditto per spexe de caxa k 9 D 4 £ ***
E dì ditto per offizio del dazio dal vin k 6 D 15 £ ***
E dì ditto per conzieri de caxa k 12D 2 £ 12


Chavedal de io, Graziol da la Corona, die aver a dì primo fevrer per cas<s>a i quali
me trovo aver de conttadi fra oro e monede ducati 400 £ val k 1 D 400 £ ***
E dì ditto per Bancho de’ Pixani val k 2 D 200 £ ***
E dì ditto per arnixe e mobelle de caxa val k 2 D 140 £ ***
E dì ditto per stabelle val k 2 D 700 £ ***
E dì ditto per caxa 1° da stazio val k 3 ducati 300 £.
E dì ditto per camera d’imprestidi val k 3 D 100 £ ***
E dì ditto per possision in la vila de Campo + val k 3 D 400 £ ***
E dì ditto per vini vixintini val k 4 D 100 £ ***
E dì ditto per arzenti per uxo de caxa val k 4 D 56 £ ***
E dì ditto per ser Marin Contarini val k 4 D 40 £ ***

2
M°ccccc°x


Bancho de’ Pixani die dar a dì primo fevrer per cavedal i qual me trovo aver nel
ditto bancho come per suo libri apar ducati 200 val k 1 D 200 £ ***
E dì ditto per ser Nicolo Rosso k 7 D 52 £ ***
E dì ditto per cassa k 2 D 40 £ ***


Arnixe e mobelle de caxa die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar de più
robe stimade come apar per uno aventario ducati 140 £ val k 1 D 140 £ ***


Stabele die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar de caxe n° 4 poste in
la contra’ de San Pollo stimade in tuto ducati 700 £ val k 1 D 700 £ ***


2

M°ccccc°x

Bancho a l’incontro die aver a dì primo fevrer per ser Antonio de Zuane k 5 D 20 £ ***
E dì ditto per cassa k 1 D 25 £ ***


3

M°ccccc°x

Chaxa 1a da stazio posta in la contra’ de San Vido die dar a dì primo fevrer per
cavedal per l’amontar de la ditta stimada ducati 300 val k 1 D 300 £ ***


Chamera d’imprestidi in sestier de San Marco die dar a dì primo fevrer per cavedal
per l’amontar de ducati 400 ; de quella moneda meto valer ducati 25 el
cento, montta ducati 100 £ val k 1 D 100 £ ***


Possision in la vila de Campo + die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar
de campi n° 40 meto valer ducati 10 el campo, monta ducati 400 £ val k 1 D 400 £ ***


3
M°ccccc°x
4
M°Vcx


Vini Visintini die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar de bote 10 fo
anffore 16, meto valer ducati 6 ¼ l’anffora, monta ducati 100 val k 1 D 100 £ ***


Arzentti per uso de caxa die dar a dì primo fevrer per cavedal per l’amontar de
quelli come apar in zornal ducati 40 val k 1 D 40 £ ***


Ser Marin Contarini die dar a dì primo fevrer per cavedal per resto e saldo de ogni
raxon chome per un suo schritto apar ducati 40 £ val k 1 D 40 £ ***


4
M°Vcx


Ser Marin Contarin die aver a dì primo fevrer per cassa contadi da lui per parte
ducati 25 d k 1 D 25 £ ***

5
M°Vcx


Ser Polo de Jacomo die dar a dì primo fevrer per cassa contadi da lui
ducati 10 d k 1 D 10 £ ***
[Cancellé]


Vini Vixintini die dar a dì primo fevrer per ser Anttonio de Zuane per anfore 10 a
ducati 3 ½ l’anffora montta ducati 35 £ val k 5 D 35 £ ***
E dì ditto per offizio del dazio dal vin per la stima del dito fo stima’ anffore
7 ½ a ducati 2 l’anfora monta k 6 D 15 £ ***


Ser Antonio de Zuane die dar a dì primo fevrer per Bancho de’ Pixani i fixi scriver
per parte k 2 D 20 £ ***


5
M°Vcx


Ser Polo de Jacomo die aver a dì primo fevrer per cavedal per resto d’ogni raxon
come apar per 1° mio scrito ducati 10 d val k 1 D 10 £ ***
[Cancellé]


Vini a l’incontro die aver a dì primo fevrer per ser Pollo
de’ Santi per Anffore 6 k 7 D 42 £ ***
E dì ditto per Cassa Anffore 10 k 1 D 84 £ ***
E dì ditto per ser Fantin Rizo Anffore 4 k 8 D 32 £ ***
E dì ditto per spexe de caxa Anffore 1 k 9 D 8 £ ***
E dì ditto per spexe de vistir per Uielmo Anffore 1 k 10 D 8 £ ***


Ser Antonio de Zuane die aver a dì primo fevrer per vini vixintini anffore 10 a
ducati 3 ½ l’anfora monta ducati 35 val k 5 D 35 £ ***

6
M°Vcx


Ofizio a l’incontro die dar a dì primo fevrer per cassa contadi
a ser Luca Pixani casier k 1 D 15 £ ***
[Cancellé]


Vini de Marca die dar a dì primo fevrer per ser Piero de Nicholo per anffore 4 a
ducati 10 l’anffora monta ducati 40 k 6 D 40 £ ***
E dì ditto per cassa contadi al dazio dal vin in cassa de ser Stefano Grixi k 1 D 10 £ ***
E dì ditto per cassa contadi a ser Marco de Jacomo per anffore 10 a ducati
12 l’anffora monta ducati 120 d k 1 D 120 £ ***
[Cancellé]


somma Ducati 170 d


ser Piero de Nicolo die dar a dì primo fevrer per ser Fantin Rizo i fixi prometer
per parte ducati 32 £ k D 32 £ ***


6

M°Vcx


Ofizio del dazio dal vin die aver a dì primo fevrer per vini vixintini per la stima de
anffore 7 ½ a ducati 2 per anffore monta ducati 15 £ val k 5 D 15 £ ***
[Cancellé]


Vini a l’incontro die aver a dì primo fevrer per ser Nicholo Rosso per Anffore 4 k 7 D 52 ***
E dì ditto per cassa Anffore 10 k 1 D 110 £ ***
E dì ditto per pro e dano per dano seguido k 7 D 8 £ ***
[Cancellé]


Somma ducati 170 d


Ser Piero de Nicolo die aver a dì primo fevrer per vini de Marcha per anffore 4 a
ducati 10 l’anffora monta ducati 40 k 6 D 40 £ ***

7
M°VcX


Ser Polo de’ Santi die dar a dì primo fevrer per vini vixintini anfore 6 a ducati 7
l’anfora monta ducati 42 k 5 D 42 £ ***
[Cancellé]


Ser Nicolo Rosso die dar a dì primo fevrer per vini de Marca anffore 4 a ducati 13
l’anffora monta ducati 52 termene mexi 8 prossimi val k 6 D 52 £ ***
[Cancellé]


Pro e dano die dar a dì primo fevrer per vini de Marcha per dano seguido k 6 D 76 £ ***


7
M°VcX


Ser Polo de’ Santi die aver a dì primo fevrer per cassa contadi da lui per vini k 1 D 42 £ ***
[Cancellé]


Ser Nicolo Rosso die aver a dì primo fevrer per Bancho de’ Pixani me scrise per vini
de Marca k 2 D 52 £ ***
[Cancellé]

8
M°VcX
Ser Fantin Rizo die dar a dì primo fevrer per vini vixintini anffore 4 a ducati 8 l’anffora
monta ducati 32 a barato de pani de 80 a grossi 32 el bracio val k 5 D 32 £ ***
[Cancellé]


Pani de 80 cupi die dar a dì primo fevrer per ser Fantin Rizo per bracio 24 a grossi
32 el bracio monta ducati 32 a baratto de vini vixintini a ducati 8
l’anffora val k 8 D 32 £ ***


8

M°VcX


Ser Fantin Rizo die aver a dì primo fevrer per pani de 80 cupi bracio 24 a grossi 32
el bracio monta ducati 32 a barato de vini vixintini k 8 D 32 £ ***
[Cancellé]


Ser Michiel Vidal die aver a dì primo fevrer per cassa contadi da lui per inprestido
ducati 50 k 2 D 50 £ ***

9
M°VcX


Ser Ierolimo da Molin die dar a dì primo fevrer per cassa contadi a lui per inprestido
ducati 10 d k 2 D 10 £ ***


Spexe de caxa die dar a dì primo fevrer per ser Mafio de’ Rosi per formento stera
25 k 9 D 12 £ ***
E dì ditto per vini visintini anffora 1a k 5 D 8 £ ***
E dì ditto per cassa per più spexe fate per tuto el mese de fevrer k 1 D 4 £ ***


9
M°VcX


Ser Mafio de’ Rosi die aver a dì primo fevrer per spexe de caxa per formento padovano
stera 25 a £ 12 el stero monta ducati 12 £ 12 k 9 D 12 £ 12

10
M°VcX


Spexe de vestir de io Graziol diedar a dì primo fevrer per ser Alvixe da la Gata per
pano de 80 per 1a vesta k 10 D 10 £ 12


Spexe de vestir de Uielmo mio fradelo die dar a dì primo fevrer per vini vixintini
ave ser Alvixe da la Gata anffora 1a monta ducati 8 per bracio 6 de pano
per una vesta k 5 D 8 £ ***


10
M°VcX


Ser Alvixe da la Gata die aver a dì primo fevrer per spexe de vestir de io Graziol per
pano de 80 per 1a vesta bracio 20 a grossi 36 el bracio k 10 D 10 £ 12

11
M°VcX


Spexe de salariadi die dar a dì primo fevrer per Marco da Cataro mio fantte k 11 D 26 £ **

Ser Francesco Zorzi die dar a dì primo fevrer per fiti de caxa per fitto de 1a casa
a San Stai, comenzà a dì primo marzo 1511 a ducati 20 a l’ano k 12 D 20 £ ***

11
M°VcX


Marco da Cataro mio fante die aver a dì primo fevrer per spexe de salariadi per
suo salario de ani 2 comenza’ a dì primo marzo 1511 a ducati 13 a l’ano k 11 D 26 £ *

12
M°VcX


Spexe di conzieri de caxa die dar a dì primo fevrer per cassa contadi per più spexe
fatte in conzar la caxa abita’ ser Francesco dei Zorzi k 2 D 2 £ 12


12
M°VcX


Fitti de caxa die aver a dì primo fevrer per ser Francesco dei Zorzi k 11 D 20 £ ***

Haut de page

Bibliographie

Bottin 2001 = J. Bottin, Entreprise et place de commerce dans quelques manuels de comptabilité française des XVIe et XVIIe siècles, dans J. Hoock, P. Jeannin, W. Kaiser (éd.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, vol. III, Paderborn, 2001, p. 131-156.

Crouzet-Pavan 1992 = É. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse. Espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, 1992, vol. II.

Farronato, Netto 1988 = G. Farronato, G. Netto (éd.), Gli statuti del comune di Treviso (1316-1390) secondo il codice di Asolo, Asolo, 1988.

Faugeron 2013 = F. Faugeron, Un marché fragmenté ? Les circuits de la distribution du vin à Venise dans les derniers siècles du Moyen Âge, dans J.-C. Daumas (éd.), Faire de l'histoire économique. Actes du Congrès de Lyon de l’Association Française d’Histoire Économique (AFHE). Lyon, 20-22 octobre 2010, Dijon, 2013, p. 197-211.

Faugeron 2014 = F. Faugeron, Nourrir la ville. Ravitaillement, marchés et métiers de l’alimentation à Venise dans les derniers siècles du Moyen Âge, Rome, 2014.

Hoock, Jeannin 1991 = J. Hoock, P. Jeannin (dir.), Ars Mercatoria. Handbücher und Traktate für den Gebrauch des Kaufmanns. Manuels et traités à l’usage des marchands, 1470-1820. Eine analytische Bibliographie, vol. I, Paderborn, Munich-Vienne-Zürich-Schöningh, 1991.

Jeannin 1991 = P. Jeannin, Les manuels de comptabilité, dans S. Cavaciocchi (éd.), L’impresa. Industria, commercio, banca secc. XIII-XVIII. Atti della « ventiduesima settimana di studi » 30 aprile-4 maggio 1990, Florence, 1991 (Istituto internazionale di storia economica « F. Datini » Prato, Serie II, 22), p. 243-259.

Jeannin 1998 = P. Jeannin, La diffusion des manuels de marchands : fonctions et stratégies éditoriales, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45, 3, 1998, p. 515-557.

Knapton 1995 = M. Knapton, La finanza pubblica, dans Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, vol. III, G. Cracco, G. Ortalli (dir.), L’età del comune, Rome, 1995, p. 371-408.

Kula 1972 = W. Kula, Problemi e metodi di storia economica, Milan, 1972

Lane 1966 = F. C. Lane, The Funded Debt of the Venetian Republic, 1262-1482, dans Venice and History, Baltimore, 1966, p. 87-98.

Lane 1996 = F. C. Lane, I mercanti di Venezia, Turin, 1996.

Lane, Mueller 1985 = Frederic C. Lane, R. C. Mueller, Money and Banking in Medieival and Renaissance Venice, Vol. I, Coins and Moneys of Account, Baltimore-Londres, 1985.

Lemarchand 2001 = Y. Lemarchand, « À la conquête de la science des comptes », variations autour de quelques manuels français de tenue des livres, dans J. Hoock, P. Jeannin, W. Kaiser (éd.), Ars mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, vol. III, Paderborn, 2001, p. 91-129

Lowry 1979 = M. Lowry, The World of Aldus Manutius : Business and Scholarship in Renaissance Venise, Ithaca, 1979.

Luzzatto 1963 = G. Luzzatto, Il debito pubblico della Repubblica di Venezia dagli ultimi decenni del xii secolo alla fine del XV, Milan, 1963.

Melis 1984 = F. Melis, I vini italiani nel Medioevo, Florence, 1984.

Moretti 1998 = S. Moretti, Gli Albanesi a Venezia tra XIV e XVI secolo, dans D. Calabi, P. Lanaro (dir.), La città italiana e i luoghi degli stranieri XIV-XVIII secolo, Bari, 1998, respectivement p. 5-20.

Mozzato 2002 = A. Mozzato (éd.), La Mariegola dell’Arte della Lana di Venezia (1244-1595), Venise, 2002.

Mueller 1997 = R. C. Mueller, Money and Banking in Medieival and Renaissance Venice, Vol. II, The Venetian Money Market. Banks, Panics and the Public Debt, 1200-1500, Baltimore-Londres, 1997.

Mueller 1998 = R. C. Mueller,« Veneti facti privilegio » : stranieri naturalizzati a Venezia tra XIV e XVI secolo, dans D. Calabi, P. Lanaro (dir.), La città italiana e i luoghi degli stranieri XIV-XVIII secolo, Bari, 1998, p. 41-51.

Orlando 2000 = E. Orlando, Coltura vitivinicola, consumo e commercio del vino : il contributo degli statuti comunali veneti, dans Mario Da Passano et ali. (dir.) La vite e il vino. Storia e diritto (xi-xix), Rome, 2000, p. 71-107.

Pacioli 1975 = R. Haulotte, E. Stevelinck, Luca Pacioli : sa vie, son œuvre... ; La première traduction en français du premier traité de comptabilité imprimé à Venise, en 1494 : intégré dans la Summa arithmetica, geometria, proportioni et proportionalita, Vesoul, 1975.

Palumbo Fossati Casa 2012 = I. Palumbo Fossati Casa, Intérieurs vénitiens à la Renaissance, Paris, 2012.

Pezzolo 1990 = L. Pezzolo, L’oro dello Stato. Società, finanza e fisco nella Repubblica veneta del secondo ’500, Venise, 1990.

Pini 1981 = A. I. Pini, Alimentazione, trasporti, fiscalità : i « containers » medievali, dans Archeologia medievale, 8, 1981, p. 173-182.

Rossi 2012 = F. Rossi, «Melior ut est florenus». Note di storia monetaria veneziana, Rome, 2012

Scherman 2013 = M. Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509), Rome, 2013.

Sella 1944 = P. Sella, Glossario latino italiano : Stato della Chiesa, Veneto, Abruzzi, Città del Vaticano, 1944.

Smith 1924 = D. E. Smith, The First Printed Arithmetic (Treviso, 1478), dans Isis 6, 3, 1924, p. 311-331

Spiesser 2003 = M. Spiesser, Une arithmétique commerciale du xve siècle. Le Compendy de la praticque des nombres de Barthélemy de Romans, Turnhout, 2003.

Spufford 2002 = P. Spufford, Late Medieval Merchant’s Notebooks : A Prject. Their Potential for the History of Banking, dans M. A. Denzel, J.-C. Hocquet, H. Witthöft (dir.), Kaufmannsbücher und Handels-praktiken vom Spätmittelalter bis zum 20. Jahrhundert. Merchant’s Books and Mercantile Pratiche from the Late Middle Ages to the Beginning of the 20th Century, Stuttgart, 2002, p. 47-61.

Tucci 1967 = U. Tucci, Un problema di metrologia navale : la botte veneziana, dans Studi Veneziani, IX, 1967, p. 201-246.

Tucci 1968 = U. Tucci, Tariffe veneziane e libri toscani di mercatura, dans Studi Veneziani, X, 1968, p. 61-108.

Haut de page

Notes

1 Smith 1924, p. 314 l’auteur dit qu’il répond à une demande de la part de « jeunes ». Sur les arithmétiques commerciales voir les travaux de Maryvonne Spiesser notamment son édition du Compendy de la praticque des nombres Spiesser 2003.

2 Le journal est le registre comptable dans lequel sont inscrits quotidiennement les opérations bancaires et marchandes et celles-ci sont ensuite reportées dans les différents comptes d’un grand livre, tenu en partie double. Dans le manuel, la date inscrite est 1510, mais à Venise le début de l’année commençait à l’Annonciation. J’ai donc converti en nouveau style lorsque les dates sont mentionnées dans le texte de l’article.

3 Cf. édition en fin d’article, fol. 2 feuillet gauche et fol. 3 feuillet gauche du Grand Livre.

4 Mueller 1997, p. 454-458. Sur les déclarations de 1514, Crouzet-Pavan 1992, p. 741-759.

5 Jeannin 1998. Spufford 2002. Hoock, Jeannin 1991.

6 Mueller 1997, p. 296 n.

7 Jeannin 1998, p. 518 : « la fiction y a une allure de réalité parce qu’elle est calquée sur le réel ».

8 Pacioli 1975, dans le chapitre 13 il explique précisément la façon de faire : les règles doivent être tirées en fonction du système monétaire utilisé.

9 Lane, Mueller 1985. Pour une synthèse récente sur la monnaie vénitienne, cf. Rossi 2012.

10 Voir ce qu’en dit Pacioli 1975, au chapitre 28 de Summa de arithmetica.

11 Sur la réputation du froment en provenance de Padoue, Faugeron 2014, p. 177-178.

12 Comme le note Y. Lemarchand, « Le livre est souvent le prolongement d’activités d’enseignement et d’expertise », Lemarchand 2001, p. 92, p. 92. De même, Bottin 2001, en particulier p. 133-141, parle du réalisme des acteurs et des types d’opérations afin d’« asseoir la crédibilité du modèle pédagogique ».

13 Maryvonne Spiesser à la suite de Ludovic Viallet, parle de « marchands intermédiaires », Spiesser 2003, 2003, p. 47.

14 Lowry 1979.

15 La possession de fourchettes en argent n’est pas si répandue, Palumbo Fossati Casa 2012.

16 Scherman 2013, p. 124.

17 Melis 1984, p. 20 et sur le commerce de vin à Venise, récemment Faugeron 2014, p. 434-440 et Faugeron 2013.

18 Faugeron 2014, p. 656-658.

19 Moretti 1998. Mueller 1998.

20 Orlando 2000.

21 Farronato, Netto 1988, p. 211 et Sella 1944.

22 Cas numéro 40 pour la taxation du vin de Vicence et fol. 6 partie débit du grand livre pour le vin des Marches. Sur les modalités de la taxation, notamment du vin, sur les rives à proximité du Rialto Faugeron 2014, p. 475-482.

23 Pacioli 1975, chapitre 40.

24 Mozzato 2002.

25 4 « quarta » = 1 « bigonzo » = 2 ducats, 4 « bigonzi » = 1 amphore = 8 ducats. Ces éléments sont visibles au fol. 14 feuillet droit du journal

26 Pini 1981, p. 176-181. Kula 1972, p. 497-538. Sur la « botte d’anfora » de Venise, Tucci 1967 et Tucci 1968.

27 Lane 1996.

28 Lane, Storia di Venezia pour une petite histoire du « banco » Pisani.

29 Pour approfondir le thème, Mueller 1997 et Lane 1996.

30 Pacioli 1975, chapitre 24 à propos de ces « banchi », « Vous pouvez être en rapport avec une banque. Vous pouvez disposer de l’argent à la banque pour une plus grande sécurité ou sous forme de dépôt afin de faire par son intervention vos paiements journaliers car une traite sur banque est pareille à un acte public notarié parce qu’elle est contrôlée par les pouvoirs publics. » Sur le fait que les écritures des « banchi », comme celles des notaires, soient considérées comme authentiques, on le voit au fol. 2 droit dans lequel Graziol mentionne les livres du « banco ».

31 Mueller 1997, p. 4.

32 Luzzatto 1963. Mueller 1997, p. 453 et suivantes. Lane 1966. Knapton 1995.

33 Sur tout cela, les références de la note précédente et Pezzolo 1990, p. 174-175.

34 Hoock, Jeannin 1991, p. XXIX.

35 biffé

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Scherman, « Un manuel de comptes pour les petits marchands : Per tenir conto de Graziol della Corona, (marchand) vénitien du début du XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 14 octobre 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2783 ; DOI : 10.4000/mefrm.2783

Haut de page

Auteur

Matthieu Scherman

Laboratoire ICT, Université Paris-Diderot, Paris 7 - matthieu_scherman@noos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org