Navigation – Plan du site
Varia

Sur les traces d’Édith Brayer: catalogue des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Vaticane

Marie-Laure Savoye, Anne-Françoise Leurquin-Labie, Jean-Baptiste Lebigue et Maria Careri

Résumés

Les auteurs présentent le projet de catalogage exhaustif des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Vaticane, projet à 10 ans mené par l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes en partenariat avec la Biblioteca Apostolica, l’École française de Rome et l’Université de Chieti-Pescara. Une petite moitié des quelque 400 volumes a été examinée, permettant la mise au jour de nouveaux témoins d’œuvres connues mais aussi la découverte de nouveaux textes. Les apports attendus du point de vue de l’histoire et de la connaissance des textes (tradition manuscrite, datation et localisation des témoins) sont illustrés par des extraits de notices du futur catalogue, Reg. lat. 367, 837 et surtout Reg. lat. 1257. L’analyse de ce dernier volume, un recueil astrologique tout en français, démontre une entreprise collective de mise en recueil, de composition et de correction menée par 4 scribes, tout à fait exceptionnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce compte exact se fonde sur le catalogue minutieux de Stutzmann et Tylus 2007.

1Perdus parmi les quelque 70000 manuscrits des fonds de la Biblioteca Apostolica Vaticana, environ 400 volumes contenant des textes médiévaux français ou occitans semblent faire petite figure. Ils constituent pourtant en importance le troisième fonds de manuscrits français hors de l’Hexagone après la British Library de Londres (ca 800) et la Bibliothèque Royale de Bruxelles (ca 600), et avant les bibliothèques d’Oxford (ca 350), Cambridge (ca 250), Vienne (ca 130) et Berlin (1171). Les trois publications du début du xxe s. réputées décrire ce corpus ne couvrent en réalité que les deux tiers de cet ensemble, et dès 1946-1948, Édith Brayer prenait conscience que de nombreux textes restaient à découvrir ou à redécouvrir, tant les identifications pouvaient en être perfectionnées.

2Ce n’est pourtant qu’en 2011 que le projet de catalogage exhaustif des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Vaticane fut officiellement lancé, grâce à la collaboration de la Biblioteca Apostolica, de l’École Française de Rome, de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes et de l’Université de Chieti-Pescara. En février 2013, après dix-huit mois d’enquête, une table ronde méthodologique se tenait à Rome, faisant dialoguer catalogueurs expérimentés, conservateurs, philologues, futurs utilisateurs et concepteurs du présent catalogue.

3Les pages qui suivent se veulent un point d’étape, un programme prévisionnel et le compte rendu de la rencontre de février 2013. Elles se veulent surtout et en premier lieu un hommage à une grande dame de la philologie romane, Édith Brayer.

In memoriam…2

  • 2 Le texte qui suit est la première partie de l’hommage prononcé à l’occasion de la journée d’étude.

4Édith Brayer fut la fondatrice de la section romane à l’IRHT. C’était une petite dame un peu ronde, très souriante, aux cheveux courts et frisés. À tout âge, en toute saison, elle portait toujours dans ses chaussures des socquettes blanches qui lui donnaient un petit air de girl-scout. Nulle irrévérence dans ce portrait. Chez tous ceux qui l’ont connue et appréciée, dans le cadre familial comme dans le monde de la recherche, la première image que son nom suscite est celle-ci: des petites chaussettes blanches et un bon sourire.

5Un bon sourire qui reflétait son principal trait de caractère: une gentillesse pleine d’attention aux autres, jamais méprisante pour leurs ignorances.

6Durant toute sa vie professionnelle, elle s’est mise au service: au service de l’IRHT et de la communauté scientifique, au service des recherches des autres. Elle considérait que les découvertes faites au cours de son travail, notamment dans le dépouillement et l’analyse des manuscrits, étaient propriété de l’IRHT. Jamais d’ailleurs elle ne disait « j’ai trouvé », mais « nous avons » ou « l’IRHT a ». Aussi a-t-elle rangé dans les armoires de la section romane une documentation qui contient des pépites (découvertes de textes et de manuscrits, identifications nouvelles) sans jamais mettre en avant ses découvertes, sans jamais en réclamer pour elle la gloire, sans même le plus souvent y porter son nom.

7Mais cette modestie cachait une grande dame et un grand savant.

  • 3 Brayer et Leurquin 2008.

8Née en décembre 1913, Édith Brayer est formée aux langues romanes par Clovis Brunel et Mario Roques à l’École des Chartes. Elle en sort major en 1940, avec une thèse sur La « Somme le Roi » de frère Laurent3. L’École française de Rome l’attend mais l’actualité troublée en décide autrement; ce n’est qu’en 1946 qu’elle séjournera à Rome. Entre temps, Jeanne Vielliard, directrice du jeune Institut de Recherche et d’Histoire des Textes depuis la mort au combat de son fondateur Félix Grat, avait confié à cette jeune femme tout juste diplômée la création de la section consacrée aux textes en langues d’oc et d’oïl. Aussi, en novembre 1940, au moment où le laboratoire se réimplante à Paris après quelques mois de repli à Laval, Édith Brayer entreprend de créer ex nihilo la documentation de la section romane, fichiers et notices de manuscrits. C’est à cette tâche qu’elle a consacré les quelque 25 ans qu’elle a passés à la tête de la section jusqu’en 1964, date à laquelle Jean Glénisson, devenant directeur de l’IRHT, lui demande d’être son adjointe.

  • 4 Entretien du 27 juin 1986 avec É. Pradoura (http://www.histcnrs.fr/archives-orales/glenisson.html, (...)

9Dans un entretien en 1986, ce dernier décrivait ainsi le travail de l’IRHT: « Mademoiselle Vielliard, ce que je me suis efforcé de continuer, avait mis l’Institut à la disposition de ce qu’on appelle maintenant la communauté scientifique, sans aucune réserve. Ce qui signifiait qu’on faisait des recherches pour les autres, mais avec une abnégation telle que le rôle de notre personnel n’apparaissait jamais »4.

  • 5 J. Maillard, CR de Frank 1953 in Revue de musicologie, 42, 1958, p. 228-230.

10Édith Brayer était de cette veine-là. Service du bien commun, générosité et modestie sont les maîtres-mots de sa carrière. Elle a offert aux chercheurs les découvertes qu’elle n’exploitait pas elle-même; elle a largement prêté et même donné des copies de sa thèse inédite à ceux qui souhaitaient utiliser le texte de frère Laurent. Sans cesse, elle a orienté les débuts des plus jeunes: si certains, aujourd’hui professeurs d’Université proches de la retraite, évoquent avec émotion sa gentillesse devant leur timidité, sa connaissance des textes et sa pédagogie, d’autres sans doute n’ont jamais réalisé la chance exceptionnelle de cette rencontre. Sans cesse, dans des conversations ou aux détours d’un courrier, elle a mis son immense savoir au service des chercheurs qui venaient à l’IRHT. Et bien des publications qui ne citent son nom qu’en note doivent beaucoup à ses compétences. Jean Maillard affirmait que la seconde partie du Répertoire métrique de Frank n’aurait pu, sans elle, voir le jour après la mort de son auteur5.

11Si elle a enrichi les recherches des autres, ce fut malheureusement au détriment de ses propres publications. Ainsi de la Somme le roi, dont elle avait donné l’édition pour sa thèse d’École des Chartes: l’embauche à l’IRHT qui l’attend à la sortie de l’École ne lui laisse pas le temps nécessaire à la révision de son texte pour la publication; la Somme le roi devait rester en suspens jusqu’à sa retraite et ne parut qu’en 2008, un an avant sa mort. Durant ses années de vie professionnelle, elle n’avait publié sur ce sujet qu’un long article dans la Romania en 1956, sur les rapports entre Miroir du monde et Somme le roi et sur les différentes familles du texte.

12Édith Brayer était une grande savante et une chercheuse remarquable, mais discrète. Sa production, monumentale, est restée dans l’ombre.

13Pour augmenter la documentation mise par la section romane à la disposition des lecteurs, elle a multiplié les missions d’étude systématique de fonds manuscrits. Ses qualités scientifiques – acuité du regard, connaissance des textes et sens de l’analyse – font merveille pour la mise à jour et l’identification des textes. Ses seules initiales au dos d’un dossier dactylographié en garantissent la fiabilité.

  • 6 Davies 1921.
  • 7 Voir Manuscrits de la National Library of Wales contenant du français, http://romane.hypotheses.org (...)

14À Aberystwyth au Pays de Galles, lors d’une mission en 1957, elle analyse les manuscrits non décrits dans le catalogue de 19216, manuscrits pour lesquels la bibliothèque ne possède qu’une liste d’inventaire. Elle met à jour des textes secondaires non repérés, identifie une par une les pièces des recueils pieux ou poétiques et des chroniques, décrypte des noms de possesseurs, et donne pour chacun des volumes une description codicologique détaillée7.

  • 8 Brayer 2003.

15À la Bibliothèque Royale et au Musée Meermanno-Westreenianum de la Haye, elle étudie l’ensemble du fonds français avec tant d’exactitude et de compétence que les conservateurs de la bibliothèque, des décennies plus tard, lorsqu’ils voulurent publier un catalogue du fonds, ont estimé que le travail ne pouvait être amélioré et ont publié in extenso ses notices8.

  • 9 Brayer 1965.
  • 10 Brayer 1960.

16De façon plus sélective, elle explore aussi les fonds de bibliothèques françaises. Outre les dossiers conservés dans les armoires de l’IRHT, quelques notices publiées sont de véritables trésors de recherche et de science. Ainsi, sa « Notice du manuscrit 574 de la Bibliothèque municipale de Cambrai »9 cache la première étude du sermonnaire Scientes et de la compilation protéiforme nommée le Miroir des curés. Ou encore, son article intitulé « Recherches sur quelques manuscrits en ancien français provenant du couvent des Célestins de Metz »10 présente l’identification non pas de « quelques » manuscrits mais bien de tous les volumes rescapés de l’incendie de la forteresse qui les abritait durant la dernière guerre. Sa compétence en effet englobait aussi bien l’histoire des bibliothèques que l’histoire des textes.

17Revenons à Rome.

  • 11 Fawtier 1949, p. 234.

18Major de promotion, Édith Brayer reporte à 1946 son séjour à l’École française de Rome pour cause de guerre. Si elle avait fait ce voyage dès sa sortie de l’École des Chartes, sans doute Édith Brayer l’aurait-elle entièrement consacré à l’édition du Miroir du monde, la source de la Somme le roi. Dans le mémoire que rendent les membres de l’École Française à l’issue de leur séjour, elle donne d’ailleurs une édition très partielle de ce traité moral, qui lui vaut des éloges appuyés. « Mlle Brayer y témoigne, dit Robert Fawtier, des qualités de philologue experte, qui incitent à l’encourager à parachever l’édition si bien commencée, mais encore incomplète, de ce poème »11.

  • 12 Merlin 1947.

19Mais à l’époque de son arrivée à Rome, elle est devenue depuis 5 ans la directrice de la section romane. Elle a fait siens les principes fondateurs de l’IRHT: donner accès aux chercheurs à l’ensemble de la documentation sur les manuscrits médiévaux, reproductions, identifications, descriptions et bibliographie. En 1946, d’une certaine façon, en tant que chercheur, elle ne s’appartient plus: elle appartient à la mission pour laquelle elle a été recrutée. Le projet qu’elle met en œuvre en est témoin: elle entreprend de dresser « l’inventaire de tous les manuscrits en français et en provençal qui existent en Italie et dépouille méthodiquement, avec beaucoup de diligence, les fonds du Vatican, notamment celui de la reine Christine qui, formé pour une grande partie à Paris par l’achat, en 1600, des collections Paul et Alexandre Pétau, contient un nombre élevé de manuscrits français. Elle a déjà opéré quelques découvertes importantes qu’elle a signalées à nos confrères MM. Mario Roques et Brunel »12.

  • 13 D’autres séjours plus courts suivirent, en 1948, 1950, 1951, et 1957.
  • 14 Zeiller 1948, p. 365.

20Le projet d’inventaire est immense et l’année n’y suffit pas. Édith Brayer fit à Rome d’autres séjours: en 1947, bien qu’encore membre de l’École française, elle ne peut rester à Rome que de janvier à avril, quatre mois qu’elle consacra aux fonds de la Biblioteca Apostolica Vaticana13. Une aide bienvenue lui fut apportée: « Le chartiste de la promotion nouvelle, Jacques Monfrin, comme Mme Raymond Bloch et comme Mlle Brayer, manifeste un intérêt particulier pour les textes littéraires et philosophiques du moyen âge. Il collabore avec Mlle Brayer à l’établissement du catalogue des manuscrits français en Italie. Ayant dépouillé au Vatican le fonds Chigi, il va continuer ses investigations en Italie du Nord, particulièrement à Venise, Bologne et Mantoue... »14

  • 15 Fawtier 1949, p. 234.

21Le mémoire qu’Édith Brayer présente en 1948 consiste en un « inventaire sommaire des anciens manuscrits de langue française conservés dans les bibliothèques italiennes »15. Mais sous l’admiration du rapporteur pour l’ampleur du travail effectué perce un certain désappointement devant une œuvre de catalogage ressentie comme un genre mineur, même si le Rapport reconnaît que « ce second travail est évidemment en rapport direct avec les fonctions qu’exerce Mlle Brayer à l’IRHT ». La réserve de Louis Halphen, relayée par Robert Fawtier, est aussi que le travail de « dépouillement des catalogues, auquel elle s’est livrée, pouvait être très sérieusement avancé sans sortir de Paris ».

22Il y a là un malentendu, entretenu par la modestie d’une chercheuse qui ne prétend livrer qu’un « inventaire sommaire ». Or c’est l’arbre qui cache la forêt. À cette date en effet, Édith Brayer avait déjà rédigé les notices de bon nombre de manuscrits du fonds Vatican latin, et pris des notes abondantes en prévision d’un projet d’une tout autre ampleur. Encouragée par la découverte de cent treize manuscrits nouveaux, elle ambitionnait de publier un volume de supplément aux catalogues d’Ernest Langlois, Karl Christ et Suzanne Vitte. Dans l’ébauche d’introduction de sa main conservée à l’IRHT et rédigée dans les années 50, elle délimitait le corpus, en justifiait les limites et faisait le point sur la documentation existante.

Recensement des textes et manuscrits

  • 16 L’IRHT possède donc un bilan détaillé des dépouillements faits au fil des missions, des inventaires (...)

23Comme presque toute son œuvre, cette documentation était restée inexploitée, rangée dans des boîtes d’archives. Une partie, déposée à l’IRHT, en fut exhumée à la renaissance du projet en 2011. L’autre fut léguée, avec toute sa documentation personnelle, à la section romane par ses héritiers en 201016.

24Sur ce socle, et après dix-huit mois d’approfondissement, nous sommes maintenant en mesure de proposer un inventaire des manuscrits français et occitans médiévaux de la BAV. Outre le critère linguistique, la sélection des manuscrits se fonde sur la date de composition des œuvres qu’ils transmettent: sont retenus tous ceux contenant des textes datables au plus tard jusqu’en 1500, ce qui comprend donc les copies modernes d’ouvrages médiévaux. Figureront évidemment dans le catalogue tous les textes littéraires, historiques et pratiques, à l’exclusion toutefois des documents d’archives. Le sort des manuscrits contenant tout au plus quelques notes marginales ou personnelles dans l’une de ces deux langues reste en suspens, sachant qu’il en sera donné au minimum une liste signalétique. En revanche, ne seront pas écartés les volumes écrits majoritairement en latin, mais contenant des textes en langue vernaculaire constituant des œuvres ou pièces à part entière: le cas se présente fréquemment pour les manuscrits scientifiques (médecine, astronomie) ou les livres d’heures.

25Est présentée ci-dessous, pour chaque fonds concerné, la liste des cotes. Sont pourvus d’un astérisque les volumes non relevés dans les trois catalogues existants qui traitent spécifiquement des manuscrits français, ni dans celui consacré aux manuscrits provençaux, à savoir:

  • Ernest Langlois, Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au XVIe siècle, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, 33/2, Paris, 1889;

  • Karl Christ, Altfranzösischen Handschriften der Palatina, Leipzig, 1916 (Beiheft zum Zentralblatt für Bibliothekswesen, 46), p. 31-123;

  • Suzanne Vitte, Les manuscrits français du fonds Rossi à la Bibliothèque Vaticane, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 47, 1930, p. 92-117;

  • Clovis Brunel, Bibliographie des manuscrits littéraires en ancien provençal, Genève, 1935 (Société de publications romanes et françaises, 13).

26Les dépouillements de Langlois furent complétés par les trois comptes rendus de son ouvrage, parus en 1890, dans le t. 19 de la Romania, respectivement sous la plume de Paul Meyer (p. 309-313), Émile Picot (p. 313-14) et Antoine Thomas (p. 599-608): s’y trouvent d’intéressants compléments, qu’Édith Brayer ne manqua pas de dépouiller. Dressée comme un tableau synthétique, cette liste de cotes n’était pas propre à accueillir toutes les références bibliographiques, éditions de textes, études littéraires ou codicologiques, portant sur l’un ou l’autre des volumes du corpus. Celles-ci figureront bien évidemment dans les notices des manuscrits concernés.

27Enfin, pour connaître l’état catalographique de chaque fonds mentionné ci-après, on se reportera à l’ouvrage bibliographique fondamental dirigé par Francesco d’Aiuto et Paolo Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, Città del Vaticano, 2011 (Studi e testi, 466-467), désormais abrégé Guida 2011.

Barberiniani latini

28Cotes: 12*, 311, 387*, 443*, 487*, 613, 1862, 3503, 3528, 3536*, 3572, 3574, 3589*, 3953, 3965, 3986, 3993, 3994*, 4087.
Guida 2011, p. 344-47.
Langlois 1889, p. 303-10; Brunel 1935, p. 95-96.

Borghesiani

29Cotes: 183*, 200*, 262*.
Guida 2011, p. 354-56.

Chigiani

30Cotes: C.IV.109*, C.IV.112*, C.V.151, E.IV.118, L.IV.106.
Guida 2011, p. 403-09.
Langlois 1889, p. 312; Brunel 1935, p. 96

Ottoboniani latini

31Cotes: 630*, 719*, 858*, 909, 912*, 1155, 1212, 1340*, 1474*, 1501*, 1865*, 1869*, 1900*, 2207*, 2241, 2257, 2258*, 2317*, 2517*, 2523, 2635, 2791, 2794*, 2949*, 2954*, 2962, 3026, 3064*, 3074*, 3081*, 3086*.
Guida 2011, p. 446-55.
Langlois 1889, p. 280-92.

Palatini latini

32Cotes: 460*, 538*, 549*, 750*, 925*, 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1973, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, 1995.
Guida 2011, p. 457-69.
Christ 1916, p. 31-108.

Patetta

33Cotes: 132 (74)*.
Guida 2011, p. 481-82.

Reginenses latini

34Cotes: 25*, 26, 27*, 61*, 80*, 85*, 182*, 189*, 205*, 273, 315*, 335, 343, 367, 403, 404*, 473, 489, 499*, 520, 531, 538, 598*, 606, 608, 610, 611, 624, 626*, 660, 668, 687, 688, 689, 697, 700, 719-721, 722, 723, 724, 725, 726, 727, 734, 736*, 737, 738, 744, 749, 750, 752, 753, 754*, 760*, 767, 773, 775, 776, 779, 780, 782*, 789, 791, 808*, 809*, 811, 823, 824, 829, 837, 839, 842*, 843, 853*, 863*, 864, 867, 869, 870*, 871, 884, 889*, 891, 893, 894, 896, 897, 899, 917, 918, 919, 920, 921*, 922, 925, 926*, 927*, 936, 937, 964, 966, 967, 971*, 1005*, 1022, 1055, 1063, 1076*, 1096*, 1141, 1147*, 1157, 1177*, 1180*, 1211, 1212, 1217, 1218*, 1238, 1244, 1247*, 1254, 1255, 1256, 1257*, 1264, 1292*, 1294, 1295*, 1306*, 1320, 1322, 1323, 1326, 1329*, 1330, 1331, 1333, 1334, 1337, 1338, 1341*, 1350, 1360, 1362, 1363, 1364, 1389, 1408, 1419, 1420, 1429*, 1441, 1448, 1451, 1462*, 1468, 1480*, 1488, 1489, 1490, 1492, 1501, 1502, 1505, 1508, 1514, 1517, 1518, 1519, 1520, 1522, 1528*, 1610*, 1616, 1628*, 1629*, 1632, 1659, 1668, 1678, 1682, 1683, 1684, 1686*, 1687, 1689*, 1699, 1709, 1716, 1720, 1725, 1728, 1737*, 1788*, 1806*, 1858, 1896, 1898, 1900, 1911*, 1913*, 1923, 1927, 1933, 1964, 2053, 2055, 2115*.
Guida 2011, p. 502-12.
Langlois 1889, p. 5-247; Brunel 1935, p. 97.

Rossiani

35Cotes: 66, 67, 89, 107, 118, 120, 198, 457.
Guida 2011, p. 515-20.v
Vitte 1930.

Urbinati latini

36Cotes: 11, 375, 376, 381, 603*, 611*, 1411.
Guida 2011, p. 538-53.
Langlois 1889, p. 294-97.

Vaticani ebraici

37Cotes: 107*, 322*.
Guida 2011, p. 573-82.

Vaticani latini

38Cotes: 89*, 94*, 273*, 707*, 812*, 924*, 1005*, 1284*, 1479*, 1616*, 2748, 3127*, 3136*, 3203, 3205, 3206, 3207, 3208, 3209, 3767*, 3768-70*, 3779*, 3780*, 3781*, 3824*, 4749*, 4788, 4789, 4790, 4791, 4792, 4793, 4794, 4795, 4796, 4799*, 4820*, 4852*, 5141*, 5232, 5272, 5334*, 5895, 6300*, 6859*, 7182, 9212*, 9231*, 9443*, 9779*, 10288*, 10293*, 10294*, 10452*, 11521*, 11550*, 11937*, 11953*, 13501*, 14079*, 14584*.
Guida 2011, p. 623-40.
Langlois 1889, p. 250-79; Brunel 1935, p. 93-4.

Constitution des fonds

39Malgré la multiplicité des fonds actuels et l’hétérogénéité plus grande encore des provenances, on peut néanmoins isoler un certain nombre de caractéristiques communes. L’une des principales est que ces fonds gardent la physionomie des collections constituées par des érudits francophiles européens aux xvie et xviie siècles. Le catalogue promet ainsi d’être un excellent terrain d’étude pour la réception de la culture française à l’aube des temps modernes.

  • 17 Dont les collections, d’après une estimation approximative fondée sur le catalogue, comptent respec (...)
  • 18 Gabriel Naudé fut successivement bibliothécaire au service de Mazarin et de la reine Christine de S (...)

40Il est donc opportun de comparer un tel ensemble avec d’autres collections constituées dans le même milieu, par exemple les bibliothèques de l’Arsenal et de la Mazarine à Paris17. Sans entrer dans le détail des textes, une typologie sommaire (voir tableau ci-dessous) fait ressortir nettement la seconde singularité du corpus vatican: une sur-représentation de la littérature historique et pratique par rapport aux écrits relevant de la spiritualité chrétienne. Cette spécificité se montre encore plus prononcée dans le fonds de la Reine, dont la genèse est intimement liée à celle de la bibliothèque du cardinal Mazarin18.

Paris, Bibliothèque de l’Arsenal Paris, Bibliothèque Mazarine BAV, fonds Reg. lat. BAV, tous fonds confondus
Spiritualité chrétienne 44 % 64,2 % 12,7 % 21,8 %
Didactique morale 10,9 % 1,8 % 11,8 % 11,8 %
Littérature encyclopédique 2 % 2,8 % 2,3 % 2,5 %
Trivium, quadrivium, pratique 10,1 % 6,4 % 26,2 % 24,5 %
Histoire 14 % 16,5 % 33 % 22,3 %
Littérature 18,7 % 8,3 % 14 % 17,2 %

Apports d’un nouveau catalogue

41Cette prospection est la base du futur catalogue des manuscrits d’oc et d’oïl de la Bibliothèque Apostolique Vaticane. Plutôt que d’en présenter une notice-type, forcément réductrice et peu représentative de la variété des œuvres et de leurs témoins, il a semblé plus intéressant d’insister sur les apports qu’on en attend du point de vue de l’histoire et de la connaissance des textes. Pour ce faire, on a jugé pertinent de commenter des extraits de notices illustrant quelques-unes des premières trouvailles: avancée sur la place d’une œuvre dans la tradition, caractérisation d’un texte inconnu, révision de la datation et de la localisation de témoins, pistes de recherche sur la constitution et l’histoire des fonds.

Tradition des textes

42Pour les textes déjà connus, voire très connus, un soin particulier sera apporté aux caractéristiques de la copie (spécificités d’exemplaire, place dans la tradition du texte). Le catalogue ne saurait être le lieu de démonstrations exhaustives – et les plus importantes d’entre elles devront être publiées sous d’autres formes préalablement à la parution du volume papier –, mais on veillera à donner au lecteur l’information la plus complète possible. En guise d’exemple, l’extrait suivant donnera une idée de la notice textuelle consacrée à l’un des deux témoins conservés à la BAV du Testament de Jean de Meun (Reg. lat. 367 et Reg. lat. 1492).

Reg. lat. 367 - Testament de Jean de Meun, Vision de Philibert

43Milieu du XIVe s. Paris.
[…]
fol. 1r-38v: Jean de Meun, Testament. Aucun titre initial. Inc. Li Peres et li Filz et li Sains Esperis / Un Dieu en trois personnes aourez et chieris. Titres intermédiaires Ci aprés est devisee la maniere d’amer son prouchain selon Dieu (1v); Ci parle de l’estat de vieillesce et du peril de pechié (4r); De la noblece de l’ame et du travail et de l’eure de la mort (6v); De l’amour que les vis ont a leurs amis trespassez (8v); Ci commence des genz d’Eglise et premierement des prelas (10r); Ci parle des gens de religion et de leur gouvernement (14r); Des cordeliers et jacobins qui suyvent les cours des princes (14v); Comment maistre Jehan de Meun loue l’ordre blanche (18r); De l’estat et des contenances des dames de Paris (22r); De la vertu d’oroison et de la confusion de pechiez (24v); Ci commence a parler de la noblece de conscience (28v); Ci commence la division des .vii. pechiez mortelz (31r). Expl. Et li prie humblement que nous soions escript / Ou saint livre de vie qu’il meismes escrit. Amen. Ci fine le Testament Maistre Jehan de Meun.
Nota. Parmi plus d’une centaine de manuscrits conservant cette œuvre (voir ici-même Reg. lat. 1492), la présente copie se distingue par l’insertion de titres intermédiaires structurant le texte. Rares sont les exemplaires ayant pris ce soin, et parmi eux, on relèvera spécifiquement le manuscrit 387 de la Biblioteca Histórica de l’Université de Valence, qui insère de très nombreux titres intermédiaires, doublés en plusieurs occurrences de miniatures couvrant toute la largeur de la page: on retrouve des titres similaires, quoique moins nombreux, aux mêmes lieux dans le manuscrit Reg. lat. 367 (à l’exception des deux derniers titres du manuscrit vatican, sans correspondance dans l’exemplaire catalan). Cette convergence de structuration se double d’une parenté textuelle imparfaite: les deux manuscrits appartiennent à la même branche de la tradition, mais dans le détail des leçons, c’est avec le manuscrit 132 du Morgan Library and Museum que le manuscrit Reg. lat. 367 partage le plus de variantes.
Édition. Silvia Buzzetti Gallarati, Le Testament maistre Jehan de Meun. Un caso letterario, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989 (édition d’après un unique manuscrit, Genève, Bibl. de Genève, 178)
fol. 39r-44r: Visio Philiberti. Aucun titre initial. Titre: Ci commence la desputoison de l’ame et du corps. Inc. Une grant vision en ce livre est escrite / Jadis fu revelee a Philibert l’ermite […].

  • 19 Inventaire Reg. lat. 2122, n° 1257: « Medica consultatio doctorum medicorum Parisiensium gallice – (...)
  • 20 Voir la synthèse fondamentale de Charmasson 1988 et les notices de J.-P. Boudet dans Translations 2 (...)
  • 21 Les interrogations sont des pronostics portant sur un point particulier (savoir si on obtiendra ou (...)

44Dans ce fonds, pourtant déjà bien exploré, les deux premières années de travaux ont déjà permis des découvertes de textes inconnus dans des proportions insoupçonnées. C’est le cas d’un recueil astrologique rédigé entièrement en français, le Regina latin 1257. On doit à Édith Brayer d’avoir repéré dans les inventaires manuscrits du xviiie siècle du fonds de la Reine ce volume passé inaperçu19, tant de Langlois dans son catalogue que des spécialistes de littérature scientifique vernaculaire20. Le manuscrit s’ouvre, si l’on s’en tient à sa copie primitive, par un apparat astronomique de schémas et de figures commentés (fol. 5r-34v), comme on en rencontre souvent dans les ouvrages analogues à la fin du Moyen Âge. L’originalité du recueil provient de deux traités consécutifs, le premier sur les interrogations, le second sur les élections21. Leur copie est due à une équipe de quatre scribes travaillant simultanément à constituer ces deux compilations d’une centaine de chapitres chacune. Il ne s’agit pas d’une répartition traditionnelle des cahiers entre copistes, mais d’une entreprise collective de mise en recueil, de composition et de correction, les porte-plume se relayant au fil de l’écriture. Le travail commença par la partie centrale du volume (fol. 36r-167r), d’abord distribuée entre deux mains différentes. Une troisième apparaît dès le fol. 75r pour apposer les numéros de chapitres et compléter les tables dressées en tête de chacun des deux traités (fol. 36ra-37va, 127r-128v), sans doute au fur et à mesure de l’avancement de la capitulation définitive; elle prend le relais pour devenir le copiste principal du traité sur les élections à partir du fol. 163r. Le quatrième scribe s’est chargé de tous les schémas, figures et passages présentés sous forme de tables, placés de part et d’autre du bloc initial (fol. 6r-34v, 174v-235v): il fut aidé en cela par la troisième main dont on relève le concours dans les mêmes portions du manuscrit.

  • 22 Les « maisons » correspondent à 12 sections de la voûte céleste, où sont notées les entrées dans ch (...)

45Nombreux sont les indices (changements de mains, découpage des cahiers, réclames erronées, variations thématiques, repentirs dans la capitulation) qui permettent de repérer, à l’intérieur des deux traités constituant le cœur du volume, des entités textuelles, indépendantes à l’origine, mais refondues dans la présente compilation. S’il est possible d’identifier quelques-uns des éléments intégrés dans la composition du recueil (par exemple le Livre des élections d’Albumasar, traduit en français par Arnoul de Quincampoix, fol. 180r-194v), le plus grand nombre était resté inconnu jusqu’à nos jours. On découvre donc entre autres un opuscule de pratique astrologique pour établir une interrogation (fol. 98r-99v); un traité sur l’astrolabe qui ne se confond pas avec l’Usage de l’astrolabe de Jean Fusoris, malgré un incipit identique (fol. 196r-197r); un autre sur les « utilitez de l’astrelabe » (fol. 197r-204r), dans lequel s’intercalent des notes relatives aux 12 maisons (fol. 202r-203r)22; un petit compendium de règles astronomiques (fol. 204v-212v); ou encore un récapitulatif en trois parties sur la nature des signes, celle des planètes et sur les révolutions de l’année (fol. 213r-227v). Aucun texte latin connu ne semble avoir servi de modèle aux exemples qu’on vient de mentionner. Ce manuscrit offre donc une moisson abondante de traités astrologiques, peut-être rédigés directement en français, en tout cas ignorés des recherches menées jusqu’à nos jours sur la littérature scientifique vernaculaire.

Reg. lat. 1257 - Recueil astrologique

  • 23 11e maison.
  • 24 En particulier avec le recueil composé pour Charles V vers 1364-1373 (Oxford, Saint John’s College, (...)

461431. Moitié nord de la France.
[…]
fol. 35v-126r: Traité en cent chapitres sur les interrogations.
Nota. Ce traité astrologique inédit n’est connu que par ce seul manuscrit. Il est le résultat probable d’une compilation d’extraits tirés d’œuvres sur les interrogations (ou questions) astrologiques, soit traduites du latin pour l’occasion, soit provenant d’ouvrages déjà rédigés en français: quelques-unes pourraient être inspirées du Liber introductorius ad judicia stellarum de Guido Bonatti, ou de sa traduction en français (1427) par Nicolas de La Horbe, médecin de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Mais il est impossible d’établir une correspondance dans l’ordre ni dans le nombre des interrogations. Seule une édition du texte permettrait de parvenir à l’identification précise des différentes sources utilisées, lesquelles ne sont jamais désignées explicitement. Le processus de compilation n’en est pas moins sensible, en particulier aux fol. 91v-103v. D’une série d’interrogations, on passe à un opuscule astrologique sur la signification des douze maisons (chap. lv), puis sur la nature des sept planètes en commençant par Saturne (chap. lvi), avant d’évoquer la manière d’établir une interrogation et la durée pendant laquelle le pronostic reste valable (chap. lviii à lxv). Cette dernière section (fol. 98r-103v), dont le début correspond à un nouveau cahier et à un changement de main, fut pourvue dans un premier temps d’une capitulation indépendante (i-ix), ensuite corrigée de manière à s’intégrer à la numérotation continue du traité (lviii-lxv).
Ce traité est composé de:
fol. 35va-37va: Table des chapitres. Titre Cy apres s’ensuiguent les chappitres des questions. Inc. Pour savoir de chose en quoy aulcun at fiance qu’il en serat, premier chappitre. Expl. Pour vengences et pour estre vengié de ses ennemys, c chappitre.
fol. 38r-91r:Recueil d’interrogations. Inc. Pour sçavoir de chose en quoy aulcun a fiance qu’il en sera, premier chappitre. Quant aulcun te demande pour chose en quoy il a fiance ou pour aulcune dignitez qu’il cuide avoir du roy, regarde se ly sires de la 1123 applique au seigneur de l’ascendent. Titres intermédiaires Pour amours, iie chappitre (fol. 38v); […] Quant aulcunes gens sont semo[n]s a mengier et nombrez, pour savoir lesquelx vanront, liiiie chappitre (fol. 90v). Expl. ce segniffie que tous ceulx qu’il sont sommez et nombrez vendront.
Nota. Plusieurs indices confirment que l’ordre et la numérotation des interrogations furent établis après copie du texte sur des cahiers séparés. On note en particulier à la fin d’un cahier que le fol. 82r-v est blanc (sauf la réglure et la réclame), et c’est dans un second temps, et avec une autre encre, que le 1er scribe a énuméré sur le feuillet précédent (fol. 81r-v) les significations du « premier seigneur de la triplicité » selon les maisons.
fol. 91r-94r:Traité sur les douze maisons. Titre. Les signifficacions des maisons, lv chappitre. Inc. La premiere maison, quil est maison angulaire, est la porte du ciel. Titres intermédiaires La signifficacion de la 2[e] maison (fol. 91r); Les signifficacions de la 3e maison (fol. 91v); […] Les signifficacions de la 12[e] maison, laquelle est maison d’ennemis (fol. 94r). Expl. Item elle est signiffierresse de toutes bestes terrestres a quatre piés.
Nota. Cette section comporte 12 chapitres pourvus d’intitulés, le premier étant seul numéroté: elle constitue un ensemble cohérent et son objet rompt la série des « interrogations » qui se sont succédées depuis le fol. 38v. Même si le présent passage a pu s’en inspirer, il ne s’agit pas d’un extrait sur les 12 maisons du Liber introductorius ad judicia stellarum de Guido Bonati, ni de la traduction en français qu’en fit Nicolas de la Horbe en 1427.
fol. 94v-97v:Traité sur la nature des planètes. Titre De la nature de Saturne, lvie chappitre. Inc. Saturnus est planete viéz, tyrans, las, vilipendé, et cause tristesses, melencolies et longues maladies. Titres intermédiaires De la complexion de Jupiter (fol. 95r); De la nature de Mars (fol. 95v); […] De la nature de la lune (fol. 97v). Expl. signiffie en celle annee empechement et turbacion sur le peuple.
Nota. Cette section de 7 chapitres, pourvus d’intitulés, mais dont seul le premier a été numéroté, constitue un ensemble analogue au précédent. Elle n’a pas non plus été recensée parmi les traductions astrologiques en français.
fol. 98r-103v:Traité sur les interrogations. Titre Chapitre pour savoir combien dure la significacion de la question, lviie chappitre (fol. 98r. Capitulation originale avant correction: Premier chappittre). Inc. Dist Ptholomee que la question dure tant comme le soleil met a tourner une fois entour le ciel. Titres intermédiaires Pour congnoistre almubtez de la conjunction et de l’opposicion, lviii chappitre (fol. 98r. Capitulation originale avant correction: iie chapitre); Pour savoir la penssee du querant et si ha pluseur penssees, lix chappitre (fol. 99v. Capitulation originale avant correction: iiie chapittre); Pour savoir la vie d’ung homme par sa question, lxe chappitre (fol. 100r. Capitulation originale avant correction: iiiie chapittre); Pour savoir l’enmeilleurissement du corps et son depnement, lxi chappitre (fol. 101r. Capitulation originale avant correction: ve chapittre) […] Pour savoir se l’on aura tost ou tard le don que l’on pensse demander, lxve chappitre (fol. 103v. Capitulation originale avant correction: ixe chappittre). Expl. et juge selon ce que je t’ai dit, et tu le troveras se Dieu veult.
Nota. Outre le changement de main, deux indices dénoncent le départ d’un nouveau texte au fol. 98r: d’une part la réclame (« Election ») du fol. 97v renvoie non pas au début du feuillet suivant (« Chapitre »), mais au fol. 140r; d’autre part, les neuf premiers chapitres furent pourvu dès l’origine par le scribe d’une numérotation (1 à 9), barrée et corrigée plus tard pour son intégration dans l’ensemble du traité. Ce texte, non recensé par ailleurs, aborde des aspects généraux sur les interrogations qu’on aurait attendu plus tôt. Il est possible qu’il s’agisse de l’introduction à la série d’interrogations qui suit à partir du fol. 103v.
fol. 103v-126r:Recueil d’interrogations. Titre Pour savoir se aucun aura fil ou lignie ou non, lxvi chappitre (fol. 103v). Inc. Une partie des saiges anciens dient que quant l’en te demande pour homme ou femme se il aura filz ou non. Titres intermédiaires Pour savoir se femme est ensainte ou non, lxviie chappitre (fol. 103v); Ce sont les dis sur ceste mathiere de Moysel filz Thomas, lxviii chappitre (fol. 104r); […] Pour vengences et pour estre vangiez de ces enemis, ce chappitre (fol. 126r). Expl. Car se elle applique a fortune, il s’eschappera a soy rachetant pour chastel et se apres fortune il applique a infortune, il se vengeront du malfaiteux senz redempcion aucune.
fol. 126v-227v: Traité en cent douze chapitres sur les élections.
Nota. Comme le précédent, ce traité astrologique inédit n’est connu que par ce seul manuscrit. Le procédé d’accumulation de divers opuscules dans une continuité factice y est plus évident encore, même si toute trace d’origine des textes rassemblés a été gommée. On reconnaît en particulier une reprise partielle du Livre des élections d’Albumasar, traduit en français par Arnoul de Quincampoix (fol. 180r-194v), précédé et suivi de plusieurs ouvrages anonymes et non recensés par ailleurs: sur l’heure inégale des planètes dans l’établissement d’une élection (fol. 161r-162v), sur l’ascendant des villes et cités (fol. 167r-168v), sur l’astrolabe (fol. 196r-197r), sur son usage (fol. 197r-201v et 204r), sur les règles de calcul de la position des astres (fol. 204v-212v), sur la nature des étoiles, celle des planètes et leurs conjonctions avec les signes du zodiaque et sur les révolutions de l’année (fol. 213r-227v).
Ce traité est composé de:
fol. 126v-128r: Table des chapitres. Titre Ci apres s’ensuit la table des elections. Inc. Le premier chappitre des elections est des rieulles et des racines qu’il sont necessaires en ceste raison desquelles l’en ne se peut escuser. Expl. Le cxii, pour savoir le pais que ung chascun des 12 signes contient
fol. 129v-161r:Recueil d’élections. Inc. Le premier chappitre est des rieulles et des racines qu’il sont necessaires en ceste raison desquelles l’en ne se peut escuser. Vuelius dit: Quant tu ne porras excuser la ellection et la lune sera infortunee, met l’infortune seigneur de l’ascendent. Quant tu ne porras, habilite toutes les significations de l’election, abilite tous jourz et adresce le seigneur de l’ascendent.Titres intermédiaires Election des commencement des euures et de leur significacion, iie chappitre (fol. 130r); [] Eslire heure que le roy ou aultre seigneur puisse prendre son ennemy quil est maindre que luy, xliii chappitre (fol. 160v). Expl. et en somme plus est infortunee la lune, pis en vault pour l’ennemys en ce cas.
fol. 161r-162v:Opuscule sur l’heure inégale des planètes. Titre Cy apres s’ensueguent les elections fondees sur l’eure inegale de chascun des planetes et premierement de l’euere [sic] du soloil, xliiiie chappitre (fol. 161r). Inc. Est assavoir que les elections des heures inegales ne sont pas de si grande puissance. Titres intermédiaires L’eure du soloil (fol. 161r); L’eure de Venus (fol. 161v); […] L’eure de mars (fol. 162v). Expl. L’eure de mars en toutes chouses est abhominable et en tous commencemens et fais exceptez en armes ou faire armeures ou boutez feul.
Nota. Le chapitre xliii, qui évoque le problème des heures inégales dans l’établissement d’une élection, se distingue des précédents, qui sont tous consacrés au choix du moment favorable pour entreprendre telle ou telle action particulière. C’est à la fin de ce court opuscule qu’intervient le changement de scribe avec un passage de la 2e à la 3e main.
fol. 163r-166r: Opuscule d’astrologie. Inc. [C’]est assavoir que la partie de fortune de laquelle mencion a estez faicte, l’on tienne en ceste maniere: regarde se c’est de jour ou de nuyt que tu vuelt trouver la partie de fortune. Titres intermédiaires xlv (fol. 163r); xlvie chappitre (fol. 163v); Pour savoir lesquelx jours de l’an sont egaulx (fol. 163v); Pour savoir la diversitez des lignes par l’atazir (fol. 164r); Pour savoir quant ung planete crest de lumiere et de mouvement et quant y monte vers son augis, et quant y est de tardy mouvement (fol. 164v); De la discordance et concordance des planetes (fol. 165r); Pour savoir le moyen mouvement de la lune envers son vray mouvement (fol. 165v); De division et diviseur (fol. 165v). Expl. la differance que reste est le terme que Mercure sera diviseur, en donnant a chascun degrez ung an.
Nota. Copiée par la 3e main à la fin d’un cahier (le fol. 166v est resté blanc, sauf la réglure), probablement dans un second temps, cette section a été imparfaitement intégrée à l’ensemble et paraît former une entité indépendante. Les deux premiers chapitres de cet opuscule sont numérotés, mais dépourvus d’intitulés, qu’on peut néanmoins restituer d’après la table en tête du traité: « Le xlv, pour trouver la partie de fortune » (fol. 127r) – « Le xlvi, pour trouver la partie de substance » (ibid.). Les trois chapitres suivants y sont réunis sous un même numéro: « Le xlvii, pour scavoir les jours egalx, et pour savoir la diversitez des lignes par l’atazir, et pour savoir quant une planete croit de nombre, de lumiere et de movement, et quant il monte vers son augis, et quant il est tardis de movement » (ibid.). Le procédé est le même pour les trois derniers chapitres: « Le xlviiie, a trouver la discordance et concordance des planetes, et pour savoir le moyen movement de la lune envers son vray movement, et la devision et deviseur » (ibid.).
[…]
fol. 180r-195r: [Arnoul de Quinquampoix, Des elections selonc le regars et les conjonctions de la lune as planettes par les 12 signes] (extrait). Titre Pour cognoistre tous les regars que la lune fait avec tous les planetes et les jugemens sur iceulx, lviiie chappitre. Inc. Les 3 regars destre a devant la Lune avec Saturne. Aries: Bons jours pour demander aucunes choses aux princes, parler a roy, acquare bestes (1re table). Titres intermédiaires Tiers regars senestres a darrier la lune avec Saturne (fol. 180r); […] Des elections des jours quant la lune va par les signes sans regars des planetes. lviiie chappitre (fol. 193v); Des elections Saturne, lxe chappitre (fol. 194r); […] Elections de Mercure (fol. 195r). Expl. et toutes ces chouses dessus dictes sont plus feibles es aultres regars de la lune avec Mercure.
Nota. Connue par deux autres manuscrits (Paris, BnF, ms. fr. 613, fol. 145r-146v; BAV, Reg. lat. 1337, fol. 141r-151r), cette traduction du Liber electionum d’Albumasar est privée ici de son introduction. Seules en ont été conservées les tables et une partie du texte.
Nota. Le dernier chapitre, marqué seulement par un numéro (fol. 194r), est pourvu d’un intitulé dans la table: « Le lx, des elections generales des regars de la lune aux planetes sur les signes » (fol. 127v).
Comm. (Bibliographie sélective) A. Thomas, « Arnoul de Quincampoix, médecin et astrologue », Histoire littéraire de la France, 35 (1821), p. 630-632; G. Sarton, Introduction to the History of Science, Baltimore, Williams et Wilkins, t. III-1, 1947-1950, p. 453-454; J.-P. Boudet, « Albumasar, Liber electionum Lune, XIIe s. », dans Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècle), dir. C.Galderisi, Turnhout: Brepols, 2011, n° 453, p. 757-758.
fol. 196r-197r:Traité sur l’astrolabe. Titre S’ensuivent les noms de l’astrelabre [complété par une autre main:] et la maniere d’en user. lxie chappitre. Inc. Les noms de l’astrelabre sont telz: premierement est l’armille, par quoy on pend l’astrelabre pour prendre les haultesses du soleil et des estoilles. Et puis apres est l’ante ou est le trou par ou l’armille est mise. En apres est l’amatre: c’est une rouelle qu’il contient en soy toutes les taubles et par dehors est joint a elle le lumbe divisez en 360 degrez. Expl. en laquelle sont 2 taubletes percees, ou aultrement dictes pameles, pour prendre les haultesses.
Nota. L’incipit correspond avec celui du traité de Jean Fusoris sur le même sujet (Usage de l’astrolabe), mais la suite du texte en diffère nettement. Cet opuscule anonyme n’a pour l’instant pas été recensé ailleurs que dans ce manuscrit. Il se peut qu’il constitue une même entité avec le traité qui le suit immédiatement, comme le suggère le complément apporté par une autre main au titre du chapitre.
fol. 197r-201v, 204r-204v:Traité sur l’usage de l’astrolabe. Titre Cy apres s’ensuivent les utilitez de l’astrelabre. Inc. Et premierement pour trouver le degrez du signe en quoy le soloy est chascun jour comme appert cy apres incontinant, lxxiie chappitre. Quant vous voulez savoir le degrez du signe ou est le soloil, regardez ou dos de l’astrelabre, et mectez la regle sur le jour du mois ouquel vous estes. Titres intermédiaires Pour trouver la haultesse du soloil et des estoilles chascun jour qu’il plaira, lxiiie chappitre (fol. 197v); Pour savoir de jour et de nuit la certainetez de l’eure egale et inegale, lxviiiie chappitre; […] Du nombre des heures egaulx du jour passee, lxxviiie chappitre (fol. 204r). Expl. ainsi trouverez quantes heures egaulx sont entre le midi ou de quel point que vous vouldrez a autre.
Nota. Ce traité anonyme, copié par la 4e main, est interrompu par l’insertion d’un bifeuillet (fol. 202-203), la suite du texte du fol. 201v se trouvant au 204r.
fol. 202r-203r (add. contemporaine de la copie): Notes pour calculer la position des 12 maisons.Inc. Pour savoir comme les 12 maisons se doivent faire par une tauble que sert a tous clemas. Premierement l’on doit mectre les degrez ou le soloy est sur l’eure et grez a quoy l’on vuelt faire lesdictes maisons. Expl. jusques a 12 heures en passant par la ligne de mynuit.
Nota. Cet opuscule, ajouté par la 3e main sur un bifeuillet indépendant, est divisé en deux chapitres, numérotés « lxxv ch. » (fol. 202r) et « lxxvi chappi. » (fol. 202v), mais dépourvus d’intitulés, sauf dans la table générale (fol. 128r): « Le lxxv, pour savoir comme les 12 maisons se doivent faire par une tauble que sert a tous clemas » – « Le lxxvi, pour trouver les 12 heures inegales en ladite table ».
fol. 204v-212v:Traité de règles astronomiques. Prol. Un chappitre d’entree aux rigles qui ensuivent. Vous devez savoir que le cercle des signes est devisé en 2 demis cercles, desquelx li uns est du chief de Capricorne jusques au chief de Cancre. Titres intermédiaires Pour savoir au quel degrez aulcune estoille vient a midi ou a l’orient, lxxixe chappitre (fol. 204v); […] A mesurer ou plain, cvii chappitre (fol. 212v). Expl. et que elle est la proporcion des poins a 12, telle est la composicion de ta stature en la plainte. Explicit.
Nota. Le prologue de ce traité anonyme en 28 chapitres, copié par la 4e main, n’est pas pris en compte dans la capitulation ni la table générales. Il marque clairement le début du texte, dont la conclusion est signalée sans équivoque par le colophon rubriqué « explicit » au fol. 212v.
fol. 213r-227v:Traité de pronostication météo-astrologique. Prol. De la mutacion de l’air. J’ay estudyer beaulcop de volumes des philosophes, desquelles j’ay sceu que toute mutacion de l’air ou changement se fait ou de la nature des planetes, ou de la nature des signes ou estoilles, qu’il sont es signes, ou de la nature des planetes en soy et en les signes et de leur conjunctions et aplicacions. Et pour ce j’ay premierement mis la nature des signes et des estoilles, lesquelles sont es signes; secundement les natures des planetes en soy et es signes, et leur conjunctions et aplicacions; tiercement j’ay mis les regles lesquelles les philosophes en mettent de la mutacions ou changement de l’air. Titres intermédiaires Premierement je mettré donques la nature des signes en soy. cviii chappitre (fol. 213r); […] Chapictre pour savoir les pais que chascun des xii signes tient (fol. 227v). Expl. et il a ce que est entre Romme et la Terre de promission et grande partie de Alixandre et a Angleterre, et a la mer Verde, qui est la mer des Arabes.
Nota. Ce traité anonyme est délimité à la fois par l’explicit rubriqué du précédent texte, par son propre prologue, non pris en compte dans la capitulation ni la table générales, et par le changement de main qui intervient au fol. 213r, au début d’un nouveau cahier. Ses cinq chapitres (cviii-cxii) concluent la partie du manuscrit consacrée aux interrogations (fol. 126v-227v).
Si une telle compilation suppose à portée de main une bibliothèque astrologique fournie, le destinataire du recueil n’était vraisemblablement pas un spécialiste, mais plutôt un amateur éclairé. Aucun des textes rassemblés ici n’exige de capacités techniques hors du commun. Par son contenu, le manuscrit s’apparente à ces recueils « aristocratiques », dont le Reg. lat. 1337 fournit un bon exemple, quoique plus tardif (dernier quart du xve siècle), mais représentatif de la vogue des traités astrologiques en langue vernaculaire parmi les princes et la noblesse depuis le règne de Charles V24. Il n’est pas certain que les copistes aient su dès l’origine à l’intention de qui ils entreprenaient leur ouvrage. En effet, tous les indices de datation et d’identification du destinataire se situent aux extrémités du volume et furent apposés par ceux des quatre principaux scribes à être intervenus secondairement dans la partie centrale du volume (3e et 4e mains):

  • La mention des bons et mauvais ascendants d’un duc de Bourgogne (garde ancienne, collée sur la 2e garde en parchemin moderne de tête, 3e main): « Item prouffitable chouse est a Monseigneur le prince quant a l’ascendant […]. Item ou fait de Monseigneur de Bourgoingne les ascendans bons seront Libra, Cancer, Leo […]. »

    • 25 On désigne par révolution d’une année l’instant où le soleil retourne au même point du zodiaque qu’ (...)
    • 26 Voir ci-après, n. 31.

    Puis, dans un chapitre sur l’établissement des révolutions de l’année (fol. 23r-25v, 3e main)25, l’exemple d’une nativité du 31 juillet 1396, à 10 h du matin, dont on voudrait connaître la révolution en 1431: « comme par exemple je suppouse que une nativitez a estez l’an 1396, le darnier jour de juillet à 10 heures devant midi. Je veulx savoir la revolucion pour l’annee 1431. Il est clerz et certain que depuis la nativitez jusques a l’annee presente 1431 sont 34 ans acomply » (fol. 24r-v). On identifie sans peine cette date de naissance avec celle de Philippe le Bon, duc de Bourgogne26.

    • 27 « On appelle carré astrologique une figure représentant douze triangles combinés de façon à être in (...)
    • 28 Parmi les carrés astrologiques dressés pour 1432, celui dressé pour la révolution de la naissance d (...)

    enfin, une série de carrés astrologiques situés à la fin du manuscrit27, rédigés au présent pour 1431, au passé pour les années antérieures, et au futur pour 1432 (4e main)28: La nativité du Philippe, duc de Bourgoigne, qui fut nes le derrenier jour de juillet l’an m ccciiiixx et xvi a l’eure [sic] de solleil devant midy (fol. 230r) – Revolucion du Philippe duc de Bourgoigne pour l’an m cccc xxxi, qui est le xxxi jour de juillet a iii heures et l minutes apres midy (fol. 230v) – Revolucion du Philippe duc de Bourgoigne pour l’an m cccc xxxii, qui est le xxxe jour de juillet a ix heures et 40 minutes apres midy (fol. 231r) – Revolucion du Doulphin pour l’an m cccc xxxi, qui est le xxie jour de fevrier a iii heures et x minutez apres midy (fol. 232r) – Revolucion du Doulphin pour l’an m cccc xxxii, qui sera le xxie jour de fevrier a ix heures et minutes 0 après midy (fol. 232v) – La figure de la nativité de monseigneur le prince d’Oraingez, qui fut l’an m ccc iiiixx et xiiii, le xxvie jour d’avril a ix heures et xxx minutes devant midy (fol. 233r) – Revolucion de monseigneur le prince d’Orainges pour l’an m cccc xxxi, qui est le xxve jour de avril a xx heures et lii minutes apres midy (fol. 233v) – Revolucion de monseigneur le prince d’Orainges pour l’an m cccc xxxii, qui sera le xxiiiie jour d’avril a ii heures et xlii minutes apres midy (fol. 234r) – Revolucion du roy d’Angleterre pour l’an m cccc xxxi, qui est le vie jour de decembre a iiii heures et xl minutes apres midy (fol. 235r) – Revolucion du roy d’Angleterre pour l’an m cccc xxxii, qui sera le vie jour de decembre a x heures et xxix minutes apres midy (fol. 235v).

  • 29 Ce que suggère l’ajout, peu postérieur à la copie, de notes médicales sur les épidémies de peste (f (...)
  • 30 On est surpris par l’emploi d’un tel titre pour désigner Charles VII, alors que son sacre avait eu (...)
  • 31 On connaît quatre horoscopes de naissance pour Henri VI dans les manuscrits anglais, voir Carey 199 (...)
  • 32 Lebigue 2013, p. 322-323.

47La conjonction de tous ces indices désigne le duc de Bourgogne, Philippe le Bon, comme destinataire du manuscrit, à moins qu’il s’agisse d’un membre de son entourage, peut-être un médecin29. Outre sa date de naissance (31 juillet 1396, à 10 h. du matin) donnée comme exemple pour le calcul d’une révolution en 1431 (mentionnée comme l’année en cours), les carrés astrologiques tracés à la fin du volume reflètent les préoccupations du prince à ce moment précis. Si le bûcher de Jeanne d’Arc est resté dans l’historiographie comme le principal événement de l’an 1431, ce n’est qu’un aspect de la situation politique de l’époque. L’alliance anglo-bourguignonne laisse alors entrevoir les premiers signes de fléchissement depuis sa conclusion au lendemain de l’assassinat de Jean sans Peur (1419). Charles VII, appelé ici le « Doulphin »30, reste le principal adversaire de Philippe le Bon, toujours animé par la vengeance due à son père. Le roi d’Angleterre dont il est question ici est forcément Henri VI31, le fils d’Henri V, roi d’Angleterre et vainqueur d’Azincourt († 31 août 1422), et l’héritier de son grand-père maternel Charles VI († 21 octobre 1422) en vertu du traité de Troyes de 1420. Or c’est le 16 décembre 1431 que l’enfant, tout juste âgé de dix ans, fut sacré roi de France à Notre-Dame de Paris. Parmi les six pairs lais censés soutenir la couronne au-dessus de sa tête, il manquait le premier d’entre eux, le seul à pouvoir officier en son nom propre et non par substitution: le duc de Bourgogne, Philippe le Bon32. Son absence y sonna comme un désaveu de l’alliance anglo-bourguignonne au moment où la situation commençait à se retourner en faveur de Charles VII: elle annonçait sa brouille à venir avec le duc de Bedford et le cardinal d’Angleterre lors de l’entrevue à Saint-Omer en mai 1433, avant consommation de la rupture au traité d’Arras (21 septembre 1435), quand Philippe accepta enfin de se réconcilier avec Charles VII et de le reconnaître comme roi de France.

  • 33 Barbey 1926.
  • 34 Il s’empara alors des fiefs d’Anthon, Colombier, Saint-Romain, etc., situés aux portes du Dauphiné, (...)
  • 35 Les notices biographiques sur Louis II de Chalon-Arlay situent sa naissance autour de 1390.

48Tout aussi représentatifs de l’attentisme bourguignon en 1431, les carrés astrologiques dressés pour le prince d’Orange témoignent des expectatives de la politique ducale. Ce personnage est plus connu sous le nom de Louis II de Chalon-Arlay, héritier par sa mère de la principauté d’Orange et possessionné dans le sud du Comté de Bourgogne33. La déroute de l’armée de Charles VII lors de la journée de Verneuil (17 août 1424) le décida à profiter de la faiblesse du « petit roi de Bourges » pour étendre sa domination territoriale sur la vallée du Rhône au sud de Lyon34. En 1428, le Dauphiné fut dégarni d’une partie de ses troupes, envoyées par le gouverneur Matthieu de Foix au secours d’Orléans, assiégé par les Anglais. Avec l’appui d’Amédée VIII de Savoie et la connivence de Philippe le Bon, le prince d’Orange saisit l’occasion de partir à l’assaut de cette province. Ses conquêtes s’arrêtèrent net quand Matthieu de Foix fut remplacé par Raoul de Gaucourt. Ce dernier, recourant aux services du condottiere castillan Rodrigo de Villa-Andrando, comte de Ribadéo, infligea au prince d’Orange une rude défaite à Anthon (11 juin 1430). En 1431, Louis de Chalon-Arlay n’avait pas encore déposé les armes et tentait de s’emparer de Trévoux en Dombes. Ce n’est qu’en juin 1432 qu’il se résigna à faire la paix avec Charles VII. À l’époque où fut composé ce manuscrit, le prince d’Orange pouvait encore jouer un rôle dans la politique bourguignonne en faisait peser une menace sur le Dauphiné. Les figures du ciel servant à dresser son horoscope avaient donc leur utilité en 1431 pour Philippe le Bon. Toutefois, sa présence entre Charles VII et Henri VI ne laisse pas de surprendre. Le fait de connaître sa date et son heure de naissance, le 26 avril 1394 à 9 h 30 du matin, ce dont le présent manuscrit fournit la seule attestation jamais recensée (fol. 233r)35, suppose que l’auteur ou un des auteurs du volume avait fréquenté l’entourage du prince d’Orange. Il est possible que le manuscrit ait été confectionné en Bourgogne, ce que suggère aussi la scripta (en particulier celle de la 3e main), dont on note quelques traits usuels dans l’est de la France (tauble, taubletes, at, serat, soloil, soloy, outraige, ouvraiges, viaiges, ensueguent, Bourgoingne, reviengnent, tiengnent, etc.), compatibles avec une copie bourguignonne.

  • 36 Voir la mise au point récente de Boudet 2008.

49La courte description relevée par Édith Brayer dans l’inventaire du xviiie siècle (Reg. lat. 2122, n° 2257) ne laissait pas espérer une si riche moisson, qui ne se limite pas à la découverte de textes astrologiques inconnus. Ce recueil vient prendre place dans la série des horoscopes princiers de la fin du Moyen Âge, dont l’importance n’est plus à démontrer pour l’histoire politique, médicale et intellectuelle de ce temps36.

Datation et localisation des témoins

  • 37 Berger 1879, p. 20-21.
  • 38 Le tassement horizontal déjà sensible de l’écriture empêche de remonter loin avant 1300. On pourra (...)
  • 39 On reconnaît dans la décoration peinte du Reg. lat. 739, spécialement dans la miniature et l’initia (...)
  • 40 Langlois 1889, p. 65-66.
  • 41 La copie de cet exemplaire offre de nombreuses analogies formelles avec le ms. français 2464 de la (...)
  • 42 Ce qui distingue le présent manuscrit de ceux datant du dernier quart du xiiie siècle, même proches (...)

50Même s’il n’est pas toujours possible d’apporter le même degré de précision que pour les manuscrits astrologiques, les moyens accrus de visualisation de manuscrits conservés dans le monde entier sont l’occasion de progrès substantiels dans la datation et la localisation des témoins. Ainsi des deux exemplaires du Ménestrel d’Alphonse de Poitiers (Reg. lat. 789 et 839). Élie Berger affirme se fonder, pour dater du xiiie siècle le premier des deux manuscrits, sur l’aspect de l’écriture37: or celle-ci est nettement plus tardive38, ce que corrobore le style de la décoration, caractéristique du début du xive siècle dans le Nord de la France, et tout particulièrement en Picardie39. Par un curieux chassé-croisé, l’autre exemplaire du Ménestrel (Reg. lat. 839), que Langlois avait daté au début du xive siècle40, est sensiblement plus ancien et semble remonter au troisième quart, voire au milieu du siècle précédent, ce qui le place parmi les témoins les plus anciens du texte. Dans l’évolution de l’écriture et du décor filigrané des initiales, on peut le situer dans la moitié nord de la France, légèrement après les manuscrits de la décennie 124041: les hastes des lettres hautes présentent encore des fourches sommitales largement ouvertes, la partie supérieure du a commence à peine à se recourber sur la panse et reste souvent verticale, les filigranes en épingle à cheveux sont encore tracés sans solution de continuité à leur extrémité42.

51L’examen systématique de tous les critères externes d’un témoin devient l’occasion d’infirmer ou, comme ci-après, de corroborer par de nouveaux arguments la datation et la localisation proposées par les philologues et éditeurs de textes:

Reg. lat. 837 - Jean de Mandeville, Voyages

  • 43 Röhl 2004, p. 130-133.

52XVe s., milieu ou 3e quart. Sud-est de la France (Provence ou Languedoc).
[…]
Datation et localisation. Si la langue et la scripta sont fidèles à un modèle issu du nord de la France, l’origine méridionale du manuscrit ne fait néanmoins pas de doute. Susanne Röhl avait déjà repéré que le papier avait des chances de provenir du sud de la France43: le filigrane, figurant une tête de bœuf frisée et sommée d’un croissant entre les cornes, est fréquent en Languedoc au milieu du xve siècle et très proche de Briquet nos 14389 (Lautrec, 1444/1447) et 14393 (Narbonne, 1462). Il en existe néanmoins d’autres exemples assez proches en Suisse et dans le Sud de l’Allemagne dans le troisième quart du xve s. (Piccard, nos 79751-79786). Mais l’origine méridionale du manuscrit est corroborée par l’écriture, qui se rattache nettement au sud de la France, même si l’on manque de témoins précisément localisés auxquels l’apparenter (comparer par exemple avec Lyon, BM, ms. 769: sud de la France, 1456). Plus caractéristique encore, le décor filigrané des initiales à l’encre où le rouge alterne avec un violet moyen: le choix de cette dernière couleur au xve siècle est typique de la Provence et, dans une moindre mesure, du Languedoc, où elle peut être remplacée par le gris. Le répertoire décoratif, en particulier les lignes redoublées traversant verticalement l’initiale et cantonnées, dans le champ de celle-ci, de deux, quatre, voire six petits cercles, se retrouve dans de nombreux exemplaires originaires de la même région (Toulouse, BM, mss 49, 78, 190, 231, etc.).

Histoire des fonds

  • 44 Le calendrier contient de nombreuses fêtes caractéristiques de ce diocèse, telle la dédicace de la (...)
  • 45 Gagnebin 1963; Morello et Salinas 1990. Deux prières en français, ajoutées postérieurement à la cop (...)
  • 46 Pal. lat. 538, fol. 164r: Exaudi, quesumus […] ut me famulam tuam A. benedicas […].
  • 47 Ibid., fol. 3r, 29 mars: Anno Domini mo cccoxi, fuit natus Amedeus primogenitus G[uillelmi] com[iti (...)
  • 48 Ibid., fol. 3v, 22 mai: Obiit Amadeus comes Geben[sis], anno Domini mo cccoviiio.

53Les découvertes de nouveaux textes ou l’amendement de la catalographie antérieure ne constituent pas le seul profit à tirer de l’examen systématique d’un corpus manuscrit. C’est aussi une occasion unique de rassembler des vestiges épars susceptibles d’éclairer l’histoire d’un fonds. La surprise vient de ce que la première piste dessinée par la présente entreprise de catalogage porte sur l’une des collections les mieux explorées de la Bibliothèque Vaticane, à savoir les Palatini latini. Un faisceau d’indices convergents désigne la maison de Savoie comme la provenance commune d’un groupe conséquent de manuscrits. Le constat est facile dans le cas de livres dont le destinataire est connu avec certitude, comme ce livre d’heures à l’usage de Genève (Pal. lat. 538)44, plus célèbre sous son nom d’usage, les Heures d’Agnès de Savoie45. L’identification du destinataire est incontestable. On relève non seulement une oraison rédigée pour une femme prénommée « A. »46, mais deux mentions datées, portées par la main primitive dans le calendrier: l’une pour la naissance d’Amédée (1311), fils aîné d’Agnès et de Guillaume III, comte de Genève47, l’autre pour la mort du père de ce dernier, Amédée II (1308)48.

  • 49 En attendant la découverte éventuelle d’une autre copie du même scribe, on relève une parenté certa (...)
  • 50 On trouvera la liste de ces manuscrits (aujourd’hui retournés à Heidelberg, comme le reste de la se (...)

54Une enquête codicologique attentive permet aussi de situer en Savoie ou en Suisse l’origine du papier qui a servi à la copie de plusieurs manuscrits français appartenant au même fonds (Pal. lat. 1960, 1961, 1966 et 1992). Ce filon prometteur s’enrichit à chaque campagne de catalogage: un exemplaire de l’Horloge de Sapience (Pal. lat. 1973), que son écriture et ses hastes cadelées rapprochent de manuscrits exécutés en Savoie dans le troisième quart du xve siècle49, la présence d’une Chronique des comtes de Savoie (Pal. lat. 925), ou celle d’un Champion des dames de Martin Le Franc (Pal. lat. 1668), peut-être destiné à la cour de Savoie, etc. Encore ténues, ces pistes de recherche convergent néanmoins vers la personne de Marguerite de Savoie (1420-1479), qui épousa en secondes noces le prince-électeur palatin Louis IV (1445). Ce dernier était le fils du fondateur de la bibliothèque palatine, Louis III, qui légua le premier ensemble de livres à partir duquel se constitua la collection fameuse de l’université d’Heidelberg, aujourd’hui en partie conservée par la Vaticane. Si Marguerite convola en troisièmes noces avec Ulrich V de Wurtemberg (1453), elle laissa néanmoins tous ses livres à son fils unique Philippe, qu’elle avait eu de son second mariage. À ce jour, les seuls témoins identifiés de ce legs étaient des livres en langue allemande, qui tous, sauf un, remontent à l’époque de son troisième mariage. Plusieurs sont peints aux armes de Savoie et de Wurtemberg, ce qui n’a pas empêché qu’ils fussent reversés à la bibliothèque Palatine50. Jusqu’aujourd’hui, nul n’avait soupçonné que ce legs contînt des manuscrits provenant des biens patrimoniaux de Marguerite de Savoie: si ces premières intuitions se vérifient, le présent catalogue permettra, nous l’espérons, de reconstituer la partie proprement savoyarde de sa collection.

Conclusion

55Dispensatrice libérale et désintéressée du résultat de ses recherches, Édith Brayer a laissé à la section romane de l’IRHT un héritage riche de promesses. Par le repérage systématique des manuscrits contenant des textes médiévaux français ou occitans à la Bibliothèque Vaticane, elle s’est livrée à un labeur ingrat, mais fécond, dont ses contemporains eux-mêmes n’ont pas toujours su voir le prix. C’est ce legs que la présente entreprise de catalogage se propose de poursuivre, approfondir et faire valoir. Le terme de celle-ci, espéré vers 2020, ne laisse pas trop de temps pour mener pareille tâche. La variété des textes, par exemple pour les ouvrages scientifiques et historiques, réclame le concours d’intervenants spécialisés pour seconder les principaux contributeurs, chargés de décrire, dater et localiser les manuscrits, et de relever précisément les critères servant à l’identification des œuvres qu’ils contiennent. Heureusement, les résultats n’ont pas besoin d’attendre la publication du catalogue définitif sous forme de livre pour être, partiellement du moins, communiqués aux lecteurs. Certains des éléments qui figureront dans les notices sont en effet déjà consultables dans la base de données Jonas (jonas.irht.cnrs.fr), les trouvailles les plus marquantes étant signalées par un billet dans le carnet de recherche Ou grand livraire (romane.hypotheses.org, sous l’onglet « découvertes et trouvailles »). Cette double publication, qu’inspire le désir de susciter sans attendre un regain de recherches sur un fonds exceptionnel et encore insuffisamment exploré, on peut affirmer à coup sûr qu’Édith Brayer n’en aurait pas renié le principe ni l’espoir de contribuer à l’intérêt commun.

Haut de page

Bibliographie

Album 2001 = M. Careri et al., Album de manuscrits français du xiiie siècle. Mise en page et mise en texte, Rome, 2001.

Barbey 1926 = F. Barbey, Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Echallens, Grandson, 1390-1463. Lausanne, 1926 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande, 2e série, t. XIII).

Berger 1879 = É. Berger, Notice sur divers manuscrits de la Bibliothèque Vaticane : Richard le Poitevin, moine de Cluny, historien et poète, Paris, 1879 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 6).

Boudet 1994 = J.-P. Boudet, Lire dans le ciel. La bibliothèque de Simon de Phares, astrologue du xve siècle, Bruxelles, 1994 (Les publications de Scriptorium, 10).

Boudet 1999 = J.-P. Boudet, Le Recueil des plus célèbres astrologues de Simon de Phares, t. ii, Paris, 1999.

Boudet 2008 = J.-P. Boudet, Les horoscopes princiers dans l’occident médiéval (xiie-xve siècle), dans Micrologus. Natura, Scienze et Società Medievali, 16, 2008, p. 373-392.

Boudet - Charmasson 1994 = J.-P. Boudet et T. Charmasson, Une consultation astrologique princière en 1427, dans D. Jacquart (dir.), Comprendre et maîtriser la nature au Moyen Âge. Mélanges d’histoire des sciences offerts à Guy Beaujouan, Genève, 1994, pp. 255-278.

Boudet - Poulle 1999 = J.-P. Boudet et E. Poulle, Les jugements astrologiques sur la naissance de Charles VII, dans F. Autrand, C. Gauvard et J.-M. Moeglin (dir.), Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, Paris, 1999, pp. 169-179.

Brayer 1960 = É. Brayer, Recherches sur quelques manuscrits en ancien français provenant du couvent des Célestins de Metz, dans Bulletin d’information de l’IRHT, 9, 1960, p. 39-51.

Brayer 1965 = É. Brayer, Notice du manuscrit 574 de la Bibliothèque municipale de Cambrai, suivie d’une édition des sermons français de Pierre d’Ailly, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, 43, 1965, p. 145-341.

Brayer 2003 = É. Brayer, Catalogue of French-language medieval manuscripts in the Koninklijke Bibliotheek (Royal Library) and Meermanno-Westreenianum Museum The Hague, 1954-1956, avec une introduction d’A. S. Korteweg, Amsterdam, 2003.

Brayer et Leurquin 2008 = É. Brayer et A.-F. Leurquin, La Somme le Roi par Frère Laurent, Paris, 2008.

Brunel 1935 = C. Brunel, Bibliographie des manuscrits littéraires en ancien provençal, Genève, 1935 (Société de publications romanes et françaises, 13).

Carey 1991 = . M. Carey, Courting Disaster. Astrology at the English Court and University in the Later Middle Ages, Londres, 1991.

Charmasson 1988 = T. Charmasson, L’Astronomie, la Cosmologie, l’Astrologie et les Sciences divinatoires, dans Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, vol. VIII/1, La littérature française aux XIVe et XVe siècles, Heidelberg, 1988, p. 321-335 .

Christ 1916 = K. Christ, Altfranzösischen Handschriften der Palatina, Leipzig, 1916 (Beiheft zum Zentralblatt für Bibliothekswesen, 46), p. 31-123 ;.

Davies 1921 = J. H. Davies, The National Library of Wales. Catalogue of manuscripts, Aberystwyth, 1921.

Fawtier 1949 = R. Fawtier, Rapport sur les travaux de l’École française de Rome pendant l’année 1947-1948 ; lu dans la séance du 29 juillet 1949, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 93, 1949, p. 227-236.

Frank 1953 = I. Frank, Répertoire métrique de la poésie des troubadours, Paris, 1953 (Bibliothèque de l’École des hautes études, sciences historiques et philologiques, 302).

Gagnebin 1963 = B. Gagnebin, Le livre d’heures d’Agnès de Savoie, comtesse de Genève, dans Genava : revue d’histoire de l’art et d’archéologie, nouv. série t. 11, 1963, p. 317-330 .

Gallia 1876 = Gallia christiana, t. iv, Paris, Bruxelles, 1876.

Guida 2011 = F. d’Aiuto, P. Vian, Guida ai fondi manoscritti, numismatici, a stampa della Biblioteca Vaticana, Città del Vaticano, 2011 (Studi e testi, 466-467).

Lähnemann 2002 = H. Lähnemann, Margarethe von Savoyen in ihren literarischen Beziehungen, dans A. Sieber (dir.), Höfische Literatur und Klefikerkultur : Wissen-Bildung-Gesellschaft. xth Triennial Conference der Internationalen Gesselschaft für höfishe Literatur (ICLS) vom 28. bis 3. August 2001 in Tübingen, Berlin, 2002, p. 158-173.

Langlois 1889 = E. Langlois, Notices des manuscrits français et provençaux de Rome antérieurs au xvie siècle, dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, 33/2, Paris, 1889.

Lebigue 2013 = J.-B. Lebigue, L’ordo du sacre d’Henri VI à Notre-Dame de Paris, dans C. Giraud (dir.), Notre-Dame de Paris 1163-2013. Actes du colloque scientifique tenu au Collège des Bernardins à Paris, du 12 au 15 décembre 2012, Turnhout, 2013, p. 319-363.

Merlin 1947 = A. Merlin, Rapport sur les travaux de l’École française de Rome durant l’année 1946 ; lu dans la séance du 20 juin, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 91, 1947, p. 387-398.

Morello - Salinas 1990 = G. Morello, F. Solinas, Les Heures d’Agnès de Savoie, dans A. Paravicini Bagliani (dir.), Les manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, Turin, 1990, p. 85-88.

Pellegrin 1986 = É. Pellegrin, Catalogue des manuscrits de Jean et Pierre Bourdelot, dans Scriptorium, t. 40, 1986, p. 202-238.

Poulle 1969 = E. Poulle, Horoscopes princiers des xive et xve siècles, dans Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1969.

Röhl 2004 = S. Röhl, Der Livre de Mandeville im 14. und 15. Jahrhundert. Untersuchungen zur handschriftlichen Überlieferunt der kontinentalfranzösischen Version, Munich, 2004 (MittelalterStudien, 6).

Samaran - Marichal 1959 = C. Samaran, R. Marichal (dir.), Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, t. I : Musée Condé et bibliothèques parisiennes, Paris, 1959.

Stutzmann - Tylus 2007 = D. Stutzmann, P. Tylus, Les manuscrits médiévaux français et occitans de la Preussische Staatsbibliothek et de la Staatsbibliothek zu Berlin preussischer Kulturbesitz, Wiesbaden, 2007.

Translations 2011 = C. Galderisi (dir.), Translations médiévales : cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge, XIe-XVe siècles, étude et répertoire, Turnhout, 2011.

Vaissière 1910 = P. de Vaissière, Jean Poltrot, seigneur de Méré, meurtrier de M. de Guise (1563), dans Revue des études historiques, Paris, 1910, p. 473-513.

Vitte 1930 = S. Vitte, Les manuscrits français du fonds Rossi à la Bibliothèque Vaticane, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 47, 1930, p. 92-117.

Zeiller 1948 = J. Zeiller, Rapport sur les travaux de l’École française de Rome pendant l’année 1946-1947, lu dans la séance du 27 août 1948, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 92, 1948, p. 355-367.

Haut de page

Notes

1 Ce compte exact se fonde sur le catalogue minutieux de Stutzmann et Tylus 2007.

2 Le texte qui suit est la première partie de l’hommage prononcé à l’occasion de la journée d’étude.

3 Brayer et Leurquin 2008.

4 Entretien du 27 juin 1986 avec É. Pradoura (http://www.histcnrs.fr/archives-orales/glenisson.html, consultation en date du 29 janvier 2014).

5 J. Maillard, CR de Frank 1953 in Revue de musicologie, 42, 1958, p. 228-230.

6 Davies 1921.

7 Voir Manuscrits de la National Library of Wales contenant du français, http://romane.hypotheses.org/187 (consultation en date du 29 janvier 2014).

8 Brayer 2003.

9 Brayer 1965.

10 Brayer 1960.

11 Fawtier 1949, p. 234.

12 Merlin 1947.

13 D’autres séjours plus courts suivirent, en 1948, 1950, 1951, et 1957.

14 Zeiller 1948, p. 365.

15 Fawtier 1949, p. 234.

16 L’IRHT possède donc un bilan détaillé des dépouillements faits au fil des missions, des inventaires par fonds, des notices de relevé et d’identification pour une partie des textes, un brouillon d’introduction au catalogue qu’elle projetait.

17 Dont les collections, d’après une estimation approximative fondée sur le catalogue, comptent respectivement 580 et 110 manuscrits français médiévaux.

18 Gabriel Naudé fut successivement bibliothécaire au service de Mazarin et de la reine Christine de Suède.

19 Inventaire Reg. lat. 2122, n° 1257: « Medica consultatio doctorum medicorum Parisiensium gallice – De astrologia tractatus gallico sermone conscriptus ».

20 Voir la synthèse fondamentale de Charmasson 1988 et les notices de J.-P. Boudet dans Translations 2011.

21 Les interrogations sont des pronostics portant sur un point particulier (savoir si on obtiendra ou non une charge, si un homme parti en voyage reviendra bientôt, s’il est encore vivant, etc.), en se fondant sur l’horoscope de l’instant où la question a été posée. Une élection revient à déterminer le moment le plus propice pour entreprendre telle ou telle action.

22 Les « maisons » correspondent à 12 sections de la voûte céleste, où sont notées les entrées dans chaque signe à un instant donné, les positions des planètes, celles de la tête et de la queue du dragon. Chaque maison a une signification particulière, qui fonde une partie des jugements astrologiques.

23 11e maison.

24 En particulier avec le recueil composé pour Charles V vers 1364-1373 (Oxford, Saint John’s College, 164, sur lequel fut en grande partie copié le Reg. lat. 1337), et auquel il fit ajouter, avant juin 1377, l’horoscope de naissance de ses enfants (fol. 158v-160v).

25 On désigne par révolution d’une année l’instant où le soleil retourne au même point du zodiaque qu’il occupait initialement. La révolution d’une nativité a donc lieu lorsque le soleil revient à la position où il se trouvait à l’instant de la naissance. Le décalage entre l’année tropique et le calendrier julien explique la variation d’heure et de date avec l’anniversaire calendaire.

26 Voir ci-après, n. 31.

27 « On appelle carré astrologique une figure représentant douze triangles combinés de façon à être inscrits dans un carré et dans lesquels sont portées des indications astronomiques; celles-ci résument l’état du ciel, la figura celi, à un moment précis qui peut être celui de la naissance d’un personnage, ou d’un événement particulier de sa vie, ou encore celui d’une circonstance astronomique remarquable: équinoxe, conjonction de deux planètes, éclipse. La date du carré astrologique est normalement indiquée dans le cartouche central de la figure. » Poulle 1969, p. 63. Ces carrés peuvent être accompagnés d’un jugement (résultat de l’interprétation d’un astrologue), ce qui n’est pas le cas ici.

28 Parmi les carrés astrologiques dressés pour 1432, celui dressé pour la révolution de la naissance de Philippe le Bon est rédigé au présent (fol. 231r). Cette exception est la conséquence probable d’une étourderie, puisque la « revolution du doulphin » et celle « du prince d’Oraingez » en 1432, qui la précèdent toutes deux de quelques mois, sont marquées au futur.

29 Ce que suggère l’ajout, peu postérieur à la copie, de notes médicales sur les épidémies de peste (fol. 1v-2r), puis sur la saignée (fol. 2r). Les marques laissées par des possesseurs ultérieurs plaident aussi en faveur de cette dernière hypothèse. Aucun indice en effet ne permet d’affirmer que le volume ait jamais fait partie de la collection ducale. En revanche, grâce aux inscriptions du fol. 1r-v, on peut reconstituer son parcours depuis le début du xvie s. jusqu’à son entrée dans le fonds de la reine Christine. Une mention d’achat datée du 3 juillet 1532 et signée d’un certain « T. de Lecey » nous apprend que ce dernier acheta alors le manuscrit au chapitre de Langres, qui le tenait des biens de « feu maistre Nicolle de Gyé, en son vivant prieur de Saint-Jesmes » (Saint-Geosmes, au sud de Langres, dont Nicole de Gié est attesté comme prieur pour avoir assisté en 1527 au concile provincial de Lyon, voir Gallia 1876, col. 632). Or c’est à la veuve et aux enfants mineurs de « feu Thomas de Lecey », membre non répertorié d’une famille langroise bien connue par ailleurs, que « Loys de Meindreville, doucteur en medecine et medecin de monseigneur le duc de Guyse » acheta le volume. Langrois lui aussi et faisant figure de notable dans sa cité, Louis de Mandreville fut médecin de Marie Stuart jusqu’en 1560. Il entra ensuite au service de l’oncle de cette princesse, François Ier de Lorraine, duc de Guise, à l’agonie duquel il assista après l’attentat du 18 février 1563 (voir Vaissière 1910, p. 491): ce qui permet de situer le moment de l’acquisition entre ces deux dates. Enfin, la mention d’appartenance « Bourdelot » (fol. 1v) témoigne du passage du manuscrit dans la collection de Pierre Bourdelot, médecin de la reine Christine de Suède de 1651 à 1653, et qui céda à cette dernière la bibliothèque qu’il avait héritée de son oncle, le bibliophile Jean Bourdelot († 1638); voir Pellegrin 1986, p. 218.

30 On est surpris par l’emploi d’un tel titre pour désigner Charles VII, alors que son sacre avait eu lieu deux ans auparavant (17 juillet 1429) et qu’il était alors pourvu d’un fils aîné, nominalement dauphin de Viennois (le futur Louis XI, né en 1423). Dans le parti bourguignon, on se serait attendu à le voir qualifié de « soi-disant roi de France » ou appelé « Charles qui se dit roi de France ». Mais la date des révolutions de sa nativité en 1431 et 1432 ne laisse aucun doute sur l’identification du personnage, même si l’heure de sa naissance n’est pas connue avec une absolue précision, voir Boudet et Poulle 1999.

31 On connaît quatre horoscopes de naissance pour Henri VI dans les manuscrits anglais, voir Carey 1991, p. 138-153. Plusieurs dossiers astrologiques rassemblent des séries d’horoscopes sur les nativités et leurs révolutions comprenant à la fois celles de Charles VII, Philippe le Bon et Henri VII: – en 1426-1427, probablement par Roland l’Écrivain (Paris, BnF, ms. latin 7443, fol. 117r-129v), voir Boudet et Charmasson 1994 – en 1437 par Simon de Boesmare (Paris, BnF, ms. latin 7443, fol. 73v-86v), voir Boudet 1994 – après 1473 par Simon Belle (Paris, BnF, nouv. acq. lat. 398, fol. 93r-93v), voir Boudet 1999, p. 91, n° 22, et p. 289, n° 204.

32 Lebigue 2013, p. 322-323.

33 Barbey 1926.

34 Il s’empara alors des fiefs d’Anthon, Colombier, Saint-Romain, etc., situés aux portes du Dauphiné, que Bertrand de Saluces, tué à Verneuil, avait laissés à sa veuve.

35 Les notices biographiques sur Louis II de Chalon-Arlay situent sa naissance autour de 1390.

36 Voir la mise au point récente de Boudet 2008.

37 Berger 1879, p. 20-21.

38 Le tassement horizontal déjà sensible de l’écriture empêche de remonter loin avant 1300. On pourra comparer le présent manuscrit, entre autres avec une Expositio in Apocalypsim de Joachin de Flore datée par son colophon du 24 décembre 1299 (Paris, Bibliothèque de la Sorbonne, ms. 173), voir Samaran et Marichal 1959, p. 363, pl. xxvii.

39 On reconnaît dans la décoration peinte du Reg. lat. 739, spécialement dans la miniature et l’initiale ornée du fol. 1r, la mode du début du xive siècle, notamment dans les manuscrits d’origine picarde. On retrouve en effet les rameaux souples et brefs de la vigneture, les courts fleurons de feuillage filiforme doré entés sur le cadre de la miniature dans un missel à l’usage de Corbie enluminé, sinon dans le monastère même, du moins dans la même région au début du xive siècle (Amiens, BM, ms. 174). Pareillement pour le décor à l’encre, les filigranes des initiales, dont les antennes en épingles sont brisées, commencent à être parsemés de motifs de fleurettes, de points groupés par trois, voire de minuscules fleurs de lys, ce qu’on ne voit guère apparaître avant 1300. En guise de comparaison, voir par exemple le ms. 734 (456) de la Bibliothèque du Château de Chantilly, copié en 1312 dans le nord de la France.

40 Langlois 1889, p. 65-66.

41 La copie de cet exemplaire offre de nombreuses analogies formelles avec le ms. français 2464 de la BnF (Île de France? 2e quart du xiiie siècle), voir Album 2001, no 26, p. 103-105.

42 Ce qui distingue le présent manuscrit de ceux datant du dernier quart du xiiie siècle, même proches par la mise en page (comparer par exemple avec Le Mans, BM, ms. 354, copié dans la décennie 1280, probablement en Picardie), où les fourches à l’extrémité des hastes s’écartent moins de la verticale, les a « se referment » et « l’épingle à cheveux » des filigranes se rompt en deux traits.

43 Röhl 2004, p. 130-133.

44 Le calendrier contient de nombreuses fêtes caractéristiques de ce diocèse, telle la dédicace de la cathédrale Saint-Pierre de Genève (8 octobre, fol. 6r: Dedicatio Sancti Petri Geben[sis]), ce que confirme l’usage également genevois du petit office de la Vierge (fol. 11r-65v) et de l’office des morts (fol. 66r-101v), de même que les saints invoqués dans la litanie (fol. 156r-159v).

45 Gagnebin 1963; Morello et Salinas 1990. Deux prières en français, ajoutées postérieurement à la copie primitive (les Sept joies de la Vierge et un suffrage en l’honneur de Pierre de Luxembourg), justifient la place de ce manuscrit dans le futur catalogue.

46 Pal. lat. 538, fol. 164r: Exaudi, quesumus […] ut me famulam tuam A. benedicas […].

47 Ibid., fol. 3r, 29 mars: Anno Domini mo cccoxi, fuit natus Amedeus primogenitus G[uillelmi] com[itis] Geben[sis]. Il s’agit du futur Amédée III, qui devait succéder à Guillaume III en 1320.

48 Ibid., fol. 3v, 22 mai: Obiit Amadeus comes Geben[sis], anno Domini mo cccoviiio.

49 En attendant la découverte éventuelle d’une autre copie du même scribe, on relève une parenté certaine dans l’écriture entre cette Horloge de Sapience et une Passion de Jésus-Christ exécutée en Savoie vers 1460-1470: Chantilly, Musée Condé, ms. 36 (860).

50 On trouvera la liste de ces manuscrits (aujourd’hui retournés à Heidelberg, comme le reste de la section germanique du fonds palatin) dans l’article de Lähnemann 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Savoye, Anne-Françoise Leurquin-Labie, Jean-Baptiste Lebigue et Maria Careri, « Sur les traces d’Édith Brayer: catalogue des manuscrits français et occitans de la Bibliothèque Vaticane », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 07 août 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2212 ; DOI : 10.4000/mefrm.2212

Haut de page

Auteurs

Marie-Laure Savoye

Institution de rattachement : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS - marie-laure.savoye@irht.cnrs.fr

Anne-Françoise Leurquin-Labie

Institution de rattachement : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS - af.leurquin@irht.cnrs.fr

Jean-Baptiste Lebigue

Institution de rattachement : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, CNRS - lebigue@cnrs-orleans.fr

Maria Careri

Institution de rattachement : Università di Chieti Pescara - m.careri@unich.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org