Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’École française de Rome enrichit l’offre de formation des Écoles doctorales françaises en organisant chaque année des sessions internationales destinées à des doctorants ou à de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse depuis moins de trois ans. Certaines formations, le plus souvent en lien avec des programmes de recherche de l'EFR, sont également ouvertes à des professionnels désireux de bénéficier d’une initiation à des techniques particulières, notamment en archéologie. Les ateliers doctoraux de l'EFR accordent une large place aux discussions historiographiques, à la confrontation des approches méthodologiques, à la réflexion sur les sources et à leur exploitation, en privilégiant des thèmes pour lesquels l’École dispose d’un savoir-faire particulier ou qui nécessitent un travail de terrain (bibliothèques, archives, sites archéologiques). Durant une semaine, les conférences de spécialistes alternent avec la présentation et la discussion des travaux des étudiants sélectionnés à la suite d'un appel à candidatures. Provenant habituellement des pays de l'Union européenne, des Balkans occidentaux, du Maghreb et des États-Unis, ces jeunes chercheurs et chercheuses ont ensuite la possibilité de retravailler leurs communications en vue d'une éventuelle publication dans les Mélanges de l'École française de Rome. Les articles rassemblés dans cette rubrique constituent la version remaniée de certaines communications présentées au cours de deux ateliers doctoraux tenus en 2013.

2Le premier, consacré à la normativité juridique et aux modes de gouvernement médiévaux, a été organisé à l’École française de Rome du 11 au 15 février 2013, en collaboration avec l’Université de Roma 3, l’EHESS (Centre des normes juridiques de Paris, UMR 8178), le CIHAM (UMR 5648) et l’Université de Montpellier 3 (Centre d’études médiévales de Montpellier, EA 4583). Ce séminaire doctoral, encadré par Jacques Chiffoleau (CIHAM - EHESS), Paolo Napoli et Marie-Angèle Hermitte (EHESS), Emanuele Conte (Università Roma Tre), Patrick Gilli et Julien Théry (Université de Montpellier 3) et Stéphane Gioanni (EFR), s'inspirait de la formation mise en place en 2004 par Yann Thomas dans le cadre du doctorat européen. Portant une attention particulière aux modes des gouvernements médiévaux, il accorda une large place à leurs prolongements modernes et contemporains, en tenant évidemment compte des héritages antiques et en mobilisant, autant que faire se peut, une démarche comparatiste. Le mode judiciaire et le mode administratif dans la constitution d’un ordre juridique furent au cœur de l’activité de cette rencontre qui se termina par la visite de fonds romains spécialisés en histoire du droit : la Biblioteca « Edoardo Volterra » conservée à la bibliothèque de l'École française de Rome au Palais Farnese, et les fonds Filippo Vassalli et Ennio Cortese conservés à la Biblioteca del Senato della Repubblica. Nous publions ci-dessous les articles de quatre jeunes chercheurs de l'atelier : Angela Condello (Casi esemplari), Paolo Buffo (Guerra e costruzione del publicum nel principato di Savoia-Acaia, 1295-1360), François Otchakovsky-Laurens (S'assembler, délibérer, enregistrer au XIVe siècle : Quand Marseille se constitue en institution) et Matteo Magnani (La risposta di Venezia alla rivolta di San Tito a Creta (1363-1366) : un delitto di lesa maestà?).

3Le second atelier s'inscrit dans un cycle de formation doctorale portant sur « Les Mondes méditerranéens et l'Italie méridionale au Moyen Âge » organisé à Fisciano et Atrani du 17 au 21 juin 2013 en collaboration avec l'Università degli studi di Salerno, l'Istituto Storico Italiano per il Medioevo et l'Institut Universitaire de France. Ce séminaire, encadré par Gerardo Sangermano, Maria Galante, Claudio Azzara, Amalia Galdi (Università di Salerno), Salvatore Fodale (Università di Palermo), Jean-Marie Martin et Vivien Prigent (CNRS – UMR Orient et Méditerranée), Annliese Nef (Université Paris 1 – IUF), Massimo Miglio et Amedeo Feniello (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo), Fulvio delle Donne (Università della Basilicata), Ghislaine Noyé (École des Chartes), Annick Peters-Custot (Université de Nantes), Thomas Granier et Stéphane Gioanni (EFR), portait plus précisément sur les relations entre « les pouvoirs locaux et les pouvoirs centraux (VIe-XVe siècle) ». Il s'est terminé par une visite des principaux monuments médiévaux de la cité d'Amalfi. Nous publions ici les contributions présentées par Luigi Tufano (Linguaggi politici e rappresentazioni del potere nella nobiltà regnicola tra Trecento e Quattrocento : il mausoleo di Sergianni Caracciolo in S. Giovanni a Carbonara e i caratteri trionfalistici del sepolcro nobiliare) et Ferdinando Zamblera (Potere locale e vocazione mediterranea. Tentativi di grandi signorie siciliane sul finire del Trecento).

4Nous exprimons toute notre gratitude aux institutions partenaires de l'EFR, pour leur soutien dans l'organisation de ces ateliers, ainsi qu'aux enseignants-chercheurs, pour leur constante disponibilité dans l'encadrement des étudiants. Nous remercions aussi l'ensemble des jeunes chercheurs et chercheuses pour leur participation active à ces formations et aux débats scientifiques qu'elles ont suscités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2623 ; DOI : 10.4000/mefrm.2623

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org