Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Espaces et sociétés

Des quartiers « spécialisés » au sein des patrimoines immobiliers des ecclésiastiques vénitiens (XIVe-XVIe siècle) ?
Federica Masè

Résumés

Les investissements fonciers des propriétaires ecclésiastiques vénitiens varient en fonction de différents paramètres : localisation, ancienneté, importance et objectifs, tels rentabilité, service, charité, piété. La rentabilité domine dans les espaces commerciaux : Rialto ou « merceria ». La continuité de la fonction et la permanence de ce type de biens entre les mains des ecclésiastiques sont attestées jusqu’à la fin de l’époque moderne. En revanche, les investissements résidentiels, notamment dans l’immédiate proximité des établissements religieux n’ont plus la rentabilité comme premier objectif. Ils visent certainement à augmenter le nombre de fidèles de la paroisse, tout en répondant à trois impératifs : loger le personnel de service, offrir des logements gratuits ou à bas prix et accueillir des fidèles pieuses. Les catastici et les sources fiscales, permettent de lire l’évolution diversifiée dans le temps (XIVe-XVIe siècle) de ces quartiers spécialisés : la continuité de certains, les bouleversements d’autres.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment pour l’Italie, Hubert 2004, p. 109-139 ou, pour un cas exemplaire en France, Noizet 2 (...)

1Le rôle des ecclésiastiques vénitiens dans l’urbanisation de la ville – un rôle d’acteur dynamique et intégré dans la bonification, la construction de l’espace urbain et le peuplement – est bien connu. Ce n’est pas une spécificité vénitienne, loin de là, et de nombreux travaux l’ont démontré et continuent de le faire en Italie comme ailleurs en Occident1. Si les motivations économiques et la recherche de la rentabilité guident les religieux, elles ne sont évidemment pas les seules en jeu et, pour mieux comprendre le phénomène, il est nécessaire de s’intéresser également aux motivations politiques, sociales, culturelles et bien évidemment religieuses : le statut particulier des propriétaires ecclésiastiques, qui les distingue nettement des propriétaires laïcs, influence inévitablement leur œuvre d’urbanisation qui implique les laïcs.

2À Venise, l’urbanisation du patrimoine foncier ecclésiastique ne procède pas de manière homogène et immuable, mais varie en fonction de l’ancienneté de l’établissement et, par conséquent, de la manière dont le patrimoine a été constitué et de l’état dans lequel il se trouve. En outre, on peut également repérer, au sein des patrimoines ecclésiastiques les plus riches et les plus importants, certaines parties, qu’on pourrait définir comme des « quartiers spécialisés ». Ils se distinguent notamment par leur emplacement géographique spécifique, soit à proximité du monastère (la notion de proximité sera également à redéfinir), soit dans une zone marchande, loin du monastère.

  • 2 Cf. Cessi - Alberti 1934, p 25-26 ; Calabi - Morachiello 1987, p. 73.
  • 3 Les monastères de San Nicolò di Lido et de San Giorgio Maggiore, ainsi que le patriarche de Grado o (...)

3L’éventuelle spécialisation commerciale saute aux yeux. On la repère à la nature des biens – maisons associées à des boutiques, boutiques, entrepôts etc. –, à leur emplacement dans les « rughe » – rues commerçantes bordées de boutiques – ou au marché du Rialto, où la fonction résidentielle se réduit considérablement au fil du temps pour laisser la place aux boutiques et aux tavernes, bien plus rentables, en dépit de leur exiguïté2, ou même dans la lointaine Constantinople où le quartier des Vénitiens, propriété de plusieurs institutions ecclésiastiques, est bien placé sur la rive portuaire marchande de la Corne d’or3.

4En revanche, les quartiers situés à « proximité » des établissements ecclésiastiques révèlent une nature et une fonction plus complexes et plus difficiles à déterminer avec précision. En effet, à proximité de l’établissement religieux, on peut trouver un espace ouvert ou fermé (généralement une cour) destiné à une population hébergée soit par charité (amore Dei ou à bas prix) – par exemple des veuves –, soit (gratuitement ou contre un loyer réduit) en contrepartie de son travail, comme c’est le cas pour le personnel au service des ecclésiastiques. Les maisons y sont généralement modestes et, de toute manière, peu rentables. Mais ce qui caractérise principalement ces « quartiers » est la population qui y habite et que nous allons essayer de définir et de caractériser. Ce n’est pas une tâche aisée, car la réalité est plus complexe qu’elle n’y paraît et que les sources sont peu dissertes à ce sujet, si bien qu’un croisement de données complémentaires est souvent nécessaire.

  • 4 Cf. Rando 1994, p. 82. Cette union donnera également naissance à un regroupement des archives dans (...)
  • 5 La « merceria » est l’artère de circulation principale reliant le centre politique et religieux (Sa (...)

5Notre étude porte sur un échantillon, par définition non exhaustif, mais significatif et emblématique des patrimoines ecclésiastiques. Il comprend trois établissements monastiques. San Lorenzo et San Zaccaria sont deux monastères bénédictins féminins de fondation illustre – respectivement épiscopale et ducale – et ancienne – IXe siècle –, destinées aux patriciennes. San Giorgio Maggiore, fondé au Xe par le doge, est leur équivalent masculin. Enfin, il sera éclairant de comparer ces patrimoines monastiques aux patrimoines respectifs de l’évêque de Castello et du patriarche de Grado, qui fusionneront au milieu du XVe siècle avec la création de la nouvelle charge de patriarche de Venise4. L’étude comparée ouvre des perspectives riches et dialectiques, dans la mesure où les établissements sont à la fois féminins et masculins, les patrimoines suffisamment anciens et par conséquence assez importants pour permettre une spécialisation par quartiers et une diversification géographique, intéressant aussi bien les quartiers marchands du centre ville – comme le marché du Rialto et la « merceria de San Zulian »5 près de Saint Marc –, que les quartiers à dominante résidentielle plus excentrés, voire périphériques.

  • 6 À l’exception du « catastico » des biens du patriarche de Grado à Constantinople, daté du milieu du (...)
  • 7 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, « Condizioni della diocesi di (...)

6Ces institutions conservent une documentation patrimoniale à la hauteur de leur richesse. Les pièces les plus utiles aux fins d’une étude comparative en sont les « catastici », conservés entre le début du XIVe siècle et le milieu du XVe siècle. Par ce terme, on désigne aussi bien des registres de copies, voire des inventaires d’un fonds ecclésiastique, que des registres recensant l’ensemble des rentes immobilières d’un propriétaire ecclésiastique à une date donnée6. Les sources fiscales – notamment le registre des déclarations fiscales de toutes les communautés religieuses vénitiennes de 1564, comportant les listes complètes des locataires par unité urbanistique7 – permettent de disposer d’une vue d’ensemble de tous ces patrimoines, à une date commune, après la fin du Moyen Âge. Grâce à elles, on peut évaluer l’évolution diversifiée de ces patrimoines : l’immobilisme de certains, confronté aux transformations radicales d’autres.

La particularité du site : un isolement naturel entretenu

7Les patrimoines des ecclésiastiques, essentiellement fruit de donations, sont le reflet des choix patrimoniaux des donateurs, et donc aussi des investissements privés. Toute donation ou legs est accepté, indépendamment de sa localisation même excentrée, ce qui explique la création de pôles de propriétés parfois lointains du siège principal. Mais la majorité des biens se trouve néanmoins à proximité immédiate de l’établissement. Il s’agit certainement autant d’une conséquence des relations tissées entre l’établissement ecclésiastique et ses fidèles que des résultats d’une politique volontaire d’acquisitions et d’orientation des donations, visant la concentration foncière à proximité de l’établissement. Néanmoins, il faut toujours remonter à la fondation pour trouver l’étendue des biens limitrophes, à l’origine du patrimoine : une étendue généralement proportionnelle à l’ancienneté et à l’importance de l’établissement. La particularité du site lagunaire vénitien favorise une tendance à un cloisonnement naturel, qu’on peut soit atténuer en s’ouvrant sur l’extérieur, soit à l’inverse accentuer en se fermant.

  • 8 L’évêque de Castello est l’évêque de Venise.
  • 9 Voir Codex Publicorum.

8Pour commencer, il est fort utile d’établir une chronologie et une périodisation des fondations des établissements ecclésiastiques. Pour les fondations les plus anciennes, les sites choisis en vue du retrait du monde sont souvent des îles, naturellement « isolées » par l’éloignement de l’archipel réaltin et les marécages environnants. La donation d’une île s’accompagne de celle des aque qui l’entourent. L’espace peut être si vaste que la fondation de nouveaux monastères y est possible et même encouragée. C’est notamment le cas pour l’évêché de Castello8, doté d’une immense parcelle lagunaire à l’extrémité orientale de la ville, ou pour San Giorgio Maggiore, au sud du centre ville. De cette façon, plusieurs fondations voient le jour dans la vaste paroisse de San Pietro di Castello, souvent à l’instigation de l’évêque, tandis que le monastère de Santa Maria delle Grazie est fondé à côté de San Giorgio Maggiore, dans son aqua. À la fin du XIIIe siècle, dès la création de la nouvelle magistrature des juges du Piovego (corruption de super publicis), ces ecclésiastiques, riches propriétaires en eaux, sont d’ailleurs aussitôt mis en examen par l’État qui cherche à récupérer une partie de ces étendues, si imprudemment cédées9.

  • 10 Bellavitis 1999.

9L’île n’est toutefois pas placée à l’écart des voies de circulation : bien au contraire, elle se trouve souvent sur des chenaux de communication. Ainsi, l’île de Olivolo/Castello, siège de l’évêché, bien que située à l’extrémité périphérique, à l’est de la ville, est-elle admirablement placée sur le chenal de communication entre les deux « bocche di porto » (passages entre la lagune et la mer) les plus proches de la ville. Cet emplacement stratégique est mis en valeur dans le plan dessiné par Fra Paolino da Venezia en 1330, très attentif aux aspects hydrographiques. De même, le site privilégié choisi pour la fondation de San Giorgio Maggiore, en face de Saint-Marc, au milieu de son bassin, est souligné au premier plan dans la célèbre vue perspective de Venise 1500, œuvre de Jacopo de’ Barbari10.

  • 11 On en trouvera des exemples, notamment dans les fonds de San Zaccaria ou bien de San Domenico de Ca (...)

10Certaines parmi les fondations les plus anciennes s’installent également au cœur de l’archipel réaltin, la future ville, qui est par définition constitué d’îles. De cette façon, l’isolement naturel des fondations ecclésiastiques insulaires est certes atténué, mais il peut, au besoin, être renforcé par des éléments matériels de clôture. Le campo, ou place du monastère, peut ainsi être fermé. Parfois, il suffit de fermer le pont qui y donne accès et permet la circulation, donc la communication entre l’île monastique et le monde. Plus tard, la documentation de la fin du Moyen Âge fera état de la volonté des religieux d’éviter, dans une ville plus densément bâtie et peuplée, l’intolérable intrusion du monde dans l’espace monastique par les fenêtres des voisins qui s’ouvrent sur le cloître11.

  • 12 À propos des stratégies de location adoptées par les propriétaires patriciens, voir pour Venise : B (...)

11Quoi qu’il en soit, indépendamment ou, au contraire, en raison de cet isolement, il existe une spécificité des propriétés de l’établissement ecclésiastique, situées sur l’île, qui apparaît à l’examen des sources patrimoniales. Ce faisant, les ecclésiastiques se rapprochent des pratiques de polarisation du peuplement autour de leur palais, notamment à leur service ou dans leur « clientèle », adoptées par le patriciat urbain. Ils s’en distinguent toutefois selon des modalités qu’il s’agit précisément de définir12.

La « cour » des ecclésiastiques, un « quartier spécialisé » ?

  • 13 ASVe, Corporazioni religiose soppresse [désormais CRS], San Gregorio, b. 5, Tomus primus membranaru (...)

12Toutes les communautés ne sont pas concernées par le contrôle de « quartiers spécialisés ». Elles le sont en outre de manière différenciée. L’espace immédiatement limitrophe est généralement dotée d’une valeur particulière. Citons le cas exceptionnel de San Gregorio qui, au début du XIIIe siècle, stipule dans ses contrats de bail emphytéotique que les preneurs à bail des parcelles situées sur son « campo » devront construire des maisons « en kit », autrement dit des maisons pouvant être démontées et emportées ailleurs, au cas où le monastère manifestait la nécessité ou le souhait de se réapproprier de son « campo »13.

  • 14 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564.
  • 15 Ibid., n° 149, « Condizion de San Lorenzo » ; n° 166 « Condizion de Santa Chiara ».

13D’une manière plus générale, le registre des déclarations fiscales des ecclésiastiques de Venise (1564) permet de vérifier l’identité de quasiment tous les locataires de ces propriétaires pas comme les autres, et en particulier de ceux qui résident à proximité de l’établissement14. Cette vérification exhaustive des locataires permet le constat suivant. Si la grande majorité des établissements ecclésiastiques loge dans ses environs immédiats des personnes qui sont à son service à divers titres, et parmi lesquelles figurent quelques femmes, notamment des veuves, il est beaucoup plus rare de rencontrer une concentration féminine dans un espace « proche » et délimité. En 1564, une telle concentration n’apparaît de manière évidente que pour San Lorenzo, voire – peut-être, et en bien moindre mesure – pour Santa Chiara15. Or, cette spécificité de la cour de San Lorenzo est déjà documentée dans la seconde moitié du XVe siècle, voire, en réalité, dès la fin du XIVe siècle. Dans la seconde moitié du XVe siècle, elle apparaît également, mais de manière plus discrète, pour la cour de San Giorgio Maggiore. En général, de l’analyse des documents médiévaux et modernes, il résulte que plusieurs établissements ecclésiastiques louent les maisons qui leur sont les plus proches à une population qui semble sortir de l’ordinaire et que nous allons essayer de cerner et de caractériser.

Une présence féminine caractéristique

  • 16 Nous avions déjà remarqué le caractère exceptionnel de ce quartier et commencé à en esquisser l’étu (...)
  • 17 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452) ; b. 7, (1386) ; (1396)  (...)
  • 18 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452), fol. 11r-12v. D’ailleur (...)

14Le monastère de San Lorenzo possède un quartier à part, sur l’île même du monastère : il est défini « dentro dal ponte » (à l’intérieur du pont), ou même « dentro dal monestiero » (à l’intérieur du monastère)16. Les logements qui s’y trouvent sont enregistrés dans une liste à part à la fin des « catastici » successifs, recensant l’ensemble des rentes des possessions du monastère, et qui s’échelonnent de la fin du XIVe siècle au milieu du XVe siècle17. Dans le registre de 1452, notamment, le « chaxe dentro dal ponte » sont répertoriées après toutes celles que le monastère possède à Venise et donne en location, et qui sont énumérées, comme c’est habituellement le cas, selon un ordre topographique qui part du monastère et s’en éloigne. Bien plus, elles sont enregistrées après les propriétés à la campagne, qui s’acquittent du cens en nature (volaille, froment, etc.)18.

  • 19 Dans les « catastici » les plus anciens cet espace est défini « dentro dal monestiero » et dans les (...)
  • 20 Rigon 1979, p. i.
  • 21 ASVe, Mensa patriarcale, b. 1, Catasticum episcopatus castellani. Sur sept femmes, trois sont veuve (...)

15Il s’agit de fait d’une zone particulière, réservée à une population tout aussi particulière. Elle est composée pour une large majorité de femmes, les rares exceptions étant des hommes attachés au service du monastère. On pourrait en déduire que ces femmes désirent s’approcher ainsi des religieuses qui composent la communauté bénédictine féminine de San Lorenzo. D’ailleurs, les désignations « dentro dal monestiero », ou encore « corte delle monache » (cour des moniales) pourraient inciter à le croire19. L’appartenance au même sexe attire certainement ces femmes, mais peut-on supposer pour autant qu’il existe de la part des communautés de religieuses exclusivement une capacité spécifique d’attraction à l’égard des femmes ? Assurément non. Certaines communautés masculines parviennent également à attirer des femmes locataires autour de leur établissement (sur leur « campo » ou cour), bien que dans une moindre mesure. À Padoue, au XIIIe siècle déjà, une communauté laïque importante, essentiellement féminine, vit ainsi sur le « campo » d’un monastère masculin20. À Venise, au début du XIVe siècle, des femmes sont logées par l’évêque de Castello sur l’île même de la cathédrale près des maisons du clergé qui y est attaché (archidiacre, chanoines, mansionarii…) et du personnel au service de l’évêché (notaires, batelier etc.)21.

  • 22 ASVe, CRS, San Giorgio Maggiore, b. 1, « Catastico » Q (XVe siècle), registre de copies d’actes con (...)
  • 23 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q. Notamment certains témoins des actes de location des (...)
  • 24 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55, Proc. 99, « condizione » de 1564.

16On conserve une série complète de contrats de locations annuels concernant des biens de San Giorgio Maggiore et datant de 1469, donc quasiment contemporaine du « catastico » de San Lorenzo de 1452. Dans ces actes, huit femmes (six veuves, une femme mariée et la « fille du fattore ») occupent un tiers des 23 logements loués par la communauté bénédictine masculine de San Giorgio Maggiore dans sa curia Sancti Georgii . Cette curia, dont le nom vénitien est encore aujourd’hui « corte de San Zorzi », se trouve derrière la place de Saint-Marc, dans la paroisse de San Geminiano22. Il s’agit d’un cas d’habitat certes « proche » du monastère, mais séparé par le bassin et la place de Saint-Marc. La cour n’est pas réellement contiguë au monastère, mais l’île, siège du monastère, est peu urbanisée et relativement « isolée » au milieu du bassin de Saint-Marc, en face de la Piazzetta. C’est une île éloignée des autres îlots qui composent la ville. Ses seuls « résidents » semblent se trouver à l’intérieur du monastère, qu’ils soient moines ou pas23. À la fin du Moyen Âge, il n’y a pas de maisons louées sur le « campo » du monastère de San Giorgio Maggiore. Au XVIe siècle, seuls des entrepôts de blé sont destinés à la location, mais ils sont souvent vides24. En définitive, au XVe siècle, l’importante présence féminine, les loyers relativement bas alors que la cour se trouve au cœur de la ville, juste derrière la place de Saint Marc, la résidence du « fattore » (agent) du monastère et de sa fille dans deux des logements, sont autant d’éléments grâce auxquels la « corte de San Zorzi » semble exercer les mêmes fonctions – résidence du personnel au service du monastère et refuge pour pauvres (?) femmes pieuses – que les « espaces proches » des autres établissements ecclésiastiques. Seul son éloignement du siège distingue la cour de San Giorgio de ces autres espaces.

17Les montants des loyers de la cour ne sont pas très élevés, notamment quand il s’agit des locataires femmes. Elles payent toutes entre 3 et 5 ducats, à l’exception de Lucia relicta q. ser Dorici q. Marci, doyenne des locataires (depuis 50 ans !), qui paye 11 ducats. La moyenne des loyers payés par ces femmes s’élève donc à 4 ducats, si on exclut ce loyer exceptionnel de 11 ducats, et à 4,9 ducats, si on l’inclut, ce qui reste très bas. Les hommes, quant à eux, payent entre 3 et 13 ducats, avec un loyer moyen de 6,9 ducats. La fille du « fattore » Caterina paye le loyer le plus bas (3 ducats) et son père, ser Angelo Brocardo, le loyer le plus élevé (13 ducats), mais il détient des équipements supplémentaires : une cour et un puits. Ce dernier est locataire depuis vingt ans et on aurait pu imaginer qu’il occupait un logement de fonction. En réalité, il paye certes un loyer plus élevé que les autres – les deux autres loyers les plus élevés ne dépassant pas 10 ducats –, mais il profite d’équipements exceptionnels, vraisemblablement destinés à un usage commun par les résidents de la cour. Une éventuelle réduction du loyer en échange de services rendus n’est pas mentionnée non plus.

  • 25 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 7, (1386), fol. 24/67r : « Agnexina piçocara »; (1396), fol. 26/34r « do (...)
  • 26 Ibid., fol. 12r, item 204, une maison habitée par trois femmes a même investi la « chalexela del ch (...)

18Les communautés de San Zaccaria et San Lorenzo accueillent des religieuses issues du patriciat vénitien. La population des quartiers appartenant à San Lorenzo, qu’elle soit féminine ou masculine, appartient aussi au patriciat aisément reconnaissable grâce aux noms de famille les plus prestigieux (Bragadin, Contarini, Dandolo, Foscarini, Malipiero, Priuli, Tron…). Les femmes de la cour ne font pas exception : même quand le loyer est extrêmement bas, les noms sont pourtant illustres (Barbarigo, Falier, Loredan, Malipiero, Michiel, Morosini, Priuli, Soranzo…). Quelques femmes sans nom de famille, uniquement qualifiées de veuves, apparaissent également. Peut-on pour autant qualifier ces quartiers de refuge pour patriciennes en détresse ou de havre mystique pour femmes pieuses dont la pauvreté des conditions de vie serait un choix ? La question reste ouverte, d’autant que, dans chaque « catastico », on trouve une ou deux femmes au maximum définies comme « piçochare », tandis qu’une certaine « dona Franceschina la conversa » est également présente dans la cour en 1396 et en 1414. Si, d’un côté, ces présences semblent confirmer une vie spirituelle particulière, en relation avec le monastère, leur extrême rareté oblige à l’inverse à s’interroger sur le statut des autres femmes résidentes25. Ce qui est indéniable est le succès de la cour et son aménagement progressifs. En 1386, on dénombre 15 femmes locataires auxquelles s’ajoutent le boulanger et la « scuola », seuls autres locataires. En 1396, elles sont 12 mais les hommes sont désormais nombreux : boulanger, vigneron, maçon et deux autres. En 1414, on compte 26 femmes, puis 40 en 1452. À cette date, à la « scuola », au boulanger et au vigneron, se sont en outre ajoutés 2 entrepôts26. Pour finir, en 1564, elles sont 33. En dépit de cette petite diminution sur la fin, le nombre des femmes de la cour de San Lorenzo a plus que doublé en deux siècles. En dehors de cette cour, les femmes titulaires de la location sont très peu nombreuses dans la paroisse dépendant de San Lorenzo (San Severo). En outre, ce chiffre est stable d’un siècle à l’autre : 18 femmes en 1452 et 20 en 1564. Parmi elles, on compte de rares veuves et quelques patriciennes (Badoer, Dolfin, Foscarini, Gradenigo, Michiel, Venier).

  • 27 San Provolo, San Zane Novo et San Zulian.
  • 28 ASVe, CRS, San Zaccaria, b. 6, « Catastico » E, (1305-1312) et et b. 32, « Quadernetto stabili » (1 (...)
  • 29 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 168 « Condizion de San Zac (...)

19Malgré le recrutement de ses religieuses, San Zaccaria offre ses logements en location à une population bien plus modeste. Les femmes titulaires du bail sont souvent issues des milieux de l’artisanat. Elles sont en outre dispersées dans les trois paroisses sur lesquelles s’étend le patrimoine monastique entre San Zaccaria et Saint-Marc27. Aucune concentration féminine n’apparaît près du monastère ou ailleurs28. En 1564, les femmes locataires de San Zaccaria et résidant dans sa paroisse restent peu nombreuses et elles sont toutes veuves29.

20En conclusion, on a affaire avec San Lorenzo et San Zaccaria à deux monastères extrêmement semblables : bénédictins, féminins, de fondation illustre et ancienne, destinés à un recrutement patricien et localisés dans deux îles très proches. Et pourtant, le premier possède une « corte delle monache », le second rien de tel. Il s’agit de deux cas diamétralement opposés. Quant à l’évêché, ou même davantage San Giorgio Maggiore, il s’agit de deux ensembles masculins tout aussi illustres, qui font preuve d’une indéniable capacité d’attraction sur une population féminine.

Une forme d’assistance charitable ?

  • 30 Ibid., n° 149, « Condizion de San Lorenzo » : une maison où habite dona Barbara veuve qu’on avait l (...)

21Qu’il s’agisse des cours de San Lorenzo ou de San Giorgio, Les montants dérisoires des loyers invitent naturellement à penser qu’on a affaire à un refuge pour femmes pauvres et seules, donc financièrement démunies, quelles que soient leurs origines sociales. Parfois, les sources signalent ponctuellement ou collectivement la pauvreté des locataires. Dans leur déclaration fiscale, les religieuses de San Lorenzo mentionnent ainsi « una casa dove abita dona Barbara vedova si soleva affittar ducati 8 et per esser la dita e zovene e carga di fioli, e miserabile, se li dona il fitto », tandis que la communauté de San Giorgio note : « Item le due casette per poveri homini ducati 10 »30. Une mention qui souligne d’ailleurs que les hommes, pris individuellement ou collectivement, ne sont donc pas exclus de la charité.

  • 31 Cf. Masè 2012.
  • 32 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q, fol. 105v-106r.

22Cependant, dans le cadre d’une autre étude31, nous avons pu rassembler, à propos de l’une des locataires de San Giorgio, Franceschina veuve de ser Nicolò Brati, un dossier documentaire exceptionnel, par la quantité de documents et la qualité des informations. Le fonds du monastère conserve trois dossiers concernant les propriétés de Franceschina. En effet, par son testament, elle a désigné San Giorgio Maggiore comme son légataire universel. Une recherche fructueuse dans les archives notariales nous a permis de compléter et d’étoffer le dossier. Il devient ainsi parfaitement clair que le choix par Franceschina de cette résidence d’un coût annuel de 5 ducats n’est pas imposé par une hypothétique pauvreté. Elle possède en effet plusieurs maisons et elle aurait pu tout simplement rester dans la demeure conjugale, dont elle hérite après le décès de son second mari. Or, à l’occasion de son veuvage (vers 1454), elle choisit au contraire de quitter son domicile à Sant’Agnese et d’emménager « corte di San Zorzi », où elle habite jusqu’à sa mort, donc pendant une quinzaine d’années. C’est un quartier plus central, mais surtout un espace apparemment protégé, propriété d’une communauté de moines auxquels elle est très attachée et dans laquelle ses deux fils ont fait profession. Par conséquent, c’est un choix librement déterminé, qui n’est pas dicté par sa condition32.

  • 33 Ils proviennent en général du « Stato da Mar » vénitien. Cette origine « étrangère » est extrêmemen (...)

23Peut-on pour autant élargir ce constat aux autres femmes locataires des moines dans cette cour ? Peut-on considérer la « corte di San Zorzi », où se concentre la quasi-totalité des femmes locataires du monastère, comme une sorte de « béguinage » ? Une communauté de veuves pieuses, pas nécessairement dans le besoin, même si les loyers – certes variés – sont toujours bas ? Enfin peut-on étendre cette hypothèse aux hommes locataires dans la cour ? En l’état actuel de mes recherches, ces hommes ne semblent pas se distinguer de manière particulière. Tous les habitants de la cour louent une seule domus, à l’exception de ser Nicolao de Rainaldis civi tarvisino qui loue duas stationes positas in una domo, l’une depuis trois ans déjà, l’autre à partir de « maintenant » (1469), pour un loyer total de 10 ducats. La présence de ces deux boutiques indique l’existence d’une activité commerciale dans la cour. D’ailleurs, la moitié des hommes locataires dans la cour porte des patronymes d’artisans – barberio, fructarolo, a seta, marangono (charpentier), murariobarbitonsore, un fils de strazarolo – et ils sont presque tous appelés magistro. Ceux qui ne sont pas identifiés par une activité professionnelle le sont par leur origine géographique souvent lointaine, même s’ils sont dits habiter à Venise à présent…33

24Reste que la fonction principale, voire presque exclusive, des logements de la cour de San Giorgio est résidentielle, ce qui créé une différence importante avec les deux autres principaux noyaux de propriétés immobilières de San Giorgio qui sont dédiés au commerce.

Les monastères et les activités commerciales

  • 34 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 44, Proc. 51-53A, « Case a S. Giulian » ; b. 45, Proc. 53B, « Case a S.  (...)

25Les monastères bénéficient des donations des laïcs, ce qui explique que leurs possessions consacrées aux activités commerciales soient le reflet de la pratique d’investissements de l’élite vénitienne. Ainsi, dans la zone marchande du Rialto, San Giorgio a profité des donations de la famille Ziani qui constituent par ailleurs l’essentiel de son patrimoine global. San Lorenzo y doit ses biens commerciaux à la générosité de Pietro Ziani et de Giovanni Venier. De même San Zaccaria y récupère les biens et notamment la « ruga » de boutiques de Domenico Gradenigo34. Il s’agit de trois patrimoines ecclésiastiques importants, conséquences de l’ancienneté et de l’importance des fondations, mais d’autres monastères comptent également parmi les heureux propriétaires de boutiques au Rialto.

La nature des biens

  • 35 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 168, « Condizion de San Za (...)

26La déclaration fiscale de 1564 décrit en ces termes la « ruga » de « case et botteghe » de la « merceria » de San Zulian et les boutiques au Rialto possédées par San Giorgio : « Il monastero possiede al presente alcune botteghe dà sartori, et toschani, con alcune volte di sopra poste in Rialto per mezzo la chesia di S. Zuanne »35. Ce sont des espaces clairement et complètement destinés au commerce. Leurs loyers sont élevés, surtout dans la « merceria », et donc nettement plus rentables que les maisons de la cour de San Zorzi.

  • 36 La liste détaillée figure dans ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564 (...)

27San Lorenzo vante également des possessions au Rialto près des « chaxarie » (le marché au fromage) : des boutiques « ruga di oresi » (orfèvres) et « ruga de’ zoghellieri » (joailliers) ainsi que « la taverna da la symia » (la taverne du singe), qui apparaît déjà dans le « catastico » de 1452, et la « spiciaria » (épicerie) à l’enseigne du melon, mentionnée dans les sources fiscales du XVIe siècle, authentiques fleurons de l’ensemble. Les deux revendeurs de la taverne et de l’épicerie ne se limitent pas au paiement d’un loyer très élevé, ils doivent également remettre des « regalie » fort utiles à la vie quotidienne de la communauté monastique : le vin de « Malvasia » d’une part et « cebibo de Candia », riz, olives, épices, cire, boutargue et fruits secs de toutes sortes de l’autre36.

  • 37 Ibid., n° 168, « Condizion de San Zaccaria ».
  • 38 Le quartier des Vénitiens à Constantinople est perdu après le traité du Nymphée en 1261 ; dans la d (...)

28En 1564, San Zaccaria ne possède pour sa part aucun bien au Rialto37. À l’inverse le patriarche de Grado représente un cas exceptionnel au regard des patrimoines ecclésiastiques vénitiens, puisque ses biens immobiliers sont de nature presque exclusivement commerciale. Que ce soit à Constantinople ou à Venise, et plus précisément au Rialto, le patriarche détient des maisons et des boutiques où la fonction commerciale est quasiment exclusive38.

Les habitants

  • 39 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q, fol. 83v-84r : Locatio facta domine Marine relicte q (...)
  • 40 Quelques cas chez les locataires de San Lorenzo, notamment dans les « catastici » les plus anciens. (...)
  • 41 Sur la condition féminine à Venise cf. notamment Guzzetti 1998 ; Sorelli 2000 et Bellavitis 2008.

29Si les espaces à proximité des institutions ecclésiastiques sont un lieu privilégié de résidence féminine, pour les espaces dédiés au commerce c’est le contraire qui se dessine. Aucune femme n’est locataire attitrée d’une boutique, à l’exception d’une veuve qui garde la boutique louée par son mari, récemment décédé, dans la « merceria » de San Zulian39. Pourtant, les femmes locataires sont parfois identifiées par un métier (« lavandera, sartoresa, fornera… »), ou même par la mention de leur ancien statut d’esclaves40, mais ce n’est pas le cas des résidentes dans les cours des monastères41.

  • 42 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452), par exemple fol. 1r,« C (...)

30Entre ces deux extrêmes – quartiers marchands exclusivement masculins et cours des monastères beaucoup plus féminisées – il existe toute une palette d’espaces accueillant une population féminine titulaire de baux locatifs. Si, pour San Giorgio, il n’y a pas de femmes locataires en dehors de la cour, ce qui pourrait faire penser à un contrôle plus fort sur les femmes isolées et indépendantes, cela s’explique vraisemblablement par la spécialisation marchande très forte de son patrimoine, situé dans les principales zones commerciales entre Rialto et Saint-Marc. En revanche, le patrimoine de San Lorenzo, concentré principalement sur l’île de San Severo proche du monastère, ne présente pas cette vocation commerciale, à l’exception des biens au Rialto. Or, les femmes titulaires de baux sont certes beaucoup moins nombreuses que les hommes – elles sont par exemple 27 sur 170 en 1452, sans compter les 40 femmes locataires de la cour sur l’île du monastère –, mais elles sont toutefois présentes et autonomes. Certaines, apparemment seules, sont néanmoins définies comme les épouses de leur mari, voire, parfois, partagent leur logement avec un homme, par exemple leur gendre dans deux cas. Mais ce sont pourtant elles qui figurent en premier, tandis que l’homme est identifié par leur relation de parenté42.

  • 43 ASVe, CRS, San Zaccaria, b. 6, Catastico E (1305-1312) et b. 32, « Quadernetto stabili » (1411-1428 (...)

31Dans la documentation patrimoniale du monastère de San Zaccaria entre le début du XIVe siècle et le début du XVe siècle43, la même présence féminine active est évidente. Par contre, le monastère ne semble pas exercer une attraction particulière sur la population résidant à proximité, et il ne détient plus aucun bien au marché du Rialto. En somme, San Zaccaria ne possède pas de quartier spécialisé.

Au XVIe siècle : persistances et mutations

  • 44 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, Estimo 1564, n° 82 « Condizion di San Zorzi Maz (...)
  • 45 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 14, Proc. 3, « Aquisto della casa sul canton del monastero & magazini. C (...)
  • 46 « Item il monastero da à goder amore Dei tre casette dove abitano il fattor, fornaro et sartor del (...)
  • 47 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 82 « Condizion di S. Zorzi (...)

32Après leur acquisition, par donation ou par achat, les biens destinés aux activités commerciales restent entre les mains des ecclésiastiques. Les sources fiscales permettent d’en constater la stabilité de propriété jusqu’au XVIIIe siècle. Au contraire, cet immobilisme n’est pas de mise pour les autres biens qui changent soit de propriétaire, soit de fonction. Ainsi, en l’espace d’un siècle, une évolution radicale semble affecter matériellement et sociologiquement la cour de San Zorzi. Selon les déclarations fiscales « al clero » (au clergé) de 156444, ne se trouvent sur l’île du monastère que des « magazeni » (entrepôts) pour le blé proposés à la location mais souvent vides, ainsi qu’une « casa da statio », un palais qui leur causera d’ailleurs un fâcheux procès avec l’État et qu’ils devront finalement racheter45. Toutefois, fait nouveau, trois maisonnettes sont concédées gratuitement (amore Dei) à trois salariés du monastère, le « fornaro » (boulanger), le « sartor » (tailleur) et le « fattore », qui était précédemment logé dans la cour de San Zorzi contre un loyer élevé (13 ducats)46. Dans ces mêmes déclarations fiscales, on précise au chapitre des dépenses que le « fattore » perçoit un salaire de 50 ducats pour encaisser les revenus du monastère à Venise47.

  • 48 Ibid. : «…Il monastero sopradetto possiede al presente case da statio, posto (sic) in Campo Rusolo (...)
  • 49 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 47, Proc. 58, « Case a S. Giminiano », surtout de fol. 4 (1543 20 septem (...)
  • 50 En guise de comparaison, dans la même déclaration, les loyers des maisons et boutiques des « rughe (...)
  • 51 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55 , Proc. 100, « Condizioni al laico del Monastero di San Giorgio Maggi (...)

33Quant à la cour, elle n’est plus composée de 23 logements pas chers, mais des travaux en ont changé la physionomie. Des « case da statio » (palais) sont bâties à la place des modestes logements48, avec des tentatives infructueuses pour faire financer les travaux par les nouveaux locataires qui auraient dû s’y engager moyennant une adaptation du loyer49. On passe ainsi de 23 locataires à 9. Les loyers augmentent en conséquence, atteignant un minimum de 20 ducats et un maximum de 95, pour un revenu moyen de 45 ducats et un total de 404 ducats50. Par ailleurs, comme le relève une note postérieure51, les déclarations fiscales « al laico » comportent 5 maisons de plus, pour un total de 14 maisons et un entrepôt, fournissant un revenu global net de 972 ducats, donc plus que le double !

  • 52 Ibid. Au XVIIIe siècle 3 locataires sur 13 seront à nouveau des femmes.
  • 53 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 47, Proc. 58A, 2, « Case in Campo Rusolo (S. Giminiano) », 31 octobre 15 (...)
  • 54 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55, Proc. 97A, en obéissance au décret du 28 janvier 1768.

34En outre, la présence de femmes titulaires de bail disparaît laissant place exclusivement à des hommes52. Seule nuance à apporter à cette transformation sociologique de la cour : la location octroyée, au XVIe siècle, à un prix de faveur, à un avocat qui, en échange, plaidera gratuitement toutes les affaires de San Giorgio « al foro ecclesiastico » rappelle encore l’usage de la cour comme espace destiné à des personnes liées au monastère53. Ce nouvel état de fait – une cour de palais aux loyers chers dont les titulaires sont des hommes – perdurera jusqu’au XVIIIe siècle54.

  • 55 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 149 « Condizion di San Lore (...)

35L’évolution de la cour de San Giorgio n’affecte pas la cour de San Lorenzo, ni d’un point de vue matériel (les maisons demeurent modestes), ni d’un point de vue social (les locataires demeurent essentiellement des femmes et/ou des employés du monastère)55. L’abbesse Isabetta Garzoni, auteur de la déclaration de 1564, souscrite par le « gastaldo » Zuan Batta Trevisan, décrit la « corte delle monache » en ces termes :

  • 56 « Les susdites maisons sont toutes vieilles, en ruine, et ont sans arrêt besoin de réparations, et (...)

Le sopradete case sono tutte vecchie, rovinose, et hanno bisogno di continua reparazion, et essendo abitade da donne poverissime per la maggior parte, et quasi miserabili, li affitti sono etiam per la maggior parte inexigibili, e per la verità à molte di esse abitatrici se li fà se non in tutto almeno in gran parte le spese di beni del monastero56.

36Il est certes nécessaire de considérer ces affirmations avec circonspection tant la litanie sur la vieillesse et la ruine des maisons se retrouve à toutes les pages, à propos de la majorité des biens du monastère à l’exception des boutiques et des tavernes au Rialto, ainsi que chez les autres contribuables ecclésiastiques. Il ne faut pas oublier que notre source est un document fiscal et que le but du déclarant est de réduire au maximum le montant des impôts.

  • 57 « Una casa à pe pian per uso di una sacrestana di fuora, la qual serve alla giesia di S. Lorenzo, è (...)
  • 58 « Girardo, il qual hà cura di serrar, et aprir la porta della Corte sopradeta ».

37Il n’en demeure pas moins que les 38 maisons ne rapportent que 276 ducats. 9 d’entre elles, entrepôts ou logements de fonction, ne sont pas soumises au paiement d’un loyer, si bien que l’on peut estimer que 29 maisons fournissent un loyer moyen de 9,5 ducats. Toutefois, à l’exception de quelques loyers conséquents (entre 16 et 34 ducats), la majorité paye entre 2 et 10 ducats (12 au maximum). Le personnel, aussi bien « religieux » que « laïc », est logé gracieusement. Il s’agit du confesseur, de deux « sacrestane »57, du vigneron et de la personne qui ouvre et ferme la porte de la cour et qui désormais n’est plus une femme, comme c’était le cas en 1452, mais un homme58. En 1564, aucun autre établissement ecclésiastique n’héberge un groupe si important et compact de femmes à proximité.

  • 59 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 82 « Condizion di San Zorz (...)

38Les investissements fonciers des propriétaires ecclésiastiques varient en fonction de différents paramètres : localisation, ancienneté, importance et objectifs, tels rentabilité, service, charité, piété. La rentabilité guide les investissements dans les espaces commerciaux : Rialto ou « merceria ». La continuité de la fonction et la permanence de ce type de biens entre les mains des ecclésiastiques sont attestées jusqu’à la fin de l’époque moderne. En revanche, les investissements résidentiels n’ont plus la rentabilité comme premier objectif. Leur fonction est désormais plus complexe et articulée. Ils visent certainement à augmenter le nombre de fidèles de la paroisse, tout en répondant aux trois impératifs du service, de la charité et de la piété. En premier lieu, les ecclésiastiques veillent à offrir des logements de fonction à leur personnel de service, de l’humble fabricante de sabots à l’avocat « al foro ecclesiastico »59. Par ailleurs, ils font également œuvre de charité en hébergeant à des conditions de faveur des pauvres, notamment des femmes, parfois veuves, mères de famille ou filles, voire des hommes. Ils accueillent enfin des femmes pieuses, de toute origine sociale, pas nécessairement dans le besoin, mais mues par un piété certaine.

39Les sources fiscales de l’époque moderne concernant les espaces protégés des ecclésiastiques permettent de mettre en évidence des évolutions diversifiées. La spécificité de la cour de San Giorgio semble disparaître, avec une délocalisation de sa fonction de logement du personnel au service du monastère à proximité réelle de l’établissement, sur son île et, parallèlement, la disparition de toutes les femmes locataires, qu’elles soient pauvres ou pieuses. La cour des « religieuses » de San Lorenzo perdure au contraire dans sa double fonction d’accueil professionnel et/ou féminin. Par conséquent, on ne peut pas déceler une évolution générale, mais des cas singuliers, bien distincts.

40Comme nous l’avons montré, le phénomène de la présence et de la concentration féminine ne peut être saisi dans les sources qu’à partir du XIVe et XVe siècles, voire plus tard. Bien plus tardivement qu’à Padoue, dont les sources du XIIIe siècle, exceptionnellement riches sur les motivations dévotionnelles des hommes (proches des oblati) et surtout des plus nombreuses femmes ou « campese », qui stant supra campum monasterii, témoignent d’un mouvement, caractéristique de ce siècle, de recherche d’une forme de vie pieuse, y compris en dehors des ordres religieux. Une vie qui, à partir du XIVe siècle, sera réglementée et encadrée beaucoup plus strictement. À Venise, certaines femmes locataires de monastères semblent, dans des conditions particulières, échapper à cet encadrement renforcé, désormais imposé par l’Église. La communauté religieuse, quel qu’en soit le genre (masculin ou féminin), offre une protection, un havre de paix, et même parfois une forme de charité, aux femmes seules, souvent veuves, éventuellement pauvres, mais vraisemblablement pieuses.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Bellavitis 1999 = G. Bellavitis, L’isola, il mito, la scomenzera e la velma : tracce per una storia territoriale di San Giorgio Maggiore, dans Per Giuseppe Mazzariol, Quaderni di Venezia Arti, 1, 1999, p. 88-94, désormais dans Giorgio Bellavitis architetto. Ricerche, scoperte e riflessioni civili, numéro spécial du Bollettino dei musei civici veneziani, Venise, 2011, p. 54-61.

Bellavitis 2000 = G. Bellavitis, Il linguaggio gotico diffuso nell’edilizia minore veneziana : domus a statio, hospicii e domus a sergentibus nella Venezia tardomedievale, dans F. Valcanover, W. Wolters (éd.), L’architettura gotica veneziana (Atti del Convegno internazionale di studio. Venezia, 27-29 novembre 1996), Venise, 2000 (Monumenta Veneta, 1), p. 174-188, désormais dans Giorgio Bellavitis architetto. Ricerche, scoperte e riflessioni civili, numéro spécial du Bollettino dei musei civici veneziani, Venise, 2011, p. 62-73.

Bellavitis 2008 = A. Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, 2008, (Collection de l’École française de Rome, 408).

Borsari 1978 = S. Borsari, Una famiglia veneziana del Medioevo : gli Ziani, dans Archivio Veneto, V s., 10, 1978, p. 27-72.

Calabi - Morachiello 1987 = D. Calabi, P. Morachiello, Rialto. Le fabbriche e il ponte, Turin, 1987.

Cessi - Alberti 1934 = R. Cessi, A. Alberti, Rialto. L’isola, il ponte, il mercato, Bologne, 1934.

Codex Publicorum = Codex Publicorum (Codice del Piovego), I (1282-1298), B. Strina Lanfranchi (éd.), Venise, 1985 (Fonti per la storia di Venezia, sez.I, Archivi Pubblici).

Corner 1749 = F. Corner, Ecclesiae Venetae antiquis monumentis nunc etiam primum editis illustratae ac in decades distributae, Venise, 1749.

Crouzet Pavan 1992 = É. Crouzet-Pavan, « Sopra le acque salse ». Espaces, pouvoirs et société à Venise à la fin du Moyen Âge, Rome, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 156).

Dorigo 2003 = W. Dorigo, Venezia romanica. La formazione della città medievale fino all’età gotica, Venise, 2003.

Fees 1988 = I. Fees, Reichtum und Macht im Mittelalterlichen Venedig. Die Familie Ziani, Tübingen, 1988.

Guzzetti 1998 = L. Guzzetti, Le donne a Venezia nel XIV secolo : uno studio sulla loro presenza nella società e nella famiglia, dans Studi Veneziani, n.s., 35, 1998, p. 15-88.

Hubert 2004 = É. Hubert, La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale, dans Annales HSS, n. 1, 2004, p. 109-139.

Hubert 2006 = É. Hubert, Noblesse romaine et espace urbain (Xe-XVe siècle), dans S. Carocci (éd.), La nobiltà romana nel Medioevo, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 359), p. 171-186.

Masè 2003 = F. Masè, Modèles de colonisation vénitienne : acquisition et gestion du territoire urbain en Méditerranée orientale (XIe-XIIIe siècle), dans L'expansion occidentale, XIe-XVe siècles : formes et conséquences (XXXIIIe Congrès de la S.H.M.E.S.P., Madrid, Casa de Velázquez, 23-26 mai 2002), Paris, 2003, p. 133-142.

Masè 2006 = F. Masè, Patrimoines immobiliers ecclésiastiques dans la Venise médiévale (XIe-XVe siècle). Une lecture de la ville, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 358).

Masè 2009 = F. Masè, Recours à l’écrit et exploitation de la propriété urbaine : le cas des Vénitiens entre métropole et Méditerranée orientale (XIe-XVe siècle), L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (XXXIXe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Le Caire, 2008), Paris, 2009, p. 225-236.

Masè 2010 = F. Masè, I catastici. La gestion comptable des patrimoines immobiliers urbains entre Venise et les possessions vénitiennes en Méditerranée orientale (XIIIe-XVe siècle), dans C. S. McWatters, H. Zimnovitch (éd.), 14e journées d’histoire de la comptabilité et du management. Academy of Accounting Historians 2009 Research Conference, Université Paris Sud, 2009, Paris, 2010, p. 119-131.

Masè 2012 = F. Masè, Franceschina Brati, femme indépendante et sa relation privilégiée avec le monastère de San Giorgio Maggiore de Venise (XVe siècle), dans Chemins de perfection, quête du salut, colloque en l’honneur du professeur André Vauchez, Paris 2009, Paris, 2012 (Académie des inscriptions et belles lettres), p. 409-423.

Noizet 2007 = H. Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours IXe-XIIIe siècle, Paris, 2007.

Rando 1994 = D. Rando, Una chiesa di frontiera : le istituzioni ecclesiastiche veneziane nei secoli VI-XII, Bologne, 1994.

Rigon 1979 = A. Rigon, I laici nella società padovana del Duecento. Conversi, oblati, penitenti, dans Contributi della storia della Chiesa padovana nell’étà medievale (Fonti e ricerche di storia ecclesiastica padovana), 1, Padoue, 1979.

Rossi - Sitran 2010 = G. Rossi, G. Sitran, L’insula realtina sede dei patriarchi di Grado, Venise, 2010.

S. Giorgio Maggiore 1968 = S. Giorgio Maggiore, L. Lanfranchi (éd.), II, Venise, 1968.

Sorelli 2000 = F. Sorelli, Donne a Venezia nel Medioevo (secoli XII-XIV), Pérouse, 2000 (Dipartimento di Scienze storiche, Lezioni, 17).

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment pour l’Italie, Hubert 2004, p. 109-139 ou, pour un cas exemplaire en France, Noizet 2007.

2 Cf. Cessi - Alberti 1934, p 25-26 ; Calabi - Morachiello 1987, p. 73.

3 Les monastères de San Nicolò di Lido et de San Giorgio Maggiore, ainsi que le patriarche de Grado ont reçu le quartier en donations successives par le doge. Archivio di Stato di Venezia [désormais ASVe], Mensa Patriarcale, b. 9, C 1 (1107, septembre, Rialto ; copie de 1212, février, Rialto), et C 3 (1206, février, Constantinople ; copie de 1208, avril, Constantinople), donations successives au patriarche de Grado, éditées dans Corner 1749, III, decas quarta, Ecclesia parochialis Sancti Silvestri papae, p. 66-71 et p. 86-88. Et S. Giorgio Maggiore 1968, p. 169-170, doc. n° 69, 1090, donation à San Giorgio Maggiore. L’acte mentionne la donation précédente faite à San Nicolò del Lido, sans la dater. Cf. Masè 2003.

4 Cf. Rando 1994, p. 82. Cette union donnera également naissance à un regroupement des archives dans l’actuel fonds Mensa Patriarcale de l’ASVe.

5 La « merceria » est l’artère de circulation principale reliant le centre politique et religieux (Saint-Marc) au centre économique (Rialto). Il s’agit de la rue commerçante par excellence, aujourd’hui encore.

6 À l’exception du « catastico » des biens du patriarche de Grado à Constantinople, daté du milieu du XIIIe siècle. À propos des « catastici » voir Masè 2006, mais aussi Masè 2010.

7 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, « Condizioni della diocesi di Venezia e Dogado, registro delle condizioni del clero ».

8 L’évêque de Castello est l’évêque de Venise.

9 Voir Codex Publicorum.

10 Bellavitis 1999.

11 On en trouvera des exemples, notamment dans les fonds de San Zaccaria ou bien de San Domenico de Castello.

12 À propos des stratégies de location adoptées par les propriétaires patriciens, voir pour Venise : Bellavitis 2000 ; Dorigo 2003, vol. I, p. 334-352 ; Crouzet-Pavan 1992, et pour l’Italie plus en général voir le bilan historiographique et les dernières pistes de recherche d’Hubert 2006.

13 ASVe, Corporazioni religiose soppresse [désormais CRS], San Gregorio, b. 5, Tomus primus membranarum.

14 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564.

15 Ibid., n° 149, « Condizion de San Lorenzo » ; n° 166 « Condizion de Santa Chiara ».

16 Nous avions déjà remarqué le caractère exceptionnel de ce quartier et commencé à en esquisser l’étude dans Masè 2006 p. 176-179.

17 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452) ; b. 7, (1386) ; (1396) ; (1414).

18 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452), fol. 11r-12v. D’ailleurs, une note marginale de renvoi f. 1 essaye de corriger cette anomalie en précisant : « chaxe dentro dal ponte a charte 11 ».

19 Dans les « catastici » les plus anciens cet espace est défini « dentro dal monestiero » et dans les déclarations au fisc du XVIe siècle « corte delle monache ». 

20 Rigon 1979, p. i.

21 ASVe, Mensa patriarcale, b. 1, Catasticum episcopatus castellani. Sur sept femmes, trois sont veuves, une est mariée et les trois autres n’ont pas de statut précis.

22 ASVe, CRS, San Giorgio Maggiore, b. 1, « Catastico » Q (XVe siècle), registre de copies d’actes conservés dans le fonds et cf. Masè 2009. L’église de San Geminiano qui se trouvait sur la place de Saint-Marc face à la basilique du même nom a été démolie pour la construction de l’aile napoléonienne qui clôt la place à l’ouest.

23 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q. Notamment certains témoins des actes de location des biens du monastère sont définis comme habitants dans le monastère. Par exemple, fol. 113v, …presentibus Cumino filio Caresmini de Cumendino districtus Pergami et Angelo filio Anthonii Guzonati habitatoribus in monasterio predicto testibus ad hec vocatis

24 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55, Proc. 99, « condizione » de 1564.

25 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 7, (1386), fol. 24/67r : « Agnexina piçocara »; (1396), fol. 26/34r « dona Franceschina la conversa »; (1414) fol. 32/113v « suor Marina piçochara » et « dona Francischina conversa » ; fol. 33/114r « dona Ventorina piçochara ». En 1452, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… », fol. 11v, item 192 « suor çanina Ferante ».

26 Ibid., fol. 12r, item 204, une maison habitée par trois femmes a même investi la « chalexela del chanpo santo ».

27 San Provolo, San Zane Novo et San Zulian.

28 ASVe, CRS, San Zaccaria, b. 6, « Catastico » E, (1305-1312) et et b. 32, « Quadernetto stabili » (1411-1428).

29 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 168 « Condizion de San Zaccaria ».

30 Ibid., n° 149, « Condizion de San Lorenzo » : une maison où habite dona Barbara veuve qu’on avait l’habitude de louer ducats 8, mais dont on lui offre le loyer, compte tenu de ce qu’elle est jeune, « chargée » d’enfants et misérable ; n° 82 « Condizion di San Zorzi Mazor di Venetia » : deux petites maisons pour pauvres hommes ducats 10.

31 Cf. Masè 2012.

32 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q, fol. 105v-106r.

33 Ils proviennent en général du « Stato da Mar » vénitien. Cette origine « étrangère » est extrêmement courante à l’époque et on peut la constater chez les autres locataires étudiés également.

34 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 44, Proc. 51-53A, « Case a S. Giulian » ; b. 45, Proc. 53B, « Case a S. Giulian » ; b. 46, Proc. 54-56, « Case a S. Giulian » et Proc. 57-57A « Case a S. Giovanni di Rialto ». Ibid., San Lorenzo, b. 12, « Per li stabili in San Giovanni di Rialto » (1227-1517). Ibid. San Zaccaria, b. 2 perg. et b. 37 perg. Sur les Ziani cf. Fees 1988 et Borsari 1978.

35 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 168, « Condizion de San Zaccaria ».

36 La liste détaillée figure dans ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 149, « Condizion de San Lorenzo ».

37 Ibid., n° 168, « Condizion de San Zaccaria ».

38 Le quartier des Vénitiens à Constantinople est perdu après le traité du Nymphée en 1261 ; dans la déclaration fiscale de 1564, l’héritier du patriarche de Grado, le patriarche de Venise, ne possède plus qu’une douzaine de boutiques à San Bortolamio et 6 boutiques à San Silvestro, c’est-à-dire dans deux paroisses au Rialto à proximité de l’ancien palais du patriarche de Grado : ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n.° 194, « Condizion del Patriarcato di Venezia ». Le palais du patriarche a été récemment « redécouvert » et restauré cf. Rossi - Sitran 2010.

39 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 1, « Catastico » Q, fol. 83v-84r : Locatio facta domine Marine relicte quondam ser Andree Ioannis merzarii de Venetiis de una domo posita in marzaria in confinio Sancti Juliani…Dicens et asserens dicta conductrix dictum quondam eius maritum iam pluribus annis habuisse et tenuisse dictam domum a monasterio predicto

40 Quelques cas chez les locataires de San Lorenzo, notamment dans les « catastici » les plus anciens. Par exemple : ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 7, (1386), fol. 51v : « Catarina che fo sclava da cha da Molin » qui paye 3 ducats ; fol. 52r : « madona Franceschina da Molin », qui en paye 30 ou fol. 52v : « Madalena che fo sclava da cha Barbarigo ». À Venise « cha » signifie palais et par extension la famille patricienne parce qu’elle réside dans un palais. En 1396, les deux « da Molin » sont toujours là (ibid., fol. 9-17v), Catarina paye toujours 3 ducats, madona Franceschina est passée à 32. Ibid, fol. 10-18v : « Daniel marido de Anna Tartara » ; quelques hommes identifiés comme « tartari » figuraient déjà en 1386. En 1414, il n’y a plus d’anciennes esclaves.

41 Sur la condition féminine à Venise cf. notamment Guzzetti 1998 ; Sorelli 2000 et Bellavitis 2008.

42 ASVe, CRS, San Lorenzo, b. 1, Cod. B, « Memorial over chatastico… » (1452), par exemple fol. 1r,« Chaxa una in la dita cale sta la moier de Marin Beloselo…» ou bien fol. 3r « Chaxa una arente le scovaier sta dona Barbarela e Lucha Di Mastri so zenero… ».

43 ASVe, CRS, San Zaccaria, b. 6, Catastico E (1305-1312) et b. 32, « Quadernetto stabili » (1411-1428).

44 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, Estimo 1564, n° 82 « Condizion di San Zorzi Mazor di Venetia ». La « condizione » est également conservée dans le fonds du monastère : ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55, Proc. 99.

45 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 14, Proc. 3, « Aquisto della casa sul canton del monastero & magazini. Circa li magazini più diffusamente nel processo n° 100 nelle aggionte » : offert par l’État grâce à une loterie, ce palais est la cause d’un procès entre l’État et les moines qui se considèrent comme les légitimes propriétaires ; ils seront obligés de racheter le palais à l’heureux gagnant du loto, Andrea Tiepolo, avec une faible participation d’argent de l’État, provenant de la Camera del Sal.

46 « Item il monastero da à goder amore Dei tre casette dove abitano il fattor, fornaro et sartor del monastero quali non pagano fitto veruno… » ; dans la marge : « notta che si mettano le 3 case in decima per duc. 35 di meno.

47 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 82 « Condizion di S. Zorzi Mazor di Venetia ». Par ailleurs, trois « gastaldi » sont chargés des revenus de la terre-ferme : « oltra la robba se gli dà 54 ducati » en plus des paiements en nature (légumes, céréales, vin…) on leur donne 54 ducats.

48 Ibid. : «…Il monastero sopradetto possiede al presente case da statio, posto (sic) in Campo Rusolo nella corte chiamata di S. Zorzi in contrà di S. Geminian tenute ad affitto dalli sottoscritti, et pagano di fitto all’anno… ». À l’heure actuelle, une visite sur les lieux a permis de constater que la cour est entourée de palais dont les façades principales sur canal semblent bien dater du XVIe siècle.

49 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 47, Proc. 58, « Case a S. Giminiano », surtout de fol. 4 (1543 20 septembre) à fol. 16 (1549 15 novembre) et 58A, 1, « Case in Campo Rusolo (S. Giminiano) » 1501-1805 « libri di conti delle spese di fabbriche ».

50 En guise de comparaison, dans la même déclaration, les loyers des maisons et boutiques des « rughe » en « merceria » à San Zulian vont d’un minimum de 25 ducats à un maximum de 120 ducats, pour un revenu moyen de 53 ducats.

51 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55 , Proc. 100, « Condizioni al laico del Monastero di San Giorgio Maggiore » (1529-1747).

52 Ibid. Au XVIIIe siècle 3 locataires sur 13 seront à nouveau des femmes.

53 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 47, Proc. 58A, 2, « Case in Campo Rusolo (S. Giminiano) », 31 octobre 1551. Dans la déclaration fiscale de 1564, ser Alvise Cengiaro est toujours locataire pour un loyer de 76 ducats, 4 livres et 16 sous.

54 ASVe, CRS, San Giorgio, b. 55, Proc. 97A, en obéissance au décret du 28 janvier 1768.

55 ASVe, Soprintendenti alle decime del clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 149 « Condizion di San Lorenzo ».

56 « Les susdites maisons sont toutes vieilles, en ruine, et ont sans arrêt besoin de réparations, et étant pour la plupart habitées par des femmes très pauvres, et presque misérables, les loyers sont aussi pour la plupart inexigibles et à dire vrai, pour plusieurs de ses résidentes, si ce n’est la totalité, du moins une grande partie de leurs dépenses sont prises en charge par le monastère ».

57 « Una casa à pe pian per uso di una sacrestana di fuora, la qual serve alla giesia di S. Lorenzo, è donna Maria da Cattaro Una casa per comodità del monastero dove se tien una sagrestana secolar qual è donna Lodovica per la giesia di S . Bastian Una scuola sotto la deta casa à pè del ponte per la confratternita di S. Lorenzo, e S. Bastian » (« scuola » du monastère qui occupe le dernier bâtiment de la cour près du pont). Les 4 chapelains de l’église paroissiale de San Severo qui dépend du monastère sont également logés gracieusement dans les 4 premières maisons au delà du pont de l’île du monastère. Le « sagrestan » de San Severo (pour 3 ducats) et le « gastaldo » (pour rien) suivent tout près.

58 « Girardo, il qual hà cura di serrar, et aprir la porta della Corte sopradeta ».

59 ASVe, Sopraintendenti alle Decime del Clero, b. 241, « Estimo » 1564, n° 82 « Condizion di San Zorzi Mazor di Venetia » ; n° 126, « Condizion de Santa Giustina » : « in un’altra casa stava dona Paula Zavatera, e non pagava affitto perchè era obbligada conzar tutti li zocoli di noi monache, la qual soleva pagar di fitto ducati 8 all’anno, ma adesso al presente el nostro fattor abita dentro, et non avemo altro affitto » (dans une autre maison se trouvait dona Paula Zavatera (Savetière), et elle ne payait pas de loyer parce qu’elle était obligée de réparer tous les sabots des nous moniales, elle payait habituellement ducats 8 par an de loyer, mais à présent notre « fattore » y habite et nous ne percevons plus de loyer).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federica Masè, « Espaces et sociétés », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/270 ; DOI : 10.4000/mefrm.270

Haut de page

Auteur

Federica Masè

Université d’Évry Val d'Essonne, LHEST - f.mase[at]free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org