Navigation – Plan du site
Italians and Eastern Europe in Late Middle Ages. New contributions for an underrated topic

Postface. Pour une histoire croisée des pratiques marchandes

Laurent Tatarenko

Texte intégral

  • 1 « idioma alienum est a nobis Lituanis, hoc est Italianis, Italico sanguine oriundis ». Le texte ma (...)

1Vers 1550, l’auteur du traité De moribus Tartarorum, Lituanorum et Moschorum, comparait les Moscovites aux Lituaniens et présentait ces derniers comme « des Italiens, issus du sang italien »1. Derrière cette filiation mythifiée, nourrie des références latines chères à l’humaniste caché derrière le nom laconique de Michalo Lituanus, se dévoilait tout le prestige acquis par les ressortissants de la péninsule italienne depuis l’époque médiévale dans les régions les plus reculées de l’espace européen. Ce bref passage invite aussi à rechercher les origines et les étapes d’un phénomène, derrière lequel se distingue en filigrane tout un ensemble de processus culturels, mais également politiques, économiques, ou sociaux, qui sont autant de facettes complémentaires d’une histoire « globale » de la Renaissance. Face à l’étendue d’une telle perspective, le prisme italien apporte un référentiel à la fois pertinent et indispensable pour hiérarchiser les influences et les interactions, qui donnent du sens aux connexions créées par la circulation des hommes et des biens à cette période.

  • 2 Sur la place de l’art italien dans ces régions de l’Europe voir notamment : Dacosta 1995.
  • 3 Ce terme est employé par Giovanna Petti Balbi qui fait remarquer que « le scarse menzioni nei libr (...)
  • 4 Pour le moment, la période médiévale n’a donné lieu qu’à quelques articles de synthèse, dont l’étu (...)

2La volonté de replacer l’Europe centrale et balkanique dans les circuits et les réseaux construits par les marchands italiens est au cœur du dossier réuni par Francesco Bettarini, qui a choisi de s’éloigner des aspects artistiques et strictement culturels, les mieux étudiés jusqu’à présent2. Les différentes contributions voulurent saisir ces circulations par le biais du grand commerce et, plus généralement, du rôle économique des Italiens dans le jeu des marchés entre la Péninsule et les espaces qualifiés de « marges » par l’historiographie (représentées ici par le royaume de Hongrie, la Moravie, la Pologne et la côte orientale de l’Adriatique avec la cité de Raguse)3. Leur démarche se singularise également par les cadres chronologiques choisis pour l’analyse. Alors que la majorité des travaux portèrent sur la période moderne qui vit une arrivée plus massive d’Italiens vers l’Est en raison de la dégradation de la situation militaire dans le royaume de France ou dans les Provinces-Unies, opposées à la couronne d’Espagne, les articles de ce volume scrutent la présence économique italienne dès la période médiévale4. Le résultat de cette enquête permet notamment de retracer l’histoire complexe des rapports entre les échanges économiques et l’affirmation des pouvoirs politiques des princes de l’Europe centrale.

  • 5 Voir Renouard 1941.

3À travers l’intervention des marchands italiens dans la collecte des redevances pontificales sur les territoires des diocèses de Brno et d’Olomouc, Roman Zaoral mit en lumière la place de la fiscalité ecclésiastique dans la consolidation, dès le xiiie siècle, des réseaux économiques de l’espace catholique. La croissance des besoins pécuniaires de la papauté et le développement de son administration auraient ainsi favorisé les connexions entre les différentes régions européennes, renforçant le rôle des agents intermédiaires, dévolu aux grandes cités marchandes comme Venise et plus tard Florence5. L’arrivée de ces experts en Bohême et en Moravie aboutit à la fois à rendre plus efficaces les circuits des échanges des métaux précieux et à stimuler des réformes internes, destinées à améliorer la compatibilité entre, d’une part, les poids, les mesures et les monnayages locaux et, de l’autre, les systèmes utilisés dans le commerce à grande distance, façonnés sur les modèles des cités italiennes.

4L’hégémonie fondée sur le savoir technique et les capitaux des Italiens se reflétait dans l’incapacité des souverains de l’Europe centrale non seulement à trouver des alternatives fiables aux itinéraires coordonnés par les marchands de la Péninsule, mais encore à pouvoir influer efficacement sur l’orientation des flux économiques régionaux par le biais de la concurrence entre les acteurs de ces échanges. Martin Stefanik en donne un témoignage explicite en analysant l’échec de la « guerre commerciale » menée par Sigismond de Luxembourg contre la République de Venise au cours des premières décennies du xve siècle. Cette lutte, née de la rivalité pour le contrôle du littoral dalmate, révèle parfaitement les composantes du succès économique vénitien. En effet, le projet du roi de Hongrie, désireux de relier les régions germaniques à l’Orient par la voie terrestre et la mer Noire, avec l’aide génoise, prévoyait de parcourir des territoires à la fois très disparates et politiquement instables, imposant des trajets plus longs, plus difficiles et moins sûrs. À l’inverse, grâce à sa flotte, la cité de la Lagune disposait d’une route maritime qui associait à une relative rapidité l’usage d’une même législation commerciale et d’une même langue sur l’ensemble du parcours. Un tel contraste rendait inévitablement peu attrayantes les initiatives royales et les condamnait de fait à l’échec.

  • 6 Voir la carte présentée en annexe.

5La cohérence des circuits des échanges italiens permettait aux marchands de la Péninsule d’exercer leur domination comme intermédiaires privilégiés entre les régions de l’Europe et de bâtir leur richesse sur la différence des prix entre les lieux de production et de consommation, ainsi que sur la disponibilité inégale des produits d’un lieu à l’autre. Dans ce réseau, l’Europe centrale et balkanique se distinguait par l’importance de ses ressources minières, mais également par ses réserves alimentaires qui étaient exportées vers l’Ouest6. L’étude d’Andrea Fara sur le commerce du bétail hongrois (en particulier des bovidés) offre un exemple éclairant des profits réalisés par les Vénitiens, grâce à leur maîtrise des échanges sur le pourtour de l’Adriatique. L’écart entre la valeur du bétail dans les Balkans et dans la péninsule italienne, ajouté au prix élevé des produits luxueux comme les textiles ou les épices, dont l’acheminement était lui aussi contrôlé par les Italiens, garantissait des revenus importants et constituait un excellent investissement pour ceux qui disposaient de capitaux suffisants.

6Des schémas semblables se retrouvaient pour d’autres produits comme la cire dont le commerce à Raguse est analysé par Paola Pinelli pour la période du xvsiècle. En dehors des aspects strictement économiques, sa réflexion renvoie au problème des savoirs marchands et du rôle des acteurs locaux dans le fonctionnement du commerce italien, vu à travers le cas des Toscans. Leur faible connaissance des langues pratiquées dans l’espace balkanique constituait en effet un obstacle important et les empêchait d’atteindre directement les centres de production, situés dans la partie orientale de la vallée du Danube. Pour cette raison, leur rôle se limitait à l’exportation de la cire entre le littoral dalmate et leurs cités d’origine, grâce au relais local des marchands ragusains. Ces élites à la fois imprégnées de culture « italienne » et solidement insérées dans les circuits économiques des régions intérieures des Balkans, devenaient ainsi de véritables passeurs et, de fait, des maillons indispensables de ce commerce européen. Le prisme offert par la République de Raguse invite incontestablement à élargir cette approche vers une réflexion d’ensemble sur l’emboîtement des échelles et les modes opératoires des échanges qui juxtaposaient de fait des langues et des systèmes juridiques variés.

  • 7 À titre de comparaison on peut évoquer l’influence italienne dans le vocabulaire culinaire et vest (...)
  • 8 Voir par exemple le travail de Danuta Quirini-Popławska (Quirini-Popławska 1973).
  • 9 Pour la période postérieure, voir les remarques de Wojciech Tygielski pour le cas polonais : Tygie (...)

7Un autre chantier lié à cette problématique concerne l’empreinte laissée par la culture marchande des Italiens sur les pratiques des différents intervenants extérieurs de ces circulations. En particulier, il serait judicieux de voir jusqu’à quel point les sources disponibles permettent de mener une enquête sur la terminologie employée pour désigner les divers actes commerciaux et de suivre les éventuelles transpositions depuis le lexique italien vers les langues slaves de ces régions7. Plus généralement, il faudrait mesurer l’étendue et les limites de l’« italianisation » de la langue des échanges, qui ressortent dans de nombreux travaux, mais qui furent généralement perçues à travers le vocabulaire particulier des élites curiales ou des spécialistes issus des domaines de l’art, de la musique ou de la guerre8. La question concerne non seulement le transfert pérenne d’un vocabulaire technique, mais aussi le problème plus complexe de la superposition des usages et de la capacité des divers acteurs à basculer d’une langue à l’autre en fonction de la sphère d’activité dans laquelle ils évoluaient. La barrière linguistique relevée pour le cas de Raguse conduit en effet à se demander si, et jusqu’à quel point, les marchands originaires de la Péninsule et installés dans d’autres villes importantes de ces régions recourraient à leur tour aux divers intermédiaires ou si leur présence prolongée sur place les amenait à apprendre les parlers locaux, leur permettant d’organiser leurs propres circuits d’approvisionnement et de distribution9.

  • 10 Paola Pinelli présente sur ce point un cas particulièrement intéressant avec l’inventaire de la co (...)

8Une source précieuse pour l’analyse de la nature et des modes de fonctionnement de ces circulations est la correspondance personnelle des marchands, qui éclaire de manière fine les étapes et les acteurs impliqués dans ces échanges. Les publications parues au cours de ces dernières décennies prouvent à la fois la richesse et le caractère encore très inégalement exploité de cette documentation10. Son dépouillement devrait conduire à reconstituer, même de manière partielle, le partage géographique des activités des différentes familles marchandes et de mesurer les liens qui existaient entre les réseaux établis dans cette partie de l’Europe et les acteurs engagés sur les grandes routes commerciales de l’Occident.

  • 11 Voir Hoock 2001. Il faut toutefois se garder d’y voir une forme d’influence uniforme car, si au xv (...)

9En outre, l’histoire de ces transferts concerne les évolutions de la typologie documentaire et la question de la diffusion des techniques marchandes en Europe centrale et balkanique par les contacts plus ou moins directs avec le monde italien. Ces thématiques encore peu étudiées pour l’espace considéré constituent pourtant une composante majeure pour retracer l’histoire de la présence italienne dans l’Europe médiévale. Bien entendu, il serait légitime de supposer que les représentants des compagnies avaient tendance à garder jalousement leur savoir et leur expérience afin d’éviter la concurrence sur les marchés dont ils avaient la charge, se rendant d’autant plus indispensables aux pouvoirs, voire aux négociants, locaux. Pour autant, la nature même des affaires commerciales et les divers contacts personnels qui les accompagnaient laissent penser que les notions de l’ars mercatoria purent se diffuser bien au-delà du réseau italien avant même l’apparition des manuels du même nom au xvie siècle11. Ce présupposé exige indéniablement de mener des enquêtes plus précises afin de faire émerger les différentes dimensions de l’apport italien dans la construction et l’implantation de savoirs nouveaux (par exemple dans le domaine de la comptabilité) à l’échelle de l’ensemble du territoire européen, sans se limiter aux modes artistiques ou à l’art oratoire des diplomates.

  • 12 Kosman 1971 ; von Werdt 2006, p. 97.

10Des exemples plus tardifs, liés au domaine de la fiscalité, permettent d’entrevoir le caractère fécond d’une telle démarche. Parmi eux se distingue la réforme du système agraire [pomiara włóczna], commencée sous Sigismond Ier de Pologne à partir des années 1530. Celle-ci, fondée sur un arpentage et un remembrement massif des domaines, débuta précisément sur les propriétés de l’épouse du prince, Bona Sforza, avant de s’étendre aux autres territoires du royaume de Pologne et de la grande-principauté de Lituanie12. Les compétences économiques de la reine élevée à Naples et son entrain à améliorer la gestion de ses terres servirent ainsi de modèle à une réforme en profondeur du territoire polono-lituanien et laissèrent des traces durables dans le paysage de ces régions.

  • 13 L’un des prismes pour observer cette influence renvoie là encore au domaine linguistique avec la p (...)

11Toutefois, il serait abusif de prétendre que les savoirs importés depuis la péninsule italienne vers l’Europe centrale se diffusèrent à l’intérieur de structures obsolètes et les remplacèrent sans aucune difficulté. Dans cet espace, plus encore que sur le littoral méditerranéen ou en Europe du Nord-Ouest, la présence italienne fit face à des réseaux à la fois plus anciens et plus développés des colonies germaniques, reliés aux puissants circuits commerciaux de la Hanse13. Comme le souligne Francesco Bettarini, jusqu’au xive siècle la majorité des marchands italiens, en particulier toscans, ne rentrait en contact avec les représentants des cités allemandes que par l’intermédiaire de Venise ou sur les grandes places commerciales du Nord, comme Bruges ou Cologne. L’implantation italienne à l’Est, dominée par les réseaux florentins, créa donc une situation nouvelle, qui n’était pas sans susciter des conflits locaux, comme celui survenu à Cracovie en 1429 entre Antonio di Giovanni di ser Matteo et le négociant de Wrocław Johann Banke. Malgré le soutien diplomatique de Florence et leur position prestigieuse d’administrateurs des mines royales ou de collecteurs des redevances pontificales, les hommes d’affaires toscans durent faire face progressivement à de nombreuses difficultés liées aux défaillances du réseau financier local, encore insuffisamment développé, et à la concurrence des marchands allemands. À travers ces données, le cas polonais révèle à la fois la grandeur et la fragilité de ces parcours familiaux, dépendants des équilibres politiques à l’intérieur même de leurs cités d’origine et dépourvus sur place de relais bancaires efficaces, capables de fournir les crédits nécessaires aux transactions.

12Une telle dualité conduit tout naturellement à prêter une plus grande attention aux conditions pratiques du séjour des Italiens dans les cités marchandes des Balkans et de l’Europe centrale. Dans cette démarche, l’article de Katalin Prajda offre un aperçu de l’organisation institutionnelle et du fonctionnement judiciaire de la communauté florentine de Buda. L’étude dévoile toute la complexité de la superposition juridictionnelle entre les consuls des « nations » italiennes dans la capitale hongroise, les consuls de la corporation dont relevaient les parties impliquées dans les procès, le Tribunal des marchands ou encore la justice du roi pourvu en principe de l’autorité suprême sur l’ensemble de son territoire. La pluralité des instances et des normes juridiques fournissaient aux marchands florentins autant de modes de négociation, voire des subterfuges, pour se soustraire à un verdict défavorable, prononcé par les juges de leur cité. De telles interstices dans l’exercice de la justice provenaient moins de la distance entre Florence et le lieu de résidence de ses représentants que du contraste entre les modèles politiques des cités du Nord et du Centre de la Péninsule et ceux des royaumes balkaniques ou du Centre de l’Europe, qui laissaient les institutions urbaines dans la dépendance du souverain. Dans le même temps, cette différence freinait les ascensions sociales des hommes d’affaires venus des territoires italiens. Si leur richesse financière les dotait d’un indéniable prestige dans leurs localités de résidence et leur donnait l’accès aux grands seigneurs qui entouraient le prince, elle s’avérait insuffisante pour leur offrir une place au sein de cette élite réservée à la noblesse et méprisante envers la pratique du commerce.

  • 14 Gabriel Krasiński, auteur de la chronique intitulée La danse de la République polonaise et rédigée (...)
  • 15 Ibid., p. 546. Ce type de reproche apparaissait aussi dans d’autres régions de l’Europe, comme en (...)
  • 16 Ibid., p. 559.

13L’imaginaire associé aux Italiens, qui apparaissait dans les écrits des auteurs contemporains, fournit une autre empreinte de leur présence. La plupart de ces textes furent produits à l’époque moderne, quand celle-ci devint suffisamment visible pour susciter des jalousies et des inimitiés parmi les élites locales14. Pour autant, ces réflexions constituaient aussi un écho de l’aboutissement des différents processus commencés à la fin de l’époque médiévale. Le corpus littéraire analysé par Wojciech Tygielski laisse entrevoir que les principaux reproches adressés aux immigrants italiens en Pologne visaient leur prétendu opportunisme car, selon leurs détracteurs, ils parvenaient à s’enrichir grâce à leur influence sur le prince et aux dépens des habitants du pays, avant de repartir en emportant leur fortune15. Ces représentations ne furent jamais uniformes, associant au ressentiment face à l’influence des hommes de la Péninsule l’admiration pour leurs compétences et pour le passé romain. Dans les clichés façonnés par les écrits des contemporains, mais également présents dans les proverbes populaires, la cupidité et la malice italiennes côtoyaient la reconnaissance de leur savoir et de leur ingéniosité. L’un des proverbes de l’époque clamait ainsi : « ce que l’Italien inventera, le Français le réalisera, l’Allemand le vendra, le Polonais l’achètera, le Tatare le ravira »16. La formule démontre d’ailleurs que sur l’espace polono-lituanien les Allemands étaient perçus comme les principaux acteurs du commerce, alors que les Italiens se voyaient attribuer en premier lieu le rôle de spécialistes et de savants.

  • 17 Parmi les institutions les plus fréquentées se trouvait l’université de Padoue qui dès le xvie siè (...)
  • 18 En dehors de la haute noblesse, ce cursus studiorum à l’étranger concernait aussi le clergé cathol (...)
  • 19 Les descendants du marchand toscan Sebastiano Montelupi allèrent ainsi jusqu’à adopter une traduct (...)

14La singularité de cette position s’expliquait également par l’usage d’une langue qui était de plus en plus employée par les membres des cours princières de l’Europe centrale, dont une partie avait pu se former dans les universités et les collèges de la Péninsule17. La diffusion de la culture humaniste, y compris par les marchands, produisait donc un mouvement à double sens. D’une part, elle parait les représentants italiens du prestige associé aux nouveaux modèles et, de l’autre, elle renforçait d’autant plus l’attrait de l’éducation « italienne » auprès des élites sociales et intellectuelles locales18. Malgré cette indéniable fascination, les acensions sociales accomplies dans les pays d’accueil offrent un tableau complexe, car elles s’accompagnaient souvent d’un processus d’assimilation qui effaçait progressivement les marqueurs allogènes des individus19. Il faut toutefois se rappeler que cette perspective s’appuie sur un inévitable « effet de source », car les archives des institutions locales ne gardèrent la trace que des personnages qui souhaitaient s’établir durablement dans le pays et entamaient des démarches nécessaires pour s’insérer juridiquement dans la population autochtone. Aussi, laissent-elles souvent dans l’ombre toute la partie de l’immigration italienne qui demeurait à l’intérieur des cadres institutionnels et culturels de leur communauté d’origine.

  • 20 Par exemple voir le cas de Lyon décrit par Simonetta Adorni-Braccesi (Adorni-Braccesi 1991).

15La constitution des colonies italiennes à l’étranger soulève aussi le problème de leurs rapports réciproques. Si le phénomène put être observé dans les différentes régions traversées par les circuits commerciaux et financiers italiens, il ne donna lieu à aucune étude approfondie sur les éventuelles tensions ou, au contraire, les stratégies de collaboration entre les communautés formées par les migrants originaires des diverses villes italiennes. L’Europe centrale semble offrir pour cela un terrain d’analyse particulièrement pertinent et parfaitement adapté aux comparaisons avec les espaces occidentaux20. Le sujet est intimement lié à la thématique complexe des degrés d’altérité, qui ressort du jeu des appartenances propres aux implantations italiennes à l’étranger. Tout en reproduisant dans leurs pays d’accueil les rivalités et la concurrence entre leurs patries respectives, les familles marchandes n’hésitaient pas, au service de leurs intérêts personnels, à collaborer entre elles par-delà les frontières politiques de la Péninsule.

  • 21 La plus grande partie des données chiffrées provient des registres des nouveaux bénéficiaires du d (...)
  • 22 Kellenbenz 1985, p. 342-349 ; Salmeri 1987.
  • 23 Ce très vaste chantier est déjà partiellement amorcé grâce à des éditions de sources récentes : Pi (...)

16Malheureusement, la rareté des données actuellement disponibles ne permet, pour le moment, que de tracer une image sommaire et partielle de ces rapports internes. L’une des difficultés concerne l’estimation numérique, même approximative, de cette présence économique italienne et ses évolutions dans le temps. Les hypothèses quantitatives proposées pour la période moderne ne sont que d’une faible utilité pour les époques antérieures à la fois en raison de leur fort degré d’incertitude et parce qu’elles correspondent à une étape marquée par une forte croissance du nombre d’hommes d’affaires italiens dans cette partie de l’Europe21. Les seules données à peu près établies concernent les basculements dans le rôle des différentes cités de la Péninsule dans ces réseaux commerciaux régionaux. Malgré le caractère hétérogène de cette implantation italienne, les premières places revinrent à l’origine aux ressortissants des cités maritimes : Venise, en Bohême et en Hongrie, ou Gênes sur le territoire polonais. À partir du début du xive siècle et, surtout, au cours du siècle suivant celles-ci, toujours actives, virent leur position s’affaiblir au profit des compagnies florentines dont la puissance bancaire répondait mieux aux investissements exigés par la croissance de la production minière et les opérations du commerce à longue distance22. Pour compléter ce tableau avec des informations chiffrées, il serait nécessaire de plonger dans les nombreux registres produits par les institutions locales (tribunaux, corporations, sources notariales etc.) qui révéleraient, par un regard croisé, la place des Italiens dans les diverses couches des sociétés urbaines, leur implication dans la vie civique et leurs relations avec les autres habitants, voire à l’intérieur même de leur communauté23.

  • 24 Tygielski 2005, p. 338-341 ; Chrościcki 1996.

17Dans l’intention de faire émerger les modes d’existence de ces colonies italiennes il pourrait s’avérer utile de porter le regard sur des domaines où la sociabilité quotidienne apparaissait de manière manifeste. Parmi eux se trouvent certainement les pratiques cultuelles qui pouvaient rassembler les marchands originaires des cités italiennes rivales et circonscrire une communauté étrangère par l’usage d’une langue propre ou la présence de dévotions particulières. Nous savons ainsi qu’au xvie siècle les Italiens, quelle que fût leur origine, se rassemblaient dans leurs propres chapelles à Cracovie, à L’viv, à Lublin ou à Prague et y formaient des confréries qui promouvaient les cultes des saints patrons de leurs cités d’origine, rappelant par certains aspects les scuole des communautés étrangères de Venise24. À Cracovie, une telle association fonctionnait depuis le début du xvie siècle auprès de l’église du couvent franciscain. Elle fut placée au départ sous le patronage de la Vierge, puis celle de saint Jean-Baptiste, montrant l’influence croissante des Florentins.

18Pour les derniers siècles de la période médiévale, l’existence et le fonctionnement de lieux de culte « italiens » mériteraient une recherche dont l’importance se dessine à différentes échelles. En effet, cela pourrait tout d’abord révéler les modes et les facteurs de diffusion ou de promotion des dévotions particulières en lien avec les patronages des villes ou des sanctuaires renommés de la Péninsule. Par ailleurs, ce serait l’occasion d’une véritable réflexion sur le rôle des lieux de culte institués par les communautés marchandes étrangères de l’Europe médiévale, à travers une comparaison avec les fondations des colonies germaniques ou avec les églises orthodoxes des villes de la Hanse, fréquentées par les marchands moscovites ou ruthènes.

19Le croisement des perspectives se dessine donc comme l’aboutissement de la démarche initiée par ce dossier dont la richesse ressort des interrogations variées, présentes en filigrane dans chacun des articles. Leur examen minutieux à l’aide d’une mise en parallèle des cas locaux et d’une confrontation des archives devrait servir à faire émerger une nouvelle étape de l’histoire croisée de la culture et des sociabilités marchandes à l’échelle de l’Europe.

Fig. 1 - Carte : les circuits commerciaux en Europe centrale et orientale vers 1450.

Fig. 1 - Carte : les circuits commerciaux en Europe centrale et orientale vers 1450.
Haut de page

Bibliographie

Adorni-Braccesi 1991 = S. Adorni-Braccesi, Le « Nazioni » lucchesi nell’Europa della Riforma, dans Critica Storica, 1991/3 (1991), p. 363-426.

Bettarini 2012 = F. Bettarini : La comunità pratese di Ragusa (1414-1434). Crisi economica e migrazioni collettive nel Tardo Medioevo, Florence, 2012.

Blažejowskyj 1984 = D. Blažejowskyj, Byzantine Kyivan Rite Students in Pontifical Colleges, and in Seminaries, Universities and Institutes of Central and Western Europe (1576-1983), Rome, 1984.

Borejszo 2007 = M. Borejszo, Zapożyczenia włoskie we współczesnej polszczyznie [Les emprunts italiens dans le polonais contemporain], Poznań, 2007.

Chrościcki 1996 = J. A. Chrościcki, Kamieniarze i mafiosi. Zarobkowa emigracja z Włoch do Europy Środkowej i Wschodniej (XV-XVIII w.) [Maçons et mafiosi. L’émigration de travail depuis l’Italie vers l’Europe centrale et orientale (xve-xviiie siècle)] », dans Przegląd Humanistyczny, 40/1, 1996, p. 69-85.

Dacosta 1995 = T. Dacosta Kaufmann, Court, cloister and city : the art and culture of Central Europe 1450-1800, Londres, 1995.

Grasser 1615 = Johannes Jacobus Grasser (éd.), Michalonis Lituani De moribus Tartarorum, Lituanorum et Moschorum. Fragmina X., Bâle, 1615.

Hoock 2001 = J. Hoock, P. Jeannin, W. Kaiser (éd.), Ars Mercatoria. Manuels et traités à l’usage des marchands, vol. 3 : Eine analytische Bibliographie, 1470-1700, Paderborn-Munich-Vienne-Zürich, 2001.

Kaczmarczyk 1928 = K. Kaczmarczyk, Wlosi w Poznaniu na przełomie XV na XVI wiek [Les Italiens à Poznań à la charnière des xve et xvie siècles], dans Kronika miasta Poznania 6 (1928), p. 1-40.

Kellenbenz 1985 = H. Kellenbenz, Gli operatori economici italiani nell’Europa centrale ed orientale, dans Aspetti della vita economica medievale, Atti del Convegno di Studi nel X Anniversario della morte di Federico Melis, Firenze-Pisa - Prato, 10-14 marzo 1984, Florence, 1985, p. 333-357.

Kosman 1971 = M. Kosman, Pomiara włóczna : opowiadanie o królowej Bonie [L’arpentage en włoki : un récit sur la reine Bona], Varsovie, 1971.

Kryński 1919 = A. A. Kryński, O wpływie języków obcych na język polski [Sur l’influence des langues étrangères sur la langue polonaise], Varsovie, 1919.

Leśniak 1988 = J. Leśniak, Le problème des emprunts italiens en vieux polonais, dans Studia Romanica Posnaniensia, 13, 1988, p. 93-100.

Manikowski 1985 = A. Manikowski, Mercanti italiani in Polonia nel XVI e XVII secolo , dans Aspetti della vita economica medievale, Atti del Convegno di Studi nel X Anniversario della morte di Federico Melis, Firenze-Pisa - Prato, 10-14 marzo 1984, Florence, 1985, p. 360

Mazzei 1999 = R. Mazzei, Itinera mercatorum, Circolazione di uomini e beni nell’Europa centro-orientale (1550-1650), Lucques, 1999.

Pietrusiński 2000 = J. Pietrusiński (réd.), Złotnicy krakowscy XIV-XVI wieku i ich księga cechowa [Les orfèvres de Cracovie des xive-xvie siècles et le registre de leur métier], 2 t., Varsovie, 2000.

Petti Balbi 2007 = G. Petti Balbi, Le nationes italiane all’estero, dans Il rinascimento italiano e l’Europa, vol. 4 : Commercio e cultura mercantile, F. Franceschi, R. A. Goldthwaite, R. C. Mueller, Treviso-Costabissara, Fondazione Cassamarca, 2007.

Pinelli 2006 = P. Pinelli, Il Carteggio Marcovaldi (1401-1437) nell’Archivio di Stato di Prato : inventario, Rome, 2006.

Quirini-Popławska 1973 = D. Quirini-Popławska : Działalność Włochów w Polsce w I połowie XVI wieku : na dworze królewskim, w dyplomacji i hierarchii kościelnej [L’activité des Italiens en Pologne dans la première moitié du xvie siècle : à la cour royale, dans la diplomatie et dans la hiérarchie ecclésiastique], Cracovie, 1973.

Quirini-Popławska 1986 = D. Quirini-Popławska (éd.), Korrespondencja Sebastiana i Valeria Montelupi (1576-1609), Wrocław, 1986.

Renouard 1941 = Y. Renouard, Les relations des papes ď Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378. Paris, 1941.

Salmeri 1987 = R. Salmeri, Aspetti dell'emigrazione italiana in Polonia nel medioevo (sec. XI-XV), dans Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Jagiellońskiego. Prace historyczne 86 (1987), p. 5-13.

Tygielski 2005 = T. Tygielski, Włosi w Polsce XVI-XVII w. [Les Italiens en Pologne, xvie-xviie siècle], Varsovie, 2005.

Warner 1926 = G. Warner (éd.), The Libelle of Englyshe Polycye : A Poem on the Use of Sea-Power, 1436, Oxford, 1926.

von Werdt 2006 = C. von Werdt, Stadt und Gemeindebildung in Ruthenien. Okzidentalisierung der Ukraine und Weißrusslands im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit, Wiesbaden, 2006.

Zybura 2001 = M. Zybura, Niemcy w Polsce [Les Allemands en Pologne], Wrocław, 2001.

Haut de page

Notes

1 « idioma alienum est a nobis Lituanis, hoc est Italianis, Italico sanguine oriundis ». Le texte manuscrit fut publié pour la première fois dans : Grasser 1615, p. 23. Quelques années plus tard ces arguments furent développés par Maciej Stryjkowski dans son ouvrage O początkach, wywodach, dzielnościach, sprawach rycerskich i domowych sławnego narodu litewskiego, żemojdzkiego i ruskiego (1577). Certaines familles seigneuriales lituaniennes allaient même jusqu’à revendiquer des origines communes avec les grands noms du patriciat italien, comme dans le cas des Pac qui prétendirent se rattacher aux Pazzi de Florence. Un autre exemple de cet engouement se voit dans la diffusion rapide dans la République polono-lituanienne du culte de saint Charles Borromée.

2 Sur la place de l’art italien dans ces régions de l’Europe voir notamment : Dacosta 1995.

3 Ce terme est employé par Giovanna Petti Balbi qui fait remarquer que « le scarse menzioni nei libri o trattati di mercatura del tempo su italiani presenti nella Magna testimonia che questo spazio economico è poco congeniale alle loro attività mercantili o finanziarie » (Petti Balbi, p. 412).

4 Pour le moment, la période médiévale n’a donné lieu qu’à quelques articles de synthèse, dont l’étude de Hermann Kellenbenz : Kellenbenz 1985. Parmi les monographies les plus complètes pour l’époque moderne, voir  Mazzei 1999 et Tygielski 2005.

5 Voir Renouard 1941.

6 Voir la carte présentée en annexe.

7 À titre de comparaison on peut évoquer l’influence italienne dans le vocabulaire culinaire et vestimentaire polonais. Sur les emprunts de cette langue à l’italien voir l’article de Jolata Leśniak (Leśniak 1988) et surtout la synthèse de Maria Borejszo (Borejszo 2007). L’enquête est plus délicate pour les autres familles linguistiques dont les idiomes ne furent transcrits que tardivement, à l’exemple du roumain, ou dont l’usage fut limité à quelques genres particuliers comme dans le cas du hongrois.

8 Voir par exemple le travail de Danuta Quirini-Popławska (Quirini-Popławska 1973).

9 Pour la période postérieure, voir les remarques de Wojciech Tygielski pour le cas polonais : Tygielski 2005, p. 353-355.

10 Paola Pinelli présente sur ce point un cas particulièrement intéressant avec l’inventaire de la correspondance des marchands de la famille Marcovaldi, originaires de Prato et installés à Raguse au début du xve siècle : Pinelli 2006. Pour une période plus tardive, un exemple d’édition de la correspondance marchande concerne la famille toscane Montelupi, établie en Pologne à partir de la seconde moitié du xvie siècle (Quirini-Popławska 1986).

11 Voir Hoock 2001. Il faut toutefois se garder d’y voir une forme d’influence uniforme car, si au xvie siècle les Espagnols adoptèrent de manière stricte la comptabilité à partie double, la famille des Függer n’en fit jamais usage.

12 Kosman 1971 ; von Werdt 2006, p. 97.

13 L’un des prismes pour observer cette influence renvoie là encore au domaine linguistique avec la présence dans les langues slaves occidentales de nombreux termes germaniques utilisés notamment dans le domaine du commerce et de l’artisanat. Voir pour l’exemple polonais Kryński 1919 et Zybura 2001.

14 Gabriel Krasiński, auteur de la chronique intitulée La danse de la République polonaise et rédigée dans les années 1655-1669, adressait ainsi plusieurs critiques aux Italiens : « Désormais ils vont jusqu’à accaparer l’accise. / Ils tiennent déjà les salines, la monnaie et les ateliers ; /Après avoir amené bon nombre de toiles de soie douce, ils se jouent allégrement de plus d’un. » (cité dans Tygielski 2005, p. 542). La rhétorique « italophobe » s’inspirait également du ressentiment à l’égard des reines italiennes, comme Bona Sforza ou Catherine Médicis, avec leurs protégés, auxquelles il était reproché d’avoir accaparé le pouvoir et de l’exercer de manière inique et abusive (ibid., p. 518-26).

15 Ibid., p. 546. Ce type de reproche apparaissait aussi dans d’autres régions de l’Europe, comme en témoigne le poème anglais The Libelle of Englyshe Polycy, composé à la fin des années 1430 (Warner 1926).

16 Ibid., p. 559.

17 Parmi les institutions les plus fréquentées se trouvait l’université de Padoue qui dès le xvie siècle comptait déjà plusieurs dizaines d’étudiants polonais.

18 En dehors de la haute noblesse, ce cursus studiorum à l’étranger concernait aussi le clergé catholique et les représentants de la bourgeoisie, à l’image de l’imprimeur ruthène de Vilnius, Leon Mamonicz, qui séjourna au Collège grec de Rome entre 1578 et 1584 (Blažejowskyj 1984, p. 82).

19 Les descendants du marchand toscan Sebastiano Montelupi allèrent ainsi jusqu’à adopter une traduction polonisée de leur nom familial sous la forme « Wilczogórski » (Mazzei 1999, p. 332.).

20 Par exemple voir le cas de Lyon décrit par Simonetta Adorni-Braccesi (Adorni-Braccesi 1991).

21 La plus grande partie des données chiffrées provient des registres des nouveaux bénéficiaires du droit de bourgeoisie établis dans les grandes cités marchandes ou des listes d’individus anoblis par les différents souverains. Ces sources laissent donc de côté tous les représentants de la communauté italienne, qui n’avaient pas les moyens ou n’exprimaient pas le désir de s’enraciner dans les structures locales mais également ceux d’entre eux qui vivaient à la cour des magnats ou sur les domaines privés. Malgré ces réserves et grâce aux informations disponibles pour Cracovie – l’un des principaux lieux d’accueil des Italiens en Pologne – Adam Manikowski put mettre en évidence une nette progression de la place des marchands parmi les Italiens qui reçurent le droit de bourgeoisie entre 1501 et 1700. Alors que leur nombre ne correspondait qu’à trois individus pour la première moitié du xvie siècle, soit près d’un septième de tous les Italiens concernés, ils étaient déjà 87 (presque neuf dixièmes de l’ensemble) pour les années 1601-1650, soit une multiplication par trente de leur nombre (Manikowski 1985, p. 360 ; Mazzei 1999, p. 24-26). En confrontant les diverses sources d’information, Wojciech Tygielski suppose que pour les xvie-xviie siècle l’ensemble de l’immigration italienne en Pologne devait s’élever à quelques milliers d’individus (Tygielski 2005, p. 301).

22 Kellenbenz 1985, p. 342-349 ; Salmeri 1987.

23 Ce très vaste chantier est déjà partiellement amorcé grâce à des éditions de sources récentes : Pietrusiński 2000. Un exemple de ce croisement des sources est donné par l’ouvrage de Francesco Bettarini (Bettarini 2012). Voir aussi : Kaczmarczyk 1928.

24 Tygielski 2005, p. 338-341 ; Chrościcki 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte : les circuits commerciaux en Europe centrale et orientale vers 1450.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Tatarenko, « Postface. Pour une histoire croisée des pratiques marchandes », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2751 ; DOI : 10.4000/mefrm.2751

Haut de page

Auteur

Laurent Tatarenko

École française de Rome - tatarenko.laurent@neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org