Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Gottlob 1888, Strieder 1914.
  • 2 Armando Sapori insiste sur ce point (Sapori 1967b) – sans pour autant entrer dans le détail – dans (...)
  • 3 En adoptant des structures en « cartel » ou en « trust », pour reprendre un terminologie du début X (...)
  • 4 Il apparaît comme le plus actif commerçant d’alun entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe (...)
  • 5 Voir Heers 1954.
  • 6 Voir Delumeau 1962a.
  • 7 Voir Weber 2013.
  • 8 Voir Finot 1902, Unger 1935, Paquet 1949, Liagre 1955, Monaco 1983.
  • 9 Voir Montenovisi 1937, Gilbert 1991, Rowland 2007.

1L’histoire de l’alun à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance est étroitement associée à la notion de monopole1, à l’essor des « mentalités capitalistes »2. Depuis le XIXe siècle, en effet, les historiens ont fait du commerce de ce produit – nécessaire, entre autres, à la draperie occidentale – un modèle d’organisation monopolistique, en mettant en avant l’existence d’un groupe d’acteurs dominant le marché et imposant ses prix3. Ils ont ainsi privilégié le rôle des marchands génois, comme les Draperio ou les Giustiniani qui trafiquèrent l’alun venu d’Anatolie, à la suite de Benedetto Zaccaria4, grâce notamment à la « maona » de Chio5; ou bien, ils ont focalisé leur attention sur l’action de banquiers italiens investis par la Chambre Apostolique dans la commercialisation de l’alun pontifical, produit dans les monts de Tolfa, à partir de 14606. Car, dès les années 14707, les papes cherchèrent à imposer leur production partout où ils le pouvaient dans l'Europe chrétienne – en particulier dans le comté de Flandre8. Cette organisation, initiée par les Médicis et qui trouve son apogée au début du XVIe siècle, à la faveur de quelques marchands – notamment Agostino Chigi9 – est longtemps apparue comme la forme la plus aboutie du monopole pontifical.

  • 10 Voir Roover 1963, p. 162 sq.
  • 11 Voir Faroqhi 1979.
  • 12 Voir Jacoby 2005. L’importation de l’alun oriental est attestée à Venise notamment, entre 1462-1464 (...)
  • 13 Voir Borgard-Brun-Picon 2005.

2Or cette vision est partiellement erronée, surtout pour la toute fin du Moyen Âge, dans la mesure où les principaux acteurs évoqués ne parvinrent jamais à contrôler complètement la circulation de l’alun10. D’abord parce que les trafics orientaux ne furent pas interrompus après la chute de Constantinople: les nombreuses alunières de l’Anatolie ou de la mer Égée, passées sous domination ottomane – et parfois dirigées par des Chrétiens11 – maintinrent leur activité et continuèrent à exporter de l’alun en Occident jusqu’au milieu du XVIe siècle au moins12. Ensuite, parce que d’autres foyers de productions virent le jour dans le bassin méditerranéen au XVe siècle (en Italie, en Espagne) suscitant des trafics dont l’ampleur reste à établir mais qui ne furent pas négligeables13. En sorte qu’il est difficile d’apercevoir un monopole et moins encore un marché unifié de l’alun.

  • 14 Voir Feller 2011, Piron 2012.
  • 15 Il est en effet mentionné dans le Code de Justinien, IV, 58, de monopoliis…, cf. Vergne 2009. Voir (...)
  • 16 Voir De Roover 1951, 1962 et le commentaire de Lapeyre 1957, Kirshner 1975, Langholm 1998.
  • 17 Voir Richardson 2001, Rosolino 2013.

3En effet, l’alun fut commercialisé sur différentes places, dans des conditions variées, comme la plupart des autres produits, des autres commodities. Les transactions marchandes se déroulaient, en effet dans des lieux d’échange nombreux et loin d’être fonction du seul jeu de l’offre et de la demande, elles dépendaient d’un ensemble de paramètres, de facteurs sociaux plus ou moins faciles à identifier14. Le terme de monopole, attesté depuis l’Antiquité15, renvoie d’ailleurs bien à ce type de situation, puisqu’il désigne l’action d’un ou plusieurs opérateurs qui, par leurs attitudes et leurs ententes (ne répondant pas nécessairement à des exigences de profit), altèrent la fixation d’un ‘juste prix’ sur un marché donné, local. Raymond de Roover, et à sa suite maints auteurs, ont décrit ces pratiques en montrant combien elles avaient été condamnées par les scolastiques16. Ce n’est qu’au XIXe siècle, avec l’avènement d’un marché unifié, qu’elles furent employées pour désigner les initiatives d’un groupe restreint d’acteurs à grande échelle17.

  • 18 Sur ces débats voir Epstein 1991, Pfister 2008, Rivière 2008, Ogilvie 2011.
  • 19 Voir Fleet 2003.

4Au Moyen Âge et à la Renaissance, la position dominante ou exclusive sur un marché, lors des transactions pouvait être facilitée, instaurée ou consolidée par une autorité (seigneuriale, princière, urbaine voire étatique). Ainsi, elle fut souvent accordée ou reconnue aux métiers urbains (aux guildes) comme l’atteste de nombreux textes normatifs; leur conférant une efficacité économique qu’il est encore difficile de qualifier, malgré d’âpres débats18. Cette domination pouvait aussi être le fruit ou la conséquence d’un droit concédé (désigné notamment en italien sous l’expression d’« appalto »19). Il en ressort que l’idée de monopole, pour la fin du Moyen Âge, renvoie davantage à des acteurs qui organisent ou qui souhaitent organiser à leur profit des échanges, à plus ou moins grande échelle – notamment et c’est capital en contrôlant la production ou les trafics – plus qu’à dominer un hypothétique marché unifié transnational.

5Étudier le monopole de l’alun pontifical vise donc à mieux saisir comment se sont mises en place les structures productives, les organisations commerciales qui se sont imposées dans les échanges, pour dominer les marchés disséminés partout en Occident. Cela nécessite une réflexion approfondie sur les modes de production, sur les courants d’échanges et sur les réseaux d’acteurs. Les contributions ici rassemblées ne visent pas à dévoiler le processus dans son entier, mais à en éclairer certains aspects, dans la mesure où il reste encore difficile d’appréhender, à l’échelle européenne, l’étendue des moyens par lesquels l’alun circulait. Les articles réunis ici visent, tout d’abord, à dresser un état des lieux des connaissances, pour plusieurs régions du bassin méditerranéen (Anatolie, Espagne) ou proposent de jeter un regard neuf sur certaines zones de production déjà bien connues (Tolfa/Allumiere, la Toscane méridionale), avant de s’interroger sur l’organisation de certains places commerciales (notamment en Normandie).

  • 20 Exploitation of Mediterranean Alum in Europe (http://aluns.hypotheses.org/).
  • 21 http://www.ecole-francaise.it/fr/q/d/Programme_1.1.4.pdf.

6Ces travaux ont été réalisés à l’issue d’un rencontre qui s’est tenue à Rome les 14 et 15 décembre 2010 et qui était financée par l’École française de Rome, la Sapienza-Università di Roma, l’università di Siena, avec le soutien de l’université François Rabelais de Tours-Centre d’Études Supérieures de la Renaissance. Ils contribuent à enrichir les réflexions d’un groupe de recherche pluridisciplinaire et international (E.M.A.E20) et sont en liaison étroite avec un autre programme de l’École française de Rome, dédié au marché des matières premières21.

7Les organisateurs souhaitent chaleureusement remercier Catherine Virlouvet, directrice de l’École française de Rome, et Stéphane Gioanni, directeur des études médiévales, pour leur aide et leur soutien.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Gottlob 1888, Strieder 1914.

2 Armando Sapori insiste sur ce point (Sapori 1967b) – sans pour autant entrer dans le détail – dans la recension du long article de M.L. Heers (Heers 1954).

3 En adoptant des structures en « cartel » ou en « trust », pour reprendre un terminologie du début XXe siècle (cf. Strieder 1914, Piotrowski 1933, Luzzatto 1954).

4 Il apparaît comme le plus actif commerçant d’alun entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle (cf. Lopez 1933).

5 Voir Heers 1954.

6 Voir Delumeau 1962a.

7 Voir Weber 2013.

8 Voir Finot 1902, Unger 1935, Paquet 1949, Liagre 1955, Monaco 1983.

9 Voir Montenovisi 1937, Gilbert 1991, Rowland 2007.

10 Voir Roover 1963, p. 162 sq.

11 Voir Faroqhi 1979.

12 Voir Jacoby 2005. L’importation de l’alun oriental est attestée à Venise notamment, entre 1462-1464 (Orvieto 1969, p. 241).

13 Voir Borgard-Brun-Picon 2005.

14 Voir Feller 2011, Piron 2012.

15 Il est en effet mentionné dans le Code de Justinien, IV, 58, de monopoliis…, cf. Vergne 2009. Voir aussi Becker 1959.

16 Voir De Roover 1951, 1962 et le commentaire de Lapeyre 1957, Kirshner 1975, Langholm 1998.

17 Voir Richardson 2001, Rosolino 2013.

18 Sur ces débats voir Epstein 1991, Pfister 2008, Rivière 2008, Ogilvie 2011.

19 Voir Fleet 2003.

20 Exploitation of Mediterranean Alum in Europe (http://aluns.hypotheses.org/).

21 http://www.ecole-francaise.it/fr/q/d/Programme_1.1.4.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Boisseuil et Ivana Ait, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1578 ; DOI : 10.4000/mefrm.1578

Haut de page

Auteurs

Didier Boisseuil

Université François Rabelais, Tours – CESR - didier.boisseuil@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Ivana Ait

La Sapienza Università di Roma - Ivana.ait@uniroma1.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org