Navigation – Plan du site

Résumés

L’objectif de cet article est de présenter un bilan sur un domaine particulier des études d’histoire médiévale au Brésil, celui de l’histoire politique, avec une attention particulière aux changements qu’y ont été produits à la fois par la nouvelle conjoncture institutionnelle des universités brésiliennes et par le renouvellement des objets d’études.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Guerras Martin, 1992; Dias, 1994; Pedrero-Sanchez, 1994; Mongelli, 2001; Ribeiro, 2001; Leão, 2001; (...)
  • 2 Simões de Paula, 1942. 

1Depuis les années 1990, les études médiévales au Brésil accordent une attention croissante à la définition des axes de recherche et à l'orientation des thèses soutenues (sujets, disciplines, sources etc.1). Ces réflexions sur le « champ » de la médiévistique ont accompagné une plus grande institutionnalisation des études médiévales au Brésil. La première thèse en histoire médiévale y avait été soutenue en 19422, mais c'est seulement dans les années 1990 que la conjoncture qu’on examinera dans les pages suivantes permit la constitution d’une vraie « communauté d'historiens médiévistes ». Il n’était pas rare jusqu’alors que les chaires d'histoire médiévale dans l’enseignement supérieur public fussent occupées par des spécialistes d'histoire ancienne ou des théories de l’histoire.

  • 3 La dernière rencontre en date a eu lieu à l’Universidade de Brasilia (UnB), du 01 au 05 juillet 201 (...)
  • 4 http://www.ufrgs.br/gtestudosmedievais/
  • 5 http://nemed.he.com.br
  • 6 http://www.unesp.br
  • 7 http://www.proppi.uff.br/portalagir/unidade/laboratório-de-estudos-medievais-e-ibéricos-scriptorium
  • 8 http://grupotranslatiostudii.blogspot.com.br
  • 9 http://meridianum.ufsc.br
  • 10 http://www.vivariumhist.com
  • 11 http://lepem.org
  • 12 http://www.usp.br/leme

2La création, en 1996, de l’Associação Brasileira de Estudos Medievais (ABREM), qui rassemble des chercheurs, des enseignants et des étudiants en histoire, littérature et philosophie médiévales, constitue une étape essentielle de cette évolution. L’association organise tous les deux ans des rencontres au cours desquelles ses membres présentent leurs recherches en cours3. Il faut mentionner aussi la création de Signum, la revue officielle de l’ABREM, qui est la première publication brésilienne tournée vers les études médiévales et l’un des témoins les plus remarquables des échanges entre les spécialistes du Moyen Âge. L'accroissement du nombre de médiévistes dans les universités publiques ne s'est pas limité à l’axe Rio de Janeiro - São Paulo, qui concentrait jusqu’aux années 1990, la quasi totalité des médiévistes brésiliens. Des laboratoires et des centres de recherche ont été créés dans des universités situées dans toutes les régions du Brésil: le Grupo de Trabalho Estudos Medievais, à Porto Alegre4; le Núcleo de Estudos Mediterrâneos (NEMEd), à Curitiba5; le Núcleo de Estudos Antigos e Medievais (NEAM), à Assis, et à Franca6; le Programa de Estudos Medievais da Universidade de Brasília (PEM-UnB), à Brasília; le Laboratório de Estudos Medievais e Ibéricos - Scriptorium7 et le Translatio Studii8, à Niterói; le Núcleo Interdisciplinar de Estudos Medievais - Meridianum, à Florianópolis9; le Laboratório de Estudos da Antiguidade e do Medievo - VIVARIUM, à Cuiabá, à Maceió, à Aracaju, à Salvador e à Uberaba10; le Laboratório de Ensino e Pesquisa em Medievalística (LEPEM), à Seropédica11; et finalement, le Laboratório de Estudos Medievais (LEME) à Campinas, à Belo Horizonte, à Goiânia, à Guarulhos, à Uberaba, à Chapecó et à Diamantina12.

  • 13 Il s’agit de la 4ème rencontre d'un colloque international qui a eu lieu à Madrid (2011), à Paris ( (...)

3L'accroissement du nombre de médiévistes s’est accompagné, ces dernières années, d'une plus grande spécialisation. L’organisation de colloques portant sur des thématiques précises a peu à peu remplacé les colloques généraux qui prédominaient jusqu’alors. C’est le cas du « Seminário sobre Hagiografia au Moyen Âge », qui a eu lieu à l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul, en octobre 2013, le « Seminário Epistolário Político », qui a eu lieu à l’USP en avril 201413, ou encore le Colóquio « Ordens Religiosas na Idade Média: Concepções de Poder e Modelos de Sociedade (séc. XII-XV) », organisé à l’Universidade Federal de Minas Gerais en mai 2014. 

4Le contact avec des institutions et des centres de recherche à l’étranger s’est renforcé, avec l’établissement de partenariats avec des universités et des centres de recherche en France, en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, aux États-Unis, au Canada et en Australie. Par ailleurs, avec l’augmentation du nombre de postes dans les universités publiques entre 2004 et 2014, une nouvelle génération d'historiens médiévistes a vu le jour: cette génération s’intéresse à des espaces qui étaient jusqu’à présent peu ou pas étudiés (Allemagne, Afrique, Italie, Irlande, Islande) et travaille sur des sujets nouveaux dans le paysage de la médiévistique brésilienne (la justice, le règlement de conflits, la construction des identités, l’économie rurale, la pauvreté, les pouvoirs locaux, le rôle social des ordres religieux, l’autorité et les formes d’écriture et de lecture, la rhétorique des textes, etc.). 

  • 14 Certains de ces postes étaient intitulés « Histoire Ancienne et Médiévale », mais le nombre mention (...)

5Ces transformations n’ont été possibles que dans le cadre de l'essor et de l’expansion de l’enseignement supérieur public. Rien qu’en histoire médiévale, 33 postes ont été pourvus au Brésil entre 2004 et 201414. Les sommes octroyées à la recherche de la part des agences publiques de financement (CAPES, CNPq, FAPESP) et des universités elles-mêmes ont considérablement augmenté, ce qui a permis l’organisation de colloques, une mobilité continue de chercheurs et d’élèves dans le pays et à l'étranger, aussi bien que le renouvellement et l’enrichissement des fonds bibliographiques des bibliothèques universitaires. 

L’histoire médiévale et l’histoire au Brésil

  • 15 Il y a à ce propos une polémique qui mérite d’être évoquée. Avant 1934, deux universités ont été cr (...)
  • 16 Mesgravis, 1983.

6La création de l’Universidade de São Paulo (USP), en 1934, a été l’aboutissement pour la première fois au Brésil d’un projet d’université fondée sur le dialogue entre les divers champs du savoir15. Avant cette date, les humanités ne bénéficiaient pas d'un état d'esprit scientifique spécifique, collectif et professionnel: la formation scientifique se traduisait par un « l’autodidactisme parfois brillant mais toujours erratique et inégal ».16 Au moment de la création de l’USP, les études d’histoire étaient organisées autour de la notion de « civilisation », ce qui orientait les recherches vers des horizons plus larges, tout en limitant l’avancée de la spécialisation. Entre 1934 et 1939, le cours d’histoire de l’USP était assuré par une chaire unique d’histoire générale de la civilisation. En 1939, cette chaire a été divisée en deux chaires distinctes intitulées, en 1942, « Histoire de la Civilisation Ancienne et Médiévale » et « Histoire de la Civilisation Moderne et Contemporaine ». Dans ce contexte, les intérêts circonstanciels et parfois très diversifiés des enseignants dictaient les orientations institutionnelles de la recherche. Bien que les recherches en sciences sociales fussent concentrées dans les universités publiques, où la recherche et l’enseignement étaient étroitement liées, l’absence d'études doctorales structurées a limité la rédaction de thèses.

  • 17 Cette rencontre est à l’origine de l’Associação Nacional de História (ANPUH).
  • 18 http://anpuh.org/anais/wp-content/uploads/mp/pdf/ANPUH.S01.04.pdf

7Le premier grand débat autour des études médiévales au Brésil eut lieu en 1961 pendant la Première Rencontre d’Enseignants d’Histoire de l’Enseignement Supérieur17, organisée à la Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras de Marilia, intérieur de l’état de São Paulo18: on y discuta notamment de la séparation des chaires d'histoire ancienne et d'histoire médiévale, et de la vocation des études médiévales au Brésil, perçues comme une sorte de « préambule » à l’histoire du Nouveau Monde. Les débats furent coordonnés par Eurípedes Simões de Paula, Professeur à l’USP, qui avait soutenu, en 1942, la première thèse de doctorat en histoire, au Brésil. Rapporteur de la table ronde, Simões de Paula put compter sur le soutien de Michel Mollat qui défendit la thèse des « survivances médiévales en Europe et en Amérique ». Une vingtaine d’historiens, pas seulement médiévistes, participèrent aux débats qui tournèrent autour des limites et des possibilités de la recherche et de l’enseignement d’histoire au Brésil. À l’unisson, ils soutenaient la spécialisation comme moyen de promouvoir le progrès scientifique du pays, mais demeuraient partagés quant au genre d’enseignement qui devrait être livré aux étudiants d’histoire. Pour beaucoup, le professeur devrait être un chercheur spécialisé dont la fonction principale était l’actualisation des connaissances des étudiants qui diffusaient ensuite dans les écoles les contenus appris à l’université. 

8Le groupe réuni à Marilia lança aussi une réflexion sur les études doctorales en histoire. En ce sens, en rappelant les difficultés pour la formation des médiévistes au Brésil, Simões de Paula intervint et, une fois encore avec l’aide de Michel Mollat - qui était surpris de la présence dans la distante Marilia des Monumenta Germaniae Historica en microfiches – soutint l'idée que, dans un pays distant des fonds d'archives, la spécialisation était difficile mais pas impossible, grâce aux sources éditées. Cependant, cette idée ne fut pas suivie d'effet: ni le gouvernement, ni les universités n'engagèrent un véritable effort pour financer la mobilité des étudiants et des chercheurs ou encore l’augmentation des fonds documentaires et scientifiques des bibliothèques. En 1961, toutes les attentions se tournèrent vers la formation d’enseignants pour les écoles primaires et secondaires. La formation des chercheurs pour l'université n’était pas une priorité. Même en ce qui concerne la formation des enseignants, l'impact fut très limité dans la mesure où les médiévistes brésiliens présents étaient presque tous issus de la ville de São Paulo. Cependant, le Moyen Âge fut indirectement valorisé par le consensus autour de l’idée que la recherche publique menée à l’université était la base de la formation des historiens recrutés comme enseignants dans les écoles primaires et secondaires.

  • 19 Pour une vision détaillée, voir Almeida, 2012. Cependant, ce serait une erreur de considérer que la (...)

9La recherche en histoire médiévale au Brésil connut une nouvelle étape marquante avec l'apparition d’une politique nationale de science et technologie entre 1960 et 1990. Ces trois décennies virent notamment se consolider, malgré les aléas économiques, les agences de financement de la recherche aussi bien qu'un système national de « pós-graduação » comprenant des études de Master et de Doctorat. À la fin des années 1980, l'histoire médiévale était enseignée dans les cours de Licence dans tout le pays, même si en dehors de l’axe des universités publiques « Rio de Janeiro-São Paulo », il était rare que ces cours soient assurés par des spécialistes. Finalement, ce sont les écoles doctorales qui contribuèrent le plus à l’affirmation des études médiévales: c’est dans leur sein que se constituèrent les premiers centres de recherche (le Programa de Estudos Medievais de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro et le Scriptorium, de l’Universidade Federal Fluminense) et que vit le jour une véritable discipline d'histoire du Moyen Age enseignée par des médiévistes. Cette conjonction d'éléments renforça considérablement la médiévistique brésilienne à la fin des années 1990, à travers l'augmentation du nombre de chercheurs, la diversité des sujets traités ou encore la mise en place de réseaux de recherche19.

10Ce rapide tour d'horizon permet de mieux comprendre la situation actuelle des études médiévales. Notre propos vise non pas à faire un bilan général de l’histoire médiévale au Brésil, mais plutôt à réfléchir sur un champ particulier en plein essor au Brésil depuis une dizaine d’années: l’histoire politique du Moyen Âge. Ce constat est d’autant plus surprenant que, compte tenu des difficultés d’accès aux sources, il prévalait l'idée, jusqu’à la fin des années 1990, que les chercheurs brésiliens devraient se concentrer sur la documentation imprimée, surtout littéraire ou plus généralement narrative (gesta, romans, vies de saints, etc.). Mais il faut rappeler aussi que la « Nouvelle Histoire » avait profondément marqué les études d’histoire au Brésil. Les relations académiques entre le Brésil et la France aident à comprendre l’immense succès de cette « école ». Tout d’abord, par le biais de Fernand Braudel, qui a participé à la mission d’historiens français ayant pris part à la création de l’Universidade de São Paulo, et qui a maintenu des contacts suivis avec celle-ci, et ensuite par celui de Jacques Le Goff, dont l'influence fut plus visible: la diffusion de ses idées a renforcé parfois la conviction que l’histoire médiévale pouvait être faite à partir de textes littéraires édités, sans le recours à des vastes et complexes corpora de documents originaux. La Nouvelle Histoire a contribué à accroitre l’intérêt pour le Moyen Âge, aussi bien dans les milieux universitaires qu’en dehors de celui-ci. Elle a aidé à dissiper l’image de conservatisme méthodologique généralement associé aux études médiévales au Brésil, tout en favorisant l’intégration des études médiévales dans le cadre plus large des recherches en histoire. 

11Cette évolution suppose aussi de prendre en compte le contexte de la fin de la dictature militaire (1964-1985): l'historiographie médiévale était porteur, en effet, d'un discours d’émancipation qui a été très bien reçu par ceux qui attendaient une plus grande liberté de pensée et de méthode. Très critique à l’égard des élites et des grands personnages, elle portait un intérêt particulier aux mécanismes de participation collective et plaçait le quotidien et l’homme commun au centre de la narration historique. Les études sur les liens de pouvoir ne se contentaient plus du simple constat sur les rapports inégaux entre les dominants et les dominés. L’adhésion à la Nouvelle Histoire politique, qui s'est accrue avec les mouvements sociaux des années 1960, était ainsi l'aboutissement d’une volonté de faire de l'histoire politique autrement. L’historiographie brésilienne dans son ensemble but à la même source, notamment au moment de l’ouverture démocratique des années 1980. Aujourd’hui, ses fruits, en ce qui concerne le Moyen Âge, s'appuient sur des circonstances nouvelles créées par l’institutionnalisation et la multiplication des réseaux de recherche. 

Des histoires politiques du Moyen Âge

12Les études actuelles d’histoire du Moyen Âge au Brésil résultent de la conjonction de deux traditions historiographiques. Dans les années 1980 et 1990, il y avait un intérêt accru pour le processus d’émancipation et d’autonomie des sujets et des groupes sociaux qui s'est cristallisé autour des études sur les rapports entre culture populaire et culture érudite, culture cléricale et culture orale. Ces études culturelles, majoritaires au Brésil jusqu’à la fin des années 1990, ne cachaient pas la volonté de comprendre les mécanismes de pouvoir qui agissaient sur les communautés sociales. Ce fondement « politique » des études culturelles explique la raison pour laquelle la plupart d’historiens médiévistes au Brésil aujourd’hui développent des recherches dans le cadre de la Nouvelle Histoire Politique. La deuxième tradition historiographique dérive de l’histoire politique traditionnelle, tout en reformulant les méthodes, les sujets et les problématiques de celle-ci à la lumière de la critique de la Nouvelle Histoire Politique. De cette façon, le retour au politique dans les études médiévales rassemble les vertus des thèmes d’histoire politique traditionnelle (le souci de définir la nature et les contours du pouvoir public, une plus grande précision dans la circonscription chronologique, une vision de la société qui intègre les élites, la valorisation de la tradition manuscrite et de l’autorité des textes) avec une approche qui consiste à identifier le politique au-delà du domaine institutionnel, qui prend en considération les liens sociaux et les représentations dans la réflexion sur le pouvoir. On peut définir en lignes générales cette histoire politique renouvelée comme l’étude du pouvoir par le biais des liens sociaux. 

  • 20 Almeida, 2007.
  • 21 Almeida, Cândido da Silva, Méhu, 2012.
  • 22 Almeida, Moura, 2014. Un autre exemple dans ce sens c’est l’ouvrage collectif organisé par Clinio A (...)
  • 23 Weckmann, 1983; Weckmann, 1993.

13La nouvelle histoire politique s'intéresse tout particulièrement à la construction des idées du Moyen Âge, à ses réappropriations et à son héritage. Elle se concentre sur la fabrication du Moyen Âge dans le discours politique contemporain. Les médiévistes brésiliens investissent ce sillon depuis le début des années 2000, comme en témoigne la publication, en 2007, du livre collectif A Idade Média entre os séculos XIX e XIX: Estudos de história e historiografia, qui choisit de réfléchir sur les continuités entre l’historiographie du XIXe et celle du XXe siècle en ce qui concerne des concepts fondamentaux de l’histoire politique, comme celui de peuple20. En 2012, le livre Pourquoi étudier le Moyen Âge? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé21, résultat d’un colloque organisé à São Paulo, élargit la réflexion à la question de la légitimité des études médiévales dans le monde contemporain en discutant aussi ses multiples appropriations non-académiques. Publié en 2014, l'ouvrage collectif Missão e Pregação. A Comunicação Religiosa entre a História da Igreja e a História das Religiões, cherche à comprendre l’impact socio-politique des systèmes de communications chrétiens fondés sur la parole missionnaire du Ve au XXIe siècle. Il a pour objet les dynamiques politiques des expériences chrétiennes qui sont communes à la période médiévale et à la période moderne22. Ces trois ouvrages collectifs montrent un souci de penser le Moyen Âge en rapport avec les questions contemporaines qui n’est pourtant pas une défense des origines médiévales du monde contemporain, tel qu’on le voit chez l’historien mexicain Luis Weckmann23. En ce qui concerne le livre de 2007, par exemple, il s’agit plutôt de montrer comment l’historiographie contemporaine a fabriqué le Moyen Âge. Les ouvrages de 2012 et 2014 essaient de montrer que des composants de l’expérience politique médiévale peuvent avoir une portée qui va au delà des frontières chronologiques du Moyen Âge. Ces travaux soulignent qu’il y a des parallèles possibles entre le Moyen Âge et le monde contemporain, sans remettre en cause les évolutions et changements considérables entre les deux périodes. 

  • 24 Macedo, Mongelli, 2009.
  • 25 http://lattes.cnpq.br/7617600252068860. Les donnés complètes sur les activités des chercheurs brés (...)
  • 26 Aparecida Amaral, 2011. 

14L’avant-propos du livre Pourquoi étudier le Moyen Âge? considère le Moyen Âge comme une source des représentations contemporaines. Depuis, cette tendance n'a cessé de s’accroître. On assiste au Brésil à la multiplication de fêtes médiévales, de jeux, des banquets et des expositions « médiévales ». Le succès de séries de télévision - comme « Game of Thrones » - qui s'inspire librement de la culture médiévale illustre encore l'influence inattendue du Moyen Age dans un pays qui n'a pas connu de passé médiéval. C'est que le Moyen Âge est ici perçu comme un miroir qui sert à comprendre le monde contemporain, dans la mesure où il offre un espace privilégié de fantaisie dans lequel le présent est reconstruit et réinterprété. Cette appropriation du médiéval est elle-même devenue un objet d’étude chez les médiévistes brésiliens, comme en témoignent l’étude d’ouvrages cinématographiques24 ou encore les travaux de Flavia Aparecida Amaral25, de l’Universidade Federal dos Vales do Jequitinhonha e Mucuri (UFVJM), sur les images de Jeanne D’Arc produites au XIXe siècle26.

15Bien entendu, de la même façon qu’en Europe et aux États-Unis, les nouvelles perspectives sur le Moyen Âge chez les auteurs brésiliens ont été construites à partir d’un volume de matériaux qui restent grosso modo les mêmes dès le début du XXe siècle. C’est plutôt le rapport aux sources qui a changé. Les matériaux disponibles (les grandes collections de documents édités au XIXe siècle, les manuscrits ou les vestiges de la culture matérielle) ont été reconsidérés, déconstruits et reconstruits. Le terme « source » lui-même a été mis en question. 

  • 27 Frazão, 2013b; Salles, 2012; Costa Silveira, 2012.
  • 28 http://lattes.cnpq.br/7352024230076191
  • 29 http://lattes.cnpq.br/9162651718729749
  • 30 http://lattes.cnpq.br/3522716279306436
  • 31 http://lattes.cnpq.br/3468827590530615
  • 32 Zerner, 2010. Ce livre fait partie d’un ensemble de publications d´histoire médiévale dont le but e (...)
  • 33 Miatello 2013c; Cândido da Silva, 2008.
  • 34 Friguetto, 2012; Silveira, 2013; Costa Silveira, 2012.
  • 35 Bastos, 2011; Bastos, 2013.
  • 36 Miatello 2013c; Cândido da Silva, 2010.
  • 37 Rust, 2013.
  • 38 Nascimento, 2014.
  • 39 Costa Silveira, 2012.

16Aujourd’hui, peut-être plus que pendant les dernières décennies, il est difficile de déceler une influence ou une école qui soit à l’origine des objets et des questions soulevés par les médiévistes brésiliens. Les influences sont multiples: tout d’abord dans le rapport aux sources. Les grandes collections de sources des XIXe et XXe siècle qui ont fait la fortune de la recherche en histoire médiévale - la Patrologia Latina, le Corpus Christianorum et, surtout, les Monumenta Germaniae Historica - sont l’objet de réinterprétations qui n’ont pas échappé aux historiens brésiliens. Ils sont aujourd’hui plus attentifs aux critères de sélection de manuscrits qui ont présidé à la construction de ces grandes entreprises d'éditions. En plus des travaux centrés sur cette question27, on peut citer les recherches menées par Clinio Amaral28, Marcelo Berriel29, Ana Carolina Almeida30 et Maria de Lourdes Rosa31 sur l’organisation des archives au Portugal du XIIe au XIXe siècle. Il est important de souligner aussi la traduction brésilienne du livre Inventer l’hérésie? Discours polémiques et pouvoirs avant l’inquisition32, qui a remporté un franc succès, et qui est lui-même l’un des fruits de ce retour aux manuscrits. Sur le plan conceptuel, plusieurs mots clefs de la réflexion historique depuis la fin du XIXe siècle furent mis en cause: que ce soient les concepts utilisés pour caractériser la « réalité » des pouvoirs et des sociétés du Moyen Âge - « privatisation »33, « identité ethnique »34, « consensus »35 - ou les binômes sur lesquels étaient fondés notre compréhension de cette période - public/privé36, État/Église37, idéal/réalité38, romain/barbare39. L'influence de la Nouvelle Histoire a attiré l'attention sur la dimension littéraire des sources politiques et, a contrario, sur la dimension politique des sources littéraires. La distinction entre « textes normatifs » et « textes narratifs » fut elle-aussi mise en cause. 

17De façon générale, l’histoire politique médiévale au Brésil reflète l’émergence de nouvelles perspectives de recherche portant sur la construction de l’autorité épiscopale, sur l'autorité publique dans les royaumes barbares et l’Europe post-carolingienne, sur le problème de l’autorité ecclésiale pendant les XIe-XIIIe siècles, sur le rôle normatif de l’Église, sur les pouvoirs urbains, sur la circulation de l'informations, sur la prosopographie des élites à la fin du Moyen Âge, etc. Les recherches actuelles se concentrent désormais sur trois axes principaux que nous voudrions présenter rapidement: 1. l’autorité publique, ses moyens d’expression et d'action; 2. la construction des pouvoirs et leur rôle dans la constitution de nouvelles formes d’organisation de la société.

18À l’Universidade Estadual de Campinas (UNICAMP), Néri Almeida40 a réalisé et dirigé une série d’études autour du projet collectif « politiques de la mémoire », et qui s’organise essentiellement autour de deux thèmes. D’abord, l’étude de la construction du Moyen Âge aux XXe et XXIe siècles qui se traduit par une critique historiographique qui propose des nouvelles interprétations à des thèmes traditionnels de l’histoire médiévale. C’est le cas des travaux de Claudia Bovo41, Professeur d’histoire médiévale à l’Universidade Federal do Triângulo Mineiro (UFTM), qui ont révélé le rôle de la papauté au XIXe siècle dans l’interprétation de la simonie chez Pierre Damien42. Néri Almeida a fait la critique de la violence endémique au Moyen Âge en soulignant comment cette idée est née d’une interprétation des histoires et des chroniques (en particulier Raul Glaber), tributaire des débats autour de l’État moderne43. Ce groupe de chercheurs étudie aussi la production d’une mémoire chrétienne dans le haut Moyen Âge à partir de l’action de communication du clergé. Il s’agit plus généralement d’essayer de comprendre les subtilités de l’influence de la foi chrétienne dans la mémoire médiévale, et plus précisément les sens, les critères et les pratiques de l’écriture de l’histoire44. Ces travaux ont donné naissance à des études sur les stratégies de formation et de promotion de l’autorité ecclésiastique. Rossana Pinheiro45, Professeur d’histoire médiévale à l’Universidade Federal de São Paulo (UNIFESP), a étudié la fonction des évêques dans la formation d’une mémoire chrétienne en Galice à l’époque de Martin de Braga. Matheus Figuinha46 a quant à lui analysé l’assimilation de l’idéal de perfection monastique au profil des évêques et le rôle de ce processus dans la construction de l’autorité épiscopale de l’Afrique du Nord à l’époque d’Augustin47. Dans sa thèse de doctorat, Rossana Pinheiro a constaté le même processus en Provence à l’époque de Jean Cassien et des moines-évêques de Lerins48. En croisant des analyses traditionnelles sur les liens entre l’Église et l’Empire Romain, Robson Della Torre49 a étudié le rôle des évêques dans l’élaboration d’une « politique épiscopale » antérieure à l'édit de Milan et la Paix de l'Église50. Néri Almeida s'est intéressée aussi à la célèbre collection hagiographique de Jacques de Voragine, la Legenda aurea, qu'elle interprète comme une stratégie de légitimation de l’Ordre des Prêcheurs dans le contexte des conflits marquant son premier siècle d’existence. Les recherches menées dans le cadre du projet « Politiques de la mémoire » s’orientent autour de deux axes: le rôle des chroniques et des histoires dans la construction de la mémoire historique au Moyen Âge; le lien entre les questions politiques contemporaines et la construction des idées de Moyen Âge.

19Actuellement, Néri Almeida travaille à la rédaction d’un livre Histoire et historiens du Moyen Âge, où il est question des formes d’écriture propres à l’histoire au Moyen Âge, ses impératifs et la manière de penser cette histoire en rapport avec les connaissances historiques anciennes et modernes. Ce livre doit intégrer les deux axes antérieurement mentionnés en discutant la position politique du Moyen Âge dans la tradition historiographique occidentale - un sujet très peu étudié - et l'importance de cette période dans la construction de la mémoire historique contemporaine.

  • 51 Rust, 2011; Rust, 2013.

20L’autorité ecclésiale aux XIe-XIIIe siècles est l’objet de recherches menées par Leandro Rust, de l’Universidade Federal de Mato Grosso (UFMT), et par Claudia Bovo, de l’Universidade Federal do Triângulo Mineiro (UFTM). Après avoir mené, dans sa thèse de doctorat et dans quelques travaux publiés par la suite, la critique de la notion de « Réforme grégorienne »51, et avoir exploité aussi le phénomène des anti-papes, Leandro Rust s’attaque maintenant à la question de la « monarchie papale ». La portée de ce concept, riche de conséquences pour l’histoire politique du Moyen Âge, et qui fait de l’Église centralisée, bureaucratisée, la clef de voute de l’expérience occidentale de construction de l’ordre public, est analysée au prisme de l'historiographie des XVIIIe-XIXe siècles.

  • 52 Crossetti, 2013; Crossetti, 2008; Crossetti, 2000.
  • 53 Teixeira, 2014.

21À l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS), Igor Teixeira et Cybele Crossetti étudient les pouvoirs urbains, respectivement à travers l’histoire intellectuelle de Paris aux XIIIe-XIVe siècles et à travers la prosopographie des élites urbaines à Cologne au XVe siècle52. Igor Teixeira vient de publier un livre sur la politique de canonisation du pontificat de Jean XXII, à partir de l’étude de la canonisation de Thomas d’Aquin. Teixeira a montré que la réhabilitation de Thomas d’Aquin était en rapport avec la notion de pauvreté que la Papauté voulait utiliser en sa faveur et comme un instrument de défense des biens de l’Église53.

  • 54 Miatello, 2013a; Miatello, 2013b.
  • 55 Miatello, 2013b.

22Travaillant à l’Universidade Federal de Minas Gerais (UFMG), André Miatello se dédie aussi à la compréhension des pouvoirs urbains, mais il utilise pour cela la documentation franciscaine et dominicaine en Italie et en Péninsule Ibérique. Ses recherches s’orientent autour de deux axes principaux: les discours et les actions pacificatrices des ordres mendiants en milieu urbain54 et la notion de bien commun dans les pratiques politiques des cités italiennes entre le XIIIe et le XIVe siècle55. Ayant fait sa thèse sur la prosopographie des élites à Nuremberg à la fin du Moyen Âge, Cybele Crossetti développe actuellement un projet de recherches sur les groupes sociaux, les conflits politiques et la sociabilité dans les villes médiévales, où il est question de l’étude des modalités de liens politiques et sociaux en milieux urbain, en particulier en Allemagne et en Péninsule Ibérique (Portugal et Castela).

  • 56 Regina Fernandes, 2009; Regina Fernandes, 2011.

23Fátima Fernandes, Professeur à l’Universidade Federal do Paraná (UFPR), est elle aussi une spécialiste de la prosopographie des élites à la fin du Moyen Âge, dans le royaume du Portugal et le royaume de Castille aux XIVe et XVe siècles56. Ses recherches actuelles portent sur le phénomène de l’exil et des déplacements d’aristocrates entre le Portugal, la Castille et l'Angleterre entre 1369 et 1389. Marcella Guimarães, aussi de l’UFPR, étudie la circulation de l’information entre les royaumes ibériques et la France aux XIVe et XVe siècles. Ses études se fondent sur les sources narratives et iconographiques qui font références à la réception de l'information.

24Adriana Vidotte57 (Universidade Federal de Goiás), Maria Filomena Coelho58 (Universidade de Brasília) et Fabiano Fernandes59 (Universidade Federal de São Paulo) s’intéressent au pouvoir public à travers l’étude de la société corporative et des mécanismes qui assurent la souveraineté et la survie de l’État à la fin du Moyen Âge, en Péninsule Ibérique et en France60. Fernandes prépare aussi un livre sur le crime de lèse majesté dans la France de la fin du Moyen Âge. 

25En ce qui concerne le haut Moyen Âge, les médiévistes brésiliens étudient notamment l’espace ibérique et l’espace franc, à quelques exceptions près. L’exemple le plus remarquable est celui de Renato Viana Boy61, de l’Universidade Federal da Fronteira Sul (UFFS), dont les études portent sur la tradition historiographique byzantine, en particulier les registres des guerres de Justinien dans l’œuvre de Procope de Césarée, qu’il analyse sous l’angle des relations que l'historien entretenait avec la cour impériale62. Les historiens du haut Moyen Âge au Brésil manifestent un grand intérêt pour l'étude de la royauté. Ce thème, sous diverses formes, est au cœur de leurs recherches. Encore dans le registre des historiens des premiers siècles du Moyen Âge, à l’Universidade Federal Fluminense, Edmar Checon63 travaille sur la question à travers le culte des saints dans l’œuvre de Grégoire de Tours64. Leila Rodrigues65, de l’Universidade Federal do Rio de Janeiro, s’intéresse aux rapports des évêques avec le pouvoir royal dans les royaumes suève et wisigoth66. Mario Jorge da Motta Bastos67, de l’Universidade Federal Fluminense, étudie les rapports de pouvoir entre l’aristocratie et les communautés paysannes dans le haut Moyen Âge ibérique68. Marcelo Cândido da Silva69 a analysé dans sa thèse de doctorat la notion d’autorité publique sous la royauté mérovingienne70. Ses études sur la royauté, développées à l’Universidade de São Paulo, prennent comme point de départ la question des lois et de la justice dans le royaume des Francs, et prennent en considération des problèmes tels que le règlement de conflits71, le vol72, la pauvreté et la famine73. À travers le problème du vol des biens, Cândido da Silva a cherché à comprendre le pouvoir comme un instrument de contrôle sur les biens, matériels et immatériels74. Le point de départ de cette étude est la capacité de produire du symbolique, en particulier celui qui institue la société. Voici une approche d’inspiration anthropologique qui a permis à l’auteur d'élargir le champ social de ses recherches sur le pouvoir75. Actuellement, il prépare un livre sur les agents publics face à la famine dans le haut Moyen Âge dont le but est d’examiner l’ensemble de mesures prises par les pouvoirs publics en matière d’approvisionnement, de lutte contre la spéculation et la hausse des prix de denrées alimentaires, etc. Renan Friguetto76, à l’Universidade Federal do Paraná, coordonne des études sur la royauté wisigothique. Ses projets sont tournés vers les rapports entre la royauté et les gentes du royaume hispano-wisigothique de Tolède, la construction des identités dans l’espace ibérique et la configuration des frontières entre le VIIe et le XVe siècles77.

Considérations finales

26Toutes ces recherches, qui témoignent du renouvellement de l’histoire politique du Moyen Âge, ne se sont malheureusement pas encore traduites par un engouement pour l’archéologie et la culture matérielle. Au contraire de ce qui s’est produit chez les spécialistes de l’histoire ancienne, il n’existe même pas, jusqu’à présent, de centre de recherches spécialisé en archéologie médiévale. Ceci ne signifie pas pour autant que les sources archéologiques sont négligées par les médiévistes au Brésil: des mémoires de maitrise ont porté sur des rapports de fouilles de sites du haut Moyen Âge et des thèses de doctorat ont incorporé les conclusions des archéologues, notamment en ce qui concerne la question des identités barbares.

27Il y a une dizaine d’années, tout paraissait indiquer une perte de vitesse de l’histoire politique au sein des études médiévales au Brésil. C’est tout le contraire qu’on observe aujourd’hui. Les études d’histoire politique sont présentes dans la plupart des centres d'histoire médiévale du pays. Les recherches sur les normes et la justice, sur le modèle corporatif de pouvoir et sur la culture politique sont développées dans les pôles du Laboratório de Estudos Medievais situés à São Paulo et à Goiânia, aussi bien que dans le Programa de Estudos Medievais de l’Universidade de Brasília. Les recherches sur la dimension ecclésiale du pouvoir sont présentes dans les pôles du LEME à Campinas, à Guarulhos et à Belo Horizonte, aussi bien que dans le Laboratório de Ensino e Pesquisa de Medievalística de l'Universidade Federal Rural do Rio de Janeiro e dans le Vivarium (Laboratório de Estudos da antiguidade e do Medievo). Les pôles du LEME à Campinas et à Guarulhos abritent aussi des recherches sur les usages politiques de la construction de la mémoire historique au Moyen Âge. Les études des rapports entre pouvoir et culture dans les identités de frontières sont particulièrement développées au sein du Núcleo de Estudos Medievais de l’Universidade Federal do Paraná et du Núcleo Interdisciplinar de Estudos Medievais de l’Universidade Federal de Santa Catarina. La constitution de l’espace urbain au Moyen Âge tardif est l’objet de recherches menées dans le pôle du LEME à l’Universidade Federal de Minas Gerais et dans le GT Estudos Medievais de l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul.

  • 78 L’Universidade de São Paulo et l’École Française de Rome ont signé en 2014 une convention de coopér (...)

28Depuis quelques années, les études sur les pouvoirs n’ont jamais été aussi dynamiques. Toutes les conditions sont désormais réunies pour une insertion des médiévistes brésiliens dans les débats historiographiques en Europe et aux États-Unis. Certes, il est encore impossible d'envisager une histoire politique médiévale « autochtone », compte tenu de l'influence de l'historiographie européenne, surtout française. Cependant, on peut penser que l'hétérogénéité culturelle du Brésil, qui se manifeste d'un point de vue académique par la capacité d’assimilation et de réinterprétation des plus diverses influences théoriques et méthodologiques, donnera lieu, dans un futur proche, à des réflexions originales dans ce sens. L'afflux des doctorants en histoire médiévale vers les différents centres de formation en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, en France, en Italie78, aux États-Unis, au Canada, et leur intérêt marqué pour les questions politiques contemporaines, permettent raisonnablement de nourrir cet espoir.

Haut de page

Bibliographie

Almeida 2007 = N. Almeida (dir.), A Idade Média entre os séculos XIX e XX. Estudos de História e Historiografia, Campinas, 2007.

Almeida 2008 = N. Almeida, La formation des médiévistes dans le Brésil contemporain: bilan et perspectives (1985-2007),Études et Travaux, dans Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, 12, 2008, p. 145-159.

Almeida 2010a = N. Almeida, A Idade Média entre o « poder público » e a « centralização política ». Itinerários de uma construção historiográfica, dans Varia História (UFMG), 26, 2010, p. 49-70. 

Almeida 2010b = N. Almeida, Raul Glaber. Um historiador na Idade Média (980/985-1047), Signum, 11, 2010, p. 76-108.

Almeida 2012 = N. Almeida, L’histoire médiévale au Brésil: du parcours solitaire à l’inclusion dans le champ des sciences humaines, dans N. Almeida, M. Cândido da Silva, D. Méhu, Pourquoi étudier le Moyen Âge? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé, Paris, 2012, p. 125-143.

Almeida, Cândido da Silva, Méhu 2012 = N. Almeida, M. Cândido da Silva, D. Méhu (dir.), Pourquoi étudier le Moyen Âge? Les médiévistes face aux usages sociaux du passé, Paris, 2012.

Almeida, Moura 2014 = N. Almeida, E. Moura (dir.), Missão e Pregação. A Comunicação Religiosa entre a História da Igreja e a história das Religiões, São Paulo, 2014. 

Amaral 2011 = R. Amaral, O medievalismo no Brasil, História (Unisinos), 15 (3, 2011), p. 446-452. 

Aparecida Amaral 2011 = F. Aparecida Amaral, História, Revolução e Ressignificação: Joana d Arc na historiografia francesa da primeira metade do século XIX, dans Aedos, 3, 2011, p. 111-127.

Bastos, Franco Junior 2002-2003 = MJ. Bastos, H. Franco Junior, L’histoire du Moyen Âge au Brésil, dans Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, 7, 2002-2003, p. 125-131.

Bastos, Rust, 2009 = M.J. Bastos, L. Rust, « Translatio Studii ». A História Medieval no Brasil, dans Signum, 10, 2009, p. 163-188.

Bastos, Rust, Franco Junior 2010 = M.J. Bastos, L. Rust, H. Franco Junior, Historiographie et médiévistique brésilienne: une approche d’ensemble, dans E. Magnani (dir.), Le Moyen Âge vu d'Ailleurs: Voix croisées d'Amérique latine et d’Europe, Dijon, 2010, p. 39-52.

Bastos 2011 = M.J. Bastos, Conflitos Sociais e Processo Histórico na Alta Idade Média Ibérica, dans Territórios e Fronteiras (Online), 4, 2011, p. 4-32.

Bastos 2013 = M.J. Bastos, Assim na Terra como no Céu...: Paganismo, Cristianismo, Senhores e Camponeses na Alta Idade Média Ibérica (Séculos IV-VIII), São Paulo, 2013.

Bovo 2013 = C. Bovo, O combate à simonia na correspondência de Pedro Damiano: uma retórica reformadora do século XI?, dans Anos 90, 20, 2013, p. 75-101. 

Bovo 2014 = C. Bovo, Pedro Damiano, pensador e arauto da « reforma gregoriana »? A construção historiográfica de um reformador do século XII, dans N. Almeida, A. Nemi, R. Pinheiro (dir.), A construção da narrativa história séculos XIX e XX, Campinas, p. 156-177, 2014 (sous presse).

Boy 2011 = R.V. Boy, A História das Guerras: um estudo sobre as descrições dos bárbaros em Procópio de Cesareia - século VI, dans Byzantion Nea Hellas, 30, 2011, p. 173-187.

Cândido da Silva 2006 = M. Cândido da Silva, Les études en histoire médiévale au Brésil: bilan et perspectives, 2006: http://ciham.ish-lyon.cnrs.fr/Brazil.html

Cândido da Silva 2007 = M. Cândido da Silva, Autoridade Pública e Violência no Período Merovíngio: Gregório de Tours e as « Bella Civilia », dans M. Lopes Guimarães, R. Friguetto (dir.), Instituições, Poderes e Jurisdições, Curitiba, 2007, p. 181-195.

Cândido da Silva 2008 = M. Cândido da Silva, A Realeza Cristã na Alta Idade Média, São Paulo, 2008.

Cândido da Silva 2010 = M. Cândido da Silva, Público e Privado nos textos jurídicos francos, dans Varia História (UFMG), 26, 2010, p. 29-48. 

Cândido da Silva 2012 = M. Cândido da Silva, Le vol de biens et la construction sociale dans le royaume des Francs (VIe-IXe siècle), dans V. Beaulande-Barraud, J. Cluastre, E. Marmursztejn (dir.), La fabrique de la norme. Lieux et modes de production des normes au Moyen Âge et à l’époque moderne, Paris, 2012, p. 71-89.

Cândido da Silva 2014a = M. Cândido da Silva, A Economia Moral e o combate à fome na Alta Idade Média, dans Anos 90 (UFRGS), 20, 2013, p. 43-70.

Cândido da Silva 2014b = M. Cândido da Silva, Uma história do roubo na Idade Média. Bens, normas e construção social no mundo franco, São Paulo, 2014. 

Checon 2013 = E. Checon, Gregório de Tours e suas Histórias, dans Canoa do Tempo (UFAM), 3-4, 2013, p. 217-243.

Coelho 2006 = M.F. Coelho, Breves reflexões acerca da História Medieval no Brasil, dans L.R. Silva (dir..) Atas da VI Semana de Estudos Medievais do Programa de Estudos Medievais da UFRJ, Rio de Janeiro, 2006, p. 29-33.

Coelho 2013 = M.F. Coelho, Instituições, normas e monacato na Península Ibérica (séc. XIII), dans Anos 90 (Porto Alegre), 20, 2013, p. 127-149.

Costa Silveira 2012 = V. Costa Silveira, Os Romanos nos sessenta e cinco primeiros títulos das Leis Sálicas e a especificidade do Manuscrito A2, dans Revista Signum, 13, 2012, p. 22-45.

Crossetti 2008 = C. Crossetti, Poder e sociedade: as relações entre a universidade e o Conselho da cidade de Colônia em fins da Idade Média e começo da Idade Moderna, dans Notandum (USP), 18, 2008, p. 7-24.

Crossetti 2013 = C. Crossetti, Entre a religião e a política: famílias dirigentes da cidade de Colônia e suas estratégias de ascensão social na Idade Média tardia, dans Signum, 14, 2013, p. 152-170.

Crossetti 2000 = C. Crossetti, Topografia e estratificação social: representações e mecanismos de poder na cidade medieval, dans Anos 90 (UFRGS), Porto Alegre, 14, 2000, p. 294-311.

Della Torre 2010 = R. Della Torre, A Episcopalis Audientia constantiniana: A autoridade pública dos bispos e a cristianização do Império Romano no século IV, dans XX Ciclo de Debates em História Antiga: Unidade & Diversidade, 6, Rio de Janeiro, 2010, p. 755-768.

Dias 1994 = I. M. Dias, Perspectivas da pesquisa de História Medieval no Brasil, dans M. E. de Ribeiro. (dir.), Anais da II Semana de Estudos Medievais, Brasília, 1994, p. 47-52.

Fernandes 2011 = F. Fernandes, Do triunfo à Crise. Uma leitura reversa da estruturação do Estado Monárquico no século XV, dans Anais do XXVI Simpósio Nacional de História ANPUH, 2011 (http://www.snh2011.anpuh.org/resources/anais/14/1308171136_ARQUIVO_FabianoFernandes.UNIFESP.1.pdf).

Frazão 2013a = A. Frazão, Os estudos medievais no Brasil e o diálogo interdisciplinar, dans Medievalis, 1.2, 2013, p. 1-15

Frazão 2013b = A. Frazão, Normatização e relações de poder nas atas do Concílio de Coyanza, dans Anos 90 (Porto Alegre), 20, 2013, 2013, p. 103-126.

Friguetto 2013 = R. Friguetto, Considerações sobre o conceito de 'gens' e a sua relação com a ideia de identidade nobiliárquica no pensamento de Isidoro de Sevilha (século VII), dans Imago Temporis. Medium Aevum, 6, 2013, p. 420-439.

Figuinha 2009 = M. Figuinha, Servos de Deus: monasticismo, poder e ortodoxia em Santo Agostinho, São Paulo, 2009.

Friguetto 2012 = R. Friguetto, « Memoria conseruanda causa facit ». A Memória e a História como veículos da construção das identidades no reino hispano-visigodo de Toledo (finais do século VI - primórdios do século VII), dans De Rebus Antiquis, 2, 2012, p. 1-18.

Guerras Martin, 1992 = M.S. Guerras Martin, A situação da pesquisa de História Geral no Brasil: História Medieval, dans C. M. Westphalen (dir.), Anais da Reunião da Sociedade Brasileira de Pesquisa Histórica, Porto Alegre, 1992, p. 13-18.

Leão 2001 = A. V. Leão, Os estudos medievais na atualidade brasileira: região sudeste, dans M.A.T. Maleval (dir.), Atas do Encontro Internacional de Estudos Medievais, Rio de Janeiro, 2001, p. 138-145.

Macedo 2003 = J. R. Macedo, Os estudos medievais no Brasil: catálogo de teses e dissertações, Porto Alegre, 2003.

Macedo 2009 = J. R. Macedo, Os estudos de história medieval no Brasil: tendências e perspectivas, dans Notandum, São Paulo-Porto, 21, 2009, p. 95-104.

Macedo, Mongelli 2009 = J. R. Macedo, L. Mongelli (dir.), A Idade Média no Cinema, São Paulo, 2009.

Mesgravis 1983 = L. Mesgravis, O curso de pós-graduação do Departamento de História da Faculdade de Filosofia, Ciências e Letras da Universidade de São Paulo, dans Revista Brasileira de História, 3.5, 1983, p. 87-118.

Miatello 2013a = A. Miatello, Oconceito de ecclesia nos escritos de Bernardo de Claraval: sociedade política e sociedade espiritual na Idade Média, dans A. Siqueira (dir.), Antiguidade e Medievalidade nos Textos, Fortaleza, 2013, p. 121-138.

Miatello 2013b = A. Miatello, Santos e Pregadores nas cidades medievais italianas: retórica cívica e hagiografia, Belo Horizonte, 2013.

Miatello 2013c = A. Miatello, Relações de poder e bem comum na Baixa Idade Média italiana (séculos XIII-XIV), dans Anos 90 (Porto Alegre), 20, 2013, p. 181-217.

Miatello 2014 = A. Miatello, Ars hagiographica em Tomás de Celano e Juliano de Espira: o ornamento da palavra a serviço da memória, da prédica e da política, dans N. Almeida; E. Moura (dir.), Missão e Pregação: a comunicação religiosa entre a História da Igreja e a História das Religiões, São Paulo, 2014, p. 107-126.

Mongelli 2001 = L. M. Mongelli, A quem se destinam os estudos medievais no Brasil?, dans M.A.T. Maleval (dir.), Atas do Encontro Internacional de Estudos Medievais, Rio de Janeiro, 2001, p. 146-154.

Nascimento 2014 = R. Nascimento, A Relíquia do Santo Lenho em Portugal: narrativas e milagres, dans História Revista (Online), 19, 2014, p. 105-120.

Nogueira 2006 = C.R. Nogueira, Velhos temas, novos objetos: os estudos medievais no Brasil hoje, dans O. Coggiola (dir.), Caminhos da história, São Paulo, 2006, p. 29-34.

Pedrero-Sánchez 1994 = M. G. Pedrero-Sánchez, Los estudios medievales en Brasil, dans Medievalismo, Madrid, 4.4, 1994, p. 223-228.

Pinheiro 2013 = R. Pinheiro, Relações de poder, monaquismo e autoridade episcopal na Provença durante o século V, dans Anos 90 (Porto Alegre), 20, 2013, p. 19-42.

Pinheiro 2014a = R. Pinheiro, Autorité, sainteté et charité: une étude sur les moines-évêques de Lérins au Ve. siècle, Mélanges de l´École française de Rome. Moyen Âge, 126-1, 2014, p. 1-32 (http://mefrm.revues.org/1889).

Pinheiro 2014b = R. Pinheiro, Hierarquia eclesiástica e pregação na Provença do século V, dans História Revista, 19, 2014, p 11-35.

Regina Fernandes 2009 = F. Regina Fernandes, A construção da sociedade política de Avis à luz da trajectória política de Nuno Alvares Pereira, dans A Guerra e a sociedade na Idade Média, 1, Torres Novas - Portugal, 2009, p. 421-446.

Regina Fernandes 2011 = F. Regina Fernandes, As relações régio-nobiliárquicas na Baixa Idade Média portuguesa, dans G. Rodríguez (dir.), Cuestiones de Historia Medieval, 2, Buenos Aires, 2011, p. 481-504.

Ribeiro 2001 = M.E.B. Ribeiro, Os estudos medievais no Distrito Federal, dans M.A.T. Maleval (dir.), Atas do Encontro Internacional de Estudos Medievais, Rio de Janeiro, 2001, p. 155-158. 

Rust 2011 = L. Rust, « Colunas de São Pedro »: a política papal na Idade Média Central, São Paulo, 2011.

Rust 2013 = L. Rust, A Reforma Papal (1050-1150): trajetórias e críticas de uma história, Cuiabá, 2013.

Salles 2012 = B. Salles, Os Cartulários Templários, fontes para o estudo das expressões do dominium, dans D. Marchini Neto, R. Nascimento (dir.), A Idade Média: entre a História e a Historiografia, 1, Goiânia, 2012, p. 151-176.

Salles 2013 = B. Salles, Les commanderies d'Arles et de Bayle et leurs conflits avec les moines de Sylvéréal et de Saint-Antoine: considérations sur la « seigneurialisation » du Temple en Basse-Provence (1176-1244), dans A. Baudin, G. Brunel, N. Dorhmann (dir.), L'économie templière en Occident: patrimoines, commerce, finances, 1, Langres, 2013, p. 177-206.

Silva 2008 = L.R. Silva, Monarquia e Igreja na Galiza na segunda metade do século VI: o modelo de monarca nas obras de Martinho de Braga dedicadas ao rei suevo, Niterói, 2008.

Silveira 2013 = A. Silveira, Fronteiras da tolerância e identidades na Castela de Afonso X, dans F. Regina Fernandes (dir.), Identidades e Fronteiras no Medievo Ibérico, 1, Curitiba, 2013, p. 111-130.

Simões de Paula 1942 = E. Simões de Paula, O comércio Varegue e o Grão Principado de Kiev, dans Boletim n.3 da Cadeira de História Antiga e Medieval da FFCL da USP, 1942.

Teixeira 2014 = I. Teixeira, Como se constrói um santo: A canonização de Tomás de Aquino, Curitiba, 2014. 

Vieira 2009 = Y.F. Vieira, Os estudos medievais no Brasil: peso (ou leveza) de uma tradição, dans Anais - VII EIEM - Encontro Internacional de Estudos Medievais, Fortaleza, 2009, p. 75-85.

Weckmann, 1983 = L. Weckmann, La herencia medieval del México, México, 1983. 

Weckmann 1993 = L. Weckmann, La herencia medieval del Brasil, México, 1993.

Zerner 2010 = M. Zerner (dir.), Inventar a heresia? Discursos polêmicos e poderes antes da Inquisição, Campinas, 2010.

Haut de page

Notes

1 Guerras Martin, 1992; Dias, 1994; Pedrero-Sanchez, 1994; Mongelli, 2001; Ribeiro, 2001; Leão, 2001; Bastos, Franco Junior 2002-2003; Macedo, 2003; Cândido da Silva, 2006; Nogueira, 2006; M.F. Coelho, 2006; Almeida, 2008; Bastos, Rust, 2009; Macedo, 2009; Vieira, 2009; Bastos, Franco Junior, Rust, 2010; Amaral, 2011; Frazão, 2013.

2 Simões de Paula, 1942. 

3 La dernière rencontre en date a eu lieu à l’Universidade de Brasilia (UnB), du 01 au 05 juillet 2013, sous le thème « Dialogues ibéro-américains » (http://www.abrem.org.br). 

4 http://www.ufrgs.br/gtestudosmedievais/

5 http://nemed.he.com.br

6 http://www.unesp.br

7 http://www.proppi.uff.br/portalagir/unidade/laboratório-de-estudos-medievais-e-ibéricos-scriptorium.

8 http://grupotranslatiostudii.blogspot.com.br

9 http://meridianum.ufsc.br

10 http://www.vivariumhist.com

11 http://lepem.org

12 http://www.usp.br/leme

13 Il s’agit de la 4ème rencontre d'un colloque international qui a eu lieu à Madrid (2011), à Paris (2012) et à Rome (2013). 

14 Certains de ces postes étaient intitulés « Histoire Ancienne et Médiévale », mais le nombre mentionné plus haut ne concerne que les postes occupés par des médiévistes.

15 Il y a à ce propos une polémique qui mérite d’être évoquée. Avant 1934, deux universités ont été crées au Brésil, la première en 1912, à Curitiba, et la deuxième, en 1920, à Rio de Janeiro. Toujours est-il que toutes les deux ont été le résultat de la jonction d’un centre administratif de facultés techniques déjà existantes (médecine, ingénierie, droit - il faut ajouter que cette dernière filière était formatrice de professionnels pour les sciences humaines avant la création de l’USP). L’USP est considérée comme la première université brésilienne dans un sens strict puisqu’elle a été crée par l’intégration de différentes écoles autour d’une Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres qui prétendait rassembler tous les champs du savoir (Chimie, Sciences - Biologie, Botanique, Minéralogie, Paléontologie et Zoologie - Géographie, Histoire, Sciences Sociales, Lettres, Mathématique et Physique). 

16 Mesgravis, 1983.

17 Cette rencontre est à l’origine de l’Associação Nacional de História (ANPUH).

18 http://anpuh.org/anais/wp-content/uploads/mp/pdf/ANPUH.S01.04.pdf

19 Pour une vision détaillée, voir Almeida, 2012. Cependant, ce serait une erreur de considérer que la production jusqu’à la fin des années 1990 n’était pas considérable, aussi bien du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif. Le texte antérieurement cité de Laima Masgraves offre un bilan important des Masters et Thèses soutenues au Département d’Histoire de l’USP, en montrant la diversité, la régularité et l’extension de la recherche en histoire médiévale dans ce qui était alors le plus grand centre de recherche en histoire au Brésil. Le scénario après 1990 a été néanmoins plus favorable au travail en réseau, aux échanges nationaux et internationaux et aux opportunités de perfectionnement de chercheurs.

20 Almeida, 2007.

21 Almeida, Cândido da Silva, Méhu, 2012.

22 Almeida, Moura, 2014. Un autre exemple dans ce sens c’est l’ouvrage collectif organisé par Clinio Amaral, Marcelo Berriel et Ana Carolina Almeida, à paraître dans le deuxième semestre 2014, dans lequel les auteurs présent une vision critique à propos de la thèse de Jérôme Baschet sur l’association entre le Moyen Âge et l’Amérique. 

23 Weckmann, 1983; Weckmann, 1993.

24 Macedo, Mongelli, 2009.

25 http://lattes.cnpq.br/7617600252068860. Les donnés complètes sur les activités des chercheurs brésiliens se trouvent en ligne sur une base de données crée par le gouvernement brésilien, la « Plateforme Lattes ». Nous indiquerons par la suite l’adresse des pages de chacun de médiévistes mentionnés.

26 Aparecida Amaral, 2011. 

27 Frazão, 2013b; Salles, 2012; Costa Silveira, 2012.

28 http://lattes.cnpq.br/7352024230076191

29 http://lattes.cnpq.br/9162651718729749

30 http://lattes.cnpq.br/3522716279306436

31 http://lattes.cnpq.br/3468827590530615

32 Zerner, 2010. Ce livre fait partie d’un ensemble de publications d´histoire médiévale dont le but est d’augmenter l’offre de matériaux disponibles pour la formation des élèves du Premier Cycle au Brésil. C’est le fruit d'une collaboration entre l'Editora de l'Unicamp et le Laboratório de Estudos Medievais. Après le livre dirigé par Zerner sont parus aussi le livre de Dominique Barthélemy, La chevalerie (2010); de Patrick Gilli, Villes et sociétés urbaines en Italie (2011); de Jean Flori, Guerre Sainte (2013). Pour les deux prochaines années, on prévoit la publication du livre de Michel Lauwers, La naissance du cimetière (2014), et de celui d'Alain Boureau, Satan Hérétique (2015).

33 Miatello 2013c; Cândido da Silva, 2008.

34 Friguetto, 2012; Silveira, 2013; Costa Silveira, 2012.

35 Bastos, 2011; Bastos, 2013.

36 Miatello 2013c; Cândido da Silva, 2010.

37 Rust, 2013.

38 Nascimento, 2014.

39 Costa Silveira, 2012.

40 http://lattes.cnpq.br/1550011196761207

41 http://lattes.cnpq.br/1578501704102722

42 Bovo, 2013; Bovo, 2014.

43 Almeida, 2010a; Almeida, 2010b.

44 Voir, par exemple, Miatello, 2014.

45 http://lattes.cnpq.br/6509767423864494

46 http://lattes.cnpq.br/0437074465233563

47 Figuinha, 2009.

48 Pinheiro, 2014a; Pinheiro, 2014b; Pinheiro 2013.

49 http://lattes.cnpq.br/1633309403730095

50 Della Torre, 2010.

51 Rust, 2011; Rust, 2013.

52 Crossetti, 2013; Crossetti, 2008; Crossetti, 2000.

53 Teixeira, 2014.

54 Miatello, 2013a; Miatello, 2013b.

55 Miatello, 2013b.

56 Regina Fernandes, 2009; Regina Fernandes, 2011.

57 http://lattes.cnpq.br/6066743926743863

58 http://lattes.cnpq.br/3246683197718111

59 http://lattes.cnpq.br/5297278590369732

60 Coelho, 2013; Fernandes, 2011.

61 http://lattes.cnpq.br/0068959028232754

62 Boy, 2011.

63 http://lattes.cnpq.br/1389105519730729

64 Checon, 2013.

65 http://lattes.cnpq.br/2926937854553969

66 Silva, 2008.

67 http://lattes.cnpq.br/2355198543101450

68 Bastos, 2013.

69 http://lattes.cnpq.br/1658785104998931

70 Cândido da Silva, 2008.

71 Cândido da Silva, 2007.

72 Cândido da Silva, 2012.

73 Cândido da Silva, 2014a.

74 Cette recherche était rattachée au projet collectif sur la compétition dans le haut Moyen Âge, lancé en 2010 (http://www.medieval-competition.eu/)

75 Cândido da Silva, 2013; Cândido da Silva 2014b.

76 http://lattes.cnpq.br/4817986767304134

77 Friguetto, 2013.

78 L’Universidade de São Paulo et l’École Française de Rome ont signé en 2014 une convention de coopération qui permettra l’échange d’étudiants et d’enseignants chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Néri de Barros Almeida et Marcelo Cândido Da Silva, « Le Moyen Âge et la nouvelle histoire politique au Brésil », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-2 | 2014, mis en ligne le 02 septembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/2070 ; DOI : 10.4000/mefrm.2070

Haut de page

Auteurs

Néri de Barros Almeida

Universidade Estadual de Campinas - neridebarros@gmail.com

Marcelo Cândido Da Silva

Universidade de São Paulo - candido@usp.br

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org