Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Des mendiants après les mendiants

L’insertion des communautés franciscaines réformées dans l’espace urbain germanique au XVe siècle
Ludovic Viallet

Résumés

À partir d’exemples pris en particulier en Silésie et Haute Lusace, l’étude examine ce qu’a pu impliquer un processus de réforme dans le rapport des frères Mineurs, tout autant que dans celui des gouvernements urbains, à l’espace de la ville : un espace souvent saturé, à l’âge où la conception de leur rôle comme la conscience des priorités, chez les édiles citadins, n’étaient plus tout à fait celles des XIIe-XIIIe siècles. Après avoir souligné les nettes réticences que l’Observance semble avoir manifestées à l’égard du terme conventus au profit du locus, on essaie de cerner de quelle façon les projets réformateurs franciscains ont pu s’insérer dans des villes dont le projet idéologique des élites reposait de façon croissante sur la notion de Bien commun (Bonum commune / Gemeinwohl). En une approche socio-culturelle de l’espace, on s’arrête sur quelques uns des « points d’ancrage » de la réforme, participant au processus d’arrimage des couvents au projet urbain : la question de la défense de la ville, une fonction d’assistance ou, davantage sans doute, des problèmes relevant du domaine du social (rôle des communautés de tertiaires) ou de celui de la sacralisation de l’espace. Ce dernier aspect, incarné par des architectures de dévotion et la création des premiers Calvaires (Kalvarienberge) – souvent liés à l’action de l’Ordre franciscain –, permet d’esquisser une réflexion sur les mutations à l’œuvre, à l’aube de l’époque moderne, dans la conception et l’aménagement de l’espace : s’ébauchait alors la construction d’un espace social, qui était aussi un espace public normalisé, avec ses forces de contraintes et d’autorité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

1Dans l’optique du projet ayant présidé à l’élaboration de ce dossier, les remarques qui suivent mènent en quelque sorte jusqu’au bout de l’histoire : le XVe siècle, et ces communautés régulières qui tentèrent de pénétrer un espace urbain souvent saturé, de s’insérer dans un maillage ecclésiastique dense aux multiples « lieux » polarisant l’organisation sociale et religieuse, mais aussi de s’imposer aux yeux de Conseils de ville dont la conception du rôle comme la conscience des priorités, à l’âge de la maturité des universitates citadines, n’était plus tout à fait celle des XIIe-XIIIe siècles. La démarche est donc de scruter ce qu’a pu impliquer un processus de réforme dans le rapport des frères Mineurs tout autant que dans celui des gouvernements urbains à l’espace de la ville. Le (petit) défi à relever appellerait quelques remarques préliminaires, tant sur la question générale de « l’Observance » franciscaine que sur les caractères spécifiques de l’espace d’étude qui retient plus particulièrement mon attention, l’extrémité orientale de l’espace germanique, particulièrement la Silésie et la Haute Lusace, où les villes ont été fondées au XIIIe siècle et où leur élaboration, leur insertion dans les structures ecclésiales diocésaines et leur implantation mendiante ont été des phénomènes marqués, davantage qu’en Occident, par la concommittance – bref, où les élites urbaines ont construit leur ville avec les Mineurs, plutôt qu’elles n’ont accueilli ceux-ci en leurs murs. Les prolégomènes, toutefois, prendraient trop de place ; en outre, les spécificités que ce terrain d’enquête peut comporter font surgir avec plus de relief des problèmes généraux, davantage qu’elles ne nous entraînent sur la voie de la singularité. La question de l’implantation franciscaine tardive dans l’espace urbain sera donc ici déclinée en quatre volets, en essayant de rendre compte des dégradés et des nuances qu’imposent ma démarche tout autant que la réalité.

Implantation urbaine et espace spirituel : le « non-lieu » franciscain

  • 1 Merlo 2006, p. 248.
  • 2 Merlo 1997.
  • 3 Comme l’a montré l’enquête de Gisèle Besson (Besson 2005).
  • 4 Il y a plus d’une vingtaine d’occurrence de locus dans le texte des Constitutions de 1443. Le terme (...)
  • 5 Édition dans Van den Wyngaert 1923.
  • 6 Bihl 1942, p. 204 (chap. IX, art. 15) : Locum autem non conventualem dicimus, ubi XIII fratres et s (...)

2Si, dans la péninsule italienne, l’établissement hors des murs des cités et des bourgs a été une « caractéristique constante des lieux observants », entraînant une « revitalisation sacrale des espaces extra-urbains »1, dans les espaces français et germanique il a plutôt été globalement caractéristique, avec des modalités différentes et une chronologie un peu décalée, de la première période de l’histoire de l’Observance, entre le Grand Schisme et le milieu du XVe siècle. À l’échelle de l’histoire de chaque couvent, l’implantation extra-muros a en outre souvent correspondu à une phase initiale, celle de la conquête, en particulier lorsqu’il existait déjà une communauté franciscaine ancienne dans les murs de la ville. La bulle Cum sacer Ordo de 1467, par laquelle Paul II autorisa les Observants à s’installer même dans les localités où les Conventuels étaient établis, contribua à accroître les tensions entre religieux, mais aussi avec les clercs séculiers. On pourrait citer maints exemples d’affrontements entre le clergé déjà dans la place et les nouveaux arrivants, dont une avant-garde de frères avait souvent usé d’une stratégie de violence, symbolique et matérielle, stratégie de la provocation exprimant une volonté de rupture. Il y a dans les procédés utilisés par les réformateurs franciscains, depuis le rapport au Sacré (avec les reliques) jusqu’à l’association spirituelle (avec les lettres de confraternité) en passant par les efforts pour constituer une nouvelle polarisation autour d’un locus (grâce à la célébration de l’Eucharistie), un faisceau de pratiques témoignant de ce que l’on peut appeler un « archaïsme innovateur », qui fut aussi « rénovateur » et constitua le pendant, pour la pastorale, de la « restauration innovatrice » incarnée sur le plan social2. Donnant à des pratiques anciennes une tournure « moderne », c’est-à-dire inédite ou soucieuse de toucher les fidèles par des modalités inhabituelles, ces procédés d’évangélisation, dans des sociétés déjà évangélisées, traduisaient la volonté d’une renovatio ecclésiale qui fût aussi, selon l’esprit des projets réformateurs franciscains du XVe siècle les plus aboutis, une véritable régénération sociale. L’on aurait tort de sous-estimer le poids des mots, leur force symbolique, les combats qui s’y rapportaient et la crispation identitaire qui s’y cristallisait, dans ces années où les tensions intra-franciscaines atteignaient un degré extrême. Ainsi du refus du conventus au profit du locus, mot qui plaçait dans la fidélité à la tradition, celle d’une large première moitié du XIIIe siècle3, et portait aussi en lui, indéniablement, une dose de sacralité. Dans les Constitutions qu’il rédigea en 1443, par exemple, Jean de Capistran choisit de n’utiliser que le terme de locus pour désigner le lieu où résidaient les frères4 ; le même choix fut fait, cinq ans après la mort du réformateur italien mais dans son influence immédiate, par les rédacteurs des Constitutions de 1461 pour l’Observance cismontaine5. Certes, dans la terminologie de la législation franciscaine ce mot pouvait désigner à la fois le conventus et l’eremitorium (locus minor) ou, pour reprendre la distinction faite dans les Constitutions fariniennes de 1354, le locus conventualis et le locus non conventualis6. Mais si Capistran, dans les dernières années de sa vie en tout cas, n’emploie jamais conventus, ce n’est pas pour une question de taille des bâtiments – il est favorable à de grosses communautés –, mais parce que pour lui certains mots ont un poids trop lourd à porter : ceux qui vivent dans des couvents, ce sont les Conventuels, chez qui les Observants sub vicariis, selon les témoignages des années 1450, refusent alors de loger, préférant aller chez les prêtres séculiers et les laïcs.

  • 7 Cela est à rapprocher de la « délocalisation ou […] la déterritorialisation des origines et de leur (...)
  • 8 Voir une décision du chapitre général de l’Observance ultramontaine tenu à Bâle à la Pentecôte (9 j (...)
  • 9 Le 23 août 1452, le vicaire provincial Nicolas Caroli, le gardien de Nuremberg Albert Puchelbach et (...)
  • 10 Ibid., p. 337 : Cum enim beatus Pater Viennam venisset et vidisset, quod multi magistri baccalaurei (...)
  • 11 Ibid., p. 344 et p. 347.
  • 12 Ibid., p. 376 : Eodem etiam anno 1457 receptus est locus a Fratribus Minoribus apud sanctum Nicolau (...)

3Les premières générations de Mineurs usaient du terme de locus pour désigner leur habitat, quelqu’il fût, de l’ermitage au « couvent » solidement établi. Ce terme permettait d’éluder la question de la propriété et dispensait d’une typologie des établissements ; le locus était un « non-lieu », un espace spirituel7. Passées les premières décennies de l’aventure mendiante, la Communauté — qu’on allait appeler les « Conventuels » — se mit à désigner ses habitations comme « couvents ». Les « Spirituels », toutefois, restèrent fidèles au terme locus. À partir de là, il n’est guère étonnant que toute forme d’Observance ait tenu pour le locus, même si, par ailleurs, l’un des éléments essentiels de son propositum était un retour derrière les murs du cloître. Il ne s’est pas forcément agi d’une égale propension dans l’ensemble du mouvement de observantia, comme le montrent certains textes émanant des chapitres (congregationes) généraux ou provinciaux observants du milieu du XVe siècle8. Mais en dehors des instances collectives de l’Observance, qui semblent plutôt avoir œuvré à l’uniformisation lexicale, on eut au minimum affaire à une tendance, laquelle, dans certains milieux, vira à l’exclusivisme. Il y a notamment dans la Chronique de Nicolas Glassberger – qui pourtant utilise le terme conventus pour désigner les bâtiments, comme le font fréquemment des sources proches de l’Observance9 — une véritable invasion du loci, particulièrement visible lorsqu’il s’agit de la geste de Capistran et de ses disciples. Ainsi dans les récits des séjours à Vienne, à l’été 1451, pour la fondation du couvent de Saint-Théobald10, et à Breslau (Wrocław) puis Cracovie, en février et décembre 1453, où le réformateur italien « reçut » le locum sancti Bernardini11. En août 1457, selon le même auteur, les Mineurs reçurent un locum situé sur la rive du Danube, non loin de Kelheim (diocèse de Ratisbonne), qui avait été édifié par un tertiaire entré ensuite dans l’Ordre. Ce locus fut appelé, en langue vulgaire, das Bruderloche12. Le locus, chez Glassberger, est plus que l’emplacement du couvent ; déjà construit ou à construire, il est l’espace où doit être mis en actes le propositum observant.

  • 13 Ibid., p. 300-301 : Eodem anno [1438] institutus est sanctus Bernardinus a Ministro Generali Vicari (...)
  • 14 Chronica 1887, p. 302-303 : In Christo sibi carissimis Fratribus omnibus locorum devotorum Ordinis (...)
  • 15 Ibid., p. 303-305.
  • 16 Ibid., p. 313-315.
  • 17 Musée national de Prague, Sign. VIII F 75, p. 155-156 : Item isto anno [1489] et superiori in certi (...)
  • 18 Codex Diplomaticus 1883, p. 182-184, n° 233 (9 juin 1518) : […] nos igitur, gloriosi parentis nostr (...)

4En outre, lorsqu’il raconte la genèse de l’Observance cismontaine, étroitement liée à l’action de Bernardin de Sienne, le chroniqueur franciscain utilise l’expression devota loca, qui ne figure pas dans la lettre de nomination de Bernardin en tant que vicaire général des Observants en Italie par le ministre général Guillaume de Casal en 1438, lettre insérée dans la confirmation pontificale éditée par Wadding13. Il s’agit semble-t-il d’une tournure employée par les pères de l’Observance italienne eux-mêmes, comme le montre le début de la lettre adressée aux Observants italiens le 31 juillet 1440 par Bernardin de Sienne14. Dans la suite du document, ce dernier transmet les déclarations du frère Nicolas de Osimo, commissaire du Général pour les loci devoti de la province de Saint-Ange, dans lesquelles sont employées les formules conventus vel locus, conventus aut locus, conventus et locus15. Or, à la même époque, une lettre émise le 17 décembre 1445 par le Concile de Bâle en faveur des quatre couvents déjà réformés de la province de Strasbourg (Bâle, Heidelberg, Rufach et Pforzheim) ne contient que le mot conventus16. Le flottement lexical traduit tout à la fois l’indétermination des structures – de taille, voire de « nature » différentes – et les héritages, et corrélativement « l’entre-deux » dans lequel se situaient les producteurs des textes : ils étaient en train de régénérer un réseau de couvents, en injectant aussi dans le maillage de l’Ordre de nouveaux éléments qui devaient tirer la réforme vers l’avant. Dans des chroniques et des écrits à caractère plus « militant » fut clairement et délibérément fait le choix d’un mot, celui de locus, pour désigner les établissements relevant de l’Observance. Ce qui est visible chez Glassberger l’est semble-t-il aussi dans la Chronica Fratrum Minorum de Observancia Provincie Bohemie17, mais également dans des documents d’un autre genre. Ainsi ne s’agit-il probablement pas d’un hasard si un acte comme celui par lequel le roi de Bohême et Hongrie confirma et étendit en 1518 les privilèges octroyés au couvent observant de Kamenz – fondation royale dans un contexte de lutte, on va le voir – n’utilise à aucun moment le mot de conventus, alors que l’on y trouve mention de monasterium et de locus. Le premier de ces termes désigne l’habitation des religieux ; le second correspond à une réalité plus large, à la fois institutionnelle et communautaire ; c’est donc bien l’équivalent du conventus18.

  • 19 Sacrum Commercium sancti Francisci cum domina Paupertate, dans Menestò - Brufani 1995, p. 1730 ; tr (...)
  • 20 Eucher, De laude eremi, 4, cité et analysé par Dessì - Lauwers 2009, p. 234-237.

5Hoc est claustrum nostrum, domina, déclarent les frères du Sacrum Commercium à dame Pauvreté depuis le sommet de la colline, en une formule-clef apte à renforcer, si on la plaque sur une réalité fantasmée du XVe siècle, tous les clichés relatifs à la présence « ouverte » de Mineurs œuvrant, tel François, au contact des fidèles19. Or, les mouvements réformateurs franciscains ont davantage insisté sur le retour au cloître qu’ils n’ont invité à la pastorale des grands espaces. L’usage du terme locus, renvoyant à un phénomène de localisation du divin, rappelle l’exaltation du désert nettement circonscrit à laquelle se livre Eucher au sujet de Lérins dans son De laude eremi composé en 428. Un millénaire plus tard, il s’agissait bien également d’affirmer, non que partout était le cloître, mais que là où était le cloître, était le désert : le lieu propre de Dieu ; un lieu où celui-ci est « plus présent […], puisqu’on l’y trouve plus facilement »20.

Implantation urbaine et contrôle de l’espace : la question de l’utilité sociale

  • 21 Blickle 2001.
  • 22 Ibid., p. 91 et p. 104.
  • 23 De concordia catholica, III, 376, 10-12, cité par Hibst 1991, p. 212 : Et licet rex dispensare aut (...)

6Les projets réformateurs franciscains, particulièrement perméables, voire malléables au contact du monde laïque, ont dû s’insérer dans des villes dont le projet idéologique des élites au pouvoir reposait de façon croissante sur la notion de Bien commun (Bonum commune / Gemeinwohl). À partir du cas de Bâle – résidence épiscopale dotée toutefois, en 1450, d’un gouvernement particulièrement ouvert aux métiers (Zünfte) – Peter Blickle a souligné comment s’était imposée au XIVe siècle, en milieu urbain puis à l’échelle d’un territoire entier, la valeur du « commun profit » – ou « utilité commune » (Gemeine Nutzen) –, associée au départ à la recherche de la paix mais aussi à des besoins publics tels la gestion de l’eau, la construction d’un pont ou l’aménagement des routes. À court terme, au XVe siècle, ces aspects concrets ont constitué la matrice d’un concept politique au service de la légitimation des autorités en place21. Ce phénomène est à replacer dans le processus plus large de la « communalisation » (Kommunalisierung) des pouvoirs médiévaux, selon Blickle, pour qui l’apparition du concept allemand du Gemeine Nutzen ne résulte pas, au départ, de la germanisation de la formule antique Bonum commune22. Il venait étayer, en tout cas, une réflexion politique menée en particulier par Marsile de Padoue sur le rôle de la communauté dans la réalisation de la sufficientia vitae, réflexion dont on ne peut ignorer la réception dans le milieu des gouvernements communaux, d’autant qu’elle fut relayée au milieu du XVe siècle par la pensée de Nicolas de Cues, qui fut légat pontifical dans l’Empire. Son De concordantia catholica faisait de la recherche de l’utilitas publica la norme de référence de toute décision politique, au cœur d’une conception de la définition de la Loi fondée sur la notion d’équité23. Or, l’epikeia – vertu correctrice, si nécessaire, de l’application littérale de la loi – fut placée à la même époque en une position décisive dans la légitimation, par certains Conventuels, d’un propositum franciscain fondé sur la via media.

  • 24 Reisch 1917, n° 746 : « In deßem jahr weder zcu bawen redlich ansehen sal, mit der zceitt awffricht (...)
  • 25 Eschenloer 2003, I, p. 168 : « Ein new kirche huben die Bresler vmb seinen willen an zubawen, zu Sa (...)

7Le soutien apporté à des choix relevant d’une voie moyenne, à bien des égards rationnelle voire raisonnable, ne peut être considéré sous le seul angle du « laisser aller », qui ferait des pouvoirs urbains les spectateurs passifs, voire consentants, du relâchement interne à l’ordre franciscain. Quand bien même les Conseils de ville auraient été indifférents au destin des fils de François, ce qui était en jeu au XVe siècle, tant pour la construction de la nécessaire cohésion urbaine que pour la préservation d’un contrôle, à tout le moins d’un levier de pouvoir le plus puissant possible sur la gestion de l’espace, imposait que la relation entre les édiles et les couvents franciscains fût intégrée à une politique de l’utilité publique. Celle-ci est perceptible jusque dans des actes à la portée limitée pour l’aménagement du bâti urbain. Ainsi, à Namslau (Silésie), où au tournant des XVe-XVIe siècles l’utilité de la ville et celle du couvent étaient recherchées de conserve, en une collaboration directe – l’électro-encéphalogramme de la réforme demeurant (désespérément ?) plat, ceci expliquant peut-être en partie cela –, la reconnaissance effectuée le 2 novembre 1500 par le gardien Georges, Monch genant, et les frères Mineurs au côté des conseillers, est significative : Michel Bartkonis était exempté pendant cinq ans des impôts et taxes urbains ainsi que du cens dû au gardien (au nom du couvent) pour la maison qu’il avait achetée, à condition qu’il la reconstruisît et l’embellît zu gutte und fromen der stadt24 ; il s’engageait en outre à faire célébrer pendant ces cinq années une messe des morts (avec vigiles) à chacun des Quatre Temps. Il n’est donc pas possible de dissocier les problèmes liés à la gestion de l’espace de la question de la « bonne réforme », à partir du moment où, en outre, celle-ci faisait revenir dans le giron municipal certains biens fonciers ou immobiliers – dans le cas de la réforme de couvents en place – ou, au contraire, signifiait pour la Ville un surcroît de dépenses induites par le nécessaire soutien à une communauté refusant tout revenu régulier. Il faut avoir tout cela à l’esprit lorsque l’on fait le constat qu’au-delà de la popularité personnelle du prédicateur Jean de Capistran, dans les années 1452-1454, l’histoire du mouvement observant sub vicariis en Silésie et Haute Lusace n’a pas été une success story. Sur le territoire des custodies de Goldberg et Breslau, en effet, les réticences des villes à l’arrivée de l’Observance dite « cismontaine » ont produit leurs effets. Le cas est particulièrement net pour la Haute Lusace, où le mouvement des Reformaten (via media fondée sur les Constitutions « martiniennes » de 1430), porté par quelques gouvernements urbains unis dans la Ligue des Six Villes n’a laissé passer qu’une seule fondation de l’Observance, à Kamenz. En Silésie, cette dernière ne fut pas accueillie de bon gré par les autorités municipales là où se trouvait déjà une communauté franciscaine, en particulier à Breslau et Schweidnitz (Swidnika), où la pertinence d’un nouvel établissement franciscain apparaissait limitée. Le greffier municipal Pierre Eschenloer se fait ainsi l’écho, dans sa chronique de Breslau, des réticences d’une partie des bourgeois, qui pensaient que mieux valait mettre l’accent sur les besoins liés à l’assistance aux pauvres – au XIVe siècle, le Conseil avait pris des décisions importantes dans ce domaine – ou à la défense de la ville. Par là-même, ce qu’il trace en quelques lignes, ce sont les contours du Bien commun25.

  • 26 Voir Behrisch 2005 et Behrisch 2008.
  • 27 Codex Diplomaticus 1883, p. 130-131, n° 173 : « […] also darumb so habe wir zu sunder unser ewigen (...)
  • 28 Koch 1915, p. 133-134.

8Les villes de Silésie et Haute Lusace étaient placées sous l’autorité formelle du roi de Bohême, mais conservaient un degré élevé d’indépendance. Elles semblent avoir été caractérisées par une emprise particulièrement forte des patriciats locaux, qui atteignit sans doute un degré extrême à Görlitz, comme l’ont montré les travaux de Lars Behrisch26. Cela rend alors d’autant plus intéressante la démarche consistant à se glisser dans les interstices d’une analyse du « fonctionnement » des communautés urbaines qui prenne aussi en compte les enjeux sociaux de la reformatio, a fortiori en Allemagne où le « besoin social » fut un critère d’autant plus déterminant dans le contexte du passage à la Réforme qu’il avait été extrêmement présent au cours des décennies précédentes dans la politique des édiles urbains. Dans les réformes religieuses de la fin du Moyen Âge et dans l’implantation de nouvelles communautés, les réticences des villes – réticences encore plus riches d’enseignement lorsqu’elles sont venues heurter la volonté des pouvoirs princiers ou royaux – s’affirmèrent en général sans doute moins par refus du propositum réformé que par scepticisme sur l’utilité socio-économique du changement voire, in fine, par méfiance à l’égard de ce que l’acceptation de la réforme pouvait impliquer de dangereux pour l’autonomie urbaine. Le dossier relatif à l’implantation du couvent observant de Kamenz paraît, sur ce point, assez révélateur. Les termes mêmes de la lettre de fondation du couvent par le roi Ladislas de Bohême, le 3 mars 1493, dans la continuité des efforts de Mathias Corvin en faveur de l’Observance, témoignent certes d’une volonté portée par la dévotion, mais surtout de l’injonction faite au bailli, bourgmestre et Conseil de ville d’être des soutiens, non des obstacles27. Dans les années suivantes, les religieux se plaignirent de l’attitude des autorités urbaines comme du clergé local et des autres Franciscains, qui les gênaient pour la réception des aumônes et des legs. Sans doute les réticences du Conseil doivent-elles être considérées avec nuances, en tout cas pas forcément comme la marque d’une opposition fondée sur des motifs « religieux » à l’arrivée de l’Observance sub vicariis. Une assemblée tenue dans le Rathaus le 15 septembre 1492 mit en présence les édiles de la ville, qui prirent connaissance de la volonté royale, quelques Observants venus de Breslau ainsi que des Conventuels (Reformaten) de Bautzen. Ceux-ci protestèrent contre le projet d’implantation, car ils possédaient à Kamenz une maison terminaire, tandis que le clergé local mit en avant l’absence d’autorisation épiscopale28. Le délai demandé par le Conseil, qui attendait la venue du bailli en personne, n’était pas synonyme de refus de la majestas royale, invoquée lors de l’assemblée. C’était avant tout la manifestation d’une inquiétude face à l’exigence du souverain, qui demandait qu’un emplacement intra-muros soit dévolu au nouveau couvent. Ce ne fut pas le cas, puisque les frères s’installèrent juste à l’extérieur de la ville close, utilisant la muraille pour y adosser leur bâtiment.

  • 29 Codex Diplomaticus 1883, p. 135-136, n° 181 : « Freitagis noch ostern hot der erbar roth denn juncf (...)
  • 30 Ladislas autorisa la Ville, le 26 août 1498, à créer un marché annuel de huit jours, avant d’accéde (...)
  • 31 Ibid., p. 158-160, n° 206 et n° 207 (26 mai 1507).
  • 32 Ibid., p. 171-172, n° 224 (24 septembre 1512).
  • 33 Ibid., p. 188-189, n°241 (29 avril 1521) : « Es sal auch der gangk uff dysser mawer nicht vorengeth (...)
  • 34 Ibid., p. 182-183, n° 233 (9 juin 1518) : […] nos igitur, gloriosi parentis nostri devotionis atten (...)
  • 35 Ibid., p. 183, n° 233 : Preterea tenore presencium omnibus et singulis firmissimo edicto districte (...)

9Le souci des ressources urbaines apparaît constant, à Kamenz comme ailleurs, toute nouvelle fondation ecclésiastique étant susceptible d’ôter à la Ville une portion de ce qui était considéré comme patrimoine de la collectivité. Lorsque le 20 avril 1498 le Conseil autorisa les jeunes femmes vivant sous « la troisième règle de saint Bernardin » à acheter un jardin, il précisa qu’en cas de déménagement de ces tertiaires leur maison et leur jardin reviendraient parmi les biens imposables de la ville, comme cela avait toujours été le cas29. Il semble que les édiles comme le roi aient su mettre dans la balance ce qu’il fallait d’exigences et de concessions pour rendre acceptable la nouvelle fondation : l’autorisation de création d’un marché annuel et d’un prélèvement – au titre de Stadtrechte – sur les détenteurs de biens situés à l’intérieur du territoire de la ville et jusqu’à une distance d’une lieu et demie de celle-ci, mais aussi l’interdiction de l’établissement d’une foire rivale dans la ville de Pulsnitz furent opportunément octroyées par le roi au gouvernement urbain entre 1498 et 150130. L’idée d’une contrepartie économique à l’acceptation d’une greffe mendiante perçue comme mal adaptée à l’unité organique de la communauté urbaine apparaît plus clairement dans le débat concernant le site même du couvent, dont la position initiale extra-muros était jugée dangereuse par les frères, mais aussi, sans doute, par les édiles urbains eux-mêmes. Ceux-ci finirent par se rallier à une extension de la muraille et reçurent en mai 1507 l’autorisation royale de créer un nouveau marché à viande hebdomadaire libre de taxes et le privilège d’utiliser un sceau de cire rouge pour les affaires de la ville31. Restait à régler les modalités selon lesquelles se feraient les aménagements, tant pour l’espace nécessaire que pour le paiement des matériaux, ce qui fut fait lors d’un accord détaillé intervenu devant le bailli du margraviat de Haute Lusace en septembre 1512 entre le couvent et les représentants de la communauté des habitants32. Neuf ans plus tard, un nouvel accord régla la question de la jouissance et de l’entretien d’un tel tronçon de fortification, détenu par une communauté privée mais relevant, par essence pourrait-on dire, de l’intérêt commun. Le percement d’une porte, en particulier, devait permettre au couvent d’œuvrer « au profit » (Nutz und Frommen) de la ville, car elle serait utile en cas d’incendie ou de guerre33. Entre-temps, le 9 juin 1518, le successeur de Ladislas de Bohême, Louis, avait confirmé la fondation du couvent Sainte-Anne et complété ses privilèges, notamment pour ce qui concernait la possibilité d’aménagements de l’espace conventuel, en un acte dans lequel sont nettement perceptibles les tensions et la pression qui s’exerçaient sur celui-ci34. Le même document fait allusion à des difficultés rencontrées par les religieux pour percevoir les donations des fidèles, et souligne bien la totale capacité de la communauté observante à entrer en possession de biens mobiliers et immobiliers, y compris aux dépens du patrimoine de la Ville35.

  • 36 Ibid., p. 183-184, n° 233.

10Pour ce couvent qui avait reçu en 1513-1515 l’autorisation de quêter dans toute la Saxe, la Silésie, la Bohême et la Moravie afin de compenser le caractère exigu d’un terme qui amenait vite les frères à se heurter à l’hostilité des Reformaten et de leurs soutiens urbains, la recherche vitale de revenus ne paraît guère avoir été soumise à restrictions, dès lors que les biens immobiliers faisaient l’objet d’une revente rapide et que, comme quelques actes disponibles en témoignent au détour d’une phrase, étaient à l’œuvre les indispensables intermédiaires extérieurs à la communauté des frères, les procureurs. Ceux-ci furent placés sous la protection royale au même titre que les religieux du couvent, dans la confirmation de privilèges du 9 juin 1518 qui en faisait une affaire de respect dû à la majestas du souverain36. Corrélativement, le jeune Louis et son chancelier Ladislas de Sternberg sanctuarisaient un peu plus l’enclos conventuel en en faisant un lieu d’asile et en exigeant des magistrats urbains qu’ils fussent les garants du respect de l’autorité du souverain. C’était beaucoup demander aux édiles locaux, mais c’était utiliser un levier – le « religieux » au service du « politique » – que les villes de Haute Lusace, jalouses de leur autonomie et pour certaines, dont Kamenz, regroupées en une ligue dominée par Görlitz, ne se privaient pas d’utiliser. À travers le bout de la lorgnette de cette petite communauté de frères fichée comme un coin – coincée – dans un espace urbain peu favorable, voici donc l’histoire de l’homme qui voulait être roi. Et l’on pourrait dire aussi : en face, voici l’histoire d’une ville qui voulait être une ville.

Une approche socio-culturelle de l’espace : les « points d’ancrage » de la réforme

  • 37 Reisch 1917, n° 940 (transcription de la bulle par un chanoine d’Oppeln) : Ceterum quo coenobium di (...)
  • 38 Voir notamment les exemples donnés dans Stüdeli 1969.
  • 39 Jahrbuecher 1839, p. 50-52.
  • 40 Reisch 1917, n° 547 (20 décembre 1476, reconnaissance des Mineurs), n° 548 (même date, reconnaissan (...)

11Le dossier de Kamenz a montré, sans surprise, combien le problème de la situation du couvent par rapport à la muraille, a fortiori dans des régions troublées, avait fait l’objet de grandes préoccupations. D’autres cas mériteraient d’être évoqués. Le 14 juillet 1516, sur la demande de l’évêque de Breslau et des ducs Frédéric de Liegnitz et Jean d’Oppeln, une bulle de Léon X ordonna que les couvents observants de Liegnitz (Legnica), Neisse (Nysa) et Oppeln (Opole), fondés entre 1473 et 1475, fussent détruits et que l’on remît à leurs occupants les bâtiments des Conventuels37. À l’appui de cette décision était en premier lieu invoqué le danger que faisaient courir ces édifices au système de défense des villes. Pour la suppression de trois communautés de Conventuels considérées désormais comme des surcharges, le souci de la sécurité a donc servi d’argument décisif, voire de prétexte, puisque si à Liegnitz et Oppeln les couvents offerts aux Observants étaient situés intra-muros, à Neisse les Mineurs étaient établis depuis le XIIIe siècle juste au-dehors des remparts. Or, l’implantation contre la muraille a été un souci constant des gouvernements urbains : à l’extérieur, elle a pu entraîner une extension de la fortification de façon à insérer le couvent dans le système défensif et à l’utiliser comme s’il avait été situé à l’intérieur des murs ; dans les deux cas (dehors ou dedans), in fine, il a fallu négocier – car il n’était pas question pour les autorités urbaines de ne pouvoir accéder à cet espace – afin de définir les modalités du passage (percement éventuel d’une porte), de la surveillance et de l’entretien de ce tronçon de muraille38. On a là une situation semblable à celle qui a pu toucher des couvents plus anciens, établis dès le XIIIe siècle : par exemple, celui de Zittau, en Haute Lusace, qui s’engagea en 1370 à entretenir une tour sur laquelle le Conseil pourrait placer un garde, à la suite des débats suscités par l’asile donné à un meurtrier au sein du couvent39 ; ou encore, un siècle plus tard, celui de Görlitz, qui céda aux édiles une tour sise dans les murailles, derrière les bâtiments conventuels, pour « l’utilité commune » de la ville (« umb gemeines nutz willen disir stat »)40.

  • 41 L’emplacement du nouveau couvent a longtemps été situé de façon erronée dans l’espace intra-muros. (...)
  • 42 Ibid., n° 435, legs, par un couple d’habitants, d’un cens « zu fromen und notiz des spittals und de (...)
  • 43 Chronica 1887, p. 349.
  • 44 B. Sannig, Chronica de origine et constitutione provinciae Bohemiae ordinis fratrum minorum sancti (...)

12À Neisse, le couvent avait été reconstruit au cours des décennies 1430 et 1440 à l’emplacement-même qu’il occupait avant sa destruction par les Hussites : le « pré des frères » (Mönchswiese), auquel on accédait depuis le Ring par la Brüderstrasse et la Brüdertor, et qui était contigu à un pré accessible aux habitants en passant par la cour du couvent durant l’été, le dimanche et les jours de fête41. Un acte de 1450 permet de penser qu’il y avait vraisemblablement auprès du couvent un hospice pour les malades ou les pauvres42. Certes, il s’agissait là d’une maison de Conventuels ; mais à l’âge où l’on reconstruisait – après les troubles des guerres hussites, en particulier – ou bien commençait à réformer en affirmant des principes de vie de observantia, l’existence d’une fonction d’assistance n’est pas à négliger. Elle participait en effet ailleurs au processus « d’arrimage » des couvents de réformés au projet urbain, sans qu’il soit facile de faire la part entre le « fonctionnel » et la récupération « faute de mieux » : à Amberg, nous dit Glassberger, une première pierre fut posée le 11 avril 1455 par le duc de Bavière pro structura conventus [Ambergensis] versus aquam, ubi modo est domus infirmorum contiguata43 ; à Glatz (Kłodzko), où en 1475 le seigneur de la ville Henri de Podiebrad et sa femme Ursule de Hohenzollern jouèrent un rôle déterminant, un emplacement avait été trouvé hors des murs, mais on récupéra, selon le chroniqueur franciscain du XVIIe siècle Bernard Sannig, locum eiusdem hospitalis civici, probablement abandonné pour des raisons stratégiques44.

  • 45 On pourra aussi penser, pour prendre un exemple plus occidental, à la façon dont les « dévotes sœur (...)
  • 46 Voir supra, note 10.
  • 47 Voir Wadding 1932, an. 1459, n° 58, p. 162-163 : Prope oppidum de Helhoim, Ratisponensis dioecesis, (...)
  • 48 Voir notamment Viallet 2010.

13Les « points d’ancrage » qui ont permis aux nouvelles communautés de prendre pied dans l’espace urbain ont été de nature diverse et ont pu aussi ressortir aux domaines du social et du rapport au Sacré, a fortiori dans un espace germanique pour lequel le nœud liant ces derniers constitue une clef essentielle de compréhension de la réalité de la ville tardo-médiévale et/ou de la conception qu’en ont eue les historiens allemands, si prompts à parler de « communauté sacrée » (Sakralgemeinschaft) pour la désigner. Il faut scruter le rôle qu’ont pu jouer ou qu’on a pu faire jouer à des communautés de tertiaires, en particulier féminines – devotae sorores souvent issues de l’élite locale –, dont l’existence dans la ville a été utilisée pour permettre aux Observants de s’installer ou de s’intégrer, y compris parfois grâce à quelque tour de passe-passe immobilier45. À Vienne, ce sont des tertiaires qui ont laissé leur place aux nouveaux frères46, et on a vu qu’à Kamenz la présence de quasi-« Bernardines » a été contemporaine des premières années du monastère observant, tandis qu’à Kelheim aussi la genèse du Bruderloche et son développement en un couvent, malgré l’opposition du clergé local, ne se sont pas déroulés sans lien avec les tertiaires, masculins cette fois-ci47. Un autre domaine paraît important, celui de la création de nouvelles polarités sacrées dans l’espace urbain, voire de la sacralisation tout entière de cet espace. Nombre de fondations de chapelles de la Passion, de la Sainte-Croix, du Saint-Sépulcre ou de Notre-Dame de Pitié, au XVe siècle et au début du XVIe, furent en effet au cœur d’un processus d’enracinement de la piété fondatrice dans l’espace urbain48. Ce processus, dont les frères Mineurs ont été des agents privilégiés, trouva son aboutissement dans la création des premiers Calvaires, qui constituèrent la forme primitive des Chemins de Croix et résultèrent de l’assimilation du paysage et de la topographie de la ville à ceux de Jérusalem et du drame de la Passion. Compte tenu du lien souvent étroit ayant existé entre l’Observance franciscaine et ces architectures de dévotion, il vaut la peine de les évoquer brièvement, en distinguant les cas où elles étaient installées hors de l’espace urbain et ceux où elles contribuaient à le structurer.

Sacraliser et structurer : discipline des corps et des esprits dans l’espace public

  • 49 On entend par hétérotopie, à la suite de Foucault, « des lieux réels, des lieux effectifs, des lieu (...)
  • 50 Marin 1973, p. 299. C’est au parc thématique disneyen, non au complexe dévotionnel chrétien, qu’à p (...)
  • 51 Cet aménagement était permanent, contrairement aux dispositifs décoratifs et architecturaux proviso (...)

14On peut reconnaître assez facilement aux complexes dévotionnels créés à partir de la fin du XVe siècle un peu à l’écart des villes, à l’instar des Sacri Monti d’Italie du Nord et du Centre, une double fonction d’hétérotopie « de compensation » – en tant que lieux de participation à ce que Michel Foucault appelait la « normalisation disciplinante » – et d’hétérotopie « de crise », si l’on veut bien considérer que dans l’optique d’une spiritualité pénitentielle, la crise était un état quasi permanent pour le fidèle49. Utiliser, à la suite de Louis Marin, le terme d’« hétérotopie de recentrement » présente l’avantage d’insister sur deux aspects essentiels : d’une part, la dimension « performative » du complexe dévotionnel, au sein duquel le fidèle actualisait le récit mythique instaurateur de la société dans laquelle il vivait50 ; d’autre part, la dimension spatiale, en lien avec l’utopie de la ville idéale, en des jeux d’espaces qui étaient les fruits de l’imagination mais n’excluaient en rien les objectifs moraux, bien sûr, comme les jeux du pouvoir et des formes contraignantes de l’autorité. Car il s’agissait bien de contrôler, ce qui passait par un aménagement de l’espace51. La réflexion doit alors se porter sur l’insertion du complexe dévotionnel dans l’espace urbain, donc sur les significations et implications sociales du modèle de la ville idéale, si prégnant dans l’imaginaire, et le développement d’un certain nombre de processus d’appropriation symbolique et visuelle de l’espace dans lesquels les Mendiants ont joué un rôle important, sinon essentiel. Au Moyen Âge, en effet, sans doute le mécanisme de la « recréation » d’une Jérusalem, voire d’une « Terre sainte » était-il déjà à l’œuvre dans les formes de la vie liturgique, l’implantation de certains lieux de culte ou d’ensembles d’églises, mais aussi les cérémonies et leurs supports, comme les collections de reliques. Dans cette optique, ce qui se passa de nouveau, au XVe siècle, ne fut pas tant le mécanisme de la reproduction (voire de la transplantation) que le fait qu’il se concentrât sur la Passion et qu’il sortît de l’enceinte de l’église pour s’emparer d'espaces plus vastes et propres à accueillir d’autres formes de dévotion. Dans le cas de certains itinéraires situés en ville et dans l’espace péri-urbain (avec le Mont-Calvaire proprement dit), il a pu arriver que la dématérialisation de la Via Crucis impliquât une très bonne connaissance, non seulement du récit biblique, mais aussi de l’espace civique et de ses « points vitaux ». À Lübeck, Berlin et Görlitz, par exemple, rien n’atteste que l’itinéraire du Chemin de Croix ait jamais été matérialisé par des piliers ou des oratoires. Les différentes stations devaient donc faire l’objet d’un processus de création mentale, par la méditation, chez ceux qui effectuaient le trajet en évaluant les distances. On n’est pas très loin, ici, de ce qu’Ignace de Loyola appellera, dans ses Exercices spirituels, la « composition de lieu ». Sans doute faut-il prendre la mesure de ce type de « disciplinalisation » hors de l’espace liturgique de l’église. Deux évolutions importantes doivent être soulignées, qui ne furent peut-être pas étrangères à l’apparition des Calvaires urbains ou la favorisèrent.

  • 52 Jansen 1990, p. 185, et p. 191 : « Ce qui a évolué, c’est la norme de plus en plus rigoureuse déter (...)
  • 53 Ibid., p. 192.
  • 54 Foucault 2004, p. 100.
  • 55 Voir en particulier ibid., p. 91-118, Leçon du 1er février 1978.

15Tout d’abord, cette apparition, donc la prise de possession et la sacralisation de l’espace de la ville – de l’espace public alors en émergence – par des processus de disciplinalisation du corps et de l’esprit est contemporaine d’une autre mutation, majeure, qui a concerné le statut de l’église en tant qu’espace social : l’évolution progressive vers la mise en pratique de la conception de l’inviolabilité de l’espace sacré. Philippe Jansen l’a bien souligné il y a maintenant vingt ans au moment où une table-ronde, tenue en 1989 aux Archives Nationales, avait appelé à faire de l’église un « objet d’histoire totale »52. D’une façon générale, le milieu du XVe siècle a été marqué par un durcissement de l’attitude des autorités, tant ecclésiastiques que laïques, face à des pratiques festives considérées désormais, de plus en plus, comme contraires à l’ordre moral et nuisibles pour l’ordre public : danses dans les églises, abbayes de jeunesse et fêtes de bas-clercs fondées sur l’inversion momentanée allaient désormais faire l’objet de mesures restrictives, voire d’interdits. Pendant que, dans les églises, « l’espace sacré l’emporte sur l’espace social »53, un espace social de la ville se construit, qui s’impose aussi par la normalisation des comportements et accompagne le passage vers ce que Michel Foucault appelle « gouvernement », caractérisé par le fait de « disposer des choses » – entendues « comme intrication des hommes et des choses », notamment le territoire et les ressources54 – et opposé, chez Foucault, à l’exercice de la souveraineté. Cette mutation a été enclenchée dans la ville de la fin du Moyen Âge, avec ses problèmes concrets et sa morphologie, en particulier dans les dernières décennies du XVe siècle, donc de façon plus précoce que ne le pensait Foucault, dont le « tropisme » chronologique était celui d’un historien moderniste et la vision une « vue d’en haut » répondant à la recherche d’une généalogie de l’État moderne55.

  • 56 Schuster 2007.
  • 57 Ibid., p. 697-698.
  • 58 Ibid., p. 704.

16En outre, l’étude du monde des villes à l’âge du Bien commun laisse le sentiment d’une véritable saturation de l’« espace de l’opposition », cette expression étant ici conçue dans une double acception : politique, car le contrôle voire la fermeture des organes municipaux par les oligarchies locales laissait peu de place à des formes d’opposition autres que la révolte ; géographique, car l’emprise des autorités urbaines sur l’espace de la cité s’est affirmée par le biais, notamment, d’une appropriation visuelle et symbolique qui laissait peu de place à des marges-refuges autres que celles de la marginalité. On pense ici, évidemment, aux itinéraires de la « religion civique » ; mais il faut aussi souligner combien, à la fin du Moyen Âge, la répression de l’hétérodoxie a été marquée par un caractère public et rituel, de plus en plus théâtralisé. Peter Schuster a bien montré la façon dont, à partir du XVe siècle, dans l’Empire, les exécutions ont fait l’objet de véritables mises en scène religieuses56. Dans le coutumier de la ville franconienne de Volkach composé en 1504 (le Salbuch), une miniature en couleurs représente une scène de pendaison d’un voleur de vin ; le chemin qui mène à la potence est un Chemin de Croix et l’endroit où a lieu l’exécution est nommé locus calvarie. D’une façon générale, les scènes d’exécutions de cette époque contiennent toujours des allusions à la Passion. Quant aux textes, ils témoignent de l’engagement du public, touché par le supplice d’un condamné dont ils avaient régulièrement pitié57. L’intégration d’éléments religieux dans les rituels d’exécution (notamment, leur accès à la communion et le fait qu’un clerc accompagnât le condamné sur le chemin de la potence en portant une croix devant lui) montre que dans l’Empire, « vers 1500, le droit des condamnés à être membres à part entière de la communitas christiana s’était imposé », non sans résistances58. Dans une ville construite notamment sur un imaginaire lié à l’image de Jérusalem et structurée (partiellement) par le récit de la Passion, l’exécution publique pouvait désormais devenir drame religieux, ou, au minimum, user des ressorts du drame religieux.

  • 59 À rebours du schéma foucaldien, marqué par une excessive linéarité logique, selon lequel on serait (...)
  • 60 Vauchez 2005, p. 67.

17En dernière analyse, ce qui se profile derrière ces phénomènes témoignant de mutations dans la conception et l’aménagement de l’espace, c’est l’ébauche de la construction d’un espace social – qui était aussi un espace public normalisé, avec ses forces de contraintes et d’autorité – fondé de plus en plus sur l’existence de lieux reliés entre eux59. Dans ce processus, les ordres mendiants ont pris leur part, en particulier les Mineurs, dont les mouvements réformateurs – porteurs d’une volonté de retour au cloître, portés par une avant-garde soucieuse de régénération sociale mais tributaires des formes de la modernité socio-politique – n’ont pas entretenu avec les communautés urbaines un rapport identique à ce qu’il avait été deux siècles plus tôt, à l’âge de l’expansion conquérante. Ainsi ne peut-on pour le XVe siècle, moins que jamais, étudier les aspects concrets de l’implantation monastique en milieu urbain sans s’intéresser aux phénomènes politiques, sociaux, économiques et culturels, au sens large, qui sous-tendaient désormais le rapport des citoyens à leur espace quotidien. Tout en prenant garde d’éviter le double écueil d’une approche (excessivement) fonctionnaliste d’une part, et d’une vision téléologique faisant de l’irruption du Luthéranisme la clef d’interprétation, a posteriori, des évolutions antérieures, d’autre part, il faut souligner l’importance de ce qui était perçu comme l’utilité sociale d’une communauté religieuse, a fortiori dans l’espace germanique, pour cerner la réussite ou l’échec de son implantation en ville. En recherchant les « points d’ancrage » des projets réformateurs dans l’espace urbain, on se trouve à un poste d’observation privilégié du choc entre les usages d’une société désormais en voie de sécularisation et les pratiques d’un « usage chrétien du monde »60 que le Moyen Âge finissant, Franciscains en tête, prisonnier d’une vision trop cléricalisée de l’Ecclesia, a peiné à imaginer.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Behrisch 2005 = L. Behrisch, Städtische Obrigkeit und soziale Kontrolle. Görlitz 1450-1600, Epfendorf, 2005.

Behrisch 2008 = L. Behrisch, Ville, criminalité et contrôle social en Allemagne (XVe-XVIe siècles) : Görlitz, un cas à part ?, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55/4, 2008, p. 7-33.

Besson 2005 = Gisèle Besson, « Locus » et « conventus » : un état des « lieux » franciscains chez Salimbene de Adam, dans Médiévales, 48, printemps 2005, p. 123-140.

Bihl 1942 = Statuta Generalia Ordinis edita in capitulo generali an. 1354 Assisii celebrato communiter Farineriana appellata, éd. M. Bihl, Archivum Franciscanum Historicum, 35, 1942, p. 33-112 et p. 177-253.

Blickle 2001 = P. Blickle, Der Gemeine Nutzen. Ein kommunaler Wert und seine politische Karriere, dans H. Münkler, H. Bluhm (éd.), Gemeinwohl und Gemeinsinn. Historische Semantiken politischer Leitbegriffe, Berlin, 2001, p. 85-107.

Caby 2007 = C. Caby, Remarques pour une histoire comparée des ordres religieux au Moyen Âge, dans G. Melville, A. Müller (éd.), Mittelalterliche Orden und Klöster im Vergleich. Methodische Ansätze und Perspektiven, Münster, 2007, p. 115-137.

Chronica 1887 = Chronica Fratris Nicolai Glassberger Ordinis Minorum Observantium, dans Analecta Franciscana, II, Quaracchi, 1887.

Chronologia 1650 = Chronologia historico-legalis Seraphici Ordinis Fratrum Minorum Sancti Patris Francisci, I, Naples, 1650.

Codex Diplomaticus 1883 = Codex Diplomaticus Saxoniae regiae, B. II, 7 (Urkundenbuch der Städte Kamenz und Löbau), éd. H. Knothe, Leipzig, 1883.

Dalarun 1998 = J. Dalarun, Les maisons des frères : matériaux et symbolique des premiers couvents franciscains, dans L. Feller, P. Mane, F. Piponnier (éd.), Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, Paris, 1998, p. 75-95.

Dalarun 2010 = J. Dalarun (éd.), François d’Assise. Écrits, Vies, témoignages, Paris, 2010.

Dessì - Lauwers 2009 = R. M. Dessì, M. Lauwers, Désert, église, île sainte. Lérins et la sanctification des îles monastiques de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, dans Y. Codou, M. Lauwers (éd.), Lérins, une île sainte de l’Antiquité au Moyen Âge, Turnhout, 2009, p. 231-279.

Eschenloer 1827-1828 = Pierre Eschenloer, Geschichte der Stadt Breslau, éd. M. J. G. Kunisch, Breslau, 1827-1828.

Eschenloer 2003 = P. Eschenloer, Geschichte der Stadt Breslau, éd. G. Roth, Münster-New York-Munich-Berlin, 2003, I.

Foucault 1984 = M. Foucault, Des espaces autres, Conférence au Cercle d’études architecturales [14 mars 1967], dans Architecture, mouvement, continuité, 5, octobre 1984, p. 46-49, réédité dans Id., Dits et Écrits II, Paris, 2001, p. 1571-1581.

Foucault 2004 = M. Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France (1977-1978), éd. M. Senellart, Paris, 2004.

Hibst 1991 = P. Hibst, Utilitas Publica – Gemeiner Nutz – Gemeinwohl : Untersuchungen zur Idee eines politischen Leitbegriffes von der Antike bis zum späten Mittelalter, Francfort-sur-le-Main, 1991.

Hlaváček 2009 = P. Hlaváček, Les Franciscains observants de Bohême à la fin du Moyen Âge : entre particularisme national, anti-intellectualisme et non-conformisme religieux, dans Études franciscaines, n.s., 2, 2009, p. 81-98.

Jahrbuecher 1839 = Jahrbücher des zittauischen Stadtschreibers Johannes von Guben und einiger seiner Amtsnachfolger, éd. dans Scriptores Rerum Lusaticarum. Sammlung Ober- und Niederlansitzischer Geschichtschreiber, Neue Folge, I, Görlitz, 1839, p. 1-213.

Jansen 1990 = Ph. Jansen, Église, espace social. Éléments d’une enquête, dans Revue d’Histoire de l’Église de France, 76, 1990, p. 185-192.

Koch 1915 = E. Koch, Zweierlei Franziskaner in der Oberlausitz, dans Neues Lausitzisches Magazin, 91, 1915, p. 122-160.

Lardellier 1999 = P. Lardellier, Monuments éphémères : les entrées royales, dans Les Cahiers de médiologie, 7, 1999, p. 239-245.

Marin 1973 = L. Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, 1973.

Menestò - Brufani 1995 = E. Menestò, S. Brufani (éd), Fontes Franciscani, Assise, 1995.

Merlo 2006 = G. G. Merlo, Au nom de saint François. Histoire des Frères mineurs et du franciscanisme jusqu’au début du XVIe siècle, Paris, 2006 (trad. fr.).

Merlo 1997 = G. G. Merlo, Observance, dans A. Vauchez (éd.), Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, 1997, II, p. 1095.

Perraton 2006 = Ch. Perraton (éd.), Un monde merveilleux. Dispositifs, hétérotopies et représentations chez Disney, Montréal (Cahiers du Gerse, 6), 2006.

Reisch 1917 = Ch. Reisch, Urkundenbuch der Kustodien Goldberg und Breslau, I. Teil : 1240-1517, Düsseldorf, 1917.

Schuster 2007 = P. Schuster, Le rituel de la peine capitale dans les villes allemandes à la fin du Moyen Âge. Ruptures et continuités, dans J. Chiffoleau, Cl. Gauvard, A. Zorzi (éd.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, 2007 (Collection de l'École française de Rome, 385), p. 689-712.

Stüdeli 1969 = B. E. J. Stüdeli, Minoritenniederlassungen und mittelalterliche Stadt. Beiträge zur Bedeutung von Minoriten- und anderen Mendikantenanlagen im öffentlichen Leben der mittelalterlichen Stadtgemeinde, insbesondere der deutschen Schweiz, Werl, 1969, p. 68-83.

Van den Wyngaert 1923 = Statuta Observ. Cismontanorum in compendium redacta in Capitulo gen. Observ. Auximi an. 1461 celebrato, éd. A. Van den Wyngaert, Archivum Franciscanum Historicum, 16, 1923, p. 496-506. 

Vauchez 2005 = A. Vauchez, Les laïcs au Moyen Âge entre ecclésiologie et histoire, dans Études, 402/1, 2005, p. 55-67.

Viallet 2003 = L. Viallet, Indulgences, associations spirituelles et diffusion des dévotions dans l’Ordre franciscain au XVe siècle, dans B. Dompnier, M. Derwich (éd.), Religieux, saints et dévotions, France et Pologne, XIIIe-XVIIsiècles, Clermont-Ferrand, 2003 (Siècles, 16), p. 41-56.

Viallet 2010 = L. Viallet, Fondations pieuses, identité urbaine et réformes franciscaines en France et en Allemagne (XVe-début XVIe siècle), dans Histoire urbaine, 27 (Religion civique, XVe-XVIe siècle), avril 2010, p. 21-41.

Wadding 1932 = L. Wadding, Annales Minorum, XIII, Quaracchi, 1932.

Haut de page

Notes

1 Merlo 2006, p. 248.

2 Merlo 1997.

3 Comme l’a montré l’enquête de Gisèle Besson (Besson 2005).

4 Il y a plus d’une vingtaine d’occurrence de locus dans le texte des Constitutions de 1443. Le terme de conventus n’apparaît que deux fois, dans le premier chapitre, et c’est en complément de celui de locus : loci, sive conventus ; loca, domus, vel conventus (Chronologia 1650, p. 103).

5 Édition dans Van den Wyngaert 1923.

6 Bihl 1942, p. 204 (chap. IX, art. 15) : Locum autem non conventualem dicimus, ubi XIII fratres et supra pro maiore parte anni non possunt debite commorari. Les Constitutions de l’Observance ultramontaine (1451) fixèrent le seuil, à partir duquel un locus était appelé conventus, à douze frères pouvant commode vivere. Seules ces communautés étaient dirigées par un gardien, le supérieur des maisons plus petites n’ayant que le titre de vicaire (chap. VII, art. 8, dans Archivum Franciscanum Historicum, 38, 1945, p. 147).

7 Cela est à rapprocher de la « délocalisation ou […] la déterritorialisation des origines et de leur construction dans la mémoire collective », qui promouvait la figure du fondateur aux dépens du « modèle d’indentification du caput ordinis en un lieu » (la Chartreuse, Camaldoli…), qu’a soulignée Cécile Caby pour les premiers temps de la fraternité franciscaine, indifférente « à l’enracinement dans des lieux », et inversement attirée par « les espaces ouverts des places et des routes en lien avec l’extension de son champs d’action au monde entier […] » (voir Caby 2007, p. 124-125). Je dois à une remarque de Jacques Dalarun le terme de « non-lieu » (voir Dalarun 1998).

8 Voir une décision du chapitre général de l’Observance ultramontaine tenu à Bâle à la Pentecôte (9 juin) 1454 : Item quod secundum declarationes papales et Ordinis instituta in nullo nostrorum conventuum veteri vel novo quaecumque curiositas vel superfluitas in ornamentis, iocalibus et organis seu consimilibus de cetero procuretur per aliquem, sub poena amotionis confusibilis de conventu, licet in quibusdam antiquis conventibus, de communitate ad nos translatis, ubi talia sine gravi scandalo amoveri non possunt, eorum usus, parcus tamen, et quanto rarior fieri potest, ut peius evitetur, ad tempus possit tolerari (rapporté dans Chronica 1887, p. 347). La même année, les décisions du chapitre de la province de Strasbourg emploient le terme de conventus (rapporté ibid., p. 348-349).

9 Le 23 août 1452, le vicaire provincial Nicolas Caroli, le gardien de Nuremberg Albert Puchelbach et trois autres frères de Nuremberg se transportèrent à Amberg et reçurent le couvent (receperunt ibidem conventum) selon la commission de Jean de Capistran ; ils y demeurèrent et pulcrum conventum aedificaverunt et profecerunt multum in observantia regulari (ibid., p. 341). Et un peu plus loin : Anno Domini 1455, XI. Die mensis Aprilis, locatus est primus lapis pro structura conventus Ambergensis versus aquam, ubi modo est domus infirmorum contiguata, per illustrissimum principem dominum Fridericum, ducem Bavariae et comitem Palatinum Rheni ; super quem lapidem obtulit pro structura conventus idem princeps centum florenos auri Rhenenses (ibid., p. 349).

10 Ibid., p. 337 : Cum enim beatus Pater Viennam venisset et vidisset, quod multi magistri baccalaurei et studentes Viennensis Universitatis sui cuperent esse discipuli, coepit cogitare magnum lucrum animarum, ampliationem divini cultus et honorem Ordinis futurum, si aliquis locus de Observantia inibi erigeretur. Allocutus igitur super ipsa re serenissimum regem Romanorum, Fridericum tertium, et cives Viennenses, post multa loca sibi ostensa placuit ei locus sancti Theobaldi, in quo olim feminae religiosae, et tunc sorores tertii Ordinis sancti Francisci habitabant, quem fultus auctoritate Apostolica suscepit, translatis illis sororibus cum omnibus suis possessionibus ad alium locum intra civitatem, anno MCCCCLI, penultima die Iulii. In eo ergo loco notabiles litterati et nobiles personae Ordinem ingressi sunt, inter quos fuit baro quidam de Bohemia, Wenceslaus de Wolfstain, qui cum rege Hungariae ac Bohemiae, Ladislao, Viennae existens, celebrato prius hastiludio, mundo valefecit et ibidem Ordinem ingressus Franciscusque vocatus, magnum zelum Ordinis habuit et in vita ostendit corpus suum castigando et multum in spirituali disciplina proficiendo. Cuius frater coeperat Fratribus aedificare locum in castro suo, quem tamen Fratres propter haereticorum Hussitarum incursum recipere noluerunt. Hoc ergo fundamento regularis Observantia in Austria aedificata, deinde ad Bohemiam et Poloniam extensa est.

11 Ibid., p. 344 et p. 347.

12 Ibid., p. 376 : Eodem etiam anno 1457 receptus est locus a Fratribus Minoribus apud sanctum Nicolaum in ripa Danubii, non longe ab oppido Kelheim, vulgariter das Bruderloche, Ratisbonensis dioecesis, in die sancti Ludovici Episcopi. Quem locum aedificavit quidam de tertio Ordine, frater Antonius de Septem Castris, qui moratus est ad tempus ibidem cum Fratribus ut conversus, et venit ad Provinciam Austriae rogavitque ad Ordinem recipi. Receptus autem in loco, qui dicitur Paradisus, prope Viennam, occasione quadam contra Fratrem quendam sumpta, remissus fuit ad statum priorem, veniensque Pragam, acquisivit equum tempore Pauli Papae, bellaturus contra Turcum. Cumque solus equitaret ad Hungariam, incidit in manus sex latronum intendentium eum equo spoliare. Quibus cum se omnibus opponeret, occisus est ab eis ; spero ut martyr. Praedictum autem locum habitaverunt Fratres usque ad annum Domini MCCCCLXXI, et tunc transtulerunt se ad montem sancti Michaelis prope oppidum praedictum.

13 Ibid., p. 300-301 : Eodem anno [1438] institutus est sanctus Bernardinus a Ministro Generali Vicarius super devota loca in Provincia Tuscae, et frater Nicolaus de Auximo Vicarius devotorum locorum Provinciae sancti Angeli. Sub vicariatu autem sancti Bernardini eius ferventissimis praedicationibus, optimis moribus et exemplis multiplicata sunt loca et numerus Fratrum de Observantia valde, tam in eadem Provincia quam in aliis Provinciis intra et extra Italiam. Item, etiam moniales Ordinis et primae regulae sanctae Clarae et reformata loca et conventus sororum Ordinis eiusdem Sanctae de secunda regula, maxime postquam de Tuscia profectus est Venetias, praedicando et discurrendo per omnes principaliores civitates Lombardiae. Adauctus est etiam numerus Fratrum et sororum de poenitentia sancti Francisci in tantum, quod beati Bernardini gloriosis laborum fructibus fides catholica per totam Italiam censeatur renovata. La lettre de nomination de Bernardin par Guillaume de Casal (insérée dans la confirmation pontificale) est dans Wadding 1932, p. 35-37.

14 Chronica 1887, p. 302-303 : In Christo sibi carissimis Fratribus omnibus locorum devotorum Ordinis Minorum totius Italiae, sub mea cura commissis, frater Bernardinus de Senis eiusdem Ordinis ac dictorum locorum, reverendissimi patris Ministri Generalis Vicarius et Commissarius, salutem et pacem in Domino sempiternam.

15 Ibid., p. 303-305.

16 Ibid., p. 313-315.

17 Musée national de Prague, Sign. VIII F 75, p. 155-156 : Item isto anno [1489] et superiori in certis locis Bohemie plures concitate sunt conspiraciones et conscripciones ex utraque parte, ut qui vellent stare cum Bohemis aut qui cum patribus Almanis et fuit turbacio non modica (cité par Hlaváček 2009, p. 82).

18 Codex Diplomaticus 1883, p. 182-184, n° 233 (9 juin 1518) : […] nos igitur, gloriosi parentis nostri devotionis attendentes fervorem, ad imitandum ipsia vestigia incitati, fundationem hujusmodi et donationem juxta omnem latitudinis et longitudinis dimensionem intra utrumque murum comprehensam, ubi et spatium itineris sive transitum, qui e civitate ad monasterium ducit, quem, soluta domo, per procuratores redemerunt juxta litterarum concordie tenorem, comprehensum esse volumus, illis nomine nostro et regia auctoritate absque omni fraude et dolo et alio quovis colore quesito possidenda et inhabitanda assignamus absque cujusvis impedimento et contradictione omniaque privilegia et singula monasterio vel fratribus concessa approbantes ratificamus, confirmamus, donamus ac per presentes de novo concedimus, adjicientes ex singulari gratia, ut non solum in spatio illo, quod est intra utrumque murum, antiquum scilicet et novum, ad cujus erectionem, ut intelleximus, operam suam collocarunt enixius, edificare et erigere opportuna ipsis edificia poterunt, verum etiam juxta et ad murum, si edificium exegerit, imo etiam supra murum utrumque edificiorum tecta poterunt extendere atque dilatare libere et absque omni impedimento et contradictione quorumcunque, cujuscumque gradus aut conditionis fuerint, aut pretextu cujuscunque consuetudinis, statuti, plebisciti, privilegii vel indulti prediti fuerint sive a predecessoribus nostris aut a nobis eis concessi aut in futurum concedendi, de presentibus non facientis specialem, specificam aut individuam de verbo ad verbum mentionem. Preterea tenore presencium omnibus et singulis firmissimo edicto districte sub nostra regia interminatione mandamus, ut testamenta ac legata pro loco prenominato ac fratribus de bonis tam mobilibus quam immobilibus ac etiam parafernalibus facta aut facienda, etiamsi municipalia forent, absque impedimento et contradictione loco supra dicto et fratribus libere cedere permittant […].

19 Sacrum Commercium sancti Francisci cum domina Paupertate, dans Menestò - Brufani 1995, p. 1730 ; trad. dans Dalarun 2010, I, p. 911.

20 Eucher, De laude eremi, 4, cité et analysé par Dessì - Lauwers 2009, p. 234-237.

21 Blickle 2001.

22 Ibid., p. 91 et p. 104.

23 De concordia catholica, III, 376, 10-12, cité par Hibst 1991, p. 212 : Et licet rex dispensare aut interpretari nihilominus ipsam sic (sc. omnium consensu) conditam legem in dubiis occurrentibus pro bono publico et ad finem iustitiae possit per epikeiam virtutem.

24 Reisch 1917, n° 746 : « In deßem jahr weder zcu bawen redlich ansehen sal, mit der zceitt awffrichten und noch seynem besten vormogen ehm zcu gutte und fromen der stadt und zcu eren vorbrengen ». Fait significatif, les deux Kirchenväter servant d’intermédiaires dans les relations entre le Conseil de ville et le couvent des frères Mineurs de façon constante depuis des décennies ne sont parfois pas évoqués au début du XVIe siècle, tant la connivence entre le pouvoir échevinal et les religieux semble alors avoir été forte, ou conçue fortement.

25 Eschenloer 2003, I, p. 168 : « Ein new kirche huben die Bresler vmb seinen willen an zubawen, zu Sand Bernhardin genant, das doch vil weisen lewten missehagete, so als zuuor ein schones closter zu Sand Jacob gebawt was, auch sust gnug kirchen in Breslow woren, als in eynir stat in allen dewtschen landen gesein mögen. Mit diser newen kirchen vil andire kirchen und spital abnemen mussen vnd zufallen, vnd sunderlich die zu Sand Jacob. Es ist auch die stat vil zu arme vnd zu cleine, souil bettil orden kirchen vnd spitale awszuhalden. Vorware, die Venediger nömen so vil vngerne öbir sich, doch in got sal man hoffen, der do gebende ist die speise vnd alle notturfft den, die in jn hoffend sein. Vil lesterliche schentliche brife schriben enander vatir Capistran vnd Rockiczan ». Voir également Eschenloer 1827-1828, p. 213-214 : « In disem Jare, am Montag nach Trinitatis, wurde der erste Grundstein geleget an der Kirchen zu S. Bernhardin, den der Weihbischof Bardens legete, in Gegenwertigkeit des Rates und vil Volkes. Vil Geldes wurde zum Bau gegeben. Fuerwahr, Breslau, Du haettest dieser Kirchen wohl moegem entbehren, Du haettest ihrer sonsten genug gehabt. Durch diesen Bau mussten darnach viel Kirchen abnehmen, auch arme Leute in den Spitalen verderben, auch die Thurme und Mauern um die Stadt. S. Jacob saget, dass die Moenche Kapellchen und nicht grosse Kirchen haben sollen, und sonderlich ist dieses Ordens Aussatzung, kleine Kirchlein und Gloecklein zu haben. Unselig ist der Bau von Holz und Stein, dadurch der Tempel Gottes, die armen Menschen, verderben. Viel seliger und angenehmer dem guetigen Gotte, arme Leute zu erquicken, als grosse Kirche bauen und arme Leute verderben lassen. Viel besser waere es den Breslern, dass auf demselben Raume, den die Kirche umgreifet, ein Kornhaus, als auf dem Burgwall, staende. Viel Geschosses an den Haeusern, die da abgebrochen waren, auch vor der Stadt die Bleiche, abgehen mussten ».

26 Voir Behrisch 2005 et Behrisch 2008.

27 Codex Diplomaticus 1883, p. 130-131, n° 173 : « […] also darumb so habe wir zu sunder unser ewigen gedechtnis iczt uffgericht und ein newe stifftung und closter parvuser und sannd Bernhardini ordens der observancie bey unnser stat Camentz zcu pawen und zcu vorbrengen zugelassen. […] Gebieten doruff unnser land und sechsstete voit und sunder dem burgermeister und ratmannen unnser stat Camentz, unnsern lieben getrewen, den iczigen und zukunfftigen, und allen andern standes ernnstlich und vestiglich, das ir genanten stiefft und die bruder der observancie obgnant closters bey unser stat Camentz an solicher unnser newen awsaczung und begnadung nicht vorhindert, bekommert, noch beswert, noch ymandes andern an einem noch keinem zu tun vorstatet, sunder iczt und ewig geruglich dabei bleiben lasset, hanndthabet und schuczet, als lieb euch sei, unser swere ungenad zcu vormeiden ».

28 Koch 1915, p. 133-134.

29 Codex Diplomaticus 1883, p. 135-136, n° 181 : « Freitagis noch ostern hot der erbar roth denn juncffrawen der dritten regil wff ir ansuchen, sancti Bernardini, irlewbet, den garten Symon Remisch zu sich zu kewffen. Haben die juncffrawen widderwmmb sich bewilliget, zo sie ire behawßunge wff ander stelle in die stadt adder anderswohyn wurden vorandern, sal ir haws und garte widderwmmb in der stadt geschosse und czinße wie vor alders kommen, wff das arm und reich keyn abbroch geschee. Mit ehn ist gewest Ambrosius noldener und Hans Keil noldener. Actum die et anno quo supra ».

30 Ladislas autorisa la Ville, le 26 août 1498, à créer un marché annuel de huit jours, avant d’accéder trois ans plus tard à la demande du bourgmestre et du Conseil en interdisant à Hans de Miltitz d’établir lui aussi une foire dans sa ville de Pulsnitz (ibid., p. 136-137, n° 183 et p. 139-140, n° 188, 22 octobre 1501. Réitération de la décision à l’encontre du nouveau marché de Pulsnitz, ibid., p. 150, n° 198, 11 décembre 1503). Cette dernière décision faisait certes respecter un ancien privilège royal protégeant les voisines alto-lusatiennes Kamenz, Bautzen et Löbau de la concurrence économique, mais elle tombait à pic pour un souverain ayant établi avec la cité, par le biais de sa fondation franciscaine, une relation qui se voulait privilégiée. Dans le même temps, en outre, il autorisait le gouvernement urbain à lever chaque année cent Schock Groschen sur les détenteurs de biens situés à l’intérieur du territoire de la ville et jusqu’à une distance d’une lieu et demie de celle-ci, au titre de Stadtrechte (ibid., p. 140-141, n°189, 24 octobre 1501).

31 Ibid., p. 158-160, n° 206 et n° 207 (26 mai 1507).

32 Ibid., p. 171-172, n° 224 (24 septembre 1512).

33 Ibid., p. 188-189, n°241 (29 avril 1521) : « Es sal auch der gangk uff dysser mawer nicht vorengeth nach vorbawet werden, szunder dye veter sollen an eynem itzlichem orthe eyne vorschlossene thor halden, dye in fewers unnd krigeslawfften, daß goth gnediglichen widerwende, sal uffin [sein], und der stadth nutz und frommen doruff schaffen ».

34 Ibid., p. 182-183, n° 233 (9 juin 1518) : […] nos igitur, gloriosi parentis nostri devotionis attendentes fervorem, ad imitandum ipsia vestigia incitati, fundationem hujusmodi et donationem juxta omnem latitudinis et longitudinis dimensionem intra utrumque murum comprehensam, ubi et spatium itineris sive transitum, qui e civitate ad monasterium ducit, quem, soluta domo, per procuratores redemerunt juxta litterarum concordie tenorem, comprehensum esse volumus, illis nomine nostro et regia auctoritate absque omni fraude et dolo et alio quovis colore quesito possidenda et inhabitanda assignamus absque cujusvis impedimento et contradictione omniaque privilegia et singula monasterio vel fratribus concessa approbantes ratificamus, confirmamus, donamus ac per presentes de novo concedimus, adjicientes ex singulari gratia, ut non solum in spatio illo, quod est intra utrumque murum, antiquum scilicet et novum, ad cujus erectionem, ut intelleximus, operam suam collocarunt enixius, edificare et erigere opportuna ipsis edificia poterunt, verum etiam juxta et ad murum, si edificium exegerit, imo etiam supra murum utrumque edificiorum tecta poterunt extendere atque dilatare libere et absque omni impedimento et contradictione quorumcunque, cujuscumque gradus aut conditionis fuerint, aut pretextu cujuscunque consuetudinis, statuti, plebisciti, privilegii vel indulti prediti fuerint sive a predecessoribus nostris aut a nobis eis concessi aut in futurum concedendi, de presentibus non facientis specialem, specificam aut individuam de verbo ad verbum mentionem.

35 Ibid., p. 183, n° 233 : Preterea tenore presencium omnibus et singulis firmissimo edicto districte sub nostra regia interminatione mandamus, ut testamenta ac legata pro loco prenominato ac fratribus de bonis tam mobilibus quam immobilibus ac etiam parafernalibus facta aut facienda, etiamsi municipalia forent, absque impedimento et contradictione loco supra dicto et fratribus libere cedere permittant […].

36 Ibid., p. 183-184, n° 233.

37 Reisch 1917, n° 940 (transcription de la bulle par un chanoine d’Oppeln) : Ceterum quo coenobium dive Anne atque nostrum habeatur celebrius, volumus ut pro refugii loco ad ipsum confugientes, cum aliis apostolicis et imperialibus gaudeant immunitatibus, regali etiam munimine nostro a violentia quorumcunque preserventur, civium magistro et consulatui Camicensium presentibus et futuris, dilectis nostris, districte precipientes, ut juxta cause exigentiam clementes se talibus prebeant, securitatis vias non precludendo, quibus insuper mandamus, ut fratribus et ipsorum procuratoribus in singulis juxta voluntatem nostram et edictum assistant, contradictores remediis compellendo et compescendo opportunis, agnoscentes, nostram majestatem et singulari favore et clementia, quam ad ordinem sancti Francisci gerimus, in nos ipsum primi ac supremi protectoris provisorisque nomen et titulum transtulisse, promptumque ac expeditum esse, cum nos interpellaverint privilegiis ipsorum, defensorem nos effectualiter exhibere, contradictores compescendo.

38 Voir notamment les exemples donnés dans Stüdeli 1969.

39 Jahrbuecher 1839, p. 50-52.

40 Reisch 1917, n° 547 (20 décembre 1476, reconnaissance des Mineurs), n° 548 (même date, reconnaissance du Conseil) et n° 554 (18 août 1477, reconnaissance du provincial de Saxe). La référence à l’utilité commune se trouve dans le second de ces actes.

41 L’emplacement du nouveau couvent a longtemps été situé de façon erronée dans l’espace intra-muros. Des actes des années 1460-1480 précisent bien pourtant qu’il se trouvait extra muros Nissenses et auf der Wiese (cf. ibid., n° 479 du 5 janvier 1460 et n°580 du 13 septembre 1481). Le lieu dévolu aux religieux était en fait le même qu’avant la destruction de leur maison ; sinon, on s’explique mal la dénomination de Brüdertor (« porte des frères ») attestée dès la première moitié du XIVe siècle pour désigner la porte située en face du « pré des frères » (Mönchswiese). Un accord intervenu en janvier 1354 entre le gardien et huit consuls avait visé à préserver les intérêts du couvent et ceux de l’Universitas sur deux prés. Le premier, appelé « grand pré » (pratum maius) et contigu au cimetière des frères, devait revenir à ceux-ci. Le second était laissé à l’usage de la cité en y interdisant toutefois le pacage du bétail – sauf dans le cas où une menace armée sur la ville aurait découragé de l’emmener paître ailleurs – et en y pourchassant l’activité honteuse des femmes de mauvaise vie ; durant l’été, le dimanche et les jours de fête, il devait être accessible par la cour du couvent, les religieux s’engageant à ouvrir les portes de devant et de derrière le matin et le soir afin qu’on puisse la traverser (ibid., n° 188, 26 janvier 1354).

42 Ibid., n° 435, legs, par un couple d’habitants, d’un cens « zu fromen und notiz des spittals und der armen leute zu sandte Petir und Paul, do di monche gewacht haben ». Douze ans auparavant, le legs d’un demi-marc de cens effectué par Nicolas Schonau avait eu pour condition que les Mineurs in cibo et potu et hospicio providere teneantur, ce qui pourrait confirmer l’implication de ces derniers, au milieu du XVe siècle, dans une activité hospitalière (ibid., n° 396, 6 mars 1438).

43 Chronica 1887, p. 349.

44 B. Sannig, Chronica de origine et constitutione provinciae Bohemiae ordinis fratrum minorum sancti Francisci reformatorum eiusdemque conventorum. Auctore fratre Bernardo Sannig SS theologiae lectore jubilato…, Archives d’État de Wrocław, Rep. 135, syg. 373, p. 108-109 [= p. 118-119 dans une numérotation plus ancienne].

45 On pourra aussi penser, pour prendre un exemple plus occidental, à la façon dont les « dévotes sœurs » installées auprès du couvent observant de Chalon-sur-Saône s’engagèrent, en septembre 1503, à ce que leurs biens (deux maisons avec jardins et dépendances) reviennent aux religieux franciscains après leur mort (voir Archives départementales de Saône et Loire, H 305/29, 31 et 32, avec copies dans H 305/30 et 33). J’ai brièvement évoqué le cas de cette communauté de tertiaires dans Viallet 2003, p. 51-53.

46 Voir supra, note 10.

47 Voir Wadding 1932, an. 1459, n° 58, p. 162-163 : Prope oppidum de Helhoim, Ratisponensis dioecesis, quidam Frater Tertii Ordinis juxta quamdam capellam, permittente loci Parocho, unam cellulam construxit, deinde aedificium ampliare non cessabat, donec per Ordinarium, parocho requirente, inhibitum fuit, ne ulterius in opere procederet. Sed ad instantiam Alberti et Ludovici Bavariae Ducum revocata inhibitione, aedes ad commodi Conventus statum paulatim evexit. Demum, iisdem Ducibus jubentibus, cessit ille locum Fratribus de Observantia, qui hoc anno a Pontifice licentiam obtinuerunt eo in loco remanendi. Et plus loin, an. 1469, n° 30, p. 512-513 : Alias diximus acceptam a quodam Fratre Tertii Ordinis domum prope oppidum de Kelheim, Ratisponensis dioecesis, fautoribus Alberto et Ludovico Bavariae Ducibus. Sed cum Sigismundus et praedictus Albertus Monacenses, ut habet diploma, seu Bavariae Duces, eam propter inundantiam Danubii, fluxumque aquarum ex vicina et supereminenti rupe descendentem, insalubrem nimis et humidam esse conspicerent, neque in ea velle Fratres consistere, decreverunt, auxiliantibus oppidanis, domum aliam in monte sancti Michaelis praedicto oppido viciniori, pro eorumdem Fratrum usu construere. Concessit hoc anno Pontifex licentiam Fratribus ad eamdem jam inchoatam transeundi, jussitque eam, quam relinquebant, tradi Fratribus Tertii Ordinis, qui tamquam suam, et a se inchoatam repetebant. Ter aut quater de hoc conventu egimus, juxta varia quae occurrebant monumenta Vaticana et auctorum narrationes. Aliquantulum discrepant circa Ducum nomina, et annum fundationis, quae tamen facile possunt conciliari.

48 Voir notamment Viallet 2010.

49 On entend par hétérotopie, à la suite de Foucault, « des lieux réels, des lieux effectifs, des lieux qui sont dessinés dans l’institution même de la société, et qui sont des sortes de contre-emplacements, sortes d’utopies effectivement réalisées dans lesquelles les emplacements réels, tous les autres emplacements réels que l’on peut trouver à l’intérieur de la culture, sont à la fois représentés, contestés et inversés, des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables ». Comme les utopies, dont elles se différencient par leur réalité, les hétérotopies relèvent de ces espaces qui « ont la curieuse propriété d'être en rapport avec tous les autres emplacements, mais sur un mode tel qu'ils suspendent, neutralisent ou inversent l'ensemble des rapports qui se trouvent, par eux, désignés, reflétés ou réfléchis ». Le rapport au temps, notamment, n’y est pas le même (Foucault 1984).

50 Marin 1973, p. 299. C’est au parc thématique disneyen, non au complexe dévotionnel chrétien, qu’à partir du début des années 1970 sociologues et philosophes ont appliqué le concept d’hétérotopie. Voir notamment les contributions rassemblées dans Perraton 2006.

51 Cet aménagement était permanent, contrairement aux dispositifs décoratifs et architecturaux provisoires mis en place lors des entrées royales. Pascal Lardellier en a souligné les fonctions d’idéalisation de l’espace et de mise en scène de l’harmonie du monde (Lardellier 1999) en rappelant que le livre – sous la forme de la « relation d’Entrée » – constituait dès le XVe siècle le prolongement de l’architecture éphémère, puisqu’il permettait au lecteur de déambuler, de station en station, au cœur d’une entrée idéale.

52 Jansen 1990, p. 185, et p. 191 : « Ce qui a évolué, c’est la norme de plus en plus rigoureuse déterminant, par leur exclusion, les comportements jugés sacrilèges et scandaleux. Les notions de respect, de bienséance, de tenue correcte, d’espace infranchissable pour les laïcs, sont des prescriptions qui s’affirment dans les statuts ecclésiastiques de la fin du Moyen Âge et se multiplient dans le courant de la Contre-Réforme catholique ».

53 Ibid., p. 192.

54 Foucault 2004, p. 100.

55 Voir en particulier ibid., p. 91-118, Leçon du 1er février 1978.

56 Schuster 2007.

57 Ibid., p. 697-698.

58 Ibid., p. 704.

59 À rebours du schéma foucaldien, marqué par une excessive linéarité logique, selon lequel on serait passé de la localisation (au Moyen Âge) à l’étendue (au XVIIe siècle, avec Galilée) puis à l’emplacement (au XXe siècle), défini, de façon assez floue, par la mise en relation (Foucault 1984).

60 Vauchez 2005, p. 67.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ludovic Viallet, « Des mendiants après les mendiants », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/199 ; DOI : 10.4000/mefrm.199

Haut de page

Auteur

Ludovic Viallet

Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (CHEC, EA 1001), Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand - Ludovic.viallet[at]univ-bpclermont.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org