Navigation – Plan du site
Le monopole de l’alun pontifical à la fin du Moyen Âge

Production d’alun et monopole romain en Toscane méridionale (fin XVe – début XVIe siècles)

Didier Boisseuil

Résumés

Longtemps ignorée, la production d’alun dans le territoire siennois fut néanmoins importante à la fin du XVe siècle, au moment même où les papes cherchaient à imposer le ‘monopole de l’alun romain’. En s’appuyant sur une ample documentation provenant de différents fonds d’archives toscans (conservés dans les dépôts d’Etat ou des communes), l’article explore les principales caractéristiques de l’essor de cette industrie en Toscane (principalement les structures entrepreneuriales) et esquisse les moyens mobilisés par les souverains pontifes et les « appaltatori » de Tolfa pour empêcher cette production (excommunications, procès, pressions politiques…). L’étude souligne le rôle primordial des élites politiques et économiques siennoises dans la mise en place et la gestion des entreprises minières, parfois en liaison avec le monde économique romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 De mieux en mieux connue grâce notamment aux remarquables travaux des archéologues de l’université (...)
  • 2 Elle n’a pas jusqu’alors fait l’objet d’études approfondies, sauf pour Volterra (Fiumi 1948). L’ess (...)
  • 3 Voir Boisseuil 2005.
  • 4 Voir notre introduction de ce même volume et Weber 2013.

1La Toscane méridionale fut, de nouveau, intensément exploitée à la fin du XVe siècle, comme toutes les grandes régions minières de l’Europe médiévale. Alors qu’au XIIe-XIVe siècle, l’activité extractive avait autorisé la fabrication d’argent, de cuivre et de plomb1, deux siècles plus tard, elle permit l’essor d’une véritable industrie du vitriol et de l’alun. Cette production est peu connue2, en raison du rôle considérable qu’a joué Tolfa au sein de l’économie occidentale. Pourtant, plus d’une demie douzaine d’alunières furent créées entre 1470 et 14853, au moment même où – et cela peut paraître paradoxal – les papes cherchaient à imposer leur ‘monopole’. Car, c’est à partir de 1470 que ces derniers voulurent, non sans peine, contraindre les Occidentaux à consommer exclusivement l’alun qu’ils produisaient dans le Latium4. L’étude des gisements toscans permet de mieux comprendre l’impact de l’action pontificale, ses succès et ses limites. Surtout elle met en lumière le rôle des élites siennoises dans la mise en valeur des ressources alunifères sur la côte tyrrhénienne autour de 1500.

  • 5 De même, il semble que l’on ait cherché de l’alun bien avant en Méditerranée, notamment en Crête (J (...)
  • 6 Archivio di Stato di Siena (désormais ASS), Concistoro 2218, fol. 40. Voir Lisini 1935, p. 255-256, (...)
  • 7 Voir Pipino 2009, p. 25.

2Les Toscans ont cherché de l’alun, dans leur région, une fois seulement le gisement d’alunite de Tolfa découvert. Néanmoins d’autres avant eux, des étrangers, prospectèrent en Toscane avant 14605. Le premier fut probablement le Génois Bartolomeo Pernice qui en 1451 demandait à la commune de Sienne la possibilité d’exploiter sur le Monte Argentario – tout nouvellement contrôlé par la République – et dans le reste du territoire siennois, « oro, arento, ferro, rame, argento vivo, stagnio, piombo e altre vene come è pietre d’ogni colore da fabricare chiese e fare musaichi, allume, terra da salnitro e vetriuolo »6. Bartolomeo était vraisemblablement un entrepreneur important : il fut, par la suite, actif dans le royaume de Naples, et produisit, peut-être de l’alun à Ischia, en 14597. Il n’eut pas l’occasion d’user des droits dont il disposait en Toscane, car la guerre entre Sienne et Naples l’empêcha de travailler sur la côte.

  • 8 ASS, Concistoro 1678, fol. 157.
  • 9 ASS, Consiglio generale 229, fol. 293-296 publié dans Boisseuil 2005, p. 105-117.
  • 10 ASS, Statuto della città 25, fol. 482 publié dans Lisini 1935, p. 243.
  • 11 Boisseuil à paraître.

3Son rôle fut néanmoins important, car, lorsqu’en 1460, les Siennois commencèrent les recherches, un groupe de citoyens demanda immédiatement à pouvoir opérer sur le Monte Argentario, là où justement Bartolomeo avait œuvré, empêchant quiconque d’autre d’intervenir8. Aussi, dut-il, en janvier 1463, formuler une nouvelle requête lorsqu’il voulut entreprendre des recherches ailleurs dans le territoire siennois9. Les droits qu’il obtint sont beaucoup plus détaillés que les précédents. Ils prenaient en compte les difficultés passées et respectaient les nouvelles normes édictées par la République en 146210. Les dispositions statutaires prévoyaient notamment de limiter l’exploitation à trois sites seulement du territoire, désignés par des croix. Il s’agissait d’empêcher l’acquisition de droits étendus, sur de larges espaces. L’autorisation accordée à Bartolomeo Pernice devint, jusque dans les années 1470, le modèle explicite (ou parfois implicite) des autres concessions accordées à des citoyens siennois désireux de se lancer dans des prospections parfois hasardeuses11.

  • 12 ASS, Statuti della città 40, fol. 95v. « Apresso si expone per essi vostri servidori come l’è venut (...)
  • 13 Voir Theiner 1862, III., p. 419-420 ; Sella 1944, p. 252-259. Toutefois, il est vraisemblable que l (...)
  • 14 Les demandeurs sont Leonardo di Meo Benvoglienti et Francesco di Bartolomeo da Sant’Angelo in Colle (...)
  • 15 Elles sont éditées dans Pampaloni 1975, p. 119-123.

4La première mention de la découverte, dans le territoire siennois, d’une roche susceptible de faire de l’alun date du mois de février 1461, lorsque deux citoyens – Tuccio Tucci et Giovanni Guidarelli – déclarèrent avoir trouvé un gisement à Poggio Santa Cecilia, sur les terres du médecin Giovanni Nini12. Même s’il est probable qu’elle ne donna rien, l’activité était contemporaine de celle de Tolfa puisque la première concession accordée à Giovanni di Paolo da Castro et à ses associés par la commune de Tarquinia (alors Corneto) remonte au 30 avril 1461 et la bulle pontificale de Pie II qui confirme les droits accordés, du 23 août 146113. Par la suite, les pétitions adressées aux prieurs siennois pour obtenir une concession augmentèrent remarquablement. Entre 1460 et 1476, pas moins de neuf requêtes pour rechercher de l’alun (et éventuellement d’autres minerais) furent adressées à la République14 et quatre auprès des autorités florentines15. Désormais, l’alun fait partie des matières premières, non seulement que l’on espère trouver, mais que l’on souhaite trouver.

5L’objectif paraît bien de concurrencer la découverte de Tolfa comme le suggère une pétition d’octobre 1464 :

  • 16 ASS, Consiglio generale 230, fol. 195v-196 ; ASS, Concistoro 588, fol. 35. Il est notable de consta (...)

Exponsi con ogni debita reverentia per lo nostro fidelissimo servidore e cittadino Francesco di Bartolomeo da Sant’Agnolo, come da più tempi in qua et maxime da poi si scuperse l’allumiera de la Tolfa, lui ha cer[ca]to per più parti del vostro contado, el quale in più luoghi pare conforme al detto paese de la Tolfa, se similie petrina et vena potesse trovare, nela quale cosa, e assai tempo e denari à speso.16

  • 17 Biblioteca del Comune di Volterra (désormais BCV), Archivio Storico, lettere nere A 47, fasc. 2, fo (...)
  • 18 Le 21 Novembre 1471, la commune de Massa Marittima désigne une commission de citoyens pour définir (...)
  • 19 ASS, Notarileantecosimiano 553, fol. 238.
  • 20 La société est fondée le 1er avril 1471, ASS, Notarile antecosimiano 415, ad annum. Castiglione Ber (...)
  • 21 L’alunière était en activité avant septembre 1472, date où les héritiers de Fabrizio Sozzi, fondate (...)
  • 22 Voir Pampaloni 1975, p. 157-159.
  • 23 BCMM, Archivio storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.

6Ce n’est cependant qu’à partir des années 1470, que plusieurs gisements d’alunite de Toscane furent découverts, presque tous en même temps. Leur invention eut lieu dans plusieurs « curie » (cf. fig. 1) : dans la « curia » de Sasso (actuel Sasso Pisano) dans le territoire de Volterra en 147017, puis dans la « curia » de Massa Marittima avant la fin de 147118 et dans la « curia » voisine de l’Accesa, en 147219; sur la commune de Monterotondo Marittimo (vraisemblablement dans les « curie » de Castiglione Bernardi, puis de l’Antagneta) en 147120, enfin dans les « curie » de Valle et Montioni avant 147221. Par la suite de nouveaux gisements furent exploités dans la « curia » de Campiglia Marittima en 148322, puis de Castel di Pietra sans doute vers 149023.

Fig. 1 - Les allumiere de Toscane à la fin du XVe siècle

Fig. 1 - Les allumiere de Toscane à la fin du XVe siècle
  • 24 Les districts miniers et métallurgiques étaient caractérisés par une forte concentration d’entrepri (...)
  • 25 Voir Ascheri 2001, p. 140.
  • 26 Voir Cesaretti 1974 et infra.
  • 27 Voir Nardi 1992, p. 442 et désormais la contribution de Ivana Ait, dans ce même volume.
  • 28 Il est possible en effet de disposer des délibérations des principaux conseils ou des divers office (...)

7L’espace considéré est ample, bien plus étendu qu’à Tolfa et semble pouvoir être considérer comme un district minier en raison des liens étroits qui unissaient les différentes entreprises (cf. infra)24, même si les différents sites relevaient de juridictions et d’États différents. En effet, deux de ces « curie » (Massa Marittima et Pietra) étaient contrôlées par la cité de Massa Marittima qui disposait, au sein du territoire siennois d’une relative autonomie en tant que « città racomandata »25. La commune de Monterotondo Marittimo – bien que plus modeste – comptait parmi les communes jouissant d’accords privilégiés avec Sienne (contenus dans un ensemble de capitula) et contrôlait plusieurs « curie » dont celles de Castiglione Bernardi et de l’Antagneta, voisines, où sont attestées des alunières. L’évêque de Massa Marittima détenait la « curia » de l’Accesa (incluse au territoire massétan) et revendiquait des droits sur les « curie » de Valle et Montioni qui faisaient partie du comté de Piombino26. Enfin, les « curie » de Sasso et de Campiglia intégrées respectivement aux territoires de Pise et de Volterra, étaient sous la domination florentine. La situation institutionnelle était beaucoup plus complexe qu’à Tolfa – même si, là aussi, à l’origine le contrôle des juridictions castrales voisines avait suscité des difficultés27. Elle explique la variété, la richesse et l’enchevêtrement de la documentation archivistique disponible28.

  • 29 Il n’existe pas de synthèse sur la nature des concessions minières, néanmoins un bel inventaire, po (...)
  • 30 Selon les normes que l’on retrouve ailleurs, voir Zanetti 1958.
  • 31 Voir la contribution de Luisa Dallai dans ce même volume.
  • 32 Voir Zifferero 1996, p. 739.

8Principalement, deux types d’actes permettent d’approcher la nature des entreprises qui produisirent de l’alun dont les concessions accordées par les détenteurs d’une juridiction (que ce soit une commune – éventuellement une cité – ou un seigneur). Elles sont le plus souvent données à une seule personne, parfois à un groupe d’individus et se présentent – comme pour quantité d’autres concessions minières29 – sous la forme de capitula énumérant les modalités de l’exploitation : la durée du contrat, le prix à payer et son mode de versement, les avantages en nature cédés30. Il existe près d’une dizaine de telles concessions. Il est en l’état, très difficile de savoir si, sur une même commune (Monterotondo, Massa principalement) ou « curia », elles concernent un même gisement, une même carrière, ou des gisements et des carrières différents ou voisins. Les premières concessions, en effet, donnaient la possibilité d’extraire de la pierre pour faire de l’alun. Les suivantes concernaient une alunière, c’est-à-dire la ou les carrières exploitées avec les structures de production qui leur étaient liées (fours, magasins) établies durablement en un lieu donné. On connaît mal ces ensembles qui ont fini par constituer des usines. L’un d’entre eux fait actuellement l’objet de fouilles archéologiques, au lieu-dit Monte Leo sur la commune de Monterotondo Marittimo, et d’autres restent à explorer31. À Tolfa, les infrastructures paraissent avoir été stabilisées par la volonté d’Agostino Chigi : elles ont donné naissance au village d’Allumiere au tournant du XVIe siècle32.

  • 33 Hormis Cipolla 1946, Braunstein 1965, Boisseuil-Chareille 2010. Voir aussi Verna 2011.
  • 34 Voir à cette occasion les travaux de Federigo Melis (Melis 1962, 1984) et surtout la synthèse récen (...)

9Les actes établissant les associations exploitantes (quelles soient concessionnaires ou qu’elles aient accueilli en leur sein le concessionnaire originel) sont plus nombreux. Ce sont principalement des actes notariés et, à la toute fin du XVe siècle, quelques actes passés sous seings privés (des « scritte »). Ils définissent les contours de sociétés minières dont la nature reste à préciser : ce type d’entreprise industrielle ayant jusqu’alors fait l’objet de peu d’études33, l’attention s’étant davantage porté sur les entreprises industrielles urbaines (les manufactures), celles de l’Art de la Laine ou l’Art de la Soie à Florence notamment34.

  • 35 Le 12 juin 1471, …nomine sociorum suorum et participantium in magonis seu mineria alluminis seu lum (...)
  • 36 Le 8 juillet 1471, …socii societate magone allumerie Montis Rotundi et Castilionis Bernardi, iuredi (...)
  • 37 Comme le suggère une mention plus tardive de 1480, les héritiers du seigneur de Piombino dederunt, (...)
  • 38 Voir Fleet 2003, p. 31.
  • 39 Voir Cessi 1919 ; Petti Balbi 1991. Les plus connues et les mieux étudiées sont les « Maone di Chio (...)
  • 40 Voir Petti Balbi 1984 ; Tognetti 2006.
  • 41 Voir Ginori Conti 1939.
  • 42 Ce monopole regroupait la « maona » de Lucques, Pietrasanta, Barga, Fivizzano, Massa di Carrara et (...)
  • 43 Ce type de privilège fut aussi adopté à Florence, au milieu du XVe siècle, pour la réalisation de t (...)
  • 44 Car toutes les concessions n’étaient pas immédiatement associées à une production : pour l’alunière (...)
  • 45 « Che le lumiere de la Santità del nostro Signore et Camera Apostolica e quelle dela maiestà del Si (...)
  • 46 À la même époque – en 1471 – à Sienne, fut créée une « compagnia dela magona de la cava de Bocchegg (...)

10Deux de ces sociétés furent qualifiées de « magona » ou « maona » en 1471 : l’une pour exploiter le gisement de Sasso35, l’autre celui de Monterotondo36. Il est probable qu’à la même époque, une troisième existait déjà à Montioni, même si elle n’est attestée qu’ultérieurement37. Le terme de « maona » est commun à la fin du Moyen Âge, sans être fréquent et semble d’origine orientale38. Il apparaît dans la documentation génoise, dès la fin de la première moitié du XIVe siècle, pour qualifier les associations marchandes ayant obtenu de la commune de Gênes le droit d’exporter, en exclusivité, les ressources ou d’administrer les revenus d’un territoire comme les îles de Chio, de Chypre ou la Corse et d’en organiser l’exploitation39. En Toscane, l’expression fut principalement utilisée pour désigner les associations qui obtinrent de la commune de Pise au milieu du XIVe siècle, puis des Appiano, seigneurs de Piombino, à la fin du siècle, le droit d’exporter du minerai de fer de l’île d’Elbe (« maone della vena del ferro dell’Elba ») pour approvisionner un territoire donné : un État, une cité ou une juridiction40 . Entre 1489 et 1492, Piero di Lorenzo dei Medici contrôlait, ainsi, celles de Pise et de Pietrasanta41. En 1543, Cosimo dei Medici concentra entre ses mains toutes les « maone » du fer de l’île d’Elbe et organisa à son profit la production de ce métal en Toscane, en s’appuyant sur le monopole de la distribution des matières premières insulaires42. À cette occasion, fut créée une entreprise (« azienda ») – dénommée « Magona del ferro » – véritable société d’État au service du Grand-Duc. Malgré leur diversité et dans l’attente d’une étude approfondie de ce type de structure entrepreneuriale, il semble bien que leur point commun vient du fait qu’elle dispose d’un privilège exclusif, destiné à durer, garanti par l’État pour le commerce, ce qui lui permet de contrôler un secteur de production43. En sorte qu’il me semble que les « maone » de Sasso et de Monterotondo, puis celle de Montioni, ont été reconnues par Volterra, Sienne et Piombino pour garantir l’exclusivité d’une production et d’un commerce d’alun (éventuellement à venir) pour un territoire donné44. Faut-il voir dans cette action, l’influence des initiatives pontificales ? En juin 1470, Paul II et Ferdinand d’Aragon avaient fondé, en effet, un « corpo overo maona » pour vendre l’alun produit à Tolfa et à Agnano45. Il s’agissait de créer une unique société destinée à assurer le commerce de l’alun en s’appuyant sur la production des alunières de chacun des deux États, contrôlées par le pape et le roi. En créant une structure monopolistique, la Chambre Apostolique n’incitait-elle pas les autres États à en faire de même46 ?

  • 47 À Sasso : Benuccio di Cristoforo Capacci et ses frères Andrea, Conte et Salimbene, ainsi que plusie (...)

11L’initiative des républiques de Sienne et de Volterra fit long feu, probablement parce qu’il était difficile d’empêcher d’autres sociétés concessionnaires, disposant d’autres gisements, de produire et de commercialiser de l’alun, d’autant qu’elle étaient entre les mains de puissants citoyens siennois. En effet, les sociétés qui inaugurèrent la production dans les années 70 étaient contrôlées par des groupes d’individus appartenant aux élites (religieuse, universitaire, politique et économique) de la cité47 ; il est ainsi possible de distinguer parmi les associés :

  • D’abord, d’importants prélats impliqués dans la vie politique siennoise et liés à de puissantes familles citadines, comme Tommaso Piccolomini, évêque de Pienza ou Andreaccio Ghinucci, évêque de Sovana. Leur rôle dans l’essor de l’alunière de l’Accesa fut vraisemblablement important.

    • 48 Pour tous, voir Denley 2006.
    • 49 Voir Craveri 1970.
    • 50 Voir Nardi 1972.
    • 51 Voir Genaro 1971.
    • 52 Shaw 2006, p. 20, 22, 25, 27, 31, 48, 58, 85, 88, 92, 94, 119, 249, 266. En 1453, les Venturini et (...)

    Ensuite, des juristes enseignant ou ayant enseigné à l’université de Sienne48, comme Battistà Bellanti49, Guidantonio Buoninsegni50, Placido Placidi ou Borghese Borghesi (1414-1490)51, des citoyens actifs politiquement et opposés à Florence. Il faut leur adjoindre Cristoforo Gabrielli, plus proche des Milanais et Lorenzo Venturini52. Tous comptaient parmi les notables influents du régime. Leur poids politique, diplomatique mais aussi leur savoir juridique fut sans doute utile – si ce n’est indispensable – pour asseoir l’existence des différentes entreprises.

    • 53 ASS, Notarile antecosimiano 638, fol. 136.
    • 54 Voir Boisseuil, à paraître.
    • 55 ASS, Notarile antecosimiano 415, acte du 8 juillet 1471.
    • 56 Comme le révèle la reconduction de leur concession en 1465, ASR Camerale I 1234, fol.24v-29v. Le co (...)

    Des techniciens. La société qui exploita l’alunière de l’Accesa, à partir de janvier 1472, comptait parmi ses associés deux orfèvres Giovanni di Goro et surtout Francesco di Giacomo, dit Germano, désigné comme magisterlumerie. Francesco avait peut-être connaissance des modes de production de l’alun, grâce à Bartolomeo Pernice, puisque qu’il avait été l’un de ses associés en 1463 (cf. supra). Il s’était investi, par la suite (avant 1472 toutefois), dans la recherche d’alun à Massa Marittima sur les terres du médecin Bartolo di Tura Bandini avec Giovanni di Goro53. Ce fut probablement l’un des techniciens siennois, experts en mines, les plus actifs de la fin du XVe siècle54. Il connaissait aussi Bartolomeo di Mariano Allegretti, le responsable choisi dès le mois de juillet 1471, par Placido di Aldello Placidi pour diriger l’alunière de Monterotondo. Bartolomeo n’était pas un associé, mais un salarié de l’entreprise. D’après son contrat d’embauche55, ses activités ne paraissent pas de beaucoup différentes de celles des trois associés auxquels la Chambre Apostolique avait cédé la concession de Tolfa : Giovanni di Paolo da Castro, Bartolomeo da Fremura et Carlo Gaetani56.

    • 57 Voir Nardi 1975.
    • 58 Comme le suggère Tognetti 2004, Guidi Bruscoli 2007. F. Melis décompte ainsi près d’une quinzaine d (...)
    • 59 « item che el pagamento di decto ficto sicondo el modo che di sopra si contiene si debbi fare di 6 (...)

    Des marchands, enfin, comme Benuccio Capacci57 à Sasso ou des lainiers comme Antonio Buoninsegna, mais surtout des banquiers comme Dino Marzi, Fabrizio Sozzi ou Bartolomeo di Landuccio Landucci. Leur rôle semble important à Sienne à la fin du XVe siècle – bien que souvent sous-estimé58 –, car ils assuraient la gestion financière et le transfert des fonds nécessaires à l’entreprise. Ainsi, le contrat passé entre l’évêque de Massa Marittima, Leonardo Dati, et les membres de la société de l’alunière de l’Accesa en 1472, stipule que le loyer devait être versé auprès d’une banque à Sienne ou à Rome59.

  • 60 ASS, Notarile antecosimiano 554, fol. 92v.
  • 61 Voir Olgiati 1998.
  • 62 ASS, Consiglio generale 232, fol. 116v-117.
  • 63 Voir Basso 2004. Le précepteur de son fils fut Bartolomeo Ivani, le chancelier de la commune de Vol (...)
  • 64 Il fit en effet révisé l’une des clauses du contrat renouvelé le premier décembre 1473, parc qu’il (...)
  • 65 La banque Médicis détenait alors le monopole du commerce de l’alun de Tolfa, jusqu’à ce qu’il lui s (...)

12Les Siennois tenaient donc une place prépondérante dans l’essor des alunières toscanes, mais ils ne furent pas les seuls à intervenir. Ils durent partager leurs activités et furent à l’occasion en concurrence avec d’autres. Les investisseurs de l’alunière de l’Accesa s’associèrent en décembre 1472, à un génois : Lodovico Campofregoso60. Ce puissant seigneur – qui fut brièvement doge entre juillet 1461 et mai 1462, puis en 146461 – était aussi devenu siennois puisqu’il avait acquis la citoyenneté en avril 146862. Sa présence parmi membres de la « maona » s’explique sans doute en raison de l’intérêt qu’il portait à l’alun. Sa famille avait longtemps trafiqué cette matière première ; lui-même avait épousé Ginevra Gattilusio, descendante d’une famille qui détenait une place prépondérante dans la « maona » de Chio et possédait Mytilène63. Il attacha suffisamment d’attention aux ouvriers de l’alunière pour que l’on puisse soupçonner qu’ils lui étaient proches64. Pour les élites siennoises, il offrait, sans doute, la garantie de savoir faire de l’alun et de connaître les réseaux susceptibles de l’écouler, notamment les réseaux génois qui avaient longtemps prévalu, alors que les Médicis qui contrôlaient Tolfa s’imposaient à Volterra65.

  • 66 ASS, Notarile antecosimiano 554, fol. 92, 106, 118.
  • 67 ASS, Notarile antecosimiano 707, fol. 203. Sur le rôle des Marci, cf. supra.
  • 68 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASFi), Notarile antecosimiano 18577, fol. 9, le 24 juillet (...)
  • 69 Voir la contribution de David Igual dans ce même volume.
  • 70 ASFi, M.A.P. XXIII, n°544, lettre adressée à Laurent de Médicis par Lutio Gugni depuis la Lumiera, (...)

13Ainsi, dès la fin de l’année 1472, la société de l’alunière de l’Accesa vendait-elle un millier de cantares d’alun à des marchands génois66. Elle n’était pas la seule, puisque plusieurs autres alunières toscanes produisaient et exportaient de l’alun, malgré le ‘monopole’ pontifical, notamment celle de Monterotondo Marittimo : en janvier 1474, Bartolomeo di Giovanni Ieronimi de Sienne reconnaissait devoir 960 livres pour de l’alun acheté aux Marci67. L’alun produit à Montioni était stocké à Piombino, dans les « case del sale »68 et était connu dans le bassin méditerranéen, comme « l’allume di Piombino »69. À cette époque, l’alunière de Sasso n’était plus en mesure de produire comme le révèle une lettre adressée à Laurent de Médicis par l’un des exploitants70.

  • 71 Le 7 décembre 1471, Quod dicta alumeria autoritate presentis consilii sit et esse intelligatur conc (...)
  • 72 Le 27 août 1480, figuraient notamment Michelangeus Andree, ser Thosinus ser Leonardi, ser Cerbonius (...)
  • 73 En 1477, l’un des associés Francesco di ser Antonio se plaint à Sienne de ne pouvoir consulter les (...)
  • 74 Le 21 Novembre 1471, Pro loco aluminis petito per Filippum de Boninseniis et sociis, BCMM, Archivio (...)
  • 75 Sur les vicissitudes de cette entreprise manquée, voir Fiumi 1948.
  • 76 BCV, Archivio Storico, Lettere nere A 47, fasc. 2, fol. 128-130. Elle est résumée dans Fiumi 1948, (...)

14Il en était probablement de même de l’alunière de Massa Marittima puisque rien ne montre qu’elle était active. Inventée au même moment que celle de Monterotondo et de l’Accesa, elle avait été confiée d’emblée, par la Commune de Massa Marittima, à un groupe d’associés exclusivement originaires de la cité71. Il s’agissait d’une quinzaine de citoyens qui contrôlèrent les opérations jusqu’en 148572, non sans difficultés73. Le choix des autorités communales n’est pas motivé dans les délibérations, mais il est singulier puisque Filippo Buoninsegna qui semble avoir découvert le site, fut évincé de l’entreprise74. Il est probable qu’il s’agissait de préserver l’activité pour les membres de la commune, comme venaient de le tenter, sans succès toutefois, les citoyens voltérans à Sasso75. En effet, le contrat passé au mois d’août 1470 par la commune de Volterra au profit de Benuccio Capacci et de ses associés (en particulier les Florentins : Gino Capponi et Benedetto Riccobaldi)76 avait été jugé trop peu favorable à la communauté par une large partie des habitants. Ces derniers contestèrent les choix établis et la commune fit appel à l’arbitrage de Laurent de Médicis. Le jeune prince favorisa les Florentins et sa décision entraîna le soulèvement d’une part de la population. Le Magnifique réprima brutalement l’opposition et les troupes du duc d’Urbino, dépêchées sur place, mirent à sac la cité.

  • 77 Voir Caferro 1995.
  • 78 Voir Barbieri 1940, p. 25 ; Martines 2004, p. 105-106.
  • 79 C’est aussi le moment – 1473 – où le monopole commercial de l’alun de Tolfa, établi au profit des M (...)

15Il semble donc que la création d’une « maona » par la Chambre Apostolique, loin d’avoir préservé les intérêts du pape, ait incité les Toscans et plus particulièrement les Siennois, à rechercher de nouvelles ressources dans la Maremme – dont les conditions géologiques paraissaient proches de celles du Latium et que des prospections antérieures pouvaient laisser espérer (notamment celles de Bartolomeo Pernice). L’impunité – toute relative (cf. infra) – dont ils purent jouir est sans doute liée aux liens étroits qui unissaient les élites siennoises (et la Commune) à la Curie – depuis au moins le pontificat de Pie II – et peut-être aussi aux relations complexes qu’entretenaient les Florentins avec les souverains pontifes. Car depuis l’avènement du Magnifique, les Médicis perdaient du terrain à Rome, tout en conservant une place dominante sur les bords du Tibre77 : dès 1474, leur action fut contestée par la Curie et en 1476, ils furent évincés du contrôle de Tolfa au profit des Pazzi78. En fermant les yeux sur le développement d’une modeste activité minière sur laquelle il n’avait pas la main, le pape Sixte IV ne nuisait pas considérablement aux intérêts de la Papauté, mais affaiblissait assurément les intérêts des Médicis, tout en soutenant peut-être ceux des Génois, ses compatriotes…79

  • 80 Sur ces vicissitudes politiques voir Isaacs 1996 ; Shaw 2006.

16La guerre qui fait suite à la conjuration des Pazzi – à laquelle les Siennois participèrent activement – et les vicissitudes politiques siennoises des années 80 – avant le coup d’État de 1487 – rendent confuse la situation80. Il faut attendre la fin du siècle, et un contexte politique nouveau, pour que se dessinent plus clairement, en Toscane, des velléités monopolistiques.

  • 81 Hormis peut-être par le biais de sa banque napolitaine que nous connaissons mal, il ne pouvait cepe (...)
  • 82 Le prestige de ces jeunes aristocrates a été récemment souligné par leurs choix artistiques (Dunker (...)
  • 83 Beau-père des Spannocchi : Antonio avait en effet épousé Alessandra di Neri Placidi (Ait 2004, p. 2 (...)
  • 84 Alumeria comunis Masse sit concessa Bonaventure de Pinis et Dominico Puliti nomine fundici seu banc (...)
  • 85 C’est assuré par le conflit opposait, d’une part, les héritiers d’Ambrogio – représentés par Bonvan (...)
  • 86 ASS, Notarile antecosimiano 923, acte du 9 octobre 1490.
  • 87 Les Placidi détenaient une partie de la « curia » de Castiglione Bernardi. Neri Placidi et Bonavent (...)
  • 88 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.
  • 89 Les alunières de l’Accesa et de Sasso étaient alors fermées (cf. infra). Seule, l’alunière de Campi (...)
  • 90 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 150r.

17Elles semblent, en effet, avoir guidé les initiatives des héritiers d’Ambrogio Spannocchi. Le grand marchand siennois qui avait fait fortune au service de Pie II et de ses successeurs s’était, personnellement, peu intéressé à l’alun pour autant que l’on puisse en juger81. À sa mort, vraisemblablement en 1478, il laissait deux jeunes garçons, Antonio et Giulio, dont la fortune fut gérée par Ambrogio di Iacomo Spannocchi, leur cousin et par leur mère82. Une fois devenus adultes et responsables des affaires de leur père, les Spannocchi investirent dans les alunières toscanes, à la faveur peut-être du changement de régime qui venait de s’opérer. En 1488, Bonaventura Pini et Domenico Pulito – au nom de la banque et donc selon la volonté des deux frères probablement – participèrent à la formation d’une société pour exploiter l’alunière de Massa Marittima qui comprenaient aussi Neri di Aldello Placidi83 et Borghese Borghesi84. La même année, la banque possédait des intérêts dans l’exploitation de l’alunière de Monterotondo85 qui, quelques mois plus tard en 1490, fut contrôlée par Neri Placidi86. Ce dernier était aussi le détenteur d’une partie de la « curia » sur laquelle l’activité industrielle se déployait87. Enfin, en septembre 1491, Bonaventura Pini fut amené à diriger la société qui exploitait le gisement de Pietra, nouvellement découvert88. En quelques mois donc, les héritiers Spannocchi avaient pris place dans presque toutes les entreprises qui exploitaient de l’alun en Toscane89. Ils s’appuyaient sur un agent/associé – Bonventura Pini – qui veillait aux intérêts industriels de la banque. Ce dernier s’installa même à l’occasion en Maremme, au cours du premier semestre 1490, il était désigné comme podestat de Massa Marittima90.

  • 91 Attesté dès 1486, leur banque faisait transporter près de 2500 cantares d’alun produit à Massa Mari (...)
  • 92 ASS, Concistoro 650, n° 246.
  • 93 A.S.S., Notarile antecosimiano 1019, à la date du 10 septembre 1494 ; Morandi 1978, p. 110. Voir au (...)
  • 94 Voir Delumeau 1962a, p. 577.
  • 95 Ils ne l’obtinrent qu’en 1498, par l’intermédiaire de leur banque romaine (Ait 2012).

18Les Spannocchi paraissaient confiants, notamment sur les rendements de l’alunière de Massa Marittima91, puisqu’en 1489, leur banque s’était engagée à fournir 4000 cantares d’alun de Massa Marittima à un certain Pierus de Cascinas, habitator Brugie seu Anversa92 et qu’en 1491, ils espéraient pouvoir fournir à Paolo Rucellai qui était alors le principal acquéreur de l’alun de Rome, en quatre ans, 30 000 cantares (donc plus de 7500 cantares/an) qui devaient transiter par Talamone93 – soit le tiers de ce que produisait par an Tolfa, d’après les évaluations de Jean Delumeau94. Ils semblent donc bien avoir cherché à construire une forme de monopole de la production en Toscane, en investissant dans les lieux prometteurs faute de pouvoir s’assurer du contrôle du gisement de Tolfa95.

  • 96 ASS, Notarile antecosimiano 1015, le 31 juillet 1489 ; ASS, Notarile antecosimiano 883, le 3 septem (...)
  • 97 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.
  • 98 ASS, Sergardi Biringucci 132, pièce 3, acte sous seing privé sans date, mais postérieur à septembre (...)
  • 99 Christine Shaw remarque qu’avant 1493, le groupe dirigeant très étroit qui gouvernait la République (...)

19Leurs efforts échouèrent cependant face aux prétentions hégémoniques des principaux responsables du nouveau régime siennois et aux exigences plus fermes du souverain pontife. En 1487, les membres du « monte dei Nove » qui avait été écartés du pouvoir depuis le milieu du siècle se hissèrent à la tête de la République, à la faveur du coup d’État : une faction oligarchique dirigée par Giacoppo di Bartolomeo Petrucci, puis par son frère Pandolfo s’imposa dans les affaires tant politiques qu’économiques. Les héritiers Spannocchi ne pâtirent pas dans un premier temps de ce changement – qu’ils avaient même soutenu –, mais très vite ils durent composer voire s’effacer face aux ambitions du nouveau groupe dirigeant. Dès 1489, Giacoppo Petrucci manifesta son intérêt pour l’alun en tentant de s’immiscer avec Giacomo di Nanni Tolomei dans la gestion de l’alunière de Montioni96. En septembre 1491, il obtenait de la commune de Massa Marittima la possibilité de prendre le contrôle de l’alunière de Pietra, toujours avec Giacomo di Nanni Tolomei, et avec Antonio Bichi, Leonardo Bellanti et Niccolò Borghesi au détriment de Bonventura Pini97. Quelques mois plus tard, la société accueillait aussi Pandolfo Petrucci et réintégrait Bonventura Pini98 ! Elle réunissait plusieurs des hommes les plus influents du nouveau régime, ceux-là même qui avaient participé au coup d’État – « quelli dell’impresa »99.

  • 100 ASS, Bichi Borghesi 2, pièce 196.
  • 101 BCMM Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 272r.
  • 102 ASS, Sergardi Biringucci 132, pièce 10, copie d’une décision judiciaire.
  • 103 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 20, fol. 299r-v.
  • 104 ASS, Notarile antecosimiano 863, acte du 23 avril 1503 (ns).
  • 105 Voir Lisini 1907.

20Peu après en 1492, Pandolfo Petrucci s’émancipa de ce groupe et s’imposa à la tête de la cité. À son tour, il s’intéressa plus étroitement à l’alun. Dès le mois d’août, il quittait la société dirigée par son frère100, pour prendre le contrôle de l’alunière de Massa Marittima dont il avait obtenu la concession en avril 1492, à la place des héritiers Spannocchi101. Ces derniers n’étaient pas totalement évincés cependant, puisqu’avant même 1494, date de début de l’exploitation, ils étaient associés à l’entreprise ainsi que Bonventura Pini, Domenico Politi, Antonio Pini et Giorgio Colombini102. Toutefois, leur présence auprès de Pandolfo ne fut pas durable : ils ne figurent pas parmi les associés lorsque la concession de l’alunière fut reconduite pour six ans, en mars 1500103. Pandolfo était dès lors seul à la tête l’entreprise. Trois ans plus tard, il s’associait à Rinaldo Tolomei pour exploiter une alunière à Monterotondo dans la « curia » de l’Antagneta104. Il n’est pas certain cependant qu’il ait beaucoup joui de ces nouvelles concessions, car la venue de César Borgia105, puis l’intervention d’Agostino Chigi semble avoir considérablement réduit son champ d’action.

  • 106 ASS, Notarile antecosimiano 553, fol. 238r.
  • 107 Le 11 novembre 1473, « accade di poi che essendo ad parlare di tale materia messer Borghese, messer (...)

21Ce nouveau coup d’arrêt traduit de façon ferme les ambitions pontificales. Depuis quelques décennies déjà les souverains pontifes cherchaient à empêcher la production toscane, sans y parvenir néanmoins. Avec le soutien parfois intéressé des évêques de Massa Marittima, ils déployèrent leurs efforts dans deux directions. Ils cherchèrent, d’abord, à empêcher la production des alunières dans les « curie » que détenait ou revendiquait l’évêché de Massa. En 1473, Bartolomeo della Rovere, neveu de Sixte IV qui venait d’accéder au siège épiscopal de Massa s’opposait, ainsi, violemment aux membres de la société de l’alunière de l’Accesa. Son prédécesseur, Leonardo Dati, avait accepté deux ans auparavant de reconduire la concession106, mais Bartolomeo voulait interrompre l’activité. Le ton entre les protagonistes monta vite. Les entrepreneurs – notamment Guidantonio Boninsegni – contestait le droit de l’évêque de récuser la concession, sous prétexte qu’il n’avait pas l’autorité pour le faire107. La Commune de Sienne dut intervenir et dépêcha une ambassade à Rome pour apaiser l’injure qui fut oubliée lorsque Bartolomeo della Rovere laissa Massa pour le siège de Ferrare en 1474, mais l’alunière resta close…

  • 108 Des pièces de ce dossier complexe se trouvent dans plusieurs fonds d’archives à Sienne, Florence et (...)
  • 109 Archivio Storico Vaticano (désormais ASV), Armadio XXXIX 12, fol. 141.
  • 110 Plusieurs pièces dans ASV, Armadio XLIX 1, fol. 78-225v. Voir Zippel 1907, p. 39-40 ; Tognarini 198 (...)
  • 111 Le 25 juin 1487 « come già sonno anni sei in circa che el magnifico signore di Piombino e Buonavent (...)
  • 112 Le texte définitif, valable pour 12 ans fut établi le 2 juin 1490, après l’accord passé à Piombino (...)
  • 113 Le 9 octobre 1490, lettre adressée à Laurent de Médicis par Jacques IV depuis Piombino, à Florence, (...)

22Les évêques massétans s’opposèrent surtout aux seigneurs de Piombino d’abord pour la propriété, puis l’exploitation des « curie » de Montioni et Valle. Le conflit remontait à la fin du XIVe siècle, lorsque les Todini, seigneurs du castrum et vassaux de l’évêque cédèrent leurs droits aux Appiano. Les évêques revendiquaient, en s’appuyant sur leurs droits féodaux, la propriété sur les deux « curie » : ce que contestaient les seigneurs de Piombino. Le conflit donna lieu à un long procès qui connut un rebondissement inattendu lorsque fut découvert le gisement d’alunite et que prit essor l’alunière108. Sans tenir compte des injonctions épiscopales et pontificales, les Appiano favorisèrent l’activité. Les évêques excommunièrent le seigneur de Piombino dès 1471109, sans obtenir un résultat probant. Aussi, en 1478, le pape acheta à l’évêque de Massa les droits sur les deux « curie » et engagea un procès devant les tribunaux romains110. En 1487, l’excommunication fut étendue : elle touchait désormais, non seulement, les entrepreneurs et leurs ouvriers, mais aussi les habitants du diocèse de Massa qui échangeaient avec eux111. En 1490, un accord fut trouvé : les Appiano s’engagèrent à interrompre l’activité moyennant une forte indemnité112. L’alunière s’arrêta donc de fonctionner même si Jacques IV d’Appiano fut contraint de demander l’appui de Laurent de Médicis pour obtenir les sommes promises par la Chambre Apostolique…113.

  • 114 Le 27 février 1474, la commune de Sienne est obligée d’intervenir « de controversia orta inter quo (...)
  • 115 Le 10 juin 1490, « come qua li giorni passati è venuto uno messer Antonio Tiburtino, commissario o (...)
  • 116 Le 10 juin 1490, «che per nulla intendiamo sopportare simili cose e che certamente non crediamo per (...)
  • 117 Car quelques mois plus tard, Niccolò Cibo, archevêque d’Arles déclarait dicta tenuta vocata cortea (...)
  • 118 Comme le suggère le fait qu’en 1497, la société de Paolo Rucellai cherchait à transporter de l’alun (...)

23Enfin, les évêques et l’Église cherchèrent à nuire au fonctionnement de l’alunière de Massa Marittima. Dès 1474, un conflit naissait entre les exploitants des deux alunières, au prétexte que les Massétans empiétaient sur la « curia » de l’Accesa et exploitaient les veines de minerai de la mense épiscopale114. En 1490, le pape Innocent VIII dépêchait en Maremme Antonio Tiburtino pour régler le conflit et assurait que l’alunière de Massa était en fait dans la juridiction dell’Accesa115. Les Siennois, pour éviter de prêter au souverain pontife de mauvaises intentions, accusèrent Domenico Centurione, « conductore de le Tolphe » d’être à l’origine de l’accusation116. Néanmoins, il faut bien admettre que les deux alunières étaient proches et il n’est pas impossible que les Siennois aient creusé au-delà des limites de la « curia » de Massa Marittima117, mais il se peut aussi que le pape – et les Génois – aient trouvé là prétexte à entraver l’industrie florissante dirigée par les Spannocchi. L’activité ne fut pas interrompue cependant, mais son contrôle passa aux mains de Pandolfo Petrucci (cf. supra). L’affaire devenait plus strictement politique et la Curie semble avoir hésité à aller plus avant, la production se maintint donc118.

  • 119 ASS, Notarile antecosimiano 1019, acte du 13 octobre 1494. ASS, Notarile antecosimiano 905, acte du (...)
  • 120 Voir Ait 2004, p. 26.
  • 121 ASR, Ospedale di San Rocco, 109, fol. 19r. le 25 Janvier 1501. L’acte est publié dans Ait 2004, p.  (...)
  • 122 ASR, Ospedale di San Rocco, 109, fol. 27r-30v, le 18 mai 1501. Le texte de l’accord est publié dans (...)
  • 123 Voir la contribution d’Ivana Ait dans ce même volume.
  • 124 Elle est tenue par un certain Diocinto di Filippo qui déclarait, en 1520, « io come fattore in la l (...)
  • 125 Agostino avait même pour projet de disposer d’un facteur, Giovanni di Christofano Turelli, à Bruges (...)
  • 126 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 20, fol. 349-350. Le contrat apparaît cité dans Rowland 1986, p (...)
  • 127 Voir Morandi, 1978, p. 113.

24C’est dans ce contexte qu’intervint Agostino Chigi. Mariano, son père, bien qu’actif à Sienne durant de nombreuses années, ne s’était pas étroitement intéressé à l’alun siennois ; tout au plus avait-il, à l’automne 1494, soutenu les héritiers Spannocchi en difficulté. Il avait, en effet, racheté 2100 cantares d’alun que ces derniers auraient dû verser à Paolo Rucellai119. Evincés du contrôle des alunières, les deux frères ne pouvaient acquitter les versements. En rachetant la créance, Mariano soulageait ses compatriotes, quitte à s’arranger avec eux ultérieurement. Les liens entre les deux familles se consolidèrent rapidement et comme l’a souligné Ivana Ait, leurs affaires communes prirent en quelques années de l’ampleur120. Elles passèrent un seuil, lorsqu’en décembre 1500, Agostino prit en charge, avec le soutien de la banque des héritiers Spannocchi, l’administration de Tolfa121, puis dans la foulée, en mai 1501, la gestion d’Agnano122. La compagnie procéda à une réorganisation profonde de la gestion de l’entreprise, améliora les rendements, peut-être en s’appuyant sur l’expérience industrielle des Spannocchi123. Surtout, et le fait a été peu suffisamment souligné, c’était désormais une seule et unique société qui contrôlait non seulement la réalisation124, mais aussi la commercialisation du produit125. Les Florentins (Médicis et Rucellai) et les Génois étaient écartés. Cependant, pour donner pleine efficacité à cette nouvelle organisation, et peut-être fort de l’expérience des Spannocchi, Agostino Chigi s’efforça d’étouffer tous les autres foyers de production péninsulaires voire méditerranéens. Ainsi, en 1501, il parvint à faire interrompre, pour onze ans, le fonctionnement de l’alunière de Massa Marittima, en promettant de dédommager la commune à hauteur de 3000 florins par an, obligeant ainsi Pandolfo à renoncer à son exploitation126. La banque des héritiers Spannocchi était garante des versements127.

  • 128 Voir Chironi 1995.
  • 129 Le 15 octobre 1503, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 77r-78r. Bien que l’impossibilité (...)
  • 130 L’exploitation fut confiée aux Doria en 1504, ASFi, Miscellanea Medicea 553, fol. 252r-v. De nouvea (...)
  • 131 Il est admis que les avances faites par les Spannocchi au nouveau souverain pontife pour son couron (...)
  • 132 Le 24 octobre 1505, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 139r. Rowland 2001, p. 44.

25Fondée sur le soutien pontifical, cette politique souffrit des vicissitudes de la Curie Romaine. L’avènement d’Alexandre VI Borgia et les ambitions de son fils sur la Toscane méridionale formèrent probablement un nouveau foyer de préoccupation. Le duc de Valentinois s’empara de la seigneurie de Piombino (en 1501) et contraignit très brièvement Pandolfo à l’exil (janvier-mars 1503)128. Il permit notamment à l’alunière de Montioni de reprendre son activité, en mettant fin au procès en cours à Rome. Sa disparition brutale redonna espoir aux deux princes évincés. Pandolfo Petrucci, de retour à Sienne, obtint de la commune de Massa Marittima, une nouvelle concession pour exploiter un gisement récemment découvert129 et Jacques IV d’Appiano, débarrassé du procès avec la Chambre Apostolique, relança l’activité à Montioni130. Le trop bref pontificat de Pie III (22 septembre 1503-18 octobre 1503) entraîna la faillite des Spannocchi131 et leur banque n’était plus en mesure d’honorer ses engagements envers la commune de Massa Marittima132.

  • 133 Il existe un bel ensemble de lettres conservées à Sienne, de l’agent d’Agostino Chigi à Tolfa, ASS, (...)
  • 134 En 1504, les tractations avec la République de Sienne sont dans Cugnoni 1978, p. 137 sq. Voir aussi (...)
  • 135 Lettre adressée aux autorités florentine le 4 février 1506, « La quale [lettera] mi dicie circa la (...)
  • 136 Voir Boisseuil-Chareille 2009.
  • 137 Le 20 octobre 1508, « Averardo [da Filicaia], noi habbiamo inteso per la tua et Lionardo Guidocti u (...)
  • 138 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 292r.
  • 139 ASFi, Miscellanea Medicea 553, fol. 292r.

26Soutenu par Jules II, Agostino ne perdit pas le contrôle de la situation. Confirmé à la tête de Tolfa, il surveilla plus étroitement la production133. Il chercha à soustraire ses affaires aux aléas de la Curie, en créant un port franc à Porto Ercole134 et en équipant un navire : le « galion de messer Agostino ». Il entreprit de mettre fin à toute forme de production en Toscane. Il parvint à maintenir fermer les alunières de Massa, même celle nouvellement créée par Pandolfo. En 1506, il obtint la fermeture de l’alunière de Montioni, malgré les protestations de Jacques IV135. Il est probable qu’il parvint aussi à convaincre en 1508, Rinaldo Tolomei à interrompre le travail de la modeste alunière de Monterotondo136. La même année, les Florentins renoncèrent – faute de pouvoir en extraire quoi que ce soit – à l’exploitation de l’alunière de Campiglia Marittima et achetèrent de l’alun auprès d’Agostino à partir de 1510137. Dès lors et sans doute jusqu’à sa mort en 1520, plus aucune alunière de la région ne paraît avoir fonctionné, malgré les velléités de quelques puissants seigneurs. En 1512, à la mort de Pandolfo, Borghese son fils obtint la possibilité d’exploiter l’alunière de Massa Marittima138, mais il est vraisemblable qu’il ne put la faire fonctionner. L’année suivante, en 1513, Jules II exhorta le seigneur de Piombino à maintenir fermer son alunière, moyennant 2000 florins139.

  • 140 Voir Finot 1902.
  • 141 Voir Gilbert 1991.

27La politique d’Agostino Chigi ne se limita pas à la Toscane, il s’efforça de lutter contre les importations en provenance de foyers de production qu’il ne pouvait contrôler, principalement les alunières orientales. En 1506, une encyclique de Jules II prohibait, de nouveau, la consommation d’alun oriental dans les Flandres140, mais conscient que, pour réussir, il fallait tarir la source d’approvisionnement, Agostino se rendit à Venise. Prétextant, pour résider sur les bords de la Lagune, la nécessité de suivre un procès qu’il avait engagé devant les tribunaux vénitiens et profitant de l’impasse politique et militaire dans laquelle se trouvait la cité des doges, Agostino obtint du Sénat, en quelques moins, un accord qui lui permit d’interrompre les trafics orientaux et d’imposer son propre alun, au grand dam du patriciat141.

28La volonté pontificale de dominer l’approvisionnement de l’alun en Occident semble donc avoir contribué, en Toscane, à multiplier les entreprises disposant de droits exclusifs (les « maone ») et surtout paraît avoir fortement polarisé les investissements des élites siennoises. Ce sont, en effet, les groupes dirigeants de Sienne – ceux qui furent à la tête des différents gouvernements – qui réussirent à concentrer entre leurs mains la production, au détriment d’acteurs plus modestes (notamment locaux).

29Cet effort était peut-être lié au désir des Siennois d’échapper au contrôle romain et florentin, en tirant profit d’une ressource dont ils savaient disposer – ne serait-ce que parce qu’autres la leur avait révélé, notamment Bartolomeo Pernice. Il suggère, aussi, l’ampleur des réseaux dont les Siennois pouvaient disposer, car, à aucun moment, ils ne paraissent avoir eu de grandes difficultés à écouler leur production. Leurs activités étaient intégrées aux principaux courants d’échanges occidentaux – notamment ceux des Génois dont il faudrait mieux comprendre le rôle en Occident – et semblaient jouir d’appuis suffisamment forts auprès de la Curie pour ne pas avoir pâti trop durement des interdits pontificaux.

  • 142 Comprenant différents types de production – alun, vitriol, fer, argent à l’occasion.
  • 143 Parallèle aux nombreux liens artistiques que l’on peut observer entre Rome et Sienne à la fin Renai (...)
  • 144 Voir notamment Malanima 1983, Tognetti 2001, Goldthwaite 2009.

30Dans ce contexte, la mise en place d’un ‘monopole’ n’était possible que par un contrôle étroit de tous les lieux de production du Latium et de Toscane. Cela ne pouvait se produire qu’en disposant d’une situation bien établie à Rome, auprès du pape, à Sienne, dans les milieux gouvernementaux, et au cœur des deux cités, dans les milieux marchands. C’est, sans doute, ce que conçurent les héritiers Spannocchi et que parvint à accomplir Agostino Chigi sur les bases de ce qu’avait construit Ambrogio Spannocchi. Cette combinaison signale aussi une synergie particulière entre le monde de la finance et celui des activités industrielles et minières (incluant des compétences techniques) dans lesquelles les Siennois excellaient. Surtout, elle s’appuie sur une plus grande intégration économique de l’espace littoral tyrrhénien qui peut apparaître comme une des clés du succès. À défaut d’être unies par une volonté politique – comme ce fut le cas des alunières de Tolfa et d’Agnano –, les alunières de Toscane et toutes les ressources minières de la Maremme et du nord du Latium142 furent contrôlées par un assez large groupe d’agents – qu’il conviendrait de mieux cerner143 – gravitant pour partie dans l’orbite siennois conférant à cet espace une unité jusqu’alors insoupçonnée. Il s’agit d’un espace, sans doute éphémère, qui n’apparaît pas dans les principaux travaux d’histoire économique portant sur la Toscane144, mais qui fut suffisamment important, pour soutenir l’activité économique (et donc politique) des élites siennoises et contribuer à leur succès romain.

Haut de page

Notes

1 De mieux en mieux connue grâce notamment aux remarquables travaux des archéologues de l’université de Sienne.

2 Elle n’a pas jusqu’alors fait l’objet d’études approfondies, sauf pour Volterra (Fiumi 1948). L’essor ultérieur de la production d’alun toscan au milieu du XVIe siècle a aussi fait l’objet récemment de travaux (Farinelli 2007).

3 Voir Boisseuil 2005.

4 Voir notre introduction de ce même volume et Weber 2013.

5 De même, il semble que l’on ait cherché de l’alun bien avant en Méditerranée, notamment en Crête (Jacoby 1987) ou en Mer Égée (Wright 2010).

6 Archivio di Stato di Siena (désormais ASS), Concistoro 2218, fol. 40. Voir Lisini 1935, p. 255-256, Piccinni 1999, p. 242-243.

7 Voir Pipino 2009, p. 25.

8 ASS, Concistoro 1678, fol. 157.

9 ASS, Consiglio generale 229, fol. 293-296 publié dans Boisseuil 2005, p. 105-117.

10 ASS, Statuto della città 25, fol. 482 publié dans Lisini 1935, p. 243.

11 Boisseuil à paraître.

12 ASS, Statuti della città 40, fol. 95v. « Apresso si expone per essi vostri servidori come l’è venuto a notitia che chavandosi nella corte del Poggio Sancta Cecilia per fare un cierto mulino, pare che si sia trovato vena d’alume del quale ipsa s’è facto experientia et trovasi che riescie buono e veduto quanto ci sarebe cose utile et honorevole alla città vostra, quando si potesse con l’alume del contado vostro suplire al bisogno delle cotte vostre e maxime di presente perché è ito in pregio di libre 45 di denari el centonaio et soleva valere lire otto infino di ieri », ASS, Consiglio Generale 229, fol. 36. La découverte suscita un conflit et la commune décida d’intervenir, sans résultat cependant, ASS, Arti 166, fol. 15v. cit. Piccinni 1999, p. 245.

13 Voir Theiner 1862, III., p. 419-420 ; Sella 1944, p. 252-259. Toutefois, il est vraisemblable que l’invention du gisement soit légèrement antérieure à cette date, comme le suggère Giuseppe Zippel qui propose vers 1460 (Zippel 1907, p. 16). Voir aussi dans ce même volume, la contribution d’Ivana Ait.

14 Les demandeurs sont Leonardo di Meo Benvoglienti et Francesco di Bartolomeo da Sant’Angelo in Colle en octobre 1460 (ASS, Concistoro 1678, fol. 126v), de nouveau, Bartolomeo Pernice avec Mino di Guido Tolomei et Francesco Germano en janvier 1463 (ASS, Consiglio generale 229, fol. 293-296), Francesco di Bartolomeo da Sant’Angelo in Colle, tout seul en octobre 1464 (ASS, Consiglio generale 230, fol. 195v-196), Niccolò di Giovanni del Giovane en décembre 1465 (ASS, Consiglio generale 231, fol. 62v), Giovanni di Petroccio del Grissa en février 1469 (ASS, Consiglio generale 232, fol. 253) puis en 1473 (Consiglio generale 235, fol. 10-11), Paolo di Berto en 1473 (ASS, Consiglio generale 235, fol. 53v-54), Angelo di Filippo Boninsegni (ASS, Consiglio generale 235, fol. 102v-103), Pietro di Bartolomeo, ‘cartaio’ en juillet 1476 (ASS, Consiglio generale 237, fol. 13), Giovanni di Guido di Carlo Piccolomini en novembre 1476 (ASS, Consiglio generale 237, fol. 76).

15 Elles sont éditées dans Pampaloni 1975, p. 119-123.

16 ASS, Consiglio generale 230, fol. 195v-196 ; ASS, Concistoro 588, fol. 35. Il est notable de constater que les concessions partout en Italie (notamment en Vénétie, voir Mandich 1958, p. 327-359), comme en Espagne (Igual dans ce même volume) sont plus nombreuses après 1460.

17 Biblioteca del Comune di Volterra (désormais BCV), Archivio Storico, lettere nere A 47, fasc. 2, fol. 128-130, le 22 août 1470, la concession est résumée dans Fiumi 1948, p. 34.

18 Le 21 Novembre 1471, la commune de Massa Marittima désigne une commission de citoyens pour définir les conditions d’exploitation (les capitula) du gisement mis en à jour, avec les exploitants, (Biblioteca Comunale di Massa Marittima (désormais BCMM), Archivio Storico pre-unitario 16, fol. 219.

19 ASS, Notarileantecosimiano 553, fol. 238.

20 La société est fondée le 1er avril 1471, ASS, Notarile antecosimiano 415, ad annum. Castiglione Bernardi était, au XIIIe siècle, un castrum ; il fut abandonné par la suite et son territoire fut associé à celui de la commune de Monterotondo.

21 L’alunière était en activité avant septembre 1472, date où les héritiers de Fabrizio Sozzi, fondateur de l’entreprise demandent au seigneur de Piombino un inventaire des outils, cf. ASS, Concistoro 1690, fol. 142.

22 Voir Pampaloni 1975, p. 157-159.

23 BCMM, Archivio storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.

24 Les districts miniers et métallurgiques étaient caractérisés par une forte concentration d’entreprises (Braunstein - Bernardi - Arnoux 2002).

25 Voir Ascheri 2001, p. 140.

26 Voir Cesaretti 1974 et infra.

27 Voir Nardi 1992, p. 442 et désormais la contribution de Ivana Ait, dans ce même volume.

28 Il est possible en effet de disposer des délibérations des principaux conseils ou des divers offices, commissions des deux communes souveraines (Sienne et Florence) ou des cités sujettes (Massa, Volterra) ou des communes soumises (Monterotondo, Sasso, Campiglia), de la correspondances entre ces différents institutions avec des personnes privées, plus faiblement de la documentation ecclésiastique, mais surtout d’un grand nombre d’actes notariés. Les rivalités politiques et économiques entre les différents acteurs ont contribué à augmenter la masse de documents utilisables car l’exploitation concomitante des différents sites a entraîné des tensions, des conflits.

29 Il n’existe pas de synthèse sur la nature des concessions minières, néanmoins un bel inventaire, pour la Vénétie, est proposé dans Braunstein 1965. Voir aussi Barbieri 1940, Boisseuil à paraître.

30 Selon les normes que l’on retrouve ailleurs, voir Zanetti 1958.

31 Voir la contribution de Luisa Dallai dans ce même volume.

32 Voir Zifferero 1996, p. 739.

33 Hormis Cipolla 1946, Braunstein 1965, Boisseuil-Chareille 2010. Voir aussi Verna 2011.

34 Voir à cette occasion les travaux de Federigo Melis (Melis 1962, 1984) et surtout la synthèse récente de Richard Goldthwaite (Goldthwaite 2009).

35 Le 12 juin 1471, …nomine sociorum suorum et participantium in magonis seu mineria alluminis seu lumeria sita in iurisdictione et territorio volterrano, loco dicto Saxo et curia terre dicti Saxi, ASS, Notarile antecosimiano 522, pièce 86.

36 Le 8 juillet 1471, …socii societate magone allumerie Montis Rotundi et Castilionis Bernardi, iuredictionis Senis, ASS, Notarile antecosimiano 415.

37 Comme le suggère une mention plus tardive de 1480, les héritiers du seigneur de Piombino dederunt, vendiderunt et seu locaverunt ad affictum Luce de Cavalcantibus de Florentie et Antonio Johannis del Tonto de Pisis magonam sive appaltum alumerie Montionis, ASS, Notarile antecosimiano 889, pièce 229.

38 Voir Fleet 2003, p. 31.

39 Voir Cessi 1919 ; Petti Balbi 1991. Les plus connues et les mieux étudiées sont les « Maone di Chio » qui se sont succédées à partir du milieu du XIVe siècle, pour exploiter l’île de Chio et l’alun de Phocée (Pistarino 1996).

40 Voir Petti Balbi 1984 ; Tognetti 2006.

41 Voir Ginori Conti 1939.

42 Ce monopole regroupait la « maona » de Lucques, Pietrasanta, Barga, Fivizzano, Massa di Carrara et Ferrare, la « maona » de Rome, Patrimonio, Vicarcarello, Naples, la « maona » de Sienne, la « maona » de Gênes, Savone, Finale, Noli, la « maona » de Pistoia, la « maona » du Casentino, la « maona » de Massa Marittima, la « maona et ferriera » de Bologne, cf. Quattrucci 1994, p. 17.

43 Ce type de privilège fut aussi adopté à Florence, au milieu du XVe siècle, pour la réalisation de trois galères construites afin d’étendre le commerce en Méditerranée et dans l’Atlantique (Bonolis 1907, col. 833).

44 Car toutes les concessions n’étaient pas immédiatement associées à une production : pour l’alunière de Sasso, en particulier, les zones d’exploitation furent définies quelques mois après la concession, cf. BCV, Archivio Storico,lettere nere A, 47, fasc. 3, fol 141v-142v. La concession jugée trop libérale fut d’ailleurs contestée, Fiumi 1948, p. 37.

45 « Che le lumiere de la Santità del nostro Signore et Camera Apostolica e quelle dela maiestà del Signore Re, per el tempo supradicto s’entendano essere uno corpo overo maona. Che tutto lo alumiere che nel sopradicto tempo se consumerà overo se navicharà per diverse parte del mundo per consumptione et uso de quello la micta se intenda et debia essere de quelli alumi de le alumiere de la Santità del nostro Signore et de la Camera Apostolica et l’altra micta de quello de le alumiere de la maiestà del Signore Re ; et de cetero quando se habbi a navicar alume per qualuncha parte del mundo la micta se habbia a levare da Civitavecchia per la parte de la Camera Apostolica et l’altra micta da le alumiere de Signore Re per la parte sua », Archivio di Stato di Roma (désormais ASR) Camerale I, 1234, fol. 3v-4v, publié dans Theiner 1862, III, p. 525 sq., cité Zippel 1907, p. 35. Voir aussi la contribution de Ivana Ait dans ce même volume.

46 À la même époque – en 1471 – à Sienne, fut créée une « compagnia dela magona de la cava de Boccheggiano » (ASS, Mercanzia 689), c’est-à-dire une société pour exploiter les mines de fer de Boccheggiano.

47 À Sasso : Benuccio di Cristoforo Capacci et ses frères Andrea, Conte et Salimbene, ainsi que plusieurs citoyens voltérans (Bernardo Buonagiusti, Benedetto Riccobaldi, Paolo Inghirami) et florentins (Gino Capponi, Antonio Giugni) ; à Monterotondo, Giovanni di Petruccio del Grissa, dominus Battistà di Giovanni Bellanti, dominus Placido di Aldello Placidi, Cristoforo di Nanni Gabrielli, Fabrizio Sozzi, Giovanni di Battistà Marci, Bartolomeo di Landuccio Landucci, Giacomo di Mariano di Cecco Marci ; à Montioni, Fabrizio Sozzi ; à l’Accesa, dominus Tommaso Piccolomini, dominus Andreaccio Ghinucci, dominus Borghese di Agostino Borghesi, dominus Guidantonio di Buoninsegna Buoninsegna, Dino di Bertoccio de’ Marzi, Giovanni di Battistà Marci, Lorenzo di Antonio Venturini, Francesco di Giacomo, detto Germano et Giovanni di Goro di ser Neroccio, puis Antonio di Buoninsegna Buoninsegna.

48 Pour tous, voir Denley 2006.

49 Voir Craveri 1970.

50 Voir Nardi 1972.

51 Voir Genaro 1971.

52 Shaw 2006, p. 20, 22, 25, 27, 31, 48, 58, 85, 88, 92, 94, 119, 249, 266. En 1453, les Venturini et les Gabrielli comptaient parmi les 20 familles les plus riches de la cité, d’après la « Lira » (Catoni-Piccinni 1987, p. 459).

53 ASS, Notarile antecosimiano 638, fol. 136.

54 Voir Boisseuil, à paraître.

55 ASS, Notarile antecosimiano 415, acte du 8 juillet 1471.

56 Comme le révèle la reconduction de leur concession en 1465, ASR Camerale I 1234, fol.24v-29v. Le contrat n’était pas éloigné, non plus, de celui de Biagio da Spinola qui, rappelé du Tyrol en 1462, fut le « maestro principale » de l’exploitation dans le Latium, voir Zippel 1907, p. 19, 437 sq., et la contribution d’Ivana Ait, dans ce volume.

57 Voir Nardi 1975.

58 Comme le suggère Tognetti 2004, Guidi Bruscoli 2007. F. Melis décompte ainsi près d’une quinzaine de marchands-banquiers actifs entre 1420-1490 (Melis 1987, p. 335). Sur l’économie siennoise, voir aussi Pinto 1996.

59 « item che el pagamento di decto ficto sicondo el modo che di sopra si contiene si debbi fare di 6 mesi in 6 mesi cioè ogni 6 mesi fiorini mille et che di decto ficto si debbi dare dalli conducenti al Reverendissimo veschovo buona et sufficiente promessa di bancho in Siena o in Roma ogni 6 mesi… », ASS, Notarile antecosimiano 553, fol. 238.

60 ASS, Notarile antecosimiano 554, fol. 92v.

61 Voir Olgiati 1998.

62 ASS, Consiglio generale 232, fol. 116v-117.

63 Voir Basso 2004. Le précepteur de son fils fut Bartolomeo Ivani, le chancelier de la commune de Volterra, lorsque fut établie la très controversée concession de l’alunière de Sasso pour Benuccio Capacci (cf. infra).

64 Il fit en effet révisé l’une des clauses du contrat renouvelé le premier décembre 1473, parc qu’il redoutait la malaria pour les ouvriers : Item quod dicti procuratores possint et eis liceat declarare quod capitulum positum in dicta locatione manu ser Mini predicti quo cavetur quod tempore pestis et belli aut alterius iusti impedimenti dicti conductores non teneatur solvere pensionem dicto reverendo episcopo Massano de dicta allumeria ab eis conducta nec tempus currat durantibus dictis impedimentis quod non intelligantur de ipsis impedimentis infirmitates et febres quae hominibus estivo tempore in dicta allumeria loborantibus contiguissent vel contigerent in futurum ; cui tamen ultime declarationi videlicet quod febres et non sint de ipsis impedimentis etc, dictus magnificus dominus Lodovicus non consensit sed protestatus fuit dictus conductor de suis ipsius magnifici domini Lodovici iuribus, ASS, Notarile antecosimiano 707, fol. 70.

65 La banque Médicis détenait alors le monopole du commerce de l’alun de Tolfa, jusqu’à ce qu’il lui soit retiré en 1476. En 1472, Laurent de Médicis s’emparait de Volterra, à la suite d’un conflit concernant l’alunière de Sasso (cf. infra).

66 ASS, Notarile antecosimiano 554, fol. 92, 106, 118.

67 ASS, Notarile antecosimiano 707, fol. 203. Sur le rôle des Marci, cf. supra.

68 Archivio di Stato di Firenze (désormais ASFi), Notarile antecosimiano 18577, fol. 9, le 24 juillet 1484. Il est probable qu’il était aussi occasionnellement mêlé à de l’alun provenant du territoire siennois, car en avril 1472, les concessionnaires de l’alunière de Monterotondo – dont Fabrizio Sozzi qui détenait aussi l’alunière de Montioni – demandèrent explicitement aux Anciens de Piombino, le droit de passer par le port des Appiano, cf., Archivio Comunale di Piombino, Comune di Piombino 14, fol. 133v-134r.

69 Voir la contribution de David Igual dans ce même volume.

70 ASFi, M.A.P. XXIII, n°544, lettre adressée à Laurent de Médicis par Lutio Gugni depuis la Lumiera, le 10 août 1473.

71 Le 7 décembre 1471, Quod dicta alumeria autoritate presentis consilii sit et esse intelligatur concesse originariis civibus Massanis pro duobus annis sine aliquo affictu cum hoc quod faciant inter eos unum camerarium qui teneat bonum et resum computum de lucris et reddat rationem, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 16, fol. 221v.

72 Le 27 août 1480, figuraient notamment Michelangeus Andree, ser Thosinus ser Leonardi, ser Cerbonius Bandini, Franciscus Gregorii, Alexander Thomasi, Nicola Marci, Fatius Baldi, Silvester Iuliani, Franciscus Lodovici, Nierius Guardini et Micael Iusti omnes suprascripti cives Massani ex quindecim sociis allumerie civitatis Masse, ASS, Notarile antecosimiano, 868, fol. 3v-4r.

73 En 1477, l’un des associés Francesco di ser Antonio se plaint à Sienne de ne pouvoir consulter les livres comptables de l’entreprise, ASS, Concistoro 1692, fol. 46v, 72, 78.

74 Le 21 Novembre 1471, Pro loco aluminis petito per Filippum de Boninseniis et sociis, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 16, fol. 219.

75 Sur les vicissitudes de cette entreprise manquée, voir Fiumi 1948.

76 BCV, Archivio Storico, Lettere nere A 47, fasc. 2, fol. 128-130. Elle est résumée dans Fiumi 1948, p. 34.

77 Voir Caferro 1995.

78 Voir Barbieri 1940, p. 25 ; Martines 2004, p. 105-106.

79 C’est aussi le moment – 1473 – où le monopole commercial de l’alun de Tolfa, établi au profit des Médicis en 1468 pour 12 ans est contesté dans les Flandres, voir Liagre 1955.

80 Sur ces vicissitudes politiques voir Isaacs 1996 ; Shaw 2006.

81 Hormis peut-être par le biais de sa banque napolitaine que nous connaissons mal, il ne pouvait cependant en ignorer l’importance, en raison de son rôle au sein de la Chambre Apostolique, voir Ait 2006.

82 Le prestige de ces jeunes aristocrates a été récemment souligné par leurs choix artistiques (Dunkerton-Christensen-Syson 2006)

83 Beau-père des Spannocchi : Antonio avait en effet épousé Alessandra di Neri Placidi (Ait 2004, p. 25).

84 Alumeria comunis Masse sit concessa Bonaventure de Pinis et Dominico Puliti nomine fundici seu banci Spanochorum pro quinque annis proximis futuris, pour 500 florins/an, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 60r-v.

85 C’est assuré par le conflit opposait, d’une part, les héritiers d’Ambrogio – représentés par Bonvantura Pini –, Andrea di Nanni Tolomei, Giacomo Migliorini, à d’autre part, Mariano d’Ambrogio Spannocchi (leur ex-tuteur), ASS, Notarile antecosimiano 560, fol. 9v.

86 ASS, Notarile antecosimiano 923, acte du 9 octobre 1490.

87 Les Placidi détenaient une partie de la « curia » de Castiglione Bernardi. Neri Placidi et Bonaventura Pini dirigeaient déjà ensemble depuis 1484 au moins l’alunière de Montioni, ASFi, Notarile antecosimiano 18577, fol. 9.

88 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.

89 Les alunières de l’Accesa et de Sasso étaient alors fermées (cf. infra). Seule, l’alunière de Campiglia Marittima leur échappait, contrôlée par les Florentins.

90 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 150r.

91 Attesté dès 1486, leur banque faisait transporter près de 2500 cantares d’alun produit à Massa Marittima, sur un navire anglais, ASS, Concistoro 1698, fol. 36r-v.

92 ASS, Concistoro 650, n° 246.

93 A.S.S., Notarile antecosimiano 1019, à la date du 10 septembre 1494 ; Morandi 1978, p. 110. Voir aussi Igual dans ce même volume.

94 Voir Delumeau 1962a, p. 577.

95 Ils ne l’obtinrent qu’en 1498, par l’intermédiaire de leur banque romaine (Ait 2012).

96 ASS, Notarile antecosimiano 1015, le 31 juillet 1489 ; ASS, Notarile antecosimiano 883, le 3 septembre 1489. Leur intervention paraît, en l’état difficile à qualifier, mais il est certain qu’elle échoua.

97 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 231r-v.

98 ASS, Sergardi Biringucci 132, pièce 3, acte sous seing privé sans date, mais postérieur à septembre 1491.

99 Christine Shaw remarque qu’avant 1493, le groupe dirigeant très étroit qui gouvernait la République avec les Petrucci et qui avait favorisé leur retour à Sienne était désigné sous l’expression de « quelli dell’impresa » (Shaw 1997, 243).

100 ASS, Bichi Borghesi 2, pièce 196.

101 BCMM Archivio Storico pre-unitario 19, fol. 272r.

102 ASS, Sergardi Biringucci 132, pièce 10, copie d’une décision judiciaire.

103 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 20, fol. 299r-v.

104 ASS, Notarile antecosimiano 863, acte du 23 avril 1503 (ns).

105 Voir Lisini 1907.

106 ASS, Notarile antecosimiano 553, fol. 238r.

107 Le 11 novembre 1473, « accade di poi che essendo ad parlare di tale materia messer Borghese, messer Guidantonio Boninsegni et altri dela lumera col decto episcopo di Massa. Et S. R. P. essendo riscaldata nel parlare et dicendo più volte sappiate che Io sono nepote di N.S., messer Guidantonio predecto respose una volta « Dite V.S. perché in temporalibus non è nostro signor ma sono li Signori di Palazo, ma in spiritualibus voi dite vero che è nostro signore » deli quali parole concorse ne habiamo facto diligente examine et così habiamo trovato per persone digne di fede che furono presenti. Et ritornato costi lo episcopo di Massa et per quanto comprehendiamo mosso da indignatione ha porto costi la cosa assai più grave che non è, concio sia cosa che si pone, ha fato citare prefato messer Guidantonio per suo breve et similmente Bonaventura Borghesi perché è stato referito costi che lui misse le mani nela gola a uno messer Luca che sta in casa con lo episcopo di Massa, circa la quale cosa habiamo trovato solamente che Bonaventura porgendo le mani verso lui dixe fatevi inla et non venite ad altrui con le mani in sul viso et non lo maculo ne toccò in alcuna parte », ASS, Concistoro 1690, fol. 177r-v.

108 Des pièces de ce dossier complexe se trouvent dans plusieurs fonds d’archives à Sienne, Florence et Rome. L’essentiel du procès est rapporté par A. Cesaretti (Cesaretti 1974) mais je n’ai pu confronter, jusqu’alors, son texte avec les documents authentiques.

109 Archivio Storico Vaticano (désormais ASV), Armadio XXXIX 12, fol. 141.

110 Plusieurs pièces dans ASV, Armadio XLIX 1, fol. 78-225v. Voir Zippel 1907, p. 39-40 ; Tognarini 1984, p. 10.

111 Le 25 juin 1487 « come già sonno anni sei in circa che el magnifico signore di Piombino e Buonaventura Pini e Neri Placidi che facevano lavorare la lumiera di Montione, insieme con dicti in essa lavoriera lavorava<no> furono quasì publicamente per autorità apostolica exscomunicati, è stata tacita infino a presente dì, e hora è stata agravata contra il dicto signore, i suoi subditi et contra li lavoratori in dicta lumiera et contra i questi loro figliuoli in questa forma, cioè che nissuno Massano possa usare nelle terre di dicto signore, ne a dicta lumiera ne a ipse dare alcuno victo per loro denari, ne con essi alcuna conversatione havere ; et hora nuovamente per li canonici della ecclesia cathedrale massana tale materia è stata suficienta nella tornata da Roma che ànno facto et dicano tucto questo popolo essere scomunicato et havevano recata absoluta a chi si volesse absolvere infra certo tempo già passato in questa forma, cioè che volessero che qualunque si volesse absolvere giurasse di non praticare più per lo advenire nella terra di dicto signore ne alla dicta lumiera ne conversare con alcuno d’essi lavoratori e giurare di non vendarlo alcuna cosa ne alcuno victo sotto pena di periurio et molte altre pene et inter essi per la qualcosa supplicarai alle loro M.S. del remedio oportuno a favore un consiglo intorno a tale materia et di questo per loro figliuoli habbino a fare et intorno alle predecte cose » BCMM, Archivio Storico pre-unitario 60, fol. 354.

112 Le texte définitif, valable pour 12 ans fut établi le 2 juin 1490, après l’accord passé à Piombino dans la citadelle, le 19 octobre 1489. Jacques IV et ses deux frères (Gérard et Bélisaire) acceptaient de fermaer pour douze ans les alunières de Montioni et Valle. Tout au long de cette période, ils devaient toucher 2000 ducats (de dix carlins par ducat) par an, à raison d’un 1/6 tous les deux mois, payés par la Chambre ou les Appaltatores aluminum Sancte Cruciate. Domenico Centurione était le garant, cf. ASR, Camerale III 989, pièce 1, fol. 1r-25r.

113 Le 9 octobre 1490, lettre adressée à Laurent de Médicis par Jacques IV depuis Piombino, à Florence, ASFi, M.A.P. XLII, n°154.

114 Le 27 février 1474, la commune de Sienne est obligée d’intervenir « de controversia orta inter quosdam Massanos habentes mineras alluminis cum aliis similiter habentibus similes mineras propre illas… », ASS, Concistoro 644, fol. 48v.

115 Le 10 juin 1490, « come qua li giorni passati è venuto uno messer Antonio Tiburtino, commissario o vero mandatario dela Santità di N.S. et con suo breve del quale ne mandiamo la copia, volendoci mettare in litigio, affermando dicta allumiera essere in la iuredictione dell’Acesa » ASS, Balia 410, fol. 87v-88v.

116 Le 10 juin 1490, «che per nulla intendiamo sopportare simili cose e che certamente non crediamo per ordine da sua Santità, ma da messer Dominico Centurione, conductore de le Tolphe e da messer Andrea deli Speriti ( ?), clerico di Camera, per loro proprio particulare interesse, come potete intendare. » ASS, Balia 410, fol. 87v-88v. L’accusation avait été évoquée par Barbieri 1940, p. 26. Domenico Centurione, d’origine génoise venait de reconduire son contrat avec la Chambre Apostolique. Il succéda aux Pazzi en 1478. Les Siennois après enquête cum predictus dominus Antonius [Tiburtinus] ad loca se confereret cum civibus nostris et nostre civitatis iudice appellationum viro doctissimo, visa sunt loca ex quibus, patiunt cives nostros non solum non turbasse aut bona Acesse invasisse quin a nostro in longe remotioni loco affinibus ipsius Accese petram fodere et alia necessaria facere ubi iam annis viginti et eo plus Massanii ipsi atque eorum conductores laborarunt. ASS, Balia 410, fol. 87v-88r.

117 Car quelques mois plus tard, Niccolò Cibo, archevêque d’Arles déclarait dicta tenuta vocata cortea et apellata « la corte de l’Acesa » spectans et pertinens dicte ecclesie Massana cui ab una parte confinat alumeria comunis civitatis Massane et in eadem sit qui dicitur (?) mons in quo lapidei ad conficiendum alumine effediuntur dictus mons pro medietate incipiendo a vertice ipsius montis ad ecclesiam Massanam per una et per alia medietate videlicet ad comunitatem dicte civitatis spectet et pertinet et in dicto monte non nulli scacam et prescripti heredes quemdam Ambrosii de Spannochis ac Bonaventura Pini et Dominicus Politi magister conductens dicte alumerie laborantes seu laboravi faciendum in ea parte quedam spectans ad dictam comunitatem Masse transgressi fuerint et transgrediuntur quotidie confines dicti montis inter ecclesiam et comunitatem predictam ac lapides in ea parte que spectat ad dictum episcopum pro alumine conficiendo effoderant ac effodi fecerunt et faciunt in grave preiudicio dicte ecclesie Massane et camere apostolice, ASS, Capitoli 11, fasc. 3.

118 Comme le suggère le fait qu’en 1497, la société de Paolo Rucellai cherchait à transporter de l’alun de Talamone à Rouen, ASFi, Notarileantecosimiano, 18581, fol. 415r. Sur cette place commerciale, voir la contribution dans ce volume de Jacques Bottin.

119 ASS, Notarile antecosimiano 1019, acte du 13 octobre 1494. ASS, Notarile antecosimiano 905, acte du 13 octobre 1494.

120 Voir Ait 2004, p. 26.

121 ASR, Ospedale di San Rocco, 109, fol. 19r. le 25 Janvier 1501. L’acte est publié dans Ait 2004, p. 42-44.

122 ASR, Ospedale di San Rocco, 109, fol. 27r-30v, le 18 mai 1501. Le texte de l’accord est publié dans Montenovesi 1937, p. 132-134.

123 Voir la contribution d’Ivana Ait dans ce même volume.

124 Elle est tenue par un certain Diocinto di Filippo qui déclarait, en 1520, « io come fattore in la lumiera [de 1503 à 1506] tenevo el libro di tutti e conti tanto delli homeni quanto dela vettovaglia et ogni altro conto apartenente in dette lumiere [Monte Ronchone] et anchora del’allumiera dela Trinita » ASR, Ospedale di San Rocco, 110, fol. 60r.

125 Agostino avait même pour projet de disposer d’un facteur, Giovanni di Christofano Turelli, à Bruges pour mener à bien son commerce, comme l’atteste l’ébauche d’un acte notarié du mois de février 1502, ASFi, Notarile antecosimiano, 5060, fol. 118r-v.

126 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 20, fol. 349-350. Le contrat apparaît cité dans Rowland 1986, p. 678. C’est aussi vraisemblablement à cette époque que s’interrompit le fonctionnement de l’alunière de Pietra.

127 Voir Morandi, 1978, p. 113.

128 Voir Chironi 1995.

129 Le 15 octobre 1503, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 77r-78r. Bien que l’impossibilité d’utiliser les alunières anciennes soit explicitement mentionnée, il s’agissait probablement de mettre en valeur les mêmes gisements de Massa Marittima. Son frère et associé, Girolamo, fut par la suite podestat de la cité pour six mois.

130 L’exploitation fut confiée aux Doria en 1504, ASFi, Miscellanea Medicea 553, fol. 252r-v. De nouveau, l’alunière faisait l’objet de sourdes manœuvres de la part de la Chambre Apostolique pour obtenir sa fermeture (Tognarini 1984, p. 10). En décembre 1505, ASV, Archivio Boncompagni Ludovisi 359, fol. 191r.

131 Il est admis que les avances faites par les Spannocchi au nouveau souverain pontife pour son couronnement leur aient été fatales (Rowland 2001, p. 27).

132 Le 24 octobre 1505, BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 139r. Rowland 2001, p. 44.

133 Il existe un bel ensemble de lettres conservées à Sienne, de l’agent d’Agostino Chigi à Tolfa, ASS, Notarile antecosimiano 937.

134 En 1504, les tractations avec la République de Sienne sont dans Cugnoni 1978, p. 137 sq. Voir aussi Franchini 1950, p. 163 sq.

135 Lettre adressée aux autorités florentine le 4 février 1506, « La quale [lettera] mi dicie circa la intentione della Santità del nostro Signor, circha la allumiera mia de Piombino esser che non la facci lavorar sua più presto che pigli accordo cum lo magnifico Agostino Chigi, mahoneri de quella della Tolfa et che così facendone li farò cosa grata. Ad che riverendissimo monsignor Io rispondo che essendo la dicta mia allumiera liberata da ogni lite che iusta aut iniusta sia mai stata questo per virtu de sententie late in lo tempo che lo ducha Valentino et benché fusseno late in tempo de papa Alessandro ; tamen sono fundate le dicte sententie sopra le scripture mie et presti prima facti da anni 25 in qua, li quali sono stati conosciuti et reveduti et facti passare per aquametignem per il che essendone in mia libertà come è detto et havendo io per questo tanto patito questo ho et tanto lungamenti da più de trenta anni in qua che io sono stato travagliato in debitamenti et di poi che io ho ricuperato lo mio stato non havendone cavato alchuno fructo, conoscendo io poterla contractare iustamenti et posser usare la cosa mia però benché io sia in pertinento et quasi obligato ad altri merchadanti ; tamen intese le lettere de V. S. Reverendissima et desiderando *** ad la Santità del nostro Signore et al cittadino Re et V.S. Reverendissima et ilustrissima, essendo venuto qui lo Magnifico Galeazio Saraccini mandato et cugnato del Magnifico messer Agostino Chigi, lo ho audito volenteri et con mia dispositione de accordarmi cum lui in nome de messer Augustino ad cosse honeste tale pratiche cum loquale ho trovato lo magnifico Agostino volere la mia alumera pro pretio declinante assai dal iusto con lo quale messer Galeazio in suo nome mi sono honestato et ho condesceso ad pretio assay minore de quello che io io ne trovo da altri ad loquale pretio vero volendosi aprosimare come ogni honesta ricercheria li ho detto per mia excusatione che mi accorderò cum altri de che serà causa la tropa loro avaritia con mi…, ASFi, Miscellanea Medicea 553, fol. 255r-v.

136 Voir Boisseuil-Chareille 2009.

137 Le 20 octobre 1508, « Averardo [da Filicaia], noi habbiamo inteso per la tua et Lionardo Guidocti uno di noi, et con non piccolo dispiacere quello che li scrivi del successo di cotesta opera et quando sia da sperare poco di aspectarne in futuro fructo alcuno et per le rovine seguite nella cava vechia et per havere senza fructo alcuno cercho di nuova cava », ASFi, Arte della Lana, 62, fol. 93v. Le 12 mars 1510 commencèrent les achats d’alun auprès d’Agostino, ASFi, Arte della Lana, 62, fol. 98r.

138 BCMM, Archivio Storico pre-unitario 21, fol. 292r.

139 ASFi, Miscellanea Medicea 553, fol. 292r.

140 Voir Finot 1902.

141 Voir Gilbert 1991.

142 Comprenant différents types de production – alun, vitriol, fer, argent à l’occasion.

143 Parallèle aux nombreux liens artistiques que l’on peut observer entre Rome et Sienne à la fin Renaissance, voir Ascheri 2007.

144 Voir notamment Malanima 1983, Tognetti 2001, Goldthwaite 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les allumiere de Toscane à la fin du XVe siècle
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Boisseuil, « Production d’alun et monopole romain en Toscane méridionale (fin XVe – début XVIe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1879 ; DOI : 10.4000/mefrm.1879

Haut de page

Auteur

Didier Boisseuil

Université François Rabelais, Tours – CESR - didier.boisseuil@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org