Navigation – Plan du site
Le culte de sainte Agnès à place Navone entre Antiquité et Moyen Âge

Le stade de Domitien: situation topographique, étude architecturale et réflexions concernant la localisation de l’église Sainte-Agnès

Jean-François Bernard et Paola Ciancio Rossetto

Résumé

La reprise du dossier architectural du stade de Domitien, ainsi que l’apport de nouvelles recherches menées dans les caves de l'immeuble occupé par l'EfR (62, place Navone) et sur le pourtour de la place ont permis de renouveler certaines hypothèses formulées en 1943 par A. M. Colini. Cette nouvelle analyse profite également de récentes études sur l'architecture des stades et d'une meilleure connaissance de la topographie du Champ de Mars. Le stade de Domitien révèle toute l'originalité de sa conception architecturale. Édifice élitiste, il constitue l'un des exemples les plus aboutis des monuments de spectacle. Sa conception d'ensemble et tout particulièrement l'organisation de la structure qui supportait ses gradins ont favorisé la réutilisation d'un monument qui n'a cessé de jouer un rôle important dans l'urbanisme du cœur de Rome. L'actuelle piazza Navona, qui conserve la mémoire de l'édifice antique, est dominée par la coupole de l'église Sainte- Agnès située au centre du long côté Ouest. Les auteurs montrent comment certaines caractéristiques architecturales du stade de Domitien ont prédisposé cet emplacement particulier à accueillir le premier lieu de culte dédié à la jeune martyre.

A new architectural study of the stadium of Domitian, as well as archaeological research work in and around Piazza Navona, leads to reconsider some of the hypothesis presented in 1943 by A. M. Colini. This new analysis takes advantage of recent studies on Stadium architecture all over the Empire and of an improved knowledge of the topography of the Campus Martius. The Stadium of Domitian was conceived as a deeply original building. An elitist monument, it is one of the most accomplished models in the category of spectacles building. The way it was conceived, and especially the organisation of the substructure supporting the seats, made easier the re-use of a building, which has always played a major role in the urban organisation of central Rome. Modern Piazza Navona, which keeps the formal memory of the ancient stadium, is towered by the cupola of Boromini’s church of S. Agnese, at the centre of the western long side. The authors show how its specific architectural features predisposed this location to host the earliest shrine dedicated to the young martyr.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colini 1943.

1Le tracé du stade de Domitien est demeuré inscrit dans l’urbanisme de la ville moderne, et c'est d'abord en tant qu’exemple remarquable de persistance urbaine que l'édifice est connu. Construction imposante à l’architecture innovante, sa singularité en a rendu difficile l’étude jusqu’aux grandes fouilles menées dans les années 1930 par A. M. Colini1. Le projet de recherche « Piazza Navona », de 2006 à 2010, nous a donné l’occasion de reprendre le dossier. Les découvertes archéologiques récentes, dans le monument et sur l’ensemble du Champ de Mars, l’évolution des méthodes et une meilleure connaissance de ce type d’édifice de spectacle ont constitué autant de motivations pour tenter de compléter le remarquable travail de nos illustres prédécesseur.

  • 2 Ces résultats sont également publiés en italien dans Bernard 2014, qui réunit une série de contrib (...)

2Nous présenterons ici les principaux résultats2 de cette étude avant de les mettre en correspondance avec la problématique de la localisation de l’église Sainte-Agnès.

  • 3 Itinerarium Einsiedlense, I, 2 ; II, 2 ; VIII, 3 ; Valentini - Zucchetti 1942, p.176, p.180.
  • 4 Valentini, Zucchetti, 1946, p.219.
  • 5 Platner - Bunsen 1842, p.70-75.
  • 6 Lanciani 1893-1901, tab. 15, 21.
  • 7 P. Bigot fut l’auteur d’une maquette de Rome au IVe siècle, présentée à l’Esposizione Internaziona (...)

3Il faut avant tout rappeler que l’identification du monument antique est récente. En raison de sa forme, on a longtemps considéré qu’il s’agissait d’un cirque, et c’est effectivement sous le nom de Circus Flamineus que le désigne l’Itinéraire d’Einsiedeln3. Au XIIe siècle, dans l’Ordo de Benedetto Canonico4, il est question du Circus Alexandri, mais la dénomination la plus fréquente demeure celle de Circus Agonalis. De même, les reconstructions graphiques montrent des carceres sur le petit côté et une spina ornée de bassins et d’obélisques. C’est encore sous cette forme que se présente la reconstruction idéale de L. Canina, et c’est finalement à E. Platner et C. Bunsen5, au milieu du XIXe siècle, que l’on doit l’identification définitive du monument. Un demi-siècle plus tard, R. Lanciani, dans sa Forma Urbis Romae6, a éliminé carceres et spina mais les proportions de l’édifice sont encore douteuses, et P. Bigot, en 19117, n’améliorera pas vraiment la proposition (fig.1).

Fig. 1 - Maquette de P. Bigot (Université de Caen - Basse Normandie, Plan de Rome).

Fig. 1 - Maquette de P. Bigot (Université de Caen - Basse Normandie, Plan de Rome).
  • 8 Thernier 2014.

4L’événement qui permit de faire progresser notoirement la connaissance du monument et d’en mieux comprendre l’architecture fut la découverte, au siècle dernier, des vestiges de l’hémicycle au Nord de la place. La mise au jour ne résulta pas d’une fouille programmée mais bien de dégagements liées au projet d’urbanisme qui devait donner naissance à l’actuelle via Zanardelli, reliant le centre historique au nouveau quartier des Prati8 (fig. 2).

Fig. 2 - Fouilles de A. M. Colini (Sovrintendenza Capitolina di Roma).

Fig. 2 - Fouilles de A. M. Colini (Sovrintendenza Capitolina di Roma).
  • 9 Les premiers résultats de l’étude furent présentés dans la maquette du stade (Colini 1943, fig. XV (...)

5D’un point de vue archéologique, l’entreprise a produit d’importants résultats. La fouille et les prospections menées sur le pourtour de la place ont permis à A. M. Colini et I. Gismondi9 d’établir un plan détaillé des vestiges conservés et de proposer une reconstruction idéale du monument.

6L’étude de Colini, 70 ans après sa publication, demeure le travail de référence. Il est important de noter que nous avons pu mettre à profit quelques découvertes récentes pour compléter notre connaissance du stade de Domitien, mais qu'une partie non négligeable des éléments reconnus dans les années 30 est aujourd’hui inaccessible, notamment certains des vestiges exhumés lors de la fouille de l’hémicycle.

Point topographique

  • 10 A ce sujet, un carottage a été réalisé en 2010 par l' Istituto Superiore per la Conservazione e il (...)
  • 11 Caldelli 2014.

7Le stade de Domitien fut implanté au cœur du Champ de Mars central, à l’Ouest d’une importante zone monumentale qui a bénéficié d’une forte dynamique de développement au cours du siècle précédent, une aire plane, dégagée et libre10 mais d’une forte valeur symbolique en raison des activités sportives qui s’y déroulaient, proches des disciplines présentées lors des jeux grecs11.

  • 12 Suet., div. Iul. 39, 3-4 ; Colini 1943, p. 21 ; Palombi 1999 ; Haselberger 2007, p.98-99 ; Liveran (...)
  • 13 Suet. Aug. 43 ; Cass. Dio, 53, 1, 5 ; Colini 1943, p.21 ; Palombi 1999b ; Haselberger 2007, p.98-1 (...)
  • 14 CIL, VI 386 ; CIL, VI 385 ; Caldelli 2014.

8On accepte généralement l’idée que ce terrain fut utilisé pour l’installation de différents stades provisoires, d’abord à l’époque de César, en 46 av. J.-C.12 puis d’Auguste, en 28 av. J.-C.13 , comme semblent l’indiquer deux bases découvertes place Saint Apollinaire, à proximité immédiate du stade et au Nord de la courbe, dont les inscriptions (13 et 7 av. J.-C.) évoquent l’organisation de jeux en l’honneur de Jupiter14, sans en préciser davantage le déroulement.

  • 15 Ghini 1999.
  • 16 Buzzetti 1999 ; Scaroina 2006 ; Pentiricci 2009, p.31-32 (bibliographie complète) ; Filippi 2014.
  • 17 En 25 av J.-C. fut dédicacé le laconicum, « probabilmente una palestra coperta e un luogo per eser (...)

9Coté Est, les édifices auprès desquels vient s’implanter le stade renvoient également aux activités sportives et plus généralement aux soins du corps. Il s’agit du programme réalisé par Agrippa et regroupant les thermes15 (au sud du Panthéon), le Stagnum16 et le Nemus, structures privées inaugurées en 12 av. J.-C.17 puis laissées en héritage au peuple romain.

  • 18 Les thermes furent reconstruits sous Alexandre Sévère : Ghini 1999b.
  • 19 Ghini 1995.
  • 20 Les fouilles ont été réalisées par la Soprintendenza Speciale ai Beni Archeologici di Roma. Filipp (...)
  • 21 Colini 1943, p.71-72 ; Migliorati - Sommella 1998, p.106. Au contraire, Blake 1959, p.34, considèr (...)

10Cet ensemble fut ensuite complété par un remarquable complexe associant thermes18 et gymnase19 construit à l’époque de Néron, dont la connaissance a récemment progressé grâce à de récents dégagements20. La découverte de structures situées sous la Corsia Agonale21 a suggéré la possibilité qu’un stade ait fait partie de ce complexe.

  • 22 Suet. Domit. 4, 8-10 ; M. Caldelli 1993 ; Caldelli 2014.

11C’est dans ce cadre topographique que s’inscrit l’œuvre de Domitien, qui hébergea le Certamen Capitolinum Jovis ou Agon Capitolinus, une compétition « à la grecque », programmée tous les quatre ans en l’honneur de Jupiter, associant concours musicaux, courses hippiques et compétitions sportives22. La première édition eut lieu en 86.

  • 23 Voir note 13. Migliorati - Sommella 1998, p.102-103.
  • 24 Fellague 2014.

12Le plus jeune des Flaviens, empereur ambitieux, au goût et à l’éducation fortement hellénisés, devait doter la ville des édifices indispensables à la réalisation de son projet, qui constituèrent le cœur d’un vaste réaménagement. L’opération fut d’une certaine manière facilitée par la nécessité de reconstruire le secteur endommagé par l’incendie qui l’avait ravagé23 en 80. Ainsi, aux indispensables chantiers de restauration de constructions publiques et privées vint s’ajouter le complexe monumental formé de l’odéon24, théâtre couvert destiné à accueillir les spectacles musicaux, et du stade, équipement aux fonctions bien déterminées, caractéristique des cités orientales et jusqu’alors absent de Rome.

13Le choix du lieu et l’implantation des édifices fut aussi déterminé par la volonté de développer les complémentarités fonctionnelles avec les édifices du quartier (fig. 3), comme les thermes voisins, offrant la possibilité d’organiser les entraînements, la préparation des athlètes et leur installation pendant les compétitions, exigences fonctionnelles auxquelles l’aménagement du stade n’offre pas de réponses.

Fig. 3 - G. Grande, F. Scagnetti, Roma Urbis Imperatum Aetate.

Fig. 3 - G. Grande, F. Scagnetti, Roma Urbis Imperatum Aetate.
  • 25 Pour le théâtre et l'odéon voir D’Ambrosio 1994 et Tosi 2003, p.164-167 (avec bibliographie complè (...)
  • 26 Pour le théâtre, voir Ciancio Rossetto 1994, Tosi 2003, p.149-151 ; Baldassare et al., 2010 (avec (...)
  • 27 Pour le théâtre et l'odéon voir Razzola Borgia 1994 ; Chomer - Le Mer 2007, p.555-559.
  • 28 Caldelli 2014. Il est possible que l’odéon ait également accueilli des représentations théâtrales, (...)

14Au Sud, c’est la présence d’un édifice majeur qui fut mise à profit, le théâtre de Pompée. La composition théâtre/odéon, dérivée d’un modèle bien connu (voir, à titre d’exemples, les cas de Pompei25, Naples26, Lyon27) favorisait l’organisation de représentations théâtrales28 également au programme de l’Agon Capitolinus.

15C’est donc dans un périmètre bien défini, entre une rue existante au Sud et la “via recta” au Nord, que s’inscrit l’immense complexe dont les dimensions dépassent celles de l’ensemble pourtant considérable que forment le théâtre de Pompée et son portique. Orientés selon les points cardinaux, le stade et l’odéon, dont les façades Est devaient être alignées, étaient bordés au Sud-Ouest d’un pavement formé de grandes dalles de travertin, limité par le « basolato » à proximité de l’actuel palazzo Massimo.

16Ainsi la réalisation du programme de Domitien vient compléter et terminer l’aménagement d’un secteur où se concentrent différents édifices destinés à accueillir compétitions sportives et spectacles, principalement situés dans l’antique région IX Circus Flaminius.

  • 29 Fellague 2014.
  • 30 Romanelli 1931.

17Cependant, s’il est nécessaire de souligner la dimension urbaine de l’entreprise, il convient de ne pas sous évaluer l’importance des bâtiments eux-mêmes, à savoir un stade dont la cavea repose toute entière sur une structure construite, et un odéon dont le diamètre est estimé à 100m29, conçu pour accueillir concerts et déclamations mais pouvant également servir à l’occasion d’alternative couverte au théâtre voisin, comme nous en avons l’attestation pour les Ludi Saeculares organisées sous Septime Sevère (204)30, durant lesquels les jeux furent organisés successivement dans l’odéon et au théâtre.

L'architecture du stade

  • 31 Aupert 1994, p.101, en excluant les pistes identifiées dans le cadre de thermes ou de villas, quel (...)
  • 32 B. D'Agostino, M. Giglio, Lo stadio di Cuma, poster présenté au XVII International Congress of Cla (...)
  • 33 Pour Pouzzoles, Camodeca 2002 ; Tosi 2003, p.176-177 ; Triconi 2008.

18Le stade de Domitien est assurément le plus célèbre du monde occidental, qui compte peu d’exemplaires de ce type. A l’exception de quelques édifices mentionnés par les sources antiques31, deux autres monuments italiens présentent encore des vestiges visibles, l’un, plus ancien, à Cumes32, et l’autre, plus récent, à Pouzzoles33.

19Le modèle fut importé de Grèce, mais les constructeurs romains y adaptèrent le principe de la structure creuse, mis au point notamment dans le cadre de l’architecture théâtrale. Cette caractéristique particulière que constitue l’aménagement d’espaces vides situés sous les gradins permet de replacer le stade de Domitien dans le contexte plus général d’une histoire des édifices de spectacle, dont il représente à la fois une sorte d’aboutissement et un exemple d’une remarquable originalité. La structure creuse offre en outre l'opportunité d'importantes réutilisations.

20Le plan s’inspire de celui du cirque, long rectangle terminé d’un côté par un hémicycle et de l’autre par un élément rectiligne, légèrement oblique, selon les observations de Colini. L’édifice de vastes dimensions (275 x 106 m) est constitué de trois ambulacres et d’une série de pièces, parallèles entre-elles sur les longs côtés et rayonnantes dans l’hémicycle (fig. 4). A partir de la façade, on traverse d’abord l’ambulacre périphérique pour arriver à une série d’escaliers qui mènent à la galerie du premier étage, d’où l’on accède aux places de la summa cavea.

Fig. 4 - Plan de l'hémicycle du stade, distribution des espaces (d'après Colini 1943).

Fig. 4 - Plan de l'hémicycle du stade, distribution des espaces (d'après Colini 1943).
  • 34 Nous réutilisons ici les noms imaginés par Colini pour désigner ces espaces particuliers : Colini (...)

21Entre ces escaliers se trouvent des passages et de vastes pièces, les « grandi aule »34, qui précèdent l’ambulacre médian. Ce couloir central dessert les escaliers d’accès à l’ima cavea ainsi qu’une série de pièces, dites « aule a pilastri ». Accessible depuis ces espaces, un ambulacre interne longe le pourtour de la piste. La façade est formée d’une suite d’arcades flanquées de demi-colonnes ioniques ou corinthiennes. Elle était entièrement bâtie en grand appareil de travertin, tout comme la contre-façade.

22Les autres éléments structurels étaient construits en blocage, revêtus de parements de briques qu’un enduit venait recouvrir. Des blocs de travertin de grandes dimensions se trouvaient au sommet de piliers « en guise de chapiteau ». Il conviendrait plus justement de désigner ces éléments sous le nom d’impostes moulurées.

  • 35 Colini 1943, p.94-96.

23La piste était en terre battue. Des accès monumentaux se trouvaient au milieu des longs côtés, sur le petit côté et au centre de la sphendoné. Ce dernier, aujourd’hui encore bien visible depuis la place de Tor Sanguigna, se caractérise par la présence d’un avant-corps en marbre de Luni supporté par des colonnes en "Portasanta". Il ouvrait sur un vaste couloir d’accès qui desservait la piste. Au centre des longs côtés, les accès principaux étaient formés de trois larges couloirs séparés par des piliers de travertin. L’un d’entre eux, traditionnellement celui qui se trouvait côté Ouest, à l’emplacement de l’église Sainte-Agnès, devait supporter la loge impériale35.

  • 36 Colini 1943, p.94-95, et P. Virgili 1998, p.XX-XXI. Pour Pasquino : Schweitzer 1936, Wunsche 1991 (...)

24L’édifice était en outre doté de tous les équipements qui pouvaient en améliorer la beauté et la commodité (réseau d’eau, imposante décoration architecturale et nombreuses sculptures36).

Nouvelles données et restitution

25Ces nouvelles données sont issues principalement des études architecturales menées à bien dans les caves de l’immeuble de l’EFR au 62 de la Place Navone, des prospections réalisées dans les sous-sols des édifices voisins et enfin des études récentes concernant l’architecture des stades antiques, plus généralement des édifices de spectacle qui conjuguent des principes partagés. Les nouvelles données seront présentées de bas en haut, partant des substructions pour aboutir au sommet de la cavea, en concluant par quelques observations relatives à la piste.

Structure

26Les travaux menés par L’EFR ont révélé la présence d’un pilier de travertin appartenant à la contre-façade mais dont la position ne correspond pas au rythme des structures de la façade.

27Cet élément structurel borde une « grande aula », dont la largeur correspond à celle de deux travées courantes. Sur le plan publié dans le volume Stadium Domitiani, l'accès à une « grande aula » au moyen d’une triple baie se trouve exclusivement à l’extrémité Sud-Ouest de l’édifice, sous l’actuel palais Pamphili.

28Colini avait bien identifié les deux types de pilastres de la contre-façade, caractérisés par des mesures différentes. Les mesures de l’élément visible dans les caves de l’École, bien que partiellement englobé dans les structures modernes en ciment armé, le classent sans équivoque dans le groupe de plus petites dimensions. Cette observation et la position du pilier, ont d’importantes conséquences: elles démontrent en effet que la configuration visible sous le Palais Pamphili n’était pas un unicum, que justifierait une situation particulière à l’extrémité de l’édifice, mais qu’elle devait se retrouver à un rythme régulier sur tout le pourtour de le la construction (fig. 5).

Fig. 5 - Situation des piliers de dimensions mineures.

Fig. 5 - Situation des piliers de dimensions mineures.
  • 37 Ce bloc ne fut pas pris en considération par Colini dans le cadre de sa description du secteur (Co (...)

29Enfin, les aménagements réalisés très récemment dans le secteur de la grande fouille ont rendu visible une dalle de travertin (travée n° VIII) montrant des traces d’encastrements, dont la position et les dimensions attestent l’existence à cet endroit d’un pilier comparable aux deux exemplaires précédemment décrits37.

  • 38 Cette hypothèse semblait confirmée par des prospections réalisées dans le secteur de l’hémicycle a (...)

30Ces découvertes remettent en question la reconstruction proposée par I. Gismondi qui aligne systématiquement les piliers de la contre-façade sur ceux de la façade, selon un schéma classique38. On peut désormais proposer une solution architecturale différente qui, au niveau des « grandi aule », introduirait un décalage entre les deux structures (fig. 6).

Fig. 6 - Hypothèse de restitution, détail.

Fig. 6 - Hypothèse de restitution, détail.

31Cette caractéristique, très surprenante pour un tel édifice, apparaît comme une expérimentation architecturale dont on ne connaît aucun autre exemple (fig. 7).

Fig. 7 - Caves de l'EfR : enduit conservé.

Fig. 7 - Caves de l'EfR : enduit conservé.

32Un bloc de travertin de grandes dimensions (1,30 m de profondeur et 0,62 m de hauteur) a été découvert au premier étage du bâtiment de l’École, intégré aux maçonneries tardives. Il s’agit d’un bloc d’imposte de la contre façade de la galerie supérieure, situé exactement à l’emplacement où le positionnait Gismondi dans sa reconstruction idéale du monument, dont la validité se trouve ainsi renforcée sur ce point. Cet élément d’architecture qui se trouve 11,90 m au-dessus du niveau antique constituerait le plus haut élément conservé en élévation du stade de Domitien.

33Sa découverte illustre l’enchevêtrement des structures antiques et de celles de l’actuelle place Navone, témoignant, d’une manière plus générale, du mécanisme de la réutilisation des espaces et des matériaux du grand édifice de spectacle.

  • 39 Il est également intéressant de constater que les matériaux utilisés, briques et fragments de tuil (...)
  • 40 Ciancio Rossetto 1993 ; Ciancio Rossetto 2008.

34Il faut aussi noter que les structures du stade sont organisées selon deux systèmes autonomes: les murs situés de part et d’autre de l’ambulacre central ne sont pas alignés, sortant ainsi du schéma utilisé de manière systématique dans l’architecture de spectacle39. Cette situation surprenante se retrouve également au Circus Maximus40, suite aux transformations flaviennes. La conséquence de ce choix constructif original est l’absence, sauf au niveau des accès principaux, d’espaces ininterrompus de la façade au mur du podium. Cette donnée est fondamentale pour tenter de comprendre la logique de la réoccupation des structures antiques. Nous y reviendrons plus loin.

  • 41 Colini 1943, p.91. Deux nouvelles dalles ont été trouvées dans les caves de l’École.
  • 42 Rea 1993. Au Colisée comme au Circus Maximus, on peut observer des pavements en opus spicatum. Éta (...)
  • 43 Colini 1943, tab. V, Disegno Archivio 1125, Foto Archivio Palazzo Braschi CX5S2791 (amb. est.) CX5 (...)

35Le sol de l’ambulacre périphérique était constitué de dalles de travertin41, aujourd’hui visibles seulement entre les piliers de façade. La documentation d’archive laisse supposer qu’un dallage similaire pouvait, comme au Colisée42, être présent également dans certains couloirs d'accès43.

36Pour conclure, rappelons que, dans les caves de l’École comme dans d’autres secteurs du stade, se trouvent conservées de belles surfaces d’enduit. Lisse sur les murs courants, il est rythmé par une série d’incisions imitant l’aspect de rudentures au niveau des éléments porteurs (piliers) (fig. 7). Un enduit de finition devait également recouvrir les impostes moulurées.

Cavea

  • 44 Colini 1943, p.96.

37La cavea « tutta rivestita in marmo »44, a entièrement disparu et rien ne permet aujourd’hui d'en restituer l’aspect original.

  • 45 Colini 1943, planches XVI, XXIII.
  • 46 Les escaliers mis au jour par A. M. Colini ne sont plus visibles aujourd’hui.

38Dans la maquette réalisée en 1937 et dans la « reconstruction idéale » proposée dans le volume Stadium Domitiani45, la cavea est divisée en deux maeniana. L’ima cavea est desservie par deux escaliers de longueurs différentes. Ces emmarchements ne sont plus visibles46 dans l’hémicycle mais s’y trouvent bien attestés. Il est probable que l’escalier le plus court, qui portait directement à la précinction située au-dessus de l’ambulacre interne, conduisait à un espace séparé, correspondant à la proédrie des théâtres réservée aux sénateurs, à leurs proches et aux sacerdotes (fig. 8).

Fig. 8 - Hypothèse de restitution, sections.

Fig. 8 - Hypothèse de restitution, sections.
  • 47 Cette solution ne figure pas dans les dessins d’I Gismondi retrouvés dans les archives de la surin (...)

39En outre, selon une formule largement utilisée dans l’architecture de spectacle, une troisième volée de marches devait desservir l’ima cavea depuis la galerie située au-dessus de l’ambulacre central47.

  • 48 Ces locaux sont actuellement occupés par la typographie du Sénat, au numéro 58 de la place.
  • 49 Une portion de ce mur est conservée sous l’église Sainte Agnès.

40Un ambulacre interne, très mal documenté, entourait la piste. Les prospections réalisées dans les sous-sols, au Nord-Est de la place48, ont permis d’accéder à la brève portion conservée de ce couloir49 et de constater que le mur de podium était percé de petites ouvertures (environ 20 cm de large) qui en assuraient l’éclairage et la ventilation.

  • 50 Buonfiglio 2014.

41A. M. Colini et I. Gismondi ont restitué un mur rythmé par la présence de nombreuses portes desservant la piste. Cette proposition est fragile. En réalité, seuls deux accès sont attestés dans l’hémicycle et un autre au centre du long côté occidental (actuelle église Sainte-Agnès). Cet « ambulacre » était en revanche accessible depuis les « aule a pilastri » et selon une récente hypothèse, pouvait être conçu pour accueillir les latrines destinées aux occupants de l’ima cavea50.

  • 51 Guidobaldi 2011-2012, à la lumière de données issues de fouilles récentes, propose une restitution (...)

42De nouvelles données ont été rendues accessibles à l’occasion des fouilles menées sous l’église Sainte-Agnès. La restitution d’une loge impériale à cet emplacement (maquette de 1937) demeure une hypothèse valide. Cependant les éléments dont nous disposions ne nous ont pas permis de préciser l’aspect de cet équipement51.

  • 52 Golvin 1988, p.184-190.
  • 53 Golvin 1988, p.184-190 ; Pellé 2009.

43La restitution du niveau supérieur, faute de vestiges, oblige à étudier les solutions mises en œuvre dans une série d’édifices comparables. Le Colisée a largement inspiré les propositions d’I. Gismondi, mais l’architecture du stade nous rappelle également celle des amphithéâtres d’Arles52 et de Nîmes53, particulièrement bien conservés, contemporains et de hauteur comparable. Ils présentent des solutions remarquables d’aménagement des accès à la summa cavea. Dans les édifices de Narbonnaise, on utilise ainsi, d’une manière assez complexe, l’épaisseur des murs rayonnants pour ménager des escaliers desservant les plus hauts gradins. Après différentes tentatives, nous avons constaté que la division tripartite observée au rez-de-chaussée, et dont la raison d’être demeurait mystérieuse, offrait à l’étage de remarquables possibilités d’aménagements pour faciliter l’accès aux derniers gradins qui justifient selon nous ce choix structurel d'une grande originalité.

  • 54 Frutaz 1962, pl. 159.

44La question du couronnement de l’édifice demeure également irrésolue. Un dessin signé Alessandro Strozzi54 (1474) donne à voir un ensemble de gradins surmonté d’une porticus in summa cavea. Il s’agit d’un plan de Rome dans lequel les monuments sont représentés de manière schématique, particulièrement les églises, mais on note également que certains édifices antiques et médiévaux remarquables sont dessinés avec un réel souci de réalisme.

  • 55 Frutaz 1962, pl. 158.
  • 56 Voir également l’annexe sur le dessin de Francesco di Giorgio Martini dans Bernard - Ciancio Rosse (...)

45Dans le cas du stade, on constate que l’accès situé au centre de l’hémicycle est parfaitement représenté. Cependant le dessin de Strozzi demeure une source fragile. Le plan signé Pietro del Massaio55 (1469), donc quelques années auparavant, montre l’édifice selon le même angle de vue, mais cette fois sans portique supérieur56. Les correspondances observées avec les amphithéâtres de Narbonnaise et l’étude des monnaies qui représentent l’édifice suggèrent en définitive l’absence d’une colonnade au sommet des gradins (fig. 9).

Fig. 9 - Dessins d'A. Strozzi et P. del Massaio.

Fig. 9 - Dessins d'A. Strozzi et P. del Massaio.
  • 57 Colini 1943, p.17, p.94-95.
  • 58 Graefe 1979, p. 124.
  • 59 Notons que De Bernardi Ferrero 1969, p.73-74, considère que le stade de Cibyra était équipé d’un v (...)

46Ces monnaies présentent une façade surmontée d’un série de d’éléments arrondis, généralement interprétés comme de possibles statues57. Il s’agit en réalité des mâts qui permettaient la mise en place du velum, comme le montre la comparaison avec les monnaies représentant le Colisée58. A notre connaissance, aucun autre stade n’offre l’agrément d’un tel équipement59.

  • 60 Au Colisée, la hauteur de cet élément est de 3,60 m, Golvin 1988, p.178.

47Pour terminer notre présentation, nous retournerons au niveau de la piste. Elle est entourée d’un mur de podium dont la présence est remarquable. Dans la reconstruction proposée par I. Gismondi, sa hauteur est d’environ 3 mètres60. Cet élément joue un rôle fondamental dans le cirque et dans l’amphithéâtre où il garantit la sécurité du public, mais semble inutile dans un édifice destiné à présenter des compétitions athlétiques. On peut tenter de justifier la présence de ce dispositif par la volonté d’améliorer la perception visuelle de la piste, ou par celle d’aménager dans l’ambulacre interne des pièces de service qui nécessitait un minimum de hauteur.

  • 61 Le stade panathenaïque présente également un mur haut de 1,30 et un parapet sépare la piste d’un c (...)
  • 62 Le stade de Delphes a des caractéristiques analogues à celui d’Athènes. Un mur de podium haut de 1 (...)
  • 63 Le stade de Philippopolis (Plovdiv) a un podium haut de plus de 1,80 m. Martinova 2011.

48Mais une autre hypothèse retient notre attention. On sait par ailleurs que la présence de ce podium fut déterminante lorsque le stade fut utilisé pour accueillir les spectacles de l’amphithéâtre, suite à l’incendie du Colisée en 216, sous Macrin. Ce dispositif, sans galerie interne et de dimensions mineures, aura une certaine fortune dans le monde oriental, par exemple à Athènes61, Delphes62 ou Philippopolis63.

  • 64 Cependant, Colini propose une longueur légèrement supérieure pour le stade de Domitien, qui serait (...)
  • 65 Sommella 1966.
  • 66 Colini 1943, p.104.
  • 67 Golvin 1988, p.176, propose 47,20 m.
  • 68 Une monnaie provenant du magasin Kuenker (Berlin) et dont nous avons récemment découvert l’existen (...)

49Dans les stades antiques, la longueur de la piste des stades est invariablement de 600 pieds64 tandis que la largeur moyenne est d’une centaine de pieds, avec des variations importantes (17,50 m à Délos, 43 m à Nysa65). La piste du stade de Domitien avait une largeur exceptionnelle66 de 52,90 m, mesure légèrement supérieure à celle du petit axe de l’arène du Colisée67. Les différentes caractéristiques mentionnées posent la question de l’utilisation du stade et laissent supposer la conception d’un édifice polyvalent, offrant dès l’origine la possibilité d’accueillir différents types de spectacles68.

50Pour conclure, les données issues des récents sondages effectués au centre de la place ont révélé différentes couches contenant du matériel céramique romain et interprété comme une couche de drainage servant de préparation à la piste en terre battue. Les cotes sont légèrement inférieures à celles relevées au niveau du dallage de l’ambulacre externe; elles semblent compatibles avec les niveaux de fondation relevés dans différents secteurs.

51Le stade de Domitien se présente donc comme l’aboutissement du modèle d’édifice de spectacle romain dont les théâtres de Pompée et de Marcellus, plus d'un siècle auparavant, constituèrent les remarquables prototypes. L’intégralité de la cavea repose sur un réseau de murs entre lesquels s’organisent les circulations et l’édifice dialogue avec son environnement urbain au moyen d’une façade monumentale reprenant le vocabulaire architectural et le rythme des constructions voisines (fig. 10, 11).

52La grande expérience acquise par les constructeurs au cours des dernières décennies a permis de réaliser un édifice perfectionné, raffiné et offrant aux spectateurs les meilleures conditions de circulation et d’installation. Cependant, la singularité d’un édifice que caractérise l’absence de véritable parallèle ne facilite pas les tentatives de reconstruction idéale qui, en raison de l’état des vestiges, demeurent largement hypothétiques.

53La présence tout à fait exceptionnelle, à la place des habituelles tabernae, de vastes pièces bien éclairées, l’organisation soignée des circulations et des escaliers également nombreux et bien distribués, témoigne de l’importance des progrès réalisés en quelques décennies. Il faut garder à l’esprit que la façade du Colisée culmine à 48m de hauteur, et celle du stade seulement à 18m. Les problèmes structurels sont ici simplifiés et tout l’effort peut porter sur la qualité des espaces, pour aboutir à une construction élégante et élitiste, en accord avec un type de spectacle résultant lui-même d’un choix culturel original dans le monde romain. Conçu pour une compétition directement importée du monde grec, le stade était destiné à un usage limité et fréquenté par un public plus exigeant, tout comme l’odéon voisin, conçu dans le cadre d’un même programme.

Réflexions concernant la localisation de l'église Sainte-Agnès (fig. 12)

  • 69 Dewailly et al. 2014.

54On sait que le stade a encore été utilisé pour les compétitions d’athlétisme au IVe siècle et qu’il comptait parmi les édifices les plus admirables de Rome, mais les études menées récemment dans les sous-sols de la place montrent que très tôt les structures du grand édifice de spectacle public furent occupées et réaménagées pour abriter différents types d‘activité (ateliers, espaces commerciaux ou à usage d’habitation), lieux d'inhumation, mais également des programmes plus exigeants69.

Fig. 12 - Hypothèse de restitution, plan général et section du stade.

Fig. 12 - Hypothèse de restitution, plan général et section du stade.

55Le premier lieu de culte construit à l’emplacement de l’actuelle église Sainte-Agnès fait partie de ces aménagements précoces. Dans l’itinéraire d’Einsiedeln, malgré l’identification erronée de Circus Flaminus, l’indication « ibi s(an)c(t)a agnes » témoigne, dès le VIIIe siècle, de l’existence d’une structure déjà importante, installée dans l’accès principal situé au centre de la partie occidentale de la cavea.

56Les considérations architecturales présentées ici permettent de formuler des hypothèses sur les motivations qui ont pu inspirer le choix de cet emplacement pour l’installation d’un lieu de culte.

  • Le stade de Domitien présente une surprenante particularité. Contrairement à un usage largement répandu dans le domaine de l’architecture de spectacle, les structures portant la cavea ne sont pas alignées entre la façade et le podium. La continuité s’interrompt au niveau de l’ambulacre central, qui délimite deux zones distinctes et interdit ainsi tout aménagement d'ensemble. Seuls les accès principaux dérogent à cette règle et offrent l'avantage d'espaces continus. Ils sont attestés au milieu des deux longs côtés (Est et Ouest), au centre de la sphendoné et probablement à l’extrémité Sud du stade70.
  • Les accès monumentaux Est et Ouest étaient conçus comme de vastes hall divisé en trois parties par deux files de piliers de travertin, configuration favorable à l’aménagement de trois nefs, qui constitue une disposition familière aux églises chrétiennes dès l’Antiquité tardive; la tripartition de l’espace est bien visible sur le dessin d’Ugonio71 (fig. 14) qui représente l’église médiévale avant sa destruction.
  • Il faut également noter que cet espace a la rare particularité d’être construit sans murs. Très semblable à l’aménagement visible au Colisée, les accès principaux étaient exclusivement constitués de deux files de piliers reliés entre eux par un système d’arcs. L’absence de murs laissait libre l’ensemble des circulations dans cette partie du monument. Partout ailleurs l’espace était cloisonné par un réseau de murs parallèles ou rayonnants, entre lesquels s’intégraient les couloirs et les escaliers, cloisonnement difficilement compatible avec un usage liturgique.
  • Il est également utile d’apprécier ici le rôle éventuellement joué par l’exposition de la construction. Le choix de l’entrée occidentale permet d’orienter l’église, d’une manière qui est devenue à peu près systématique à Rome à l’époque médiévale. Selon le dessin d’Ugonio, l’altare maius se situe au fond de l’église et donc tourné vers l’Est. Le choix de l’entrée orientale du stade n’aurait pas permis de concilier orientation et utilisation des éléments de décor de l’entrée monumentale.
  • La mémoire du lieu doit également être prise en considération. L’installation d’une première église à cet emplacement garde éventuellement le souvenir d’une loge impériale, dont aucune trace archéologique ne subsiste, mais que l’économie générale de l’édifice invite à situer à cet emplacement. Ce souvenir n’a pas d’influence sur l’utilisation du lieu, mais il peut le désigner comme l’espace le plus important de l’édifice. Si l’aménagement de l’église est envisagé comme une entreprise de prestige, cela a pu influencer le choix de cette entrée remarquable. Si l’aménagement de l’église est dès l’origine associé au souvenir du martyre d’Agnès, le choix de la loge impériale pourrait dramatiser la confrontation entre la jeune martyre et les représentants du pouvoir impérial. Cependant, une telle interprétation ne vaut que si, au VIIe-VIIIe siècle72, la loge impériale est encore identifiée comme telle dans les vestiges du stade.
  • Enfin, la qualité particulière de la décoration des accès principaux leur confère une valeur ajoutée. Les monnaies de Septime Sévère (fig. 13) nous montrent une représentation de l’extérieur de ce dispositif d’accès monumental particulièrement raffiné et important, qui devait bénéficier d’une décoration soignée formée de stucs et marbres colorés plus généreusement utilisés que dans les parties courantes de l’édifice. Justement, l’entrée de la première église se faisait depuis l’extérieur du stade, pouvant ainsi profiter des éléments de cette décoration. Ce choix permet de concilier la mise en valeur des éléments décoratifs de l’entrée monumentale du stade et le choix d’orientation de l’église.

Fig. 13 - Monnaie représentant le stade de Domitien (Septime Sévère)

Fig. 13 - Monnaie représentant le stade de Domitien (Septime Sévère)

Fig. 14 - Sainte-Agnès, dessin de P. Ugonio, fin XVIe siècle.

Fig. 14 - Sainte-Agnès, dessin de P. Ugonio, fin XVIe siècle.

57Ces considérations laissent supposer que le choix de l’aménagement d’une église dans les structures du stade de Domitien a obéi à des logiques architecturales propres, qui ont pu se combiner – ou non – avec la mémoire du martyre de la jeune fille. L'emplacement choisi offrait des avantages pratiques indiscutables pour aménager de manière simple un lieu de culte certes modeste, mais bénéficiant de dimensions appréciables et réutilisant sans doute des éléments architecturaux de prestige. Est-ce pour ces raisons ou, déjà, par association au martyre d’Agnès que le lieu est assez remarquable pour être indiqué comme lieu de pèlerinage par l’itinéraire d’Einsiedeln? Toujours est-il que l’établissement d’une église à cet emplacement ouvrait des développements qui donnent encore aujourd’hui son caractère à la place Navone.

Haut de page

Bibliographie

Aupert 1979 = P. Aupert, Fouilles de Delphes, II, Topographie et architecture. Le Stade, Paris, 1979.

Aupert 1994 = P. Aupert, Évolution et avatars d'une forme architecturale, dans C. Landes (dir.), Le stade romain et ses spectacles. Catalogue de l’exposition, Lattes 1994, p. 95-105.

Baldassare et al. 2010 = I. Baldassarre et al., Il teatro di Neapolis, Naples, 2010.

Bernard 2014 = J.-F. Bernard (dir.) « Piazza Navona, ou place Navone, la plus belle & la plus grande ». Du stade de Domitien à la place moderne : histoire d’une évolution urbaine, Rome, 2014 (Collection de l’École française de Rome, 493), en cours d'impression.

Bigot 1911 = P. Bigot, Notice sur le relief de Rome impériale, Rome, 1911.

Blake 1959 = M. A. Blake, Roman Constructions in Italy from Tiberius through the Flavians, Baltimore, 1959.

Borlenghi 2014 = A. Borlenghi, Les espaces destinés au ludus dans le Champ de Mars central à l’époque républicaine, dans Bernard 2014.

Buckowiecki 2014 = E. Buckowiecki, L’usage de la brique dans le chantier du stade de Domitien, dans Bernard 2014.

Buonfiglio 2014 = M. Buonfiglio, Riflessioni sugli impianti idraulici dello stadio di Domiziano : sistemi a confronto, dans Bernard 2014.

Buonfiglio et al. 2014 = M. Buonfiglio, P. Ciancio Rossetto, S. Le Pera, M. Marcelli, G. Schingo, Nuove acquisizioni dai sondaggi eseguiti in piazza Navona, dans Bernard 2014.

Buzzetti 1999 = C. Buzzetti, Stagnum Agrippae, dans LTUR IV, Rome, 1999, p. 344-345.

Caldelli 1993 = M. L. Caldelli, L'agon Capitolinus. Storia e protagonisti dall'istituzione domizianea al IV secolo, Rome, 1993.

Caldelli 2014 = M. L. Caldelli, L’area dello stadio e dell’odeion di Domiziano in età imperiale : condizione della proprietà, funzioni ed uso, dans Bernard 2014.

Camodeca 2002 = G. Camodeca, Lo Stadium di Puteoli, il sepulchrum di Adriano in villa di ciceroniana e l’Historia Augusta, dans Rendiconti della Pontifica Accademia di Archeologia, 73, 2002, p. 147-175.

Chomer – Le Mer 2007 = C. Chomer, A.-C. Le Mer, Carte Acheologique de la Gaule, 68/2, Lyon, Paris, 2007.

Ciancio Rossetto - Bernard 2014 = P. Ciancio Rossetto, J.-F. Bernard, Lo stadio di Domiziano : nuovi dati sull’architettura del monumento, dans Bernard 2014.

Ciancio Rossetto - Pisani Sartorio 1994 = P. Ciancio Rossetto, G. Pisani Sartorio (éd.), Teatri Greci e Romani. Alle origini del linguaggio rappresentato, 3 vol. , Rome, 1994.

Ciancio Rossetto 1993 = P. Ciancio Rossetto, Circus Maximus, dans LTUR I, 1993, 272-277.

Ciancio Rossetto 1994 = P. Ciancio Rossetto, Italia. Napoli, Neapolis, Regio I, Latium et Campania, dans Ciancio Rossetto - Pisani Sartorio 1994, II, p. 518-519.

Ciancio Rossetto 2008 = P. Ciancio Rossetto, La ricostruzione architettonica del Circo Massimo : dagli scavi alla maquette elettronica, dans J. Nelis-Clement, J.-M. Roddaz (éd.), Le cirque romain et son image, Bordeaux 2008, p. 17-38.

Colini 1943 = A. M. Colini, Stadium Domitiani, Rome, 1943.

D’Ambrosio 1994 = A. D'Ambrosio, Italia. Pompei, Pompeii, Regio I, Latium et Campania dans Ciancio Rossetto - Pisani Sartorio 1994, II, p. 567-572.

De Bernardi Ferrero 1969 = D. De Bernardi Ferrero, Teatri Classici in Asia Minore, II, Rome, 1969.

Dewailly et al. 2014 = M. Dewailly et al., L’exploration archéologique des caves de l’immeuble sis piazza Navona, 62, dans Bernard 2014.

Fellague 2014 = D. Fellague, avec une contribution de Bernard Gauthiez, Mise au point sur l’odéon de Domitien, dans Bernard 2014.

Filippi 2014 = F. Filippi, Nuovi dati sulla topografia antica dei saggi della metro C nell’area del Campo Marzio occidentale : il ginnasio di Nerone ( ?) e l’Euripus, dans Bernard 2014.

Frutaz 1962 = P. A. Frutaz, Le piante di Roma, II, Rome, 1962.

Gasparri 1974-1975 = C. Gasparri, Lo stadio panatenaico. Documenti e testimonianze per una riconsiderazione dell'edificio di Erode Attico, dans Annuario della Scuola archeologica di Atene e delle missioni italiane in Oriente, 52, 1974-75, p. 313-392.

Germini 2009 = B. Germini, dans Divus Vespasianus : il bimillenario dei Flavi, Milan, 2009.

Ghini 1999b = G. Ghini, Thermae Neronianae/Alexandrinae, dans LTUR, V, 1999, p. 60-62.

Ghini 1995 = G. Ghini, Gymnasium Neronis, dans LTUR, II, 1995, p. 374.

Ghini 1999 = G. Ghini, Thermae Agrippae, dans LTUR, V, 1999, pp. 40-42.

Giglio 2009 = M. Giglio, Lo stadio e le mura in età repubblicana, dans Atti del XLVIII Convegno di Studi sulla Magna Grecia (Taranto 2008), Tarente 2009, p. 621-641.

Golvin 1988 = J.-C. Golvin, L’amphithéâtre romain, Paris, 1988.

Graefe 1979 = G. Graefe, Vela erunt, Die Zeltdächer der römischen Theater und ähnlicher Anlagen, Mayence, 1979.

Guidobaldi 2011-2012 = F. Guidobaldi, La chiesa medievale di S. Agnes in Agone, dans Rivista di Archeologia Cristiana, 87-88, 2011-2012, p. 401-452.

H. von Hesberg, L'attività edilizia a Roma nell'epoca di Nerone, dans M. A. Tomei, R. Rea, Nerone, Milan 2011, p. 108-117.

Haselberger 2007 = L. Haselberger, Urbem adornare. Die Stadt Rom und ihre Gestaltumwandlung unter Augustus/ Rome's urban methamorphosis under Augustus, Portsmouth, 2007 (JRA, suppl. 64).

Ianiro 1994 = A. Ianiro, Italia. Napoli Neapolis dans Ciancio Rossetto - Pisani Sartorio 1994, II, p. 520.

Lanciani 1893-1901 = R. Lanciani, Forma Urbis Romae, Rome-Milan, 1893-1901.

Liverani 2009 = P. Liverani, Cesare urbanista, dans G. Gentili (dir.) Giulio Cesare. L'uomo, le imprese, il mito, Cinisello Balsamo, 2008, p. 42-51.

LTUR = E. M. Steinby éd., Lexicon Topographicum Urbis Romae, Rome, 1995-1999.

Maiuro 2007 = M. Maiuro, Oltre il Pasquino : Achille, il culto imperiale e l'istituzione ginnasiale tra oriente e occidente nell'impero romano, dans Archeologia Classica 58, 2007, p. 165-246.

Martinova 2011 = M. Martinova, The ancient Stadium of Philippopolis, 2011, http://ancient-stadium-plovdiv.eu/?p=44&l=2 (consulté le 11/02/2014).

Migliorati – Sommella 1998 = L. Migliorati, P. Sommella, Corso Vittorio Emanuele II. Storia di una stratificazione urbanistica areale : il periodo antico, dans M. G. Cimino, M. Nota Santi, Corso Vittorio Emanuele II tra urbanistica e archeologia. Storia di uno sventramento, Naples, 1998, p. 75-120.

P. Barone, Indagini GPR all'interno dello stadio di Domiziano (Piazza Navona) in Roma, dans Archeonews, 6, 70, 2009, p. 2.

Palombi 1999 = D. Palombi, Stadium Caesaris, dans LTUR, IV, Rome, 1999, p. 340.

Palombi 1999b = D. Palombi, Stadium Augusti, dans LTUR, IV, Rome, 1999, p. 340.

Pellé 2009 = R. Pellé, L'amphithéâtre de Nîmes : remarques sur la construction des piliers et l'aménagement de la façade, dans Revue Archéologique de Narbonnaise, 42, 2009, p. 217-263.

Pentiricci 2009 = M. Pentiricci, Settore occidentale del Campo Marzio tra l’étà antica e l’altomedioevo, dans M. Pentiricci, in C. Frommel – M. Pentiricci, L'antica basilica di San Lorenzo in Damaso, 1. Scavi, Rome, 2009, p. 15-106.

Platner - Bunsen1842 = E. Platner, C. Bunsen et al., Beschreibung der Stadt Rom, III, 3, Stuttgart, 1842.

Polverini 1978 = L. Polverini, Ludi, dans Dizionario Epigrafico, IV, p. 2005-2074.

Razzola Borgia 1994 = R. Razzola Borgia, Francia. Lione Lugdunum Gallia Lugdunensis, dans Ciancio Rossetto - Pisani Sartorio 1994, I, p. 420-425.

Rea 1993 = R. Rea, Amphitheatrum, dans LTUR, I , Rome, 1993, p. 30-35.

Romanelli 1931 = P. Romanelli, Nuovi frammenti degli Atti dei Ludi secolari di Settimio Severo (a. 204), dans Notizie degli Scavi, 1931, p. 313-341.

Royo 1992 = M. Royo, La pianta monumentale di Roma, dans P. Ciancio Rossetto, G. Pisani Sartorio, F.-C. Uginet (éd.), Roma. Grandi edifici pubblici : « envois » degli architetti francesi (1786-1901) (Roma, Palazzo delle Esposizioni 20 maggio - 22 giugno 1992), Rome, 1992, p. 280-286.

Scaroina 2006 = L. Scaroina, Ipotesi sullo Stagnum Agrippae e sulla topografia del Campo Marzio occidentale alla luce dei nuovi ritrovamenti, dans Studi Romani, 54, 1-2, 2006, p. 34-61.

Schweitzer 1936 = B. Schweitzer, Das Original der sogenannten Pasquino-gruppe, Leipzig 1936.

Sommella, 1966 = P. Sommella, Stadio, dans Enciclopedia dell’Arte Antica, 7, Rome, 1966, p. 464-468.

Thernier 2014 = C. Thernier, Les circonstances de la transformation architecturale et urbanistique de place Navone depuis l’unification italienne : orientations patrimoniales, projets, chantiers dans Bernard 2014.

Tosi 2003 = G. Tosi, Gli edifici per spettacoli nell'Italia romana, Rome, 2003.

Triconi 2008 = A. Triconi, Uno stadio di duemila anni, dans La Repubblica, 11.10.2008.

Valentini - Zucchetti 1942 = R. Valentini, G. Zucchetti, Codice topografico della città di Roma, 2, Rome, 1942.

Valentini - Zucchetti 1946 = R. Valentini, G. Zucchetti, Codice topografico della città di Roma, 3, Rome, 1946.

Virgili 1998 = Virgili, Ristampa anastatica con argionamenti di Colini 1943, Rome, 1998 (Monumenti Romani, 1).

Wunsche 1991 = R. Wunsche, Pasquino, dans Münchener Jahrbuch der bildenden Kunst, 42, 1991, p. 7-38.

Haut de page

Notes

1 Colini 1943.

2 Ces résultats sont également publiés en italien dans Bernard 2014, qui réunit une série de contributions relatives à l’histoire du stade et de ses réutilisations successives, auxquelles nous renvoyons pour approfondir différentes questions.

3 Itinerarium Einsiedlense, I, 2 ; II, 2 ; VIII, 3 ; Valentini - Zucchetti 1942, p.176, p.180.

4 Valentini, Zucchetti, 1946, p.219.

5 Platner - Bunsen 1842, p.70-75.

6 Lanciani 1893-1901, tab. 15, 21.

7 P. Bigot fut l’auteur d’une maquette de Rome au IVe siècle, présentée à l’Esposizione Internazionale di Roma en 1911 ; Bigot 1911 ; Esposizione Internazionale di Roma 1911. Catalogo della Mostra Archeologica nelle Terme di Diocleziano, Bergame 1911, p.181 ; Royo 1992, p.280.

8 Thernier 2014.

9 Les premiers résultats de l’étude furent présentés dans la maquette du stade (Colini 1943, fig. XV-XVI) réalisée pour la Mostra Augustea della Romanità del 1937 (Palazzo delle Esposizioni) et actuellement exposée au Museo della Civiltà Romana.

10 A ce sujet, un carottage a été réalisé en 2010 par l' Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro, et un sondage plus vaste et moins profond a été effectué par la Sovraintendenza Capitolina à proximité de la Fontaine des Fleuves, au centre de la place et de la piste du stade. L’élément chronologique de référence est une couche contenant une grande quantité de charbon (10,30 m- 10,60m) et qui peut être mise en relation avec l’incendie qui dévasta le gymnase de Néron en 62 ap. J.-C (Tac. ann., 15. 22) ou l’incendie de 80, durant le principat de Titus, qui réduit en cendres une grande partie du champ de Mars, dont quelques édifices du secteur (Migliorati - Sommella 1998, p.102-103). En dessous, jusqu’au terrain vierge (9,60 m, formé d’argile et de sable alluvial), on a pu identifier deux couches d’époques antérieures et présentant des traces anthropiques. On y reconnaît du sable, de la chaux, de la pouzzolane, du ciment, des fragments de tuf et une tesselle de mosaïque. Malgré l’exiguïté du terrain exploré, les résultats concernant l’utilisation de la zone sont donc importants. Buonfiglio et al. 2014.

11 Caldelli 2014.

12 Suet., div. Iul. 39, 3-4 ; Colini 1943, p. 21 ; Palombi 1999 ; Haselberger 2007, p.98-99 ; Liverani 2008, p.49.

13 Suet. Aug. 43 ; Cass. Dio, 53, 1, 5 ; Colini 1943, p.21 ; Palombi 1999b ; Haselberger 2007, p.98-101.

14 CIL, VI 386 ; CIL, VI 385 ; Caldelli 2014.

15 Ghini 1999.

16 Buzzetti 1999 ; Scaroina 2006 ; Pentiricci 2009, p.31-32 (bibliographie complète) ; Filippi 2014.

17 En 25 av J.-C. fut dédicacé le laconicum, « probabilmente una palestra coperta e un luogo per esercitazioni ginniche » : Ghini 1999, p.40.

18 Les thermes furent reconstruits sous Alexandre Sévère : Ghini 1999b.

19 Ghini 1995.

20 Les fouilles ont été réalisées par la Soprintendenza Speciale ai Beni Archeologici di Roma. Filippi 2014.

21 Colini 1943, p.71-72 ; Migliorati - Sommella 1998, p.106. Au contraire, Blake 1959, p.34, considère que les structures découvertes sous la Corsia Agonale appartiennent à un amphithéâtre construit en 57 a. C. Notons que la présence d’un stade provisoire au Nord de ce secteur a été envisagée récemment : von Hesberg 2011, p.109, fig. 1, 112 ; Borlenghi 2014.

22 Suet. Domit. 4, 8-10 ; M. Caldelli 1993 ; Caldelli 2014.

23 Voir note 13. Migliorati - Sommella 1998, p.102-103.

24 Fellague 2014.

25 Pour le théâtre et l'odéon voir D’Ambrosio 1994 et Tosi 2003, p.164-167 (avec bibliographie complète).

26 Pour le théâtre, voir Ciancio Rossetto 1994, Tosi 2003, p.149-151 ; Baldassare et al., 2010 (avec bibliographie complète). Pour l'odéon voir Ianiro 1994, Tosi 2003, p.151 (avec bibliographie complète).

27 Pour le théâtre et l'odéon voir Razzola Borgia 1994 ; Chomer - Le Mer 2007, p.555-559.

28 Caldelli 2014. Il est possible que l’odéon ait également accueilli des représentations théâtrales, voir infra .

29 Fellague 2014.

30 Romanelli 1931.

31 Aupert 1994, p.101, en excluant les pistes identifiées dans le cadre de thermes ou de villas, quelques stades seraient attestés en Italie, en particulier à Baia, Brindisi (?), Naples, Pouzzoles, Syracuse (?), Tarente (?) et Rome. A part Rome et Pouzzoles, dont les vestiges sont connus, les autres édifices sont révélés par l’épigraphie. Les sources sont nombreuses : pour Naples, Polverini 1978, p 2030-2031 ; à Tarente (Polverini 1978, p.2033) une des inscriptions mentionne un combat de boxe, qui n’implique pas nécessairement l’existence d’un stade.

32 B. D'Agostino, M. Giglio, Lo stadio di Cuma, poster présenté au XVII International Congress of Classical Archaeology, Rome 22-26 september 2008 ; Giglio 2009.

33 Pour Pouzzoles, Camodeca 2002 ; Tosi 2003, p.176-177 ; Triconi 2008.

34 Nous réutilisons ici les noms imaginés par Colini pour désigner ces espaces particuliers : Colini 1943, p.92.

35 Colini 1943, p.94-96.

36 Colini 1943, p.94-95, et P. Virgili 1998, p.XX-XXI. Pour Pasquino : Schweitzer 1936, Wunsche 1991 et Maiuro 2007. Pour le groupe de Thésée et du Minotaure : Germini 2009, p.459.

37 Ce bloc ne fut pas pris en considération par Colini dans le cadre de sa description du secteur (Colini 1943, p.46).

38 Cette hypothèse semblait confirmée par des prospections réalisées dans le secteur de l’hémicycle au moyen d’un GPR (Ground Penetrating Radar) : Barone 2009.

39 Il est également intéressant de constater que les matériaux utilisés, briques et fragments de tuiles, diffèrent d’un secteur à l’autre : Buckowiecki 2014.

40 Ciancio Rossetto 1993 ; Ciancio Rossetto 2008.

41 Colini 1943, p.91. Deux nouvelles dalles ont été trouvées dans les caves de l’École.

42 Rea 1993. Au Colisée comme au Circus Maximus, on peut observer des pavements en opus spicatum. Étant donné le caractère plus élitiste de notre édifice, on pourrait également imaginer des solutions plus raffinées, dallages de pierre ou de marbre, dont cependant aucune trace matérielle ne subsiste.

43 Colini 1943, tab. V, Disegno Archivio 1125, Foto Archivio Palazzo Braschi CX5S2791 (amb. est.) CX5S2793, CX5S2807.

44 Colini 1943, p.96.

45 Colini 1943, planches XVI, XXIII.

46 Les escaliers mis au jour par A. M. Colini ne sont plus visibles aujourd’hui.

47 Cette solution ne figure pas dans les dessins d’I Gismondi retrouvés dans les archives de la surintendance communale. Elle fut cependant envisagée par Colini 1943, p.93.

48 Ces locaux sont actuellement occupés par la typographie du Sénat, au numéro 58 de la place.

49 Une portion de ce mur est conservée sous l’église Sainte Agnès.

50 Buonfiglio 2014.

51 Guidobaldi 2011-2012, à la lumière de données issues de fouilles récentes, propose une restitution des structures différente de celle de Colini-Gismondi.

52 Golvin 1988, p.184-190.

53 Golvin 1988, p.184-190 ; Pellé 2009.

54 Frutaz 1962, pl. 159.

55 Frutaz 1962, pl. 158.

56 Voir également l’annexe sur le dessin de Francesco di Giorgio Martini dans Bernard - Ciancio Rossetto 2014.

57 Colini 1943, p.17, p.94-95.

58 Graefe 1979, p. 124.

59 Notons que De Bernardi Ferrero 1969, p.73-74, considère que le stade de Cibyra était équipé d’un velum, hypothèse réfutée par Graefe 1979, p.124-125.

60 Au Colisée, la hauteur de cet élément est de 3,60 m, Golvin 1988, p.178.

61 Le stade panathenaïque présente également un mur haut de 1,30 et un parapet sépare la piste d’un couloir périphérique ouvert et situé au bas des gradins. Une grille métallique complétait ce dispositif qui garantissait la protection du public lors de spectacles dangereux (chasses, combats). Gasparri 1974-1975, p.334-336.

62 Le stade de Delphes a des caractéristiques analogues à celui d’Athènes. Un mur de podium haut de 1,28m précède les volées de gradins. Aupert 1979, p.70-72.

63 Le stade de Philippopolis (Plovdiv) a un podium haut de plus de 1,80 m. Martinova 2011.

64 Cependant, Colini propose une longueur légèrement supérieure pour le stade de Domitien, qui serait de 649, 56 pieds. Colini 1943, p.104. Notons que, par erreur, le chiffre indiqué est 449,56, au lieu de 649,56.

65 Sommella 1966.

66 Colini 1943, p.104.

67 Golvin 1988, p.176, propose 47,20 m.

68 Une monnaie provenant du magasin Kuenker (Berlin) et dont nous avons récemment découvert l’existence sur le site http://www.romancoins.info/VIC-Buildings.html, montre une représentation du monument semblable à celle que nous connaissions déjà, mais la différence remarquable se situe au niveau des personnages, parmi lesquels figureraient des combattants armés (Fig. 13). La vérification de cette hypothèse démontrerait que le stade aurait été utilisé pour des combats de gladiateurs avant l’incendie du Colisée (216 d. c.).

69 Dewailly et al. 2014.

70 C'est tout au moins ce que semblent indiquer les représentations du monument figurant sur les monnaies.

71 Pompeo Ugonio, Theatrum Urbis Romae, Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb. Lat.1994, p.362.

72 Guidobaldi 2011-2012, p.448, date proposée pour la construction de l'église primitive ; voir aussi Sotinel 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Maquette de P. Bigot (Université de Caen - Basse Normandie, Plan de Rome).
Titre Fig. 2 - Fouilles de A. M. Colini (Sovrintendenza Capitolina di Roma).
Titre Fig. 3 - G. Grande, F. Scagnetti, Roma Urbis Imperatum Aetate.
Titre Fig. 4 - Plan de l'hémicycle du stade, distribution des espaces (d'après Colini 1943).
Titre Fig. 5 - Situation des piliers de dimensions mineures.
Titre Fig. 6 - Hypothèse de restitution, détail.
Titre Fig. 7 - Caves de l'EfR : enduit conservé.
Titre Fig. 8 - Hypothèse de restitution, sections.
Titre Fig. 9 - Dessins d'A. Strozzi et P. del Massaio.
Titre Fig. 10-11 - Restitutions. Vues volumétriques.
Titre Fig. 12 - Hypothèse de restitution, plan général et section du stade.
Titre Fig. 13 - Monnaie représentant le stade de Domitien (Septime Sévère)
Titre Fig. 14 - Sainte-Agnès, dessin de P. Ugonio, fin XVIe siècle.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Bernard et Paola Ciancio Rossetto, « Le stade de Domitien: situation topographique, étude architecturale et réflexions concernant la localisation de l’église Sainte-Agnès », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 22 mai 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1862 ; DOI : 10.4000/mefrm.1862

Haut de page

Auteurs

Jean-François Bernard

École française de Rome - jean-francois.bernard@efrome.it

Paola Ciancio Rossetto

Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali, Rome - pcrossetto@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org