Navigation – Plan du site
Codicologie et langage de la norme dans les statuts de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles)

Avant-propos : statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles)

Didier Lett

Texte intégral

  • 1 Pour davantage d’informations sur ce programme, voir http://statuts.hypthèses.org.

1Le dossier qui suit, présenté par Paolo Cammarosano et Pierre Chastang, est issu du premier colloque (Rome, juin 2013) organisé dans le cadre du programme de l’École française de Rome (2012-2016) intitulé « Statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) » que je coordonne avec une équipe composée de Etienne Anheim (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Mario Ascheri (Università degli studi di Roma Tre) Philippe Bernardi (CNRS), Paolo Cammarosano (Centro Europeo di Ricerche Medievali di Trieste) Pierre Chastang (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Laurent Feller (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Judicaël Petrowiste (Paris-Diderot-Paris 7), Valérie Theis (Université Paris-Est-Marne-La Vallée)1.

2Ce programme, centré sur deux espaces – L’Italie et le Midi de la France (Toulousain, Languedoc et Provence) – dans un but comparatif, vise à étudier les statuts communaux dans une optique d’histoire sociale, non pas comme une source « normative » mais comme une source de la pratique. Centrée sur des usages locaux, cette approche se propose d’appréhender les statuts du point de vue de leur matérialité, de leur genèse et de leur organisation tout en les replaçant au sein de l’ensemble de la documentation communale des XIIe-XVsiècle (délibérations communales, ordonnances urbaines, criées, documents comptables, fiscaux et judiciaires, actes notariés, etc) car il faut admettre une interpénétration constante entre toutes ces sources, une grande porosité, du fait même que ce sont souvent les mêmes acteurs (l’élite communale) qui les produisent. Les normes statutaires servent aussi à légitimer les pratiques et apparaissent donc comme un moyen d’essayer d’organiser le réel, voire de le transformer.

3Ce parti pris permet de remettre en cause l’approche typologique qui a longtemps prévalu pour partir, de manière empirique, du flux documentaire, des pratiques et des chaînes d’écritures. On doit considérer qu’il existe différentes strates statutaires qui se superposent et se complètent du niveau le plus haut ou le plus large (comtal, provincial ou royal) au plus restreint (professionnel) en passant par l’échelon communal et qui forment un ensemble réglementaire composite pesant sur les pratiques mais sans cesse modelé par elles. Complémentaires, ces diverses strates sont aussi concurrentes et font apparaître des tensions entre les divers niveaux de réglementation, chacun de ceux-ci (réglementation des autorités souveraines, des communes, des métiers) pouvant avoir à cœur de marquer en quelque sorte son emprise, de dominer un espace ou un secteur d’activité. Statuer peut, en ce sens, apparaître comme un enjeu social et politique de toute première importance. Notre approche voudrait donc aussi faire apparaître, au sein des statuts, les formes de négociation, d’adaptation, de bricolage imposées par la communauté d’habitant ou ses représentants à ce qui pourrait paraître comme un texte formaté. L’ensemble de cette production documentaire contribue pleinement à la pratique du pouvoir dans les communautés urbaines.

4Je voudrais ici remercier l’EFR et tout particulièrement Stéphane Gioanni, le Directeur des Études médiévales, d’avoir permis ces colloques et ces publications. Après le dossier qui suit, consacré à « Codicologie et langage de la norme (vocabulaire et langue) », nous poublierons l'an prochain les contributions de la deuxième rencontre romaine qui s'est tenue en juin 2014 « La confection du statut. ‘Auteurs’, structures et rhétorique » au cours de laquelle nous nous sommes intéressés aux individus et aux groupes qui, à un moment où à un autre, sont intervenus dans le processus d’élaboration des statuts (statutarii, juris periti, doctores legum, notaires, notables de la communauté, etc.), aux préambules et à la structure des statuts (division ou non en livres, nombre et ordre des livres, nombre et ordre des rubriques, outils péritextuels, place qu’occupent les additiones, etc). D’autres dossiers de ce type seront publiés au cours des prochaines années portant sur les statuts au sein du paysage documentaire des communes, sur le contenu des corpus statutaires et enfin sur les usages de la norme. Un volume de synthèse, qui viendra clore ce programme, sera publié à l’horizon 2017.

Haut de page

Notes

1 Pour davantage d’informations sur ce programme, voir http://statuts.hypthèses.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Lett, « Avant-propos : statuts, écritures et pratiques sociales dans les sociétés de la Méditerranée occidentale à la fin du Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 03 septembre 2014, consulté le 22 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2080 ; DOI : 10.4000/mefrm.2080

Haut de page

Auteur

Didier Lett

Université Paris Diderot (Paris 7), Laboratoire ICT, membre senior de l’IUF - didier.lett@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org