Navigation – Plan du site
Varia

Entre Orient et Occident, les manuscrits enluminés de Terre sainte. L’exemple des manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César, Saint Jean d’Acre, 1260-1291

Émilie Maraszak

Résumés

Les États latins d’Orient ont vu la création d’une société en Terre sainte développant un art syncrétique au carrefour des mondes latin, byzantin et arabe. Les manuscrits comptent parmi les témoignages d’une culture levantine aux multiples influences depuis le début du XIIe siècle. Après le séjour de Louis IX au Proche Orient, la littérature historique trouve son public en Terre sainte auprès des nobles francs, commanditaires de manuscrits comme ceux de l’Histoire Ancienne jusqu’à César. À partir d’un texte venu de Flandre, les enlumineurs levantins ont recréé un cycle de miniatures pour inscrire leurs images dans la tradition multiculturelle croisée. Des partis-pris artistiques sont ainsi étudiés : les emprunts aux différentes traditions artistiques, occidentales et orientales, la mise en lumière de héros liés à la Terre sainte ou aux Francs, et parfois la figuration de leur environnement oriental. Par cette adaptation des images, les nobles francs souhaitent affirmer visiblement leur identité sociale collective et leur double culture, entre Orient et Occident.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Heck 2005, p. 14-19.
  • 2 Weitzmann 1982.

1À la veille des croisades vers la Terre sainte des XIIe et XIIIe siècles, l’espace méditerranéen est partagé entre le monde occidental, l’Empire byzantin et le monde arabo-musulman. Trois ensembles politiques et religieux, mais surtout trois ensembles culturels que nous retrouvons en Histoire de l’Art1. Mais l’existence de ces trois grands espaces culturels méditerranéens ne signifie pas pour autant qu’ils constituent des domaines clos sur eux-mêmes. Les créations de l’Occident latin, du monde byzantin et du monde arabo-musulman ne s’épanouissent pas seulement à l’intérieur de chaque espace culturel, isolément. Il existe des contacts, des échanges, des influences réciproques qui s’opèrent par le déplacement des hommes et des œuvres, par la diplomatie et les alliances, par les routes commerciales, les pèlerinages mais aussi par les affrontements brutaux, les conquêtes territoriales. Ces contacts s’opèrent tout particulièrement dans des zones charnières comme l’Italie du Sud où l’Empire byzantin est implanté depuis l’empereur Justinien jusqu’à la veille des croisades, comme l’Espagne après la conquête arabe au VIIIe siècle, comme la Sicile des XIe et XIIe siècles et comme la Terre sainte avec la conquête croisée. L’influence de l’art byzantin, tant du point de vue iconographique que du point de vue stylistique, est ainsi reconnue dans l’art occidental depuis la période carolingienne. Cette influence artistique se poursuit pour la période romane2 jusqu’aux croisades.

2Avec les conquêtes de la Première Croisade, un certain nombre de seigneurs, que nous nommerons désormais les Francs, font le choix de demeurer en Terre sainte, de s’y établir durablement, d’organiser ces nouveaux territoires pour renforcer leur position. C’est la naissance des États latins d’Orient car cette Première Croisade établit la présence latine en Terre sainte pour près de deux siècles. Et, en plus d’une réorganisation institutionnelle, économique et religieuse de la région, les Francs, influencés par les cultures grecques, syriaques et arabes, sont à l’origine d’une société multiculturelle dont les œuvres d’art sont les témoignages.

  • 3 Weitzmann 1966, p. 49-83.

3Pendant près de deux siècles, une véritable tradition artistique croisée voit le jour et elle s’avère d’une grande variété. Architecture militaire et architecture religieuse constituent sans doute les pans les plus étudiés de l’art croisé grâce aux exemples qui nous sont parvenus: le Krak des Chevaliers (aujourd’hui en Syrie) et le Krak de Moab (en Jordanie), le sanctuaire du Saint-Sépulcre et la décoration figurée de la Basilique de la Nativité à Bethléem. Mais d’autres projets artistiques voient le jour dans les États latins d’Orient dès le XIIe siècle: des œuvres littéraires avec l’Historia Hierosolymitana de Foucher de Chartres dans les années 1120, des ouvrages d’orfèvrerie avec les reliquaires et la vaisselle liturgique qui ont largement disparu suite aux conflits en Terre sainte, puis des images peintes sur des panneaux de bois au XIIIe siècle, fortement influencées par les traditions byzantines et italiennes et conservées au monastère Sainte-Catherine du Mont Sinaï en Égypte3.

  • 4 Psautier de la reine Mélisende, Londres, British Library, Egerton, 1139, Jérusalem, Saint-Sépulcre, (...)

4Les manuscrits enluminés sont également un aspect important de l’art croisé dès cette période. La production voit le jour quelques années seulement après la conquête de Jérusalem, au Saint-Sépulcre, parmi la communauté de chanoines installée par les Francs dès les années 1110. Dès lors, un important courant artistique voit le jour dans le domaine de l’enluminure, en écho à la production de livres en Occident, tout en étant différent grâce aux apports des arts figurés orientaux. Car les manuscrits que nous avons conservés, ramenés en Occident, sont influencés par les esthétiques byzantine, syriaque et même arabo-musulmane, présentes dans leur environnement. De sa fondation aux conquêtes de Saladin en 1187, le scriptorium du Saint-Sépulcre se consacre presque exclusivement à la production de manuscrits liturgiques destinés au service divin des différentes églises et communautés religieuses fondées ou restaurées par les Francs au XIIe siècle. Les artistes sont aussi capables de répondre ponctuellement et de manière remarquable à une commande personnelle comme c’est le cas avec le Psautier de la reine Mélisende, conservé à la British Library de Londres4. Ce manuscrit semble destiné aux prières personnelles de la souveraine et son décor somptueux reflète les origines du couple royal, levantines pour Mélisende et occidentales pour Foulques d’Anjou.

  • 5 Riccardiana Psalter ou Psautier de Frédéric II, Florence, Biblioteca Riccardiana, ms. 323, Acre (Sa (...)
  • 6 Les liens de Frédéric II avec la Terre sainte sont des liens complexes qui ont considérablement dét (...)

5Cette tradition de l’enluminure croisée est menacée lorsque Saladin fait la conquête de Jérusalem en 1187. Mais le scriptorium, contraint de quitter le Saint-Sépulcre, reprend ses activités à Acre, dans l’enceinte de la cathédrale Sainte-Croix, lorsque la ville est reprise en 1191 par la Troisième Croisade. Jusqu’à l’arrivée de Louis IX en Orient, la production de manuscrits enluminés se trouve ralentie. La copie d’un luxueux manuscrit conservé à la Biblioteca Riccardiana de Florence, le Psautier de Frédéric II5 rappelle néanmoins les liens de l’empereur germanique avec la Terre sainte6 à partir de 1225. Il faut attendre le milieu du XIIIe siècle pour observer un véritable renouveau de la production des manuscrits enluminés levantins dû à plusieurs facteurs. Le premier est le rôle majeur du roi de France Louis IX, qui séjourne en Terre sainte de 1250 à 1254. Le deuxième est celui des changements concernant les demandeurs, les artistes et les ateliers de Terre sainte. En écho aux changements qui animent la production du livre en Occident, les manuscrits croisés du XIIIe siècle ne sont pas uniquement les réalisations d’un atelier monastique unique comme cela avait été le cas jusqu’alors. Il semble que des ateliers laïques se soient implantés sur place et le contenu des manuscrits s’en est trouvé changé avec l’apparition de la littérature historique en langue vernaculaire.

  • 7 Le royaume est toujours officiellement sous la domination d’un roi en titre, Conrad, fils de Frédér (...)
  • 8 Bible de Saint Jean d'Acre, Paris, BNF, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 5211, Acre, 1250-1254 (http: (...)
  • 9 Weiss 1993.
  • 10 L’Histoire d’Outremer est le premier de ces récits historiques, créé en Terre sainte par un ecclési (...)

6Après l’échec de sa croisade en Égypte, Louis IX décide de rester en Terre sainte. Officiellement, s’il n’a aucune autorité politique au sein du Royaume latin de Jérusalem7, dans les faits, il dirige la politique levantine pendant les quatre années de son séjour. Le roi de France est aussi un amateur d’art qui entend encourager la production artistique locale à son propre compte. À côté des forteresses qu’il relève au gré de ses passages, sa contribution la plus importante est sans aucun doute tournée vers les livres, inaugurant un nouveau dynamisme dans les ateliers de Terre sainte. Il faut souligner que l’intérêt du roi pour les livres ne lui est attribué qu’après son voyage en Orient et semble lié à cette expérience. Et le manuscrit qui lui est associé est un livre richement décoré qu’il aurait ramené d’Orient et qui est aujourd’hui conservé à la BNF: la Bible de Saint Jean d’Acre8, également appelée Bible de l’Arsenal par les chercheurs anglo-saxons, et notamment par Daniel Weiss qui lui a consacré une thèse9. Inspirée des Bibles moralisées parisiennes et des vitraux des cathédrales gothiques, mais aussi des Octateuques constantinopolitains datant du XIe siècle, la Bible de Saint Jean d’Acre, est le témoignage de l’impulsion donnée par Louis IX à la production de manuscrits. Ce dynamisme s’explique par la fondation d’autres ateliers mêmes si nous ne parvenons pas à les situer réellement: la cathédrale Sainte-Croix, le couvent dominicain, un atelier dépendant du monastère Sainte-Catherine du mont Sinaï… Les peintres, eux aussi plus nombreux, sont très avancés dans leur technique, en contact avec le nouveau style gothique français tout en restant ancrés dans une tradition croisée multiculturelle. Le véritable renouveau artistique qui débute s’explique aussi par la diversification des récits copiés. En effet, la production connaît à cette époque un changement majeur, à l’image de ce qui se passe en Occident et qui s’amorce avec la Bible de Saint Jean d’Acre. Depuis le début du XIIe siècle, les manuscrits réalisés en Syrie-Palestine sont majoritairement des livres liturgiques en latin. Le corpus de manuscrits de Terre sainte que nous avons conservé pour la seconde moitié du XIIIe siècle se caractérise par la quasi absence de manuscrits liturgiques après 1260. Et, comme c’est le cas pour la production française contemporaine, la littérature en langue vernaculaire fait son apparition, les récits historiques en particulier sont davantage copiés que la Bible ou les évangéliaires à la demande de commanditaires qui participent à ce dynamisme artistique, surtout les nobles francs. Pendant les dernières années d’existence du Royaume latin, entre 1250 et 1291, deux récits connaissent ainsi un succès certain: l’Histoire d’Outremer de Guillaume de Tyr et ses continuations10, et l’Histoire Ancienne jusqu’à César. Et l’on peut réellement employer le mot « succès » aux vues du nombre de manuscrits conservés des deux textes pour cette aire géographique et cette période restreinte d’à peine quarante ans: neuf manuscrits pour l’Histoire d’Outremer et trois pour l’Histoire Ancienne jusqu’à César.

7Cet aperçu de la société latine de Syrie-Palestine au temps des croisades et des projets artistiques montre la variété de l’art croisé qui se développe pendant les deux siècles de la présence latine en Orient. Une production qui pâtit à plusieurs reprises des événements, comme au moment de la défaite d’Hattîn et de la perte de Jérusalem face à Saladin en 1187, ou qui, au contraire, profite du renouvellement de l’idéal de croisade comme après le séjour du roi de France Louis IX de 1250 à 1254. Cette variété de l’art de Terre sainte concerne les supports, les artistes mais aussi les commanditaires. La population multiculturelle qui séjourne au Proche-Orient, associée à un environnement au carrefour des mondes latin, byzantin et arabo-musulman, a des conséquences sur la nature même de l’art croisé. Divers qualificatifs peuvent ainsi avoir été employés pour tenter de le caractériser. Art colonial, art métisse, multiculturel ou cosmopolite, toutes ces expressions ont été utilisées depuis que l’art croisé est devenu un sujet de recherches au XIXe siècle avec des définitions, des conceptualisations ne recouvrant pas les mêmes nuances en fonction de la période et des origines des chercheurs, à l’image de la recherche sur les croisades elles-mêmes. Nous préfèrerons à ces expressions celle d’art syncrétique en reprenant un qualificatif davantage employé en sociologie ou en philosophie pour caractériser un mélange, une fusion d'éléments de plusieurs cultures ou de différents systèmes sociaux. Or, nous observerons à travers les images des trois manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César que la présence en Terre sainte d’influences artistiques venant d’horizons divers permet aux artistes croisés de composer leur propre tradition artistique.

Les trois manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César 

  • 11 Histoire Ancienne jusqu’à César, Paris, BNF, fr. 20125. Ce manuscrit a conservé le prologue en vers (...)
  • 12 Meyer 1885.
  • 13 Orose est un historien du Ve siècle qui prit part au synode de Jérusalem contre Pélage en 415. À la (...)

8L’Histoire Ancienne jusqu’à César est un récit historique mais, à la différence de l’Histoire d’Outremer créée en Orient, celui-ci voit le jour en Occident, et plus précisément en Flandre. Il aurait été copié pour un certain Roger, châtelain de Lille, contre 1228 et 1230 d’après le prologue conservé dans un manuscrit plus tardif copié en France11. Paul Meyer12 est le premier à identifier ce récit en 1885 et lui donne son titre d’Histoire Ancienne jusqu’à César en fonction des bornes chronologiques que recouvre cette compilation. On parle aussi d’ « histoire universelle » pour ce texte car il recouvre l’histoire du monde depuis sa création jusqu’aux premières campagnes de Jules César en Gaule. La compilation fait donc la corrélation entre la chronologie de l’Ancien Testament et celle de récits mythologiques et historiques de l’Antiquité. Cette histoire est une compilation qui s’inscrit pleinement dans un mouvement initié au XIIe siècle développant les récits en prose et en français pour un public laïque et lettré. Nous pouvons ainsi rappeler la création des quatre romans antiques au XIIe siècle, le Roman de Thèbes, le Roman de Troie, le Romand’Énéas et le Roman d’Alexandre, des récits que l’auteur de l’Histoire Ancienne reprend dans sa compilation sans toutefois les citer. En plus de ces sources presque contemporaines, l’auteur a fait le choix d’autres textes qui impliquent une connaissance des sources bibliques comme les livres de l’Ancien Testament et leur commentaire par Pierre Comestor, des sources anciennes pour les auteurs de l’histoire romaine. Mais il fait également appel aux références incontournables des compilateurs médiévaux avec de longs emprunts à Orose et ses Histoires contre les païens13. Ce récit constitue donc un vaste quadrillage du temps permettant la mise au point d’une chronologie associant histoire biblique et histoire païenne. Et la réussite de l’auteur est d’avoir su recréer un enchaînement du temps et des civilisations. Cette Histoire Ancienne raconte donc des événements anciens communs à toute l’humanité, et non une histoire propre aux Francs de Terre sainte. La diffusion du récit au-delà de la Flandre implique une migration des premiers manuscrits réalisés dans les années 1230 (même si nous n’en avons conservé aucune copie) vers la Terre sainte, où il semble arriver au milieu du XIIIe siècle grâce aux déplacements des hommes.

  • 14 Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, Saint Jean d’Acre, 1260-1 (...)

9Le plus ancien manuscrit de l’Histoire Ancienne jusqu’à César de Terre sainte est le manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Dijon et datant des années 1260-127014. Un véritable programme décoratif y a été reconstitué pour faire de cet ouvrage une œuvre très homogène malgré son importance (275 folios).

Fig. 1 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 62, Le roi Ninus en trône (Photographie de l'auteur)

Fig. 1 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 62, Le roi Ninus en trône (Photographie de l'auteur)
  • 15 Gehin 2005. Voir le chapitre consacré à la Décoration dirigé par Patricia Stirnemann, p. 129.

10Grâce au folio 62 du manuscrit consacré au roi Ninus (Figure II), nous pouvons comprendre la structure, la hiérarchie du décor qui rythme le récit et permet au lecteur du XIIIe siècle, et encore aujourd’hui, de se repérer au sein de cette histoire universelle. La décoration principale repose sur ses cinquante miniatures de la largeur d’une colonne, en cours ou en tête de chapitre, pour mettre en images les récits qu’elles précèdent. Pour donner un rythme au récit, copistes et enlumineurs ont mis au point ensuite plusieurs procédés pour structurer le texte. On remarque ainsi les rubriques, des phrases introductives rédigées en rouge. Chaque chapitre majeur est également introduit par une initiale puzzle filigranée, définie par Patricia Stirnemann15 comme une lettrine dont le corps de la lettre est découpé comme un puzzle en deux parties, chacune peinte en une couleur différente, en rouge et bleu, séparées par un filet de parchemin réservé. Ces initiales sont aussi environnées de motifs filiformes, des filigranes. Vient ensuite le texte lui-même divisé en chapitres secondaires par de simples initiales peintes filigranées. Un véritable projet de rédaction est donc mis en place pour permettre une meilleure visibilité mais aussi pour mettre en valeur certains passages du récit. Cette hiérarchie du décor nous donne des informations sur la collaboration du régleur, du copiste et de l’enlumineur pour former une œuvre cohérente, laissant de la place pour chacun alors que tous ne peuvent travailler sur le support en même temps. Elle nous permet d’affirmer la présence de plusieurs artisans au sein de l’atelier où a été copié le manuscrit.

  • 16 Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, Saint Jean d (...)

11L’Histoire Ancienne conservée à la Bibliothèque Royale Albert Ier de Bruxelles16 est une copie très proche du manuscrit de Dijon, mais lui est légèrement postérieure puisque nous la datons des années 1270-1280. C’est aussi le seul livre des trois conservés dont le lien avec Saint Jean d’Acre est avéré grâce à la signature du copiste dans le colophon, un dénommé Bernard d’Acre. Ce manuscrit comporte aussi les traces de possessions ultérieures, et notamment Phébus de Lusignan pour le XVe siècle, un membre de la famille royale de Chypre, autre lien avec l’Orient. Aux vues des données codicologiques, et de la taille du livre en particulier (332 folios, 34,7 cm × 25 cm), l’œuvre de Bruxelles est aussi importante mais comporte une différence majeure: les vingt premiers folios ont été ajoutés, probablement au XVe siècle, pour constituer une table des matières regroupant l’ensemble des rubriques du texte. La première miniature du récit, le « Commencement du monde » au folio 20 est un frontispice ajouté tardivement, au même moment que la table des matières, dans un style nettement occidental.

Fig. 2 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 20, Commencement du Monde. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 2 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 20, Commencement du Monde. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

12Le style de ce frontispice se rapproche de celui des cours du nord de la France du XVe siècle, ou des cours de Flandre. Le manuscrit croisé ne commence donc qu’au folio 21, reconnaissable à la hiérarchie du décor similaire à la copie de Dijon. En plus de la représentation du Paradis Terrestre datant du XVe siècle, le manuscrit de Bruxelles comprend trente-six miniatures du XIIIe siècle. Elles occupent aussi la largeur d’une colonne et reprennent le même répertoire que la copie de Dijon, d’où l’hypothèse selon laquelle les deux manuscrits sont issus du même atelier. La différence fondamentale avec le premier manuscrit réside dans la simplification, l’abréviation des scènes. C’est le cas par exemple pour la miniature de l’histoire de Caïn et Abel où seule la dernière scène, sur les trois présentes dans le manuscrit de Dijon, a été conservée.

Fig. 3 - Histoire Ancienne jusqu’à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 3v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 3 - Histoire Ancienne jusqu’à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 3v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 4 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 22v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 4 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 22v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
  • 17 Buchthal 1957, p. 68-86.
  • 18 Folda 2005.

13Un certain nombre d’autres miniatures du cycle de Dijon ont tout simplement été supprimées dans le manuscrit de Bruxelles. Ces différences fondamentales ont conduit Hugo Buchthal17 et Jaroslav Folda18 à considérer l’artiste de cette copie comme moins expérimenté que celui du manuscrit de Dijon. Il nous paraît aussi indispensable de dire que les copies de Dijon et Bruxelles ne sont pas totalement dépendantes l’une de l’autre, chaque artiste a opéré sa sélection à partir d’un modèle commun pour individualiser son œuvre. Parfois, si le répertoire est similaire, certains détails nous permettent de distinguer les deux ouvrages. C’est le cas lorsque l’enlumineur de l’Histoire Ancienne de Bruxelles choisit d’armer les Amazones lors de leur premier combat d’arcs et de flèches quand celui de Dijon préfère les lances.

Fig. 5 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 86v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 5 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 86v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 6 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 117v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 6 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 117v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
  • 19 Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, Saint Jean d’Acre, 1285-1286

14La troisième copie de l’Histoire Ancienne de Terre sainte est sans doute aussi la plus somptueuse, un manuscrit conservé à la British Library de Londres19. Elle se caractérise par des dimensions importantes (37 cm × 24,7 cm, 314 folios) et par la qualité exceptionnelle de ses quarante-trois miniatures. Le luxe de ce manuscrit réalisé en 1285-1286 semble le lier à une occasion et à un destinataire exceptionnels, comme les psautiers de Mélisende et de Frédéric II. Or un événement a lieu pendant ces années, le couronnement du dernier roi de Jérusalem en Terre sainte, Henri II de Lusignan, à Tyr en août 1286. Le manuscrit peut avoir été réalisé à cette occasion, peut-être un cadeau des barons francs de Terre sainte pour leur nouveau souverain. Si la hiérarchie du décor est identique aux manuscrits de Dijon et Bruxelles, les miniatures occupent cette fois-ci la largeur de deux colonnes, au moins un tiers du folio et parfois même une page entière. Ainsi, même si le nombre de miniatures est inférieur à celui de Dijon, celles du manuscrit de Londres sont bien plus importantes et leur qualité d’exécution nettement supérieure. Jusqu’à huit ou neuf artistes ont été comptabilisés par Jaroslav Folda pour les enluminures mais le cycle des miniatures n’en est pas moins uniforme. Ce qui suppose une collaboration des artistes sous les directives d’un maître enlumineur. Ces miniatures montrent la remarquable vitalité des ateliers d’Acre seulement quelques années avant la perte de la ville en 1291. Dans le processus de copie, toutes les images ont été transformées si bien que l’on peut se demander s’il s’agit là d’une interprétation personnelle du maître d’atelier ou d’une nouvelle approche du sujet. Elles sont plus colorées et somptueuses, elles sont plus explicites et plus indépendantes du texte car, plus détaillées, elles sont aussi plus narratives. On relève notamment la très nette augmentation des personnages couronnés dans ces images, en lien avec son destinataire et l’événement qui lui est associé sans doute.

15Bien que ces trois manuscrits de Terre sainte soient les plus anciennes copies conservées du texte, il serait une erreur d’en conclure que leurs cycles d’enluminures sont une création des maîtres enlumineurs de Saint Jean d’Acre. En effet, l’HistoireAncienne jusqu’à César a été créée en Flandre, de même que son cycle iconographique. Amené en Terre sainte par l’intermédiaire d’un croisé, ce livre a rencontré sur place un véritable engouement auprès des Francs. Il est donc intéressant de nous interroger sur les raisons de ce succès en Terre sainte mais aussi de constater que les artistes locaux ont transformé leur source occidentale, réinterprété les images avec d’autres influences présentes en Orient pour refléter et même affirmer la culture croisée.

Des images inscrites dans la tradition croisée

16La rencontre du récit avec la culture levantine entraîne, dans les images, l’association d’éléments occidentaux et byzantins au sein d’un même ouvrage pour s’inscrire totalement dans la tradition de l’art figuré croisé répandu à travers les mosaïques, les peintures murales, les icônes et les manuscrits depuis le XIIe siècle. Hugo Buchthal évoque un style « franco-byzantin » pour caractériser les miniatures des trois manuscrits et nous allons recenser ces éléments issus des différentes traditions pour comprendre les influences qui ont contribué à l’élaboration des cycles iconographiques des manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César.

17Le répertoire des personnages et des gestes, la relation des personnages avec les éléments du décor, qu’ils soient architecturaux ou végétaux, composent la base des motifs occidentaux. La structure même de la miniature reprend donc les modèles venus du nord de la France où l’accent est porté sur le personnage de la miniature alors que les éléments végétaux ou architecturaux sont codifiés, stylisés, pour être réutilisés dans tout le programme iconographique des trois manuscrits. Ce procédé, aboutissant à des arbres stylisés et des architectures reproduits en série, permet la création de motifs personnalisés qui leur confèrent aussi une identité. Ajoutons à ce registre occidental le goût des demandeurs et des enlumineurs pour l’héraldique et les scènes de combat qui permettent la mise en images de l’équipement du chevalier tel qu’il aurait pu être au XIIIe siècle, au moment des croisades. C’est le cas pour la miniature représentant le combat d’Œdipe contre le Sphinx de Thèbes où l’on relève, en plus de l’arbre stylisé déjà mentionné, ces caractéristiques: un heaume doré sur l’ensemble des miniatures du manuscrit de Dijon alors que leurs formes sont plus diversifiées pour les deux autres manuscrits, un écu reprenant les mêmes armes que le caparaçon du cheval, un haubert ou cotte de mailles, des jambières, un surcot et une lance ou une épée pour l’Histoire Ancienne de Londres et Bruxelles.

Fig. 7 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 67v, Œdipe affrontant le Sphinx de Thèbes. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 7 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 67v, Œdipe affrontant le Sphinx de Thèbes. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
  • 20 Kitzinger 1966, p. 25-47.
  • 21 Weitzmann 1966.

18Les éléments byzantins rappellent les manuscrits liturgiques grecs connus depuis le XIe siècle. Ces éléments orientaux sont surtout présents dans la Genèse pour les trois manuscrits. Le personnage principal de cette partie du récit demeure la figure du patriarche, inspirée par les manuscrits byzantins ou par d’autres médias comme les icônes, toujours représenté sous les traits d’un vieil homme barbu portant un vêtement aux draperies tubulaires et au tombé en zigzag comme Ernst Kitzinger20 ou Kurt Weitzmann21 ont pu les décrire. La même figure est donc reproduite pour Noé (Figure VIII), Abraham, Loth, Isaac et Jacob dans toutes les miniatures des manuscrits qui leur sont consacrées.

Fig. 8 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 7v, Arche de Noé. Source: British Library, Londres.

Fig. 8 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 7v, Arche de Noé. Source: British Library, Londres.

19Sur cette image de l’arche de Noé et pour les trois manuscrits, un autre motif byzantin apparaît dans le rendu de la mer. On observe une accumulation de traits de peinture bleue circulaires animés par des rehauts de blanc. Certains thèmes de miniatures sont également traités à partir de modèles byzantins et sont ainsi totalement différents des manuscrits gothiques occidentaux. Nous pensons à l’épisode de l’Hospitalité d’Abraham à Mambré (Figure XIII), où la scène du repas est préférée à l’accueil du patriarche aux portes de sa demeure tel qu’il apparaît souvent dans les miniatures occidentales, et à celui du sacrifice d’Isaac, des thèmes présents dans les trois manuscrits.

Fig. 9 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 26, Sacrifice d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 9 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 26, Sacrifice d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
  • 22 Psautier de saint Louis, Paris, BNF, latin 10525, Paris, vers 1270, Sacrifice d’Abraham, f. 10 (htt (...)

20Cette scène du sacrifice est différente de ses contemporains occidentaux, et notamment de la même scène qui apparaît dans le Psautier de saint Louis conservé à la BNF22. Les enlumineurs levantins ont fait le choix d’armer Abraham d’un poignard au moment de tuer son fils Isaac alors que la tradition occidentale lui prête davantage une épée ou un glaive. D’autres éléments ponctuels et typés peuvent être rattachés à l’influence byzantine: la traduction du Christ Cosmocrator en Christ Pantocrator sur les médaillons de la Création des manuscrits de Dijon et de Londres rappelant les représentations des coupoles des églises grecques et siciliennes, les fonds d’or appliqués à la feuille, ou encore la représentation des couronnes. L’Histoire Ancienne de Londres est enfin le seul manuscrit à développer un motif très spécifique à la tradition byzantine, celui du vêtement impérial composé de la couronne à pendentifs et du loros, une longue bande de tissus brodée passant sur les épaules pour se croiser sur la poitrine de l’empereur, porté par certaines figures royales des miniatures: le roi Ninus au folio 16 (Figure X), Pélas au folio 105v, Nabuchodonosor au folio 179v, Alexandre le Grand au folio 203.

Fig. 10 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268,f. 16, le roi Ninus en trône. Source: British Library, Londres.

Fig. 10 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268,f. 16, le roi Ninus en trône. Source: British Library, Londres.

21Copiant des représentations connues dans le monde byzantin, cette reprise du motif impérial est donc délibérée. Elle revêt un sens politique majeur pour ce manuscrit à destination royale qu’est le manuscrit de Londres. Le portrait du roi Ninus en trône peut ainsi être interprété comme une représentation idéale du souverain croisé, mais il s’agit aussi de redonner tout son prestige à la dynastie des rois de Jérusalem, et un rôle de premier plan en Orient à Henri II de Lusignan, le souverain nouvellement couronné, en l’inscrivant dans la lignée des grands empereurs orientaux.

22L’Histoire Ancienne de Londres est aussi la seule à montrer une influence arabisante, à deux reprises principalement: sur le frontispice de la Création au folio 1v et au folio 181, pour l’histoire de Judith et Holopherne. Il s’agit à nouveau de motifs ponctuels et typés insérés délibérément par les enlumineurs et les commanditaires.

Fig. 11 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 1v, Création du Monde. Source: British Library, Londres.

Fig. 11 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 1v, Création du Monde. Source: British Library, Londres.

23Le Frontispice de la Création comporte, dans la bordure supérieure, une scène de banquet composée d’un dignitaire assis en tailleur tenant un gobelet dans la main droite, portant le turban et entouré d’une danseuse et de six musiciens dans un jardin. Cette scène est associée, dans les bordures latérales et inférieure, à des scènes de chasse dans des entrelacs végétaux, également inspirées de l’art arabo-musulman si ce n’est la présence d’animaux mythologiques tels les centaures. Ces éléments sont empruntés à la tradition picturale des cours islamiques, aux cycles princiers tels que nous les retrouvons sur les caissons géométriques ou muqarnas du plafond de la chapelle palatine de Palerme réalisés vers 1140 pour le roi Roger II de Sicile, ainsi que sur certains fragments de sculptures en ivoire pour un trône fatimide du XIe siècle conservés au musée du Louvre.

Fig. 12 - Plaques décoratives en ivoire destinées à un trône de l’époque fatimide (Le Caire, XIe siècle), Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 6265/1, OA 6265/2, OA 6266. Source: Musée du Louvre, ATLAS, Base de données des œuvres exposées.

Fig. 12 - Plaques décoratives en ivoire destinées à un trône de l’époque fatimide (Le Caire, XIe siècle), Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 6265/1, OA 6265/2, OA 6266. Source: Musée du Louvre, ATLAS, Base de données des œuvres exposées.
  • 23 Mahoney 2007.

24Ces éléments témoignent d’une certaine fascination des enlumineurs levantins pour la tradition arabo-musulmane, mais pas seulement. En plaçant ces scènes à l’extérieur de la création, à l’extérieur du Paradis terrestre, ces mêmes enlumineurs détournent la tradition islamique pour placer les dignitaires musulmans figurés en dehors de la Rédemption offerte par le sacrifice du Christ créateur présent sur les médaillons. Il s’agit donc pour les artistes de présenter des identités opposées dès la Genèse, avec un peuple chrétien pouvant se racheter après le péché originel, face à une population orientale à laquelle ils s’opposent quotidiennement, hors du Paradis terrestre sur l’image. Ce frontispice a notamment été étudié par Lisa Mahoney qui a consacré sa thèse à l’Histoire Ancienne jusqu’à César de Londres23. Elle reprend les études menées sur ce frontispice et interprète cette page-tapis comme une allégorie de la situation et de la pensée des Francs de Terre sainte. Le manuscrit de Londres est ainsi la seule des trois copies à donner une image négative des populations musulmanes tout en arborant une connaissance de leurs arts somptuaires en reprenant des motifs issus des cycles princiers.

Fig. 13 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 181, Judith devant Holopherne. Source: British Library, Londres.

Fig. 13 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 181, Judith devant Holopherne. Source: British Library, Londres.

25D’autres références aux musulmans apparaissent dans le programme pictural de l’Histoire Ancienne de Londres. Les miniatures sont engagées, peignant les musulmans comme des ennemis. Mentionnons d’abord Holopherne assis en tailleur à la manière d’un chef musulman recevant Judith sous sa tente (Figure XIII) ornée d’un lion en son sommet, rappelant peut-être l’emblème des sultans mamelouks, et celui du sultan Baîbars tout particulièrement. Les motifs arabo-musulmans apparaissent à nouveau lors du combat d’Alexandre contre Porus pour la bataille d’Hydaspes (f. 204), puis lorsque Pyrrhus apporte son aide aux combattants de Tarente contre les Romains (f. 226). Nous retrouvons sur ces deux dernières images des combattants arabes, reconnaissables à leur peau mate, leur turban et leur barbe, opposés à une armée d'Occidentaux équipés, comme dans le reste de l'ouvrage, de chevaux caparaçonnés, d’écus, de cottes de mailles et de bannières. Entre admiration de la tradition artistique arabo-musulmane et rejet de ces populations que les artistes situent hors du monde chrétien dès la Création, les illustrations du manuscrit de Londres montrent bien le caractère ambigu des relations avec ces populations orientales que les Francs doivent combattre depuis le XIIe siècle en Terre sainte, mais avec lesquelles ils doivent aussi cohabiter sur leurs propres terres.

26Les trois manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César associent donc des éléments de diverses origines pour former des cycles iconographiques uniques, reproduits en Terre sainte pour répondre à la demande d’un public désireux de perpétuer la tradition multiculturelle croisée. Si Saint Jean d’Acre accueille une population variée, seules quelques catégories sociales ont les moyens de financer de tels œuvres: les marchands italiens, certains pèlerins, les chevaliers, les prélats et le patriarche, les ordres militaires. Cependant, les images et le récit choisis reflètent les attitudes et les valeurs d’un cercle de clients particulier, celui de la noblesse franque de Terre sainte qui semble être à l’origine de ces commandes.

Des héros faisant échos à l’histoire des Francs

27Le choix de copier l’Histoire Ancienne jusqu’à César évoque en premier lieu la volonté de se divertir de la part des demandeurs. Mais cette distraction ne doit pas avoir lieu sans l’apport de savoirs et d’exempla que ces histoires contiennent. Ainsi, à l’intérieur du cadre immuable de cette chronologie recréée pour le récit, certains héros ou certains lieux connaissent un destin remarquable dont les manuscrits se font l’écho en leur attribuant une grande part du récit ou en leur consacrant des miniatures. Pour la Genèse, ces personnages sont les patriarches dont le comportement exemplaire est souligné par les miniatures. Le paroxysme de l’exemplarité du patriarche est atteint lors de sa représentation sur son lit de mort: la mort d’Isaac dans les manuscrits de Dijon (f. 40v) et Bruxelles (f. 61v), la mort de Jacob dans le manuscrit de Bruxelles (f. 84) alors que les copies de Dijon (f. 60v) et Londres (f. 69) préfèrent montrer le transport de son corps à Hébron.

Fig. 14 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 84, Jacob sur son lit de mort. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 14 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 84, Jacob sur son lit de mort. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 15 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 60v, Transport du corps de Jacob à Hébron. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 15 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 60v, Transport du corps de Jacob à Hébron. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 16 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 51, Triomphe de Joseph. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 16 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 51, Triomphe de Joseph. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

28Au sein du cycle des patriarches, le destin de Joseph, l’un des douze fils de Jacob, inspire sans doute beaucoup les Francs. Plus que ses visions et ses pouvoirs d’interprétation des rêves, c’est sa capacité à prendre en main son destin qui semble davantage les inspirer. En effet, vendu comme esclave par ses frères jaloux, il retourne cette fatalité en devenant l’homme le plus puissant d’Égypte et un proche de Pharaon qui le porte en triomphe, une emprise sur l’Égypte qu’envient peut être les Francs en lutte contre les Mamelouks.

29Le développement de l’histoire païenne après l’histoire de Joseph permet aux maîtres enlumineurs de donner d’autres exemples. C’est le cas pour le roi Ninus d’Assyrie (Figure X) qui introduit la succession des royaumes en Orient. C’est aussi le cas pour Œdipe dont le courage face au Sphinx de Thèbes est souligné par une miniature dans chaque copie de Terre sainte (Figure VII). Des villes connaissent des destins remarquables malgré l’annonce de leur déchéance dès les premières lignes qui leur sont consacrées en raison des péchés dont elles sont frappées: Thèbes associée au parricide et à l’inceste mais qui loue le courage et le modèle de gouvernement d’Œdipe; Troie et la fierté de ses souverains dans la reconstruction de la ville sur les ruines laissées par les Argonautes; et Rome, en lien direct avec Troie, dont les manuscrits tiennent à montrer la fondation à travers des miniatures illustrant la construction de la ville tout en évoquant le fratricide fondateur de la cité.

Fig. 17 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 172, Construction de Rome. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 17 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 172, Construction de Rome. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

30Alexandre le Grand est sans aucun doute le personnage de cette Histoire Ancienne qui peut tout aussi bien être considéré comme un modèle de comportement que comme un contre-exemple, en fonction de la période de sa vie. D’où le motif de la roue de Fortune qui lui est associé dans le manuscrit de Dijon (Figure XVIII) sur laquelle apparaît également aux angles les symboles des évangélistes pour réinscrire l’histoire du roi macédonien dans une histoire et une chronologie chrétiennes.

Fig. 18 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 171v, Alexandre assis sur la roue de Fortune. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 18 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 171v, Alexandre assis sur la roue de Fortune. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

31Il apparaît dans une longue digression au sein de l’histoire romaine. L’histoire d’Alexandre est, en quelque sorte, une préfiguration de l’histoire des croisades par l’itinéraire de son expédition, et en particulier son passage par Jérusalem, sanctionné dans les manuscrits de Dijon et Bruxelles par une miniature (Figure XIX pour Dijon, folio 216v pour Bruxelles). Figuré en civil et non en armure aux portes du Temple de la Ville sainte, il adopte alors l’attitude du souverain croisé idéal arrivant à Jérusalem pour ses dévotions.

Fig. 19 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 170v, Alexandre s'agenouillant devant le Grand Prêtre de Jérusalem. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 19 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 170v, Alexandre s'agenouillant devant le Grand Prêtre de Jérusalem. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

32Mais Alexandre est aussi celui qui dépasse les bornes d’Hercule, les limites du monde connu, pour amener son armée jusqu’en Inde. Cet aspect de sa vie se caractérise par la démesure dans la conquête et l’hybris dans son caractère. En plus de son opposition à Porus en Extrême-Orient, ce déclin est sanctionné dans les trois manuscrits par deux images rappelant ses affrontements avec des monstres: une bête à trois cornes et un animal bicéphale. Alexandre est devenu un contre-exemple dont les lecteurs francs doivent s’écarter tout en comprenant le processus qui a amené à cette décadence pour appeler à la mesure dans les territoires latins de Terre sainte.

  • 24 Triomphe de Marius: Dijon folio 249, Bruxelles folio 304v, Londres folio 292.
  • 25 Triomphe de Pompée: Dijon folio 270, Bruxelles folio 328.

33La suite du récit évoque des héros de l’histoire romaine, et notamment Marius et Pompée, admirés des commanditaires et des enlumineurs sans doute pour leurs affrontements victorieux face aux Orientaux. Ces victoires sont mises en valeurs par des scènes de triomphe montrant la victoire de Marius sur Jugurtha24 et le retour de Pompée de Palestine25, sur le modèle de la scène créée pour le triomphe de Joseph (Figure XVI).

L’affirmation d’une culture franque en Terre sainte

  • 26 Elles sont présentes dans six miniatures de l’ouvrage de Dijon, quatre dans celui de Bruxelles, et (...)

34Dès ces premières observations sur les modèles transmis par cette histoire universelle, nous constatons les liens de certains héros avec la Terre sainte, pour les patriarches, Alexandre le Grand et Pompée tout particulièrement. Les manuscrits levantins de l’HistoireAncienne jusqu’à César ont aussi la caractéristique d’accorder une place importante aux Amazones dans les images26. Contrairement aux premiers historiens chrétiens tels Orose qui les décrivent comme des païennes vivant dans la luxure, les Amazones des trois manuscrits bénéficient d’un jugement plutôt positif de la part des enlumineurs, sans doute parce que le compilateur avant eux le leur avait aussi accordé. Ces femmes guerrières ne transgressent plus les lois de leur sexe en prenant les armes, elles défendent des causes justes: la vengeance de leurs époux et fils tués en Égypte pour leur premier combat, l’aide apportée aux Troyens par la reine Penthésilée alors que les Francs se présentent eux-mêmes comme les héritiers des Troyens.

Fig. 20 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 123, La reine Penthésilée et ses Amazones face à Pyrrhus. Source: British Library, Londres.

Fig. 20 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 123, La reine Penthésilée et ses Amazones face à Pyrrhus. Source: British Library, Londres.

35Ce jugement positif dont elles font l’objet peut en partie s’expliquer par l’influence des femmes sur la demande d’un tel récit et par leur participation à la croisade. Nous pouvons ainsi reprendre l’exemple de la reine Marguerite de Provence pour le milieu du XIIIe siècle, et, au XIIe siècle, d’Aliénor d’Aquitaine assimilée à la reine Penthésilée lorsqu’elle suit son époux Louis VII en croisade avec un groupe de femmes. Des femmes franques sont donc présentes en Terre sainte et elles peuvent être à l’origine de certaines copies de l’Histoire Ancienne jusqu’à César, accordant une place importante aux Amazones dans leur iconographie. La femme occupe en effet une place essentielle dans le récit avec les personnages de l’Ancien Testament (Sarah, Rébecca et Rachel), les Amazones, la reine Didon, Camille, Judith et Esther. Ces références seraient des insertions stratégiques des enlumineurs pour celles qui auraient pu les employer pour mener à bien ces projets. Les Amazones sont aussi considérées comme un peuple ayant vécu dans cette région d’Orient, que ce soit en Libye chez Diodore de Sicile, ou plus vraisemblablement dans la région du Pont-Euxin, sur la rive sud de la Mer Noire. Et nous retrouvons ce concept chez plusieurs auteurs en lien avec la Terre sainte tentant de situer la Féménie: l’Histoire d’Outremer de Guillaume de Tyr, la lettre du Prêtre Jean ou l’Historia Orientalis de Jacques de Vitry (évêque d’Acre de 1216 à 1228). Pour les Francs de Terre sainte qui ont passé commande de ces manuscrits, les Amazones peuvent représenter un soutien légendaire dans leur situation difficile, comme elles avaient apporté leur aide à Troie.

  • 27 Une rubrique est ainsi présente dans les trois copies: Coment Friga frere Eneas fu la premiere seme (...)

36La commande d’un manuscrit de l’Histoire Ancienne a aussi pour but de servir la gloire du lignage des nobles de Terre sainte, s’inscrivant ponctuellement au sein d’une autre forme de littérature, la littérature généalogique. Avec le chapitre consacré à la guerre de Troie, commanditaires et enlumineurs reprennent le mythe des origines troyennes pour affirmer la légitimité de leur pouvoir en Orient27. Ce mythe de l’origine troyenne des Francs reprend le modèle de la légende antique qui attribue la fondation de Rome à Énée, mais aussi les récits du Pseudo-Frédégaire et les Gesta Historiae Francorum. Le compilateur de l’Histoire Ancienne s’inspire enfin de la littérature généalogique créée à la cour des Plantagenêt dans l’Historia Regum Britanniae rédigée entre 1135 et 1138 par le gallois Geoffroy de Monmouth, relayée en français dans le Roman de Brut de Wace achevé vers 1155. Raconter cette histoire troyenne revient, pour les demandeurs nobles de Terre sainte, à rechercher un âge d’or dans une ville légendaire. C’est aussi justifier une nouvelle translation de leur pouvoir de l’Occident vers l’Orient. Ce lien avec les Troyens apparaît notamment avec la miniature de la mort d’Hector dans les trois manuscrits où les artistes prennent le parti des Troyens dans leur composition. Le fils de Priam est tué par Achille dans un combat déloyal: Achille, le héros grec, le transperce de sa lance alors qu’Hector lui tourne le dos, tout occupé à s’emparer du heaume d’un de ses adversaires tué au combat.

Fig. 21 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 130, Achille tuant Hector de sa lance. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

Fig. 21 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 130, Achille tuant Hector de sa lance. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.

37En parallèle avec l’Histoire d’Outremer qui donne une histoire officielle aux Francs de Terre sainte, l’Histoire Ancienne jusqu’à César leur permet donc de reconstituer l’histoire troyenne et marquer ainsi le retour du pouvoir aux héritiers des Troyens en Orient, en Syrie-Palestine. L’un des enjeux majeurs de ces livres luxueux est donc politique puisqu’ils doivent leur donner une légitimité par le sang, par les ancêtres alors que les Francs sont confrontés à de grandes difficultés pour se maintenir sur place.

38Pour mettre en avant leur culture au carrefour des civilisations latine, byzantine et arabo-musulmane, les enlumineurs montrent dans leurs images d’autres aspects de leur société faite d’héritages occidentaux et de l’adoption de motifs orientaux. L’Histoire Ancienne de Dijon est sans aucun doute la copie de Terre sainte la plus impliquée dans cette affirmation visible de la culture des seigneurs francs. Après avoir exposé les personnages en lien avec l’Orient, cette affirmation passe dans la description d’un environnement familier aux Francs lors de certains épisodes. Dans la Genèse par exemple, Jacob voyage jusqu’en Égypte sur un dromadaire au réalisme saisissant. Il est ainsi évident que le peintre a vu cet animal et est parvenu à le figurer avec beaucoup de naturel (Figure XXII). De même, la nacelle qui transporte le patriarche reproduit fidèlement le mode de transport des caravanes dans la région.

Fig. 22 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 57, Jacob se rendant en Égypte. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 22 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 57, Jacob se rendant en Égypte. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

39L’environnement de Terre sainte transparaît également dans le soin apporté aux décors architecturaux qui différencient trois types d’édifices: les monuments occidentaux dont la structure reflète les héritages de l’Antiquité classique avec un fronton triangulaire et un toit pentu, et les architectures orientales de deux types. Les miniatures de la Genèse développent ainsi des bâtiments au toit en forme de dôme repris notamment aux églises de Terre sainte. Nous en avons montré un exemple avec le Temple de Jérusalem figuré sur la miniature d’Alexandre le Grand devant le grand prêtre (Figure XIX). La seconde architecture orientalisante concerne des édifices aux murs de terre ocre et au toit en terrasse représentant fidèlement l’habitat levantin. Plusieurs exemples de ces édifices apparaissent dans le manuscrit pour les maisons des patriarches comme celle d’Abraham, reprenant également les voilages en lieu et place des portes, ici un rideau écarté par Sarah pour entendre la conversation entre Abraham et les trois anges invités à sa table.

Fig. 23 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 21v, Hospitalité d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 23 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 21v, Hospitalité d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

40Une miniature du cycle de l’Histoire Ancienne de Dijon cristallise la volonté de l’enlumineur et du demandeur de souligner leur culture levantine. Il s’agit de l’image du dieu romain Janus au folio 204v. La statue du dieu aux deux visages est perchée sur une colonne, sous une niche ou une arche située entre deux parties du temple. Ce dernier détail révèle un détournement de la légende pour y incorporer un message contemporain de la conception du manuscrit. Les deux portes du mythe ne sont plus situées dans un seul et même édifice mais dans deux séparés: l’un au toit en dôme, le second au toit pentu à l’occidentale. La miniature réunit donc une double architecture, ce qu’aucune autre image des trois copies levantines du texte n’a développé. Les visages du dieu regardent de part et d’autre, vers chacun des temples, l’un vers la partie orientale, le second vers la partie occidentale. Cette image du manuscrit est sans aucun doute celle affirmant avec le plus de force la double culture des Francs de Terre sainte et peut, par conséquent, être interprétée comme une allégorie révélant leur position, originaires d’Occident et installés en Orient, entre deux civilisations qu’ils réunissent pour un projet artistique.

Fig. 24 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 204v, Le Temple de Janus. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.

Fig. 24 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 204v, Le Temple de Janus. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
  • 28 Enlart 1925-1928.
  • 29 Deschamps, 1964.

41Le maintien de la tradition croisée, à travers les images de ces manuscrits notamment, développe le sentiment d’une identité sociale collective, celle des nobles francs de Terre sainte. Ils s’inscrivent dans une somptueuse lignée, celle des modèles de l’Ancien Testament qu’ils souhaitent imiter, celle des Troyens à la tête de brillantes civilisations en Orient puis en Occident avec Rome. Grâce à la croisade et à la fondation des États latins d’Orient, le pouvoir légitime des Troyens est revenu à la source, en Orient, en Terre sainte. On observe cette même volonté dans le choix de copier les manuscrits de l’Histoire d’Outremer qui écrivent leur histoire officielle. Comment caractériser cette notion d’identité sociale collective grâce aux manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César? Autrement dit, que pouvons-nous en conclure sur la société des nobles francs de Terre sainte? Comment définir leur culture levantine? Les trois livres dont nous avons développé les caractéristiques dans cette étude ont vu le jour dans une région de rencontre entre les civilisations occidentale, byzantine, chrétiennes orientales et arabo-musulmane, dans un espace au carrefour de ces cultures qui, mises en contact, ont tissé des liens complexes entre assimilation, adaptation et rejet. Dès leur arrivée en Syrie-Palestine à la fin du XIe siècle, les seigneurs venus d’Occident se trouvent directement en contact avec les populations orientales. Ils les rencontrent physiquement, prennent connaissance de leur culture et de leurs traditions. La perception et l’assimilation de ces cultures sont variées si bien qu’il faut distinguer les attitudes individuelles et les attitudes collectives, l’espace privé et l’espace public. À partir d’observations sur les administrations, les institutions et les premiers témoignages de l’architecture, certains historiens et historiens de l’art, comme Camille Enlart28 et Paul Deschamps29, ont d’abord conclu à la définition d’un art croisé comme un art colonial où des artistes originaires d’Occident se sont installés en Orient pour transposer la culture de leur pays d’origine en Syrie-Palestine. Cette définition pourrait sous-entendre une frontière hermétique entre les projets artistiques latins et les motifs orientaux. En réalité, comme les manuscrits de l’Histoire Ancienne nous l’ont montré, les nobles francs de Terre sainte se sont totalement imprégnés de leur environnement oriental, mais aussi de leurs origines, pour fonder et perpétuer la tradition croisée née de l’association de toutes ces influences, de la fusion de différentes traditions si bien que nous pouvons aujourd’hui utiliser le qualificatif de « syncrétique » pour caractériser l’art croisé. Ces Francs se sont accommodés en quelques années au point que d’autres historiens, comme Michel Balard, parlent de phénomènes d’acculturation. Les nobles de Terre sainte ont adopté des habitudes orientales dans leur mode de vie et dans leurs projets artistiques, en signe de prestige social d’abord, par goût mais aussi par nécessité. Une adaptation qui les éloigne de leurs origines au risque parfois d’être critiqués par l’Occident, qui ne peut comprendre cette acculturation sans vivre sur place. Une incompréhension des Occidentaux qui pourrait expliquer ce besoin d’affirmer leur culture en devenant les demandeurs d’un artisanat et d’œuvres locales, réunissant des artistes aux origines diverses. Les manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César de Terre sainte sont les témoignages de cette société cosmopolite. Ils permettent aux Francs de resserrer leurs liens autour d’une histoire commune et d’une tradition artistique. Ils leur permettent aussi de s’affirmer vis-à-vis de l’extérieur, de leurs ennemis mamelouks qui gagnent du terrain avec le sultan Baîbars et ses successeurs, des Mongols qui sont devenus des acteurs majeurs dans cet espace géographique. L’affirmation de leur pouvoir par ces manuscrits intervient également auprès des Latins eux-mêmes, les rois de Jérusalem Conrad et Conradin qui ne sont jamais venus en Orient pour faire reconnaître leur autorité, les régents de Chypre qui s’affirment finalement comme les derniers souverains de la Terre sainte avec le manuscrit de Londres, et auprès des Occidentaux, au loin, qui leur ont apporté un récit qu’ils se sont totalement réappropriés. Les manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César copiés à Saint Jean d’Acre avant la chute de la ville en 1291 sont donc des œuvres complexes, des projets artistiques mais aussi politiques qui légitiment leur présence en Orient par leurs ancêtres tout en leur donnant des modèles de comportement à suivre pour se maintenir sur place. Cette identification à travers les images est telle qu’à la chute des États latins en Orient, le cycle des images transformées en Orient ne survivra pas à son retour en Occident. Les manuscrits sont certes ramenés en France, en Angleterre ou en Flandre mais leurs miniatures ne seront pas copiées, tout simplement parce qu’elles n’ont plus la résonance qu’elles avaient rencontré en Orient et d’autres récits, des récits de voyage comme celui de Marco Polo, sont désormais copiés et mis en images pour montrer les merveilles de l’Orient, et même de l’Extrême-Orient auprès des bibliophiles occidentaux dont la fascination pour ces régions demeure intacte malgré le désintérêt pour la croisade et la perte des territoires latins en Syrie-Palestine.

Haut de page

Bibliographie

Balard 2003 = M. Balard, Croisades et Orient Latin, XIe-XIVe siècle, Paris, 2003.

Balard 2006 = M. Balard, Les Latins en Orient, Xe-XVe siècle, Paris, 2006.

Belting 1974 = H. Belting, Byzantine Art among Greeks and Latins in Southern Italy, dans Dumbarton Oaks Papers, vol. 28, Washington, 1974, pages 1-29.

Belting 1982 = H. Belting (dir.), Il Medio Oriente e l'Occidente nell'arte del XIII secolo, Atti del XXIV Congresso internazionale di storia dell'arte, 10-18 settembre 1979, Bologna, 1982.

Boase 1939 = T. S. R. Boase, The Art of the Latin Kingdom of Jerusalem, dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, Londres, 1939.

Boase 1967 = T. S. R. Boase, Castles and Churches of the Crusading Kingdom, Londres, 1967.

Boase 1971 = T. S. R. Boase, Kingdoms and Strongholds of the Crusaders, Londres, 1971.

Branner 1977 = R. Branner, Manuscript painting in Paris during the reign of Saint Louis, a study of styles, Berkeley, 1977.

Buchthal 1957 = H. Buchthal, Miniature paintings in the Latin Kingdom of Jerusalem, Oxford, 1957.

Cassanelli 2000 = R. Cassanelli (dir.), La Méditerranée des croisades, Paris, 2000.

Cutler 2000 = A. Cutler, Byzantium, Italy and the North, Papers on Cultural Relations, Londres, 2000.

Demus 1998 = O. Demus, Studies in Byzantium, Venice and the West, Londres, 1998.

Deschamps 1934 = P. Deschamps, Le Crac des chevaliers : étude historique et archéologique, Paris, 1934.

Deschamps 1939 = P. Deschamps, La défense du Royaume latin de Jérusalem : étude historique, géographique et monumentale, Paris, 1939.

Deschamps 1964 = P. Deschamps, Terre sainte romane, La-Pierre-qui-Vire, 1964.

De Visser - Van Terwisga 1995 = M. De Visser, Van Terwisga, Histoire ancienne jusqu'à César, Estoires Rogier. Tome I : Assyrie, Thèbes, Le Minotaure, les Amazones, Hercule, Orléans, 1995.

De Visser - Van Terwisga 1999 = M. De Visser, Van Terwisga, Histoire Ancienne jusqu’à César (Estoires Rogier), Tome II, Orléans, 1999.

Vogüé 1860 = M. De Vogüé, Les Églises de la Terre sainte, Paris, 1860.

Ebersolt 1954 = J. Ebersolt, Orient et Occident, Recherches sur les influences byzantines et orientales en France pendant les croisades, Paris, 1954.

Enlart 1925-1928 = C. Enlart, Les monuments des croisés dans le Royaume de Jérusalem : architecture religieuse et civile, Paris, 1925-1928.

Evans 1997 = H. C. Evans, W. Wixom, The glory of Byzantium : art and culture of the Middle Byzantine era, A.D. 843-1261, New York, 1997.

Folda 1976 = J. Folda, Crusader manuscript illumination at Saint Jean d’Acre, 1275-1291, Princeton, 1976.

Folda 1995 = J. Folda, The Art of the crusaders in the Holy Land, 1098-1187, Cambridge, 1995.

Folda 2005 = J. Folda, Crusader art in the Holy Land, from the Third Crusade to the fall of Acre, 1187-1291, New York, 2005.

Folda 2008 = J. Folda, Crusader Art, The Art of the Crusaders in the Holy Land, 1099-1291, Burlington, 2008.

Gehin 2005 = P. Gehin (dir.), Lire le manuscrit médiéval : observer et décrire, Paris, 2005.

Goodich 1996 = M. Goodich, S. Menache, S. Schein, Cross Cultural Convergences in the Crusader Period, Essays presented to Aryeh Grabois on his Sixty-fifth Birthday, New York, 1996.

Grabar 1963 = A. Grabar, Byzance : l’art byzantin du Moyen Âge du VIIIe au XVe siècle, Paris, 1963.

Grabar 1980 = A. Grabar, L’art du Moyen Âge en Occident, Influences byzantines et orientales, Londres, 1980.

Guillou 1994 = A. Guillou, J. Durand (dir.), Byzance et les images, Paris, 1994.

Heck 2005 = C. Heck (dir.), Moyen Âge, Chrétienté et Islam, Paris, 2005.

Hunt 1998 = L.-A. Hunt, Byzantium, Eastern Christendom and Islam : art at the crossroads of the medieval Mediterranean, Londres, 1998.

Kitzinger 1966 = E. Kitzinger, The Byzantine Contribution to Western Art of the Twelfth and Thirteenth Centuries, dans Dumbarton Oaks Papers, vol. 20, Washington, 1966, pages 25-47.

Mahoney 2007 = L. Mahoney, Re-Presenting the Past : The London Histoire Ancienne jusqu’à César, Baltimore, 2007.

Meyer 1885 = P. Meyer, Les premières compilations françaises d’histoire ancienne, dans Romania, XIV, Paris, 1885.

Pavlidès 1989 = C. Pavlidès, L'Histoire Ancienne jusqu'à César (premier rédaction), étude de la tradition manuscrite. Étude et édition partielle de l'histoire romaine, Thèse pour le diplôme d'archiviste-paléographe, Paris, École nationale des chartes, 1989.

Prawer 1975 = J. Prawer, Histoire du Royaume Latin de Jérusalem, Tomes I et II, Paris, 1975.

Raynaud de Lage 1949 = G. Raynaud De Lage, L’Histoire Ancienne jusqu’à César et les Faits des Romains, in Le Moyen Âge, 55, Paris ou Bruxelles, 1949.

Raynaud de Lage 1957 = G. Raynaud de Lage, Les romans antiques dans l'Histoire ancienne jusqu'à César, dans Le Moyen Âge, 63, 1957, p. 267-309.

Rey 1871 = E.-G. Rey, Étude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'île de Chypre, Paris, 1871.

Richard 1993 = J. Richard, Saint Louis : roi d’une France féodale, soutien de la Terre sainte, Paris, 1993.

Richard 1996 = J. Richard, Histoire des Croisades, Paris, 1996.

Università degli Studi di Parma 2007 = Università degli Studi di Parma, Centro di Studi medievali, Medioevo mediterraneo : l’Occidente, Bisancio e l’Islam, Atti del Convegno internazionale di Studi, Parma, 21-25 Settembre 2004, Milan, 2007.

Weiss 1993 = D. H. Weiss, The pictorial language of the Arsenal Old Testament : Gothic and Byzantine contributions and the meaning of crusader art (Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, MS. 5211), Baltimore, 1993.

Weiss 1998 = D. H. Weiss Art and crusade in the age of saint Louis, New York, 1998.

Weiss 2004 = D. H. Weiss, L. Mahoney, France and the Holy land, Frankish culture at the end of the Crusades, Baltimore, 2004.

Weitzmann 1966 = K. Weitzmann, Icon painting in the Crusader Kingdom, dans Dumbarton Oaks Papers, vol. 20, Washington, 1966, pages 49-83.

Weitzmann 1982 = K. Weitzmann, Art in the Medieval West and its Contacts with Byzantium, Londres, 1982.

Haut de page

Annexe

Les manuscrits enluminés en Terre sainte

Première période de production : Manuscrits du XIIe siècle réalisés au Saint-Sépulcre de Jérusalem (1100-1187)

Évangile de saint Jean, Paris, BNF, latin 9396, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1130-1140.

Psautier de la reine Mélisende, Londres, British Library, Egerton, 1139, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1131-1143.

Sacramentaire du Saint-Sépulcre, Rome, Biblioteca Angelica, D. 7, 3, Jérusalem, Saint-Sépulcre, vers 1140.

Fragments du sacramentaire du Saint-Sépulcre, Cambridge, Fitzwilliam Museum, McClean 49, Jérusalem, Saint-Sépulcre, vers 1140.

Missel du Saint-Sépulcre, Paris, BNF, latin 12 056, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1140-1149.

Évangiles, Paris, BNF, latin 276, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1150-1160.

Évangiles, Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 5974, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1150-1160.

Deuxième période de production : Manuscrits enluminés entre 1187 et 1250

Fragments de Fribourg, Christ et Zachée / Saints Georges et Théodore, vers 1200, Augustinermuseum.

Missel, Naples, Biblioteca Nazionale VI G 11, Acre, vers 1200.

Psautier de Frédéric II, Florence, Biblioteca Riccardiana, ms. 323, Acre (Saint-Sépulcre de Jérusalem pour Hugo Buchthal), vers 1225.

Bible, San Daniele del Friuli, Biblioteca Guarneriana, ms. III, Antioche (?)

Sacramentaire (Sacramentaire du Saint-Sépulcre selon Hugo Buchthal), Londres, British Library, Egerton 2902, Jérusalem, Saint Sépulcre, 1225-1239.

Pontifical d'Apamée, Londres, British Library, Add. 57 528, Acre (Saint-Sépulcre de Jérusalem pour Hugo Buchthal), vers 1225-1239.

Troisième période de production : Manuscrits enluminés entre 1250 et 1291

Bible de Saint Jean d'Acre, Paris, BNF, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 5211, Acre, 1250-1254.

Missel de Pérouse, Pérouse, Biblioteca Capitolare, ms. 6, Acre, 1250-1275.

Missel, Londres, British Library, Egerton 3153, Acre, 1250-1275.

Extraits de l’Ancien Testament et Psautier, Padoue, Biblioteca Capitolare, ms. C 12, Acre, 1250-1275.

Histoire d'Outremer, Paris, BNF, fr. 2628, Acre, années 1250. Continuation jusqu'en 1264 donc repris dans les années 1270.

Histoire d'Outremer, Paris, BNF, fr. 9086, Acre, 1255-1260, continuation jusqu'en 1232.

Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, Acre, 1260-1270.

Histoire d'Outremer, Rome, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. Lat., 1963, Antioche (sans continuation).

Histoire d'Outremer, Lyon, Bibliothèque municipale, ms. 828, Acre, fin des années 1270.

Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 10 175, Acre, 1275-1280.

Histoire d'Outremer, Paris, BNF, fr. 9085, Acre, 1277-1280, continuation jusqu'en 1232.

Histoire d'Outremer, Saint-Pétersbourg, M. E. Saltykov-Shchedrin State Public Library, fr. fol. v.IV.5, Acre, vers 1280.

Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15 268, Acre, vers 1285.

Manuscrits enluminés par le maître Paris-Acre, 1280-1291

Manuscrits réalisés à Paris:

- New York, Morgan Library, ms. 494

- Paris, Archives nationales, pièce S. 1626

Bible, Paris, BNF, Nouvelles Acquisitions Françaises 1404, Acre, 1280-1281.

De Inventione et la Rhetorica ad Herennium de Cicéron, Chantilly, Musée Condé, ms. 433 (590), Acre, 1282.

Histoire d'Outremer, Paris, BNF, fr. 9084, Acre, 1286, Continuation jusqu'en 1275.

Histoire d'Outremer, Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, ms. 142, Acre, 1287, Continuation jusqu’en 1274.

Faits des Romains, Bruxelles, Bibliothèque Royale de Belgique, ms. 10 212, Acre, 1287-1288.

Livre des Assises de Jean d’Ibelin, Venise, Biblioteca Nazionale Marciana, ms. fr. app. 20, Acre, 1289-1291.

Dessins préparatoires du Credo de Jean de Joinville (1250-1251) peut-être pour une chapelle à Acre, Paris, BNF, latin 11 907 (folios 231 et 232), Acre, 1288-1290

Haut de page

Notes

1 Heck 2005, p. 14-19.

2 Weitzmann 1982.

3 Weitzmann 1966, p. 49-83.

4 Psautier de la reine Mélisende, Londres, British Library, Egerton, 1139, Jérusalem, Saint-Sépulcre, 1131-1143 (https://imagesonline.bl.uk). Le livre semble avoir été créé pour commémorer un événement particulier et mettre en avant un idéal de mixité culturelle personnifié par le couple royal de Foulques d’Anjou et Mélisende de Jérusalem. À l’image de la composition des manuscrits parisiens, anglais ou du nord de la France, le Psautier de Mélisende se compose principalement des psaumes attribués traditionnellement au roi David, mais également d’un calendrier et de litanies. Les recherches menées à son sujet par Hugo Buchthal et Jaroslav Folda émettent l’hypothèse selon laquelle ce psautier au décor somptueux serait un présent du roi Foulques d’Anjou pour son épouse, un cadeau de réconciliation aux environs de l’année 1135 après plusieurs années de mésentente, Foulques ayant écarté Mélisende du gouvernement du royaume. Ce livre est le premier exemple de manuscrit croisé associé à une volonté d’affirmer la culture levantine, une double culture, à travers les enluminures notamment. Cette interprétation repose en grande partie sur l’étude de la composition du psautier et de son cycle d’enluminures : vingt-quatre pages-tapis illustrant des épisodes du Nouveau Testament précédant les psaumes comme dans les compositions occidentales alors que la sélection des scènes représentées semble, elle, influencée par le cycle des fêtes liturgiques byzantines telles qu’on peut les retrouver sur les iconostases; les psaumes sont ensuite illustrés par huit initiales pleine-page sur fond or avec les incipits des divisions liturgiques en lettres d’or sur fond pourpre; des signes du zodiaque présents dans le calendrier; et neufs portraits de saints en pied à la tête des prières de la fin du psautier. Réalisés de face, tous les portraits sont également liés à la tradition byzantine. À côté de ce cycle iconographique complexe, la décoration du manuscrit ne serait pas complète sans ses couvertures en ivoire et la broderie du dos composant la reliure. Les couvertures en ivoire sculpté sont composées de six médaillons dont le luxe rappelle une fois encore la tradition byzantine mais aussi la tradition arabo-musulmane par certains motifs, et notamment la composition géométrique et les entrelacs végétaux.

5 Riccardiana Psalter ou Psautier de Frédéric II, Florence, Biblioteca Riccardiana, ms. 323, Acre (Saint-Sépulcre de Jérusalem pour H. Buchthal), vers 1225 (http://miniature.riccardiana.firenze.sbn.it/). Le psautier peut être daté des environs de 1225, date du mariage de Frédéric II avec l’héritière du trône de Jérusalem, Isabelle de Brienne. Cette datation semble la plus pertinente car, après 1228, il faut rappeler la transposition en Orient de la guerre des Lombards opposant les représentants impériaux aux barons de Terre sainte jusqu’à l’expulsion des premiers en 1243. Il est donc fort peu probable qu’un manuscrit d’un tel luxe soit réalisé pour lui ou son épouse par les chanoines de la cathédrale Sainte-Croix après une croisade et une diplomatie qui l’oppose aux seigneurs et à la hiérarchie ecclésiastique du Royaume latin de Jérusalem. Le programme décoratif du psautier débute avec les psaumes introduits par un frontispice, celui du Beatus Vir comprenant dans les boucles de la lettre B les scènes de l’Annonciation (dans la partie supérieure) et de la Nativité (dans la partie inférieure), et dans la hampe de la lettre le roi David jouant de la Harpe et les prophètes Isaïe et Habacuc portant les rouleaux de leur prophétie annonçant la naissance du Christ. La représentation de la naissance du Christ correspond à la version byzantine de la scène, avec notamment la représentation du premier bain de l’Enfant. Mais plus que la tradition byzantine, ce qui prédomine c’est l’influence de la peinture croisée avec une scène rappelant la mosaïque de la Basilique de la Nativité de Bethléem ou la scène similaire du Psautier de Mélisende. Ce frontispice est la décoration majeure du manuscrit mais, à côté, nous retrouvons des vignettes de taille restreinte, sept miniatures des épisodes de la vie du Christ à chaque division liturgique. Ces sept miniatures ont pour thèmes l’Adoration des Mages (f. 36), la Présentation au Temple (f. 49v), l’entrée du Christ à Jérusalem (f. 62), la Cène et le lavement des pieds (f. 75), l’Anastasis et les saintes femmes au tombeau (f. 90v), l’Ascension (f. 105v), la Pentecôte (f. 121v).

6 Les liens de Frédéric II avec la Terre sainte sont des liens complexes qui ont considérablement détérioré le climat politique des États latins. Après l’échec de la Cinquième Croisade, le roi de Jérusalem, Jean de Brienne, prend la décision de marier sa fille, héritière du royaume, à un seigneur occidental. En voyage à Rome en 1222, il constate alors que l’homme fort de l’Italie est le jeune Frédéric II qui a ceint deux couronnes, celle de Sicile et celle du Saint Empire Romain Germanique. Pour être certain de la participation de Frédéric II à la prochaine croisade, Jean de Brienne lui propose d’épouser sa fille, Isabelle de Brienne. Le mariage est célébré à Brindisi en 1225 et Frédéric II en profite pour proclamer son autorité sur le Royaume latin de Jérusalem au nom de son épouse. Son engagement pour la croisade tarde à venir (d’où son excommunication en 1227) et Isabelle meurt en couches en mai 1228 sans jamais être retournée en Terre sainte. Ce n’est qu’après cet événement que Frédéric II décide de partir pour le Royaume latin, pour affirmer l’autorité de son fils, Conrad, roi de Jérusalem en titre. À Chypre et à Acre, Frédéric II s’oppose aux seigneurs de Terre sainte, la famille Ibelin en tête, et les ordres militaires refusent l’autorité d’un empereur excommunié. À l’inverse d’autres croisés comme Richard Cœur de Lion ou Jean de Brienne qui ont mené une politique offensive, Frédéric II préfère la diplomatie, la négociation avec les chefs musulmans. Et il réussit là où les premiers avaient échoué puisqu’en février 1229 il conclut le traité de Jaffa avec le sultan d’Égypte qui redonne aux Francs les lieux saints de Jérusalem, Bethléem et Nazareth. Ce qui lui permet de se rendre au Saint-Sépulcre, avant de repartir définitivement en Occident, laissant sur place ses représentants qui s’opposeront aux seigneurs francs jusqu’en 1243, date de l’expulsion définitive des représentants impériaux.

7 Le royaume est toujours officiellement sous la domination d’un roi en titre, Conrad, fils de Frédéric II et d’Isabelle de Brienne, sous la régence du roi de Chypre, Henri Ier de Lusignan, en l’absence du roi. En pratique, depuis l’expulsion des représentants impériaux en 1243, le Royaume d’Acre, est livré aux intérêts particuliers des barons menés par la famille Ibelin. Ces seigneurs choisissent même un bailli parmi eux pour les diriger.

8 Bible de Saint Jean d'Acre, Paris, BNF, Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 5211, Acre, 1250-1254 (http://images.bnf.fr/jsp/index.jsp). L’artiste répond ici à une commande personnelle voulant relier les influences d’Orient et d’Occident tout en montrant l’environnement levantin: dans les représentations d’animaux (les dromadaires du frontispice du Livre de Job au folio 269), dans la représentation des Orientaux, les vêtements qu’ils portent quotidiennement ainsi que leurs attitudes (c’est le cas du garçon assis en tailleur sur le frontispice du Livre de l’Ecclésiaste au folio 337). C’est donc un artiste très qualifié qui travaille sur ce manuscrit et réinterprète ses sources. En considérant la qualité de l’artiste et le luxe de la décoration, le manuscrit est une commande royale. Or, la seule personnalité royale présente et ayant les moyens de financer un tel projet au milieu du XIIIe siècle n’est autre que Louis IX. Le livre aurait été copié sur ses instructions à Saint Jean d’Acre, pendant son séjour en Orient entre 1250 et 1254 et le roi l’aurait ramené en souvenir de son périple oriental. Le lien avec le roi de France se confirme avec le cycle de miniatures et le choix de mettre en avant certains motifs, et notamment les personnages royaux. Le roi Salomon en est sans doute le meilleur exemple. Il est le personnage mis en valeur sur les trois frontispices qui ne représentent qu’une seule scène: les deux frontispices des Livres des Proverbes (folios 307 et 332v.) et le frontispice du Livre de l’Ecclésiaste (folio 337). Et dans les médaillons des frontispices des Livres des Rois, les illustrations consacrées à l’histoire de Saül, David et Salomon permettent le développement du motif du roi en trône, couronné, à la manière du rituel de couronnement français préféré à la scène de l’onction représentée dans la tradition byzantine. Cette mise en valeur des personnages royaux est là encore un indice permettant de relier le manuscrit au roi de France.

9 Weiss 1993.

10 L’Histoire d’Outremer est le premier de ces récits historiques, créé en Terre sainte par un ecclésiastique, Guillaume de Tyr, né à Jérusalem vers 1130, éduqué dans les écoles d’Occident avant de regagner le Royaume latin de Jérusalem pour y occuper de hautes fonctions. Il devient ainsi archidiacre de Tyr en 1167, puis archevêque en 1175. Ce « Poulain », né en Orient de parents qui ont décidé de rester en Terre sainte, écrit une chronique en latin intitulée HistoriaRerum in Partibus Transmarinis Gestarum qui raconte l’histoire de la conquête et de la formation des États latins jusqu’en 1184. Son récit constitue donc l’une des sources les plus importantes pour l’histoire des Francs en Orient. Mais c’est en français que l’ouvrage se répand finalement avec succès. La chronique est en effet traduite dès les années 1220-1223 et c’est seulement à partir de là qu’elle prend le titre d’Histoired’Outremer. Et pour poursuivre cette histoire dans les manuscrits du XIIIe siècle, le récit d’origine fait l’objet d’un certain nombre de continuations en français également qui, élaborées en plusieurs étapes, développent les événements jusqu’en 1277. Certaines de ces continuations, comme la Chronique d’Ernoul allant de 1184 à 1197, ont vu le jour en Terre sainte. Ce sont donc des auteurs originaires des États latins qui écrivent leur propre histoire, avec leur cycle iconographique. Car le programme d’illustrations de l’Histoire d’Outremer est sans doute aussi originaire de Terre sainte, accompagnant le premier récit en latin, puis la traduction en français à laquelle s’ajoutent des continuations. La chronique se divise en livres comme des chapitres racontant les événements. Chaque livre est introduit par une miniature, des initiales historiées pour les manuscrits les plus anciens (de 1250 à 1270), des panneaux peints par la suite. Ce cycle iconographique créé en Orient met en avant certains événements par des miniatures communes à tous les manuscrits, exceptés ceux qui n’ont aucune illustration. À côté de ce socle commun, certains enlumineurs ont développé d’autres épisodes, à la demande des commanditaires ou suivant leur propre inspiration, faisant de chaque livre une copie unique. Ces illustrations mettent en avant des événements presque contemporains du temps de leur écriture. Les miniatures sont ainsi l’occasion pour les artistes et les commanditaires d’affirmer visuellement leur histoire, leur tradition et leur culture levantine multiculturelle, un objectif que nous retrouvons dans le second récit copié en Terre sainte, l’Histoire Ancienne jusqu’à César.

11 Histoire Ancienne jusqu’à César, Paris, BNF, fr. 20125. Ce manuscrit a conservé le prologue en vers du récit originel mentionnant les objectifs de l’auteur, les périodes de l’histoire sur lesquelles il souhaitait s’attarder et enfin le destinataire de l’œuvre, Roger, châtelain de Lille.

12 Meyer 1885.

13 Orose est un historien du Ve siècle qui prit part au synode de Jérusalem contre Pélage en 415. À la demande de saint Augustin, il a aussi rédigé ses Histoires contre les Païens pour trouver les arguments historiques à l’encontre des Goths qui ont pillé Rome en 410.

14 Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, Saint Jean d’Acre, 1260-1270.

15 Gehin 2005. Voir le chapitre consacré à la Décoration dirigé par Patricia Stirnemann, p. 129.

16 Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, Saint Jean d’Acre, 1270-1280.

17 Buchthal 1957, p. 68-86.

18 Folda 2005.

19 Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, Saint Jean d’Acre, 1285-1286.

20 Kitzinger 1966, p. 25-47.

21 Weitzmann 1966.

22 Psautier de saint Louis, Paris, BNF, latin 10525, Paris, vers 1270, Sacrifice d’Abraham, f. 10 (http://mandragore.bnf.fr/html/accueil.html).

23 Mahoney 2007.

24 Triomphe de Marius: Dijon folio 249, Bruxelles folio 304v, Londres folio 292.

25 Triomphe de Pompée: Dijon folio 270, Bruxelles folio 328.

26 Elles sont présentes dans six miniatures de l’ouvrage de Dijon, quatre dans celui de Bruxelles, et à nouveau six dans celui de Londres, alors qu’elles seront presque absentes des copies occidentales du texte après la chute de Saint Jean d’Acre.

27 Une rubrique est ainsi présente dans les trois copies: Coment Friga frere Eneas fu la premiere semence des Francois (Dijon, f. 108; Bruxelles, f. 144; Londres, f. 129).

28 Enlart 1925-1928.

29 Deschamps, 1964.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 62, Le roi Ninus en trône (Photographie de l'auteur)
Titre Fig. 2 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 20, Commencement du Monde. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 3 - Histoire Ancienne jusqu’à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 3v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 4 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 22v, Histoire de Caïn et Abel. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 5 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 86v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 6 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 117v, Premier combat des Amazones. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 7 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 67v, Œdipe affrontant le Sphinx de Thèbes. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 8 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 7v, Arche de Noé. Source: British Library, Londres.
Titre Fig. 9 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 26, Sacrifice d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 10 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268,f. 16, le roi Ninus en trône. Source: British Library, Londres.
Titre Fig. 11 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 1v, Création du Monde. Source: British Library, Londres.
Titre Fig. 12 - Plaques décoratives en ivoire destinées à un trône de l’époque fatimide (Le Caire, XIe siècle), Musée du Louvre, Département des Arts de l’Islam, OA 6265/1, OA 6265/2, OA 6266. Source: Musée du Louvre, ATLAS, Base de données des œuvres exposées.
Titre Fig. 13 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 181, Judith devant Holopherne. Source: British Library, Londres.
Titre Fig. 14 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 84, Jacob sur son lit de mort. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 15 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 60v, Transport du corps de Jacob à Hébron. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 16 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 51, Triomphe de Joseph. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 17 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 172, Construction de Rome. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 18 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 171v, Alexandre assis sur la roue de Fortune. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 19 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 170v, Alexandre s'agenouillant devant le Grand Prêtre de Jérusalem. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 20 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Londres, British Library, Add. 15268, f. 123, La reine Penthésilée et ses Amazones face à Pyrrhus. Source: British Library, Londres.
Titre Fig. 21 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, ms. 10175, f. 130, Achille tuant Hector de sa lance. Source: Bibliothèque Royale Albert Ier, Belgique.
Titre Fig. 22 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 57, Jacob se rendant en Égypte. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 23 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 21v, Hospitalité d'Abraham. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Titre Fig. 24 - Histoire Ancienne jusqu'à César, Dijon, Bibliothèque municipale, ms. 562, f. 204v, Le Temple de Janus. Source: Bibliothèque municipale de Dijon.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Maraszak, « Entre Orient et Occident, les manuscrits enluminés de Terre sainte. L’exemple des manuscrits de l’Histoire Ancienne jusqu’à César, Saint Jean d’Acre, 1260-1291 », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2254 ; DOI : 10.4000/mefrm.2254

Haut de page

Auteur

Émilie Maraszak

Université de Bourgogne, UMR ARTEHIS 6298 - maraszak.emilie@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org