Navigation – Plan du site
Regards croisés

Autour des Bains de Pouzzoles de Pierre d’Eboli (circa 1212 ?). Une note de travail

Benoît Grévin

Résumés

Le célèbre traité balnéothérapique des Bains de Pouzzoles (De Balneis Puteolanis) a été rédigé par Pierre d’Eboli au début du règne de Frédéric II. Ce texte latin versifié a bénéficié d’une large diffusion à la fin du Moyen Âge. Il a jusqu’ici été essentiellement étudié du point de vue de l’histoire de l’art, et secondairement, de l’histoire de la médecine. On tente ici de le réinsérer dans l’histoire textuelle de la Campanie médiévale, afin d’en préciser la date de rédaction et de suggérer ses rapports avec divers textes connus ou négligés de la tradition médiolatine sud-italienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Pierre d’Eboli, cf. en particulier Manselli 1978 et Kölzer - Stähli 1994. Sur le traité des Bai (...)

1Le poème didactique généralement connu sous le nom de De Balneis Puteolanis ne peut être considéré comme un enfant pauvre de la recherche. Conçu par Pierre d’Eboli à une date mal déterminée à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle selon le même principe que son Liber ad honorem Augusti, cet ouvrage se compose d’une suite de poèmes (trente-sept dans la version la plus longue) décrivant les différents bains de la région de Pouzzoles et Baïes et leurs vertus curatives. Chacun d’entre eux était vraisemblablement accompagné dans l’archétype – perdu – d’une illustration en pleine page, et les manuscrits les plus prestigieux de sa nombreuse postérité s’inspirent, avec diverses variantes textuelles et iconographiques, de cette logique. L’intérêt pour ce genre de Bildercodex et la qualité exceptionnelle de certains des quelques trente manuscrits médiévaux conservés a notamment conduit à multiplier les fac-similés, et si l’on manque toujours d’une édition définitive, de nombreuses publications ont approfondi au cours de ces dernières années notre connaissance de la tradition iconographique liée au De Balneis, de ses traductions romanes médiévales (en moyen français et en napolitain), de ses liens avec la culture médicale des XIIIe et XIVe siècles1.

  • 2 Grévin 2012 (fac-similé, transcription du texte latin, traduction française du ms. 135 de la fondat (...)

2Les travaux préparatoires à la confection d’un nouveau fac-similé, présentant cet ouvrage dans la version donnée par le manuscrit 135 de la fondation Bodmer2, m’ont donné récemment l’occasion dexaminer certains aspects du dossier des Bains. Cette note de travail vise à apporter une contribution au débat concernant la datation et la fonction de cette œuvre, en tentant de l’insérer plus étroitement dans la production textuelle caractéristique des premières années de la domination souabe dans le royaume de Sicile.

Sources latines nouvelles ou négligées concernant la réputation des bains de Pouzzoles pendant le « siècle souabe » (1194-1266/1268)

  • 3 Cf. le texte de du ms. Rome, Biblioteca Angelica 1474 (f. 19v) : Suscipe Sol mundi tibi quem presen (...)
  • 4 Sur le Liber ad honorem Augusti sive de rebus Siculis, cf. fac-similé-édition-traduction de Kölzer (...)
  • 5 1994. Ibid., p. 11-12. Cf. Huillard-Bréholles 1855 (Historia diplomatica Friderici II, II/1), p. 11 (...)
  • 6 Sur les événements de la première partie du règne et la période d’anarchie en Sicile, cf. Stürner 1 (...)

3Si la date exacte de rédaction des Bains de Pouzzoles est matière à débat, il est en tout cas certain qu’elle a eu lieu entre 1195 au plus tôt et 1220 au plus tard. Dans la dédicace conclusive de l’œuvre, Pierre d’Eboli souligne qu’elle vient compléter le Liber ad honorem Augusti et un autre ouvrage perdu3. Le Liber ad honorem Augusti, dédié au père de Frédéric II, ayant été terminé après la conquête du royaume par Henri VI, achevée à la fin de 1194, donne un terminus a quo4. Un acte de Frédéric II, daté de février 1221, prouve d’autre part que Pierre était déjà mort à cette date5. La rédaction des Bains s’inscrit donc dans la période d’installation et de consolidation des Hohenstaufen en Sicile : c’est précisément en 1220 que Frédéric revient dans un Mezzogiorno qu’il avait quitté en 1212 pour affronter Otton IV en Allemagne, après une remise en ordre sommaire des affaires internes du royaume, dont la stabilité avait été mise à rude épreuve entre la mort de ses parents (1197 et 1198) et les années 1209-12126.

  • 7 Ryccardi de Sancto Germano Cronica, A. 1227 (éd. Garufi 1938, p. 147-148) : Interea pars cruce sign (...)
  • 8 Cf. Arnoldi Cronica Slavorum (Pertz 1868), p. 178 : «... Sunt in vicino loco Baie, quarum meminerun (...)
  • 9 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, éd. Banks-Binns 2002, p. 586 : «’De Balneis Puteolanis’. Est e (...)

4Les troubles politiques associés à cette transition dynastique ne furent pas nécessairement synonymes de déclin économique pour toutes les parties du royaume de Sicile. Nous possédons quelques renseignements non équivoques sur l’importance des bains de Baïes et Pouzzoles dès la fin du XIIe siècle, prélude à leur rôle durant le règne de Frédéric II. La chronique de Riccardo da San Germano, peu suspecte d’inventions, suggère que c’est dans ces installations que Frédéric II avait soigné la maladie qui provoqua sa première excommunication en l’empêchant de se rendre en Terre Sainte en 12277. À l’époque même du bref règne sicilien de son père Henri VI, vraisemblablement en 1195, une lettre du chancelier Conrad de Querfurt évoquait déjà l’importance et le succès des Bains8. Ces deux témoignages sont en relation directe avec les activités de la cour impériale. Ils trouvent un écho dans d’autres sources de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe siècle tels que les Otia imperialia de Gervais de Tilbury9, qui décrivent les bains. Cet ensemble textuel ne permet pas vraiment de parler d’une popularité croissante des bains au début du XIIIe siècle. Il incite plutôt à constater que les installations étaient déjà en pleine vigueur – depuis combien de temps ? – quand Henri VI et Constance de Hauteville réussirent à faire valoir leurs droits sur le royaume de Sicile.

  • 10 Hampe 1910, n° 11. Sur l’importance de cette collection épistolaire pour la culture sud-italienne d (...)

5Deux témoignages d’importance différente, sauf erreur non mentionnés dans la littérature consultée en rapport avec les Bains, peuvent être ajoutés à ce dossier textuel. Le premier concerne l’extrême fin de la période souabe et la transition vers l’époque angevine. Il s’agit d’un texte anciennement édité, mais probablement peu connu des spécialistes de la balnéothérapie. Dans une longue lettre composée dans le style rhétorique surchargé caractéristique de la dernière génération de l’ « école campanienne » d’ars dictaminis, le maître de rhétorique Enrico da Isernia, réfugié depuis 1268 au nord des Alpes, décrit vers 1271 les beautés du royaume de Sicile à la princesse Cunégonde de Bohême, promise à Frédéric de Misnie, petit-fils de Frédéric II10. Cet adolescent se trouvait alors au centre d’un certain nombre de plans visant à provoquer une restauration anti-angevine en Italie du sud. C’est dans ce contexte que le dictator, qui avait fait ses études au studium de Naples, s’attarde sur les curiosités de la région. Après avoir vanté la douceur du climat napolitain, il évoque l’effet bénéfique des bains de Pouzzoles, associé à leur relation mystérieuse avec les Enfers :

  • 11 Ibid., p. 120.

…Hec est Neapolis, quam exceptis preditavit dotibus nature dextera prepotentis. Nam ex imis terre visceribus quasi ex Herebi specu calidi latices prorumpentes, miro phisis magisterio diversis meatibus ad locorum diversicula divertentes, morbis medentur et redimunt semivivos…11.
« C’est là Naples, que la dextre de Nature toute-puissante a enrichi de dons insignes : en effet des eaux chaudes, surgissant des entrailles les plus profondes de la terre comme de l’antre de l’Érèbe, et se ramifiant par le magistère étonnant de Physique en divers lieux grâce à divers conduits, soignent les maladies et rédiment les [patients] à demi morts ».

6La période, composée avec l’emphase qui caractérise cette rhétorique, synthétise élégamment (selon les critères de l’époque…) les éléments qui fondent la réputation bien établie qui était celle des Bains à la fin du XIIIe siècle : celle d’une merveille de la nature, aux pouvoirs thérapeutiques exceptionnels, liée à l’activité volcanique des champs phlégréens, et de plus en plus englobée dans les descriptions de la région de Naples. Cette cité n’était pas encore la capitale de statu du royaume, mais elle s’affirmait déjà comme sa ville la plus dynamique.

  • 12 Tuczek 2010, n° 1, p. 59-63.

7Le second texte n’a été édité qu’en 2010. Il est sans doute plus important pour comprendre le contexte de rédaction du De Balneis, parce qu’il a vraisemblablement été composé dans la période 1199-1220. Son interprétation et sa contextualisation se révèlent malheureusement difficiles. Il s’agit d’une longue lettre, contenue dans la « collection épistolaire campanienne » récemment éditée par Susanne Tuczek. Un clerc raconte longuement à un ami la consécration d’un nouvel évêque d’une cité maritime campanienne. Il en profite pour décrire le site de la ville et certaines de ses curiosités, et pour faire une allusion aux bains de Pouzzoles12. Le passage concernant les bains fait suite à des considérations humoristiques sur la maigreur des provisions disponibles dans le palais épiscopal. Il présente quelques difficultés de lecture, dues à la transmission défectueuse des textes dans le manuscrit :

  • 13 Delle Donne, 2011, p. 592, propose la restitution alia. Pour des raisons d’euphonie et de sens, je (...)
  • 14 Tuczek 2010, n° 1 p. 61. Le texte original, fortement dégradé, a delectationem pour delectatione, p (...)

...Nam quantumcumque fama plus creverit per concessa (sic), tanto magis persona diminuitur substantia tenuata. Quicumque variis languoribus agravati seu deletactione qualibet animosi ad balnea puteologica ire voluerint aliquantulum moraturi, ab eo, nisi pillulas vel electuaria † dia13 † confirmationis cum effectu acceperint, de suis passionibus non credunt (sic) aliquatenus liberari. Si aliquem forte de suis fratribus ad convivium duxerit invitandum, inde malignitatis aqua pululat (sic) et rancoris, unde ignis debuerat caritatis prorsus accendi…14
« … En effet, plus la renommée croît grâce aux (cadeaux ?) concédés ( ?), plus la personne diminue, sa substance s’amincissant. Tous ceux qui, appesantis par des langueurs variées ou aiguillonnés par quelque désir de se distraire, souhaiteraient aller aux bains de Pouzzoles pour y faire un petit séjour, qu’( ?) ils ne croient pas être libérés par lui de leurs souffrances, s’ils n’ont pris électuaires ou pilules au jour ( ?) de la confirmation avec quelque efficacité. S’il pense devoir inviter l’un de ses frères à un banquet, l’eau de la malignité et de la rancœur pullule, là où le feu de la charité aurait dû être allumé… »

  • 15 Étant donné que le seul passage de la lettre faisant explicitement référence à Pouzzoles concerne l (...)
  • 16 L’aspect récréatif des séjours aux bains de Pouzzoles vers 1200 est mis en valeur par Nicoud 2002, (...)

8La compréhension du sens du passage, relativement obscur, suppose de prendre en compte l’existence dans la lettre d’une série de plaisanteries sur les rivalités des ecclésiastiques et boni homines de la ville où se place l’action du texte, Pouzzoles, selon l’éditrice de la collection15. C’est dans ce contexte que prend place l’incise sur le bain, elle-même probablement à effet comique. L’on passe en effet d’une allusion à « l’exténuation » des personnes, inversement proportionnelle à leur renommée, à la mention des bains. Ils sont censés guérir de tous maux, mais leur l’effet semble contrarié si des pilules ou électuaires (symboles dissimulant peut-être des épices et autres instruments de corruption) n’ont été reçus le jour de la confirmation (de l’évêque dans sa fonction, sujet de la lettre ?). Cette partie du texte dévie ensuite du sujet des bains pour filer une métaphore sur le feu de la charité et l’eau de la rancœur, avant de déboucher sur une description originale de la ville et du palais épiscopal concernés. Quoi qu’il en soit de l’interprétation exacte de ces lignes, les termes employés pour parler des bains ne sont pas sans intérêt, avec leur balancement entre l’espérance de guérison de maux variés (variis languoribus) et la volonté de délassement (delectatione qualibet). Ils s’ajoutent aux témoignages déjà existant prouvant qu’à la charnière du XIIe et du XIIIe siècle, on pratiquait déjà les cures de Pouzzoles dans un but à la fois thérapeutique et récréatif16.

  • 17 Cf. Kamp 1973, p. 371-373 : « Pozzuoli ». Nom des évêques inconnu entre le 24 mai 1187 et mai 1197, (...)
  • 18 Tuczek 2010, intro. p. 22-36.

9L’avancée des connaissances concernant l’histoire ecclésiastique du Mezzogiorno permettra peut-être un jour de dater plus précisément cette lettre, puisqu’elle a peut-être été écrite à l’occasion de l’entrée solennelle d’un nouvel évêque à Pouzzoles. Pour l’heure, la prosopographie des évêques de ce siège entre 1180 et 1220 reste si lacunaire qu’il semble impossible de se servir de cet indice pour proposer une datation, si l’on accepte que c’est de cette cité qu’il s’agit dans la lettre17. On ne peut donc qu’esquisser une hypothèse, en s’appuyant sur le fait que les lettres et dictamina de la « collection campanienne » qui contient ce document ont été dans leur écrasante majorité composés entre 1199 et 122018. Il y a donc une forte probabilité pour que ce nouveau témoignage de l’importance des bains soit contemporain de la rédaction du De Balneis par Pierre.

À propos de la date de rédaction des Bains : validité d’une hypothèse médiane (1212) ?

  • 19 Pour le texte du poème conclusif, cf. supra, note 3. Le poème introductif se conclut par un distiqu (...)
  • 20 Cf. la discussion de Maddalo 2003, p. 25-27.
  • 21 Cf. supra, note 3.

10Ce point amène à reposer la question de la date de rédaction des Bains, et de son importance pour la compréhension du contexte exact de rédaction de l’œuvre. Trois hypothèses ont été traditionnellement proposées. La première, la moins suivie, s’appuie sur le fait que l’autre œuvre survivante de Pierre a été écrite en l’honneur de l’empereur Henri VI (en 1195-1197) et que les dédicaces introductives et conclusives des Bains emploient des termes génériques (Cesar, Sol Mundi…) pour suggérer que le De Balneis aurait pu être dédié à Henri VI, plutôt qu’à son fils19. Le groupe de trois œuvres mentionné dans les vers conclusifs du poème aurait alors été rédigé dans un laps de temps relativement court, ce que la dimension des deux textes subsistants n’interdit pas de penser20. Cette hypothèse est néanmoins fragilisée par la teneur même de celui des vers de dédicace conclusifs qui fait allusion au Liber ad honorem Augusti : Pierre l’évoque dans les termes suivants : Primus habet patrios civili Marte triumphos21. Cela semble une claire allusion à la guerre de succession sicilienne des années 1190-1194, et l’expression ‘patrios triumphos’, pour être banale, n’en a pas moins un sens précis (triomphes paternels) qu’il est difficile de ne pas appliquer à Henri VI. Ces « triomphes paternels » suggèrent donc que le De Balneis a bien été dédié à Frédéric II plutôt qu’à son père.

  • 22 Kauffmann 1959, p. 9-13, et plus particulièrement p. 11-12.
  • 23 Maddalo 2003, en particulier p. 30.

11Les deux autres hypothèses s’appuient sur le fait que la dédicace du poème n’a pas pu intervenir avant que la couronne impériale soit proposée par une partie des princes allemands et Innocent III à Frédéric II (fin de l’été 1211), puisque ceux-ci utilisent une rhétorique impériale (Cesar, Sol mundi…). Étant donné qu’il paraît relativement peu probable que Pierre d’Eboli ait présenté son poème à Frédéric lors de son séjour en Germanie (fin 1212-été 1220), on imagine généralement, soit qu’il l’a fait en 1212, quand le jeune roi venait d’assumer le titre impérial, soit au contraire à son retour d’Allemagne, en 1220. La première hypothèse a jadis été soutenue par Kauffmann, avec une préférence pour les mois de 1212 (mars) où Frédéric II séjourna en Campanie (à Gaète), avant de se diriger vers le Nord22. C’est toutefois la date la plus tardive qui semble s’être imposée récemment dans la discussion, car elle présente l’avantage d’inscrire l’activité de Pierre dans la partie du règne de Frédéric II (1220-1250) qui voit le développement d’une culture de cour faisant la part belle aux curiosités scientifiques. C’est dans cette optique qu’une datation basse (1220) a été défendue par Silvia Maddalo23.

  • 24 Sur cet acte, cf. supra, note 5.
  • 25 Cf. pour l’itinéraire de Frédéric II en 1220, cf. Böhmer-Ficker 1881-1882, p. 248-280.
  • 26 Kölzer - Stähli 1994, p. 11. Cf. Pour l’acte du 3 juin 1220, supra, note 5.
  • 27 Maddalo 2003, p. 30.

12Un réexamen attentif du dossier suggère pourtant la fragilité de cette dernière hypothèse. D’une part, même en admettant que l’acte de février 1221 mentionnant les biens jadis donnés par Henri VI au poète décédé ait été écrit immédiatement après sa mort24, il ne resterait que deux ou trois mois (novembre-décembre-janvier 1220-1221) pour organiser une rencontre entre le poète et l’empereur dans le royaume de Sicile. Frédéric II ne repasse en effet les Alpes, retour d’Allemagne, qu’à la fin d’août 1220. Il n’arrive dans le royaume proprement dit qu’en décembre25. Comme il existe en fait un acte précédent, daté du trois juillet 1220, où le souverain prend déjà des dispositions au sujet des biens mentionnés dans l’acte de février 1221 (sans mentionner Pierre26), il est en fait probable que Pierre est mort en 1219 ou dans la première partie de l’année 1220. Si Pierre d’Eboli a composé son poème dans les dernières années du séjour de Frédéric II en Allemagne, il ne l’a donc jamais présenté au souverain sur le sol italien. Et les arguments sur un supposé inachèvement du poème, fondés sur une irrégularité mineure de sa structure métrique (l’un des poèmes de l’œuvre est écrit en hexamètres purs, et non en distiques élégiaques, comme tout le reste), n’emportent guère la conviction27. Même si le doute reste permis en l’absence d’argument dirimant, l’impression domine que l’on cherche plus ou moins consciemment avant tout à retarder la date de composition des Bains pour « raccrocher » ces derniers à l’activité culturelle de la Magna Curia frédéricienne, laquelle ne prend – progressivement – de l’ampleur que dans la décennie 1220.

  • 28 Cf. sur ce point, cf. Brühl 1994, p. 34-47. A l’époque de la splendeur de la Magna Curia frédéricie (...)

13Il n’est toutefois pas nécessaire de supposer que le poème ait dû à toute force être composé à une date tardive dans la vie de Pierre pour le faire concorder avec les débuts d’une activité « littéraire » et/ou sapientiale liée à la cour de Frédéric II. On sait à quel point l’identification entre les fastes de la cour normande de Palerme et la fascination pour le « laboratoire culturel » de la Magna Curia frédéricienne sont porteurs de confusion : Si Frédéric II a bien passé l’essentiel des quinze premières années de son règne, correspondant à son enfance et à son adolescence, à Palerme, il n’a plus fait que de rares séjours en Sicile (et de très rares séjours en Sicile occidentale) après son retour en Italie en 122028. Quand il se trouvait dans le royaume, il lui préférait la Campanie, les Pouilles et la Basilicate. Or c’est de la période 1220-1250 que datent l’ensemble de productions textuelles italiennes, grecques et latines et des traductions qui ont fait la réputation du foyer culturel frédéricien. La « cour palermitaine » de Frédéric II, si présente dans certaine littérature secondaire, n’a eu quelque réalité qu’avant 1212, et si l’on entend par là un milieu curial complexe centré autour de la personne du souverain, et où celui-ci joue un certain rôle comme agent et moteur conscient de création et/ou de consommation textuelle, elle ne peut guère avoir existé, sous une forme embryonnaire, qu’entre 1208 et 1212, quand le jeune roi, né en décembre 1194, sortait de l’enfance et commençait à affirmer son autorité sur le royaume.

  • 29 Tuczek 2010 (une partie de ces textes avait déjà été édités et interprétés, non sans malentendus, p (...)
  • 30 Ibid., n° 230, p. 320-332.
  • 31 Ibid., p. 328 : « …Siculi blando veneris appetitu lascivi, quorum invictissimus rex et eorum venera (...)
  • 32 Ibid., p. 324 : Mollis nempe aque substantia lubricantis fluctuavit in plano, cuius arva necessar (...)
  • 33 Cf. supra, note 5.

14Or les textes de la « collection campanienne » récemment édités29, et dont la description de Pouzzoles ( ?) mentionnée plus haut fait partie, contiennent plusieurs dictamina qui donnent une idée de certaines des activités de production et de consommation littéraire médiolatine entreprises par les clercs campaniens du royaume susceptibles d’avoir trouvé des échos dans le milieu palermitain durant cette période-charnière. C’est par exemple le cas d’un texte latin intitulé De commendatione nature in creaturis, long exercice rhétorique de classification des éléments du microcosme et du macrocosme30. Ce texte, adressé à un maître par un élève anonyme, mentionne explicitement en son milieu le jeune couple royal (invictissimus rex et veneranda regina), sur lequel il appelle solennellement les bénédictions de la fortune. Il a donc été composé à la suite de l’arrivée de la première épouse de Frédéric II en Sicile, en 1209, et probablement avant la promotion à l’Empire du souverain en été 1211 (puisque Frédéric y est qualifié de rex, et non de Cesar comme dans le poème de Pierre)31. Entre bien d’autres choses, ce morceau de bravoure qui mériterait une étude détaillée contient une description des mutations subies par l’élément aqueux et de son rôle dans la nature, description qui le rapproche quelque peu de l’univers des Bains32. Incluse dans un dossier de lettres et dictamina vraisemblablement composés en Campanie, par des lettrés campaniens, mais traitant occasionnellement des affaires de la cour palermitaine, cette pièce de haut dictamen atteste l’existence d’une littérature encomiastique et sapientiale latine élaborée par des lettrés du milieu culturel de Pierre d’Eboli, lettrés essentiellement actifs en Campanie, mais en relation avec la cour alors encore palermitaine de Frédéric II, dans les années 1209-1212. L’hypothèse d’une dédicace du De Balneis dans les mois mêmes où Frédéric avait accepté de revendiquer la couronne impériale mais se trouvait encore dans le sud de l’Italie (septembre 1211-mars 1212) acquiert donc une certaine consistance, une fois replacée dans un contexte culturel que ces textes encore peu exploités éclairent faiblement. La naissance d’un héritier, effective en 1211, et qui trouve un écho dans la dédicace conclusive33, pourrait avoir été l’occasion de la rédaction du poème. Quant à savoir dans quelles circonstances Frédéric II en a pris connaissance, que ce soit à Palerme, en Campanie ou ailleurs, la question semble insoluble en l’état actuel de la documentation. Une chose reste sûre : si les hypothèses concernant la datation de l’œuvre doivent tenir compte de la présence de Frédéric II au sud des Alpes (ce qui, après tout, n’est pas obligatoire), une datation en 1211-1212 reste un peu moins fragile que l’hypothèse basse de 1220. Si les Bains ont bien été composés à cette époque intermédiaire, ils feraient partie d’un dossier cohérent, encore peu étudié : celui des productions littéraires latines élaborées par des lettrés campaniens en contact avec la cour palermitaine avant le périple germanique de Frédéric II.

Liens de Pierre d’Eboli avec Salerne : pour une réévaluation

15Il est à craindre que les circonstances exactes de rédaction des Bains nous échappent à jamais, pour la même raison qui fait que le statut et la fonction exacts de la majeure partie des pièces de la « collection épistolaire campanienne », transmises sans noms d’auteur et sans dates, restent difficiles à déterminer. Après l’affaissement de la production textuelle de la cour palermitaine liée à la transition dynastique, et aux troubles consécutifs à la disparition de la mère de Frédéric II, avant la recomposition de la cour frédéricienne autour de la Magna Curia itinérante de la seconde partie du règne, les années 1190-1220, époque d’activité principale de Pierre, furent un temps de maturation, où le milieu des rhéteurs (dictatores) et juristes campaniens qui allait dominer la chancellerie sicilienne dans les décennies successives commençait à s’affirmer au détriment des cadres d’origine insulaire. Dans ce contexte de recomposition, des centres culturels prestigieux, tels que Palerme et Salerne, perdaient de leur importance au profit de pôles d’activité « littéraire » en effervescence (notamment la Terra Laboris, dans l’extrême nord-ouest du royaume), sans que l’instabilité chronique du royaume permette déjà de discerner la logique d’évolutions socio-institutionnelles qui ne se traduiraient pleinement qu’après 1220. Originaire d’Eboli, dans l’extrême sud de la Campanie, et déjà actif à la fin de la dynastie normande, Pierre se trouvait lui-même à la charnière entre ces deux mondes politiques et culturels. Dans les années 1190, en effet, la métropole du sud de la Campanie, Salerne, qui avait tenu une place fondamentale sous la dynastie normande, déchut par suite des erreurs de calcul de ses habitants lors de la guerre de succession de 1191-1193. La nouvelle culture latine qui fleurirait dans la seconde partie du règne de Frédéric II allait essentiellement s’enseigner plus au nord : à Naples ou dans la région de Capoue et du Mont-Cassin. Pierre n’était pas plus un Sicilien insulaire, qu’un lettré de cette Terra Laboris qui fournirait les gros bataillons de la chancellerie frédéricienne après 1220. En choisissant de consacrer son troisième poème aux bains de Pouzzoles, dans l’orbite de Naples, il suivait pourtant la logique qui faisait peu à peu basculer le centre de gravité culturel du royaume de Sicile vers les confins du Latium et la région de Naples et de Capoue.

  • 34 Cf. par exemple García Ballester 1997 (p. 29-34), plutôt favorable.
  • 35 Cf. sur ce point le témoignage littérarisé de Gervais de Tilbury, Otia imperialia (supra note 9), a (...)
  • 36 Comme le note García Ballester 1997, ibid., il n’y a pas de raison de ne pas rattacher à une relati (...)
  • 37 Sur le Regimen sanitatis salernitanum, sa tradition textuelle, et les problèmes philologiques spéci (...)
  • 38 Cf. supra, note 5.
  • 39 Sur les éditions anciennes et les enjeux d’une édition nouvelle du Regimen sanitatis de Salerne, cf (...)

16Cette tentative de contextualisation de la production de Pierre souligne enfin la nécessité de poser à nouveaux frais la question de ses rapports avec le milieu culturel dans lequel il a toute chance d’avoir été formé à l’époque de sa jeunesse : le milieu salernitain. Le problème des connaissances médicales de Pierre et de ses liens avec l’école salernitaine a fait l’objet d’appréciations contrastées34, et des légendes médiévales contemporaines, aussi bien que les réticences des traités de l’école médicale salernitaine, semblent témoigner que ses représentants ne considéraient pas toujours d’un œil très favorable les bains de Pouzzoles35. D’un autre côté, il semble certain que Pierre entretenait des liens avec l’élite médicale qui dominait Salerne, comme, plus généralement, avec cette cité36. Mais la question des rapports entre le poème de Pierre d’Eboli et la culture salernitaine peut, et devrait sans doute être reposée, à partir de bases nouvelles. La forme même du traité didactique que constitue le De Balneis le rapproche en effet de l’œuvre la plus célèbre de l’école, ce Regimen sanitatis dont la rédaction s’est probablement poursuivie, par accrétions successives, avant, durant et après la vie de Pierre d’Eboli37. Que le poète n’ait pas été un médecin de l’école de Salerne n’empêche pas qu’il ait de bonnes chances d’avoir reçu une partie de son éducation dans cette ville, une ville avec laquelle il entretint des liens étroits, jusqu’à la donation finale des biens qu’il avait reçus du père de Frédéric en remerciement pour ses poèmes qu’il fit aux instances ecclésiastiques de la cité38. Et l’on peut se demander si la meilleure piste pour évaluer la place du De Balneis dans cette culture de transition, entre monde normand et souabe, ne serait pas une comparaison structurelle des procédés de versification des termes médicaux présents dans le poème et dans les différentes versions du Regimen. La difficulté d’aboutir à une édition définitive de ce traité didactique, liée au caractère polymorphe de sa tradition textuelle, rend un tel travail difficile39. Avec un examen attentif des textes de la collection campanienne et d’autres documents permettant d’éclairer mieux le contexte de rédaction des Bains, une telle enquête permettrait néanmoins d’avancer sûrement dans notre connaissance d’une œuvre dont la célébrité n’enlève rien à l’intérêt : le traité des Bains de Pouzzoles.

Haut de page

Bibliographie

Banks - Binns 2002 = Gervaise of Tilbury, Otia imperialia: Recreations for an Emperor, (éd. et trad.) S. E. Banks - J. W. Binns, Oxford, 2002.

Böhmer-Ficker 1881-1882 = J. F. Böhmer, Regesta imperii V. Die Regesten des Kaiserreichs unter Philipp, Otto IV, Friedrich II, Heinrich (VII), Conrad IV, Heinrisch Raspe, Wilhelm und Richard,1198-1272, nach der Neubearbeitung und dem Nachlasse Johann Friedrich Böhmer’s neu herausgegenbund ergänzt von Julius Ficker, I, Innsbruck, 18831-1882.

Brühl 1994 = C. Brühl, L’itinerario italiano dell’imperatore 1220-1250, dans A. Paravicini, Bagliani, P. Toubert (éd.), Federico II e le città, Palerme, 1994, p. 34-47.

D’Amato 1975= J. M. D’Amato, Cicero’s villas in the phlegraean fields: the development of a historical and cultural myth, dans Viator, 24, 1993, p. 385-419.

Daneu Lattanzi 1964 = Petrus de Ebulo, Nomina et virtutes balneorum seu de Balneis Puteolorum et Baiarum. Codice Angelico 1474, A. Daneu Lattanzi (éd.), Rome, 1964.

Delcorno 1999 = G. Delcorno, Il volgarizzamento antico-francese del De Balneis puteolanis di Eudes Richart de Normandie, dans Lingua, rima, codici. Per una nuova edizione della poesia della Scuola siciliana, Atti della Giornata di Studio, Bologna, 24 giugno 1997, con altri contributi di Filologia romanza, Bologna, 1999, p. 183-287.

Delle Donne 2011 = F. Delle Donne, recension de Tuczek 2010 in Editionen in der Kritik V. Berliner Beiträge zur Editionswissenschaft, 11, Berlin, 2011 (2012), p. 90-93.

Frutos González 2010 = V. de Frutos González (éd.), Flos medicine (regimen sanitatis salernitanum). Estudio, edición crítica y traducción, Valladolid, 2010 (Lingüística y filología, 72).

García Ballester 1997 = Petrus de Ebolo, Nomina et virtutes balneorum Putheoli et Baiarum et Tabula super balneis Puteoli (Ms 860 Biblioteca Universitaria de Valencia), L. García Ballester (dir.), 2 vol. , Valence, 1997.

García Ballester 1998 = L. García Ballester, Sobre el origen de los tratados de baños (De balneis) como genero literario en la medicina medieval. A proposito del poema medico Nomina et virtutes balneorum Puteoli et Baiarum de Pedro de Eboli (c. 1160-1220) y la Tabula super balneis Puteoli, atribuida a Arnau de Vilanova (m. 1311), contenidos en el Ms 860 de la Biblioteca Universitaria de Valencia, dans Cronos. Cuadernos valencianos de historia de la medicina y de la ciencia, 1, 1998, p. 7-50.

Garufi 1938 = Ryccardus de Sancto Germano notarius, Chronica, ad a. 1227, C. A. Garufi (éd.), Bologne, 1938 (Rerum Italicarum scriptores 7,2).

Grévin 2008 = B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècle), Rome, 2008 (BEFAR, 339).

Grévin 2011 = B. Grévin, La collection campanienne (Paris, BnF lat. 11867). Réflexions sur la méthodologie d’édition des proses rythmées de la fin du Moyen Âge, dans Archivum Latinitatis Medii Aevi, 69, 2011/2, p. 231-256.

Grévin 2012 = Pierre d’Eboli, Les bains de Pouzzoles, B. Grévin (éd.), Paris-Genève, 2012 (col. Sources).

Hampe 1910 = K. Hampe, Beiträge zur Geschichte der letzten Staufer. Ungedrückte Briefe aus der Sammlung des Magisters Heinrich von Isernia, Leipzig, 1910.

Hanly 1996= M. Hanly, An edition of Richart Eudes’s french translation of Pietro da Eboli’s De Balneis Puteolanis, dans Traditio, 51, 1996, p. 225-256.

Huillard-Bréholles 1855 = J. L. A. Huillard-Bréholles, Historia diplomatica Friderici secundi, t. II/1, Paris, 1855.

Kamp 1973 = N. Kamp, Kirche und Monarchie im staufischen Königreich Sizilien, I/1, Abruzzen und Kampanien, Munich, 1973 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 10/I, 1).

Kauffmann 1959 = C. M. Kauffmann, The Baths of Pozzuoli. A Study of the Medieval Illuminations of Peter of Eboli’s Poem, Oxford, 1959.

Koch 2010 = W. Koch (éd.), Die Urkunden Friedrichs II., 1218-1220, Hanovre, 2010 (MGH Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, XIV/3).

Kölzer - Stähli 1994 = T. Kölzer, M. Stähli (éd.), Liber ad honorem Augusti sive de rebus Siculis. Codex 120 II der Burgerbibliothek Bern. Eine Bilderchronik der Stauferzeit (trad. Gereon Becht-Jördens), Sigmaringen, 1994.

Maddalo 2001 = S. Maddalo (dir.), Nomina et virtutes balneorum seu De balneis puteolanis di Pietro da Eboli, Rome, 2001 (Facsimilé du manuscrit 1474 Biblioteca Angelica).

Maddalo 2003 = S. Maddalo, Il De Balneis puteolanis di Pietro da Eboli. Realtà e simbolo nella tradizione figurata, Cité du Vatican, 2003.

Manselli 1978 = R. Manselli (éd.), Studi su Pietro da Eboli, Rome, 1978 (Studi storici, fasc. 103-105).

Nicoud 2002 = M. Nicoud, Les médecins italiens et le bain thermal à la fin du Moyen Âge, dans Médiévales, 43, 2002, p. 13-40.

Nicoud 2007 = M. Nicoud, Il regimen sanitatis salernitatum. Premessa ad un’edizione critica, dans D. Jacquart et A. Paravicini Bagliani (éd.), La scuola Medica Salernitana. Gli autori e i testi, éd. Florence, 2007 (Edizione nazionale « la scuola medica salernitana », I), p. 365-384.

Percopo 1886 = E. Percopo, I Bagni di Pozzuoli. Poemetto napolitano del secolo XIV, dans Archivio storico per le province napoletane, 11, 1886, p. 597-750.

Pertz 1868 = Arnoldi, Chronica Slavorum ex recensione I. M. Lappenbergii, H. Pertz (éd.), Hanovre, 1868 (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum, 14).

Petrucci 1979 = L. Petrucci, Per una nuova edizione dei Bagni di Pozzuoli, dans Studi mediolatini e volgari, 21, 1973, p. 215-260.

Pispisa 1999 = E. Pispisa, Medioevo Fridericiano e altri scritti, Messine, 1999 (Collana di testi e studi storici, 9).

Stürner 1992= W. Stürner, Friedrich II. Teil 1: Die Königsherrschaft in Sizilien und Deutschland 1194-1220, Darmstadt, 1992.

Tuczek 2010= S. Tuczek (éd.)= Die kampanische Briefsammlung (Paris lat. 11867), Hanovre, 2010 (MGH, Briefe des späteren Mittelalters, 2).

Haut de page

Notes

1 Sur Pierre d’Eboli, cf. en particulier Manselli 1978 et Kölzer - Stähli 1994. Sur le traité des Bains de Pouzzoles (Nomina et virtutes balneorum Puteoli et Baiarum), cf. principales études Kauffmann 1959 (histoire de l’art) ; García Ballester 1998 (histoire de la médecine) ; Maddalo 2003 (histoire de l’art). Principaux fac-similés, Daneu Lattanzi 1964 (ms. 1474 de la Biblioteca Angelica) ; García Ballester 1997 (ms. 860 de la Biblioteca Universitaria de Valencia) ; Maddalo 2001 (ms. 1474 de la Biblioteca Angelica), à compléter par Grévin 2012. Sur la tradition textuelle et les traductions médiévales, cf. Percopo 1886 ; Petrucci 1973 ; D’Amato 1975 (édition de référence, restée inédite) ; Hanly 1996 ; Delcorno 1999.

2 Grévin 2012 (fac-similé, transcription du texte latin, traduction française du ms. 135 de la fondation Bodmer).

3 Cf. le texte de du ms. Rome, Biblioteca Angelica 1474 (f. 19v) : Suscipe Sol mundi tibi quem presento libellum./de tribus ad dominum tertius iste venit. Primus habet patrios civili marte triumphos/Mira friderici gesta secundus habet. Tam loca quam vires quam nomina pene sepulta/Tertius eboicis iste reformat aquis. Cesaris ad laudem tres scripsimus ecce libellos. Firmius est verbum quod stat in ore trium. Si placet annales veterum lege cesar avorum/Pauper in Augstero (sic) nemo poeta fuit / Ebolei vatis Cesar reminiscere vestri/ Ut possit nati scribere facta tui.

4 Sur le Liber ad honorem Augusti sive de rebus Siculis, cf. fac-similé-édition-traduction de Kölzer - Stähli 1994.

5 1994. Ibid., p. 11-12. Cf. Huillard-Bréholles 1855 (Historia diplomatica Friderici II, II/1), p. 113 (1221, février, Frédéric prend sous sa protection Nicolas, archevêque de Salerne et son église, confirme les privilèges anciens… et ajoute de nouvelles ‘immunitates’ : … Similiter … molendinum de Abescenda in Ebulo consistens quod magister Petrus versificator a clare memorie domino Henrico imperatore Romanorum patre nostro iure hereditario habuit, tenuit et in fine vite sue idem magister Petrus illud sancte Salernitate ecclesie donavit pariter et legavit… ». La référence du 3 juillet 1220 au même molendinum comme faisant partie des domaines de l’Eglise permet de faire remonter la mort de Pierre à juin 1220 au plus tard, cf. MGH/Diplomata XIV/III, (Koch 2010), n° 644, p. 427-428 : Frédéric ordonne au justitiarius et aux gens d’Eboli, sur la demande de l’archevêque Nicolas Ier de Salerne, de ne pas empiéter sur les droits de son église concernant les dîmes, le moulin à Albescenda et les droits concernant Eboli proprement dite : « … Salernitane ecclesie per privilegium nostrum concessimus et confirmavimus, specialiter … molendinum Albescende cum aqueductu suo… »

6 Sur les événements de la première partie du règne et la période d’anarchie en Sicile, cf. Stürner 1992, p. 85-184.

7 Ryccardi de Sancto Germano Cronica, A. 1227 (éd. Garufi 1938, p. 147-148) : Interea pars cruce signatorum non modica in Apulia, superveniente infirmitate, cecidit per mortis occasum... dictus Lancravius obiit, et ipse tunc etiam Imperator, sicut disposuerat, superveniente egritudine non transivit... Imperator de Apulia tunc venit ad balnea Puteoli.

8 Cf. Arnoldi Cronica Slavorum (Pertz 1868), p. 178 : «... Sunt in vicino loco Baie, quarum meminerunt auctores, apud quas sunt balnea Virgilii, singulis passionibus corporis utilia. Inter que balnea unum est principale et maximum, in quo sunt ymagines, hodierno tempore vetustate consumpte, singulas singularum partium corporis passiones demonstrantes. Sunt et alie ymagines gypsee singule singula balnea demonstrantes singulis passionibus profutura.Ibidem est palatium Sybille, operosis constructum edificiis, in quo est balneum, quod hodiernis diebus balneum Sybille nuncupatur… »

9 Gervais de Tilbury, Otia imperialia, éd. Banks-Binns 2002, p. 586 : «’De Balneis Puteolanis’. Est etiam in civitate Neapolitana civitas Puteolana, in qua Virgilius ad utilitatem et admirationem perpetuam balnea construxit, miro artificio edificata, ad cuiusvis interioris ax exterioris morbi curationem profutura ; singulisque cocleis singulos titulos superscripsit, in quibus notitia erat cui morbo quod balneum deberetur. Verum novissimis diebus, cum apud Salernum studium fisicorum vigere cepisset, Salernitani invidia tacti titulos balneorum corruperunt, timentes ne divulgata balneorum potencia lucrum practicantibus aufferret aut diminueret. Ipsa tamen balnea, pro maxima parte intacta, diversis morborum generibus medelam tribuunt. Suspecta quoque sunt illa que certam incolarum non habent noticiam aut ad virtutem memoriam eo quod inter duo contrariorum effectuum infirmitas infici quandoque potius posset quam curari ».

10 Hampe 1910, n° 11. Sur l’importance de cette collection épistolaire pour la culture sud-italienne du second treizième siècle, cf. Grévin 2008, p. 391-403.

11 Ibid., p. 120.

12 Tuczek 2010, n° 1, p. 59-63.

13 Delle Donne, 2011, p. 592, propose la restitution alia. Pour des raisons d’euphonie et de sens, je penche plutôt pour die, qui permet d’éviter un pesant hiatus (electuaria alia), souvent péniblement ressenti par les rédacteurs de ce genre de textes, et semble s’appliquer aux allusions à la prise de fonction de l’évêque qui parcourent le texte (die confirmationis).

14 Tuczek 2010, n° 1 p. 61. Le texte original, fortement dégradé, a delectationem pour delectatione, putelogica pour Puteologica, caritati prorsus ascendi pour caritatis prorsus accendi.

15 Étant donné que le seul passage de la lettre faisant explicitement référence à Pouzzoles concerne les bains, Delle Donne 2011, p. 592 met en doute que l’ensemble de la lettre concerne la ville. L’évêque ne serait pas nécessairement celui de Pouzzoles, ni la ville, Pouzzoles même. Il conteste notamment le fait que l’arrière-pays de cette cité puisse être décrit comme « sans ressources ». Mais le reste de la description concerne en tout cas une cité qui a une intense activité portuaire, où l’on mange surtout du poisson, et comme toutes les lettres de la collection faisant directement allusion à la Campanie concernent plutôt la région de Naples et d’Aversa, il s’agit au moins probablement d’une ville du nord de la Campanie sise au bord de la mer. Dans la mesure où l’argument concernant le manque de ressources de l’arrière-pays ne saurait guère s’appliquer à Gaète ou à Naples, il faut peut-être voir là plutôt une exagération rhétorique mettant en valeur le contraste entre la zone « inquiétante » des champs phlégréens et de Pouzzoles, dont les habitants sont tournés vers la mer, ou, si l’on veut absolument contester que cette description s’applique tout entière à Pouzzoles, chercher un candidat très spécifique, comme Amalfi ou Sorrente (sites portuaires relativement isolés de leurs arrière-pays).

16 L’aspect récréatif des séjours aux bains de Pouzzoles vers 1200 est mis en valeur par Nicoud 2002, p. 26-27.

17 Cf. Kamp 1973, p. 371-373 : « Pozzuoli ». Nom des évêques inconnu entre le 24 mai 1187 et mai 1197, et entre 1209 et 1237. Un Johannes est attesté sur le siège à partir du 2 juin 1197, jusqu’en mai 1209.

18 Tuczek 2010, intro. p. 22-36.

19 Pour le texte du poème conclusif, cf. supra, note 3. Le poème introductif se conclut par un distique élégiaque adressé à un empereur : Quarum (=les bains) virtutes et nomina maxime Cesar/Presens pro vestra laude libellus habet (ms. Rome, Biblioteca Angelica 1474, f. 1r). L’hypothèse d’une dédicace à Henri VI a été discutée par Petrucci 1979, p. 105 et soutenue par Pispisa 1999, p. 84.

20 Cf. la discussion de Maddalo 2003, p. 25-27.

21 Cf. supra, note 3.

22 Kauffmann 1959, p. 9-13, et plus particulièrement p. 11-12.

23 Maddalo 2003, en particulier p. 30.

24 Sur cet acte, cf. supra, note 5.

25 Cf. pour l’itinéraire de Frédéric II en 1220, cf. Böhmer-Ficker 1881-1882, p. 248-280.

26 Kölzer - Stähli 1994, p. 11. Cf. Pour l’acte du 3 juin 1220, supra, note 5.

27 Maddalo 2003, p. 30.

28 Cf. sur ce point, cf. Brühl 1994, p. 34-47. A l’époque de la splendeur de la Magna Curia frédéricienne (1220-1250, seconde partie du règne), Palerme n’est plus visitée par Frédéric II que ponctuellement (cinq mois sur trente ans, aucune visite après 1235). La capitale de facto du royaume tend à devenir Foggia, mais l’itinérance de la cour est telle que la notion ne semble guère pertinente.

29 Tuczek 2010 (une partie de ces textes avait déjà été édités et interprétés, non sans malentendus, par Karl Hampe dans diverses publications échelonnées au cours du premier quart du vingtième siècle).

30 Ibid., n° 230, p. 320-332.

31 Ibid., p. 328 : « …Siculi blando veneris appetitu lascivi, quorum invictissimus rex et eorum veneranda regina domini et principes nostri perhenni felicitate perducant regni gubernacula, quibus presunt, salubri moderatione gubernent, nulla belli fortuna decepti cervicibus hostium iuga captivitatis imponant, nulla malorum vexatione gravati cum omni corporum integritate serventur.... » Sur la question de la datation de ce document curieux, cf. Grévin 2011, p. 237 note 25. Cette exaltation du couple souverain intervient lors d’une description des « qualités natives » des nations de l’Europe, close par un rappel de la lascivité des Siciliens, placés sous le signe de Vénus. Suit l’éloge du couple royal, qui éclaire la signification de ce compliment d’apparence ambiguë : il s’explique si l’on se place dans le contexte de l’arrivée de la jeune épouse aragonaise de Frédéric II dans l’île, accueillie avec soulagement dans le royaume. Elle amenait une suite armée qui aida les jeunes souverains à affirmer leur autorité dans l’île, et signait la fin de la minorité orageuse de Frédéric II. Le mariage correspondait donc très concrètement à l’annonce de temps nouveaux, et à un raffermissement de la dynastie, bientôt concrétisée par la naissance d’un héritier (dès 1211).

32 Ibid., p. 324 : Mollis nempe < aque > substantia lubricantis fluctuavit in plano, cuius arva necessario fulciuntur humore et maturis frugibus haut inutilis cumulantur. Siquidem que caloris virtute genera superioris nascentium prorumpuntur, huius beneficio intueraris augeri. Aurit aquam calor ethereus et, quod eius purius est, rapitur in superno, quod, quanto altius elevatur, tanto nubium affinitate frigescit et fit inber, qui parturientis sinui telluris affusus fertilitatis attribuit alimentum. Velim videas, ut arriditatis intemperantia pulveres resolutos vinantium obtutibus nocituros quadam humoris confederatione connectat et mari continuat inferiori. Quid addam illud, quod sords inundans abluit unda peccatum et crimina fonte lavationis inmissa sancti Spiritus salutaris inmergit ? Itaque ipsa eadem est aqua, tum insumpta, quibus influit, locorum figura in varias plerumque species se commutat locis imminens arenarum flavescentis spice colorem assumere, que nemorum per amena discurrens viriditatis speciem prefiguratur. Hec eadem vestigio demutato locis infusa florigeris multiformi florum varietate discoloratur, que montium per crebros precipitata irruptus sumpto conspicatur. Cernas, ut eadem in pallude turbidior, fonte purior ac lucidior colliquescat, que in mari vel albior, cum inassurgentibus cumulis inhorrescit, vel viridior, cum serena transquillitate pacatur.

33 Cf. supra, note 5.

34 Cf. par exemple García Ballester 1997 (p. 29-34), plutôt favorable.

35 Cf. sur ce point le témoignage littérarisé de Gervais de Tilbury, Otia imperialia (supra note 9), ainsi que Grévin 2012, p. 13.

36 Comme le note García Ballester 1997, ibid., il n’y a pas de raison de ne pas rattacher à une relation réelle entre Pierre d’Eboli et le médecin salernitain Urso la « dissertation » sur les problèmes d’hérédité placée dans la bouche de ce dernier dans le Liber ad honorem Augusti à propos de Tancrède, cf. Liber in honorem Augusti, VIII (Kölzer - Stähli 1994, p. 65) : Egregius doctor et vir pietatis amicus/Explicuit causas talibus Urso michi : /Ut puer incipiat opus est ut uterque resudet, Ex quo perfectus nascitur orbe puer. Non in Tancredo sementat uterque parentum/ Et, si sementent, non bene conveniunt./Dux alter de stirpe ducum, de stegmate regum,/Altera de media stirpe creata fuit. Naturam natura fugit : fornacis aborret/Gemma luem, nec humus nobilitate coit. Evomit humorem tam vilis texta virilem : /Concipitur solo semine matris homo…Le discours peut être inventé de toute pièce, mais la manière dont Pierre le place sous l’autorité d’Urso semble bien démontrer une connaissance directe que ses rapports étroits avec Salerne (attestés notamment par la donation de ses biens, cf. supra note 5) rendent plausible.

37 Sur le Regimen sanitatis salernitanum, sa tradition textuelle, et les problèmes philologiques spécifiques que ce texte sans cesse remanié pose, cf. Nicoud 2007.

38 Cf. supra, note 5.

39 Sur les éditions anciennes et les enjeux d’une édition nouvelle du Regimen sanitatis de Salerne, cf. Nicoud 2007. La dernière édition scientifique dont j’ai pris connaissance est Frutos González 2010. L’éditrice ne tient pratiquement pas compte du caractère métrique du texte, ce qui la conduit à adopter systématiquement des leçons qui lui paraissent meilleures pour le sens, mais détruisent le rythme du vers. Même s’il est courant que le facteur métrique perde rapidement du poids dans les étapes de transmission de ce genre de texte, c’est sans doute méconnaître le poids respectif de la culture de l’encodage rythmique et de la volonté de précision scientifique dans la littérature didactique médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Grévin, « Autour des Bains de Pouzzoles de Pierre d’Eboli (circa 1212 ?). Une note de travail », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1552 ; DOI : 10.4000/mefrm.1552

Haut de page

Auteur

Benoît Grévin

CNRS-LAMOP (UMR 8589) - benoit.grevin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org