Navigation – Plan du site
Le monopole de l’alun pontifical à la fin du Moyen Âge

Commerce, finances et pouvoir : la redistribution des aluns méditerranéens dans l’Europe du Nord-Ouest et en France au XVIe siècle

Jacques Bottin

Résumés

L’article examine la commercialisation de l’alun méditerranéen, en particulier celui de Tolfa, dans l’Europe du Nord-Ouest au xvie siècle à différentes échelles. Il s’intéresse d’abord à la question mal connue de la redistribution du produit depuis les Pays-Bas du Sud et l’entrepôt anversois en direction des territoires drapiers allemands et britanniques où il était utilisé. Il met en évidence l’activité de marchands moyens à demi spécialisés dans cette fonction. Fondée sur les sources comptables relatives au droit d’entrée des aluns en France et à Rouen, dans les années 1570, une autre partie de l’enquête ouvre d’autres horizons. Elle permet de réévaluer nettement à la hausse les données avancées par Jean Delumeau à partir des sources romaines, sur la consommation d’alun des régions du Nord-Ouest de la France, ce qui infirme l’hypothèse, fondée sur ce constat, d’une crise industrielle dans la période. Elle met d’autre part en évidence les tendances au monopole qui caractérisaient ce commerce particulier, organisé de fait à l’échelle européenne. Enfin, l’observation des acteurs fait ressortir, sur le versant français, comme on le voit en Angleterre, la force des intérêts qui liaient les fermiers des droits aux importateurs et aux cercles du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Delumeau 1962a.
  • 2 Voir Grendi 1971.
  • 3 Outre les travaux de Simon Hart sur l’Italienfahrt et, plus récemment, de Maria Christina Engels su (...)
  • 4 Arrivée à son maximum au début des années 1560, cette production était déjà en déclin à la fin des (...)

1L’étude que Jean Delumeau a consacrée à l’alun de Tolfa1 reste encore aujourd’hui sans équivalent en ce qui concerne la commercialisation du produit à l’échelle européenne. Les lignes de force de l’ouvrage s’inscrivent dans un contexte historiographique qu’il convient toutefois de rappeler. Bien après l’étude pionnière de Ludwig Beutin sur la descente en Méditerranée des navires venus des des ports baltes, on s’interrogeait alors sur l’évolution comparée des dynamiques économiques européennes en avançant l’idée d’un renversement de leadership profitable aux nations du Nord de l’Europe. Hypothèse que semblent confirmer les observations d’Edoardo Grendi sur les importations génoises de céréales autour des années 1590-1600, animées et dominées par les Néerlandais2. Comme, sur le versant Nord, les sources amstellodamoises et divers travaux démontrent l’importance de la présence flamande, et parfois française, à Naples, Livourne et Venise à la fin du xvie et au début du xviie siècle3. C’est bien cette perspective qu’adopte l’auteur de L’alun de Rome lorsqu’il voit dans l’évolution du commerce de l’alun de Tolfa, et par voie de conséquence de sa production, le témoin du renversement des dynamiques économiques en faveur de l’Europe du Nord-Ouest, au détriment de l’Italie. Au début de l’époque moderne, l’évolution du négoce international des aluns aurait ainsi connu deux temps forts: d’abord, dans les années 1560, la perte progressive par les Italiens de la maîtrise du transport de la matière première au profit des nations maritimes septentrionnales (Angleterre, France, Pays-Bas) puis, après 1610, la montée de la concurrence dans le secteur de la production, au sein même d’anciennes zones d’importation. Le développement des mines du pays de Liège, et surtout les nouveaux procédés techniques qui permirent aux Anglais de valoriser les aluns du Yorkshire mirent alors à mal le quasi-monopole de production de Tolfa et la position hégémonique des aluns romains dans la consommation des industries anglaise, néerlandaise et française. Position que les aluns espagnols de la région de Mazarrón et de Carthagène n’avaient jamais vraiment pu contester4.

  • 5 Les propriétés de mordant de l’alun indispensables à la majorité des colorants (pastel exclu), pour (...)

2S’agissant de la commercialisation, Lawrence Stone a parfaitement défini ce qui faisait du négoce des aluns une entreprise propice à l’établissement d’un monopole. La combinaison, jusqu’aux premières décennies du XVIIe siècle, d’une offre limitée en provenance d’un très petit nombre de sites, et d’une demande impérative de la part des principales industries consommatrices (teinture des draps et des cuirs), peu élastique en l’absence de tout produit de substitution5. Si l’historiographie anglaise semble méconnaître l’ampleur de la demande qui émanait des territoires drapiers du royaume de France, les caractères propres à la commercialisation des aluns vers les principales zones de demande sont ainsi tracées. Seuls de petits groupes d’acteurs purent s’en assurer la maîtrise, et ce furent d’abord, et pour longtemps, les négociants Génois qui la détinrent. En bonne logique on les trouve établis, jusqu’au milieu des années 1560, dans les entrepôts qui dominaient l’Europe du Nord-ouest: Bruges puis Anvers. Cette phase de l’histoire de la commercialisation de l’alun, d’abord d’origine turque, par les Génois au milieu du xve siècle jusqu’à leur main mise sur la ferme de Tolfa, après une domination florentine, est connue.

  • 6 Pour le Moyen Âge, mise au point ancienne, mais largement fondée sur les sources centrales et local (...)
  • 7 Le 11 mai 1497 : l’archiduc Maximilien permet aux marchands espagnols de vendre 600 charges d’alun (...)

3Dès ce moment, la commercialisation des aluns dans les régions de l’Europe du Nord-Ouest représentait un tel enjeu pour des secteurs primordiaux de la production industrielle qu’elle suscita l’intervention du pouvoir politique. En témoignent, aux Pays-Bas6, les conditions favorables consenties, en 1497, aux marchands d’Espagne, de Castille et de Biscaye résidant à Bruges au mépris de l’accord conclu avec les Florentins7.

4Un demi-siècle plus tard, les chiffres qu’avance avec prudence Jean Delumeau sur la répartition des aluns de Tolfa commercialisés par grandes zones d’importation, confirment l’importance de ce débouché. En dépit d’amples fluctuations annuelles, près de 60% des quantités exportées entre 1531 et 1553 auraient été destinées à des territoires situés au-delà du détroit de Gibraltar. Observation conforme à ce que l’on sait du développement des industries du drap et du cuir aux Pays-Bas, en France et en Angleterre. Il reste toutefois plus difficile d’enquêter sur la diffusion du produit à l’échelle locale et sur ses usages. À cet égard, la pauvreté du contexte historiographique ne fait que refléter un défaut de sources ou, lorsqu’elles existent, leur maigre qualité informative, en l’absence de papiers d’affaires émanant des importateurs. En dépit de son caractère pondéreux, le produit échappe en effet largement à l’observation, et lorsqu’on le repère, ce n’est jamais de manière continue. S’il donc est impossible d’envisager la question à l’échelle des principales régions importatrices, et de confronter ainsi les données recueillies sur le versant italien avec les importations, quelques exemples permettent, à défaut de toute évaluation quantitative, de tracer quelques traits essentiels de cette circulation, dès les années 1500.

La redistribution de l’alun au Nord-Ouest de l’Europe dans la première moitié du xvie siècle: quelques pistes

  • 8 Voir Doehaerd 1962-1963. La source est discontinue.
  • 9 D’après les sources pontificales, Delumeau évoque pour Rouen des quantités de 5 à plus de 7 000 can (...)
  • 10 Émile Coornaert a noté la présence de quelques marchands picards en quête d’alun à Anvers et il évo (...)
  • 11 L’absence de réexpédition importante vers la France ne doit pas surprendre, compte tenu des entrées (...)

5Bien qu’assez minces, les données que l’on peut extraire des certificats délivrés par l’échevinat anversois (certificatie boeken) qu’a édités Renée Doehaerd, fournissent des indications sans équivalent pour les décennies de la charnière xve-xvie siècle8 sur l’hinterland de la capitale brabançonne. Certes, la proportion d’actes qui évoquent le transport d’alun entre 1490 et 1513 reste faible: un peu plus de 120 sur un total de plus de 2 600 actes (à peine plus de 4,5%). De plus, aucun d’entre eux ne porte sur des quantités d’un ordre de grandeur comparable à ce que révèlent, au même moment, les entrées mesurées à Rouen9, la principale porte d’entrée des aluns en France. De fait, les actes qu’enregistrent les clercs de l’échevinage anversois ne concernent pas l’importation de l’alun mais sa redistribution, et c’est ce qui fait l’intérêt de la source. On y voit opérer des marchands de moindre envergure, et il est possible d’identifier quelques-uns des canaux de circulation intérieure d’un produit dont l’origine – levantine, italienne, espagnole? – est inconnue. Sans doute non dépourvue de biais10, la source révèle une géographie qui correspond à ce que l’on sait des échanges d’Anvers avec son arrière-pays11. Qu’il s’agisse des Pays-Bas ou des pays allemands, les aluns achetés à Anvers gagnent des zones connues pour leur activité textile: le territoire qui s’étend entre Aix-la-Chapelle et Cologne (Düren, Juliers), les Ardennes méridionales (Verviers, Saint-Hubert), la région de Liège et celle Maastricht, et des destinations plus lointaines situées en territoire allemand: Francfort, Brunswick, Lippe, Hildesheim, Soest et même Nuremberg.

  • 12 Une analyse comparative des quantités transportées vers Cologne et Maastricht est tout à fait illus (...)
  • 13 Le 31 juillet 1506, 14 balles, le 31 juillet 1507, 10 balles, le 26 février 1508, 14 balles, (Doeha (...)
  • 14 Neuf mentions de ce type de chargement, parfois concomittant avec celui de l’alun,( Doehaerd, 1962- (...)

6Un examen attentif des données montre qu’il ne s’agit pas seulement d’achats directs. Alors que, pour la plupart des sites concernés, les opérations sont limitées en nombre et en quantité, Cologne n’est pas seulement, et de loin, la ville concernée par le plus grand nombre d’achats à Anvers (66), loin devant Maastricht (20); elle est aussi celle où l’on repère les acteurs les plus importants12. Certains d’entre eux, tel Ghijsbrecht van der Schout, interviennent assez souvent sur l’alun: quatorze fois pour ce dernier, entre le mois d’août 1502 et avril 1508. Si cet importateur de drogueries (droech goet), c’est-à-dire aussi de teintures, fait charger à plusieurs reprises de petites quantités d’alun (inférieures à 5 balles) pour Cologne – sept mentions de ce type – il en importe aussi des lots plus importants13, selon toute vraisemblance destinés à des acheteurs multiples. Les expéditions d’un autre importateur colonais actif sur le marché anversois, Godevaert Steercken, précisent le profil de ces marchands grossistes ou semi-grossistes. Tout en opérant sur une assez large gamme de produits, ils témoignent d’une spécialisation relative: plutôt orienté vers le commerce d’épicerie et de fruits secs, Steercken importait aussi assez souvent de la garance en même temps que de l’alun14.

  • 15 Voir, dans le Registre de revenus douaniers (entrées et sorties) de Middelbourg, Arnemuiden, Veere (...)
  • 16 Par exemple, chargement par Pieter Pietersz et Lambrecht Cornelisz de Dordrecht de 1700 lb d’alun p (...)

7Bien sûr, ces données ne permettent pas de reconstituer de manière très précise les contours d’un secteur sans doute bien plus actif que ce qu’en disent les éléments d’information disponibles. Elles soulignent pourtant un aspect du rôle des ports des Pays-Bas dans la redistribution de l’alun méditerranéen vers le reste de l’Europe du Nord-ouest. Une fonction dont on retrouve la trace dans une conjoncture un peu plus tardive sur le versant britannique. Les comptes des receveurs des droits sur les sorties des ports des Pays-Bas du sud, et les registres d’entrées dans les ports anglais ou écossais montrent qu’il était courant de réexpédier de Zélande des quantités non négligeables d’alun à destination de l’écosse et du Nord de l’Angleterre dans les années 154015. Encore observables quelques décennies plus tard, ces mouvements vers les ports anglais du Nord et de l’Est témoignent aussi de la circulation du produit entre les ports néerlandais16.

  • 17 Logiquement, elles accompagnent un chargement de garence (Dietz 1972, n° 574), décharge de la Prymr (...)
  • 18 Voir Stevenson 1893, n° 1069, 30 mars 1565 : [they] « complain that they are prohibited from import (...)
  • 19 Dans deux lettres, l’ambassadeur d’Espagne en Angleterre, Guerau de Spes, évoque le danger pour l’A (...)
  • 20 Exemple avec la vente de 12 000 centners d’alun par William Davidson, agent d’Elizabeth à Anvers, p (...)
  • 21 On le voit obtenir la licence d’importation (« cloth of silk or of silk and gold… madder, alum, oil (...)
  • 22 Voir Stone 1956 ; Delumeau 1962a.
  • 23 L’ouvrage de Philip Beale et alii (Beale - Almond - Scott-Archer 2011) publié à la suite de la vent (...)

8La source qui devrait fournir les éléments les plus consistants sur les importations anglaises est en revanche plus dévevante. Dans une conjoncture il est vrai fort peu favorable – les années 1567-1568 – le Port Book de Londres, leur principale porte d’entrée, n’offre en effet que de maigres indices. Sur près de 850 cargaisons taxées à l’entrée, seules quatre mentionnent un chargement d’alun venu d’Anvers (trois fois) et d’Espagne (un cas) dans des navires anglais. Et les quantités déclarées alors restent faibles17. Déjà en 1565, les marchands anglais pétitionnaient contre les difficultés qu’ils rencontraient dans leur commerce avec les Pays-Bas, et dénonçaient le fait qu’ils étaient exclus du commerce de l’alun18. Situation qui devait s’aggraver à la fin des années 1560, avec la détérioration des relations entre l’Espagne et l’Angleterre et l’évolution des troubles religieux vers une situation de guerre permanente aux Pays-Bas. Le problème était réel. L’ambassadeur de Philippe II en Angleterre souligne d’ailleurs la dimension stratégique que le produit avait prise pour une industrie drapière anglaise de plus en plus tournée vers l’exportation de produits finis, autrement dit déjà teints et qui réclamaient l’usage de l’alun19. Cette évolution de la situation politique devait être déterminante pour la commercialisation du produit, Anvers perdant son rôle d’entrepôt presque exclusif pour l’Europe du Nord-Ouest et en particulier pour l’Angleterre. À l’inverse, les opérateurs stationnés en Angleterre se trouvaient désormais en position d’approvisionner les Pays-Bas20. Ce déplacement du centre de gravité des importations d’Anvers vers Londres ne partait pas de rien. Il s’inscrivait dans une longue durée de la présence commerciale et bancaire italienne21 en Angleterre qui avait préparé la prise de contrôle des ténors du commerce italien, génois puis florentins, sur le commerce de l’alun romain (et espagnol) et sur sa redistribution en Europe du Nord-Ouest. Cette histoire, bien connue dans le cas des Palavicino22, un peu moins en ce qui concerne les Corsini23, met en évidence un type particulier d’opérateur. Adossés à des réseaux fondés tout à la fois sur des relations familiales et sur une communauté d’origine – comme on le voit avec les Palavicino et leurs alliés génois Spinola – ils combinaient grand commerce, banque et finance et intervention politique, gagnant ainsi la faveur des souverains. Observé aux Pays-Bas dans une conjoncture précoce, un peu plus tardivement en Angleterre, le processus qui consistait pour les pouvoirs à répondre à l’urgence de besoins financiers en affermant les revenus fiscaux à de grands marchands banquiers était presque la norme. Il n’était pas moins présent dans le royaume de France de la deuxième moitié du xvie siècle. Or le volume des importations d’alun qu’y exigeait la production drapière représentait un réel potentiel fiscal.

L’entrée des aluns en France dans la deuxième moitié du XVIe siècle: enjeux financiers et organisation commerciale

  • 24 « Thus the French… will easily be able to finance the war as long as they need to, for they have ra (...)

9Dans le mouvement général des importations d’alun par l’Europe du Nord-Ouest, le marché français n’occupait pas, une position secondaire, loin de là. Avec des conséquences qui, à l’instar de ce que l’on observe sur le versant anglais, dépassent le seul cadre commercial. Mettant en jeu des intérêts commerciaux et industriels importants, l’entrée massive de l’alun de Tolfa dans le royaume représentait en effet, dans le même temps, un enjeu financier majeur lié à la taxation du produit et à sa gestion. L’ambassadeur du roi d’Espagne en Angleterre, le Comtois Simon Renard, le souligne en juin 1555 dans une lettre adressée à Charles Quint: la taxation de l’alun, déjà fixée à l’époque à trois livres par quintal, représentait un appoint de taille pour les finances royales, notamment dans la perspective d’une reprise des guerres24. L’importance stratégique de ces taxes et leur mode de perception par le biais de la ferme, moyen utilisé par le souverain pour disposer plus vite de fonds, explique les conditions restrictives qui furent imposées à l’entrée du produit sur le territoire du royaume.

  • 25 Ce personnage est mentionné sous différentes autres graphies : d’Adjaceto, d’Adjacette, Dadiaceto, (...)
  • 26 La conservation de ces documents, deux registres qui appartiennent au Chartrier du procureur généra (...)

10Sur la côte méditerranéenne, seule Marseille était autorisée à en recevoir, et sur la façade occidentale, on ne trouve que trois points d’accès principaux, déjà signalés par Jean Delumeau: Rouen, Bordeaux et La Rochelle, auxquels s’ajoutent, mais cantonnés dans un rôle mineur, Fécamp, Dieppe et Saint-Valery. Calais ne joua qu’un rôle ponctuel. Quant au Havre, il n’était que l’avant-port de Rouen. Destinées à rendre le contrôle plus aisé, ces dispositions eurent sans doute comme conséquence l’existence d’une fraude généralisée a priori plus développée sur le versant méditerranéen, plus proche des ports italiens. Elles font cependant de Marseille, et surtout de Rouen, des points d’observation privilégiés de l’importation des aluns « romains » sur le territoire français. Et à cet égard, les comptes qui ont été conservés de la ferme du droit de 60 sols par quintal d’alun entrant en France et sur la façade du Ponant, tenus d’un côté par le fermier général, le Florentin Ludovic Dadjaceto25, et de l’autre par son sous-fermier (et associé) à Rouen, Artus Ygou, représentent un cas peut-être unique. Ils offrent une contre-épreuve à l’image que l’on a construite du commerce international de l’alun de Tolfa, fondée jusqu’à présent sur les sources émanant du pouvoir pontifical et de ses fermiers26. Même s’ils ne couvrent qu’un peu plus d’une décennie – les années 1570-1582/83 –, les papiers de gestion de la ferme contiennent une information à deux niveaux dont la partie locale (la sous-ferme rouennaise) permet de porter un éclairage inédit sur la demande de l’un des débouchés les plus importants de l’alun pontifical, le territoire densément industrialisé de la France du Nord-Ouest.

  • 27 Ce point concerne notamment les transporteurs et les navires dont l’enregistement est assez fluctua (...)
  • 28 Notons, de plus, que la rédaction de ces comptes semblent est pour l’essentiel postérieure aux opér (...)

11La source a ses limites, liées à ses conditions d’élaboration. Comptes d’imposition, les relevés rouennais (1570-1582/3), qui concernent toute la façade du Ponant, épousent la périodicité de la ferme qui se modifie dans le cours de la période. S’ils sont établis avec soin, les enregistrements sont très inégalement détaillés27. Ils disent peu sur les véritables commanditaires des opérations d’importation, lorsqu’ils ne les laissent pas totalement dans l’ombre. Le décalage entre la déclaration des quantités imposées et le paiement effectif des droits impose aussi parfois une véritable gymnastique lorsqu’il s’agit d’établir des agrégats annuels28. Quant aux comptes produits par le titulaire de la ferme depuis 1572, Dadjaceto, leur principale fonction était de rendre compte aux associés des résultats globaux de la ferme, ils fournissent donc moins de détail sur le versant méditerranéen des entrées. Même s’ils ne procurent pas une vision complète des relations bancaro-financières qui sous-tendaient le fonctionnement de la ferme, ils contiennent aussi quelques éléments sur les transferts de fonds ainsi que sur le fonctionnement du crédit et sur les moyens d’enrichissement que procurait la ferme à ses titulaires.

La ferme du droit d’entrée: acteurs et gestion29

  • 29 Rappelons qu’il ne s’agit pas ici de proposer une étude fouillée du milieu social des financiers, m (...)

12Bien que l’on ne possède les comptes généraux de la ferme que pour le bail de six ans consenti à Lodovico Dadjaceto (début juillet 1572-fin juin 1578), l’enregistrement des opérations de la sous-ferme rouennaise, conservé sur une plus longue durée (du 1er janvier 1570 au 30 juin 1583), permet d’identifier deux autres adjudicataires de la ferme, sans toutefois fournir d’indication sur les participants directs ou indirects à l’entreprise, ni sur l’organisation de sa gestion.

  • 30 Sur l’implantation précoce de cette famille de l’oligarchie florentine en France et en particulier (...)
  • 31 Mentions de ce personnage « et ses associés » à propos des remises accordées par la ville de Paris (...)
  • 32 Ehrenberg 1896, vol. 2, p. 160. Observation qui va à l’encontre du poids excessif accordé par l’his (...)

13« Monsieur Rucelay » (Horatio Rucellai)30 est le destinataire du premier registre conservé d’Artus Ygou. De même, c’est à « Monsieur Toustain » que sont adressés le compte pour l’année commençant le premier juillet 1578 et les suivants. Si l’on sait peu du bail Toustain de la « gabelle des aluns »31, les rapports entre les deux fermiers qui le précédèrent sont mieux connus. Ils rendent manifeste la cohérence du groupe de traitants qui s’étaient impliqués dans la gestion de ces impositions « indirectes ». Outre leur origine florentine commune et leur appartenance à l’entourage de Catherine de Médicis, on retiendra surtout ici la continuité de leur action. Le premier compte général de la ferme rendu par Dadjaceto est en effet sans ambiguïté à cet égard. Il est rendu « aux sieurs Oratio Rucelay, Jheronime Salvague et Artus Ygou, ses parsonniers et associez ». Or la part de Dadjaceto n’était pas supérieure à celle de ses deux autres principaux associés, Rucellai et Salvago, soit 3/10. Cette association confirme aussi un autre trait déjà observé par Ehrenberg: la collaboration entre Florentins et Génois dans les affaires financières de la monarchie française32. À cet égard, leur retrait de la ferme au moment où prit fin le bail Palavicino pour les mines de Tolfa (1578) paraît symptômatique.

  • 33 De nombreuses références à la vie de ce personnage, notamment chez l’étoile ou Tallemant des Réaux, (...)
  • 34 Éléments, bien qu’assez peu fouillés, sur ce point dans Richard Gascon (Gascon 1971, p. 62, 596, 70 (...)
  • 35 En août 1571, la constitution à la ville de Paris d’une rente annuelle de 25 000 livres, assignée s (...)
  • 36 Titres faux de Souvigny, Mélanges de généalogie et d’histoire, Bibliothèque nationale de France, Dé (...)
  • 37 Le deuxième compte de « Monsieur Dadjacette » (du premier juillet 1573 au 30 juin 1574) mentionne e (...)
  • 38 Quatrième compte de Dadjaceto, une entrée de 850 quintaux d’alun pour le compte d’Antonio Maria Spi (...)
  • 39  Voir Desjardins 1872, p. 507, lettre de Giulio Busini du 14 mai 1584 : « … Vanozzo da Diaceto è ve (...)
  • 40 Voir Moreri 1718, t. 2, p. 370. Doni est alors l’un des financiers en vue à côté des Zamet et autre (...)
  • 41 Sa fille devait épouser Scipion, fils de Lodovico Dadjaceto.

14Le groupe social qui faisait fonctionner la ferme peut donc être envisagé de plusieurs points de vue. Sans surprise, le premier est celui du groupe familial, qui était donc aussi florentin. Bien que Lodovico Dadjaceto33 soit connu pour son rôle dans la prise à ferme de différents droits de douanes lyonnais, dans les années 1564 et suivantes34, puis comme fermier général des douanes, les liens entre sa famille et celle des Ruccelai expliquent peut-être qu’il ait succédé à Horatio comme adjudicataire de la ferme des aluns et que ce dernier ait continué d’y apporter son concours35. S’il est impossible de préciser la nature exacte de leurs liens de parenté, on sait en effet que Lodovico était le petit-fils d’une Ruccelai, Bartolomea36. Plus précises, les relations internes au petit groupe qui gérait la ferme à Lyon, confirment ce poids des relations familiales. Les comptes généraux rendus par Dadjaceto font en effet apparaître son frère, Jean-Baptiste, opérant comme banquier pour les paiements que la ferme devait effectuer37, ainsi que, ponctuellement, Vanozzo, l’un de ses cousins, que l’on voit recevoir le paiement de l’un des importateurs à Marseille38. Or ce Vanozzo était lui aussi impliqué dans les fermes39. Quant au commis de Dadjaceto, Octavien Dony, aussi d’origine florentine, il devint trésorier des parties casuelles (1582) puis intendant et contrôleur des finances à l’extrême fin du xvie siècle40 sans abandonner ses liens avec Dadjaceto, au contraire41.

  • 42 Les Salvago étaient intéressés au commerce sucrier en Méditerranée orientale, dès la fin du xive si (...)
  • 43 Dans la période où ils étaient associés dans la ferme du droit des aluns, le 28 octobre 1573, Salva (...)
  • 44 Le même compte enregistre plus de 11 000 l.t. dues par Charles Gerenton, au nom de Palavicino, pour (...)

15La densité de ce noyau florentin ne doit pourtant pas conduire à sous-évaluer le rôle des autres acteurs. On l’a souligné, et c’est l’un des éléments qui caractérisent le consortium constitué autour de la ferme des droits des aluns, Florentins et Génois y étaient pleinement associés, comme ils l’étaient dans d’autres affaires. Membre d’une famille en vue à Gênes et impliquée très tôt dans les opérations commerciales de haut vol, Jérome Salvago intervenait dans la ferme à part égale avec Dadjaceto et Ruccelai. La présence de ce marchand-banquier issu d’une famille génoise tournée très tôt vers des affaires commerciales de haut vol42 révèle trois aspects de son fonctionnement. Il témoigne d’abord, on l’a vu, de la cohérence, qui transcendait les origines « nationales », du milieu des financiers, comme le démontre leur collaboration en dehors de la ferme des aluns, dans les affaires financières du clergé liées aux besoins de fonds de la monarchie43. Il confirme aussi l’articulation du commerce de l’alun entrant en France sur le réseau international qu’avaient construit les Palavicino, auxquels les Salvago étaient alliés. Le deuxième compte rendu par Dajaceto est sans ambiguïté sur ce point: dressant l’état des sommes encore dues, il comptabilise 20 450 l. 15 s.t. « dus par Jheronime Salvague au nom du sieur Thobie Palvesime pour reste des droitz des alluns qu’il a faict entrer à Rouen durant lad. annee finie led. dernier jour de juin M VCLXXIII… »44.

  • 45 Archives municipales de Rouen, déposées aux Archives départementales de Seine-Maritime, Journaux de (...)
  • 46 Respectivement 2 060 balles le 9 janvier, Ibid., f. 126v, et 3 282 le 28 avril, Ibid., f. 132v. Le (...)
  • 47 Contrat passé pour sept ans pour 12 000 quintaux par an, renouvelé deux fois, voir Zeller 1947, p.  (...)

16Se dessine ainsi un troisième élément qui confère à Salvago une position clef dans le dispositif: son implantation sur la principale place importatrice d’alun du royaume, Rouen, qui était en liaison constante avec les ports anglais. Si les données relatives à l’entrée du produit, antérieures aux comptes tenus par le sous-fermier et commis à Rouen, Artus Ygou, sont plutôt rares, elles désignent d’ailleurs déjà les Salvago comme les plus gros importateurs sur la place normande. Le frère de Jérôme, Augustin, y avait ainsi fait entrer 2 733, 2 575, puis 3 126 balles d’alun en 156145, et près de 4 500 en 156246. Le Génois opérait alors pour la firme lyonnaise Israël Minckel et compagnie (George Obrecht), adjudicataire du bail des aluns dès 1555 et très impliquée dans l’importation d’alun oriental47.

  • 48 Troisième compte de Dadjaceto, chapitre recettes : « Et au regard de ce que a vallu lad. ferme de M (...)
  • 49 Cazes appartient à une famille de consuls de la ville, Gratien à une famille de marchands et de fin (...)
  • 50 Originaire de Salon, Gérenton fut juge consul de Marseille en 1574, voir Kaiser 1992, p. 223 ; Magn (...)

17Cette position de Rouen comme principale porte d’entrée des aluns explique peut-être une asymétrie dans la gestion à propos de laquelle la source ne permet pas de trancher véritablement. S’il arrive au teneur de livre de Dadjaceto de mentionner que le responsable de la recette de Marseille, Me Jean Cazes, n’a pas envoyé ses comptes48, c’est surtout dans l’organisation des paiements que la gestion Marseillaise semble se différencier. Alors qu’à Rouen, Ygou contrôlait l’ensemble des opérations, même si la question des paiements était assez problématique, le relevé des entrées dans le port méditerranéen fait apparaître les noms de plusieurs acteurs recevant les droits d’entrée – François Citrani, Pantaleon Gratien, Nathal Pascal49 – dont on évalue mal la position par rapport au commis. Plus clair semble le rôle de Charles Gérenton50, qui aurait négocié directement avec Dadjaceto pour le compte de Palavicino.

  • 51 Nombreux éléments notables sur ce personnage dans Tuncq 2002 p. 325-332.
  • 52 Voir Belbeuf 1861, p. 18 et suiv.
  • 53 Des documents comptables relatifs à ces activités se trouvent encore dans le chartrier de Belbeuf a (...)
  • 54 Voir Tessereau 1710, p. 224.
  • 55 Voir Griselle 1912.

18Du côté rouennais, la participation d’Artus Ygou au capital de l’affaire n’était sans doute pas étrangère à la prépondérance des entrées dans le port normand pour les revenus de la ferme. Intéressé aux résultats, il ne pouvait qu’assurer une gestion plus rigoureuse. Loin d’être celle d’un simple exécutant, sa stature diffère notablement de celle des Marseillais qui étaient en charge des taxes sur les aluns dans le port méditerranéen. Sans entrer dans le détail d’une carrière qui pourrait faire l’objet d’une étude plus approfondie51, relevons quelques points qui situent le personnage par rapport à ses partenaires. Artus Ygou était, semble-t-il, issu d’une famille de tabellions ce qui peut expliquer son évolution vers des fonctions à la fois administratives et financières. Il aurait lui-même acquis une partie des droits de la ferme du tabellionage de Rouen en 158652. Les archives qu’il a laissées sont l’un des meilleurs indicateurs de ses intérêts. Exerçant des fonctions d’officier – il fut contrôleur de l’artillerie en Normandie de 1568 à 1599 et garde du scel et contrôleur du domaine du roi en la vicomté de Rouen – Ygou était un professionnel de la gestion des fermes: rentes sur les greniers à sel de la généralité de Rouen, droit de gabelle des généralités de Caen et de Rouen. Il fut aussi receveur du droit du sol pour livre sur la draperie dans le ressort du parlement de Rouen et commis à la recette générale des traites foraines53. Sans doute politiquement assez habile – il fournit des munitions aussi bien aux Ligueurs qu’ensuite aux armées royales – Secrétaire du roi dès 158454, devenu Maître des comptes à Rouen en 1597 et Secrétaire ordinaire de Marie de Médicis de 1604 à 161855, notre homme avait tout pour rassurer ses partenaires au sein de la ferme. Impliqué dans les affaires du grand parti du sel (1586) et lié à Zamet, il faisait en quelque sorte partie du sérail.

Les entrées d’aluns en France entre 1570 et 1583: tentative d’évaluation et interprétation

19Si les éléments que fournissent les comptes généraux de la ferme tenus par Dadjaceto ont une portée toute théorique du point de vue des recettes effectives, les indications qu’ils donnent sur les entrées en volume sont en revanche parfaitement recevables, sans toutefois que l’on puisse évaluer l’ampleur des volumes dissimulés par la pratique de la fraude. Les comptes rouennais ne font toutefois état que d’un nombre limité de poursuites.

Tableau 1 - Valeur des entrées d’alun en livres, sous et deniers tournois par année*

*Rappelons que le contrat ayant débuté au premier juillet 1572, les années comptables vont du premier juillet au 30 juin de l’année suivante. Moyenne à Rouen sur les 6 ans = 34 628 : 3 > 11 542 qx ½ soit en moyenne environ 565,6 t. par an. Moyenne à Marseille sur les 6 ans = 6 005,6 : 3 > 2002 qx soit 98 t. par anfortes années pour Rouen 1573-1574 : 668 t ; 1576-1577 : 795 t ; 1577-1578 : 1 040,5 t

1572-1573 1573-1574 1574-1575 1575-1576 1576-1577 1577-1578
dates comptes 17/3 et 30/8/75 31/8/76 16/9/77
Rouen 27 742.15.5 40 898.10.2 25 636.17 1 113.18 48 669.1 63 708.17
dates comptes 19/5/75 13/7/76 26/7/77
Marseille 2 525.18.8 22 135.10 7 972. 4 1 917.10 938.15 543.14.
Calais 2100 néant néant néant néant néant
  • 56 Le chiffre inférieur à celui de l’année suivante, constaté en 1572-1573, année de grave crise frume (...)
  • 57 À eux seuls ils importent cette année-là près de 63 % des entrées marseillaises. Reppelons que les (...)

20Des chiffres présentés dans le tableau 1, fictif rappelons-le en ce qui concerne les rentrées réelles d’argent, deux points forts peuvent être retenus. D’abord l’irrégularité des entrées d’alun qui dépendaient à la fois de la conjoncture générale et de l’écoulement du produit importé. Difficile d’avancer sur ce point en terrain sûr, dans une échelle de temps aussi courte56. On ne peut sans doute pas exclure des phases d’engorgement du marché, aggravées par un ralentissement conjoncturel de l’activité drapière. Les chiffres démontrent, en revanche, l’absence de compensation entre les entrées des ports du Ponant, bien plus importantes à Rouen, et celles de Marseille, dont le niveau fut dans l’ensemble très inférieur pendant la durée du contrat. Le niveau record atteint dans le port provençal durant l’année 1573-1574 semble en effet relever de l’exceptionnel, et il est imputable à l’intervention de deux acteurs de premier plan: les Génois Thobias Palavicino et Antonio Maria Spinola57.

  • 58 Par exemple 300 qx d’alun « de Constantinople » en 174 balles, venus dans la Nuée pour le compte du (...)
  • 59 Voir, par exemple, les 417 quintaux que le Rouennais d’origine flamande François Delobel fait entre (...)

21La fraude n’est certainement pas la principale responsable de cette dénivellation entre les entrées dans les deux ports, qui témoigne surtout d’une demande beaucoup plus soutenue du côté rouennais, comme le confirment les mentions, dans le compte d’Artus Ygou, de réexpédition vers Rouen d’alun dont les droits avaient été acquités à Marseille58. Tendance qui semble bien se confirmer pendant toute la durée du bail59.

  • 60 Les tableaux XXI-XXIII de l’ouvrage de Jean Delumeau (Delumeau 1963, p. 244-247) indiquent un effon (...)

22Pour approximatives qu’elles soient, les évaluations établies sur la base fiscale sont néanmoins supérieures aux chiffres que Jean Delumeau avait pu reconstituer à très gros traits en tablant sur des sources vaticanes bien plus imprécises ou incomplètes60. La moyenne annuelle des exportations directes d’alun de Tolfa depuis Civitavecchia est en effet évaluée durant le bail de Tobias Palavicino à 4 116 cantares (un peu moins de 4 200 quintaux, poids de roi), dans L’Alun de Rome. Traduites en quintaux d’alun effectivement entrés dans le royaume dans la même période, les recettes de la ferme indiquent, dans le même temps, pour les seules importations rouennaises, une moyenne supérieure à 11 500 quintaux et pour le royaume près de 12 500 quintaux (11 446). L’affirmation selon laquelle le recul des importations des aluns de Tolfa sur le versant français serait à mettre en relation avec un affaissement de la production drapière consécutif aux guerres ne tient donc pas, et ce constat est en accord avec ce que l’on sait de la conjoncture industrielle et commerciale du moment, bien plus dynamique qu’on le pensait, en dépit de crises agricoles sévères.

  • 61 On entend par là les entrées de toute la façade occidentale, registrées dans les comptes rouennais  (...)
  • 62 Part supérieure à 41 % pour les entrées méditerranéennes chez Delumeau, très au-dessus du constat é (...)

23Corrélativement, le déséquilibre entre les entrées rouennaises61 et marseillaises est supérieur à celui qui ressort des données fournies par l’historien de Rome: respectivement 88 et 12%62. Dûment mentionnée dans les comptes, l’importation d’alun turc (« de Constantinople ») n’explique pas ce différentiel. Elle ne dépasse jamais, d’après les comptes, quelques centaines de quintaux, et elle disparaît après 1574. Ces observations font donc surgir une question déjà présente dans l’évaluation des arrivées d’alun aux Pays-Bas avant la fin des années 1560: celle des canaux par lesquels s’opérait la redistribution du produit à l’échelle européenne, à quoi s’ajoute le problème de la nationalité du transport. Seules des investigations menées dans deux directions, inenvisageables dans le cadre précis de ce texte, permettraient peut-être d’y apporter quelques éclairages. Elles concernent notamment l’importance du relais de Cadix dans l’exportation des aluns romains et l’ampleur de la redistribution des « importations » anglaises.

Rouen, principale porte d’entrée des aluns méditerranéens

24Registrées avec un soin particulier par les agents d’Artus Ygou, les entrées rouennaises fournissent un éclairage beaucoup plus précis que les comptes globaux tenus par Dadjaceto. Établis sur un temps plus long – les années 1570-1583 – les relevés du Rouennais autorisent une étude plus précise des opérateurs, qu’il s’agisse des importateurs ou des transporteurs. Ils ouvrent ainsi la possibilité de mieux évaluer les fonctionnements commerciaux et, bien que sur une courte durée, d’en analyser les évolutions.

  • 63 Les Grimaldi n’étaient pas novices en matière d’alun, puisqu’ils avaient obtenu le bail de Tolfa en (...)
  • 64 La décharge à Calais de 300 barils d’alun (653 quintaux, destinés aux Pays-Bas) pour le compte d’Ho (...)

25Celles-ci concernent d’abord le nombre d’acteurs impliqués dans l’importation des aluns à Rouen ainsi que leur origine. Le relevé nominal des marchands importateurs permet en effet d’observer une forte réduction du nombre des opérateurs concernés durant le bail du Florentin, suivie d’une légère inversion de tendance qu’il est impossible de confirmer. Si l’augmentation du nombre des importateurs semble suivre la courbe des entrées, avec un premier maximum (plus d’une trentaine) atteint en 1572, les évolutions divergent ensuite totalement. Faut-il attribuer au renouvellement du bail général, qui a lieu alors, une moindre emprise du groupe dirigeant sur la commercialisation du produit? à l’évidence, le renouvellement des plus gros importateurs liés à la ferme, comme l’arrivée de nouveaux apaltateurs de Tolfa impliquant la mise en place de nouveaux réseaux commerciaux, se traduisirent dans le mouvement des importations (voir le graphique 1). On l’observe aussi bien entre le moment où Jérôme Salvago disparaît du paysage rouennais pour gagner Lyon, après le mois de juin 1575, et celui de son remplacement par une autre Génois d’une famille tout aussi prestigieuse, Jacques Vitali Grimaldi63 que, de manière encore plus spectaculaire, en 1579-1580, lorsque les Olgiatti-Ridolfi remplacent Palavicino. On ne peut exclure que, dans les deux cas, des pratiques d’anticipation aient contribué à engorger le marché. Le fait est connu, s’agissant d’Horatio Palavicino, et le pic atteint par les entrées d’alun à Rouen en 1578, plus de 20 000 quintaux, tend à confirmer cette interprétation64.

Graphique 1 - Importations rouennaises d’alun en quintaux par catégorie d’opérateurs.

Graphique 1 - Importations rouennaises d’alun en quintaux par catégorie d’opérateurs.

(les comptes s’arrêtent au milieu de l’année 1583)

26Il est clair, en tout cas, que la composition du milieu des importateurs évolua notablement dans le temps. Comme on le voit sur le graphique 2, ce groupe était bien plus divers dans les premières années de la décennie 1570 qu’après, et il révèle une situation commerciale où il était plus facile pour les opérateurs d’un certain niveau d’importer de l’alun que ce fut le cas par la suite. Si l’on ne trouve en effet que très peu de marchands de petite envergure impliqués dans cette activité, l’éventail des origines et des nationalités était alors à l’évidence plus large.

Graphique 2 - Nombre et répartition par catégories des importateurs d’alun à Rouen de 1570 à 1583.

Graphique 2 - Nombre et répartition par catégories des importateurs d’alun à Rouen de 1570 à 1583.
  • 65 On ne peut référencer ici tous ces opérateurs connus de la place de Rouen. Voir notamment Bottin 19 (...)
  • 66 En 1573, Georg Willem (peut-être un Néerlandais), en janvier 1574, les Manlich d’Augsbourg, représe (...)
  • 67 Par exemple près de 600 quintaux pour André Dujardin en octobre 1570, près de 800 pour André de Sal (...)
  • 68 725 quintaux importés par Simon et Nicolas Le Juge, associés en une occasion à Claude de Paris, en (...)
  • 69 Importation à la fin du mois d’août et au début de septembre 1572 de plus de 2 740 quintaux d’alun (...)

27Ces acteurs sont d’abord des Rouennais, parmi lesquels on identifie aussi bien de grands marchands d’origine castillane – Saldaigne, Salamanca, Medina Arriaga, Maluenda, Quintanadoines – anglaise – les Sonning –– ou néerlandaise, que le gratin des locaux65 – les Dujardin, Dumoucel, Bachelet, Le Cuillier, Puchot, Hallé, Paviot –, puis des opérateurs parisiens, bordelais, et bretons ainsi que quelques étrangers, surtout anglais et allemands66. Retenons de cette première approche quelques observations. La première concerne l’intervention d’une partie de l’élite négociante rouennaise du moment dans le commerce d’importation de l’alun pour des quantités qui, sans atteindre celles que manipulaient les opérateurs italiens, n’étaient pas négligeables67. Ils en redistribuaient sans doute une partie en-dehors de la ville et même de la région. Opérations qui s’inscrivaient dans une logique commerciale évidente pour les Castillans de Rouen: gros vendeurs de laine à Beauvais et Paris, ils pouvaient tout aussi bien y écouler de l’alun. Autre observation, qui va dans le même sens d’une redistribution vers l’intérieur, on repère la présence d’acheteurs parisiens, en particulier de grands marchands teinturiers comme les Gobelin et les Le Juge68, ou comme les héritiers de Pierre Croquet, en capacité de collaborer avec des marchands importateurs de haute stature comme le Lucquois Paolo Lamberti69.

  • 70 Cette position de force, qui est aussi liée à la présence de Salvago parmi les actionnaires de la f (...)
  • 71 En 1577, sur les près de 21 000 quintaux d’alun entrés à Rouen, plus de 93 % l’étaient pour le comp (...)
  • 72 « A cause de la somme de trente quatre mil trois cens dix-huict livres cinq solz tz en autre partye (...)

28Même si sa part le plaçait déjà au-dessus du lot – durant l’année 1572, Jérôme Salvago importa à lui seul plus de 5 700 quintaux d’alun, soit 42,5% du volume total entré à Rouen – l’opérateur unique lié directement à la ferme n’avait pas donc pas encore acquis, au début des années 1570, une position de monopole. On voit (graphique n° 2) qu’entre 1574 et 1580, le nombre des acteurs s’était en revanche considérablement réduit. Qu’il s’agisse de Salvago70 entre 1573 et 1576 et surtout de Vitali en 1577 et 1578, la tendance au monopole avait pris corps71 et Vitali était lui aussi ouvertement présenté dans les comptes comme le facteur de Tobie Palavicino72.

  • 73 La rupture de charge qui intervient au Havre avant la remontée sur Rouen ne permet qu’assez raremen (...)
  • 74 5e compte d’Artus Ygou à Dadjaceto, 1er juillet 1576-30 juin 1577, ADSM 16 J 185.
  • 75 Preuve en est l’enregistrement de l’entrée de plus de 5 200 quintaux entre le 2 septembre 1581 et l (...)
  • 76 Entrée de plus de 6 600 quintaux pour les frères Chauvin en juillet-août 1582, et près de 7 700 ent (...)

29Comme on l’a évoqué plus haut, à propos des débuts du bail Palavicino, les effets du changement de bail sont parfaitement repérables dans l’évolution des importations rouennaises. Ils se traduisent alors par l’intrusion des Bretons dans ce commerce particulier. Discrets jusqu’en 157773, les marchands malouins entrent une première fois dans la danse en 1577, Vittali affirmant avoir acheté à « Artur, Gravé et Richomme, marchands bretons » 1 642 quintaux et ½ d’alun entrés en février et mars 157774. Ce sont là quelques-uns des acteurs les plus importants du port breton. Leurs relations avec Vittali étaient encore d’actualité en 1579, mais dans une position différente où le Génois leur servait cette fois de facteur pour faire enregistrer leur marchandise. Ce sont au total près de 4 900 quintaux que Jean Lelarge et Charles Leflo faisaient entrer à Rouen entre le 21 février et le 9 mai. Si l’on y ajoute les près de 2 600 quintaux importés par Jonchée et Crosnier de Saint-Malo, au début de l’année 1580, ce court épisode représente sans aucun doute une première phase de l’implication directe des Malouins dans ce trafic. Les volumes déchargés sont ensuite moins importants et leur présence plus erratique. L’hésitation sur la désignation d’un représentant des apaltateurs à Rouen, jusqu’au début de l’année 1582, peut expliquer cette première incursion notable des Bretons sur le marché de l’alun75, avant qu’ils ne s’en assurent le contrôle après les années 1620. En parallèle, comme à la charnière des années 1572-1574, on observe en 1578 et au début des années 1580 une diversification des opérateurs dont on ignore si elle se poursuivit. Elle ne contredit toutefois pas la pression de très gros importateurs, comme le Lucquois Pendolfo Cenami ou les Rouennais Nicolas et Thomas Chauvin76.

  • 77 Plus de 5 850 quintaux venus dans six « heux » après avoir été débarqués au Havre « de la hourque d (...)
  • 78 Au même moment, on retrouve Velutelli parmi les prêteurs à la couronne anglaise sur le marché anver (...)

30Le surgissement de ces nouveaux maîtres de l’importation des aluns à Rouen, dès la main-mise génoise terminée, conduit à s’interroger sur la tendance à l’organisation monopolistique qui pesait sur l’importation des aluns en France, mais de manière plus large dans toute l’Europe du Nord-Ouest. Quel était le poids des « nations » dans ce processus? Toute qualification trop rapide des groupes d’hommes qui menaient ces affaires peut conduire au contresens. Peut-on parler d’un monopole génois77 qui aurait exclu d’autres opérateurs de haut niveau? Comme on l’a signalé à propos de la ferme, le transport de l’alun depuis la Méditerranée témoigne plutôt d’une collaboration qui contredit l’idée d’une opposition fondée sur l’appartenance aux différentes « nations italiennes », sans exclure l’affrontement entre des groupes rivaux. Plusieurs éléments le prouvent. En 1573, en plein développement de l’emprise de Salvago sur les entrées rouennaises, une partie importante de ses propres importations de balles d’alun de Tolfa étaient arrivées à Rouen dans la hourque du Lucquois Acerbo Velutelli, personnage établi à Londres depuis les années 1560, et l’un des banquiers de la Reine78.

  • 79 Erreur d’appréciation sur ce point de Philip Benedict (Benedict 1894, p. 57).

31Les rapports qu’entretinrent, autour des années 1600, les principaux importateurs rouennais, les Lucquois Cenami, avec les apaltateurs Olgiatti-Ridolfi-Altoviti et le Florentin de Londres Filippo Corsini confirment l’existence de réseaux qui ne se constituèrent pas sur la base d’une stricte appartenance « nationale ». De même, la présence de Rouennais très actifs au début des années 1580 comme les frères Chauvin (ils étaient d’origine dieppoise) ne doit pas nous tromper. Ils avaient opéré à Dieppe et à Rouen sur d’autres produits pour le compte du Lucquois Paolo Lamberti, importateur d’alun, au début des années 1570, et c’est pour le compte des apaltateurs qu’ils intervinrent massivement, nous l’avons vu, en 158279. Or, quelques années plus tard, Thomas Chauvin opérait aussi pour la firme génoise des Costa, implantée à Lyon, sans que l’on sache s’ils l’avaient chargé d’importer des aluns.

  • 80 La société, au capital de 18 000, entre Pandolfe Cenami, Charles de Saldaigne et Ferrante Sbarra, e (...)
  • 81 Voir Jeannin - Bottin 1990, p. 175-177. En 1607, François, le fils de Pendolfe Cenami est le nouvel (...)

32Si l’absence de sources émanant de la ferme interdit toute analyse précise du déroulement des choses après le mois de juin 1583, quelques données recueillies dans le tabellionage rouennais nous permettent de poser quelques jalons sur le devenir du négoce des aluns à Rouen. Ces informations qui concernent en particulier les Cenami, très gros importateurs d’alun de Tolfa de 1583 à la fin des années 1590, confirment la tendance à la concentration des affaires relatives au commerce de l’alun entre un petit nombre de mains, presque uniquement italiennes, même si le transport leur échappa progressivement. Sans entrer ici dans le détail de leurs affaires, soulignons l’un des traits qui caractérisent au final l’organisation du commerce de l’alun à Rouen et en France: la fréquence de la collusion entre perception des impositions pesant sur le produit et sa commercialisation. On sait qu’en 1588, alors que les Cenami étaient les plus gros importateurs sur la place de Rouen, la ferme y était tenue par Thomas de Saldaigne, frère de Charles qui avait été l’associé de Pendolfo Cenami dès la fin des années 1570 et était en compagnie avec lui depuis 158380. En 1597, la ferme restait dans ce cercle étroit puisque l’adjudication était emportée par Nicolò Orsucci, parent, associé et fondé de pouvoir des Cenami81.

  • 82 On fait ici allusion aux opérations de change compté (tireur et donneur confondus, de même que tiré (...)

33Dominée par un petit noyau de marchands-banquiers et financiers italiens, la gestion de la ferme des aluns illustre, pour conclure, la confusion des intérêts qui se jouait là. Les comptes généraux éclairent en effet des façons d’opérer dont la transparence n’était pas la qualité première. Et cette opacité rend impossible toute appréciation sérieuse des profits que l’on pouvait attendre de la ferme. Elle permet, en revanche, de comprendre quelques-unes des pratiques qui, articulant les opérations de banque à la gestion des finances, ouvraient des perspectives d’enrichissement supplémentaires au principal titulaire de la ferme. Les comptes tenus par Ygou à Rouen et par les commis de Dadjaceto à Lyon font ressortir le déficit structurel qui touchait la ferme de Rouen et la gestion globale. Le deuxième compte rendu par Dadjaceto à ses associés mentionne, par exemple, le fait que le paiement de près de 40 000 livres t. dues à la ferme étaient en souffrance à la fin de l’exercice fin juin 1574, dont près de 32 000 dues par le seul Palavicino, pour qui, on s’en souvient, Salvago opérait sur la place de Rouen. Un an plus tard, le déficit apparent atteignait 57 750 livres t. dont 37 940 pour le seul Salvago. Or il ne s’agit pas là d’un fait conjoncturel puisque l’on retrouve la même formule à propos des 19 620  ¼ dus par Jacques Vitali au nom de Palavicino, dans le sixième et dernier compte du Florentin. La mention selon laquelle ces sommes étaient payables « au temps contenu en l’accord faict par led. sr Dadjacette avec le sieur Palvesime, suivant les obligations dud. sr Salvague » est trop sybilline pour nous éclairer. Seuls des papiers d’affaires permettraient de comprendre comment s’opéra le règlement de ces obligations entre les parties. Mais on voit bien comment Dadjaceto en tirait profit aux dépens de son associé rouennais. Les revenus de la ferme étant engagés à la ville de Paris à hauteur de 28 000 livres par an, tantôt Dadjaceto se prétendait contraint d’emprunter à Paris en tirant une lettre de change sur les foires de Lyon à raison de 3% de foire en foire, tantôt son frère Jean-Baptiste devait, pour se procurer les fonds manquants, tirer à Lyon « aux paiements d’aoust sur Florence, Venise ou Chambery », fonds qui revenaient à Lyon à la foire de Toussaint. Pour toutes ces opérations dont nous ne percevons qu’un versant, Dadjaceto comptabilisait, au détriment de la ferme, des frais de change dont on a de bonnes raisons de penser que, recourant à son réseau d’affaires sur le versant italien, il était en mesure de les rendre fictifs pour lui-même82. Ces observations désignent ce qui se jouait dans la ferme des aluns et que d’autres sources permettraient peut-être d’explorer avec plus de succès, l’articulation entre finances royales et réseaux bancaires internationaux.

Haut de page

Notes

1 Voir Delumeau 1962a.

2 Voir Grendi 1971.

3 Outre les travaux de Simon Hart sur l’Italienfahrt et, plus récemment, de Maria Christina Engels sur les Flamands à Gênes et Livourne au début du xviie iècle, voir les six volumes des Bronnen voor de geschiedenis van de Nederlandse Oostzeehandel in de zeventiende eeuw (Winkelman 1977, 1983a, 1983b, 1983c) dont le contenu démontre l’ampleur des exportations céréalières vers les ports italiens.

4 Arrivée à son maximum au début des années 1560, cette production était déjà en déclin à la fin des années 1570, et devait progressivement s’effacer jusqu’à la fin du siècle, (cf. Ruiz Martín 2005). Notons que pour Jean Delumeau existait une nécessaire complémentarité entre les mines de Tolfa et celles d’Espagne pour l’approvisionnement de l’Europe du Nord (Delumeau 1962a, p. 223). D’après Lawrence Stone, les Pallavicino se seraient d’ailleurs assuré le contrôle de la commercialisation des aluns espagnols en la personne de Nicolò (Stone 1956, p. 47). Confirmation de ce fait dans une lettre de Mendoza à Zayas du 19 août 1578, « I wrote… that Horatio Pallavicini… has some alum, besides that in Cadiz, at Bayona in Galicia, and has freighted a ship to bring it hither (en Angleterre) », (Hume 1894, p. 606, n. 523).

5 Les propriétés de mordant de l’alun indispensables à la majorité des colorants (pastel exclu), pour la teinture des textiles et des cuirs sont parfaitement connues.

6 Pour le Moyen Âge, mise au point ancienne, mais largement fondée sur les sources centrales et locales, de Jules Finot (Finot 1906-1907, p. 233-273).

7 Le 11 mai 1497 : l’archiduc Maximilien permet aux marchands espagnols de vendre 600 charges d’alun brut, malgré un accord conclu pour 3 ½ ans avec les marchands de Florence, dont il annule le renouvellement à expiration (Gilliodts - van Severen 1901, p. 188).

8 Voir Doehaerd 1962-1963. La source est discontinue.

9 D’après les sources pontificales, Delumeau évoque pour Rouen des quantités de 5 à plus de 7 000 cantares pour les années 1492-1493 (Delumeau 1962a, p. 48 n 6).

10 Émile Coornaert a noté la présence de quelques marchands picards en quête d’alun à Anvers et il évoque quelques envois vers Paris en 1490, à Reims en 1557, à Laon en 1560 et, ce qui paraît plus surprenant, des cargaisons destinées aux ports français : Nantes, Rouen, et Saint-Malo, (Coornaert 1961, vol. 1, p. 215 ; vol. 2, p. 109 et 114n).

11 L’absence de réexpédition importante vers la France ne doit pas surprendre, compte tenu des entrées massives observées à Rouen.

12 Une analyse comparative des quantités transportées vers Cologne et Maastricht est tout à fait illustrative de ce fait : on ne dépasse pas les 4 balles par envoi pour Maastricht et les envois d’une balle unique y représentent plus de la moitié du total, alors qu’on expédie à Cologne jusqu’à 24 balles en un seul envoi et que les chargements cumulés de 10 à 20 balles et plus représentent plus de la moitié du total des expéditions de la période.

13 Le 31 juillet 1506, 14 balles, le 31 juillet 1507, 10 balles, le 26 février 1508, 14 balles, (Doehaerd 1962-1963 notices 1494, 1697, 1785).

14 Neuf mentions de ce type de chargement, parfois concomittant avec celui de l’alun,( Doehaerd, 1962-1963, notices 913, 928, 973, 1036, 1598). On sait que la teinture en garence exigeait un mordançage préalable à l’alun.

15 Voir, dans le Registre de revenus douaniers (entrées et sorties) de Middelbourg, Arnemuiden, Veere et Flessingues du 3 novembre 1551 au 23 janvier 1552, toute une série d’actes enregistrant des cargaisons d’alun : par exemple « Jeems Willemz. van Glesco (Glasgow), 2 halfve tonnen alluyn/Robert Fortick, van Edenborch, een halfve tonne alluyn… » (Jakob Smit 1942, p. 734). De même, du côté anglais, un peu plus tôt, le compte de John Talbott Compton et Ralph Lawe, receveurs des douanes sur la laine, les lainages et les peaux à Hull, enregistre l’imposition de « 2 cwts and ½ allome » du navire de Jacob Peterszoon, l’Anne de Canfer (Veere), Ibid., n° 367. Le registre de William Knolles et William Crokhey, pour les douanes de Kingston upon Hull, indique aussi l’arrivée dans des navires de Rosendael et Veere, d’alun, de garence, de couperose et de galles importés par des marchands locaux (Smit 1942, p. 523-524, n° 676 : 28 septembre 1541).

16 Par exemple, chargement par Pieter Pietersz et Lambrecht Cornelisz de Dordrecht de 1700 lb d’alun pour Ipswich, Ibid. n° 1505, 2 octobre 1585.

17 Logiquement, elles accompagnent un chargement de garence (Dietz 1972, n° 574), décharge de la Prymrose de Lee, venue d’Anvers. Autres mentions d’alun dans Dietz 1972, n° 624, 679 et 703.

18 Voir Stevenson 1893, n° 1069, 30 mars 1565 : [they] « complain that they are prohibited from importing or exporting alum ».

19 Dans deux lettres, l’ambassadeur d’Espagne en Angleterre, Guerau de Spes, évoque le danger pour l’Angleterre d’une pénurie de matières premières en provenance d’Espagne, en particulier de l’alun (de Mazarrón ou de Tolfa ?) : « They (les Anglais) are very anxious for the French not to stop their trade, but it is of the greatest importance that this should be done, and especially as regards Spain, because, without oil and alum, they cannot carry on their cloth manufacture, by which the greater number of the people of the country live… » (Hume 1894, not. 83, lettre du 27 février 1569), et en souligne les conséquences sociales dans l’une des régions drapières les plus actives du pays : « … As it is acknowledged here that the disturbances in Suffolk have arisen in consequence of the lack of outlet for the cloths andthe want of materials for the industry, the Council has agreed with the Easterlings who come hither, for them to go to Spain with their ships, and bring back cargoes of oil, alum, and soap… » (Ibid., not. 124, lettre du 25 juillet 1569) [textes traduit du Castillan par l’éditeur]. Les draperies légères étaient alors de plus en plus souvent exportées teintes.

20 Exemple avec la vente de 12 000 centners d’alun par William Davidson, agent d’Elizabeth à Anvers, pour le compte d’Horatio Pallavicino en mai 1578, voir Crosby 1901 not. 928, lettre du 26 mai 1578.

21 On le voit obtenir la licence d’importation (« cloth of silk or of silk and gold… madder, alum, oils spices…) et d’exportation jusqu’à concurrence de 100 livres de taxes au tarif appliqué aux Anglais, accordée, le 25 novembre 1538, par Henri VIII à Bartolomeo Compagni « a native of Florence » pour services (politiques et financiers) rendus (Gairdner - Brodie 1910, p. 103, not. 476). Comme, plus tard, Palavicino, Compagni jouait donc aussi un rôle politique de premier plan (nombreuses références dans les State Papers).

22 Voir Stone 1956 ; Delumeau 1962a.

23 L’ouvrage de Philip Beale et alii (Beale - Almond - Scott-Archer 2011) publié à la suite de la vente de la très riche correspondance Corsini, à la fin des années 1980, ne fournit pas d’information utilisable sur ce point.

24 « Thus the French… will easily be able to finance the war as long as they need to, for they have raised 500,000 crowns at Lyons and have obtained 100,000 crowns from their tax on alum, which amounts to 3 francs on each quintal, and which they have farmed out, as well as from their ordinary taxes » (texte traduit du français par les éditeurs), lettre du 24 juin 1555 (Tylor 1954, p. 224).

25 Ce personnage est mentionné sous différentes autres graphies : d’Adjaceto, d’Adjacette, Dadiaceto, Diaceto, Didato, Ghiacetti, etc. Lui même signe Dadjaceto, graphie retenue ici.

26 La conservation de ces documents, deux registres qui appartiennent au Chartrier du procureur général au parlement Jean Prosper Godart de Belbeuf de Belbeuf, conservés aux Archives départementales de Seine-Maritime (par la suite ADSM) sous la cote 16 J 185, s’explique par l’alliance entre les familles Ygou et Godart (les Godart étaient d’origine marchande). Jean Godart, Me des comptes dès la recréation de la chambre de Normandie en 1580, avait épousé la sœur d’Artus Ygou, d’où un fils prénommé Artus.

27 Ce point concerne notamment les transporteurs et les navires dont l’enregistement est assez fluctuant.

28 Notons, de plus, que la rédaction de ces comptes semblent est pour l’essentiel postérieure aux opérations, comme l’indiquent certaines mentions marginales.

29 Rappelons qu’il ne s’agit pas ici de proposer une étude fouillée du milieu social des financiers, mais de s’interroger sur l’organisation de la ferme et sur ses modes de fonctionnement.

30 Sur l’implantation précoce de cette famille de l’oligarchie florentine en France et en particulier à Rouen et à Lyon, voir Michel Mollat (Mollat 1952, p. 400-404). Horatio, lui, ne serait arrivé en France qu’en 1564, le personnage est mentionné par émile Picot (Picot 1901-1918, p. 132) et présenté, avec Dadjaceto, comme financier lyonnais lié à Catherine de Médicis par Richard Ehrenberg (Ehrenberg 1896, vol. 1, p. 306).

31 Mentions de ce personnage « et ses associés » à propos des remises accordées par la ville de Paris aux fermiers de ses domaines et aides en raison du changement de calendrier le 12 octobre 1583 (Guérin 1896, p. 346 n 1). Voir plus loin les raisons de ce rapport avec les finances parisiennes.

32 Ehrenberg 1896, vol. 2, p. 160. Observation qui va à l’encontre du poids excessif accordé par l’historiographie, en particulier par Richard Gascon, aux « Nations ». Rucellai avait d’ailleurs lui-même collaboré avec les Bonvisi.

33 De nombreuses références à la vie de ce personnage, notamment chez l’étoile ou Tallemant des Réaux, et dans la correspondance de Catherine de Médicis. Ayant acheté le comté de Chateauvillain et épousé une Acquaviva, il est présenté dans les commentaires du temps comme l’archétype du financier sans scrupule en mal de reconnaissance sociale.

34 Éléments, bien qu’assez peu fouillés, sur ce point dans Richard Gascon (Gascon 1971, p. 62, 596, 700 et suivantes). En 1564, il était notamment contrôleur de l’entrée des draps de soie (droit de 5 %) et des soies en provenance du Levant arrivant à Marseille, et fermier du subside de 6 d. pour livre sur les marchandises entrant à Lyon. En 1570, il avait pris à ferme les 5 % levés sur l’entrée des draps d’or et d’argent.

35 En août 1571, la constitution à la ville de Paris d’une rente annuelle de 25 000 livres, assignée sur la ferme des drogueries et épiceries de Marseille tenue par Dadjaceto, contre un emprunt de 300 000 livres, démontre à nouveau des liens étroits des deux hommes (Guérin 1892, p. 354-355 n 4). C’est Ruccelai qui en fournit le capital au roi et qui en obtient de la ville le remboursement avec intérêt au denier 12, (Ibid, p. 473 n 2).

36 Titres faux de Souvigny, Mélanges de généalogie et d’histoire, Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, Baluze 214, f 40. Dadjaceto était aussi le fils d’une Ricassoli, autre famille florentine de premier plan.

37 Le deuxième compte de « Monsieur Dadjacette » (du premier juillet 1573 au 30 juin 1574) mentionne en effet, au chapitre dépenses les sommes payées « au sieur Jehan-Baptiste Dadjacette, la somme de quatre-vingtz deux livres sept sols tz.… pour sa provision et incommande » sur des opérations de change avec Paris et pour courtage, ainsi que 1548 l.t. « pour change et rechange » sur des opérations de change liées aux paiements que la ferme devait effectuer ; on y reviendra, ADSM, 16J/185, chartrier de Belbeuf.

38 Quatrième compte de Dadjaceto, une entrée de 850 quintaux d’alun pour le compte d’Antonio Maria Spinola lui est payée en alun entreposé à Marseille.

39  Voir Desjardins 1872, p. 507, lettre de Giulio Busini du 14 mai 1584 : « … Vanozzo da Diaceto è venuto qui [à Paris da Lione per conto del negozio che ha del sale di Delfinato ».

40 Voir Moreri 1718, t. 2, p. 370. Doni est alors l’un des financiers en vue à côté des Zamet et autres Sardini. Alliée aux Marillac, la famille s’insère dans un milieu catholique militant.

41 Sa fille devait épouser Scipion, fils de Lodovico Dadjaceto.

42 Les Salvago étaient intéressés au commerce sucrier en Méditerranée orientale, dès la fin du xive siècle, voir Mohamed Ouerfelli 2008 p. 382 n, 389, etc. Nombreux témoignages de leur présence aux Pays-Bas et en Angleterre dès les débuts du XVIe siècle.

43 Dans la période où ils étaient associés dans la ferme du droit des aluns, le 28 octobre 1573, Salvago contractait avec le clergé de France pour l’achat de 13 offices de receveurs particuliers des décimes, créés par l’édit du 14 juin précédent, pour près de 172 000 livres à payer au roi en l’acquit du clergé. Absent, il était représenté par sa caution : Dadjaceto, voir Recueil 1769, t. 8, col 1675-1683 et 1685-1687 (ratification).

44 Le même compte enregistre plus de 11 000 l.t. dues par Charles Gerenton, au nom de Palavicino, pour l’entrée d’alun à Marseille.

45 Archives municipales de Rouen, déposées aux Archives départementales de Seine-Maritime, Journaux de échevins, B2, f. 115, 5 et 14 mai, et 117, 17 juillet 1561. Les actes indiquent clairement qu’il n’agit pas en compte propre. Construite sur les équivalence entre balles et poids dont la valeur la plus fréquentes se situe entre 1,7 et 1,8 quintal par balle, on parviendrait au chiffre d’environ 14 760 qx de l’époque, soit un peu plus de 720 tonnes pour la seule année 1561.

46 Respectivement 2 060 balles le 9 janvier, Ibid., f. 126v, et 3 282 le 28 avril, Ibid., f. 132v. Le premier lot d’« alun rouge de Turquie » est enregistré au nom d’« Israel Minquel, demeurant à Lyon, et de ses parsonniers ». Récemment réeitérée, l’interdiction pontificale d’importation d’alun turc n’était donc pas respectée.

47 Contrat passé pour sept ans pour 12 000 quintaux par an, renouvelé deux fois, voir Zeller 1947, p. 8. On voit que les chiffres avancés pour 1561 sont dans cette fourchette.

48 Troisième compte de Dadjaceto, chapitre recettes : « Et au regard de ce que a vallu lad. ferme de Marseille, durand lad. annee, led. sieur Dadjacette n’en peult cy donner raison pour ce que Me Jehan Cazes ne luy en a encores envoyé le compte… ».

49 Cazes appartient à une famille de consuls de la ville, Gratien à une famille de marchands et de financiers, Citrani à une famille de marchands, il fut caution du fermier de la gabelle du vin à Marseille en 1577.

50 Originaire de Salon, Gérenton fut juge consul de Marseille en 1574, voir Kaiser 1992, p. 223 ; Magnan 1906-1907, p. 165.

51 Nombreux éléments notables sur ce personnage dans Tuncq 2002 p. 325-332.

52 Voir Belbeuf 1861, p. 18 et suiv.

53 Des documents comptables relatifs à ces activités se trouvent encore dans le chartrier de Belbeuf auquel appartiennent aussi les comptes de aluns, voir Leroi 1956, p. 56-58.

54 Voir Tessereau 1710, p. 224.

55 Voir Griselle 1912.

56 Le chiffre inférieur à celui de l’année suivante, constaté en 1572-1573, année de grave crise frumentaire, ne conforte pas cette explication si on le compare à celui de 1574-1575.

57 À eux seuls ils importent cette année-là près de 63 % des entrées marseillaises. Reppelons que les deux famillles étaient alliées.

58 Par exemple 300 qx d’alun « de Constantinople » en 174 balles, venus dans la Nuée pour le compte du marchand parisien (et marseillais) Nicolas Du Resnel, enregistrés le 13 mai 1572. Autres mentions similaires plus tardives. On verra plus loin que le poids de la demande intérieure apparaît dans les premières années de la comptabilité Ygou.

59 Voir, par exemple, les 417 quintaux que le Rouennais d’origine flamande François Delobel fait entrer « au nom de Gilles Roullet, marchand à Marseille » dont les droits « ont esté paiez aud. lieu de Marseille es mains d’icelluy Caze… », Deuxième compte rendu par Ygou à Toustain, 1er juillet 1579-30 juin 1580.

60 Les tableaux XXI-XXIII de l’ouvrage de Jean Delumeau (Delumeau 1963, p. 244-247) indiquent un effondrement des exportations vers le France, qui passeraient de plus de 116 400 cantares pour la période 1553-1565 à un peu moins de 44 400 pendant le bail Palavicino (1566-1578). Il ne s’agit dans ce cas, précisons-le, que des exportations directes de Civitavecchia. Cette sous-évaluation avait déjà été soulignée par Philip Benedict (Benedict 1984, p. 57).

61 On entend par là les entrées de toute la façade occidentale, registrées dans les comptes rouennais ; Rouen y tient une position de quasi-monopole.

62 Part supérieure à 41 % pour les entrées méditerranéennes chez Delumeau, très au-dessus du constat évoqué ci-dessus.

63 Les Grimaldi n’étaient pas novices en matière d’alun, puisqu’ils avaient obtenu le bail de Tolfa entre 1531 et 1541.

64 La décharge à Calais de 300 barils d’alun (653 quintaux, destinés aux Pays-Bas) pour le compte d’Horatio Palavicino en août 1581 témoigne de l’existence de stocks résiduels, bien après la fin de son bail, compte d’Artus Ygou du 1er juillet 1581 au 30 juin 1582.

65 On ne peut référencer ici tous ces opérateurs connus de la place de Rouen. Voir notamment Bottin 1998, première partie « Les acteurs ».

66 En 1573, Georg Willem (peut-être un Néerlandais), en janvier 1574, les Manlich d’Augsbourg, représentés par leur agent, Lorenz Krafter (Craffeter » ». Il s’agit d’alun de Constantinople.

67 Par exemple près de 600 quintaux pour André Dujardin en octobre 1570, près de 800 pour André de Salamanca associé au Rouennais Pierre Trenquart en avril 1571, plus de 750 pour Venture de Medina Arriaga, en mars de la même année.

68 725 quintaux importés par Simon et Nicolas Le Juge, associés en une occasion à Claude de Paris, en mars-avril 1571 ; 400 quintaux par Philibert Gobelin en mars-avril 1572. Premier compte rendu par Artus Ygou à Dadajaceto, 1er juillet 1572-30 juin 1573, ADSM, 16 J 185.

69 Importation à la fin du mois d’août et au début de septembre 1572 de plus de 2 740 quintaux d’alun dans le cadre d’une association dont nous ne connaissons pas le contenu, ibid.

70 Cette position de force, qui est aussi liée à la présence de Salvago parmi les actionnaires de la ferme, est entérinée par l’organisation des comptes, puisque les aluns entrés au nom du Génois font l’objet d’un enregistrement particulier : « Ensuyvent les alluns que le sieur Hierosme Salvague a faict entrer en lad. ville de Rouen durant l’annee finie en juing MVC LXXIV », « Second compte rendu par Ygou a Monsieur Dadjacette », ADSM 16 J 185.

71 En 1577, sur les près de 21 000 quintaux d’alun entrés à Rouen, plus de 93 % l’étaient pour le compte de Vitali.

72 « A cause de la somme de trente quatre mil trois cens dix-huict livres cinq solz tz en autre partye dont led. Ygou faict cy semblablement recepte… pour pareille some qui estoyt deue par led. sieur Vitally au nom du sieur Thobye Palvesine de reste des droictz des aluns qu’il a faict entrer en lad. ville de Rouen durant l’annee finie led. dernier juing mil cinq cens soixante dix-sept », « Septieme compte rendu par Ygou a Monsieur Dadjacette », ADSM 16 J 185.

73 La rupture de charge qui intervient au Havre avant la remontée sur Rouen ne permet qu’assez rarement de connaître les transporteurs qui acheminaient le minéral depuis les ports italiens.

74 5e compte d’Artus Ygou à Dadjaceto, 1er juillet 1576-30 juin 1577, ADSM 16 J 185.

75 Preuve en est l’enregistrement de l’entrée de plus de 5 200 quintaux entre le 2 septembre 1581 et le 27 juin 1582, au nom de « Pierre, Anthoine, Horacio Bandini, Bernard Olgiatte et Jean François Ridolfy, appaltatteurs des alluns de Rome tant par les mains de moydict Ygou que celles des sieurs Nicollas et Thomas Chauvin…  », 4e compte d’Artus Ygou à M. Toutain, 1er juillet 1581-30 juin 1582, ADSM 16 J 185.

76 Entrée de plus de 6 600 quintaux pour les frères Chauvin en juillet-août 1582, et près de 7 700 entre avril et juin 1583; plus de 5 900 pour Cenami en mai-juin 1583, 4e et 5e comptes rendus par Ygou à Toutain, ibid.

77 Plus de 5 850 quintaux venus dans six « heux » après avoir été débarqués au Havre « de la hourque d’Acerbo Velouttely », 2e compte rendu par Ygou à Dadjaceto, ibid.

78 Au même moment, on retrouve Velutelli parmi les prêteurs à la couronne anglaise sur le marché anversois aux côtés des Spinola, Cecil Papers 1888, p. 61, lettre du 27-28 octobre 1573. Banquier et importateur de pastel, il devait par la suite benéficier de monopoles commerciaux sur divers produits importés.

79 Erreur d’appréciation sur ce point de Philip Benedict (Benedict 1894, p. 57).

80 La société, au capital de 18 000, entre Pandolfe Cenami, Charles de Saldaigne et Ferrante Sbarra, est enregistrée à Lucques le premier février 1583, Archivio di Stato di Lucca, Corte dei merchanti, 88, f. 34 v.

81 Voir Jeannin - Bottin 1990, p. 175-177. En 1607, François, le fils de Pendolfe Cenami est le nouvel adjudicataire de la ferme.

82 On fait ici allusion aux opérations de change compté (tireur et donneur confondus, de même que tiré et bénéficiaire) qui permettent d’annuler les effets des écarts de change.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Importations rouennaises d’alun en quintaux par catégorie d’opérateurs.
Légende (les comptes s’arrêtent au milieu de l’année 1583)
Titre Graphique 2 - Nombre et répartition par catégories des importateurs d’alun à Rouen de 1570 à 1583.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Bottin, « Commerce, finances et pouvoir : la redistribution des aluns méditerranéens dans l’Europe du Nord-Ouest et en France au XVIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1647 ; DOI : 10.4000/mefrm.1647

Haut de page

Auteur

Jacques Bottin

Institut d’Histoire moderne et contemporaine (CNRS-ENS) - Paris - jacques.bottin@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org