Navigation – Plan du site
Le culte de sainte Agnès à place Navone entre Antiquité et Moyen Âge

La légende de sainte Agnès: quelques réflexions sur la genèse d’un dossier hagiographique (IVe-VIe s.)

Cécile Lanéry

Résumés

La légende d’Agnès prit forme au cours de la seconde moitié du IVe siècle, dans les écrits de Damase et d’Ambroise de Milan, qui contribua largement à faire de la sainte romaine une égérie de la virginité martyre. Au début du Ve s., Prudence et la Passion grecque BHG 45 enrichirent le dossier hagiographique d’Agnès d’un nouvel épisode, la condamnation au lupanar. Mais il fallut encore attendre le VIe s., et les lendemains du schisme laurentien, pour voir Agnès dotée d’une Passion latine, BHL 156, abusivement placée sous le nom d’Ambroise, et composée pour le plus grand bénéfice des moniales de Sainte-Agnès, sur la voie Nomentane. C’est ce texte, exclusivement centré sur la basilique Nomentane, qui s’imposa rapidement et définitivement comme la référence littéraire et hagiographique du dossier de la martyre romaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend et réunit les conclusions auxquelles je suis parvenue lors de mes précé (...)

1Comme pour bien des martyrs romains, les débuts d’Agnès dans l’hagiographie furent obscurs, incertains, et, surtout, sans commune mesure avec ce que devint sa légende au cours des siècles1. La jeune vierge romaine dut beaucoup à l’hagiographe qui rédigea pour elle, sous le nom usurpé d’Ambroise de Milan, la fameuse Passio Agnetis (BHL 156), présente dans la plupart des légendiers médiévaux. Mais, pour cet hagiographe, comme pour ses prédécesseurs, le nom d’Agnès n’avait encore aucun lien avec la place Navone: sa mémoire demeurait liée à la seule basilique cimétériale de la voie Nomentane.

Les prémices de la légende: une Thècle occidentale (2e moitié du IVe s.)

  • 2 ICVR, NS, VIII, n° 20753. Sur l’identification de cette Constantine Christo dicata (v. 1), avec la (...)
  • 3 La position précise de l’épigramme dans la basilique nous est connue grâce à la rubrique d’un de se (...)
  • 4 Cf. ICVR, NS, VIII, n° 20753, v. 4 : Sacravi templum victricis virginis Agnes, v. 12-14 : Dignum ig (...)
  • 5 Cf. Depositio martyrum, p. 71 : XII kal. febr. Agnetis in Nomentana. La Depositio martyrum est une (...)

2Dans les textes, le nom d’Agnès apparaît, pour la première fois, dans une inscription romaine attribuable à Constantine (parfois aussi nommée Constance), fille de l’empereur Constantin2. Cette épigramme acrostiche, conservée uniquement par voie manuscrite, figurait, à date ancienne, sur l’arc de l’abside de la basilique Sainte-Agnès, une basilique érigée sur la voie Nomentane entre 337 et 351, au-dessus de la memoria souterraine de la martyre3. L’inscription fut rédigée pour célébrer le nouvel édifice et perpétuer ainsi le souvenir de sa pieuse fondatrice; Agnès y est mentionnée de manière récurrente comme une vierge martyre, mais le poème ne donne aucun autre détail4. Quelques années plus tard, la Depositio martyrum romaine du « Chronographe de 354 » signalait la depositio de la sainte, le 21 janvier, sur la voie Nomentane, mais, là encore, sans s’aventurer dans des détails narratifs5.

  • 6 Cf. Février 1992.
  • 7 Sur l’essor du culte des saints et de leurs reliques en Occident, cf. l’étude désormais classique d (...)
  • 8 Cf. Damase, Epigrammata, 40.

3Il faut donc attendre la seconde moitié du IVe siècle, et le pape Damase, pour rencontrer des récits de la mort d’Agnès. Élu difficilement, en 366, au terme d’un schisme qui avait ensanglanté la ville de Rome, Damase devait tout à la fois affermir son autorité sur la communauté chrétienne de la Ville, et lutter contre l’influence des sénateurs païens, fidèles au souvenir de la Rome païenne et de ses monuments grandioses. C’est avec ce double objectif qu’il engagea une politique de grands travaux, autour des basiliques et des sépultures martyriales6. Devenus des centres de pèlerinages très actifs, ces tombeaux furent ornés de luxueuses épigrammes, chargées de commémorer le combat victorieux des martyrs, et l’aménagement de leur tombe par les soins du pape Damase. Ainsi la piété de ce dernier se trouvait-elle associée au renom glorieux des saints, dont le culte se développait alors dans la chrétienté occidentale7. Comme beaucoup d’autres lieux, la memoria souterraine d’Agnès, sur la voie Nomentane, bénéficia d’une épigramme damasienne: le pontife y rapportait le martyre de la jeune fille, affrontant avec pudeur la mort sur un bûcher8.

  • 9 Cf. Ambroise, De virginibus, I, 2, 5-9.
  • 10 Cf. Ambroise, Hymnes, 8.
  • 11  Cf. Ambroise, De officiis, I, 41, 204. : Quid de sancta Agne quae in duarum maximarum rerum posita (...)
  • 12 Cf. Jérôme, Epistulae, 130, 5 : Beata martyr Agnes quae et aetatem vicit et tyrannum et titulum cas (...)

4Après Damase, plusieurs auteurs évoquèrent à leur tour la figure de la martyre romaine. Le plus prolixe fut sans nul doute l’évêque Ambroise de Milan († 397), qui avait lui-même été formé à Rome, et qui suivit la voie tracée par Damase dans la promotion du culte des martyrs. Les figures romaines, Agnès, Laurent, Pierre et Paul, sont donc souvent présentes dans ses écrits. À Agnès, il consacra le récit détaillé d’un exemplum, dans un traité De virginibus, composé en 3779; plus tard, il renouvela ce récit dans un hymne appelé, comme le traité sur les vierges, à une large diffusion10. Chez lui, Agnès est une vierge enfant, qui défie les autorités païennes et subit le martyre avec allégresse. La martyre romaine semble lui avoir été particulièrement chère, car on la trouve souvent mentionnée dans ses œuvres, parmi des exemples de courage chrétien et de vierges martyres11. Ses récits inspirèrent Jérôme et Augustin, qui, à leur tour, évoquèrent la martyre romaine sous les traits ambrosiens d’une jeune vierge12.

  • 13 À Rome et en Italie, on déplorait, dès les années 400, la perte des archives officielles de la pers (...)
  • 14 Voir l’étymologie que fait Augustin du nom d’Agnès dans le Sermon 273 (cit. supra n. 12).

5De ces différents témoignages, il ressort qu’à la fin du IVe siècle, la légende d’Agnès était encore partielle, et, de ce fait, assez confuse. Damase et Ambroise offrent des récits déjà circonstanciés, mais en partie contradictoires; même chez Ambroise, on relève des variations narratives entre l’hymne et l’exemplum du De virginibus. En fait, il est probable qu’en l’absence de documents officiels13, on ne disposait, à l’époque, que de renseignements assez ténus. Le nom même d’Agnès invitait à en faire une vierge14, et il était aisé, sur cette base, de greffer traditions orales et lieux communs littéraires. C’est pourquoi les auteurs divergent sur le mode du martyre: Agnès périt sur un bûcher chez Damase, ce qui fait d’elle l’alter ego occidentale de la vierge Thècle, depuis longtemps érigée en modèle de virginité martyre. Chez Ambroise, en revanche, Agnès meurt par le fer: elle subit le supplice traditionnel des martyrs – la décapitation – dans le De virginibus, mais elle est égorgée dans l’hymne, à l’instar des héroïnes classiques, Iphigénie et Polyxène; aussi la martyre chrétienne apparaît-elle comme l’émule romaine des vierges païennes, dans un contexte précisément marqué par la rivalité culturelle et littéraire entre païens et chrétiens.

  • 15 L’âge de 12 ans constituait, dans la littérature antique, une frontière entre l’enfance et l’âge ad (...)

6Damase et Ambroise, il est vrai, s’accordent sur la pudeur et la jeunesse d’Agnès. Mais l’évêque milanais est plus précis que son contemporain: il donne à Agnès l’âge de 12 ans15 – l’âge du choix de vie dans la littérature antique – et, en bon thuriféraire de la virginité consacrée, il emploie sans détour le terme de virgo, là où Damase évoquait seulement une jeune fille (puella). Chez Ambroise, en effet, Agnès est un modèle de virginité, thème auquel elle se trouve toujours associée dans les écrits de l’évêque milanais. Dans le De virginibus, l’exemplum d’Agnès occupe même une place d’honneur, en ouverture du traité; ailleurs, l’évêque l’associe à des vierges orientales, Thècle et Pélagie d’Antioche, ou bien il vante sa double couronne de vierge martyre. De manière générale, il célèbre sa virginité autant, sinon plus, que son courage de martyre: pour lui, le martyre n’est que l’aboutissement logique de la virginité consacrée. Seules les noces mystiques de la vierge martyre avec le Christ constituent un mariage réellement digne d’admiration et d’envie.

  • 16 Cf. Jérôme, Epistulae, 22, 22.
  • 17 La disparition des opportunités du martyre favorisa l’émergence, en Orient comme en Occident, d’un (...)
  • 18 À la suite d’Ambroise, on vit ainsi plusieurs auteurs associer les noms des trois modèles de sainte (...)

7Ainsi, avec Ambroise, puis avec Jérôme, qui promut le De virginibus ambrosien dans les milieux romains16, Agnès devint un outil de défense et d’illustration de la virginité consacrée. La croissance de son dossier hagiographique, à la fin du IVe siècle, accompagna l’essor problématique et controversé de cette forme d’ascétisme dans le christianisme occidental. À Rome et en Italie, la querelle jovinienne fédéra les résistances et l’hostilité de certains milieux chrétiens à la sanctification ascétique17; pour Ambroise, comme pour Jérôme, arrimer la virginité sur le martyre permettait donc de légitimer cette pratique nouvelle, et de faire taire les oppositions. C’est ainsi qu’Agnès devint, en Occident, l’exemple par excellence de la virginité martyre, aux côtés de Thècle, la vierge orientale à laquelle elle avait déjà été associée par Damase et par Ambroise18.

Le tournant du Ve siècle

  • 19 Cf. Prudence, Peristephanon, 14 (BHL 159).

8Le développement littéraire du roman hagiographique, dans les années 400, et la large diffusion, en Italie, de Passions de vierges orientales (Théodora d’Alexandrie, Irène), eurent des répercussions sur la légende d’Agnès, qui s’enrichit, à cette occasion, d’un nouvel épisode: exposée au lupanar, la vierge romaine aurait tout à la fois réchappé au déshonneur, et ressuscité un impudent qui, profitant de l’aubaine, lui aurait manqué de respect. Cette péripétie apparaît pour la première fois chez Prudence, vers 40019. Dans le Peristephanon, le poète espagnol consacre en effet un long poème à Agnès, dont il fait une égérie romaine, une figure tutélaire de la nouvelle Rome chrétienne, susceptible de rivaliser avec les modèles classiques de la poésie épique. Son récit est largement tributaire d’Ambroise (une vierge enfant suppliciée par le fer), mais lui ajoute une nouvelle péripétie: Agnès est exposée nue sur une place, nul n’ose lever les yeux sur elle, hormis un homme, aussitôt frappé d’une mortelle cécité; il est cependant guéri à la prière d’Agnès.

  • 20 Cf. Martyre de la sainte vierge martyre Agnès (BHG 45), éd. Franchi de’ Cavalieri 1962², p. 355-360 (...)
  • 21 Cf. Passion d’Agnès (BHO 34), éd. Assemani 1748, p. 159-164. Cette version syriaque de BHG 45 serai (...)

9Un motif similaire apparaît dans la Passion grecque d’Agnès, BHG 45, pourtant indépendante du récit prudentien20. Dans ce texte, encore assez ancien – sa traduction syriaque, BHO 34, est déjà attestée à la fin de l’Antiquité21 – la Passion d’Agnès est modelée sur le précédent de Thècle. Agnès est une vierge adulte, dont les discours en faveur de la virginité provoquent maintes conversions chez les femmes de l’aristocratie romaine. Cette activité de prédication lui vaut d’être présentée au juge, puis condamnée au lupanar. Une fois là-bas, elle échappe au viol grâce à l’intervention d’un ange, qui frappe mortellement son agresseur. Elle le ressuscite finalement, mais son juge, irrité par ce prodige, la fait mourir sur un bûcher.

10L’exposition au lupanar était un thème récurrent dans les Passions de vierges martyres. La Passion de Théodora d’Alexandrie (BHG 1742, BHL 8072-8073), traduite en latin dès le IVe-Ve siècle, et celle d’Irène (BHG 34), adaptée au début du Ve siècle dans le cycle romain d’Anastasie (BHL 118), fonctionnaient déjà sur ce thème. Le développement du roman hagiographique en fit un accessoire souvent indispensable, que l’on retrouve, à Rome, dans la Passion de Chrysanthe et Darie (BHL 1787, Ve s.), en Italie centrale, dans celle de Sérapie (BHL 7586, VIe-VIIIe s.), en Sicile, dans celle de Lucie (Ve/VIe s.), en Afrique, dans celle de Marcienne de Césarée (BHL 5256, Ve s.). Pour Agnès, le thème dut être introduit, de manière plus ou moins informelle, dans un dossier dont on a vu qu’il était encore mouvant à la fin du IVe siècle; il prit ensuite corps dans les récits de Prudence et de l’hagiographe grec.

  • 22 Les périls de la chasteté et la vierge au lupanar constituent en effet des lieux communs du roman a (...)
  • 23 Cette évolution n’est pas propre au dossier d’Agnès, ce fut un mouvement de fond dans l’hagiographi (...)

11À l’époque, il est vrai, le motif du lupanar n’avait plus grand-chose à voir avec les réalités historiques des persécutions: c’était surtout un lieu commun romanesque, que l’on développait comme une péripétie de roman hellénistique22 . Progressivement, en effet, la virginité devenait en hagiographie un support romanesque23. Contrairement aux textes ambrosiens, dans lesquels la virginité consacrée était encore l’enjeu d’un vif débat, les textes ultérieurs sur Agnès abordaient cette question dans un climat plus consensuel: l’apaisement progressif du débat sur l’ascétisme ouvrait en effet la voie à une exploitation littéraire du thème virginal. Cette évolution, déjà perceptible chez Prudence et dans la Passion grecque BHG 45, devint ensuite manifeste dans la Passion latine BHL 156.

La Passion romaine BHL 156

  • 24 On la trouve éditée en annexe des œuvres d’Ambroise, PL 17, col. 735-742 (d’après l’édition maurist (...)

12Avec la Passion latine BHL 156, la légende d’Agnès prit définitivement corps dans un texte qui fit autorité en Occident durant tout le Moyen Âge24. Il se présente comme une lettre – pseudépigraphe – d’Ambroise de Milan aux vierges consacrées. À l’occasion de la fête d’Agnès, l’évêque offre à ses destinataires le récit édifiant du martyre de la vierge romaine. Chrétienne âgée de 12 ans, fermement décidée à demeurer fidèle à son fiancé céleste, le Christ, elle repousse les avances du fils du préfet de Rome. Le père de celui-ci la convoque alors au tribunal, et la met en demeure d’épouser son fils, ou de rejoindre les servantes de Vesta. Devant le refus d’Agnès, il la condamne au lupanar, après l’avoir fait entièrement dénuder. Mais les cheveux d’Agnès poussent immédiatement en abondance, au point de dérober son corps aux regards, tandis qu’on la conduit au lupanar. Une fois dans sa cellule, un ange lui apparaît et lui remet une tunique immaculée. Le fils du préfet, accouru pour lui faire violence, est mortellement frappé par l’ange, puis ressuscité à la prière de la vierge. Ce prodige provoque la fureur des prêtres païens, et, pour les calmer, le vicaire du préfet condamne la jeune fille au bûcher. Puis, comme les flammes s’obstinent à l’épargner, il la fait égorger. Son corps est enseveli sur la voie Nomentane, et sa tombe devient rapidement un lieu de réunion pour les chrétiens. Les païens tentent d’abord de s’y opposer par la force: c’est au cours d’une de leurs expéditions punitives que la sœur de lait d’Agnès, Émérentienne, est lapidée à mort. Mais un tremblement de terre opportun met définitivement fin à ces attaques, et les chrétiens peuvent de nouveau s’assembler en toute tranquillité auprès du tombeau de la vierge. Une nuit, tandis que ses parents s’y recueillent, Agnès leur apparaît, accompagnée d’un petit agneau et d’un cortège de vierges célestes. Le récit de cette vision se répand, et bien des années plus tard, attire l’attention de Constance, fille de Constantin. La princesse se rend alors sur la tombe de la martyre, et obtient de celle-ci la guérison des nombreux ulcères qui l’affligent. À la suite de ce miracle, elle fait construire sur le site une basilique en l’honneur d’Agnès, et choisit de demeurer à proximité, au sein d’une communauté de vierges consacrées. C’est cette communauté, rassemblée par Constance, qui serait à l’origine du monastère de vierges établi auprès de la basilique Nomentane.

  • 25 À partir du Xe s., dans certains manuscrits, surtout des lectionnaires de l’office, assujettis à de (...)
  • 26 Franchi de’ Cavalieri 1962², p. 351 s., estimait ainsi que BHL 156 résultait du remaniement tardif (...)
  • 27 Cette difficulté explique les hésitations de Franchi de’ Cavalieri dans son approche du dossier : a (...)
  • 28 Cette mosaïque, qui daterait du VIIe siècle, représente Agnès entre l’empereur Honorius et le pape (...)

13Au Moyen Âge, ce récit fut parfois écourté ou fragmenté, pour des raisons liturgiques25; mais, à l’origine, il se présentait bien sous cette forme: l’étude philologique du texte et de sa tradition manuscrite la plus ancienne peut en effet confirmer que les différentes parties de la Passio Agnetis furent rédigées d’un seul tenant26. Son auteur n’en était pas moins l’héritier d’une tradition déjà riche, et dont il sut tirer ample profit. À Ambroise, notamment, il emprunta une trame générale (une vierge de 12 ans, martyrisée par le fer), et, surtout, il utilisa le précédent du De virginibus pour présenter son propre texte comme un sermon de l’évêque milanais. S’il ne semble pas avoir connu l’hymne de Prudence, il pourrait en revanche avoir utilisé la Passion grecque BHG 45. Les rapports entre les deux textes, il est vrai, sont assez difficiles à cerner27. Des similitudes frappantes, dans l’épisode du lupanar, laissent supposer une dépendance quelconque, bien qu’aucune des deux Passions ne se présente comme une traduction. Mais la Passion grecque avait été, semble-t-il, rapidement et largement diffusée: on a vu qu’il en existait une version syriaque, dès la fin de l’Antiquité (BHO 34); on la connaissait également à Rome, où elle inspira, plus tard, le sujet d’une mosaïque de la basilique Nomentane28. Or, par certains aspects, la Passion grecque présente une approche d’Agnès plus archaïque que celle de la Passion latine. Dans BHG 45, en effet, la figure d’Agnès est entièrement modelée sur le précédent de la vierge Thècle (une vierge adulte, martyrisée sur le bûcher). Si le souvenir de la vierge orientale était encore bien présent dans l’épigramme damasienne du IVe siècle, on observe qu’avec le temps, il avait été peu à peu éclipsé par l’image ambrosienne de la vierge enfant. C’est cette dernière tradition que suivit l’hagiographe latin, en reléguant le bûcher au rang de simple péripétie, et en ajoutant la trame romanesque des amours contrariés du fils du préfet. Dès lors, on peut supposer que la Passion grecque BHG 45 lui était antérieure, qu’il la connaissait tout ou en partie, et qu’il lui a emprunté l’épisode du lupanar, peut-être aussi celui du bûcher, pour rédiger, de son côté, une version plus élaborée du martyre d’Agnès.

  • 29 En réalité, ce monastère fut bien postérieur à l’époque constantinienne. En 514, l’abbesse Séréna, (...)

14De fait, l’hagiographe latin ne se contenta pas des seuls récits d’Ambroise et de la Passion grecque pour nourrir son propre récit. Il mit aussi à profit le patrimoine épigraphique de la basilique Nomentane: l’image damasienne d’Agnès se couvrant pudiquement de sa chevelure, pourrait lui avoir inspiré le miracle des cheveux; pour l’épisode de Constance, il détourna une légende hagiographique (la lèpre de Constantin dans les Actes de Silvestre du Ve s.), ainsi que l’inscription de Constantine, qui ornait encore l’abside de la basilique. En extrapolant un peu, il fit de la fille de Constantin une vierge consacrée, et il lui imputa, à tort, la fondation du monastère de vierges attenant à la basilique29. Quant à l’apparition d’Agnès avec un petit agneau, elle semble inspirée d’un lieu commun iconographique: à Rome, Agnès était représentée dès le IVe siècle avec un agneau, sur une fresque de la catacombe de Comodille.

15À ces différentes sources, s’ajoutait une bonne connaissance de la littérature hagiographique contemporaine, surtout romaine. Le discours d’Agnès sur son fiancé céleste, la persécution de l’amoureux éconduit, le martyre de la sœur de lait, pourraient provenir de la Passion de Nérée et Achillée (BHL 6058-6066, 2nde moitié du Ve s.). L’émeute des prêtres païens rappelle la Passion du pape Clément (BHL 1848, vers 430-450). L’apparition post mortem de la vierge à ses parents, le miracle du bûcher éteint, se rencontrent dans la Passion d’Eugénie (BHL 2667, 2nde moitié du Ve s.), le refus opposé aux promesses du préfet et le tremblement de terre, dans la Passion de la sicilienne Agathe (BHL 133, sans doute avant 450). Mais c’est surtout le précédent de la Passion pseudo-ambrosienne de Gervais et Protais (BHL 3514), qui semble avoir inspiré l’hagiographe d’Agnès. Dans ce récit, composé entre 415 et 450, un clerc romain du titulus Vestinae, consacré aux saints Gervais, Protais et Vital, s’était couvert du nom d’Ambroise de Milan, pour composer une Passion en forme d’encyclique pseudépigraphe. Or, depuis le pontificat d’Innocent Ier (401-417), les clercs du titulus Vestinae géraient également la basilique Sainte-Agnès et les cultes qui s’y déroulaient. Le précédent de Gervais et Protais, et le succès de leur Passion, durent naturellement influencer l’hagiographe d’Agnès, lui-même sans doute issu de ce titulus Vestinae, et donc soucieux de glorifier la basilique dont cette paroisse urbaine avait la charge.

  • 30 Émérentienne faisait en effet partie d’un groupe de martyrs fêtés le 16 septembre dans le coemeteri (...)
  • 31 En règle générale, la liturgie romaine excluait la lecture des Passions de martyrs ; mais cet usage (...)

16De fait, l’auteur de la Passio Agnetis semble avoir été particulièrement attentif à mettre en valeur l’édifice de la Nomentane et son environnement immédiat, la tombe d’Émérentienne30, le monastère des vierges et le mausolée de Constance. Toute la fin de son récit est d’ailleurs consacrée à la basilique Nomentane et au récit de sa fondation par la fille de Constantin. La Passion BHL 156 ne fut donc pas écrite seulement pour servir le culte d’Agnès; certes, l’hagiographe offrait à la martyre romaine une Passion susceptible d’être lue le jour de sa fête31, mais, dans le même temps, il glorifiait sa basilique et les religieuses établies à proximité. Grâce à lui, le monastère Sainte-Agnès pouvait se targuer d’une origine princière, consécutive à l’apparition de la martyre elle-même, et garantie par la caution pseudépigraphe de l’évêque milanais.

  • 32 PL 57, col. 643-648. Sur la datation de ce sermon, également imputé à Ambroise de Milan, cf. Lanéry (...)
  • 33 Cf. LP I, p. 81 : le Liber évoque la construction de Sainte-Agnès par Constantin, à la demande de s (...)

17C’est donc en relation avec la longue histoire de cette basilique et de son monastère attenant, que doit être datée la Passio Agnetis. Elle ne saurait en tout cas remonter au-delà des années 450, car, outre sa relation avec le monastère Sainte-Agnès, elle utilise, comme on l’a vu, des textes hagiographiques de la seconde moitié du Ve siècle. D’autre part, dès le VIe siècle, on en trouve une élégante paraphrase dans un sermon italien, placé à tort sous le nom de Maxime de Turin (BHL 158a)32; à la même époque, l’apparition de la martyre au milieu d’un cortège de vierges célestes inspira la récriture de la Passio Eugeniae (BHL 2666); la guérison de Constance par Agnès fut aussi évoquée par l’hagiographe de Gallican (BHL 3236), dès avant 550. Il est aussi possible que la Passion d’Agnès ait été utilisée par la 1re édition du Liber Pontificalis, sous le pape Hormisdas (514-523)33. La Passion d’Agnès peut donc être approximativement datée du Ve-VIe s.

  • 34 De 498 à 506, le clergé romain fut déchiré par un schisme qui opposa les partisans du pape Symmaque (...)
  • 35 Cf. LP, I, p. 83 et 207. Sur le schisme félicien et ses tardives répercussions hagiographiques, cf. (...)

18Or, durant cet intervalle, la basilique Nomentane bénéficia de l’attention du pape Symmaque (498-514), qui y fit réaliser de grands travaux d’aménagement. La basilique de surface fut restaurée, et Symmaque s’occupa également de construire en sous-sol une église hypogée autour de la memoria de la martyre. Certes, la basilique, fortement endommagée par le temps, avait grand besoin d’être rénovée. Mais cette sollicitude pontificale, au lendemain du schisme symmaquien (498-506)34, n’avait rien de désintéressé: Symmaque était en effet soucieux d’asseoir son autorité sur la communauté romaine, en usant du levier des grands cultes périurbains (Pierre et Paul au Vatican, Laurent sur la voie Tiburtine, Agnès sur la Nomentane). À cela s’ajoutait le fait que la basilique Sainte-Agnès était liée au souvenir du pape Libère (352-366), lui-même particulièrement cher aux partisans de Symmaque. Le schisme laurentien avait en effet ranimé les anciennes fractures des schismes précédents, et notamment du schisme félicien (356-358), lorsque le pape Libère avait été exilé par l’empereur philo-arien Constance II, et remplacé à Rome par l’antipape Félix II. De retour d’exil, en 358, Libère ne put immédiatement recouvrer son siège pontifical, occupé par son rival. Il fut donc contraint de séjourner quelque temps hors de la Ville, et il aurait alors été hébergé par la sœur de l’empereur, précisément nommée Constance, dans les environs de la basilique Sainte-Agnès35. Or, pour ses partisans, la situation de Symmaque, confiné au Vatican pendant le schisme laurentien, avait été comparable à celle de Libère, abrité à Sainte-Agnès pendant que son rival occupait indûment la cathédrale du Latran. Dans ce contexte, il n’était donc nullement indifférent de célébrer la basilique Nomentane, en y associant de surcroît une princesse Constance, homonyme de celle qui avait accueilli Libère à son retour d’exil.

19Tout porte donc à croire que la Passio Agnetis BHL 156 fut rédigée dans le climat consécutif au schisme laurentien, donc vers 506-514. C’est d’ailleurs à ce moment-là que l’épigramme de Constantine dut être mise par écrit, car la rénovation de la basilique entraîna la destruction de l’arc de l’abside, sur laquelle elle reposait. Toute cette activité offrait donc une belle opportunité de capter au profit des moniales l’attention des autorités. C’est précisément ce que fit l’hagiographe d’Agnès, et son talent littéraire, bien réel, assura à la Passio Agnetis une belle postérité.

20Avec plus de 400 manuscrits conservés, la Passion pseudo-ambrosienne BHL 156 bénéficia en Occident d’une renommée considérable. Dès le VIe-VIIe siècle, la plupart des récits relatifs au martyre d’Agnès – hymnes, poèmes, sermons, abrégés – étaient déjà tributaires de ce texte, qui, par la suite, régna sans partage sur le dossier de la vierge romaine. Or, cette Passion BHL 156 avait elle-même été conçue comme un monument littéraire à la gloire de la martyre, certes, mais aussi, et surtout, de sa basilique romaine, sur la voie Nomentane. À aucun moment l’hagiographe ne s’était soucié de situer précisément le tribunal du préfet, le lupanar, ou le lieu du martyre. C’est donc bien plus tard, au Moyen Âge, que s’enracina la tradition du martyre d’Agnès place Navone. La basilique cimétériale se trouva ainsi devoir partager la mémoire de la sainte avec un édifice rival, qui, ironie de l’histoire, tirait lui-même sa propre légitimité d’un texte, la Passio Agnetis, d’abord écrit pour le profit exclusif de la seule Nomentane.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise, De officiis = Ambrosius Mediolanensis, De officiis, M. Testard (éd.), Turnhout, 2000 (CCSL, 15).

Ambroise, De virginibus = Ambrosius Mediolanensis, De Virginibus libri tres, E. Cazzaniga (éd.), Turin, 1948 (Corpus Scriptorum Latinorum Paravianum).

Ambroise, Epistulae = Ambrosius Mediolanensis, Epistulae, O. Faller (éd.), Vienne, 1968 (Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, 82/1).

Ambroise, Hymnes = J. Fontaine (dir.), Ambroise de Milan: Hymnes, texte établi, traduit et annoté, Paris, 1992 (Patrimoines, christianisme).

Amore 1975 = A. Amore, I martiri di Roma, Rome, 1975.

Assemani 1748 = S. E. Assemani, dans id., Acta sanctorum martyrum orientalium et occidentalium, II, Rome, 1748.

Baert 2005 = B. Baert, More than an Image. Agnes of Rome: Virginity and Visual Memory, dans J. Leemans (éd.), More than a Memory: The Discourse of Martyrdom and the Construction of Christian Identity in the History of Christianity, Louvain-Paris, 2005 (Annua Nuntia Lovanensia, 51), p. 139-168.

Barbini 2001 = P. M. Barbini, S. Agnetis basilica, coemeterium, dans V. Fiocchi Nicolai (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae. Suburbium, I, Rome, 2001, p. 33-36.

Bertelli 1988 = C. Bertelli, Il mosaico, Milan, 1988.

BHG = Bibliotheca Hagiographica Graeca, F. Halkin (éd.), 3 vol. , Bruxelles, 19573 (Subsidia Hagiographica, 8).

BHL = Bibliotheca Hagiographica Latina, socii Bollandiani (éd.), 2 vol. , Bruxelles, 1898-1901 (Subsidia Hagiographica, 6).

BHO = Bibliotheca Hagiographica Orientalis, P. Peeters (éd.), Bruxelles, 1910 (Subsidia Hagiographica, 10).

Brown 1981 = P. Brown, The cult of the Saints: its rise and function in Latin Christianity, Londres, 1981.

Brown 1988 = P. Brown, The Body and Society. Men, Women and Sexual Renunciation in Early Christianity, Columbia, 1988.

CCSLCorpus Christianorum Series Latina.

Cooper 1996 = K. Cooper, The Virgin and the Bride: Idealized Womanhood in Late Antiquity, Cambridge Mass.-Londres, 1996.

Damase, Epigrammata = A. Ferrua (éd.), Epigrammata Damasiana, Cité du Vatican, 1942.

de Gaiffier 1969 = B. de Gaiffier, La lecture des Passions de martyrs à Rome avant le IXe siècle, dans Analecta Bollandiana, 87, 1969) p. 63-78.

Delehaye 1966² = H. Delehaye, Les Passions des martyrs et les genres littéraires, Bruxelles, 1966² (Subsidia hagiographica, 13b) (1re éd., 1921).

Depositio martyrumDepositio martyrum, T. Mommsen (éd.), Berlin, 1892 (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 9).

Dufourcq 1988² = A. Dufourcq, Étude sur les Gesta martyrum romains, 5 vol. , Paris, 1988² (BEFAR, 83) (1re éd., en 4 vol. , 1900-1907).

Duval 2003 = Y.-M. Duval, L’Affaire Jovinien: d’une crise de la société romaine à une crise de la pensée chrétienne à la fin du IVe et au début du Ve siècle, Rome, 2003 (Studia Ephemeridis Augustinianum, 83).

Février 1992 = P.-A. Février, Un plaidoyer pour Damase. Les inscriptions des nécropoles romaines, dans M. Christol et al. (éd.), Institutions, société et vie politique dans l’Empire romain au IVe siècle après J.-C. Actes de la table ronde autour de l’œuvre d’André Chastagnol (Paris, 20-21 janvier 1989), Rome, 1992 (Collection de l’École française de Rome, 159), p. 497-506.

Franchi de’ Cavalieri 1962² = P. Franchi de’ Cavalieri, S. Agnese nella tradizione e nella leggenda, dans id., Scritti agiografici, I, Cité du Vatican, 1962² (Studi e Testi, 221), p. 293-381 (1re éd., 1899).

Franchi de’ Cavalieri 1908a = P. Franchi de’ Cavalieri, Intorno ad alcune reminiscenze classiche nelle leggende agiografiche del secolo IV, dans id., Hagiographica, Rome, 1908 (Studi e Testi, 19), p. 121-164.

Franchi de’ Cavalieri 1908b = P. Franchi de’ Cavalieri, Il carme di Costantina, dans Franchi de’ Cavalieri, Hagiographica, Rome, 1908 (Studi e Testi, 19), p. 167-174.

Giannarelli 1977-1978 = E. Giannarelli, Nota sui dodici anni – l’età della scelta – nella tradizione letteraria antica, dans Maia, 29-30, 1977-1978, p. 127-133.

Howard-Johnston 1999 = J. Howard-Johnston (éd.), The Cult of the Saints in Late Antiquity and the Middle Ages. Essays on the Contribution of Peter Brown, Oxford, 1999.

Hunter 2007 = D.G. Hunter, Marriage, Celibacy and Heresy in Ancient Christianity: the Jovinianist Controversy, Oxford, 2007 (Oxford Early Christian Studies).

ICVR, N.S., VIII = Inscriptiones Christianae Vrbis Romae septimo saeculo antiquiores, nov. ser., vol. 8, A. Ferrua (éd.), Coemeteria in uia Nomentana, Salaria, Rome, 1971.

Jérôme, Epistulae = Saint Jérôme, Lettres, J. Labourt (éd.), Paris, 1949-1963 (CUF).

Josi - Aprile 1961 = E. Josi, R. Aprile, Agnese, santa, martire di Roma, dans Bibliotheca Sanctorum, I, Rome, 1961, col. 382-411.

Jubaru 1907 = F. Jubaru, Sainte Agnès vierge et martyre de la Voie Nomentane d’après de nouvelles recherches, Paris, 1907.

Krautheimer 1937-1977 = R. Krautheimer, Corpus basilicarum christianarum Romae – The Early Christian Basilicas of Rome (IV-IX Cent.), I-V, Rome, 1937-1977.

Lanéry 2008 = C. Lanéry, Ambroise de Milan hagiographe, Paris, 2008 (Études Augustiniennes, Antiquité, 183).

Lanéry 2010 = C. Lanéry, Hagiographie d’Italie (300-550). I. Les Passions latines composées en Italie, dans G. Philippart (éd.), Hagiographies. Histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550, V, Turnhout, 2010 (Corpus christianorum), p. 15-369.

Létoublon 1993 = F. Létoublon, Les lieux communs du roman: stéréotypes grecs d’aventure et d’amour, Leyde-New York-Cologne, 1993 (Mnemosyne suppl., 123).

LP = L. Duchesne ed., Le Liber Pontificalis. Texte, introduction et commentaire, Paris, 1955², 2 vols.

Magnani Cianetti - Pavolini 2004 = M. Magnani Cianetti, C. Pavolini, La basilica costantiniana di S. Agnese. Lavori archeologici e restauro, Milan, 2004.

Markus 1996 = R. A. Markus, The End of Ancient Christianity, Cambridge, 1990.

Mart. Hieron. = J. B. de Rossi, L. Duchesne (éd.), Martyrologium Hieronymianum, dans Acta Sanctorum Nov. II.1, Bruxelles, 1894.

Pergola - Barbini 1997 = P. Pergola, P. M. Barbini, Le catacombe romane. Storia e topografia, Rome, 1997 (Studi superiori NIS, 355).

PLPatrologia Latina, J.-P. Migne (éd.), Paris, 1844-1864.

Prudence, PeristephanonPeristephanon in Aurelius Prudentius Clemens, Carmina, M. P. Cunningham (éd.), Turnhout, 1966 (CCSL, 126).

Sardella 1996 = T. Sardella, Società, Chiesa e Stato nell’età di Teodorico. Papa Simmaco e lo scisma laurenziano, Soveria Mannelli, 1996.

Savio 1906-1907 = F. Savio, Costantina figlia dell’imperatore Costantino Magno e la basilica S. Agnese a Roma, dans Atti della Accademia delle Scienze di Torino. Classe di Scienze morali, storiche e filologiche, 42, 1906-1907, p. 659-669 et 732-741.

Schmitz 1926 = D. P. Schmitz, La première communauté de vierges à Rome, dans Revue Bénédictine, 38 (1926), p. 189-195.

Sulpice Sévère, Gallus = Sulpice Sévère, Gallus. Dialogues sur les « vertus » de saint Martin, J. Fontaine (éd.), Paris, 2006 (Sources Chrétiennes, 510).

Tomea 2010 = P. Tomea, La Passio Agnetis e il topos della puella senex, dans Analecta Bollandiana, 128, 2010, p. 18-55.

Verrando 1981 = G. N. Verrando, Liberio – Felice. Osservazioni e rettifiche di carattere storico-agiografico, dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 35, 1981, p. 91-125.

Wirbelauer 1993 = E. Wirbelauer, Zwei Päpste in Rom. Der Konflikt zwischen Laurentius und Symmachus (498-514). Studien und Texte, München, 1993 (Quellen und Forschungen zur antiken Welt, 16).

Haut de page

Notes

1 Cette communication reprend et réunit les conclusions auxquelles je suis parvenue lors de mes précédentes recherches sur le dossier hagiographique d’Agnès : cf. Lanéry 2008, p. 81 s., 238 s., 347 s., 414 s., et Lanéry 2010, p. 192 s. On pourra également consulter, entre autres études : Franchi de’ Cavalieri 1962² ; Dufourcq 1988², II, p. 53 s. ; Jubaru 1907 ; Franchi de’ Cavalieri 1908a ; Delehaye 1966², p. 223 s. ; Josi - Aprile 1961 ; Amore 1975, p. 78 s. ; Baert 2005 ; Tomea 2010.

2 ICVR, NS, VIII, n° 20753. Sur l’identification de cette Constantine Christo dicata (v. 1), avec la fille de Constantin, veuve de son premier mari, cf. Savio 1906-1907, et Franchi de’ Cavalieri 1908b.

3 La position précise de l’épigramme dans la basilique nous est connue grâce à la rubrique d’un de ses témoins manuscrits ; cf. Paris, BnF, lat. 13348 (milieu du VIIIe s.), f. 78r-v : Constantina itaque agustam cum esset prudentissima et vehementer litteris mundialibus erudita, hos versiculos in dedecatione basilicae dictavit et super archum, qui basilicam contenet, iusset scribi, ut capita versuum nomen eius scribant singulis litteris primis intentis, quibus legitur CONSTANTINA DEO. Sur la basilique Nomentane, cf. Krautheimer 1937-1977, I, p. 14 s., Pergola – Barbini 1997, p. 141 s., Barbini 2001, et Magnani Cianetti – Pavolini 2004.

4 Cf. ICVR, NS, VIII, n° 20753, v. 4 : Sacravi templum victricis virginis Agnes, v. 12-14 : Dignum igitur munus martyr devotaque Christo / Ex opibus nostris per saecula longa tenebis,/ O felix virgo, memorandi nominis Agnes.

5 Cf. Depositio martyrum, p. 71 : XII kal. febr. Agnetis in Nomentana. La Depositio martyrum est une liste de martyrs romains, publiée en 354 dans un calendrier illustré, le « Chronographe de 354 », imputé à Furius Dionysius Filocalus.

6 Cf. Février 1992.

7 Sur l’essor du culte des saints et de leurs reliques en Occident, cf. l’étude désormais classique de Brown 1981 ; voir aussi les études récentes parues dans Howard-Johnston 1999.

8 Cf. Damase, Epigrammata, 40.

9 Cf. Ambroise, De virginibus, I, 2, 5-9.

10 Cf. Ambroise, Hymnes, 8.

11  Cf. Ambroise, De officiis, I, 41, 204. : Quid de sancta Agne quae in duarum maximarum rerum posita periculo, castitatis et salutis, castitatem protexit, salutem cum immortalitate commutavit ? Le nom d’Agnès apparaît également dans une lettre d’Ambroise, Epistulae, 7, 36 (au prêtre Simplicien, vers 387) : Quid Theclam, quid Agnen, quid Pelagian loquar, quae « tamquam nobilia vitulamina pullulantes » « ad mortem quasi ad inmortalitatem » festinaverunt ?

12 Cf. Jérôme, Epistulae, 130, 5 : Beata martyr Agnes quae et aetatem vicit et tyrannum et titulum castitatis martyrio coronavit ; Augustin, Sermo 273 (prononcé en 396), PL 38, col. 1250-1251 : Beata Agnes sancta, cuius passionis hodiernus est dies. Virgo quae quod vocabatur, erat. Agnes latine « agnam » significat ; graece « castam ». Erat quod vocabatur : merito coronabatur. […] Agnes puella tredecim annorum, vicit diabolum. On trouve une autre allusion à la virginité d’Agnès dans un sermon adressé aux continentes, antérieur à 410 : Augustin, Sermo 354, PL 39, col. 1565 : hoc cogitate, persecutionis tempore non solam Agnen fuisse coronatam virginem, sed et Crispinam mulierem.

13 À Rome et en Italie, on déplorait, dès les années 400, la perte des archives officielles de la persécution. Le poète Prudence l’imputait à la rage des persécuteurs, soucieux de faire disparaître toute trace de leurs crimes : cf. Prudence, Peristephanon, 1, 73-78. En réalité, les Actes des martyrs disparurent sans doute avec le reste de la documentation administrative dont on n’avait pas l’usage. Les gesta martyrum ne s’imposèrent que tardivement dans la liturgie romaine, contrairement à l’Afrique, où les archives de la persécution servaient de surcroît à alimenter la controverse donatiste.

14 Voir l’étymologie que fait Augustin du nom d’Agnès dans le Sermon 273 (cit. supra n. 12).

15 L’âge de 12 ans constituait, dans la littérature antique, une frontière entre l’enfance et l’âge adulte : cf. Giannarelli 1977-1978. Ce topos, que l’on rencontre également dans la Vie de Macrine par Grégoire de Nysse et dans la Passion d’Eulalie par Prudence, est généralement développé en lien avec celui de la puella senex. Sur le thème de la puella senex dans le dossier d’Agnès, cf. Tomea 2010.

16 Cf. Jérôme, Epistulae, 22, 22.

17 La disparition des opportunités du martyre favorisa l’émergence, en Orient comme en Occident, d’un courant ascétique porté par des chrétiens épris d’excellence religieuse ; monachisme, ascétisme et virginité consacrée, devinrent les nouveaux modes d’accès à la sainteté : cf. Brown 1988 et Markus 1996. La diffusion de ces formes élitistes de vie chrétienne se heurta néanmoins à de nombreuses résistances ; à la fin du IVe siècle, les excès de la ferveur ascétique conduisirent le moine romain Jovinien à contester publiquement la supériorité de l’ascétisme en général, et de la virginité consacrée en particulier. Il fut violemment contré par Jérôme, et condamné, en 389 et 391, par les synodes de Rome et de Milan ; le malaise sur ces questions persista cependant pendant plusieurs décennies : cf. Duval 2003 et Hunter 2007.

18 À la suite d’Ambroise, on vit ainsi plusieurs auteurs associer les noms des trois modèles de sainteté virginale, Marie, Agnès et Thècle : cf. Sulpice Sévère, Gallus, II, 13, 5 ; Nicétas de Rémésiana ( ?), De lapsu virginis consecratae, 10, PL 16, col. 369.

19 Cf. Prudence, Peristephanon, 14 (BHL 159).

20 Cf. Martyre de la sainte vierge martyre Agnès (BHG 45), éd. Franchi de’ Cavalieri 1962², p. 355-360. Cette Passion doit être distinguée d’une autre Passion grecque, plus tardive, BHG 46, qui n’est que la traduction de son homologue latine, la Passion pseudo-ambrosienne, BHL 156.

21 Cf. Passion d’Agnès (BHO 34), éd. Assemani 1748, p. 159-164. Cette version syriaque de BHG 45 serait attestée dans un manuscrit du Ve siècle (?) : cf. Delehaye 1966², p. 224.

22 Les périls de la chasteté et la vierge au lupanar constituent en effet des lieux communs du roman antique : cf. Létoublon 1993, p. 92 s.

23 Cette évolution n’est pas propre au dossier d’Agnès, ce fut un mouvement de fond dans l’hagiographie tardo-antique : cf. les Passions d’Eugénie (BHL 2667), ou de Chrysanthe et Darie (BHL 1787), toutes deux sans doute datables de la seconde moitié du Ve siècle.

24 On la trouve éditée en annexe des œuvres d’Ambroise, PL 17, col. 735-742 (d’après l’édition mauriste des Opera S. Ambrosii).

25 À partir du Xe s., dans certains manuscrits, surtout des lectionnaires de l’office, assujettis à des contraintes liturgiques, le texte de la Passion fut en effet souvent scindé en trois parties : on lisait le martyre d’Agnès (§ 1-14) pour la fête de la sainte, le 21 janvier ; le martyre d’Émérentienne était lu le 23 janvier, pour la fête de celle-ci, et la fin du texte (apparition d’Agnès à ses parents, guérison de Constance), était réservé pour la fête d’octave.

26 Franchi de’ Cavalieri 1962², p. 351 s., estimait ainsi que BHL 156 résultait du remaniement tardif (VIe-VIIe s.) d’une Passion plus ancienne (IVe-Ve s.), centrée sur le seul martyre d’Agnès, comme la Passion grecque BHG 45 et le sermon pseudo-maximien BHL 158a. Mais cette hypothèse est démentie par l’examen philologique du texte, par sa tradition indirecte la plus ancienne, ainsi que par l’étude des manuscrits eux-mêmes : cf. Lanéry 2008, p. 349 s.

27 Cette difficulté explique les hésitations de Franchi de’ Cavalieri dans son approche du dossier : après avoir estimé que BHL 156 dépendait de BHG 45 (cf. Franchi de’ Cavalieri 1962², p. 322 s.), il adopta finalement l’hypothèse inverse, mais sans revenir en profondeur sur la question (cf. Franchi de’ Cavalieri 1908a, p. 155 s.).

28 Cette mosaïque, qui daterait du VIIe siècle, représente Agnès entre l’empereur Honorius et le pape Symmaque ; la martyre y a les traits d’une femme adulte, debout au milieu des flammes, dans une posture d’enseignement, comme dans la Passion BHG 45 : cf. Bertelli 1988, p. 88 s.

29 En réalité, ce monastère fut bien postérieur à l’époque constantinienne. En 514, l’abbesse Séréna, sans doute la première abbesse du monastère, fut inhumée dans la basilique hypogée de la Nomentane, à l’âge de 85 ans. Le monastère n’avait donc probablement pas été fondé avant la seconde moitié du Ve siècle : cf. Schmitz 1926.

30 Émérentienne faisait en effet partie d’un groupe de martyrs fêtés le 16 septembre dans le coemeterium maius, sur la voie Nomentane. La proximité topographique incita l’hagiographe à l’incorporer dans la légende d’Agnès, un phénomène assez banal dans l’hagiographie tardo-antique. Par la suite, on prit l’habitude de fêter Émérentienne deux jours après Agnès, le 23 janvier : cf. Mart. Hieron., p. 12 et 121.

31 En règle générale, la liturgie romaine excluait la lecture des Passions de martyrs ; mais cet usage, largement répandu en Gaule, en Afrique, et dans d’autres régions d’Italie, semble avoir été toléré dans les basiliques cimétériales et dans les tituli romains, pour la fête du saint titulaire, date à laquelle on pouvait effectivement faire une lecture publique de sa Passion : cf. de Gaiffier 1969.

32 PL 57, col. 643-648. Sur la datation de ce sermon, également imputé à Ambroise de Milan, cf. Lanéry 2008, p. 414 s.

33 Cf. LP I, p. 81 : le Liber évoque la construction de Sainte-Agnès par Constantin, à la demande de sa fille Constance ; il n’est pas certain, toutefois, que cette notice dérive de BHL 156 : l’hagiographe et le chroniqueur pontifical pourraient tout aussi bien utiliser une source commune.

34 De 498 à 506, le clergé romain fut déchiré par un schisme qui opposa les partisans du pape Symmaque à ceux de son rival, Laurent, soutenu par les prêtres des tituli urbains : cf. Wirbelauer 1993 et Sardella 1996.

35 Cf. LP, I, p. 83 et 207. Sur le schisme félicien et ses tardives répercussions hagiographiques, cf. Verrando 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Lanéry, « La légende de sainte Agnès: quelques réflexions sur la genèse d’un dossier hagiographique (IVe-VIe s.) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1702 ; DOI : 10.4000/mefrm.1702

Haut de page

Auteur

Cécile Lanéry

IRHT, Paris - cecile.lanery@irht.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org