Navigation – Plan du site
Atelier doctoral

Exemple d'analyse textuelle automatique : Le miracle de la montagne qui se meut dans Le Devisement du Monde de Marco Polo

Dominique Lapierre et Jamie Tehrani

Résumés

Dans le prolongement de la lexicométrie et de l’analyse statistique, la textométrie a développé de puissants outils permettant l’analyse de gros corpus. Cet article présente un exemple d’analyse automatique à partir d’un extrait du Devisement du Monde de Marco Polo. La variété et le nombre important de versions qui relatent le périple du vénitien en Asie constituent un excellent matériau de recherche. Au carrefour des sciences humaines et des sciences dures, cette étude est axée sur la diversité culturelle et religieuse qui émane du texte polien. Bien que l’épisode du Miracle de la montagne qui se meut se retrouve dans toutes les versions du Devisement du Monde, son contenu diffère grandement. Ces variations sont-elles dues à l’auteur ou aux copistes? Le recours à la phylogénétique s’est révélé particulièrement judicieux pour aborder ces textes écrits dans des langues différentes. Les résultats confirment les classifications précédentes et permettent d’envisager un traitement plus global de ces manuscrits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Monfrin 2001, p. 515-534.

1Plus de sept cents ans après avoir été rédigé, Le Devisement du Monde suscite toujours autant d’intérêt et de curiosité. Un original perdu et de nombreuses versions en circulation ont donné lieu à de multiples interprétations. Les différences sont loin d'être mineures ; de la longueur du récit au nombre de chapitres qui le constituent, sans évoquer le contenu, les versions du texte polien offrent parfois des similitudes, et souvent des divergences notables. S'agit-il de remaniements de l'auteur ou d'ajouts de la part des copistes1 ? Y a-t-il eu un premier manuscrit duquel auraient découlé toutes les autres versions ou bien plusieurs versions ont-elles circulé en parallèle dès le début ? La question mérite d'être posée car la véracité du récit de Marco Polo a souvent été mise en doute. Faire la part de ce qui revient à l'auteur de ce qui relève des ajouts de copistes semble ici essentiel.

  • 2 J. Tehrani 2013, e78871.

2La récente publication d'un article sur l'archétype du Petit Chaperon Rouge2 a créé la surprise dans les milieux scientifiques et littéraires grâce à une démarche innovante dans le domaine de l'analyse textuelle automatique.

  • 3 Étude des relations de parenté entre êtres vivants qui permet de reconstituer l'évolution des orga (...)
  • 4 Currie 2012.

3L'auteur de cet l'article, l'anthropologue Jamie Tehrani, a en effet choisi de recourir à la phylogénie3 pour retrouver l'origine commune des différentes versions de ce conte pour enfants. Cette méthode, développée en principe pour reconstituer les liens de parenté entre les espèces biologiques, a trouvé de nouvelles applications notamment en médecine et dans les sciences sociales4.

  • 5 La version de Pipino (P) est une traduction en latin d’un ms. vénitien dont l'origine est toujours (...)
  • 6 Les sigles utilisés correspondent aux manuscrits suivants : (F) : ms 1116 de la Bibliothèque Natio (...)
  • 7 Ramusio1553.
  • 8 Groulleau 1556.
  • 9 Müller 1888.
  • 10 Yule 1993.

4Afin d'étayer ce propos, onze rédactions d'un épisode qui relate Le miracle de la montagne qui se meut ont été comparées. Tout en se fondant sur la version franco-italienne (sigle F), qui semble la plus proche de l’original perdu, il est apparu nécessaire de mettre en regard d’autres rédactions. Ainsi, parmi les manuscrits retrouvés à ce jour, le choix s’est porté sur la version française (FG), deux versions toscanes (TA2 et TA3), la version vénitienne (VA3), la version en latin de Pipino (P)5, et celle dite du cardinal Zelada (Z)6 . À l’exception de VA3, rédigée au XVe siècle, cette première partie du corpus se compose de manuscrits copiés durant la première partie du XIVe siècle, soit peu de temps après la rédaction de l'original par Rustichello de Pise sous la dictée de Marco Polo. À ce premier groupe de versions s'ajoutent la compilation de Ramusio (R)7, l'édition en ancien français de Groulleau (G)8, la version en français moderne de Müller (M)9 et enfin une version en anglais de Yule (Y)10. Il est à noter qu'à l'exception de F toutes ces versions sont des traductions, ce qui justifie le choix de versions plus récentes qui s’appuient sur des versions anciennes. Chaque version, de par la langue et le public auquel elle s’adresse offre un éclairage intéressant du Miracle de la montagne qui se meut. Les variations entre ces versions et leur proximité de l'archétype seront au cœur de cette étude.

5Le motif du miracle, sans être omniprésent, apparaît à plusieurs reprises dans le Devisement du Monde. Le premier survient en Géorgie avec le récit d'une pêche miraculeuse près d'un monastère ; le deuxième se situe entre l’Irak et l’Iran où une montagne se déplace toute seule, le troisième se manifeste à Samarcande dans une église qui tient miraculeusement debout, sans son pilier central. En Inde, enfin, la terre du tombeau de saint Thomas produit des miracles. L'apôtre apparait parfois afin de protéger les intérêts des chrétiens.

6Dans le récit de l’église comme dans celui de la montagne, l’opposition entre chrétiens et sarrasins est mise en scène dans le but affiché de démontrer la supériorité de la foi chrétienne. L’exemple choisi n’est pas le premier miracle évoqué mais la forme du récit ainsi que son traitement sont particulièrement intéressants.

7L'intrigue tient en peu de mots : un calife tente de se défaire d'une communauté chrétienne installée sur ses terres en prenant à la lettre un passage des Évangiles. Il défie donc les chrétiens de déplacer une montagne grâce au pouvoir de leur foi, faute de quoi ils devront se convertir à l'islam ou mourir. Au terme de l'ultimatum fixé par le calife, les chrétiens sont sauvés in extremis par un savetier borgne dont la prière finit par ébranler la montagne. Suite à ce retournement de situation, de nombreux sarrasins (dont le calife) se convertissent à la foi chrétienne.

8Le récit est introduit au moment où Marco Polo, son père et son oncle ont commencé leur périple vers l’Orient. Ils ont quitté Saint Jean d’Acre, remontant tout d’abord vers le nord à travers la Syrie, ont traversé l’actuelle Anatolie, puis l’Arménie et la Géorgie, et s’apprêtent à entrer en Iran. Craignant pour leur vie, Guillaume de Tripoli et Nicolas de Vicenze, les deux frères dominicains qui les accompagnaient jusque là, ont rebroussé chemin. C’est donc dans un contexte où les Polo se retrouvent seuls que Marco Polo est amené à relater des faits qui concernent l’Église de Rome et plus largement la Chrétienté.

Les variations du récit 

9Si l'épisode du Miracle de la montagne qui se meut est présent dans toutes les versions, sa place et son développement peuvent varier grandement, laissant transparaître parfois la marque du rédacteur. En effet, le même passage est raconté de façon très succincte ou bien très développée. Une telle diversité dans le traitement du sujet ne manque pas d'étonner.

Version F FG VA1 TA1 TA2 P Z R G M Y
Nombre de mots 1473 1372 991 496 471 110 474 820 245 202 1403
  • 11 Monfrin 2001, p. 515-534.

10La langue dans laquelle ont été rédigées ces versions ne suffit pas à expliquer une telle disparité, car P et Z, par exemple, écrites dans une langue dont la construction est ramassée, sont remarquablement distinctes. Jacques Monfrin a relevé que « dans les manuscrits luxueusement illustrés c'est l'image qui importe, au détriment du texte »11. Cela ne semble pas être le cas ici. En effet, la version française (FG), destinée à la noblesse, propose une rédaction très détaillée du miracle. Par opposition, les versions en latin (P et Z), généralement lues par des religieux, sont réduites à l'essentiel. L'importance donnée à cet épisode peut donc indiquer un certain « lien de parenté » entre les versions.

11D'autres variations concernent le nombre, les titres et les contenus des chapitres qui lui sont consacrés. En particulier, de nombreuses fluctuations apparaissent sur des variables relatives au temps, à l'espace et au dénombrement, dégradant la fiabilité des informations sur la localisation du miracle, sa datation, la quantification des forces en présence ou encore la durée de l'ultimatum accordé.

12L'étude de ces versions montre également que les communautés en opposition sont représentées par des personnages clés : calife et sarrasins, évêque et chrétiens, et le personnage symbolique du savetier borgne. Les développements choisis et les probables ajouts de copistes traduisent des parti pris religieux de chaque version, comme par exemple la haine des sarrasins envers les chrétiens ou encore les divergences entre les Églises d'Orient et d'Occident.

  • 12 Matthieu XVII, 20.
  • 13 Ménard 2005, p. 407-435.

13L'épisode relaté s'appuie sur des références bibliques qui proviennent de l'Évangile selon Matthieu12. Le recours à cet évangile plutôt qu'à un autre n'est pas le fruit du hasard. En effet, parmi les apôtres, Matthieu occupe le septième ou huitième rang, mais en tant qu'évangéliste il tient une place prépondérante car ses écrits sont probablement les plus anciens (entre l’an 65 et l’an 85). Au Moyen Âge, alors que les pèlerins se pressent sur les lieux saints et que le culte des reliques est en vogue, l'évangéliste trouve un regain de faveur auprès des chrétiens d'Occident. Matthieu est connu pour avoir parcouru la Perse : c'est peut-être la raison pour laquelle il est cité alors que Marco Polo traverse la même région. La référence directe aux Évangiles n'est présente que dans quelques versions (VA3, P, et M), ce qui n'est guère étonnant dans le cas du Frère Pipino car, comme l'a souligné Philippe Ménard, cette rédaction faite pour le milieu des clercs est « chargée d'un esprit religieux »13.

  • 14 Yule 1993, vol. I, note 1 p. 64.
  • 15 « Il s'agit d'une légende qui, à partir d'un thème de grande diffusion (la force de la foi est cap (...)
  • 16 Ménard 2005, Kappler 2004, note p. 241.

14Le miracle de la montagne paraît donc très ancré dans la tradition des exempla, très populaires au Moyen Âge en Occident. Pourtant, plusieurs indices  indiquent une forte influence orientale. En effet, plusieurs mots d'origine étrangère se sont glissés dans le vocabulaire de l'épisode. À titre d'exemple, l'évocation de la ville de Bagdad, dont le nom dans FG est Baudas, serait à rapprocher du chinois Paota ou Bao-da, terme utilisé par les historiens chinois du XIIIe siècle et par Ch'ang Te, voyageur chinois de la même période14. Par ailleurs, Le miracle de la montagne qui se meut ne se retrouve pas que dans les Évangiles ; ce récit fait également partie de la tradition des contes orientaux15. Il se pourrait donc bien que le récit ait été transmis à Marco Polo par des moines nestoriens appartenant à l'Église d'Orient16.

15Nous nous trouvons dans une zone géographique où l'influence des croisades se fait encore sentir. Les relations entre chrétiens et sarrasins sont conflictuelles, non seulement pour des questions de territoire mais également de religion. Cette opposition sera bien moins présente dans les passages décrivant l'Inde et la Chine. Est-ce dû à l'influence des Mongols plus ouverts aux différentes croyances ou à l'éloignement des zones de combats ? Les marques d'antagonisme disparaissent alors presque totalement du récit pour laisser place à des convergences de points de vue entre chrétiens et musulmans.

16Malgré une apparente uniformité du récit à partir des intitulés des chapitres, de nombreuses disparités voient le jour sitôt que l'on confronte les versions dans le détail, donnant l'impression d'une mosaïque de textes à l'origine incertaine.

Conclusions

  • 17 A-C Moule, P. Pelliot, Description of the World, Londres, 1938.

17Les orientalistes de la fin du XIXe au début du XXe, très attachés à la notion de « manuscrit premier » dont tous les autres découleraient, ont tenté, par une méthode d'agglutination, de reconstituer le texte « originel » du Devisement du Monde aujourd'hui disparu17. En cumulant les apports de chaque version, ils ont ainsi créé un artefact dont l'apparente exhaustivité du contenu masque en réalité les lacunes de chaque version.

18Par un moyen détourné, grâce à l'usage d'outils de traitements de données automatisés, la présente étude a tenté, sinon de reconstituer l'original d'un texte, au moins de révéler ou de confirmer les liens de parenté entre les différentes versions d'un même texte. En voici les conclusions.

19Suite à l'analyse détaillée des versions du Miracle de la montagne qui se meut, trente-six variations ont été enregistrées. Elles concernent la forme (le nombre de mots pour chaque version, la présence ou non de titres, la structure du texte) mais également le fond avec les variations de contenu concernant le traitement du récit.

20Les variations du texte selon les versions ont été intégrées dans un tableur à trois entrées. Une première entrée comprend les versions classées d'après leur date de rédaction ou de parution (F, FG, VA3, TA1, TA2, Z, P, R, G, M et Y). La deuxième entrée concerne les variations selon leur type (données chiffrées, dates, lieux, personnages, actions, événements, ...). Enfin une troisième entrée correspond aux citations du texte avec un codage allant de 0 à 5 selon les variations. Une fois l'encodage terminé, les données ont été transmises à Jamie Tehrani pour leur traitement automatisé qui a nécessité l'utilisation de deux programmes (PAUP4 et SplitsTree).

  • 18 Swofford 1998.

21La phylogénie ou phylogénétique permet de retracer l'historique évolutif des organismes vivants en les regroupant à partir de leur lien de parenté. Il s'agit moins de retrouver l'ancêtre commun – objet de la généalogie – que de retrouver le plus proche parent. Afin de reconstituer ces liens de parenté, un tableau au nombre d'entrées égal au nombre de variations du texte source a été généré. À partir de cette matrice de distance, on recherche les plus petites distances (les versions les plus proches de la version de référence) afin de constituer un arbre phylogénétique. Cette première méthode, de « parcimonie ou économie maximale » utilise un modèle de ramification de l'évolution qui rassemble des groupes de variables (dénommés axa ou taxons) sur la base de traits dérivés communs. Elle consiste à rechercher le chemin qui minimise le nombre total de changements d'état des variables pour passer d’une version à une autre. Ce chemin représenté par un arbre est appelé « arbre de longueur minimale » ou « arbre le plus économe » (APE). La recherche de ce chemin APE a été menée dans ce travail en utilisant un algorithme développé par une équipe de recherche en heuristique18 permettant une exploration fouillée de l'espace des arbres possibles au moyen de 1000 réplications.

22Le graphique généré par PAUP4 (fig. 1) montre un APE qui minimise le nombre d'erreurs de copie ou d'innovations nécessaires pour expliquer les relations entre les textes.

Fig. 1 - Maximum Parsimony Tree (arbre de longueur minimale)

Fig. 1 - Maximum Parsimony Tree (arbre de longueur minimale)

23L'analyse du Miracle de la montagne qui se meut a fourni une solution unique pour cet arbre optimal.

24La concordance entre les données et l'arbre a été évaluée via un Index de rétention (IR), qui mesure la cohérence des similarités au sein d'un groupe de taxa. La valeur maximale de 1 pour l'IR correspond à l'assimilation de toutes les similarités à des traits dérivés communs, sans évolutions autonomes ou emprunts. Plus de tels processus interviennent, générant des similarités qui seraient incohérentes avec l'arbre, plus l'IR décroît pour se rapprocher de 0. L'IR pour l'épisode du Miracle de la montagne qui se meut dans les différents manuscrits étudiés est de 0,71 ce qui dénote une bonne corrélation entre l'arbre et les similarités entre les manuscrits, et donc un fort signal phylogénétique pour ce texte.

25Une deuxième méthode, fondée sur le réseau de proximité (NeighbourNet) rassemble les taxons dans des ensembles imbriqués hiérarchiquement. Cependant, à la différence de l'analyse précédente (APE), cette méthode n'emploie pas de modèle de ramification stricte de la descendance avec modification, de sorte que ces ensembles peuvent se chevaucher et se croiser. Le réseau de proximité permet donc de mieux capter le signal en conflit dans un ensemble de données résultant de l'emprunt et du mélange entre les lignées évolutives. Ce procédé consiste à calculer les distances deux à deux entre les taxons basés sur les données de caractères (ici des variations du texte), et de générer une série de scissions pondérées qui vont se combiner. Les relations entre les taxons sont représentées par un diagramme de réseau, ou « split graph », qui montre des regroupements dans les données et les distances qui les séparent. Lorsque les fentes sont très cohérentes, le diagramme ressemble à une structure d'arbre - comme la ramification. Dans le cas d'incompatibilités le logiciel produit des structures en forme de boites.

Fig. 2 - Neighbour Net graph (réseau de proximité)

Fig. 2 - Neighbour Net graph (réseau de proximité)
  • 19 Huson - Bryant 2006, p. 254-267.

26Le graphique ci-dessus (fig. 2) résulte d'une analyse de réseau de proximité (NeighbourNet analysis) menée dans la v4.13 du programme SplitsTree19. Il montre le même motif de ramification, ainsi que les voies de contamination potentielle.

27Ces textes semblent avoir une structure largement en forme d'arbre, en dépit d'un signal de conflit évident dans certaines relations.

28Dans l'ensemble, les deux analyses ont révélé un très fort signal phylogénétique dans les données indiquant de faibles niveaux de contamination, et une signature claire de la descendance avec modification. Elles confirment l'existence de deux familles principales A et B comme l'avait avancé L. Benedetto. R et Z, dans la famille B, partagent un ancêtre commun exclusif. M , G et P peuvent également être inclus dans cette famille B.

29La famille A est nettement séparée de ces textes, mais ils ne partagent pas un ancêtre commun exclusif . C'est ce que les biologistes appellent un groupe « paraphylétique » qui est fondé sur des traits primitifs partagés. Par exemple les reptiles ne sont pas une vraie famille dans le sens où ils ne forment pas une seule lignée - qui inclut les oiseaux - mais sont regroupés ensemble sur la base de caractéristiques primitives communes comme la peau écailleuse, etc...

30Dans cette analyse, R ne sort pas comme un texte fortement contaminé. Cependant, cette étude repose sur un seul épisode. Donc, il se peut que Ramusio ait bâti son texte en utilisant différentes sources pour différents épisodes.

31Ces premiers résultats montrent un signal phylogénique fort indiquant que les variations du texte résultent de modifications en provenance d'une seule source et non de sources différentes. Si c'était le cas, l'arbre phylogénique aurait plutôt l'allure d'un peigne et non d'un arbre. Ce qui répond à l'une des questions posées en introduction au sujet des sources, du moins en ce qui concerne Le miracle de la montagne qui se meut. Qu'en est-il de l'ouvrage dans son ensemble ? Pour s'en assurer il sera intéressant de comparer des arbres provenant de différents passages du Devisement du monde.


  • 20 Benedetto 1928.

32Cette approche originale semble très prometteuse. Les résultats ne remettent pas en question la classification des manuscrits du Devisement du monde établie par Benedetto20 et les confortent pour le moment. En un sens, ils valident l'outil qui a permis d'aboutir à ces conclusions. Le comparatif d'autres épisodes issus du même corpus apportera un éclairage novateur, nous l'espérons, sur ce texte du Moyen Âge qui n'a pas fini de nous surprendre.

Haut de page

Bibliographie

Benedetto 1928 = L-F Benedetto, éd., Il Milione, prima edizione integrale, Florence, 1928.

Critchley 1992 = J. Critchley, dans Marco Polo's Book, Variorum, 1992, p. 139

Currie 2012 = T.E Currie, Using Phylogenetic Comparative Methods to Test Hypotheses about the Pattern and Process of Human Social and Political Evolution, dans Cross-Cultural Research, 2012. www.keisoshobo.co.jp/.../CulturalPhylogenetics_ch4_

Groulleau 1556 = E. Groulleau, La description géographique des provinces & villes les plus fameuses de l'Inde orientale, meurs, loix, & coutumes des habitans d'icelles, mesment de ce qui est soubz la domination du grand Cham Empereur des Tartars, par Marc Paule gentilhomme Venetien, et nouvellement réduict en vulgaire françois, éd. E. Groulleau, Paris, 1556.

Huson - Bryant 2006 = D. Huson, D. Bryant, Application of Phylogenetic Networks in Evolutionary Studies, dans Molecular Biology and Evolution, vol. 23, 2, 2006 p. 254-267.

Kappler 2004 = R. Kappler, Marco Polo, Le Devisement du Monde, collection Voyages et découvertes, Paris, 2004, note p. 241.

Ménard 2005 = P. Ménard, L'édition du Devisement du Monde de Marco Polo dans Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et des Belles-lettres, 149e année, 1, 2005, p. 407-435.

Minervini 1995 = L. Minervini, Leggende orientali nelle letterature romanze del Medioevo, dans Romance Philology, 1995-1996, t. 49, p. 2-6.

Monfrin 2001 = J. Monfrin, La tradition du texte de Marco Polo, dans Études de philologie romane, Genève, 2001, p. 515-534.

Moule - Pelliot 1938 = A-C Moule, P. Pelliot, Description of the World, Londres, 1938.

Muller 1888 = E. Müller, Deux voyages en Asie au XIIIsiècle par Guillaume de Rubruquis, envoyé de Saint Louis et Marco Polo, marchand Vénitien, éd. E. Müller, Paris, 1888.

Ramusio 1553 = G.B. Ramusio, Navigationi e viaggi, vol. III, 1553.

Swofford 1998 = D. Swofford, PAUP* 4. Phylogenetic Analysis Using Parsimony (*and Other Methods). Version 4, Sunderland, 1998.

Schmitt 2013 = M. Schmitt, From Taxonomy to Phylogenetics. Life and Work of Willi Hennig, Leyde, 2013.

Tehrani 2013 = J. Tehrani, The Phylogeny of Little Red Riding Hood, dans PLoS ONE, 8, 2013, e78871.

Yule 1993 = H. Yule, The Travels of Marco Polo, New York, 1993, vol. I, note 1 p. 64.

Haut de page

Notes

1 Monfrin 2001, p. 515-534.

2 J. Tehrani 2013, e78871.

3 Étude des relations de parenté entre êtres vivants qui permet de reconstituer l'évolution des organismes vivants. Cette approche se distingue de la classification classique qui établit des groupes (ou taxons) en fonction d'un simple critère de ressemblance globale. Sur la vie et les travaux de l'inventeur de cette approche, voir M. Schmitt, 2013.

4 Currie 2012.

5 La version de Pipino (P) est une traduction en latin d’un ms. vénitien dont l'origine est toujours discutée. Voir Critchley 1992, p. 139 « A link between Pipino and VA is moderately certain ». Argument contesté. Voir P. Ménard 2005, p. 407-435. On dénombre à ce jour 63 copies de ce ms. sur un ensemble de 135, soit 43 % du total. Aucune version ne rassemble autant d’exemplaires, signe d’un intérêt particulier du public pour cette version. C’est du reste la version du frère Dominicain qui fut choisie pour la première édition du livre de Marco Polo en 1485 ; édition qui fut annotée par Christophe Colomb et qui l’accompagna lors de son fameux voyage.

6 Les sigles utilisés correspondent aux manuscrits suivants : (F) : ms 1116 de la Bibliothèque Nationale de France. (FG) :  ms fr. 5631 de la Bibliothèque Nationale de France. (TA1) : Magliabechiano II.IV.88 della biblioteca Nazionale di Firenze. (TA2) : II.IV.136 della biblioteca Nazionale di Firenze. (VA3) : ms CM 211 della biblioteca civica di Padova. (P) : B.N Vienna, B.Pal. 3273. (Z) : 49, 20 della Biblioteca Catedral de Toledo.

7 Ramusio1553.

8 Groulleau 1556.

9 Müller 1888.

10 Yule 1993.

11 Monfrin 2001, p. 515-534.

12 Matthieu XVII, 20.

13 Ménard 2005, p. 407-435.

14 Yule 1993, vol. I, note 1 p. 64.

15 « Il s'agit d'une légende qui, à partir d'un thème de grande diffusion (la force de la foi est capable de déplacer des montagnes) a acquis une physionomie bien précise en Égypte, dans un milieu chrétien, vers la fin du Xe ou le début du XIe siècle. On y retrouve les mêmes personnages à savoir un calife (Fatimide), un saint évêque (le patriarche Ephrem), ainsi qu'un savetier ». Voir Minervini 1995, p. 2-6.

16 Ménard 2005, Kappler 2004, note p. 241.

17 A-C Moule, P. Pelliot, Description of the World, Londres, 1938.

18 Swofford 1998.

19 Huson - Bryant 2006, p. 254-267.

20 Benedetto 1928.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Maximum Parsimony Tree (arbre de longueur minimale)
Titre Fig. 2 - Neighbour Net graph (réseau de proximité)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Lapierre et Jamie Tehrani, « Exemple d'analyse textuelle automatique : Le miracle de la montagne qui se meut dans Le Devisement du Monde de Marco Polo », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2677 ; DOI : 10.4000/mefrm.2677

Haut de page

Auteurs

Dominique Lapierre

Université de Rouen - dominique.lapierre@yahoo.fr

Jamie Tehrani

Durham University - jamie.tehrani@durham.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org