Navigation – Plan du site
Varia

Les sépultures dans la propagande des frères prêcheurs et mineurs : quatre sépultures de cardinaux à Lyon au XIIIe siècle

Haude Morvan

Résumés

On sait que plusieurs cardinaux reçurent une sépulture à Lyon au XIIIe siècle, bien qu’aucune tombe ne soit conservée. Deux cardinaux morts peu après le premier concile de Lyon furent inhumés chez les Dominicains : Ottone de Tonengo (†1250 or 1251) et Guglielmo de Sabine (†1251). La Cronica ordinis de Géraud de Frachet livre des informations remarquables sur l’emplacement des sépultures dans l’église et sur la mise en scène littéraire, empruntant au registre hagiographique, dont elles furent l’objet. Le cardinal dominicain Hugues de Saint-Cher (†1263) reçut également une sépulture privilégiée dans le couvent lyonnais, près de l’autel majeur. La sépulture du cardinal Bonaventure (†1274) chez les frères mineurs de Lyon constitue un cas opposé : les Franciscains ne valorisèrent pas la tombe de ce ministre général dont l’activité avait été controversée, et sa mémoire resta discrète dans les chroniques de l’ordre.

Haut de page

Texte intégral

1Les frères mineurs et prêcheurs ont développé dès leurs débuts un art de la communication, tant par l’iconographie que par la prédication. Les enjeux de leur propagande étaient particulièrement élevés au XIIIe siècle, alors que leur existence était remise en cause et que leur cohérence interne était encore à affermir. Malgré l’opposition d’une partie du clergé séculier, les frères virent peu à peu confirmées par le pape leurs revendications sur la cura animarum, ce qui les conduisit à placer la mort au centre de leur action et de leur discours, mais aussi de leurs couvents dont les cimetières, les allées des cloîtres et les églises se remplirent peu à peu de tombes.

  • 1 Sur l’utilisation des textes (exempla, chroniques…) à des fins de cohésion interne chez les Domini (...)

2Sur cette question du rapport des deux principaux ordres mendiants au funéraire, le cas de Lyon est particulièrement signifiant. Lors des deux séjours que la cour pontificale fit dans cette ville au XIIIe siècle, les églises franciscaine et dominicaine accueillirent les dépouilles de plusieurs cardinaux. Ces tombes cardinalices entrèrent au service d’une propagande à la fois dans les textes et dans l’espace de l’église. Deux attitudes radicalement opposées peuvent être mises en évidence, selon que l’ordre voulut ou non perpétuer la mémoire du cardinal : alors que les trois inhumations cardinalices chez les Prêcheurs furent mises en valeur dans les chroniques et dans l’espace de l’église, la tombe de Bonaventure fut reléguée dans la sacristie des frères mineurs et la mémoire du cardinal fut négligée par les premiers chroniqueurs et hagiographes franciscains. Dans les deux cas, le traitement monumental et historiographique des sépultures entre pleinement dans une politique de construction identitaire de l’ordre1.

  • 2 Sur les conciles de Lyon cfr. Gatto 1959, Holstein - Wolter 1966, 1274 année charnière, Fédou 1988 (...)

3Les tombes cardinalices étaient d’autant plus importantes qu’elles manifestaient le soutien des hauts échelons de la hiérarchie ecclésiastique dans un contexte délicat pour les frères, celui des conciles lyonnais2. Au cours des deux conciles, les ordres mendiants et leurs partisans durent faire face aux attaques d’une partie du clergé séculier qui revendiquait le monopole sur la pastorale et sur l’enseignement universitaire. Le premier concile fut réuni en 1245 par Innocent IV, avec pour principal objet la condamnation de Frédéric II. Les sessions s’étalèrent sur un mois, en juin-juillet 1245, mais le séjour de la curie dura beaucoup plus longtemps : Innocent IV arriva à Lyon en décembre 1244 et ne regagna l’Italie qu’en avril 1251. Lyon fut pendant plusieurs années un lieu d’intense circulation, accueillant les religieux et les princes laïcs venus rencontrer le pape. Le deuxième concile, voulu par Grégoire X, se déroula du 7 mai au 17 juillet 1274. Le rôle des frères prêcheurs et mineurs, dont certains étaient membres du collège cardinalice comme Bonaventure et Pierre de Tarentaise, fut central pendant les débats. Les Prêcheurs intervinrent également sur le plan logistique puisque des séances préparatoires eurent lieu dans leur couvent.

Bilan des sources : deux conciles et sept enterrements

  • 3 Dans son livre The tomb and the tiara, Julian Gardner a consacré un chapitre aux tombes de cardina (...)
  • 4 Voir en particulier dans les actes du colloque 1274 année charnière les contributions de Louis Car (...)
  • 5 Les compilations anciennes, malgré beaucoup de données erronées, restent des ouvrages précieux pou (...)
  • 6 Sur les Jacobins de Lyon, cfr. Collombet 1843, Cormier 1898, Levesque 1978, Béroujon 2007. Les let (...)
  • 7 Archives départementales du Rhône, 3H6.
  • 8 Archives départementales du Rhône, fonds Galle 112, 22, 23, 24 et 25.
  • 9 Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV liber M, fol. 429-503 : Excerpta ex tabulario c (...)

4Les sépultures cardinalices à Lyon n’ont encore jamais fait l’objet d’une étude propre. Les nombreuses publications sur la sculpture funéraire dans le milieu pontifical au XIIIe siècle n’évoquent même pas la question3. Dans la bibliographie consacrée aux conciles de 1245 et 1274, on trouve quelques contributions sur les conditions de vie (et de mort) des prélats4, et les ouvrages prosopographiques abordent parfois de manière sommaire la question de la sépulture5. Les publications consacrées aux églises mendiantes de Lyon sont anciennes et peu précises sur les sépultures6. Plusieurs sources inédites contiennent des informations précieuses sur l’église des Jacobins. Parmi celles-ci, les notes manuscrites du Père Ramette, sous-prieur et archiviste au début du XVIIIe siècle7 et les dessins du couvent exécutés aux XVIIIe et XIXe siècle8 ont été utilisés par les érudits lyonnais. En revanche, ces derniers ont ignoré une description très détaillée du couvent et de son histoire, datée d’environ 1710, conservée à l’Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori à Rome9. En ce qui concerne les sources monumentales, la situation est frustrante puisque les deux églises n’existent plus : le couvent des Jacobins a été détruit entre le XVIIIe et le XIXe siècle, et l’église franciscaine entièrement reconstruite dès le XIVe siècle (actuelle église Saint-Bonaventure).

5Si les sources monumentales sont malheureusement ténues, trois textes du XIIIe siècle évoquent les sépultures lyonnaises. Niccolò da Calvi, présent au côté du pape lors du concile de 1245, écrit dans sa Vita Innocentii IV :

  • 10 Pagnotti 1898, p. 103.

Sunt interim Lugduni mortui quinque venerabiles cardinales, utpote dominus Octo Portuensis episcopus, dominus Guillelmus episcopus Sabinensis, dominus Willelmus tituli Duodecim apostolorum presbyter, dominus Raynerius Viterbiensis Sancte Marie in Cosmedin diaconus, dominus Goffredus de Franco Sancti Adriani diaconus cardinalis10.

  • 11 Sur le premier, cfr. Paravicini Bagliani 1972, p. 222-227. On a peu d’informations sur ce cardinal (...)
  • 12 Pour la biographie de ce cardinal, voir Westenholz 1912 et Kamp 1975. Raniero Capocci fut nommé lé (...)
  • 13 Nous adopterons la forme italienne pour les noms de ces deux cardinaux piémontais. Ottone de Tonen (...)
  • 14 La Cronica ordinis (édition : Reichert 1896) a été attribuée à plusieurs auteurs : Humbert de Roma (...)

6Cinq prélats sont donc décédés à Lyon pendant le premier concile. Pour deux d’entre eux, Guillaume cardinal prêtre des Douze-Apôtres et Geoffroy de Trani cardinal diacre de Saint-Adrien, le lieu d’inhumation n’est pas connu11. Le cardinal cistercien Raniero Capocci fut enterré à Cîteaux. Selon la chronique du frère prêcheur Géraud de Frachet, le cardinal Capocci aurait voulu reposer chez les Dominicains, mais son ordre accapara le corps12. La mort et la sépulture des deux autres cardinaux, Ottone de Tonengo et Guglielmo de Sabine, sont bien documentées, en particulier par les deux versions de la Cronica ordinis de Géraud de Frachet13. La première version de la Cronica ordinis, d’abord supplément à la Chronique universelle, fut écrite entre 1247 et 1252, puis mise à jour jusqu’en 1256. Lorque Géraud de Frachet l’intégra aux Vitae fratrum en 1256, il y apporta quelques modifications14. Dans les deux versions, il mentionne qu’Ottone de Tonengo et Guglielmo de Sabine furent enterrés chez les Prêcheurs de Lyon, donnant même une précision rare sur l’emplacement des tombes dans l’église. Il raconte en outre les deux présages funestes reçus par Guglielmo de Sabine avant sa mort. La Chronica Majora du moine anglais Matthieu Paris, contemporaine de la Cronica ordinis, livre aussi un récit théâtral du décès du cardinal Guglielmo de Sabine, témoignant que la renommée du prélat n’était pas limitée au milieu dominicain.

  • 15 Sur l’église dominicaine d’Orvieto et ses tombes cardinalices, cfr. Refice 1996, chapitre I. Pour (...)
  • 16 Brown 1981, Paravicini Bagliani 1992, Georges 1999.
  • 17 Alexandre-Bidon 1998, p. 188.
  • 18 L’événement est rapporté par le compilateur dominicain Henri de Herford (Potthast 1859, p. 199-200 (...)

7Outre Ottone de Tonengo et Guglielmo de Sabine, un troisième cardinal, le dominicain Hugues de Saint-Cher, fut enterré dans le couvent lyonnais. Bien que le testament du cardinal ne soit pas conservé, l’élection de sépulture se justifie aisément : Hugues de Saint-Cher avait pris l’habit au couvent de Paris, mais il était originaire de la région lyonnaise. Il mourut en 1263 à Orvieto et fut d’abord inhumé dans l’église dominicaine de cette ville15. La sépulture provisoire avait vraisemblablement pour but de permettre au corps de se décomposer avant son transport. Le cardinal avait-il expressément interdit le traitement plus violent, pourtant commun chez les prélats français, consistant à ébouillanter le cadavre pour en détacher les chairs16? La pratique de laisser le corps se décomposer avant le transport vers le lieu d’inhumation définitif était courante, pour les religieux comme pour les laïcs. Le temps considéré comme nécessaire à la décomposition totale des chairs était d’un an17, c’est-à-dire exactement le laps de temps attendu entre la mort de Hugues de Saint-Cher et l’exhumation de ses restes. Son corps, miraculeusement intact selon la tradition dominicaine – signe de sainteté –, fut transporté à Lyon où la deuxième inhumation fut célébrée avec faste par le cardinal évêque Guy de Sabine (futur Clément IV), le 18 décembre 126418.

  • 19 Duchesne 1660, vol. II, p.177.
  • 20 Paravicini Bagliani 1980, p. 484.
  • 21 Williams 1868, vol. I, p. 344 ; Levesque 1978, p. 71.
  • 22 Paravicini Bagliani 1980, p. 140 : Ecclesie fratrum Predicatorum Lugdunensium, in qua jacet corpus (...)
  • 23 Paravicini Bagliani 1972, vol. I, p. 236.

8Il convient de signaler ici plusieurs erreurs récurrentes dans l’historiographie à propos de trois prélats prétendument enterrés dans l’église des Jacobins de Lyon. Le cardinal François Cassard apparaît dans les ouvrages prosopographiques à partir du XVIIe siècle, cité pour la première fois par Pierre Frizon. Il aurait demandé à reposer chez les Dominicains de Lyon, selon un testament daté de 1237 transcrit par Duchesne19. Ce document est aujourd’hui introuvable, et aucun texte du XIIIe siècle ne fait mention du prélat. Selon Agostino Paravicini Bagliani, ce testament est un apocryphe et le cardinal Cassard n’a en fait jamais existé20. Deux autres erreurs peuvent être attribuées à l’érudition de l’époque moderne. Les cardinaux Henri de Suse et Jean de Tolède sont présentés par Chacon comme morts à Lyon, respectivement en 1271 et 1274, et enterrés dans l’église dominicaine. Cette information a été ensuite reprise par plusieurs auteurs jusqu’à récemment21. Cependant, Henri de Suse dicta son testament à Viterbe en octobre 1271, et il semble peu probable qu’un cardinal malade ait fait le voyage vers Lyon. La confusion sur le lieu de son décès est sûrement née du fait que le cardinal demande dans son testament la célébration de suffrages dans l’église des Dominicains de Lyon pour lui et pour Hugues de Saint-Cher22. À propos du cistercien anglais Jean de Tolède, plusieurs auteurs citent un martyrologe des religieuses cisterciennes de Pérouse signalant au 13 juillet 1275 le décès à Lyon du cardinal évêque de Porto et San Rufino, enseveli au couvent des Prêcheurs. Or, ce martyrologe n’est pas conservé et connu seulement par des sources du XVIIe siècle. Jean de Tolède est plus probablement mort à San Germano Cassinese, près du Mont-Cassin23.

  • 24 Eodem anno et mense, die domenico, XV eiusdem, hora matutina obiit clare memorie frater Bonaventur (...)

9Le couvent des frères mineurs lyonnais reçut une sépulture cardinalice au cours du XIIIe siècle. Pendant le deuxième concile lyonnais, le 15 juillet 1274, s’éteignit une des personnalités les plus notables de l’ordre franciscain : le cardinal Bonaventure. Ses funérailles grandioses dans l’église franciscaine, en présence du pape et des cardinaux, sont décrites par un notaire pontifical dans l’Ordinatio concilii24.

10Cet examen des sources porte donc à six le nombre de cardinaux effectivement morts à Lyon au XIIIe siècle (Raniero Capocci, Ottone de Tonengo, Guglielmo de Sabine, Guillaume cardinal titulaire des Douze-Apôtres, Geoffroy de Trani et Bonaventure) et à quatre le nombre de cardinaux enterrés avec certitude à Lyon. Bien qu’il soit probable que Guillaume cardinal titulaire des Douze-Apôtres et Geoffroy de Trani aient aussi trouvé sépulture à Lyon, rien ne permet de l’affirmer. Les quatre cardinaux assurément inhumés à Lyon eurent tous pour dernière demeure une église mendiante : trois chez les Prêcheurs – Ottone de Tonengo, Guglielmo de Sabine et Hugues de Saint-Cher – et un chez les Mineurs – Bonaventure. Que sait-on sur leurs tombes? Comment les deux ordres ont-ils conservé la mémoire de ces sépultures?

Une histoire de revenant

  • 25 Selon Barthélémy de Trente, Guglielmo de Sabine faisait partie des évêques présents à la translati (...)

11Nommés en même temps au cardinalat par Innocent IV en décembre 1244, Ottone de Tonengo et Guglielmo de Sabine étaient amis, peut-être liés par leur origine piémontaise commune. La date de mort d’Ottone n’est pas connue précisément, mais elle peut être située à la fin de l’année 1250 ou au début de 1251. Grâce à deux chroniqueurs, le bénédictin Matthieu Paris et le frère prêcheur Géraud de Frachet, nous savons qu’Ottone mourut peu de temps avant Guglielmo, lui-même décédé le 31 mars 1251. L’activité des deux cardinaux dénote une affinité avec l’ordre des frères prêcheurs. Le cardinal de Sabine accomplit plusieurs missions d’évangélisation dans la Baltique avec des dominicains et participa au procès de canonisation de saint Dominique sous Grégoire IX25. En outre, Ottone et Guglielmo étaient de proches amis du général Jourdain de Saxe. Quelques semaines avant sa mort, le cardinal de Sabine consacra l’église dominicaine de Lyon au côté d’Innocent IV. La Chronica Majora de Matthieu Paris décrit ainsi les derniers jours de Guglielmo :

  • 26 Amice, ascende superius est une citation directe de l’évangile de Luc 14 ; 10.

Anni quoque sub ejusdem tempore, Episcopus Sabinensis Willelmus (vir quidem sanctus Romaneque ecclesie Cardinalis, qui in Suescia et Norwegia paucis ante elapsis annis existens legatus, regem Haconem Norwegiae, ut praedictum, coronaverat) cum quadam nocte sanus et incolumis in stratu suo dormiret, vidit in visione nocturna, quod Otto Cardinalis, qui paulo ante obierat, sedit in quodam concilio generali populoso nimis, et cum supervenisset praedictus Willielmus, nec aliquis ei assurrexisset, nec daret locum sessionis, solus Otto assurgens ei palam dixit ipsi « Amice, ascende superius, locum tibi sessuro reservavi26. » Erant nempe ipsi duo, re vera dum viverent amicissimi.

  • 27 Luard 1872, vol. V, p. 230. Traduction (Huillard-Bréholles 1840, vol. VII, p. 192-193) : « À cette (...)

Willielmus autem, cum evigilaret, commotus est vehementer. Et datum est ei desuper scire, quonia infra tertium diem ab hoc saeculo foret migraturus. Ilico igitur adiit Papa, et accepta licentia et benedictione, dixit : « Vale domine mi. Vocat enim me Dominus ab hoc saeculo » ; et eodem modo vale dicens omnibus fratribus et amicis suis, rediit devotus valde ad hospitium suum. Mirabantur autem omnes super his, et fuerunt qui deriderent eum, dicentes quonia senuit et deliravit : quia sanum eum videbant, et nullam in corpore habentem lesionem. Ipse autem Willielmus dispositis in domo sua cum deliberatione disponendis, et multis patefacta praedicta visione, laudabili fine in crastino ab hujus mundi transiit incolatu27.

12Géraud de Frachet raconte la même vision dans la Cronica ordinis. Les deux textes sont trop différents dans le détail pour que l’un ait pris modèle sur l’autre, mais la trame, à savoir le rêve de l’ami défunt comme présage funeste, est identique et laisse imaginer une tradition autour de la vie de cette éminente personnalité qu’était Guglielmo de Sabine. Si la mise en valeur de Guglielmo par les frères prêcheurs n’est pas étonnante, au regard de la carrière du cardinal piémontais, la mention de ce dernier dans la Chronica Majora montre que sa renommée fit l’unanimité dans les milieux ecclésiastiques. En effet, Matthieu Paris qualifie le cardinal de sanctus, rappelle ses légations en Scandinavie et met en valeur sa « fin louable » à laquelle il se prépara « le cœur plein de dévotion ». Le texte de Géraud de Frachet diffère de celui de Matthieu Paris puisqu’il intègre, en plus de la vision de l’ami défunt, un deuxième présage reçu par le cardinal à travers un lapsus commis lors de la consécration de l’église dominicaine de Lyon. Par ailleurs, Géraud de Frachet souligne fortement les liens de Guglielmo de Sabine avec les Prêcheurs, précision évidemment absente de la chronique de Matthieu Paris qui ne mentionne même pas le lieu d’inhumation du cardinal.

  • 28  Reichert 1896, p. 333-335. « À la même époque, comme le pape Innocent voulait quitter Lyon pour re (...)

Item eisdem temporibus cum dominus Innocencius papa predictus de Lugduno recedere vellet et versus urbem Romam redire, cum diceret cardinalibus, ut se ad recessum pararent, dominus Guillelmus quondam Mutinensis episcopus, tunc autem Sabinensis episcopus cardinalis, qui socius fuerat beati Dominici, vir sanctus et miri in Ihesum Christum fervoris, respondit : « Pater, ad vite huius recessum me oportet parare, quia hac nocte apparens michi dominus Otho, Portuensis episcopus cardinalis, qui sepultus est in domo fratrum predicatorum, dixit : ‘Non oportet te, frater sollicitum esse de isto recessu, quia mecum remanebis Lugduni’. Sicque post paucos dies completum est ; nam dictus dominus Sabinensis obiit et juxta dictum cardinalem sepultus est in ecclesia fratrum predicatorum juxta crucem sinistram. Quum XL precedenti consecraretur ecclesia ipsa a domino Innocencio supradicto, et ipse dominus Sabinensi, cum eodem papa eam pariter circuiret, veniens ad crucem illam dicebat, ut videtur prescius futurorum « Consecretur hoc sepulcrum » quousque ab assistente capellano correctus « hoc templum » addebat28

13La deuxième version de la Cronica ordinis reprend ce passage. Les faits racontés sont les mêmes, mais Géraud de Frachet insiste davantage sur la présence des deux tombeaux cardinalices dans l’église en l’annonçant d’emblée en préambule du récit. Il est également plus précis sur leur emplacement, comme on verra plus loin.

  • 29 Ibid. « À cette époque, alors que la curie était à Lyon, deux cardinaux ont été inhumés chez les f (...)

Eius quoque temporibus cum curia esset apud Lugdunum sepulti sunt duo cardinales apud fratres, scilicet dominus Odo Portuensi eius specialis amicus, et dominus Guillelmus Sabinensis, qui fuit amicissimus ordinis et beati Dominici ab inicio familiaritate cum eo in curia pape contracte. Horum primus, cum esset sepultus jam apud fratres et curia se pararet, ut dicebatur ad eundum Januam, secundus qui fuerat amicissimus illius defuncti, in sompnis erat sollicitus, ut sibi videbatur, de habendo hospicio apud Januam. Et ecce primus apparens ei dicebat ‘Domine Guillelme, ne sitis sollicitus de hospicio apud Januam, quia hic habetis hospicium in eternum’ Quod ipse narravit pape et cardinalibus; et post paucos dies infirmatus est et mortuus et juxta eum in ecclesia fratrum sepultus. Acciderat autem pocis diebus ante, quod cum super locum sepulcri sui in consecracione ecclesie fratrum ipse deberet consecrare crucem, que ibi erat et inungendo dicere deberet secundum ordinarium ‘consecretur hoc templum’ dicebat : ‘consecretur hoc sepulcrum’; et sub illa cruce est sepulcrum suum29.

  • 30 Bray 2003.
  • 31 Cfr. Paravicini Bagliani 1972.

14Géraud de Frachet et Matthieu Paris soulignent tous les deux les liens d’amitié entre Guglielmo et Ottone. Le chroniqueur dominicain mentionne aussi les liens entre Guglielmo et saint Dominique. La compréhension du terme amicus employé par les deux auteurs est complexe, car son acception actuelle n’est pas exactement la même qu’au Moyen Âge30. Un autre terme, assez proche, revient fréquemment pour évoquer des liens entre deux personnes : celui de familiaris. Dans la deuxième version de la Cronica ordinis, Géraud de Frachet écrit ainsi que le cardinal Guglielmo est amicissimus ordinis et beati Dominici ab inicio familiaritate cum eo in curia pape contracte. Les clercs formaient des réseaux où les liens reposaient à la fois sur des affinités humaines et sur des relations de clientélisme31. Les termes de familiaritas et de familiaris, fréquents dans les textes du XIIIe siècle, recouvrent cette double acception, héritière de la tradition classique où familiaritas désigne à la fois la domesticité, impliquant donc une dépendance, et une intimité affective (proche d’une amitié au sens moderne).

  • 32 Sur le rôle des amis dans les rites funéraires et dans les apparitions post mortem, cfr. Schmitt 1 (...)
  • 33 Geoffroy de Bar fut nommé cardinal prêtre de Santa Susanna en 1281 par Martin IV. Sa plaque tombal (...)
  • 34 Cfr. supra note 22.
  • 35 Romano 1990 ; Morvan 2008, en particulier p. 100-103.

15Il est évident que les relations d’amitié et de familiaritas avaient un poids déterminant dans les carrières ecclésiastiques, dans l’obtention de charges. Elles jouaient également un rôle fondamental au moment du trépas, dans la prise en charge à la fois des biens du défunt et de son âme : l’exécution du testament, dans lequel le défunt ne manquait pas de léguer des biens à ses familiares, était ainsi souvent confiée à un ami, et l’entourage cherchait à diminuer les peines purgatoires du mort par des suffrages32. Les liens entre familiares et amici interviennent clairement dans l’élection de sépulture, dans le choix à la fois de l’église et de l’emplacement à l’intérieur de celle-ci, au même titre qu’une appartenance familiale ou religieuse : ainsi, Guglielmo et Ottone furent non seulement inhumés dans la même église, mais qui plus est l’un à côté de l’autre. Ce cas n’est pas isolé si l’on considère les élections de sépulture dans le collège cardinalice. Par exemple, l’inhumation près d’un ami semble pouvoir justifier la présence de la tombe du cardinal français Geoffroy de Bar (†1287) dans l’église Sainte-Praxède à Rome, église à laquelle rien ne le rattache si ce n’est qu’un autre cardinal français, Ancher de Troyes, y avait été enterré un an plus tôt33. Les testaments demandent régulièrement des messes commémoratives communes, comme celui de Henri de Suse souhaitant la célébration de suffrages pour lui et pour son ami Hugues de Saint-Cher34. Les liens de familiaritas peuvent même intervenir dans le choix du type de monument. Il est par exemple frappant de voir que les trois tombeaux réalisés par Giovanni di Cosma sur le modèle du sépulcre de Boniface VIII sont ceux de trois cardinaux particulièrement liés au pape Caetani : Guillaume Durand, Gonzalo Gudiel et Matteo d’Acquasparta. En choisissant un atelier rompu à une typologie de monument funéraire créée par Arnolfo di Cambio, les commanditaires ont manifestement voulu rappeler les liens des défunts avec le pape Boniface VIII35.

  • 36 Voir par exemple dans les Vitae fratrum, partie V, chapitre 3 (De diversis visionibus in morte fra (...)
  • 37 Sur l’évolution du genre de la chronique à partir du XIIe siècle, avec l’introduction d’un propos (...)

16Le rôle de l’amitié et de la fraternité dans la mort ne s’observe pas seulement dans les hauts échelons de la hiérarchie ecclésiastique. Cette thématique est également omniprésente dans les anecdotes concernant les simples frères compilées par Géraud de Frachet dans son œuvre d’hagiographie collective, les Vitae fratrum, à laquelle la seconde version de la Cronica ordinis sert d’appendice. Ainsi, l’histoire des cardinaux Ottone et Guglielmo pourrait très bien être insérée dans le chapitre De diversis visionibus in morte fratrum (V, 3) des Vitae fratrum. Géraud de Frachet y rapporte plusieurs récits de frères dominicains liés par l’amitié ou par le sang qui moururent ensemble et qui, dans certains cas, demandèrent expressément à être inhumés l’un à côté de l’autre36. Ce chapitre est de plus rempli d’histoires de frères défunts apparaissant à un frère vivant pour lui annoncer sa mort prochaine. Bien qu’intégré dans une chronique, le récit du décès de Guglielmo peut être rattaché au genre de l’exemplum, au même titre que les anecdotes des Vitae fratrum37. Sa parenté avec les histoires concernant les frères prêcheurs compilées par Géraud de Frachet contribue à inclure le cardinal Guglielmo dans la collectivité dominicaine. Comme on verra par la suite, d’autres éléments viennent renforcer cette interprétation.

  • 38 Sur l’ambiguïté fréquente entre rêve et vision, cfr. Manselli 1985.
  • 39 Cfr. Schmitt 1994. Sur la réticence des premiers penseurs chrétiens (Tertullien, Augustin…) à adme (...)
  • 40 La pire mort au Moyen Âge est en effet la mort subite. Cfr. Ariès 1977, p. 13-20 (Mors repentina). (...)
  • 41 Agostino Paravicini Bagliani cite le passage de la chronique de Matthieu Paris sur la mort de Gugl (...)

17Comme l’illustrent les Vitae fratrum et l’histoire de Guglielmo, les implications des relations d’amitié au moment du décès ne se limitent pas aux décisions juridiques et matérielles : elles engagent aussi des phénomènes que nous qualifierions de surnaturels selon nos schémas culturels modernes mais qui, au Moyen Âge, font partie intégrante des croyances. Géraud de Frachet et Matthieu Paris ne laissent pas entendre précisément si la vision de Guglielmo est réelle ou bien si elle a pour cause les soucis du cardinal38. La question de la croyance médiévale aux fantômes est complexe. D’un côté, la possibilité pour un mort de revenir vers l’ici-bas est niée par l’Église, notamment par les premiers penseurs chrétiens, comme saint Augustin qui privilégie l’explication psychologique au surnaturel et considère que le fantôme est tout au plus un souvenir du défunt revenant à la mémoire du vivant pendant la nuit. D’un autre côté, le fantôme est trop ancré dans le substrat pré-chrétien des mentalités pour que l’Église puisse ne pas l’utiliser39. À partir du XIe siècle en particulier, les revenants envahissent la littérature monastique. Ils sont de deux types, selon qu’ils se manifestent dans un songe ou dans une vision. Dans le cas de Guglielmo de Sabine, la nature de l’apparition reste floue. Quoi qu’il en soit, le récit des derniers jours du cardinal illustre deux aspects fondamentaux de la conception médiévale de la mort : le maintien des liens d’amitié dans l’au-delà et la mort prévue40. En apparaissant en songe à son ami, Ottone lui permet de préparer son passage dans l’autre monde, notamment de réclamer au pape la licentia testandi41.

  • 42 Sur les liens entre vivants et morts qui se précisent avec l’institutionnalisation du purgatoire, (...)
  • 43 Les textes décrivant des visions de l’au-delà existent pendant tout le Moyen Âge, mais connaissent (...)
  • 44 Le Goff 1981, p. 434-436.
  • 45 Le texte dans sa traduction française est cité dans Le Goff 1981, p. 435. Texte latin original : T (...)
  • 46 Vitae fratrum, partie 3, chapitre 39 (Reichert 1896, p. 132).
  • 47 Reichert 1896, p. 337.

18Les liens de solidarité entre vivants et morts sont un thème récurrent dans la littérature édifiante (récits hagiographiques, exempla…). Le plus souvent, les âmes qui souffrent dans le Purgatoire apparaissent à leur famille ou à leurs frères en religion afin que ceux-ci abrègent leurs peines par des suffrages42. Le cas d’un défunt intervenant en faveur d’un vivant est plus rare, et appartient davantage au registre hagiographique. Un exemple d’apparition assez proche de celle reçue par Guglielmo de Sabine se trouve dans la Vie de sainte Lutgarde du dominicain Thomas de Cantimpré, à la différence que, dans ce cas, ce n’est pas le défunt qui apparaît à la vivante mais cette dernière qui est ravie dans l’au-delà43. Lutgarde, cistercienne flamande, fut considérée comme sainte dès sa mort en 1246, même si l’Église refusa de la canoniser officiellement44. Thomas de Cantimpré raconte que quatre jours après la mort de Jacques de Vitry, Lutgarde, qui ignorait ce décès, est transportée au ciel et voit l’âme du défunt emmenée par des anges au Paradis. Jacques de Vitry annonce à la religieuse qu’elle va bientôt le rejoindre, exactement comme le cardinal Ottone à Guglielmo dans la Cronica ordinis – en réalité, Lutgarde mourut six ans après Jacques de Vitry45. Dans les Vitae fratrum, la même Lutgarde, alors en oraison, reçoit une vision du défunt Jourdain de Saxe. L’ancien maître général des Dominicains lui annonce qu’il est déjà « élevé parmi les chœurs des apôtres et des prophètes », et que la religieuse sera elle aussi couronnée par Dieu à sa mort46. On trouve dans la Cronica ordinis un récit assez similaire : en 1254, le maître général Jean le Teutonique, décédé à Strasbourg, apparaît à une sœur dominicaine pour lui annoncer sa mort et prédit la nomination de son successeur, Humbert de Romans47. Il est notable que l’apparition de Jean le Teutonique à la sœur dominicaine et d’Ottone à Guglielmo de Sabine, voisins dans leur structure, se situent à quelques paragraphes l’un de l’autre.

  • 48 Ainsi, dans la première version de la Cronica ordinis (Cronica anterior), Géraud de Frachet écrit (...)
  • 49 Géraud de Frachet rapporte dans les Vitae fratrum cette vision : un frère dominicain défunt et déj (...)

19Dans la littérature exemplaire, les apparitions de défunts sont donc de deux types : d’une part les manifestations d’âmes du Purgatoire aux vivants pour demander leur aide afin d’abréger leurs peines, mettant en scène des hommes appartenant à des classes sociales variées (laïcs, moines, chevaliers, paysans…) et, d’autre part, les apparitions d’âmes de bienheureux annonçant leur mort et/ou un événement futur à d’autres hommes vertueux. La vision de Guglielmo de Sabine appartient clairement à la deuxième catégorie; les deux protagonistes sont donc implicitement sanctifiés par l’utilisation d’une modèle narratif typique du genre hagiographique. Qui plus est, cette sanctification des deux cardinaux entre dans la construction d’une hagiographie collective : le statut de dominicain donné (à tort) par la Cronica ordinis au cardinal Guglielmo48, le parallélisme avec le récit de l’apparition de Jean le Teutonique ainsi que l’insistance sur les liens de familiaritas entre les deux cardinaux et saint Dominique sont autant d’éléments qui montrent une volonté d’inclure subtilement les deux cardinaux enterrés dans l’église de Lyon dans la famille des grands hommes de l’ordre même si, à proprement parler, ils n’en font pas partie. Le récit de la mort de Guglielmo s’intègre donc complètement dans le discours dominicain orienté vers une représentation de l’ordre comme la voie par excellence pour accéder au Paradis49.

Les tombes cardinalices dans l’espace de l’église

20Cette mise en valeur des sépultures cardinalices dans la Cronica ordinis se traduisait-elle également sur le plan monumental? Où se trouvaient précisément les tombes des deux cardinaux piémontais et de Hugues de Saint-Cher dans l’église? Comment étaient-elles matérialisées? Pour répondre à ces questions, il faut se pencher sur un édifice qui n’existe plus.

  • 50 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 435.
  • 51 Reichert 1898, p. 47. Intermedia que sunt in ecclesiis nostris inter seculares et fratres sic disp (...)

21Les Dominicains s’implantèrent à Lyon en 1218 et se transfèrent sur un terrain donné par l’abbaye d’Ainay en 1236. À partir de 1244, ils reconstruisirent l’église qui fut consacrée en mars 1251 par Innocent IV et Guglielmo de Sabine, quelques semaines avant la mort de ce dernier. Le couvent des Jacobins fut détruit à partir du XVIIIe siècle, jusqu’au démantèlement de l’église en 1822. La toponomastique est l’unique trace aujourd’hui de l’existence passée du couvent, sur l’actuelle place des Jacobins. Le complexe n’existant plus et n’ayant pas fait l’objet de fouilles, on ne peut s’en faire une idée que par des descriptions anciennes et des dessins. L’église peut être assez clairement reconstituée dans l’état immédiatement antérieur à sa destruction. Cependant, elle avait alors déjà subi de profondes modifications, en particulier dans la deuxième moitié du XVe siècle lorsque des familles de marchands florentins firent reconstruire le chœur et ajouter des chapelles latérales dans la nef – c’est à partir de cette date que l’église et le couvent prirent le nom de Notre-Dame de Confort50. D’après le plan de 1709 dressé par le Père Ramette (archives départementales du Rhône), et la description de l’église dans le mémoire intitulé Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis (archives générales de l’ordre à Rome), on sait que l’église primitive de Notre-Dame de Confort, antérieure à l’arrivée des Dominicains, fut conservée. Il s’agissait d’un petit édifice rectangulaire à deux vaisseaux orienté Nord-Sud, utilisé comme narthex de la nouvelle église (fig. 1). Cette dernière présentait une nef à quatre travées, avec des bas-côtés étroits. Aucune source ne permet de connaître l’aspect des parties orientales de l’église avant le XVe siècle. Cependant, il est certain que le chœur des frères était séparé de l’ecclesia laicorum par un jubé, conformément aux prescriptions de l’ordre51. Les sources iconographiques permettent de visualiser l’élévation de l’édifice, avec une nef centrale beaucoup plus haute que les bas-côtés; nef et bas-côtés présentaient des voûtes sur croisée d’ogives (fig. 2). La nef centrale comptait deux niveaux, un premier de grandes arcades et un second avec des baies au remplage gothique; les piles étaient interrompues par des chapiteaux feuillagés ou portant des blasons. Les dessins montrent bien le contraste entre les parties gothiques et les chapelles Renaissance décorées de pilastres cannelés et de chapiteaux ioniques (fig. 3).

Fig. 1 - Lyon, Notre-Dame de Confort. Extrait du plan du couvent dressé par le Père Ramette en 1719 (publié dans M. Cormier, L’Ancien couvent des Dominicains de Lyon, Lyon, 1898-1900, I). Le n° 86 correspond à l’église antérieure à l’arrivée des Dominicains au XIIIe siècle, conservée comme narthex.

Fig. 1 - Lyon, Notre-Dame de Confort. Extrait du plan du couvent dressé par le Père Ramette en 1719 (publié dans M. Cormier, L’Ancien couvent des Dominicains de Lyon, Lyon, 1898-1900, I). Le n° 86 correspond à l’église antérieure à l’arrivée des Dominicains au XIIIe siècle, conservée comme narthex.

Fig. 2 - Lithographie de Villain à partir d’un tableau de Bellay, intitulée « Intérieur de l’église des Dominicains à Lyon servant de remise ». Arch. dép. Rhône, fonds Galle A112 (25).

Fig. 2 - Lithographie de Villain à partir d’un tableau de Bellay, intitulée « Intérieur de l’église des Dominicains à Lyon servant de remise ». Arch. dép. Rhône, fonds Galle A112 (25).

Fig. 3 - Lithographie de Villain à partir d’un dessin d’Antoine Guindrand représentant la destruction de l’église des Jacobins de Lyon en 1822. Arch. dép. Rhône Rhône, fonds Galle A112 (23).

Fig. 3 - Lithographie de Villain à partir d’un dessin d’Antoine Guindrand représentant la destruction de l’église des Jacobins de Lyon en 1822. Arch. dép. Rhône Rhône, fonds Galle A112 (23).
  • 52 En plus des relevés épigraphiques du Père Ramette publiés par M. Cormier, cfr. Béroujon 2007 .
  • 53 L’évêque de Lucques, le dominicain Petrus Angelelli, décéda lors du concile de 1274 et fut enterré (...)
  • 54 Archives départementales du Rhône, 3H29 (transcrit dans Chapotin 1898, p. 282).

22Dès son achèvement, le couvent accueillit des sépultures. Si des tombes laïques à effigies et blasons sont documentées dans le cloître et la salle du chapitre dès les années 1260, il ne semble pas y en avoir eu dans l’église au XIIIe siècle52. Hormis celles des cardinaux Guglielmo de Sabine et Ottone de Tonengo, les sépultures documentées dans l’églises sont celles de trois religieux, tous des dignitaires de l’ordre : Pietro Angelelli, Hugues de Saint-Cher et Humbert Fallavel, évêque de Sisteron53. L’évêque de Clermont Guy de la Tour du Pin avait élu sépulture chez les frères prêcheurs de Lyon dans un premier testament rédigé en 1261, probablement poussé par ses velléités sur l’archevêché de Lyon54, mais à sa mort en 1286, il fut finalement inhumé dans sa cathédrale de Clermont.

  • 55 Pour la pierre tombale voir l’article de Varnet dans La semaine religieuse du diocèse de Grenoble, (...)
  • 56 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 460. […] inter chorum majorem et sanctuarium ex (...)

23La sépulture de Hugues de Saint-Cher était signalée par une pierre tombale documentée par plusieurs sources. Elle fut retrouvée en 1862 « chez un marchand de bric-à-brac et achetée par un riche et savant antiquaire de la ville »55. Son devenir après cette date n’est pas connu. Mais cette dalle dont parlent les journaux du XIXe siècle datait-elle du XIIIe siècle? D’après les Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, une première plaque en bronze avait été détruite lors de l’attaque des protestants en 1562, et une seconde fut ensuite réalisée pour conserver la mémoire du cardinal56. Dans les deux cas, l’auteur du manuscrit transcrit les inscriptions, mais il ne précise pas si les dalles incluaient aussi une représentation figurée. Ceci ne suffit pas à conclure que la plate-tombe du XIIIe siècle n’ait rien comporté de plus qu’une épitaphe : d’une part, l’auteur des Excerpta s’est nécessairement basé sur une description antérieure qui ne mentionnait peut-être rien d’autre que l’épitaphe et, d’autre part, les érudits du XVIIIe siècle s’intéressaient aux pierres tombales essentiellement pour les inscriptions et les blasons, et il est rare que les descriptions et les dessins relèvent la présence d’une figure gravée du défunt.

  • 57 Collombet 1843, p. 24.
  • 58 Cfr. supra note 22.
  • 59 Potthast 1859, p. 199-200 : ossa ejus Lugdunum translata in choro fratrum ordinis sui ad aquilonem (...)
  • 60 À Rome, le cardinal dominicain Hugues Aycelin (†1297) fut inhumé dans le chœur de Santa Sabina, so (...)

24Il est exclu que la sépulture du prélat ait été dans le cimetière, comme le dit Collombet57, puisque le testament de Henri de Suse rédigé en 1271 demande la célébration de messes pour lui-même et pour son ami Hugues de Saint-Cher « dans l’église des frères prêcheurs de Lyon où repose le corps de maître Hugues »58. De plus, le chroniqueur dominicain Henri de Herford (†1370) précise que la tombe, dont il transcrit lui aussi l’épitaphe, se trouvait à droite de l’autel majeur59. Il faut comprendre « à droite » lorsque l’observateur tourne le dos au chœur. Dans les Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, on lit en effet que la tombe se trouvait inter chorum majorem et sanctuarium ex parte aquilonis, c’est-à-dire entre les stalles des frères et l’autel, du côté nord. Les Excerpta compilent très probablement des textes plus anciens. L’information reprise par l’auteur est-elle antérieure ou postérieure à la reconstruction du XVe siècle? Quoi qu’il en soit, il est certain que la sépulture de Hugues de Saint-Cher était dans le sanctuaire, légèrement décentrée par rapport à l’axe longitudinal de l’édifice, et surmontée d’une plaque tombale en cuivre portant une inscription. L’emplacement et la typologie de cette tombe sont cohérents avec la politique funéraire des Prêcheurs : jusqu’aux années 1290, tous les cardinaux dominicains furent inhumés dans le sanctuaire d’une église de leur ordre sous une plate-tombe, alors que les cardinaux étrangers à l’ordre furent inhumés dans l’ecclesia laicorum60.

  • 61 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 457 : Omnium nobilium virorum ac mulierum qui ab (...)
  • 62 L’utilisation de crux pour désigner le transept se trouve par exemple chez Guillaume Durand, dans (...)

25L’emplacement et la forme des tombes de Guglielmo de Sabine et d’Ottone de Tonengo posent davantage de problèmes. Malheureusement, les tombes des deux cardinaux n’existaient déjà plus au début du XVIIIe siècle, peut-être détruites par les Protestants, ou même plus tôt lors des travaux de rénovation du XVe siècle. L’auteur des Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis précise en effet en préambule du chapitre consacré aux Sepulturae insignes quae extant in ecclesia nostra : « De tous les nobles, hommes et femmes, qui ont été enterrés chez nous depuis le début, il serait difficile de recenser les noms; car tantôt l’injure des temps, tantôt la cruauté des hérétiques ont fait disparaître la plupart des monuments qui auraient pu nous renseigner là-dessus »61. Les deux cardinaux étaient enterrés d’après Géraud de Frachet l’un à côté de l’autre juxta crucem sinistram. Que désigne cette crux sinistra? S’agit-il d’un crucifix peint ou orfevré? D’une croix de consécration? Il est exclu que crux désigne ici le transept62 : si la première version de la Cronica pourrait admettre cette interprétation (veniens ad crucem illam), la deuxième lève toute ambiguité puisque Guglielmo commet son lapsus funeste « en oignant la croix qui se trouvait là ».

26Si l’on prête attention au contexte dans lequel le cardinal commet son lapsus, le sens de crux sinistra s’éclaire partiellement. Lors de la consécration de l’église dominicaine de Lyon, quarante jours avant sa mort selon la première version de la Cronica ordinis, peu de jours avant selon la deuxième version, Guglielmo de Sabine en oignant une croix prononce « Je consacre ce tombeau » au lieu de « Je consacre cette église ». Et effectivement c’est sous cette croix qu’il est ensuite inhumé. Le contexte du présage, une cérémonie de consécration, est d’une grande importance. Ceci rappelle un exemplum où un autre cardinal aurait dû voir un signe de sa mort prochaine dans un événement survenu pendant une consécration : dans le Bonum universale de apibus, recueil d’exempla rédigé par le dominicain Thomas de Cantimpré entre 1256 et 1263, le cardinal Pietro di Collemezzo est pris de colère pour avoir attendu à la porte du couvent franciscain d’Assise, et il célèbre la messe de consécration de la basilique sans avoir pu retrouver la paix intérieure malgré son recours à la confession.

  • 63 Colvenere 1627, p. 184-186. Traduction française dans Platelle 1997, p. 130-131.

Cum enim dominus Papa ecclsiam quamdam fratrum Minorum consecrare debuisset, et dictus Episcopus Cardinalis ad portam fratrum Minorum pulsans, intromissus celeriter non fuisset, tanta ira raptus est extra se, ut celebraturus primam missam nullo modo, etiam facta confessione, pacificari posset : et tamen ad terrifica sacramenta processit63.

  • 64 Pour une analyse des exempla sur la mort du cardinal de Collemezzo, cfr. Paravicini Bagliani 1983.
  • 65 Paciocco 2006, p. 205-206.
  • 66 Amargier 1961, p. 162. Sur les événements miraculeux entourant les cérémonies de consécration, voi (...)

27La colère pendant la célébration eucharistique est le premier signe funeste d’une déchéance qui s’achève par la mort accidentelle du cardinal64. Ce passage du Bonum universale de apibus et le récit des derniers jours de Guglielmo de Sabine dans la Cronica ordinis présentent des affinités frappantes : les deux textes, rédigés par des dominicains dans les mêmes années, mettent en scène un présage de mort reçu par un cardinal lors de la consécration d’une église mendiante. L’un des cardinaux reste aveugle aux signes qui se présentent à lui, l’autre les accepte et se prépare à la mort. La cérémonie de consécration est un moment privilégié, non seulement par la concession d’indulgences et les festivités qui l’accompagnent65, mais aussi par la communication avec la divinité qu’elle permet grâce aux conditions quasi magiques créées par le rite eucharistique et par le lieu consacré. Ainsi, dans le De fundatione (premier quart du XIVe siècle), Bernard Gui raconte que lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la domus (bâtiment abritant réfectoire et dortoir) du couvent de Brive, un essaim d’abeilles miraculeux accompagna le rituel66.

  • 67 Platelle 1997, p. 27-28 : « Sous le vocabulaire chrétien, on devine la résurgence d’antiques croya (...)
  • 68 Sur les sortes sanctorum, voir Rocquain 1880 et Schmitt 2001, p. 427. Sur un exemple d’anecdote év (...)
  • 69 Expressions empruntées à H. Platelle (Platelle 1997, p. 27-28).

28Les croyances pré-chrétiennes sont extrêmement présentes dans le genre de l’exemplum, comme le souligne Henri Platelle dans son introduction au Bonum universale de apibus67. Il n’est donc pas étonnant que le lapsus de Guglielmo évoque les oracles des religions païennes, et plus précisément leur adaptation chrétienne, largement répandue bien que condamnée par l’Église : les sortes sanctorum, c’est-à-dire l’utilisation de textes sacrés (ici liturgiques) pour avoir une connaissance de l’avenir68. L’épisode du lapsus de Guglielmo se rapproche en effet des sortes sanctorum, puisque la formule Consecretur hoc sepulcrum malencontreusement prononcée par le cardinal fait bien partie du rituel de consécration : elle est proférée par l’officiant lorsque les reliques sont placées dans l’autel. Guglielmo la prononce au mauvais moment selon le rituel, et ce qui pourrait n’être qu’une erreur devient un message divin sur son avenir. Ce passage tout à fait fascinant de la Cronica ordinis nous plonge au cœur de ces « résurgences d’antiques croyances mythologiques », de « ce vieux patrimoine pré-chrétien » omniprésents dans la littérature médiévale69.

  • 70 Gauthier 2007, p. 78.

29Si la cérémonie de consécration est donc un cadre privilégié pour l’expression d’un présage divin, elle comporte aussi une symbolique funéraire marquée. Bien que la consécration d’un édifice de culte puisse être assimilée au baptême, puisque le lieu est régénéré – le geste de l’onction accompli par le célébrant est d’ailleurs commun aux deux cérémonies –, la liturgie, fondée sur le dépôt des reliques, reproduit des rites funéraires, notamment l’encensement70. Le lapsus du cardinal Guglielmo mélange les deux aspects du rituel : en accomplissant un geste qui confère à la consécration sa dimension baptismale, l’onction, il prononce des paroles relevant du registre funéraire, intervenant normalement au moment de la consécration de l’autel après le dépôt des reliques.

  • 71 Goullet - Lobrichon - Palazzo 2004, p. 230-231 : Deinde in circuitu ecclesie eat episcopus intus, (...)
  • 72 Ibid., p. 224-227 : Et cum pervenerint ad locum in quo reliquie recondende sunt, extenso velo inte (...)

30L’étape précise de la cérémonie où le cardinal prononce le lapsus funeste est aisément identifiable. La première version de la Cronica ordinis est ambiguë : Guglielmo prononce le fatidique Consecretur hoc sepulcrum « en venant à cette croix ». La deuxième version de la Cronica ordinis lève le doute, précisant que le cardinal oint la croix. En effet, la formule Consecratur hoc templum qu’aurait dû prononcer Guglielmo et que lui souffle le chapelain correspond à l’onction des douze croix tracées sur les murs de l’église71. En revanche, l’officiant dit Sanctificetur hoc sepulcrum en bénissant l’autel après y avoir déposé les reliques72. L’identification du moment précis de la cérémonie évoqué par la Cronica ordinis est de la plus grande importance pour tenter de déterminer le lieu de l’édifice où étaient inhumés les cardinaux Guglielmo et Ottone. Si l’on accepte l’idée que le récit de Géraud de Frachet, malgré son appartenance au genre de l’exemplum, utilise néanmoins certains faits réels, il faut conclure que les deux tombes se trouvaient sous l’une des douze croix de consécration tracées sur les murs ou les piliers de l’église.

  • 73 Reichert 1896, p. 233-234. Le paragraphe est traduit en français et commenté dans Montagnes - Prin(...)

31Une fois de plus, la mise en scène de la Cronica ordinis béatifie clairement le cardinal de Sabine. La désignation par le biais d’une intervention divine du lieu de sépulture, qui plus est près d’une croix, évoque un passage des Vitae fratrum. Quelques heures avant le massacre des martyrs d’Avignonet, une dévote en prière dans l’église des Prêcheurs de Toulouse eut un songe. Elle vit le bras droit du crucifix s’abaisser et du sang couler à cet endroit. Le crucifix lui ordonna de dire au prieur d’enterrer là les reliques. Le lendemain, l’événement prit sens lorsque les corps des frères tués à Avignonet furent amenés pour être inhumés dans l’église toulousaine73. Tous les éléments du récit de la mort de Guglielmo reprennent donc des topoï des récits hagiographisants des Vitae fratrum : la désignation miraculeuse du lieu de sépulture, l’avertissement de la mort prochaine, l’acceptation du décès, la réunion des amis dans la tombe. Il est clair que Géraud de Frachet (ou les frères de Lyon qui lui transmirent l’épisode) a cherché à faire du cardinal non seulement un membre de l’ordre, mais aussi un beatus.

32Si l’on a pu proposé une localisation pour les tombes d’Ottone de Tonengo et de Guglielmo de Sabine, à savoir sous une croix de consécration, rien ne permet d’émettre d’hypothèse sur leur aspect. Selon les auteurs de l’époque moderne, la tombe de Guglielmo portait cette inscription :

  • 74 Chacon 1677, vol. II col. 117 ; Excerptus ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 461.

Hic jacet zelantissimus praedicator et laudator nominis Jesu Christi assertor fidei et totius veritatis vir permagnae sanctitatis et ornamentis pietatis pater venerabilis dominus Guillelmus Sabinus episcopus cardinalis74.

  • 75 Paravicini Bagliani 1980, p. 164 : Eligimus nobis sepulturam in ecclesia Sancti Salvatoris Aquensi (...)
  • 76 Sur la tombe du cardinal Vicedomini, cfr. Garms 1981, vol. II, p. 221-236 et Herklotz 2001, p. 268 (...)

33Toutefois, on ne sait pas quelle est leur source sur cette épitaphe qui avait alors déjà disparu, peut-être lors des réaménagements du XVe siècle ou bien lors des exactions des Protestants en 1562. L’inscription la plus ancienne relevée dans le couvent lyonnais par le Père Ramette date de 1262. Une piste sur la forme des tombes des deux cardinaux pourrait être ouverte par le testament de Vicedomino Vicedomini. Ce cardinal élut sépulture dans la cathédrale d’Aix-en-Provence (dont il avait été archevêque de 1257 à sa nomination au cardinalat en 1273), et stipula vouloir une tombe murale contre le mur à gauche de l’autel majeur, sur le modèle de celles qui se trouvaient dans l’église des Prêcheurs de Lyon75. Son désir ne put être exaucé : il trouva sépulture à Viterbe, dans l’église franciscaine où sa tombe est encore partiellement conservée76. Vicedomino Vicedomini participa au deuxième concile de Lyon en 1274 : il aurait donc pu voir les tombes d’Ottone et de Guglielmo. Est-il envisageable que les tombes murales citées dans son testament soient celles des deux cardinaux piémontais? Il pourrait aussi s’agir des tombes des évêques dominicains Humbert Fallavel et Petrus Angelelli, sur lesquelles nous ne savons rien si ce n’est qu’elles se trouvaient dans l’église des Prêcheurs de Lyon. Il n’est pas non plus exclu que d’autres sépultures importantes non documentées se soient trouvées dans l’église. Si l’on se fie au seul texte documentant la sépulture de Guglielmo de Sabine, c’est-à-dire la Cronica ordinis, il apparaît plus probable que la tombe du cardinal ait été une plate-tombe, et non une tombe murale. En effet, selon la deuxième version de la chronique, elle se trouvait sous une des croix de consécration (sub illa cruce est sepulcrum suum), lesquelles se trouvent toujours à hauteur d’homme.

Bonaventure : l’infortune post mortem d’un général controversé

34La mise en valeur des tombes cardinalices dans la production littéraire et dans l’espace de l’église chez les dominicains lyonnais prend davantage de relief si on la compare au traitement de la mémoire du franciscain Bonaventure par son ordre : ce cas est en effet diamétralement opposé, puisqu’au silence des textes, correspond une mise à l’écart de la sépulture.

  • 77 Callebaut 1925.
  • 78 La vétusté de l’ancienne église est soulignée par les témoins lors du procès de canonisation : Int (...)
  • 79 Un dessin de cet arc trilobé est publié dans Boule 1747, p. 144.
  • 80 Boule 1747, p. 174.

35Le cardinal Bonaventure mourut en 1274 lors du deuxième concile de Lyon dans lequel il joua un rôle de premier plan77. Étant donné sa renommée tant comme théologien que comme ministre général de l’ordre et ses liens privilégiés avec Grégoire X, on s’attendrait à ce que sa sépulture eût été mise en valeur. Cependant, Bonaventure ne fut pas loué unanimement après sa mort, et les Franciscains ne firent aucune demande de canonisation. Malgré une réputation de sainteté basée surtout sur ses écrits, il ne fit pas l’objet d’un culte avant le XVe siècle. Des miracles sur son tombeau n’eurent lieu qu’à partir de 1434, date à laquelle les frères mineurs procédèrent à la translation de ses restes depuis l’ancienne église, alors en très mauvais état78, dans l’église qui avait été construite à proximité de la première dès 1324. Les ossements de Bonaventure furent placés dans un enfeu, derrière le chœur des frères79. Un procès de canonisation fut ouvert en 1482 par le pape franciscain Sixte IV. À partir de la fin du XVe siècle, le corps de Bonaventure connut le sort de toute dépouille de saint, morcelé et dispersé entre Lyon, Fontainebleau, Bagnarea et Venise80.

  • 81 Marinangeli 1916, p. 82.
  • 82 Marinangeli 1917, p. 132.

36Si les tombeaux et reliquaires toujours plus précieux qui accueillirent successivement les restes du saint à partir du XVe siècle sont bien connus, l’aspect et la localisation de sa tombe primitive sont difficiles à définir. Deux mentions dans l’enquête de canonisation révèlent que le corps fut relégué jusqu’au milieu du XVe siècle dans la sacristie de la vieille église. Dans les questions posées aux témoins on lit : ejus pretiosum corpus in ecclesia et sacristia dictorum fratrum minorum de Lugduno sepeliri fecit81. Si tous les témoins concordent sur la translation du corps de la vieille église à la nouvelle en 1434, seul le dominicain Guglielmo Thurini, évêque de Jérusalem, précise l’emplacement exact de la première tombe : dicetur hujus corpus dum sacristia esset positum in sepulcro novo ubi nunc jacet corpore redacto in cinerem lingua inventa est sana, et integra ac si numquam fuisset sepulta82.

  • 83 Favraud 1994, p. 79.
  • 84 Pour un bilan complet des sources et une analyse détaillée de la fortune critique de la vie et de (...)

37Que Bonaventure ait été enterré dans la sacristie et non dans l’église est tout à fait surprenant. Il est exclu que l’inhumation dans la sacristie soit due à une interdiction générale d’inhumer dans l’église car, à la même époque, les églises franciscaines recevaient de nombreuses sépultures, même dans le sanctuaire. À Lyon, les frères mineurs installés en 1220 acceptèrent dès les années 1230 des inhumations laïques. On garde trace de deux couples, des chevaliers et leurs femmes, enterrés sous une dalle avec effigies et inscription : Gaspard de Chaponay (†1237) et Clémence de Beauvoir (†1235) dans le cloître, Pierre de Chaponay (†1284) et Guigonne de La Porte (†1295) dans la salle capitulaire83. Aucune tombe de religieux ou de laïc n’est documentée dans l’église primitive mais, étant donnée la maigre documentation sur celle-ci, nous ne pouvons affirmer qu’aucun membre de l’ordre n’y ait trouvé sépulture. Par conséquent, la localisation de la sépulture de Bonaventure dans la sacristie doit bien être attribuée à une volonté délibérée de laisser dans l’ombre la mémoire du cardinal. La mise à l’écart de sa tombe, l’absence de Legenda et de culte post mortem avant le XVe siècle s’expliquent par la controverse dont il fit l’objet : pendant son généralat, Bonaventure fut critiqué par une partie des Franciscains pour son opposition à son prédécesseur, Jean de Parme, et aux Joachimites84.

Conclusion

  • 85 Pour un autre exemple de l’insertion des tombes dans la politique des Dominicains, cfr. Morvan 201 (...)

38Ces exemples fournis par la ville de Lyon apportent matière à réflexion sur le rapport des frères prêcheurs et mineurs au funéraire. En insistant sur la présence de tombes cardinalices dans leurs églises, les Prêcheurs ont manifesté le soutien de dignitaires à leur ordre85. La Cronica ordinis montre de plus une subtile intégration de Guglielmo de Sabine et d’Ottone de Tonengo dans l’hagiographie collective orchestrée par l’ordre. La célébration des personnalités de l’ordre chez les Dominicains se lit aussi dans l’homogénéité d’une pratique funéraire : l’inhumation sous une plate-tombe dans le sanctuaire, entre le chœur et l’autel-majeur. La tombe de Hugues de Saint-Cher s’inscrit dans cette tendance qui perdura jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Le cas de Bonaventure montre un phénomène inverse : par une absence de mise en valeur monumentale et textuelle de sa mémoire, les frères mineurs cherchèrent à faire oublier leur ministre général controversé.

39Bien que ces quatre tombes lyonnaises n’aient pas laissé de trace matérielle, elles méritent d’être insérées dans l’étude des sépultures des membres de la cour pontificale. Même si elles n’apportent rien ou presque aux recherches sur l’évolution des typologies de monuments funéraires, elles illustrent combien le lieu d’inhumation est chargé de sens et d’enjeux, dans sa mise en scène (ou son absence de mise en scène) à la fois dans l’espace de l’église et dans les textes.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

1274 année charnière= 1274, année charnière : mutations et continuités, Actes du colloque du Centre national de la recherche scientifique (Lyon-Paris, septembre-octobre 1974), Paris, 1977.

Albanès 1899= J.-H. Albanès, Gallia christiana novissima, Montbéliard, 1899-1920.

Alexandre-Bidon 1998= D. Alexandre-Bidon, La Mort au Moyen-Âge, Paris, 1998.

Amargier 1961= P. A. Amargier (éd.), Bernard Gui, De fundatione et prioribus conventuum provinciarum Tolosanae et Provinciae ordinis Praedicatorum, Rome, 1961 (Monumenta Ordinis Fratrum Praedicatorum historica, XXIV).

Amat 1985= J. Amat, Songes et visions. L’au-delà dans la littérature latine tardive, Paris, 1985.

Ariès 1977= P. Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 1977.

Berlioz - Polo de Beaulieu 1998= J. Berlioz, M. A. Polo de Beaulieu (dir.), Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris, 1998.

Béroujon 2007= A. Béroujon, La présence scripturaire des morts. La diffusion de l’épitaphe à Lyon entre XIIIe et XVIIe siècle, dans Chrétiens et société XVIe-XXIe siècle, 14, 2007, p. 33-63.

Bougerol 1977= J.-G. Bougerol, Le rôle de saint Bonaventure au concile de Lyon, dans 1274, année charnière : mutations et continuités, Actes du colloque du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1977, p. 425-431.

Boule 1747= J.-C. Boule, Histoire abrégée de la vie et du culte de saint Bonaventure, Lyon, 1747.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boureau 1987= A. Boureau, Vitae Fratrum, Vitae Patrum. L’ordre dominicain et le modèle des pères du désert au XIIIe siècle, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge - Temps Modernes, 92-1, 1987, p. 79-100.
DOI : 10.3406/mefr.1987.2902

Boureau 1993= A. Boureau, L’événement sans fin. Récit et christianisme au Moyen Âge, Paris, 1993.

Bray 2003= A. Bray, The friend, Chicago, 2003.

Brémond - Le Goff - Schmitt 1982= C. Bremond, J. Le Goff, J.-C. Schmitt, L’exemplum, Turnhout, 1982.

Brossard-Dandré 1998= M. Brossard-Dandré, Le statut de l’exemplum dans la Chronique de Fra Salimbene, dans J. Berlioz, M.A. Polo de Beaulieu (dir.), Les exempla médiévaux : nouvelles perspectives, Paris, 1998, p. 83-104.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brown 1981= E. A. R. Brown, Death and the Human Body in the Later Middle Ages : the Legislation of Boniface VIII on the Division of the Corps, dans Viator, 12, 1981, p. 221-270.
DOI : 10.1484/J.VIATOR.2.301488

Caby 2011= C. Caby, Construction et sacralisation des espaces conventuels dans l’ordre des frères prêcheurs (XIIIe-début XIVe siècle), dans Lieux sacrés et espace ecclésial (IXe-XVe siècle), , Toulouse, 2011 (Cahiers de Fanjeaux, 46), p. 131-171.

Callebaut 1925= A. Callebaut, Le voyage du B. Grégoire X et de S. Bonaventure au concile de Lyon et la date du sacre de S. Bonaventure, dans Archivum Franciscanum Historicum, 18, 1925, p. 169-180.

Canetti 1996a= L. Canetti, L’invenzione della memoria. Il culto e l’immagine di Domenico nella storia dei primi frati Predicatori (1221-1260), Spolète, 1996.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Canetti 1996b= L. Canetti, Da San Domenico alle Vitae Fratrum. Pubblicistica agiografica ed ecclesiologia nell’Ordo Praedicatorum alla metà del XIII secolo, dans Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Âge - Temps Modernes, 108-1, 1996, p. 165-219.
DOI : 10.3406/mefr.1996.3482

Carolus-Barré 1977= L. Carolus-Barré, Les pères du IIe Concile de Lyon. Esquisses prosopographiques, dans 1274, année charnière : mutations et continuités, Actes du colloque du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1977, p. 377-423.

Carozzi 1994= C. Carozzi, Le voyage de l’âme dans l’au-delà d’après la littérature latine (Ve-XIIIe siècle), Rome, 1994.

Chacon 1677= A. Chacon, Vitae et res gestae pontificum romanorum et S. R. E. cardinalium ab initio nascentis ecclesiae usque ad Clementem IX, Rome, 1677 (3e éd.).

Chapotin 1898= M.-D. Chapotin, Histoire des Dominicains de la Province de France, Rouen, 1898.

Collombet 1843= F.-Z. Collombet, L’église et le couvent des dominicains de Lyon (1218-1789), Lyon, 1843.

Colvenere 1627= G. Colvenere (éd.), T. de Cantimpré, Bonum universale de apibus, Douai, 1627.

Comarmond 1846= A. Comarmond, Description du musée lapidaire de la ville de Lyon, Lyon, 1846-1854.

Cormier 1898= M. Cormier, L’Ancien couvent des Dominicains de Lyon, Lyon, 1898-1900.

Da Campagnola 1974= S. Da Campagnola, Le vicende della canonizzazione di S. Bonaventura, dans S. Bonaventura francescano, Convegno del centro di studi sulla spiritualità medievale (14-17 octobre 1973), Todi, 1974, p. 209-256.

D’alatri 1976= M. D’Alatri, Predicazione e predicatori francescani nella Cronica di fra Salimbene, dans Collectanea franciscana, 46, 1976, p. 63-91, republié dans M. D’Alatri, La Cronaca di Salimbene. Personaggi e tematiche, Rome, 1988, p. 159-189.

Davril - Thibodeau 1995= A. Davril et T. M. Thibodeau (éd.), Guillaume Durand, Rationale divinorum officiorum, Corpus Christianorum CXL, Turnhout, 1995.

Dondaine 1975= A. Dondaine, Barthélemy de Trente O.P., dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 45, 1975, p. 79-105.

Donner 1929= G. A. Donner, Kardinal Wilhelm von Sabina, Bischof von Modena 1222-1234, päpstlicher Legat in den nordischen Ländern († 1251), Helsingfors, 1929.

Duchesne 1660= F. Duchesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, Paris, 1660.

Favraud 1994= R. Favraud (dir.), Corpus des inscriptions de la France médiévale, n° 17, Ain, Isère, Rhône, Haute-Savoie, Paris, 1994.

Federici - Garms 2011 : F. Federici, J. Garms Tombs of illustrious Italians at Rome : l’album di disegni RCIN 970334 della Royal Library di Windsor, Florence, 2011.

Fédou 1977= R. Fédou, La ville de Lyon et le concile, dans 1274, année charnière : mutations et continuités, Actes du colloque du Centre national de la recherche scientifique (tenu à Lyon et à Paris en septembre et octobre 1974), Paris, 1977, p. 283-288.

Fédou 1988= R. Fédou, Histoire religieuse de Lyon. Les papes du Moyen Âge à Lyon. De Urbain II à Jean XXII (1095-1316), Lyon, 1988 (2e édition en 2006).

Fontana 1666= V.M. Fontana, Sacrum theatrum dominicanum, Rome, 1666.

Gauthier 2007= C. Gauthier, L’odeur et la lumière des dédicaces. l’encens et le luminaire dans le rituel de la dédicace d’église au haut Moyen Âge, dans D. Méhu (dir.), Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval, Turnhout, 2007, p. 75-90.

Gardner 1992= J. Gardner, The tomb and the tiara, Oxford, 1992

Garms 1981= J. Garms (dir.), Die mittelalterlichen Grabmäler in Rom und Latium vom 13. bis zum 15. Jahrhundert, Vienne, 1981-1994 (2 volumes).

Gatto 1959= L. Gatto, Il pontificato di Gregorio X, Rome, 1959.

Georges 1999= P. Georges, Mourir c’est pourrir un peu... Techniques contre la corruption des cadavres à la fin du Moyen Âge, dans Le cadavre. Anthropologie, archéologie, imaginaire social (Moyen Âge-Renaissance), Turnhout, 1999 (Micrologus, 7), p. 359-382.

Goullet - Lobrichon - Palazzo 2004= M. Goullet, G. Lobrichon et E. Palazzo, Le pontifical de la curie romaine au XIIIe siècle, Paris, 2004.

Guénée 1982= B. Guénée, Histoire et chronique. Nouvelles réflexions sur les genres historiques au Moyen-Âge, in D. Poirion (dir.), La Chronique et l’histoire au Moyen Âge, Paris, 1982, p. 3-12.

Herklotz 2001= I. Herklotz, « Sepulcra » e « monumenta » del Medioevo : studi sull’arte sepolcrale in Italia, Naples, 2001 (1e édition à Rome en 1985).

Holstein - Wolter 1966= H. Wolter et H. Holstein, Lyon I et Lyon II, Paris, 1966.

Huillard-Bréholles 1840= A. Huillard-Bréholles (trad.), M. Paris, Grande Chronique, Paris, 1840-1841 (9 volumes). Nouvelle édition de la traduction de Huillard-Bréholles revue par N. Desgrugillers-Billard : La grande chronique d’Angleterre, Clermont-Ferrand, 2001-2007.

Kamp 1975= N. Kamp, Raniero Capocci, dans Dizionario biografico degli Italiani, 18, 1975, p. 608-616.

Koudelka 1968= V. J. Koudelka, Il fondo Libri nell’Archivio Generale dell’Ordine Domenicano, dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 38, 1968, p. 99-147.

Krumenacker 2009= Y. Krumenacker (dir.), Lyon 1562, capitale protestante. Une histoire religieuse de Lyon à la Renaissance, Lyon, 2009.

Le Goff 1980= J. Le Goff, La perception de l’espace de la chrétienté par la curie romaine et l’organisation d’un concile œcuménique en 1274, dans W. Paravicini (dir.), Histoire comparée de l’administration, Paris, 1980, p. 11-16.

Le Goff 1981= J. Le Goff, La naissance du Purgatoire, Paris, 1981 (les références dans l’article correspondent à la 2e édition de 1991).

Levesque 1978= J.-D. Levesque, Les frères prêcheurs de Lyon, ND de Confort, 1218-1789, Lyon, 1978.

Luard 1872= H.R. Luard (éd.), Matthieu Paris, Chronica majora, Londres, 1872-1883.

Manselli 1985= R. Manselli, Il sogno come premonizione, consiglio e predizione nella tradizione medievale, dans T. Gregory (dir.), I Sogni nel medioevo, Seminario internazionale del Centro di studio del Lessico intellettuale europeo (Rome, 2-4 octobre 1983), Rome, 1985, p. 219-244.

Marinangeli 1916= B. Marinangeli, La canonizzazione di S. Bonaventura e il processo di Lione, dans Miscellanea Francescana, 17, 1916, p. 65-86 et p. 105-120.

Marinangeli 1917= B. Marinangeli, La canonizzazione di S. Bonaventura e il processo di Lione (2e partie), dans Miscellanea Francescana, 18, 1917, p. 125-135

Martin 1905= J.-B. Martin, Conciles et bullaires du diocèse de Lyon des origines à la réunion du Lyonnais à la France en 1312, Lyon, 1905.

Monfalcon 1855= J.-B. Monfalcon, Lugdunensis historiae monumenta, Lyon, 1855-1860.

Montagnes 1998= B. Montagnes, Comment meurent les Prêcheurs méridionaux d’après les Vitae Fratrum, dans La mort et l’au-delà en France méridionale (XIIe-XVe siècle), Cahiers de Fanjeaux 33, Toulouse, 1998, p. 41-64.

Montagnes - Prin 2004= B. Montagnes, M. Prin, Le tombeau des martyrs d’Avignonet aux Jacobins de Toulouse, dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, 64, 2004, p. 155-164.

Montanari 1990= E. Montanari, Bartolomeo di Trento storico di San Domenico, dans D. Gobbi (dir.), Bartolomeo da Trento, domenicano e agiografo medievale, Trente, 1990, p. 109-153.

Morvan 2008= H. Morvan, Le tombeau du cardinal d’Acquasparta à Santa Maria in Aracoeli à Rome, dans Arte medievale, 7, 2008, p. 95-104.

Morvan 2013= H. Morvan, Architecture dominicaine et promotion de nouveaux saints : autour de la tombe de Clément IV à Santa Maria in Gradi (Viterbe), dans Bulletin Monumental, 171-2, 2013, p. 99-106.

Nobili 2003= C.S. Nobili, Salimbene da Parma tra narrativa e predicazione, dans G. Auzzas, G. Baffetti, C. Delcorno (dir.), Letteratura in forma di sermone. I rapporti tra predicazione e letteratura nei secoli XIII-XVI, Florence, 2003, p. 301-314.

Paciocco 2006= R. Paciocco, Canonizzazioni e culto dei santi nella christianitas (1189-1302), Assise, 2006.

Pagnotti 1898= F. Pagnotti, Niccolo da Calvi e la sua vita d’Innocenzo IV con una breve introduzione sulla istoriografia pontificia nei secoli XIII et XIV, dans Archivio della R. Società Romana di Storia Patria, 21, 1898, p. 7-120.

Panella 1995= E. Panella, Cronaca antica di Santa Maria in Gradi di Viterbo : perduta o mai esistita?, dans Archivum Fratrum Praedicatorum, 65, 1995, p. 185-233.

Paravicini Bagliani 1972= A. Paravicini Bagliani, Cardinali di Curia e familie cardinalizie dal 1227 al 1254, Padoue, 1972.

Paravicini Bagliani 1980= A. Paravicini Bagliani, I testamenti dei cardinali del Duecento, Rome, 1980.

Paravicini Bagliani 1983= A. Paravicini Bagliani, Die Polemik der Bettelorden um den Tod des Kardinals Peter von Collemezzo (25 mai 1253), dans H. Mordeg (dir.), Aus Kirche und Reich. Studien zu Theologie, Politik und Recht im Mittelalter. Festschrift für Friedrich Kempf zu seinem fünfundsiebzigsten Geburtstag und fünfzigjährigen Doktorjubiläum, Sigmaringen, 1983, p. 355-362, réédité dans A. Paravicini Bagliani, Il potere del papa. Corporeità, autorappresentazione, simboli, Florence, 2009, p. 45-55.

Paravicini Bagliani 1992= A. Paravicini Bagliani, Démembrement et intégrité du corps au XIIIe siècle, dans Terrain, 18, 1992, p. 26-32.

Pavy 1835= L. A. A. Pavy, Les grands Cordeliers de Lyon, ou l’église et le couvent de Saint-Bonaventure depuis leur fondation jusqu’à nos jours, Lyon, 1835.

Pini 1991= A. I. Pini, Bologna e la Romagna nella Cronaca sive Liber exemplorum ad usum praedicantium di Salimbene de Adam, dans Salimbeniana, Atti del Convegno per il VII centenario di Fra Salimbene (Parma, 1987-1989), Bologne, 1991, p. 174-197.

Platelle 1997= H. Platelle (traduction et commentaire), T. de Cantimpré, Les exemples du Livre des abeilles, Turnhout, 1997.

Potthast 1859= A. Potthast (éd.), Liber de rebus memorabilioribus sive Chronicon Heinrici de Hervordia, Göttingen, 1859.

Refice 1996= P. Refice, Pulchra ut luna. La Madonna de Braye in San Domenico a Orvieto, Rome, 1996.

Reichert 1896= B. M. Reichert (éd.), Gerardi de Fracheto Vitae fratrum ordinis praedicatorum necnon Cronica ordinis ab anno MCCIII usque ad MCCLIV, Rome, 1896.

Reichert 1898= B. M. Reichert (éd.), Acta Capitulorum generalium ordinis praedicatorum, vol. I (ab anno 1220 usque ad annum 1303), Rome, 1898 (Monumenta Ordinis Fratrum Praedicatorum Historica, III).

Reveyron 1995= N. Reveyron (dir.), 1245-1995. 750e Anniversaire du 1er concile de Lyon, 1995.

Rhétorique et histoire= Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Table ronde organisée par l’École française de Rome (18 mai 1979), Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge - Temps modernes, 92, 1980.

Romano 1990= S. Romano, Giovanni di Cosma, dans J. Garms et A.M. Romanini (dir.), Skulptur und Grabmal des Spätmittelalters in Rom und Italien, Vienne, 1990 p. 159-171.

Rocquain 1880= F. Rocquain, Les sorts des saints ou des apôtres, dans Bibliothèque de l’école des Chartres, 41, 1880, p. 457-474.

Sassen 1908= J.H.H. Sassen, Hugo von St. Cher, Seine Tätigkeit als Kardinal, 1244-1263, Bonn, 1908.

Scalia 1998= Salimbene de Adam, Cronica, G. Scalia (éd.), Turnhout, 1998-1999.

Schmitt 1994= J.-C. Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, 1994.

Schmitt 2001= J.-C. Schmitt, Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, 2001.

Schürer 2005= M. Schürer, Mémoire et histoire dans l’ordre des Prêcheurs vers le milieu du XIIIe siècle, dans Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé, Actes du 5e Colloque international du CERCOR (Saint-Étienne, 6-8 novembre 2002), Saint-Étienne, 2005, p. 147-169.

Tugwell 2001= S. Tugwell, L’évolution des Vitae fratrum. Résumé des conclusions provisoires, dans L’ordre des Prêcheurs et son histoire en France méridionale, Toulouse, 2001 (Cahiers de Fanjeaux, 36), p. 415-418.

Westenholz 1912= E. Von Westenholz, Kardinal Rainer von Viterbo, Heidelberg, 1912

Williams 1868= R. F. Williams, Lives of the English cardinals, Londres, 1868.

Haut de page

Notes

1 Sur l’utilisation des textes (exempla, chroniques…) à des fins de cohésion interne chez les Dominicains, cfr. Boureau 1987, Boureau 1993, chapitre III (Au cœur du Moyen Âge : les dominicains et la maîtrise narrative, p. 55-80), Canetti 1996b, Montagnes 1998, Schürer 2005.

2 Sur les conciles de Lyon cfr. Gatto 1959, Holstein - Wolter 1966, 1274 année charnière, Fédou 1988 p. 47-86, Le Goff 1980, Reveyron 1995.

3 Dans son livre The tomb and the tiara, Julian Gardner a consacré un chapitre aux tombes de cardinaux du XIIIe siècle situées en France (Gardner 1992, p. 90-93). Il n’y évoque pas les tombes lyonnaises. Cette omission est cohérente avec la problématique typologique et iconographique de l’auteur, puisque les monuments funéraires lyonnais ne sont ni conservés ni documentés par des dessins.

4 Voir en particulier dans les actes du colloque 1274 année charnière les contributions de Louis Carolus-Barré et de René Fédou (Carolus-Barré 1977 et Fédou 1977).

5 Les compilations anciennes, malgré beaucoup de données erronées, restent des ouvrages précieux pour nous car leurs auteurs ont pu voir des tombeaux qui n’existent plus aujourd’hui (Duchesne 1660, Chacon 1677). Les travaux prosopographiques les plus complets sur le collège cardinalice du XIIIe siècle ont été menés par Agostino Paravicini Bagliani (Paravicini Bagliani 1972 et Paravicini Bagliani 1980).

6 Sur les Jacobins de Lyon, cfr. Collombet 1843, Cormier 1898, Levesque 1978, Béroujon 2007. Les lettres que le Père Michel Cormier échangea avec Rohault de Fleury lorsque ce dernier rédigeait son Gallia dominicana sont également instructives, puisque Michel Cormier y est plus précis sur ses sources que dans son ouvrage (Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.123). Sur les Cordeliers, cfr. Pavy 1835, Boule 1747.

7 Archives départementales du Rhône, 3H6.

8 Archives départementales du Rhône, fonds Galle 112, 22, 23, 24 et 25.

9 Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV liber M, fol. 429-503 : Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis ordinis Praedicatorum monumenta quae annalibus conscribendis inservire possunt (désormais cité : Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis). Sur le contexte de rédaction de ce manuscrit, cfr. Koudelka 1968.

10 Pagnotti 1898, p. 103.

11 Sur le premier, cfr. Paravicini Bagliani 1972, p. 222-227. On a peu d’informations sur ce cardinal de l’ordre de Cluny. Son décès à Lyon est connu grâce à Niccolo da Calvi. La date de décès, 1250 selon la tradition historiographique (Chacon), ne peut être confirmée par des sources anciennes. Il serait probable qu’il ait été enterré dans une abbaye de son ordre. Sur Geoffroy de Trani, cfr. Paravicini Bagliani 1972, p. 273-278. Il mourut peu avant l’ouverture du concile, entre le 3 avril et le 6 juin 1245. Les inscriptions subsistant à Lyon au XIXe siècle ont été publiées (cfr. Comarmond 1846 et Monfalcon 1855), mais les sépultures des prélats semblent ne pas avoir laissé de trace épigraphique.

12 Pour la biographie de ce cardinal, voir Westenholz 1912 et Kamp 1975. Raniero Capocci fut nommé légat dans les États Pontificaux pendant l’absence du pape, avant que ce dernier ne le remplace et ne l’appelle à Lyon à l’automne 1249. Il mourut peu après, le 27 mai 1250 (sur la date de mort du cardinal, voir Paravicini Bagliani 1972, vol. I p. 15, Paravicini Bagliani 1980, p. 10 et p. 121-124, Kamp 1975, p. 615). Le lieu de son inhumation a fait l’objet d’une tradition erronnée. Les auteurs de l’époque moderne sont unanimes sur le fait que le cardinal serait mort à Viterbe et inhumé devant l’autel majeur de Santa Maria in Gradi, couvent dominicain dont il était le fondateur. Cfr : Chacon 1677, col. 35 ; Giacinto dei Nobili, Cronica compendiata di Santa Maria in Gradi di Viterbo (Archivio della provincia romana dei Frati Predicatori, couvent de Santa Maria sopra Minerva, F.IV.11), p24-25 ; Francesco Maria Salmini, Cronologia Gradensis (Archivio Generale dell’Ordine dei Predicatori, XIV.C.I, à partir du fol. 71), p. 284. Nobili et Salmini se basent sur une « ancienne chronique », qui en réalité ne remonte pas au-delà du XVIe siècle (cfr. Panella 1995), et sur une inscription clairement moderne visible dans l’église. Cependant, la source la plus ancienne, la chronique de Géraud de Frachet, rapporte que Raniero Capocci fut inhumé à Cîteaux, contre sa volonté puisqu’il aurait voulu reposer chez les Prêcheurs : Dominus quoque Raynerius ibidem manens elegit sepulturam apud fratres ; sed monachi quidam nigri, apud quos manens mortuus est, prestiterunt impedimentum, et delatus est apud Cistercium. (Reichert 1896, p. 335. « Le Seigneur Raniero, séjournant de même [à Lyon], élut lui aussi sépulture chez les frères ; mais certains moines noirs, chez qui il résidait lorsqu’il mourut, empêchèrent cela et il fut porté à Cîteaux. »).

13 Nous adopterons la forme italienne pour les noms de ces deux cardinaux piémontais. Ottone de Tonengo apparaît aussi dans les textes comme « Ottone de Monferato » et « Ottone Candido ». Guglielmo de Sabine est parfois cité comme Guillaume « de Savoie » ou « de Modène ». Pour une synthèse biographie, cfr. Paravicini Bagliani 1972, p. 76-97 pour Ottone de Tonengo et p. 186-197 pour Guglielmo de Sabine. Pour une biographie détaillée de ce dernier, cfr. Donner 1929.

14 La Cronica ordinis (édition : Reichert 1896) a été attribuée à plusieurs auteurs : Humbert de Romans, Géraud de Frachet et Pierre Ferrand. Les travaux récents de Simon Tugwell ont confirmé l’attribution de la chronique à Géraud de Frachet et ont précisé la chronologie des différentes versions (Tugwell 2001).

15 Sur l’église dominicaine d’Orvieto et ses tombes cardinalices, cfr. Refice 1996, chapitre I. Pour une biographie de Hugues de Saint-Cher, cfr. Sassen 1908.

16 Brown 1981, Paravicini Bagliani 1992, Georges 1999.

17 Alexandre-Bidon 1998, p. 188.

18 L’événement est rapporté par le compilateur dominicain Henri de Herford (Potthast 1859, p. 199-200).

19 Duchesne 1660, vol. II, p.177.

20 Paravicini Bagliani 1980, p. 484.

21 Williams 1868, vol. I, p. 344 ; Levesque 1978, p. 71.

22 Paravicini Bagliani 1980, p. 140 : Ecclesie fratrum Predicatorum Lugdunensium, in qua jacet corpus domini Hugonis supradicti, L marc., et supplicetur quod faciant officium et anniversarium simul pro utroque, excepto illo quod faciebant pro predicto domino Hugone.

23 Paravicini Bagliani 1972, vol. I, p. 236.

24 Eodem anno et mense, die domenico, XV eiusdem, hora matutina obiit clare memorie frater Bonaventura, Albanensis episcopus ; qui fuit homo eminentis scientie et eloquentie ; vir quidem sanctitate praecipuus, vita, conversatione ac moribus excellentissime decoratus ; benignus, affabilis, pius et misericors, virtutibus plenus ; Deo et hominibus dilectus. Qui sepultus est, ipso die dominico, in loco fratrum minorum Lugduni ; cuius exequiis interfuit dominus papa, cum omnibus cardinalibus, et quasi omnibus prelatis, qui erant in concilio, et tota curia. Et frater Petrus Ostiensi celebravit missam ; et predicavit, proposito themate, scilicet : Doleo super te, Frater mi Jonatha. Multe lacrime et gemitus ibi fuerunt ; hanc enim gratiam sibi concesserat Dominus, quod quicumque eum videbant, ipsius amore incontinenti capiebantur ex corde. Cité dans Bougerol 1977.

25 Selon Barthélémy de Trente, Guglielmo de Sabine faisait partie des évêques présents à la translation. Il aurait d’abord été sceptique devant le miracle de l’odeur du corps avant de reconnaître le fait : Vocatus est Ravennas archiepiscopus et alii episcopi quamplures, inter quos dominus Willihelmus tunc Mutinensis post autem Sabinensis cardinalis episcopus, vir quasi Thomas miraculorum incredulus, qui tamen postea sicut ipse audivi testimonium perhibuit veritati. (Dondaine 1975, p. 102). Le passage est analysé dans Canetti 1996a, p. 42-47. Le rôle de Guglielmo dans la canonisation du fondateur des frères prêcheurs est rapporté par le franciscain Salimbene de Adam, avec une volonté évidente de déprécier l’ordre concurrent : Huic canonizationi adiutorium dedit episcopus Mutinensis, qui postea cardinalis Guilielmus est dictus, et fuit de Pede Montis ; quem predicantem et officium facientem in Parasceue vidi in ecclesia fratrum Minorum apud Lugdunum, quando papa Innocentius et curia erat ibi. Iste ergo, quia amicus Predicatorum erat, sollicitavit eos dicens : « Ex quo fratres Minores habent unum sanctum, faciatis et vos ut alium habeatis, etiam si deberetis ipsum de paleis fabricare ». (Scalia 1998, vol. I, p. 105. « À cette canonisation apporta son concours l’évêque de Modène, qui ensuite fut le cardinal Guglielmo, piémontais, que moi je vis à Lyon prêcher et officier le vendredi saint dans l’église des frères mineurs, quand le pape Innocent et la curie étaient là. Celui-ci donc, puisqu’il était ami des frères prêcheurs, les sollicitait en disant : ‘Puisque les frères mineurs ont un saint, faites en sorte d’en avoir un vous aussi, même si vous deviez vous le fabriquer de paille’. »).

26 Amice, ascende superius est une citation directe de l’évangile de Luc 14 ; 10.

27 Luard 1872, vol. V, p. 230. Traduction (Huillard-Bréholles 1840, vol. VII, p. 192-193) : « À cette même époque de l’année, l’évêque de Sabine, Guillaume (homme saint et cardinal de l’Église romaine, qui peu d’années auparavant avait été légat en Suède et en Norvège, comme nous l’avons dit) dormait une certaine nuit dans son lit, plein de vie et de santé, lorsqu’il eut une vision nocturne ; il aperçut le cardinal Othon, qui était mort peu de temps auparavant, assis comme dans un concile général fort nombreux. Lui Guillaume survenait ; mais personne ne se levait devant lui, ni ne lui faisait place pour s’asseoir. Othon, seul, se levant devant lui, lui disait hautement : ‘Mon ami, monte plus haut ; je t’ai réservé une place où tu pourras t’asseoir’. En effet, pendant leur vie, Othon et lui avaient été amis intimes. Or, Guillaume, s’étant réveillé, fut grandement agité de ce songe, et il eut une révélation divine, qui lui fit comprendre qu’avant trois jours, il quitterait ce monde. Il alla donc sur le champ trouver le pape, dont il reçut congé et bénédiction, et lui dit : ‘Porte toi bien, monseigneur, car le Seigneur me rappelle de ce monde’. Puis, disant adieu de la même façon à tous ses frères et amis, il revint à son hôtel, le cœur plein de dévotion. Or, tous s’étonnaient de cela, et il y en avait qui se moquaient de lui, et disaient que la vieillesse le faisait radoter, parce qu’ils le voyaient bien portant et n’ayant aucune infirmité extérieure. Cependant ledit Guillaume, après avoir fait avec réflexion les dernières dispositions qu’il avait à faire dans sa maison, et avoir révélé à plusieurs la susdite vision, abandonna le lendemain, par une fin louable, cette demeure terrestre. ».

28  Reichert 1896, p. 333-335. « À la même époque, comme le pape Innocent voulait quitter Lyon pour rentrer à Rome, alors qu’il l’avait annoncé aux cardinaux afin qu’ils se préparent au départ, le seigneur Guillaume évêque de Modène puis cardinal évêque de Sabine, qui fut un compagnon de saint Dominique, homme saint et d’une ferveur en Jésus Christ admirable, lui répondit : « Père, il convient de me préparer au retrait de cette vie, car cette nuit en m’apparaissant le seigneur Othon, cardinal évêque de Porto, qui est enterré dans le couvent des frères prêcheurs, m’a dit : ‘Mon frère, il ne faut pas que tu sois troublé à cause de ce départ, car tu resteras avec moi à Lyon.’ » Et après peu de jours, ce fut accompli : en effet, le dit seigneur de Sabine mourut et, selon ce qu’avait dit le cardinal, il fut enterré dans l’église des frères prêcheurs à côté de la croix gauche. Lorsque quarante jours auparavant l’église avait été consacrée par le pape Innocent et le seigneur de Sabine lui-même, alors que le pape en faisait le tour en même temps, le cardinal venant à cette croix dit, comme s’il présageait des événements à venir : ‘Que soit consacré ce tombeau’, ce à quoi il ajouta, corrigé par un chapelain présent : ‘cette église’. ».

29 Ibid. « À cette époque, alors que la curie était à Lyon, deux cardinaux ont été inhumés chez les frères, à savoir le seigneur Othon de Porto son ami intime, et le seigneur Guglielmo de Sabine qui fut un grand ami de l’ordre et du bienheureux Dominique, depuis qu’il avait noué le début d’une familiarité avec lui à la curie du pape. Alors que le premier d’entre eux [Othon] était déjà enterré chez les frères et que la curie se préparait, comme on le disait, à partir pour Gênes, le second [Guglielmo], qui avait été un grand ami du défunt, fut agité dans son sommeil et se voyait en train d’obtenir le gîte à Gênes. Et voici que le premier lui apparaissant lui dit : ‘Seigneur Guglielmo, ne sois pas troublé par ce gîte à Gênes, parce qu’ici tu auras un gîte pour l’éternité’. Il raconta cela au pape et aux cardinaux et, quelques jours plus tard, il tomba malade, mourut et fut enterré juste à côté [d’Othon] dans l’église des frères. Or, il était advenu peu de jours avant que Guglielmo lui-même, sur le lieu de sa tombe, lors de la consécration de l’église des frères, ait dû consacrer une croix qui se trouvait là. En l’oignant, au lieu de dire ‘je consacre cette église’ il dit ‘je consacre ce tombeau’. Et en effet son tombeau se trouve sous cette croix. ».

30 Bray 2003.

31 Cfr. Paravicini Bagliani 1972.

32 Sur le rôle des amis dans les rites funéraires et dans les apparitions post mortem, cfr. Schmitt 1994, p. 162 et Alexandre-Bidon 1998, p. 115-118.

33 Geoffroy de Bar fut nommé cardinal prêtre de Santa Susanna en 1281 par Martin IV. Sa plaque tombale n’existe plus mais est connue par un dessin du codex RCIN 970334 de la Royal Library de Windsor (Federici-Garms 2011, p. 75-76). La tombe du cardinal Ancher de Troyes, en revanche, est toujours visible dans l’église.

34 Cfr. supra note 22.

35 Romano 1990 ; Morvan 2008, en particulier p. 100-103.

36 Voir par exemple dans les Vitae fratrum, partie V, chapitre 3 (De diversis visionibus in morte fratrum), §5 (Reichert 1896, p. 259).

37 Sur l’évolution du genre de la chronique à partir du XIIe siècle, avec l’introduction d’un propos narratif et moral, cfr. Guénée 1982. Sans renvoyer à toute la bibliographie sur ce sujet, on peut citer les études dans ce sens consacrées à la chronique de Salimbene de Adam : D’alatri 1976, p. 186-188 (dans la deuxième édition de 1988) ; Pini 1991, p. 174-179 ; Brossard-Dandré 1998 ; Nobili 2003. Les travaux récents sur les exempla ont souligné leur présence dans les chroniques médiévales (voir en particulier : Brémond - Le Goff - Schmitt 1982 ; Berlioz - Polo de Beaulieu 1998 ; Rhétorique et histoire).

38 Sur l’ambiguïté fréquente entre rêve et vision, cfr. Manselli 1985.

39 Cfr. Schmitt 1994. Sur la réticence des premiers penseurs chrétiens (Tertullien, Augustin…) à admettre l’existence des revenants, voir Amat 1985, p. 266-297.

40 La pire mort au Moyen Âge est en effet la mort subite. Cfr. Ariès 1977, p. 13-20 (Mors repentina). Sur l’utilisation de la mort subite d’un cardinal comme exemplum dans la littérature mendiante, cfr. Paravicini Bagliani 1983.

41 Agostino Paravicini Bagliani cite le passage de la chronique de Matthieu Paris sur la mort de Guglielmo de Sabine pour illustrer les modalités de rédaction du testament à la cour pontificale. Paravicini Bagliani 1980, p. LI-LII.

42 Sur les liens entre vivants et morts qui se précisent avec l’institutionnalisation du purgatoire, cfr. Le Goff 1981, p. 393-399 .

43 Les textes décrivant des visions de l’au-delà existent pendant tout le Moyen Âge, mais connaissent une profonde mutation dans la forme à partir de la fin du XIIe siècle, passant du voyage corporel à la vision symbolique et spirituelle (cfr. Carozzi 1994).

44 Le Goff 1981, p. 434-436.

45 Le texte dans sa traduction française est cité dans Le Goff 1981, p. 435. Texte latin original : T. de Cantimpré, Vita S. Lutgardis, III, 5, Acta Sanctorum, Junii, IV (3e édition), Paris-Rome, 1867, p. 187-210, p. 205.

46 Vitae fratrum, partie 3, chapitre 39 (Reichert 1896, p. 132).

47 Reichert 1896, p. 337.

48 Ainsi, dans la première version de la Cronica ordinis (Cronica anterior), Géraud de Frachet écrit : A tempore S. Dominici usque annum MCC… fuerunt de ordine fratrum predicatorum tot cardinales et tot episcopi : frater Guillelmus Sabinensis, […]. (Reichert 1896, p. 335). G. A. Donner (Donner 1929, p. 15-17) réfute que Guglielmo soit entré dans l’ordre des Prêcheurs : d’une part, il aurait fallu qu’il quitte l’ordre chartreux, ce dont on ne trouve aucune trace ; d’autre part, si la Cronica ordinis le mentionne comme socius beati Dominici, il faut le considérer comme un conseiller non officiel du fondateur, et non comme un socius officiel (chez les Prêcheurs, les socii, au nombre de deux ou trois, étaient les plus proches collaborateurs du général de l’ordre et suivaient ce dernier dans ses déplacements). Sur le sujet, voir aussi Montanari 1990, p. 137 et note 109.

49 Géraud de Frachet rapporte dans les Vitae fratrum cette vision : un frère dominicain défunt et déjà au Paradis apparaît à Thomas d’Aquin et lui annonce que non seulement lui aussi ira au Paradis, mais que « personne, ou bien peu de [s]on ordre n’est damné » (Reichert 1896, p. 215-216).

50 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 435.

51 Reichert 1898, p. 47. Intermedia que sunt in ecclesiis nostris inter seculares et fratres sic disponantur ubique per priores quod fratres egredientes et ingredientes de choro non possint videri a secularibus vel videre eosdem. Poterunt tamen alique fenestre ibidem aptari ut tempore elevacionis corporis dominici possint aperiri.

52 En plus des relevés épigraphiques du Père Ramette publiés par M. Cormier, cfr. Béroujon 2007 .

53 L’évêque de Lucques, le dominicain Petrus Angelelli, décéda lors du concile de 1274 et fut enterré dans le couvent de son ordre (cfr. Fontana 1666, p. 228 et p. 427). Sur Humbert Fallavel, voir Albanès 1899, vol. I, col. 714-717.

54 Archives départementales du Rhône, 3H29 (transcrit dans Chapotin 1898, p. 282).

55 Pour la pierre tombale voir l’article de Varnet dans La semaine religieuse du diocèse de Grenoble, 4, (1871-72), p. 569-570 et l’Ancienne Gazette de Lyon du 1er octobre 1862.

56 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 460. […] inter chorum majorem et sanctuarium ex parte aquilonis sepultum, quo in loco aeri cypris incisum Epitaphium parte olim legebatur his verbis constans. ‘In hoc sepulchro jacet vir venerabilis deo et hominibus gratiosus Fr Hugo de Celidonio Viennensis diocesis tituli sanctae Sabinae quondam praesbiter cardinalis, luminare magnum ecclesiae, ordinis fratrum praedicatorum Lucerna Theologiae Parisiensis doctor egregius, famosus scripturarum tractator, et expositor praelucius. Verbi Dei praedicator eximius, oliva pietatis, palma justitiae, specialum honestatis, religiosorum patronus, veritatis praeco, pater pauperum et solatium miserorum. obiit anno 1262 XIV calendis Aprilis.’ Verum lamina aenea quibus haec verba incisaerant fiblatae sunt una cum aliis plurimis sepulchrorum titulis, dum ecclesia nostra grassante, et armata haeresi spoliata est anno 1562, ne tamen tam insignis sepultura periret memoria, patres nostri (dum primum pacabis turbis licuit) sepulchro novum epitaphium insculpsere, quid his verbis conceptum etiam num legitur.Hic jacet […]’. Sur l’occupation protestante de Lyon, voir Krumenacker 2009. Sur l’occupation du couvent dominicain, voir Fontalirant 1875, p. 14.

57 Collombet 1843, p. 24.

58 Cfr. supra note 22.

59 Potthast 1859, p. 199-200 : ossa ejus Lugdunum translata in choro fratrum ordinis sui ad aquilonem, quasi in muro, cum multa sollempnitate tumulatur. Super sepulchrum ejus sic scriptum inveni : « In hoc sepulcro jacet vir venerabilis, Deo et hominibus gratiosus, frater Hugo de Cheliderio dyocesis Viennensis, tytuli sancte Sabine quondam presbiter cardinalis, luminare magnum ecclesie ordinis predicatorum, lucerna theologie, Parisius doctor egregius, famosus scripturarum divinarum tractator et expositor luculentus, verbi Dei predicator eximius, oliva pietatis, palma justitie, speculum honestatis, religionis patronus, veritatis preco, pater pauperum et solatium miserorum. Qui obiit apud Urbem Veterem anno prius dicto 14. Kal. Aprilis ». La transcription de l’inscription donnée par Henri de Herford est légèrement différente de celle qui figure dans les Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis. Si l’auteur des Excerpta n’a pu se baser que sur des copies, puisque la tombe avait été détruite au XVIe siècle, on ne sait pas si Henri de Herford a directement copié l’inscription ou bien s’il a utilisé des sources intermédiaires.

60 À Rome, le cardinal dominicain Hugues Aycelin (†1297) fut inhumé dans le chœur de Santa Sabina, sous une plaque tombale à effigie connue grâce à un dessin du XVIIe siècle alors que le cardinal Durand (†1296) trouva sépulture dans une chapelle du transept de Santa Maria sopra Minerva. Dans l’église des Prêcheurs d’Orvieto, le cardinal dominicain Annibaldi de Molara (†1272) était enterré dans le sanctuaire, alors que les tombes d’Eudes de Châteauroux (†1273) et de Guillaume de Braye (†1282) se trouvaient près d’un autel secondaire dédié à la Vierge (sur les tombes cardinalices à Orvieto voir Refice 1996).

61 Excerpta ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 457 : Omnium nobilium virorum ac mulierum qui ab initio apud nos tumulati fuere, nomina recensere difficile foret ; perierunt quippe tum injuria temporum, tum hereticorum saevitia plurima monumenta quae nos ea de re edocere potuissent.

62 L’utilisation de crux pour désigner le transept se trouve par exemple chez Guillaume Durand, dans une comparaison de l’église avec le corps humain : Dispositio ecclesie materialis modum humani corporis tenet. Cancellus namque, sive locus ubi altare est, caput representat ; crux ex utraque parte brachia et manus ; reliqua pars ab occidente quicquid corporis superesse videtur. (Davril - Thibodeau 1995, I, 1, 14).

63 Colvenere 1627, p. 184-186. Traduction française dans Platelle 1997, p. 130-131.

64 Pour une analyse des exempla sur la mort du cardinal de Collemezzo, cfr. Paravicini Bagliani 1983.

65 Paciocco 2006, p. 205-206.

66 Amargier 1961, p. 162. Sur les événements miraculeux entourant les cérémonies de consécration, voir Caby 2011.

67 Platelle 1997, p. 27-28 : « Sous le vocabulaire chrétien, on devine la résurgence d’antiques croyances mythologiques mal intégrées ».

68 Sur les sortes sanctorum, voir Rocquain 1880 et Schmitt 2001, p. 427. Sur un exemple d’anecdote évoquant cette pratique dans le Bonum universale de apibus, voir Platelle 1997, p. 275 note 18.

69 Expressions empruntées à H. Platelle (Platelle 1997, p. 27-28).

70 Gauthier 2007, p. 78.

71 Goullet - Lobrichon - Palazzo 2004, p. 230-231 : Deinde in circuitu ecclesie eat episcopus intus, incipiens a dextera parte orientis et faciat crucem cum pollice suo de ipso crismate in XII locis in quibus debent esse totidem cruces depicte introrsus, ita dicens in unoquoque loco : ‘Sanctificetur hoc templum’. (« L’évêque entrera ensuite dans l’église pour en faire le tour, en commençant par la droite du côté oriental, et du pouce il tracera une croix avec le chrême aux douze endroits où ont été peintes précédemment les douze croix, en disant à chaque fois : ‘Que ce temple soit sanctifié’. »).

72 Ibid., p. 224-227 : Et cum pervenerint ad locum in quo reliquie recondende sunt, extenso velo inter clerum et populum ante altare, episcopus ponat cum pollice crisma in confessione id est sepulcro altaris in quo recondende sunt reliquie in medio et per quatuor angulos in cruce dicens : ‘Consecretur hoc sepulcrum in nomine patris et filii et spiritus sancti’. (« Lorsqu’ils parviendront au lieu où doivent être déposées les reliques, on tendra un voile devant l’autel pour séparer le clergé du peuple, et du pouce l’évêque oindra la confession – c’est-à-dire le sépulcre creusé dans l’autel pour recevoir les reliques -, en faisant le signe de croix en son milieu et aux quatre angles, et en disant : ‘Que ce sépulcre soit consacré au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen’. »).

73 Reichert 1896, p. 233-234. Le paragraphe est traduit en français et commenté dans Montagnes - Prin 2004, p. 156).

74 Chacon 1677, vol. II col. 117 ; Excerptus ex tabulario conventus Lugdunensis, fol. 461.

75 Paravicini Bagliani 1980, p. 164 : Eligimus nobis sepulturam in ecclesia Sancti Salvatoris Aquensis que fiat in muro a parte sinistra altaris ad instar illarum que sunt apud Ludgunum in domo fratrum Predicatorum.

76 Sur la tombe du cardinal Vicedomini, cfr. Garms 1981, vol. II, p. 221-236 et Herklotz 2001, p. 268-270.

77 Callebaut 1925.

78 La vétusté de l’ancienne église est soulignée par les témoins lors du procès de canonisation : Interrogatus quare sic fuit translatum de una ecclesia ad aliam dicit quod quia antiqua erat demollita et reputabant eum sanctum, quare noluerunt eum dimictere in loco ruinoso sed honorifice et cum processione et cum facibus et cereis accensis deportarunt eum fratres dicti conventus cum magna solemnitate et copiosa populi congregatione. (Marinangeli 1916, p. 111).

79 Un dessin de cet arc trilobé est publié dans Boule 1747, p. 144.

80 Boule 1747, p. 174.

81 Marinangeli 1916, p. 82.

82 Marinangeli 1917, p. 132.

83 Favraud 1994, p. 79.

84 Pour un bilan complet des sources et une analyse détaillée de la fortune critique de la vie et de l’œuvre de Bonaventure, cfr. Da Campagnola 1974.

85 Pour un autre exemple de l’insertion des tombes dans la politique des Dominicains, cfr. Morvan 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Lyon, Notre-Dame de Confort. Extrait du plan du couvent dressé par le Père Ramette en 1719 (publié dans M. Cormier, L’Ancien couvent des Dominicains de Lyon, Lyon, 1898-1900, I). Le n° 86 correspond à l’église antérieure à l’arrivée des Dominicains au XIIIe siècle, conservée comme narthex.
Titre Fig. 2 - Lithographie de Villain à partir d’un tableau de Bellay, intitulée « Intérieur de l’église des Dominicains à Lyon servant de remise ». Arch. dép. Rhône, fonds Galle A112 (25).
Titre Fig. 3 - Lithographie de Villain à partir d’un dessin d’Antoine Guindrand représentant la destruction de l’église des Jacobins de Lyon en 1822. Arch. dép. Rhône Rhône, fonds Galle A112 (23).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haude Morvan, « Les sépultures dans la propagande des frères prêcheurs et mineurs : quatre sépultures de cardinaux à Lyon au XIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 30 mai 2016. URL : http://mefrm.revues.org/1914

Haut de page

Auteur

Haude Morvan

Scuola Normale Superiore di Pisa - haude.morvan@sns.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org