Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 L’étude diachronique du site de la place Navone a fait l’objet d’un projet de recherche piloté par (...)
  • 2 Bernard 2014.

1Une table-ronde organisée en janvier 2011 par l’École française de Rome a réuni archéologues et historiens autour des origines de l’église dédiée à sainte Agnès sur la place Navone pour comprendre le contexte de la naissance de ce lieu de culte, une composante importante du processus par lequel le monument public qu’est le stade de Domitien devient un quartier de la ville médiévale. Cette rencontre a été conçue pour répondre à une interrogation qui n’avait pas trouvé de réponse dans les travaux organisés autour du stade de Domitien et du quartier de la place Navone dans le cadre d’un plus vaste projet qui a mobilisé pendant plusieurs années l’École française de Rome1. Si le présent dossier forme un ensemble cohérent centré sur la période de transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, il invite aussi le lecteur à se tourner vers le volume rassemblant l’ensemble des travaux sur l’évolution du quartier de la place Navone de l’antiquité à l’époque moderne2.

  • 3 Cooper - Hillner - Leyser 2006.
  • 4 La fouille est une opération de sauvetage dans la crypte de S. Agnese in Agone, réalisée en 2009-20 (...)

2Les articles sont publiés ici dans la logique de l’organisation de la table-ronde, articulée en trois volets. Le premier, autour de la figure de la sainte, rassemblait les communications ayant trait au dossier hagiographique: Cécile Lanéry présentait la genèse du dossier hagiographique, Fabrizio Bisconti exposait les premiers développements de l’iconographie d’Agnès, Kate Cooper et Conrad Leyser analysaient la figure de la sainte comme un modèle de martyre domestique3, tandis que François-Xavier Romanacce étudiait la condamnation au bordel dans les sources juridiques et hagiographiques antiques. Un deuxième temps était consacré au contexte topographique et archéologique de l’église. Lucrezia Spera présentait une étude de grande ampleur sur les transformations du tissu urbain dans la région centrale du Champ de Mars entre l’antiquité tardive et le moyen âge, Jean-François Bernard et Paola Ciancio Rossetto tiraient de leur vaste et profonde connaissance du stade de Domitien les éléments les plus utiles pour comprendre l’état des lieux dans lesquels l’église avait pu être aménagée après l’abandon du monument, tandis que Martine Dewailly et Caroline Michel d’Annoville, présentant le résultat provisoire des fouilles réalisées dans les sous-sols du bâtiment de l’École française au 62 de la place Navone, exposaient les variations d’usage des structures du cirque dans les derniers temps de sa fréquentation et dans la période successive. Paola di Manzano, qui venait de diriger des fouilles dans la crypte de Sainte-Agnès, présentait à son tour les résultats de ses travaux, résultats provisoires qui n’ont pas pu être publiés, mais qui sont d’une grande importance pour saisir la genèse de l’église4. Federico Guidobaldi présentait une étude très poussée de l’église médiévale et des documents qui y sont attachés, et Eckard Wirbelauer analysait des mentions de sainte Agnès dans le Liber Pontificalis. Un dernier volet mettait en perspective le cas de l’église de Ste-Agnès avec le développement des cultes martyriaux intra-urbains; Caroline Goodson établissait des rapprochements avec d’autres églises commémorant des lieux de martyrs, Alan Thacker considérait l’origine des cultes intra-muraux comme un contexte pour la naissance de Sainte-Agnès in Agone et Kim Bowes analysait les lieux de culte martyriaux établis dans des édifices de spectacle antiques. Au terme de ces deux journées de travail, Jean Guyon rassemblait dans ses conclusions les discussions et les acquis de ce travail.

  • 5 Ainsi F. Bisconti, dont la présentation de l’iconographie d’Agnès a été un élément important dans l (...)
  • 6 Guidobaldi 2011-2012.
  • 7 Dewailly 2013, avec références aux rapports de fouille précédents dans les volumes 121, 1 et 122 2 (...)

3Cette rencontre a permis à la fois de répondre à certaines questions et d’en poser de nouvelles. En particulier, celle de l’articulation entre la localisation de l’église dans les structures du stade de Domitien et la commémoration du supplice subi par Agnès a acquis des nuances nouvelles, que cette introduction propose de préciser. Toutes les contributions à cette rencontre ne sont pas publiées ici. Certaines étaient nécessaires pour la dynamique de la discussion et de la réflexion, mais leurs auteurs ont considéré qu’elles n’apportaient pas de nouveauté particulière par rapport à des travaux qu’ils avaient déjà publiés5; F. Guidobaldi a publié dans la Rivista di archeologia cristiana son étude sur l’église médiévale6. Les deux communications portant sur des fouilles archéologiques récentes ou encore en cours ne sont pas non plus publiées ici. On trouvera le résultat des fouilles de l’immeuble de l’École française dans les chroniques des activités archéologiques de l’EfR et dans volume sur la Place Navone7, en attendant un volume spécifiquement consacré aux fouilles du sous-sol. La fouille conduite par l’équipe de Paola di Manzano n’a encore fait l’objet d’aucune publication. Elle apporte pourtant des informations nouvelles pour comprendre la genèse de l’église médiévale. Plusieurs auteurs de ce dossier y font référence, et on ne peut que souhaiter la publication prochaine de ces travaux.

4Les articles sont publiés ici dans l’ordre où ils ont été présentés en 2011. Cependant, la table-ronde nous a amenés à examiner sous des angles nouveaux la question des origines et des premiers développements de l’église Ste-Agnès. Il est apparu que la question du lien entre la mort de la martyre romaine et l’édifice qui, aujourd’hui, en marque le lieu, est encore plus complexe et plus ténu que ce que nous pensions avant d’ouvrir ces travaux.

5Les résultats obtenus prennent tout leur sens si on les analyse en trois temps. En premier lieu, la question de la chronologie, qui reste encore en suspens dans l’attente de la publication des résultats des fouilles de P. di Manzano, est cruciale; les éléments dont nous disposons aboutissent à une fourchette assez large, qui précise pourtant nos connaissances en la matière et nous amènent ensuite à nous interroger sur les fonctions de l’église au moment de sa fondation et de sa dédicace à Agnès et à poser de manière nouvelle la question des liens entre le stade et l’église. La façon dont les contributions présentées ici nous permettent de répondre à ces deux questions nous incite enfin à poser plus largement celle de la mémoire de l’Antiquité telle qu’elle est mise en œuvre à S. Agnese in Agone.

  • 8 Ainsi les thermes d’Agrippa ou le théâtre de Balbus.
  • 9 Spera 2014, note 71.
  • 10 Bernard - Ciancio Rossetto 2014.

6La table-ronde a apporté de nombreux éléments permettant de faire progresser la réflexion sur la question chronologique. Le croisement des différentes contributions amène d’abord à une constatation: la documentation à notre disposition nous invite à dissocier la chronologie de la fondation de l’église, celle de la dédicace à sainte Agnès et celle de son identification au lieu de son martyre. Pour l’aménagement d’une église dans les structures du stade, le terminus post quem est l’abandon de son usage public comme lieu de spectacle. Lucrezia Spera, dans l’analyse extrêmement nuancée et riche qu’elle donne de l’évolution du Champ de Mars dans l’Antiquité tardive, rappelle à la fois que le stade de Domitien est très vraisemblablement en fonction jusqu’au Ve siècle inclus, voire au VIe siècle, mais aussi que l’usage du monument pour des spectacles publics n’est pas incompatibles avec une diversification d’usage de certaines de ses parties, un phénomène qui n’est pas propre au stade, mais qui se vérifie dans bien des édifices publics de la zone8. Les fouilles réalisées dans les sous-sols du 62 Place Navone, et que présentaient lors de la table-ronde Martine Dewailly et Caroline Michel D’Annoville, ont montré l’établissement d’ateliers de restauration dans les structures du stade dès le début du Ve siècle, à une date où nous sommes sûrs que le monument est encore utilisé pour des spectacles9. L’analyse du monument telle que la proposent J.-F. Bernard et P. Ciancio-Rosetto ne permet pas d’utiliser ce modèle pour l’aménagement de l’église: établie dans une des deux entrées monumentales du cirque, qu’elle occulte, l’église n’est pas compatible avec l’utilisation publique du monument; elle est donc nécessairement postérieure à l’abandon des jeux, ce qui nous situe au plus tôt dans le deuxième tiers du VIe siècle10.

  • 11 En attendant la publication espérée de cette belle fouille, dont les résultats sont évidemment prop (...)
  • 12 Archaeometry Datelist 35, in Archaeometry (à paraître).
  • 13 Une datation d’un siècle postérieure à celle obtenue pour les inhumations éparses trouvées dans la (...)
  • 14 Comme le pense Marucchi 1902, p. 417 ; Walser 1975, p. 168 pense que l’église était au VIIIe siècle (...)

7L’élément le plus novateur a été apporté par la présentation des fouilles de la crypte de l’église par P. di Manzano11. La fouille conduite dans la crypte de l’église actuelle a dégagé une tombe collective, ayant fait l’objet d’un aménagement monumental, devant l’autel de la crypte. Il s’agit d’une inhumation complexe qui associe deux inhumations primaires et huit inhumations secondaires partielles, dans une tombe scellée par une plaque de bois et un niveau de circulation datant probablement du IXe siècle, même si le seul terminus ante quem absolument certain est le pavement de marbre du XIIe siècle de l’église médiévale. La datation au C14, dont la publication est imminente12, donne une fourchette 741/772, pour le corps le plus récent, et 673/731, pour le corps le plus ancien, tous deux avec une probabilité de 95,4%13. Dans la mesure où la fosse ne recoupait aucune structure antérieure, on peut penser que nous touchons là à l’origine de l’église S. Agnese. Imaginer qu’il existait à cet endroit un oratoire commémorant le lieu du martyre, qui aurait inspiré le choix de ce lieu pour l’aménagement d’une église plus vaste est une hypothèse qui sera examiné plus loin. Ici, on se contentera de noter que l’importance de cette sépulture privilégiée exclut que le lieu de culte qui a précédé l’église aménagée au XIe siècle ait pu être seulement un modeste oratoire14.

  • 15 Brève et efficace synthèse de l’état des études sur l’Itinerarium Einsidelnsis dans Santangeli Vale (...)
  • 16 C’est une des plus anciennes mentions de l’oratoire ad praesepe aménagé dans une crypte de S. Maria (...)
  • 17 Les quatre autres sont les églises Sanctae Eufemiae in uico patricii (itinéraire 1, Walser, p. 162) (...)
  • 18 Itinéraire 1, l’église de S. Vitale peut être identifiée avec le titulus Vestinae, du Ve siècle ; l (...)
  • 19 S. Susanna est nommée deux fois, dans l’itinéraire 2 en relation avec l’aqueduc du Latran, sans dou (...)
  • 20 Itinéraire 1 et 8 (Walser, p. 162 et p. 189). L’Itinéraire est une des seules sources, avec la Not. (...)
  • 21 Itinéraire 8.
  • 22 Peu après S. Agnes dans l’itinéraire 8. Il s’agit du temple de Minerva Chalcidica, attesté aussi ch (...)

8On est évidemment frappé par la coïncidence entre les résultats archéologiques et le terminus ante quem donné par l’Itinéraire d’Einsiedeln, rédigé dans la deuxième moitié du VIIIe siècle. Ce texte ne donne malheureusement pas de précision sur les édifices qu’il nomme15. Cependant, quelques éléments d’analyse peuvent être suggestifs. Si le texte mentionne 113 fois des églises (pour en désigner 46, compte tenu des répétitions; j’exclus du compte quatre monastères et deux oratoires), il n’ajoute que dix-sept fois, pour douze monuments, une notation qui contribue à les caractériser. Dans quatre cas, il s’agit seulement de la désignation traditionnelle de l’église (Sanctus Petrus ad vincula; Sanctus Laurentius in Lucina; S. Laurentius in Damaso; Sancta Maria in praesepio (sic)16); dans six autres, ils s’agit d’éléments de localisation qui les associent à un lieu, parmi lesquels quatre sont des associations avec des monuments antiques17: dans trois cas, le nom de l’église vient en premier: l’église sancti Vitalis in uico longo ubi caualli optimi18Sancta Susana et cavalli marmorei19, Sanctus Sergius ubi umbilicum Romae20. Dans les deux autres, c’est le nom du monument antique qui vient en premier, tous deux dans la même zone: Circus Flamineus ubi Sancta Agnes21; Minerviam ubi Santa Maria22.

  • 23 Itinéraire 1. Il s’agit de S. Agata in Suburra, qui existe déjà au Ve siècle. Münz 1886, p. 312, pe (...)
  • 24 Itinéraires 1 et 5 (Walser, p. et 178) ; Delle Rose 1996. L’église est attestée aussi par sa restau (...)
  • 25 Itinéraire 7. Situé par l’Itinéraire sur le Janicule (Walser 1975, p. 82-83) ; voir De Spirito 1995 (...)
  • 26 Sur l’apparition du toponyme ago pour désigner la place, voir infra notes 31-32.

9Deux derniers cas sont particulièrement intéressants, parce qu’ils désignent clairement l’église comme particulièrement attractifs pour le pèlerin: à Ste Agathe, on peut voir imagines Pauli et Sanctae Mariae23; à S. Laurent in Formonso, on voit le lieu ubi ille assatus est, le lieu de son supplice24. On pourrait leur ajouter la mention du la fons Petriubi est carcer eius, qui n’est pas une église, mais un lieu de dévotion chrétienne associé à un monument romain25. On voit ainsi que l’association d’un lieu à un événement de la vie d’un martyre n’est pas ignorée de l’auteur, et qu’il ne la fait pas à propos d’Agnès. S’il n’est pas trop imprudent de prétendre donner un sens à la façon dont les lieux sont présentés, on notera que, dans la désignation de S. Agnese, l’association est forte entre le monument antique – même s’il est mal identifié – et l’église. Comme pour S. Maria sopra Minerva, le monument romain allait devenir partie du nom de l’église, sous le nom d’ago et non celui de cirque utilisé par le texte26. Cette fusion n’était pas réalisée au moment où est rédigé l’Itinéraire, ce qui pourrait supposer pour l’un comme pour l’autre une fondation assez récente. Aussi ténue qu’elle soit, cette observation, associée à l’absence de référence à l’église dans les sources plus anciennes, m’incite à pencher pour une datation plutôt basse dans la fourchette envisageable; mais on doit reconnaître que la fourchette chronologique reste large. L’église est aménagée dans les structures du stade au plus tôt dans le courant du VIe siècle, et elle est intitulée à Agnès à la fin du VIIIe siècle.

  • 27 Il s’agit d’un oratoire appelé Dua Forna ou Dua Furna, dédié à sainte Agnès et faisant partie du mo (...)
  • 28 Thacker 2014, note 57. Agnès est fêtée le 21 janvier dans la Depositio martyrum du milieu du IVe si (...)
  • 29 Jubaru 1907, p. 107 par exemple.
  • 30 Thacker 2014, notes 7 à 17, expose les différentes interventions pontificales dans el culte d’Agnès

10La saveur antique du martyre d’Agnès a longtemps été utilisée comme un argument pour justifier l’hypothèse d’une dédicace enracinée dans l’Antiquité tardive. Cependant, aucun document ne nous permet de faire remonter la dédicace à Agnès avant sa mention dans l’itinéraire d’Einsiedeln. L’absence d’intérêt pour la topographie romaine dans le dossier hagiographique de la sainte n’engage pas à penser que son culte était développé intra muros avant le début du VIe siècle, si on adopte la datation proposée par Cécile Lanéry pour BHL 156. La seule église intitulée à Agnès attestée par les textes reste celle de la via Nomentana jusqu’au début du VIIIe siècle, au moment où, comme le rappelle A. Thacker, on voit apparaître un oratoire qui lui est dédié sous le pontificat de Grégoire II (715-731)27. La documentation liturgique pourrait à première vue encourager l’hypothèse de l’existence à la fin du VIe siècle, d’une deuxième église dédiée à Agnès. Le Martyrologe hiéronymien attribue en effet deux fêtes à la martyre, respectivement le 21 et le 28 janvier28, ce que la tradition moderne comprend comme une fête commémorant sa déposition sur la via Nomentana, l’autre son martyre dans le campus agone29, une affirmation infondée avant la période moderne. Comme le souligne ici A. Thacker, cette double célébration atteste non seulement de la popularité de la martyre à Rome, mais aussi de son importance pour l’évêque de Rome.30. Or, on reviendra plus loin l’absence frappante d’intérêt pontifical pour l’église de la place Navone jusqu’au pontificat de Callixte II.

11Si l’itinéraire d’Einsiedeln est explicite sur la dédicace à Agnès, l’association entre l’église et le lieu du martyre n’est attestée que par des documents nettement postérieurs.

  • 31 Guidobaldi 2011-2012, p. 402.
  • 32 Cancellieri 1811, p. 27-29. La mention de S. Maria se trouve dans Nibby 1818, p. 77, note 2.
  • 33 Cancellieri 1811, p. 27 résumant les réflexions de Nardini (Nibby 1819)

12Elle est absente des documents notariaux fournis par les archives de Farfa, qui mentionnent un monastère de sainte Agnès à Rome, en corrélation avec un monastère de saint Etienne. Ces deux monastères doivent bénéficier de l'usufruit de terrains du Campus agonis, avec maison, jardin et crypte si l'abbé de Farfa y renonce. L’identification de ce monastère avec l’église in agone fait l’unanimité31. C’est en effet dans ces documents, en 1001 que la dénomination in agone apparaît pour désigner l’endroit; avant 1125, une charte impériale mentionne in Roma cella S. Mariae in crypta Agonis et, en 1189, une bulle d’Urbain III parle de l’église s. Agnetis de Cryptis Agonis32. Bien que le nom soit évocateur de joutes et de combats en relation avec la fonction antique du monument, il n’est pas attesté dans l’antiquité. Dans la mesure où l’église dédiée à sainte Agnès précède d’au moins plus de deux siècles l’usage attesté du nom, on peut se demander dans quel sens l’un a pu influencer l’autre: l’agone du martyr contre son persécuteur peut faire reconnaître dans les vestiges monumentaux le stade – éventuellement confondu avec un cirque – tout autant que l’identification du monument à un cirque – plutôt qu’un stade – peut inviter à reconnaître le lieu du martyre. Les études anciennes s’interrogeant sur l’étymologie de « in Agone », mentionnent la solution de Varron (les dies Agonales, pendant lesquels le roi immolait un bélier à la Regia) et celle d’Ovide, qui y voit le souvenir des agneaux qu’on y immolait. Elles rappellent aussi que, pour Macrobe, les jeux institués par Domitien en l’honneur de Jupiter capitolin étaient appelés agoni capitolini. On voit comment l’étymologie de l’Agone peut rejoindre celle du nom d’Agnès. F. Bisconti avait rappelé lors de la table-ronde l’importance de l’agneau dans l’iconographie ancienne de la jeune martyre33.

  • 34 Guidobaldi 2011-2012.
  • 35 LP 2, p. 376-379.
  • 36 Miccoli 2000 (reprenant la notice du Dizionario biografico degli italiani).

13On semble à première vue marcher sur un terrain plus solide avec la dédicace à Agnès de l'église in agone par Callixte II en 1123. Étudiée très en détail par F. Guidobaldi34, il s'agit de la première intervention attestée d'un pape dans la vie de l'église, un événement passé sous silence dans le Liber Pontificalis35 comme dans la notice récente de l'Enciclopedia dei papi36. Elle était commémorée par une inscription murée dans la façade de l'église, disparue mais connue par la copie qu'en donne Martinelli, corroborée par des sources manuscrites et présentée lors de la table-ronde par Federico Guidobaldi:

  • 37 Guidobaldi 2011-2012, d’après Martinelli 1653.

Anno Domini M C XX III / Ind. I. Mensis Ianuarii die XXVIII / Haec ecclesia S. Agnae dedicata est / a dompno Callisto II PP / cum remissione annuatim in D die / unius anni et XL dierum./ Haec sunt reliquiae in altari positae / scilicet / indumentum quod angelus detulit / beatae Agneti / de capillis et uelo b. Mariae virginis / Dens apostoli pauli / et de panno oculis praeposito / in decollatione eius / brachium S. Callisi pp et M S. Agnetis / S. Emerentianae S. Anastasii S. Eustathii / de Balthero S. Gregorii pp. Tryphonis / S. Sebastiani .S. Hermatis S. Alexandri PP. / Sancti Cornelii Papae.37

  • 38 BHL 1565, 2, AASS Jan. II, p. 716 ; dans le texte, la nudité d’Agnès est cachée par la pousse mirac (...)
  • 39 Selon BHL 1565, 3, AASS Jan. 2, p. 717. Voir le résumé détaillé de la passion dans Lanéry 2014.
  • 40 Martinelli 1653, p. 52.
  • 41 Cité dans Guidobaldi 2011-2012, p. 426.
  • 42 Ibid., p. 404-422, avec fac-simile, transcription, traduction et commentaire du texte.

14L'association avec le martyre d'Agnès est assurément forte: l'église est dédicacée à la martyre et la première relique déposée dans l'autel est directement liée à l'épisode de l'exposition d'Agnès au lupanar: ce vêtement détaché du voile de la vierge Marie et apporté par l'ange à la sainte fait inévitablement penser à la stolacandidissima qui fournit à la vierge le vêtement (indumentum) qui la préserve de l'indécence lorsqu'elle est enfermée dans le lupanar38. Est aussi liée à Agnès la relique d'Émérentiennne, la sœur de lait d'Agnès39, mais sans association cette fois avec le martyre lui-même. D’autre part, les autres reliques qui complètent le dépôt (une dent de l'apôtre Paul et le bandeau avec lequel on l'aveugla au moment de sa décollation, des ossements des saints Callixte, Anastase, Eustache, Grégoire le Grand, Tryphon, Sébastien, Hermès, Alexandre et Corneille) nous éloignent d’Agnès; l'inscription n'est pas en connexion avec la crypte désignée comme le lieu d'exposition de la jeune romaine, mais avec l’ensemble de l’église, puisque murée dans la façade de l’église médiévale40. L’inscription ne privilégie pas l’hypothèse de la reconnaissance du lieu du martyre d’Agnès; l'église était intitulée à Agnès depuis longtemps, ce qui peut suffire à expliquer le choix d’une relique (non corporelle) de la sainte. La déposition des reliques n’exclut pas une tradition plus ancienne d’association de l’église au lieu du martyre, mais elle pourrait aussi l’avoir inspirée ou fondée. L’identification de l’église avec le lupanar ou la sainte a été exposée est en tous cas finalement explicitée avant le début du XVIe siècle, lorsque fra Mariano da Firenze parle d'une ecclesiuncula sanctae Agnetis in Agone dicta, quo loco lupanar existens et in eum iussu praesidis ducta, mirabilia fuere ostensa41. Cette tradition, que l'on retrouve dans la description de l'église par Pompeo Ugonio étudiée par F. Guidobaldi42, ou la notice sur la Platea vulgariter Navona dicitur dans la Roma ethnica sacra de Martinelli:

  • 43 Martinelli 1653, p. 52.

Ad Theatrum, eo loci, ubi nunc PLATEA vulgariter NAVONA dicitur, quam multi Alexandri Circum fuisse opinantur ad meretricum contubernium in lupanari ducta S. Agnes, ubi virgo permansit, & impurur Prafecti filius a Virginis custode Angelo occisus : est ibi templum S. Agnetis43.

15Elle se prolonge jusqu’à nos jours où elle est considérée comme l’explication indiscutable de l’origine de l’église.

16Avant d’en venir au processus d’identification entre l’église et le lieu du martyre, il est utile, après avoir fait le point sur les données chronologiques du développement de l’église, de s’intéresser à sa fonction au cours des premiers siècles de son existence. Le choix de la dédicace et l’interprétation du lieu pourraient en effet être éclairés par une meilleure compréhension de la nature de l’édifice de culte.

  • 44 Un utile, mais forcément simplificateur bilan des constructions ecclésiastiques à Rome entre le VIe(...)
  • 45 Grégoire, Homélies sur l’évangile X et XI. L’identification à la basilique funéraire d’Agnès est un (...)
  • 46 Wierbelauer 2014.
  • 47 Thacker 2014, notes 17, 20, 35 et 36.

17La documentation à notre disposition et les analyses qui en sont proposées ici donnent en donnent une image très fragmentée. On observe en filigrane dans les études de cette table-ronde une remarque qui a son importance: l’église de la place Navone est une église très mineure dans la topographie ecclésiastique de Rome. Même si on adopte l’hypothèse d’une création haute, au VIe siècle, elle n’est pas une église titulaire44: elle n’apparaît pas dans les actes des conciles romains, et lorsque Grégoire le grand, à la fin du VIe siècle, célèbre les deux fêtes de sainte Agnès, il le fait in basilica sanctae Agnae die natalis eius, soit sur la via Nomentana45. Quel que soit l’option chronologique adoptée, l’absence complète de S. Agnese in Agone dans le Liber Pontificalis, qui ressort de l’étude présentée ici par Eckhart Wierbelauer46, est encore plus frappante: l’église établie dans les structures du stade de Domitien n’intéresse pas l’évêque de Rome. Ce désintérêt forme un contraste fort avec celui manifesté par Grégoire le Grand pour le contrôle d’églises jusqu’alors en dehors des intérêts pontificaux, et avec l’importance du culte d’Agnès à Rome, deux points que développe ici Alan Thacker47.

  • 48 Bauer 1997 ; Santangeli Valenzani 2001.

18On peut difficilement penser que l’église est un centre de dévotion ou un but de pèlerinage, malgré son inscription dans l’Itinéraire d’Einsiedeln. Ce texte mentionne bien des lieux de culte très mineurs, et l’effacement complet de l’église dans les siècles qui suivent pourrait bien être un argument en faveur de l’hypothèse, relativement récente, selon laquelle l’Itinerarium Einsidelnsis n’est pas un guide pour pèlerins, mais un essai d’inventaire systématique de l’espace urbain romain48.

  • 49 Goodson 2014.
  • 50 Mirabilia, 8, Valentini-Zucchetti III p. 23-25. La plus ancienne rédaction des Mirabilia Urbis Roma (...)
  • 51 Le circus Flamineus qui est nommé ne peut être confondu avec le stade de Domitien, puisque sa local (...)
  • 52 Le chapitre en question n’utilise que peu de textes : les actes apocryphes des Apôtres et les passi (...)

19Le contraste est d’ailleurs très fort entre l’importance du culte de sainte Agnès et celui que devrait prendre la reconnaissance du lieu de son martyre, et l’indifférence envers l’église dans les premiers siècles de son existence. Caroline Goodson49 et Alan Thacker reviennent tous deux, sous des angles d’approche différents, sur la complexité des processus par lesquels le culte des saints s’est établi dans les murailles de la ville, et sur le dynamisme particulier qu’on observe, en particulier au VIIIe siècle. Garoline Goodson insiste davantage sur la perception des lieux antiques découverts, Alan Thacker sur la variété des reliques mises en œuvre pour justifier le culte martyrial: reliques non physiologiques, mémoire d’épisodes de la vie des saints, importation de reliques. Dans leur deux contributions, ils mentionnent de nombreux cas, mais l’inventaire pourrait être plus long, en particulier pour les objets-reliques, comme la grille de saint Laurent, les chaînes de saint-Pierre, ou les lieux de mémoire, comme la maison de sainte Cécile ou, peut-être, celle de Félicité et ses fils. Certains de ces lieux se retrouvent dans les Mirabilia Urbis Romae50 qui comportent une rubrique Haec sunt loca quae inueniuntur in passionibus sanctorum, des lieux vénérés à cause des martyres qui s’y sont produits. Agnès n’y est pas mentionnée51. Il y a bien d’autres lacunes que le martyre d’Agnès dans le texte52, mais celle-ci ne plaide pas en faveur de la renommée de l’église d’Agnès, pourtant récemment restaurée par le pape. Même après la reconstruction par Callixte II, l’église reste un lieu modeste, qui ne polarise pas la liturgie de la martyre.

  • 53 Supra, note 31.
  • 54 La nature du lieu désigné n’est précisée que pour des monastères et des oratoires ; le plus souvent (...)
  • 55 Supra notes 4 et 11 et 12.
  • 56 Analyse ostéologique réalisée par Stefania Di Giannantonio, du service anthropologique de la Soprin (...)
  • 57 Même si l’église est appelée monasterium en 1093 (Schuster 1921, p. 148-150), elle ne l’est plus lo (...)

20Nous avons vu plus haut qu’une des plus anciennes mentions de S. Agnese la désigne comme un monastère53. Peut-on envisager qu’elle ait été fondée avec cette fonction dès l’origine? Dans la mesure où l’Itinéraire d’Einsiedeln ne lui donne aucune qualification (ibi Sancta Agnes), ni d’église, ni d’oratoire, ni de monastère54, il ne permet pas d’argumenter dans un sens ou dans un autre. L’argument le plus fort pour l’exclure provient là encore des résultats des fouilles dans la crypte de l’église S. Agnes55: la fosse funéraire fouillée par P. di Manzano contenait des corps sont des deux sexes et d’âges divers56, ce paraît exclure un usage monastique de l’église au VIIIe siècle57.

  • 58 Sciubba - Sabatini 1962, p. 19, qui ne donnent pas la référence de ce qui est apparemment une citat (...)
  • 59 Sur la complexité des fondations cléricales déjà dans l’Antiquité tardive, voir Hillner 2007.

21Si S. Agnese n’est ni une fondation pontificale, ni une fondation monastique, on peut envisager qu’elle soit une fondation privée et que l’inhumation privilégiée ne soit pas une variation sur l’inhumation as sanctos, ici au plus près du lieu de martyre d’Agnès, mais une inhumation familiale, ou réservée au groupe qui a financé l’aménagement de l’église. On peut même envisager que la fonction funéraire de l’église ait été centrale dans son aménagement. Certes, cela transforme un peu la vision d’un Campo di Agone où « qualche casupola si levava sulle gradinate e misere abitazioni, stalle, fienili e la chiesetta erano sotto le arcate o cripte58 ». Dans un quartier où les églises sont rares, il est probable que la densification de l’habitat causée par la transformation – même partielle – des espaces privés en habitation ait créé des besoins nouveaux en matière d’espaces religieux comme elle en créait en matière d’espaces funéraires. L’église de S. Agnese a peut-être été aménagée pour desservir une petite communauté chrétienne, à l’initiative de certains de ses membres59. Sans avoir besoin d’envisager une dissidence quelconque, une démarche pouvait passer relativement inaperçue de l’évêque de Rome, et relever des relations de voisinage, peut-être à l’origine avec le clergé de S. Lorenzo in Damaso.

22Il ne s’agit là que d’une hypothèse, qui pourrait être renforcée par la publication des fouilles de P. di Manzano; outre les enjeux chronologiques, elle met l’accent sur la fonction possible de l’église, et sur les agents de sa fondation, brisant ainsi le lien pourtant si séduisant qui prétend assurer une continuité de la mémoire depuis sinon le temps des persécutions, au moins l’époque patristique jusqu’au Moyen Âge.

  • 60 Je tiens particulièrement ici à remercier tous les participants, y compris ceux dont les publicatio (...)

23Le lien entre le martyre d’Agnès et son culte médiéval et moderne, la lecture des ruines antiques par les habitants de la Rome médiévale et la mémoire de l’Antiquité sont autant de thèmes qui étaient au cœur de la table-ronde sur S. Agnese in Agone. La mise en commun des points de vue souvent très différents des participants a nourri la réflexion60.

  • 61 Goodson 2014.

24Si l’opinion traditionnelle selon laquelle la sagesse populaire aurait conservé intact le souvenir du martyr d’Agnès n’est plus partagée par les historiens depuis longtemps, on considère très largement que, selon un processus décrit ici par C. Goodson, les fondateurs de l’église dans les structures du stade y ont « reconnu » le lieu mentionné par la passion latine61.

  • 62 Romanacce 2014.

25Dans le cas de S. Agnese in Agone, s’il y a eu « reconnaissance », elle n’est pas fondée sur la lecture de la passion. L'examen du dossier hagiographique, repris ici par C. Lanéry, rappelle ni le poème de Prudence, le texte le plus ancien à évoquer l’exposition nue de la martyre, ni la passion grecque qui, la première, introduit le motif du lupanar, n’ont de relation avec la topographie romaine. F.-X. Romanacce démontre comment l’utilisation du thème de la condamnation au bordel dans la passion ne peut en aucun cas être le fruit d’un souvenir de pratiques judiciaires romaines du IIIe ou du IVe siècle, même s’il montre en même temps à quel point le dossier des condamnations à l’infamie sexuelle des femmes est un dossier complexe qui mériterait d’être repris au delà de la très riche mise au point qu’il offre ici62. Lorsque le thème est repris dans la passion latine, à une époque que C. Lanéry affirme de manière convaincante être postérieure à 450 et antérieure à la fin du VIe siècle et qu’elle propose de dater plus précisément entre 498, sous le pontificat du pape Symmaque qui entreprends d’ailleurs de vastes travaux dans la basilique de la via Nomentana, la condamnation à l’exposition de la jeune martyre s’intéresse à la topographie, mais c’est celle de la tombe de la sainte, dans la région de la basilique construite sur le tombeau de la sainte, et en rien celle du centre de Rome. Il était autrefois de tradition d’invoquer des « traditions orales » pour justifier l’apparition tardive de thèmes ignorés par des textes plus anciens; on sait aujourd’hui, pour le dossier de sainte Agnès comme pour d’autres, que ce modèle est une illusion.

  • 63 Sur cette dernière église, voir aussi Leyser 2007.
  • 64 Bowes 2014.

26La « reconnaissance » d’un lieu est bien plus un processus d’invention, souvent savante, que de mémoire. Dans cette logique, Caroline Goodson élabore le concept des « aires archéologiques sacrées » et évoque « la pratique commune de découverte de restes archéologiques et d’identification de ces lieux avec ceux des passions des martyres ». Dans le cas de S. Agnese in Agone, le processus a pu avoir lieu en deux temps: d’abord l’aménagement d’une église dédiée à Agnès, puis l’interprétation du lieu caverneux comme celui de son martyre. Ce processus est celui qui s’est produit pour S. Pudenziana ou SS. Giovanni e Paolo63, dont la « reconnaissance » comme lieu de martyre est bien postérieure à la construction de l’église. On peut y voir un parallèle avec l’évolution qui a fait confondre les noms des fondateurs des églises avec le nom de martyrs, phénomène bien étudié, qui se produit surtout entre le IVe et le VIe siècle. Ici, on n’a pas d’oubli sur le nom de l’église, mais une recherche, peut-être dans un contexte de compétition entre des lieux de culte de plus en plus nombreux, pour donner la meilleure justification possible au choix du saint titulaire. C’est précisément ce que décrit Kim Bowes pour les lieux de culte établis dans les édifices de spectacle dans ce dossier64. Or, son travail nous invite à beaucoup de prudence; elle nous alerte sur la rareté de l’édification de sanctuaires de ce type commémorant les souffrances des martyrs. Dans la plupart des cas qu’elle examine, le lien entre les édifices de culte et la mémoire des martyrs est très pauvrement documentée, au point que la question est posée de savoir s’il est autre chose qu’une construction savante de l’archéologie moderne. Si l’église martyriale de l’amphithéâtre de Tarragone fait exception, elle ne peut être rapproché de celle d’Agnès in Agone, puisqu’elle est devenue une église funéraire entièrement assimilable à un martyrium. L’église dédiée à Agnès semble plutôt se rapprocher de la chapelle de l’amphithéâtre de Salone, dont l’identification au lieu du martyre d’Asterius repose plus sur des reconstitutions savantes que sur des données hagiographiques, puisque la passion du martyr salonitain ne donne aucune précision topographique. Comme pour Ste-Agnès, le rapprochement entre le sanctuaire et le martyr repose sur l’identification du saint – à Salone, une fresque représentant un saint identifié de son nom « Asterius »; pour l’église de la place Navone, la dédicace de l’église est attestée dès l’itinéraire d’Einsiedeln. Dans le cas de Salone, il s’agit d’une lecture savante rétrospective; ne peut-on concevoir une situation similaire à Rome?

27Alors que l’on a renoncé depuis longtemps à l’explication naïve d’une mémoire continue depuis le martyre d’Agnès jusqu’à la vénération du lieu de son supplice, l’enquête collective sur S. Agnese in Agone invite maintenant à corriger le modèle pourtant séduisant de la lecture topographique du lieu associé à la lecture d’une passion de saints, qui aurait permis d’identifier le lieu du martyre et d’y édifier un lieu de culte commémoratif. Les fouilles de P. di Manzano évoquent une communauté desservie par cette église, non pas une communauté religieuse, mais un groupe de chrétiens, très certainement des habitants du campus agonis. Qui a été à l’origine de l’aménagement de cette église dont la fonction funéraire semble exister dès l’origine? Une famille plus riche qu’une autre? Les clercs de S. Lorenzo in Damaso? Nous n’avons aucun indice qui permette d’en décider, mais l’effacement de l’église dans les siècles qui suivent suggère une initiative purement locale pour un usage purement local.

28Le modèle de la lecture de la passion du saint pour interpréter une topographie devenue incompréhensible, permettant d’identifier le lieu du martyre et de le sanctuariser par un édifice religieux s’est ainsi dérobé à la triple enquête, hagiographique, archéologique et historique. Celle-ci nous oblige à prendre en compte des facteurs plus terre-à-terre et nous contraint à renoncer aux interprétations téléologiques. C’est plus tard que le lieu suggestif de l’église à demi-souterraine a pu susciter une interprétation rétrospective, voire enrichir à son tour la légende hagiographique. Loin de témoigner d’une continuité de la mémoire à travers les siècles, l’identification de l’église de la place Navone au martyre d’Agnès témoigne d’une invention savante difficile à dater; elle ne relève pas de la recherche des origines de l’église, mais de la curiosité du regard porté sur un lieu singulier associant la grandeur des vestiges antiques et l’exiguïté d’un lieu de culte chrétien obscur. C’est ce regard, pas si différent de celui de l’historien, qui transformé l’ecclesiuncula elle-même en une relique d’Agnès.

Haut de page

Bibliographie

AASSActa Sanctorum quotquot toto orbe coluntur (Anvers, 1643-).

Accame – Dell’Oro 2004 = M. Accame, E. D’ell’Oro, I ‘Mirabilia Urbis Romae’, Rome, 2004.

Bauer 1997 = Das Bild der Stadt Rom in karolingischer Zeit: der Anonymus Einsidlensis, dans Röm. QuartalSchrift, 92, 3-4, 1997, p. 190-228.

Bernard 2014 = J.-F. Bernard éd., « Piazza Navona, ou place Navone, la plus belle & la plus grande ». Du stade de Domitien à la place moderne: histoire d’une évolution urbaine, Rome, 2014 (Collection de l’École française de Rome), à paraître.

Bernard - Ciancio Rossetto 2014 = Le stade de Domitien et sainte Agnès, dans MEFRM, 126-1.

BHL = Bibliotheca Hagiographica Latina, éd. socii Bollandiani, 2 vol., Bruxelles, 1898-1901 (Subsidia Hagiographica, 6).

Bisconti 2011 = F. Bisconti, Nelle prime immagini di sant’Agnese. Il triomfo della purezza innocence, dans L’osservatore Romano 16, 21 janvier 2011, p. 4.

K. Bowes, Christians in the amphitheater? A brief note on the « Christianization » of spectacle buildings and martyrial memory, dans MEFRM, 126-1, 2014.

Cancellieri 1811 = F. G. Cancellieri, Il mercato, il Lago dell'Acqua Vergine, ed il Palazzo Panfiliano nel circo Agonale detto volgarmente Piazza Navona, Rome, 1811.

Ciampini 1697 = G. Ciampini, De Sanctae Romanae Ecclesiae vicecancellario illiusque munere, auctoritate et protestate, deque officialibus...peculiaris enarratio, Rome, 1697.

Claussen 2002 = P. C. Claussen, Die Kirchen der Stadt Rome im Mittelalter. 1050-1300, vol. 1 A-F, Stuttgart, 2002.

Coarelli 1999 = F. Coarelli, Umbilicus Romae, dans LTUR 5, Rome, 1999, p. 95-96.

Cooper 2005 = The virgin as social icon, dans M. Vin Dijk, R. Nip (dir.), Saints, Scholars, and Politicians: Gender as a Tool in Medieval Studies, Leyde, 2005, p. 9-24.

Cooper - Hillner - Leyser 2006 = K. Cooper, J. Hillner, C. Leyser, Dark age Rome: towards an interactive topography, dans W. Bowder, A. Gutteridge, C. Machao (dir.), Social and Political Life in Late Antiquity, Leyde, 2006, p. 311-337.

De Caprariis 1996 = F. de Caprariis, Minerva Chalcidica, templum, dans LTUR, 3, Rome, 1996, p. 255.

De Spirito 1995 = G. De Spirito, Fons S. Petri, dans LTUR 2, Rome, 1995, p. 261.

Dewailly 2013 = M. Dewailly, Rome, Piazza Navona, 62, dans Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome [En ligne], Italie centrale, mis en ligne le 23 avril 2013, consulté le 03 février 2014. URL: http://cefr.revues.org/897.

Duchesne 1907 = L. Duchesne, Les monastères desservants de S. Marie Majeure, Mélanges de l’École française de Rome, 27, 1907, p. 479-494.

Étaix - Judic - Morel 2005 = Grégoire le Grand, Homélies sur l’Evangile, 1, R. étaix, B. Judic et C. Morel éds, Paris, 20005 (Sources chrétiennes, 485).

Étaix 1999 = Gregorius Magnus, Homiliae in euangelia, R. Étaix éd., Turnhout 1999 (Corpus Christianorum Latinorum 141).

Fra Mariano di Firenze = Fra Mariano di Firenze, Itinerarium Urbis Romae, E. Bulletti éd., Rome, 1931.

Goodson 2014 = C. Goodson, Archaeology and the Cult of Saints in the Early Middle Ages: Accessing the Sacred, dans MEFRM, 126-1.

Guidobaldi 2001 = F. Guidobaldi, « Topografia ecclesiastica » di Roma (IV-VII secolo), dans M. S. Arena et al. (dir.), Roma dall’antichità al medioevo. Archeologia e storia nel museo nazionale romano Crypta Balbi, Rome, 2001, p. 40-51.

Guidobaldi 2011-2012 = F. Guidobaldi, La chiesa medievale di S. Agnese in Agone, dans Rivista di Archeologia Cristiana, 87-88, 2011-2012, p. 401-451.

Hillner 2007 = J. Hillner, Families, patronage, and the titular chrches of Rome, dans K. Cooper, J. Hillner, Religion, dynasty, and Patronage in Early Christian Rome, 300-900, Cambridge, 2007, p. 225-261.

Jubaru 1907 = F. Jubaru, Sainte Agnès vierge et martyre de la voie Nomentane d’après de nouvelles recherches, Paris, 1907.

Lanéry 2014 = C. Lanéry, La légende de sainte Agnès: quelques réflexions sur la genèse d’un dossier hagiographique (IVe-VIe s.), dans MEFRM, 126-1.

Leclerq 1932 = H. Leclercq, Marie-Majeure (sainte), dans Dictionnaire d’Archéologie Chrétienne et de Liturgie, 10, 2, Paris, 1932, p. 2091-2119.

Leyser 2007 = C. Leyser, « A church in the house of the saints »: property and power in the Passion of John and Paul, dans K. Cooper, J. Hillner, Religion, dynasty, and Patronage in Early Christian Rome, 300-900, Cambridge, 2007, p. 140-162.

LP = L. Duchesne ed., Le Liber Pontificalis. Texte, introduction et commentaire, 2nd edition, Paris 1955, 2 vols.

LTUR = E. M. Steinby éd., Lexicon Topographicum Urbis Romae, Rome, 1995-1999.

Martinelli 1653 = F. Martinelli, Roma ex ethnic sacra sanctorum Petri, et Pauli apostolica praediatione profuso sanguine, Rome, 1653.

Marucchi 1909 = H. Marucchi, Basiliques et églises de Rome, Rome, 1909.

Miccoli 2000 = G. Micoli, Callisto II, dans Enciclopedia dei papi, 2, Rome, 2000, p. 248-254.

Michel D’Annoville - Ferri 2014 = C. Michel d’Annoville, A. Ferri, Premières réflexions sur le stade de Domitien à la fin de l’Antiquité, dans Bernard 2014.

Nibby 1819 = A. Nibby, Roma Antica di Famiano Nardini, 3, Rome, 1819.

PL = J.-P. Migne (éd.), Patrologiae Cursus Completus. Series Latina, Paris, 1844-1855.

Romanacce 2014 = F.-X. Romanacce, La condamnation au bordel dans les sources antiques, MEFRM, 126-1, 2014.

Santangeli Valenzani 2001 = R. Santangeli Valenzani, L’Itinerario di Einsiedeln, dans M. S. Arena et al. (dir.), Roma dall’antichità al medioevo. Archeologia e storia nel Museo nazionale romano Crypta Balbi, Rome, 2001, p. 154-159.

Schuster 1921 = I. Schuster, L’imperiale abbazia di Farfa. Contributo alla storia del ducato romano nel medio evo, Rome, 1921.

Sciubba – Sabatini 1962 = S. Sciubba, L. Sabatini, S. Agnese in Agone, Rome, 1962 (Chiese di Roma, 69).

Sotinel 2002 = C. Sotinel, Chronologie, topographie, histoire: quelques hypothèses sur S. Felix in Pincis, église disparue, dans F. Guidobaldi and A. Guiglia Guidobaldi (dir.), Ecclesiae Urbis. Atti del Congresso Internazionale di studi sulle chiese di Roma (IV-X secolo), Roma, 4-10 settembre 2000, Cité du Vatican, 2002, I, p. 449-471.

Sotinel 2014 = C. Sotinel, Sainte Agnès et le stade de Domitien, état de la question, dans Bernard 2014.

Spera 2014 = L. Spera, Trasformazioni e riassetti del tessuto urbano nel Campo Marzio centrale tra tarda antichità e medioevo, dans MEFRM, 126-1.

Thacker 2014 = The origin and early development of Rome’s intramural cults: a context for the cult of Sant’Agnese in Agone, dans MEFRM, 126-1.

Valentini - Zucchetti 1946 = R. Valentini, G. Zucchetti, Codice topografico della città di Roma, III, Rome, 1946.

Walser 1987 = G. Walser, Die einsiedler Inschriftensammlung und der Pilgerführer durch Rome (codex einsidlensis 326), Facsimile, Umschrift, Übersetzung und Kommentar, Stuttgart, 1987 (Historia Einzelschriften, 53).

Wierbelauer 2014 = Agnès et les évêques de Rome jusqu’au VIe siècle: un plaidoyer pour une relecture historico-critique du Liber Pontificalis, dans MEFRM, 126-1.

Haut de page

Notes

1 L’étude diachronique du site de la place Navone a fait l’objet d’un projet de recherche piloté par Jean-François Bernard financé par l’ANR de 2006 à 2010 ; un état de la question concernant S. Agnese in Agone est donné dans Sotinel 2014. Je remercie Yann Rivière qui a suscité cette rencontre alors qu’il était directeur des études pour l’Antiquité, et Massimiliano Ghilardi, dont la contribution a été infiniment précieuse dans la phase de préparation de la rencontre et qui a encore aidé à réunir les textes des différents contributeurs.

2 Bernard 2014.

3 Cooper - Hillner - Leyser 2006.

4 La fouille est une opération de sauvetage dans la crypte de S. Agnese in Agone, réalisée en 2009-2010 par la Soprintendenza archeologica di Roma (PI: Paola di Manzano).

5 Ainsi F. Bisconti, dont la présentation de l’iconographie d’Agnès a été un élément important dans la réflexion sur le développement de son culte, a publié l’essentiel de sa communication dans Bisconti 2011. On lira aussi avec intérêt Cooper - Hillner - Leyser 2006 sur les questions de topographie religieuse abordées dans la table-ronde, et Cooper 2005 sur la figure martyriale d’Agnès.

6 Guidobaldi 2011-2012.

7 Dewailly 2013, avec références aux rapports de fouille précédents dans les volumes 121, 1 et 122 2 des MEFRA. Michel D’Annoville - Ferri 2014.

8 Ainsi les thermes d’Agrippa ou le théâtre de Balbus.

9 Spera 2014, note 71.

10 Bernard - Ciancio Rossetto 2014.

11 En attendant la publication espérée de cette belle fouille, dont les résultats sont évidemment propriété de Paola di Manzano, les informations qui suivent sont basées sur les notes prises pendant la table-ronde et sur les résultats des datations C14. On comprendra à la lecture l’impossibilité de les ignorer ici. Ils sont aussi évoqués dans Guidobaldi 2011-2012, p. 438.

12 Archaeometry Datelist 35, in Archaeometry (à paraître).

13 Une datation d’un siècle postérieure à celle obtenue pour les inhumations éparses trouvées dans la fouille du 62 place Navone : Dewailly 2013.

14 Comme le pense Marucchi 1902, p. 417 ; Walser 1975, p. 168 pense que l’église était au VIIIe siècle « noch ein bescheidenes Oratorium », un modeste oratoire, expression reprise par Claussen 2002, p. 46, qui évoque aussi celle d’une église qui aurait été simplement réaménagée par Callixte III, hypothèse retenue par Guidobaldi 2011-2012.

15 Brève et efficace synthèse de l’état des études sur l’Itinerarium Einsidelnsis dans Santangeli Valenziani 2001, avec bibliographie antérieure. De nombreux compléments bibliographiques sur le sujet dans les articles du dossier.

16 C’est une des plus anciennes mentions de l’oratoire ad praesepe aménagé dans une crypte de S. Maria Maggiore au moins depuis le pontificat de Théodore (642-649) : LP 1, p. 331 ; Leclercq 1932, col. 2112-2117. La mention peut renvoyer à l’église toute entière ou à l’oratoire seul.

17 Les quatre autres sont les églises Sanctae Eufemiae in uico patricii (itinéraire 1, Walser, p. 162), Sancti Felicis in Pincis (itinéraire 2, Walser, p. 168) et Sanctae Agathae in diaconia (itinéraire 3, Walser, p. 173), ainsi que Pudentiana in vico patricii (itinéraire 1, Walser, p. 162).

18 Itinéraire 1, l’église de S. Vitale peut être identifiée avec le titulus Vestinae, du Ve siècle ; les chevaux sont les statues des Dioscures.

19 S. Susanna est nommée deux fois, dans l’itinéraire 2 en relation avec l’aqueduc du Latran, sans doute l’aqua Claudia, ici dans l’itinéraire 3 en relation avec les chevaux de marbre, sans doute encore les Dioscures.

20 Itinéraire 1 et 8 (Walser, p. 162 et p. 189). L’Itinéraire est une des seules sources, avec la Not. Reg. VIII, à mentionner l’Umbilicus Romae, et l’unique à le mettre en relation avec une église dédiée à saint Serge, surement SS. Sergio et Bacco, devant le temple de la Concorde : Coarelli 1999.

21 Itinéraire 8.

22 Peu après S. Agnes dans l’itinéraire 8. Il s’agit du temple de Minerva Chalcidica, attesté aussi chez le Chonogr. a. 354, 146 M et plus tard dans les Mirabilia, 22, 50. L’Itinerarium Einsidlensis est le premier texte à mentionner l’église S. Maria sopra Minerva (de Caprariis 1996). L’itinéraire 4 (Walser, p. 175) mentionne encore le temple de Minerve, sans évoquer cette fois l’église.

23 Itinéraire 1. Il s’agit de S. Agata in Suburra, qui existe déjà au Ve siècle. Münz 1886, p. 312, pense qu’il s’agit des peintures et/ou mosaïques réalisées par Grégoire le Grand lui-même à l’occasion de la reconsécration de l’église arienne de S. Agatha dei Goti au culte catholique en 594 ; cette opinion est en contradiction avec le fait que Grégoire a fait introduire dans cette église les reliques de saint Sébastien et sainte Agathe. On voit mal pourquoi il y aurait peint Paul et la vierge Marie.

24 Itinéraires 1 et 5 (Walser, p. et 178) ; Delle Rose 1996. L’église est attestée aussi par sa restauration par Hadrien I (LP 1, p.  507) et une donation de Léon III (LP II, p. 20) ; elle est remplacée par S. Lorenzo in Panisperna au XIe siècle.

25 Itinéraire 7. Situé par l’Itinéraire sur le Janicule (Walser 1975, p. 82-83) ; voir De Spirito 1995 où la localisation et l’identification du lieu sont discutées avec une bibliographie récente. Le monument n’est pas précisément identifié.

26 Sur l’apparition du toponyme ago pour désigner la place, voir infra notes 31-32.

27 Il s’agit d’un oratoire appelé Dua Forna ou Dua Furna, dédié à sainte Agnès et faisant partie du monastère de Sainte-Praxèdre : Duchesne 1907, p. 485-486 ; Thacker 2014, note 2.

28 Thacker 2014, note 57. Agnès est fêtée le 21 janvier dans la Depositio martyrum du milieu du IVe siècle ; une deuxième fête dans le martyrologe hiéronymien, au 27/28 janvier. Aucune indiction topographique n'est donnée qui permettrait de supposer que l'une des deux célébrations a lieu ailleurs que dans la basilique cémétériale.

29 Jubaru 1907, p. 107 par exemple.

30 Thacker 2014, notes 7 à 17, expose les différentes interventions pontificales dans el culte d’Agnès.

31 Guidobaldi 2011-2012, p. 402.

32 Cancellieri 1811, p. 27-29. La mention de S. Maria se trouve dans Nibby 1818, p. 77, note 2.

33 Cancellieri 1811, p. 27 résumant les réflexions de Nardini (Nibby 1819)

34 Guidobaldi 2011-2012.

35 LP 2, p. 376-379.

36 Miccoli 2000 (reprenant la notice du Dizionario biografico degli italiani).

37 Guidobaldi 2011-2012, d’après Martinelli 1653.

38 BHL 1565, 2, AASS Jan. II, p. 716 ; dans le texte, la nudité d’Agnès est cachée par la pousse miraculeuse de ses cheveux et l’ange la rend invisible par une lumière extraordinaire ; ensuite apparaît à le jeune fille cette étoffe très blanche dont elle se vêt ; la référence mariale apparaît dans le sermon du Ps. Maxime de Turin, qui dit aussi qu’elle est « vêtue par un bon ange » (PL 57, col. 645b).

39 Selon BHL 1565, 3, AASS Jan. 2, p. 717. Voir le résumé détaillé de la passion dans Lanéry 2014.

40 Martinelli 1653, p. 52.

41 Cité dans Guidobaldi 2011-2012, p. 426.

42 Ibid., p. 404-422, avec fac-simile, transcription, traduction et commentaire du texte.

43 Martinelli 1653, p. 52.

44 Un utile, mais forcément simplificateur bilan des constructions ecclésiastiques à Rome entre le VIe et le VIIIe siècle dans Guidobaldi 2001. S. Agnese in Agone y est comptée parmi les églises non titulaires du VIe siècle.

45 Grégoire, Homélies sur l’évangile X et XI. L’identification à la basilique funéraire d’Agnès est universelle, et reprise dans Etaix - Judic - Morel 2005, p. 259 et ici par A. Thacker. J’ignore si l’hypothèse a déjà été envisagée sérieusement ; il est vrai que ce que Fra Marino de Florence appelle une ecclesiuncula (supra note 41) n’évoque pas, architecturalement, une basilique, mais si on admet que le terme désigne aussi l’église Saint-Félix in Pincis (Etaix 1999, p. LX ; Sotinel 2002), l’argument n’est pas dirimant.

46 Wierbelauer 2014.

47 Thacker 2014, notes 17, 20, 35 et 36.

48 Bauer 1997 ; Santangeli Valenzani 2001.

49 Goodson 2014.

50 Mirabilia, 8, Valentini-Zucchetti III p. 23-25. La plus ancienne rédaction des Mirabilia Urbis Romae date des années 1140-1143 (Valentini-Zucchetti 1946, p. 1-16 ; Accama - Dell’Oro 2004, p. 15-17)

51 Le circus Flamineus qui est nommé ne peut être confondu avec le stade de Domitien, puisque sa localisation est précisée ad pontem judaeorum. Le stade de Domitien y est désigné comme theatrum Alexandri iuxta Santam Mariam Rotundam : Mirabilia 7, Valentini - Zucchetti 1946, p. 23, note 2 ; Accama - Dell’Oro 2004, p. 118, n. 56. L’absence d’Agnès n’est pas très suprenante si le titre du chapitre des Mirabilia est exact : les lieux mentionnés dans les Passions. Lanéry 2014 souligne qu’aucun lieu intra muros n’est identifié dans celle d’Agnès.

52 Le chapitre en question n’utilise que peu de textes : les actes apocryphes des Apôtres et les passions des saints Sébastien, Sixte, Laurent, Marius et Martha, Cornelius et Prisca. Valentini-Zucchetti 1946, p. 143-167.

53 Supra, note 31.

54 La nature du lieu désigné n’est précisée que pour des monastères et des oratoires ; le plus souvent, le mot « église » est sous-entendu et suivi par le nom du saint titulaire au génitif. On trouve aussi le nom du saint à l’accusatif (ad sanctum Marcum, ad sanctum Theodorum) ou au nominatif (sancta Susanna, sanctus Vitus, etc.). Je n’ai trouvé aucune cohérence dans ces usages, sinon que le nominatif est particulièrement fréquent dans l’itinéraire 7.

55 Supra notes 4 et 11 et 12.

56 Analyse ostéologique réalisée par Stefania Di Giannantonio, du service anthropologique de la Soprintendenza Speciale per i Beni Archeologici di Roma, en 2010.

57 Même si l’église est appelée monasterium en 1093 (Schuster 1921, p. 148-150), elle ne l’est plus lors de la restauration 1123 de Callixte II, qui la confie au clergé séculier. En 1186, elle est filiale de S. Lorenzo in Damaso sous le nom de Sancta Agnes de Cryptis Agonis (Sciubba - Sabatini 1962, p. 20 ; Guidobaldi 2011-2012, p. 402 renvoyant à Ciampini 1697, p. 154 pour la retranscription de la bulle d’Urbain III).

58 Sciubba - Sabatini 1962, p. 19, qui ne donnent pas la référence de ce qui est apparemment une citation.

59 Sur la complexité des fondations cléricales déjà dans l’Antiquité tardive, voir Hillner 2007.

60 Je tiens particulièrement ici à remercier tous les participants, y compris ceux dont les publications ne sont pas publiées ici, pour avoir contribué à donner du sens à la confrontation de ces points de vue. Un remerciement particulier à Jean Guyon, dont les interventions dans la discussion et les conclusions ont été particulièrement éclairantes.

61 Goodson 2014.

62 Romanacce 2014.

63 Sur cette dernière église, voir aussi Leyser 2007.

64 Bowes 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Sotinel, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1700 ; DOI : 10.4000/mefrm.1700

Haut de page

Auteur

Claire Sotinel

Université Paris-Est Créteil, CRHEC (EA 4392) - claire.sotinel@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org