Navigation – Plan du site
Varia

Item fuit dictum... Item fuit actum : Les peintures murales de Besse-en-Oisans, étude d'un contrat notarial

Marianne Gilly-Argoud

Résumés

Suite à la découverte dans les archives départementales de l'Isère d'un contrat de peinture religieuse, il s'agit ici de présenter le premier contrat de peinture alpin mise au jour actuellement côté français et de façon à faire le point sur cette question des documents archivistiques à mention de peinture murale dans la recherche contemporaine. Si des travaux ont été menés en Italie, la recherche française n'a pas encore étudié le problème de façon approfondie. Il est pourtant important de questionner ce type de documents pour compléter les informations d'étude de la peinture murale, qu'il s'agisse comme ici de contrat notarié stipulant un accord entre un peintre de passage et une communauté paroissiale représentée par son curé ou d'autres documents historiques comme les testaments, les visites pastorales, etc. La communication livre une présentation analytique détaillée du contrat découvert tout en le comparant avec d'autres documents similaires, afin de mieux cerner les contextes et les conditions techniques de commande ou encore les relations entre artiste et commanditaire, informations que la peinture murale conservée seule ne donne pas forcément.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Castelnuovo 2006 ; Rigaux 1994-a. Mais aussi des travaux plus ciblés : Boscani Leoni 2008. Minonzio (...)
  • 2 CIAM. 2000.

1 Depuis une trentaine d'années, la recherche universitaire et l’érudition régionale ont développé un intérêt grandissant pour la peinture murale alpine, comme l'ont démontré d'importants travaux de part et d'autres des Alpes1. Par sa permanence, la peinture murale apporte nombre d’informations pluri-contextuelles sur l’aire de passages que représentent les Alpes. Dépassant l’analyse artistique stricte, l’étude transdisciplinaire de ce support examine à présent les contextes de production et les phénomènes de circulation et d’acculturation inhérents à cette zone géographique. De telles enquêtes se sont enrichies dans les années 1990 de nouveaux questionnements d'approche et notamment d'une tendance bénéfique à la pluridisciplinarité, dont témoigne le jalon fondateur du colloque de Saint-Savin-sur-Gartempe en 19992.

  • 3 Chiffoleau 1980 ; O'Malley 2005.

2 Dans le domaine présenté ici, la recherche au pied du mur s’associe à une investigation dans les archives. J. Chiffoleau a été l’un des pionniers en France de l’étude des documents d’archives traitant de la peinture murale, de même que la fondamentale étude de M. O’Malley sur les contrats de peinture italiens3. Progressivement, la peinture murale, par son implantation architecturale concrète, a attiré des historiens non plus seulement de l’art mais de l’image de façon plus transversale, en tant que document.

  • 4 Rigaux 2001, p. 490-491. Quelques testaments conservés dans les Alpes et en Provence indiquent une (...)

3 Les corpus de peintures murales conservées se constituent peu à peu en Europe mais de nombreuses occurrences restent manquantes. Certaines non conservées sont documentées dans les documents d’archives : ceux-ci permettent d’obtenir des informations juridiques et comptables sur les œuvres peintes, ce que l’étude des peintures conservées seule ne permet pas. De trop rares documents (testaments, contrats à prix-fait, inventaires et visites pastorales) en ce qui concerne la peinture murale, apportent ainsi de précieux renseignements4.

  • 5 Cité par P. Paravy en 1988 dans sa thèse, laquelle se concentre plutôt sur les deux actes précédent (...)

4 Le principal intérêt de cet acte de commande est justement de documenter l'existence de contrats pour l'exécution de peintures murales dans les paroisses alpines5. Jusqu'à récemment, et avec raison au vu du manque de matériel pour étayer l'hypothèse inverse, la recherche estimait que les montants financiers et salaires engagés étaient certainement trop peu conséquents pour nécessiter un contrat. D’autant que la surveillance de l'artiste se faisant sur place, il n'était nul besoin de nommer un procurateur, ce rôle pouvant être assumé par le curé de la paroisse.

  • 6 Pour l’Italie, voir O’Malley 2005. Il est à espérer que d’autres documents de ce type soient invent (...)
  • 7 Nice, Archives départementales, fonds Onorato Curti, 03E 073/024 , fol.  78-79. Prix-fait de Giacom (...)
  • 8 Kovakesky 2000, p. 101-113 ; Latouche 1928, p. 96

5 De rares contrats sont néanmoins conservés en Provence et quelques-uns ont déjà été étudiés6. L'un concerne un prix-fait « global », à savoir peintures murales de tout l'édifice et retable, pour la chapelle Sainte-Elisabeth à Cayrons (Vence), en date du 13 juillet 1491 par Giacomo Canavesio7. S. Kovalevsky indique un autre document – non pas un contrat –, découvert dans les années 1920 où la communauté de Villars s'engage à fonder et décorer de peintures une chapelle Sainte Brigitte pour la remercier de sa protection contre la grêle et les langueurs maladives8.

  • 9 Pansier 1934, p. 29-30 et 162. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds (...)
  • 10 Avignon, Archives municipales, Notaires II, n° 22. Prix-fait de Maître Jaumet, 12 septembre 1489. P (...)
  • 11 Leonelli 2000, p. 66-67

6 D'autres sont mentionnés par P. Pansier : le premier prix-fait, en date du 11 août 1369, concerne le peintre Bernard Engilran devant peindre une Annonciation, une Majestas Domini et les évangélistes à la chapelle Saint-Nicolas de Valréas9. Un second document, très court, dans les comptes de l'Aumône de la Major d'Avignon, mentionne des peintures exécutées en 1366 par le peintre Étienne pour un salaire de six florins, mais ce contrat ne concerne peut-être pas des peintures à sujet religieux. Le troisième a été établi le 5 septembre 1492 entre le peintre Jean Jaufre et le marchand Claude Martin, à l'occasion de la réfection d'un retable portant la Vierge entre saint Jean-Baptiste et Marie-Madeleine. Le contrat concerne l'exécution au-dessus de la porte principale de sa maison d'une Vierge couronnée avec les armes du pape et d'Avignon, puis un Crucifix avec la Vierge et saint Joseph. Un autre prix-fait indique brièvement la peinture d'une Vierge sur l'un des piliers de l’hôpital Sainte-Marthe d'Avignon pour la petite somme de dix florins10. Reprenant partiellement P. Pansier, M.-C. Leonelli cite quatre contrats à prix-fait de peinture murale, dont nous ne retenons que les deux premiers (Bernard Engilran et le peintre Étienne), les deux derniers concernant clairement des sujets profanes et/ou afiguratifs11.

  • 12 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Carpentras-Bérauds, n° 89, fol (...)
  • 13 Pansier 1934, p. 31 ; Chiffoleau 1980, p. 176
  • 14 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Valréas-Petit, n° 50 et n° 54, (...)

7 P. Pansier publie de fait plusieurs prix-fait entre autres de peintures murales, où celles-ci viennent compléter la commande d'un retable, le plus souvent dans une chapelle12. Le contrat de Jean Jaufre que nous citons d'après P.  Pansier n'est pas mentionné par M.-C. Leonelli alors que J. Chiffoleau reprend de P. Pansier un prix-fait de peinture pour le tombeau du consul Antoine de Combs par un peintre piémontais, dénommé Giovanni Grassi, lequel doit représenter le défunt gisant entouré de pleurants13. J. Chiffoleau mentionne aussi deux autres documents mentionnant des contrats de commandes de peintures à Valréas, non mentionnés par P. Pansier14.

  • 15 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo (...)

8 Enfin, un dernier document mérite d'être cité. Passé totalement inaperçu dans la recherche contemporaine, il s'agit – à notre connaissance – du seul autre contrat de peintures murales alpin mis au jour et publié actuellement, mais de l'autre côté des Alpes, en Italie15. Le 18 octobre 1463, le peintre originaire de Pignerol, Anrieto Bachileri est engagé par Antonio Rivetti pour décorer une chapelle à Mattie, en vallée de Suse.

  • 16 L'étude de M. O'Malley indique en effet qu'en plaine également, les contrats sont significativement (...)

9 Sans doute moins courante que pour une sculpture ou un retable, la pratique devait finalement être moins rare que supposée pour certaines régions, notamment en milieu alpin16. Il est vrai que les pertes en sources historiques archivistiques, particulièrement notariales, sont importantes pour l'ère médiévale malgré la multiplication des peintures murales à la fin de la période.

  • 17 Nous tenons à remercier chaleureusement pour leur correction Alain Belmont, archéologue et enseigna (...)
  • 18 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à l'introduction du chapitre VI de Gilly-Argou (...)

10 L’exemple que nous allons développer a été choisi car il s’agit du premier contrat de peinture murale alpine découvert du côté français des Alpes17. Il présente des particularités qui permettent une comparaison enrichissante avec d’autres cas soit en Provence soit en Italie et notamment dans la partie italienne des Alpes. Le manque de documents mentionnant la peinture murale fait que la recherche choisit ses sources d’étude surtout en fonction des archives conservées. De plus, cet exemple s’ancre dans une zone géographique où les circulations des personnes, des techniques et des marchandises entraînent des phénomènes d'acculturation variés comme elle s’articule à proximité des plus grandes voies de transit international, celles permettant la traversée des Alpes18.

11 Le document présenté a connu un parcours laborieux avant de pouvoir livrer ses informations. Il s'agit d'un acte notarié pour une commande de peintures murales dans l'église paroissiale de Besse-en-Oisans. La pièce est actuellement conservée aux archives départementales de Grenoble dans une reliure commune à plusieurs dizaines d'actes du même notaire, Maître Roulx de Besse, sous la cote 3 E 14377, folio 187. En attente d'être restauré, le manuscrit, est en piteux état de conservation, et n'est consultable que sur microfilm. Le texte se présente sur deux pages formant un bloc de 54 lignes – plus les cinq lignes de l'en-tête – d'en moyenne cinq mots chacune pour un total de 356 mots.

  • 19 O'Malley 2005, p. 4-8
  • 20 Sur le notariat alpin, et notamment les notaires publics – bien différent du notariat comital –, vo (...)

12 L'écriture, petite et serrée mais développant les hastes (hampes et jambages), est une graphie gothique bâtarde informelle, caractéristique des actes notariés tardo-médiévaux alpins. L'utilisation de verbes jumelés comme tenature depingere (l. 19-20) dénote l'emploi de la terminologie légale pour marquer l'implication des responsabilités des parties concernées19. On note chez Maître Roulx une tendance à l'abréviation somme toute assez commune mais aussi une tournure personnalisée de certains termes. Il ajoute par exemple des lettres à des mots comme sequ[u]ntur (l. 9 et 12). L'acte ne comporte qu'une seule rature (d'autres actes en présentent plusieurs). Celle-ci porte sur un me où le notaire semble réaliser qu'il est inutile d’insister sur son identité20. Il se limite ainsi à un modeste et courant notario publico (l. 3) et à la signature de fin d'acte, me notario subsignato A. Rodulphi (l. 53-54) avec ses témoins, appartenant à divers familles (Bartholomei Garcini, presentibus ibidem Thoma Garcini, [...] Petro Garcini filio Petri, Iohanne Tholosani, Iacobo Jordani, l. 50-53) et des membres de sa propre famille (Andrea Rodulphi, Andreono Petro Rodulphi filio quondem Petri Rodulphi notario l. 50-51). Pour conclure sur la typologie du formulaire du contrat de peinture murale, celui-ci reste assez stéréotypé : il présente les formules récurrentes que l'on retrouve dans la plupart des contrats, comme nous le verrons. Néanmoins, il faut noter chez ce notaire – qui n'est cependant pas isolé dans cette façon de procéder – l'ouverture et la capacité à traiter certaines spécificités inhérentes au cas précis et qui ne se retrouvent pas forcément d'un contrat à l'autre.

  • 21 Coté 1994.
  • 22 Cet italianisme désigne de petites constructions rectangulaires pourvues d'une niche en hauteur ou (...)
  • 23 Paravy 1993, p. 457-458
  • 24 Clément 1998, p. 61-90
  • 25 Saint-Christophe et Bourg-d'Oisans comptent « seulement » 120 feux environ. Voir : Paravy 1993, p.  (...)

13 Le village de Besse est situé en Isère dans la région alpine de l'Oisans, à 1 545 m d'altitude et à une soixantaine de kilomètres de Briançon. L'Oisans fait partie de l'escarton briançonnais dans la principauté du Dauphiné pendant la période médiévale et moderne. Combiné avec sa situation géographique d'altitude et son accès relativement difficile, cela lui octroie une certaine autonomie et permet une autogestion partielle de ses communautés, économiquement si ce n'est politiquement. Besse est une ancienne paroisse, déjà documentée en 1080 au sein du lent mouvement roman de créations paroissiales tentant de couvrir les habitats plus ou moins isolés tout au long du Moyen Âge21. On trouve là un indice de la prospérité de Besse, quand d'autres communautés voisines, tout aussi à l'écart, se contentent de chapelles rurales et simples oratoires sous forme de piliers votifs22. Ces communautés de montagne se plaignent par ailleurs de la difficulté de rejoindre la paroisse pour le culte et les sacrements, dans ces régions alpines où le mauvais temps dure parfois six mois par an23. Et effectivement, le simple compte de feux montre bien l'importance – relative – de Besse, entre autres à cause de la richesse et de la qualité de ses herbages24. L'habitat est plus peuplé que les gros villages et bourgs alentours (140 feux en 1497), malgré une chute significative due à la peste au cours du XVe siècle. Il est situé dans un vallon annexe de la vallée de la Romanche, itinéraire secondaire de pèlerinage romainralliant l'autre côté des Alpes par Briançon et le col du Montgenèvre25.

  • 26 Le coût semble même prohibitif aux yeux des Bessats. Voir Grenoble, archives départementales, 4 G 2 (...)
  • 27 Paravy 1993, p. 174

14 Lors des visites pastorales des évêques de Grenoble, Aimon Ier de Chissé (1399-1414) et Siboud Allemand, l'église de Besse est documentée comme menaçant ruines, sans que cela n’entraîne un quelconque changement26. En 1495-1496, leur successeur, Laurent IerAllemand constate la voûte tombée en 1488. Le prélat tempête, au point de confisquer les dîmes de Besse au décimateur, le prieuré de La Garde, et ordonne sa réfection. Il exige notamment la mise en place d'un veyssel ou plafond lambrissé, malgré la rareté et le coût du bois dans un milieu de moyenne montagne (1550 m d'altitude)27. Deux contrats à prix-fait nous indiquent les détails de la campagne de travaux de l'église en 1499 et 1512. Par exemple, les paroissiens tentent vainement de récupérer les dîmes auprès du prieuré de La Garde (sous la dépendance de la prévôté de San Lorenzo d'Oulx, de l'autre côté des Alpes) pour financer les opérations.

15 La décoration de l'église advient au cours de cette période, le contrat datant du 8 septembre 1502. Celui-ci est établi entre le chapelain et curé de Besse (cappellani et curati l. b), le dominus Anthoni Gueyraudi (l. a-b et l. 4-5), et le peintre Iohannis de Palude – nom fort commun par ailleurs – (Magister et pinctor l. 7), lesquels fecerunt pacta que sequ[u]ntur (l. 8-9) ad precium facto (l. 10). En premier lieu, le sire Gueyraudi donne à Jean de Palud le chœur à peindre de neuf de pingendo subscripta in presbiterio ecclesie dicti loci noviter (l. 11-12) ainsi qu'un agneau de Dieu à la clef de voûte de l'abside (teneatur facere in clave dicti crote unum Agnus Dei l. 24-26), comme souvent dans l'iconographie absidiale. En outre, le curé demande à être représenté (fiat una ymago ad dictum dicti domini curati l. 23-24). Il est effectivement courant de voir des images peintes, accompagnant les programmes décoratifs muraux, du commanditaire, ici en l'occurrence Gueyraudi, sans doute au nom de l'ensemble des paroissiens.

  • 28 Nice, Archives départementales, fonds Onorato Curti, 03 E 073/024 , fol. 78-79. Prix-fait de Giacom (...)

16 Il est intéressant de noter sur ce point que les procurateurs désignés pour reprendre les dîmes, organiser et gérer les travaux de l'église ne sont absolument pas nommés et s'effacent totalement face à l'autorité religieuse. Quand il peut arriver ailleurs que les syndics représentent la communauté pendant la commande, ici il s'agit bien du curé et chapelain – sans latitude laissée à un laïc investi d'un pouvoir quel qu'il soit par la communauté – qui prend l'affaire en main, toujours au nom de la paroisse. Ce cas de figure se retrouve dans d'autres contrats de peinture murale passés pour des communautés paroissiales. C'est le cas pour le prix-fait entre le peintre turinois Giacomo Canavesio et la communauté de Cayrons à Vence : Conventiones sive pactiones pro venerabili domino Vitalis, clerico beneficiato ecclesie Vencensis et honorabili viro magistro Iacobo de Canavesis, pictore diocesis Thaurinensis28.

  • 29 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 26 novemb (...)

17 Après les recommandations d'usage sur la promesse de bien faire du peintre (l. 26-27), le notaire s'apprête à continuer sur les autres aspects de la commande. Or le début de phrase (l. 28) est barré pour que soit ajoutée une précision qui ne manque pas de sel et en dit long sur l'importance que s'accorde le chapelain Gueyraudi sous prétexte de représenter sa communauté : Item fuit dictum quod ipse (teneatur) pingere staturam dicti domini curati ubi videbitur (l. 28-30). Certains contrats indiquent parfois en effet des souhaits propres, forts révélateurs quant aux préoccupations individuelles. Ainsi, dans le prix-fait pour le tombeau d'Antoine de Combs cité plus haut, l'insistance est lourde sur la nécessité de faire preuve de réalisme : promisit pingere videlicet loricam de colore vere lorice, et vestem suorum armorum, secundum quod arma ipsius condam defuncti exigunt, angelos et cassidem armorum ipsius defuncti secundum quod arma et amictus eorum requirent [...] précise alors le texte29. Il est suivi d'une description longue et précise, notamment sur les couleurs et les détails iconographiques comme les attributs des saints. Le prix-fait de Cayrons demande la représentation du curé chargé de la chapelle : Item […] quod supradictus magister Iacobus de Canavesis depingat eidem domino Vitalis mais sans la double mention insistante présente dans le document de Besse. On pourrait se demander si le curé de Besse fait preuve de péché d'orgueil et de vanité personnelle ou bien seulement d’une volonté légitime de rappeler aux fidèles qui est leur berger et l'intermédiaire entre le divin et les paroissiens.

  • 30 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo (...)

18 Ce sont ces derniers qui effectuent les travaux de l'église pour le bois et font appel à des entrepreneurs locaux pour la maçonnerie. Cependant pour une activité aussi spécialisée que la peinture murale et aussi particulière, voire sacrée, que de représenter l'invisible et le divin, ils ne peuvent faire autrement que de faire appel à un étranger. Celui-ci aurait pu cependant être un artisan de la région, voire italien comment c’est souvent le cas dans le milieu alpin. La relative richesse de Besse se note là encore dans la mention – peut-être non dénuée de fierté pour la communauté – de l'origine du peintre, la Bourgogne (de Burgondia l. 8). On le voit par ailleurs dans la comparaison avec le contrat de Mattie dans les Alpes italiennes : pour un programme similaire, dans une aire géographique relativement équivalente en passage, le salaire et la durée diffèrent assez, et cela pourrait être imputé à la réputation et à l'origine du peintre30.

19 Cette précision donne ainsi à voir la circulation de ces artistes itinérants au gré des commandes et se nourrissant techniquement des apports italiens, franco-flamands ou franco-provençaux. Il est ainsi à envisager que la présence d'un artiste – voire de son atelier –, venu de la plaine bourguignonne dans ces vallées pour une raison inconnue, sans doute « de passage » dans les Alpes, ait été une véritable « aubaine » pour Besse. Sa présence peut être due à un précédent travail dans la région lui ayant conféré une certaine renommée, puisque les commanditaires préfèrent souvent engager un artiste dont ils connaissent l’œuvre. Alternativement, la peinture de Besse pourrait avoir poussé d'autres communautés à lui passer commande. Ces possibilités demeurent malheureusement invérifiables en l'absence d'autres documents, sans parler de peintures, au nom de Jean Palud.

  • 31 La suite du texte indique que Jean de Palud devra peindre sur trois piliers ou arcades de la dite a (...)
  • 32 Paravy 1993, p. 207.

20 La seule précision sur le contenu du programme iconographique concerne un Jugement dernier (Iudicamentum Domini l. 14) sans doute dans la partie gauche du chœur mais le texte mentionne tout de suite après crote : doit-on comprendre qu'il parle d'une crypte ou plus plausiblement du « creux » que forme un cul-de-four classique31 ? Cette dernière possibilité est confirmée par P. Paravy citant d'autres documents32 comme par exemple : crota est bene coperta et ornata picturis honestissimis pour l'église d'Entremont-le-Vieux dont le chœur est peint.

  • 33 O'Malley, 2005, p. 221-222. L'auteur indique, pour son corpus, que la mention écrite d'un modèle da (...)
  • 34 F. Joubert parle même de leitmotiv. Voir : Joubert 2001, p. 2.
  • 35 L'église des Cordeliers ayant été dévastée par les protestants en 1562 puis entièrement reconstruit (...)

21 Le modèle est ici précisé, un détail rarement mis par écrit dans les contrats : eodem modo que est depictum in presbiterio fratrum predicatorum Granis (l. 16-17) 33. Cette phrase documente ainsi la pratique de « copier » ou à tout du moins, celle de s'inspirer d'une œuvre préexistante34. L'optique consiste généralement à « récupérer » un peu du prestige et de la renommée d'une peinture plus ancienne ou d'un lieu plus important comme référent politico-religieux. Le site dominicain servant de modèle pourrait être le couvent des Cordeliers de Grenoble – dont le chantier s'achève en 1387 –, comme le terme granis surmonté d'un trait abréviatif pourrait évoquer une version abrégée du nom de la ville, Gra(tia)n(opol)is ou Gran(opol)is35.

  • 36 Paravy 1993, p. 231 et 423. Gap, Archives des Hautes-Alpes, série 1 E, n° 6071, fol. 135v. Testamen (...)
  • 37 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Mourret (Tarascon), notes brèv (...)
  • 38 Clément 1998, p. 61.

22 Diverses raisons participent à la volonté de reprendre une peinture d'ailleurs, et donc « posséder » une copie d'une représentation, à commencer par la célébrité relative de l’œuvre, peut-être due à ses qualités esthétiques mais aussi à son potentiel magico-religieux. Ces deux explications se retrouvent parfois dans les contrats de peintures murales en Provence mais aussi dans les testaments notamment alpins. Ainsi, P. Paravy cite un testament demandant la peinture d'une Annonciation telle que celle de Bézier pour la chapelle Notre-Dame-de-Pitié à Pont-Cervières36. Elle mentionne un autre testament requérant de même la peinture d'une Vierge comme celle de Notre-Dame de Pont-Cervières à son tour pour l'église de Puy-Saint-André. En Provence, un contrat de 1457 pour la confrérie des savetiers de Tarascon réclame un retable d'aussi bonne qualité que celui d'Uzès : « Item teantur dictum retabulum facere ita finum sicut illud quod est factum Ucessia »37. Cet adjectif qualificatif finus, n'est du reste pas employé dans le contrat de Besse, lequel se contente d'une tournure type « à la façon de », comme pour le prix-fait de Cayrons : ad instar et similitudinem in depictura cuiusdam retabuli affixi in cappella Annunciationis. Le potentiel surnaturel de la peinture peut être avéré par réputation et miracles, et permet de renforcer l'identité d'une communauté tout en positionnant son image dans son rapport au monde extérieur. Besse est un village d'une certaine importance économique dans son environnement immédiat38. La paroisse fonctionne comme un centre religieux et social dans la vie collective de montagne, où l'on se réunit après la messe le dimanche ou les jours de fête pour traiter les affaires de la communauté. Elle matérialise enfin cette importance non seulement par la réfection mais aussi la décoration de l'édifice de culte. Celui-ci est alors marqué comme repère identitaire, lieu de passage et lien puissant entre le groupe et le sacré, symbole de cohésion sociale et d'appartenance individuelle au groupe des fidèles et de l'Église. Le soin apporté aux peintures contraste avec les premières réticences financières des Bessats et marque bien la fierté et l'importance identitaire de l'église paroissiale.

  • 39 Pparavy 1993, p. 208-210.
  • 40 Quelques exemples proches en Piémont occidental à San Sisto de Melezet (Bardonecchia), Sant'Antonio (...)

23 Il faut aussi se demander si d'une certaine façon le chapelain n'a pas réussi à atteindre deux objectifs en même temps. Ce thème iconographique, si répandu à cet emplacement en milieu alpin, est une formule qui a fait ses preuves et est immédiatement reconnaissable par le fidèle. En souscrivant ce choix, le programmateur suit ainsi la volonté, répétée au sein de leur pastorale par les évêques successifs de Grenoble (Siboud, Laurent Ier et Laurent II Allemand), de faire représenter le Christ en majesté dans les églises pour la dévotion des fidèles, ce qui sera loin d'être le cas dans le diocèse avant 154039. Le Judicamentum Domini a en outre une portée dévotionnelle fortement pédagogique caractéristique des problématiques religieuses de la longue fin du Moyen Âge dans les Alpes. On le voit ainsi souvent fleurir à la façade des édifices pour plus d'immédiateté visuelle, incitant au repentir et à la pénitence face à la contemplation de l'au-delà et de la fin des temps et au jugement définitif et égalitaire qu'elle sous-entend40.

24 Les thématiques du reste du programme décoratif du chœur ne sont malheureusement pas précisées mais il est indiqué que les arcades et piliers de l'abside doivent être peints : Item teneatur pingere tre pillonos sive archetos (l. 19-20).

  • 41 Une date souvent choisie comme échéance commerciale, comme c'est le cas dans un autre exemple de co (...)
  • 42 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m.  1, registre du notaire Francesco de Amade (...)
  • 43 Patria 1987, p. 126.
  • 44 Ainsi, un des contrats de peinture murale cités par P. Pansier indique une durée de six jours seule (...)
  • 45 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 26 novemb (...)

25 La seconde partie de l'acte nous informe sur les autres caractéristiques de la commande, à commencer par la durée de la campagne décorative, de mai de l'année à suivre jusqu'à la prochaine Saint-Jean : precium factum incipere teneatur in festo maii proximo venturo seu lapso synodo maii proximo venturo et reddere completum in festo Beati Iohannis post sequentem (l. 35-38). Au-delà du symbole chrétien, les deux fêtes de Saint-Jean sont souvent utilisées comme marqueurs de paiement ou de résolution de contrats dans le notariat tardo-médiéval. Cela étant sans doute en lien avec les solstices marquant traditionnellement dans le folklore, le début, la fin ou le renouveau de l'année s'écoulant. Il s'agit probablement du 24 juin, ne laissant ainsi que deux mois pour l’exécution du contrat41. Cette durée semble a priori courte pour l'exécution du programme lorsque la comparaison est faite avec les peintures tables du corpus italien. De même, l'autre contrat alpin, dont le programme est similaire en taille, indique une période beaucoup plus longue, d'environ sept mois42. La durée du contrat de Besse semble néanmoins relativement normale pour une petite campagne de peinture murale (cul-de-four et piliers seulement) alors qu'un autre contrat en milieu alpin indique une période de huit mois pour la réalisation d'un retable43. Le medium et le sujet changent grandement la durée et la difficulté de travail44. Pour s'en convaincre, il suffit de comparer avec d'autres durées et quantités de travail, indiquées dans des contrats pour des programmes de décors muraux relativement équivalents en quantité (entre quatre et dix figures) mais pas forcément en moyens ni en qualité technique. La durée est de trois mois et dix jours pour le contrat du tombeau d'Antoine de Combs et quatre mois et quinze jours pour le contrat de la confrérie de l'Humilité par le même peintre, Jean Grassi45. Entre des commandes urbaines nobles ou bourgeoises et une commande paroissiale rurale, les attentes et les temps d'exécution ne sont pas les mêmes, ergo les salaires comme nous le verrons ci-après.

  • 46 Voir dans le même registre, les contrats notamment d'apprentissage, par exemple au folio 157. Autre (...)
  • 47 Et la même somme est allouée au transport des lauzes du toit du chœur depuis Villard-Saint-Christop (...)
  • 48 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo (...)

26 Comme Maître Roulx a pour habitude d'indiquer les coûts engagés et les données financières dans ses derniers paragraphes, le salaire et la question des matériaux sont ensuite évoqués46. Il est promis dix-huit florins de monnaie courante à Jean de Palud en paiement de son travail (le bois pour le plafond de Besse est acheté 36 florins à Villard-Eymond)47. Si l'on compare avec l'autre contrat alpin à notre disposition, celui de Mattie, le peintre est de la région mais de la même vallée48. Il est payé onze florins pour une Crucifixion, une Annonciation et cinq figures de saints. Le commanditaire de Mattie s'engage par ailleurs à lui fournir le vin nécessaire (pro et mediantibus undecim florenis parvi ponderis et vinolario sufficienti dicti magistri et eius famuli quando ibidem laborunti), ce qui documente bien la capacité des notaires à s'adapter aux demandes particulières de leurs clients. La rareté de ce type de document pourrait nous pousser à nous demander si cela était pratique courante.

  • 49 Novero 1981, p. 155-156. Peintures conservées de l'atelier Serra en Piémont nord occidental : Mad (...)
  • 50 Mais est indiquée aussi par M. O'Malley pour le corpus italien. O'Malley 2005, p. 102.

27 Pour une autre comparaison, une quittance de contrat, dans les archives communales de San Maurizio Canavese en Piémont, pour des peintures murales dans une église à la fin du Moyen Âge en milieu préalpin (mais avec un programme pictural plus conséquent), nous indique le prix de 50 florins pour un cycle complet de la Passion par un artiste local travaillant beaucoup dans la région49. L’œuvre de Jean Palud est plus restreinte en surface, ce qui en explique le coût moindre. En outre, l'hypothèse d'une plus-value liée à l'origine lointaine de l'artisan n'est pas vérifiable50.

  • 51 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 2 novembr (...)
  • 52 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Martin, n° 494, fol. 634. Prix (...)

28 Dans cet ordre d'idée, l'exemple du prix-fait de Giovanni Grassi montre un peintre piémontais œuvrant en Avignon sur un programme de taille moyenne, voire moindre qu'à Besse-en-Oisans (un gisant, une Vierge annoncée, deux saints) pour 30 écus d'or de rege sive soli, soit une somme importante51. L'insistance d’utiliser des matériaux onéreux (neuf dérivés de aureum) la justifie de même que la situation urbaine importante de la ville. Maître Grassi semble de surcroît un peintre apprécié puisqu’un autre contrat de peinture à son nom est conservé52. Deux années plus tard, en 1498, il peint un programme plus étendu (au moins huit personnages contre quatre dans le contrat précédent) pour une somme plus modeste (40 florins). Or, cette fois, il ne s'agit plus d'une commande civile, par la ville, pour honorer un noble défunt mais de la commande d'une confrérie : le contrat est court, la description sommaire, les moyens indubitablement plus modestes mais le prix reste élevé comparé à Besse.

  • 53 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Valréas-Petit, n° 50. Prix-fai (...)
  • 54 Kovalesky 2000, p. 107.
  • 55 Birolli 1964, p. 163-163.

29 A contrario, le contrat de peinture murale de Valréas, pour une Annonciation et un Christ en gloire avec Tétramorphe, indique un salaire, comprenant le prix des couleurs, de six florins seulement53. Sans doute le fait qu'il s'agisse d'un peintre local (habitant Orange) a pu influer sur le prix. Un autre contre-exemple : le contrat d'une chapelle rurale de Vence indique un salaire de soixante florins pour une Majestas Domini avec les Docteurs de l’Église, le paradis et l'enfer, les sept péchés et sept œuvres de miséricorde54. Le programme est plus imposant et le peintre Giacomo Canavesio, frère du prêtre et peintre Giovanni Canavesio, vient de Turin55.

  • 56 Patria 1992, p. 126 ; Chiffoleau 1980, p. 306.
  • 57 Cette estimation touche les deux tiers de son corpus de contrats, 20 % coûtant entre 102 et 199 flo (...)
  • 58 O'Malley 2005, p. 55-56, 122 et 132.

30 À titre de comparaison sur les mérites respectifs attribués à la peinture murale et la peinture sur table, un retable en 1466 en milieu alpin (Bussoleno, en val de Suse) est exécuté en huit mois et pour la somme de 30 florins courants. J. Chiffoleau voit dans ses testaments provençaux tardo-médiévaux, une variabilité de dix à cent florins pour l'exécution d'un retable56. Dans ce dernier exemple, au-delà du support c'est là encore la clientèle et la situation urbaine – Avignon est en pleine reprise économique – qui font la différence. De même, dans son étude sur les contrats italiens des XVe et XVIe siècles, M. O'Malley indique une variabilité de cinq à cent florins pour un retable et donne des exemples assez extrêmes pour la peinture murale : Domenico di Michelino, payé 18 florins pour une lunette à la cathédrale de Florence en 1466, ou encore Filippo Lippi payé 1820 florins pour les cycles de saint Étienne et saint Jean-Baptiste à la cathédrale de Prato en 146457. Ces variations importantes s'expliquent par la qualité artistique et la réputation de l'artiste, les matériaux et sujets déterminés, sans parler de la surface couverte, les prix des peintures sur mur étant beaucoup plus sujets à variation que ceux des peintures sur table58.

31 Ce salaire de 18 florins dans le prix-fait de Besse comprend les matériaux nécessaires que le peintre devra se procurer pro salario ac mercede decem octo florenorum parve et debilis (l. 30-31), hormis les pigments passant pour les plus chers que le commanditaire doit s'engager à fournir : Item fuit actum quod dictus dominus curatus teneatur providere suis (sumpti) sumptibus de auro azuro vermellono (l. 38-39). L'or n'est sans doute pas de la feuille d'or mais plutôt de l'auri pigmentum, soit du jaune de sulfure d'arsenic, minéral dit orpiment couramment utilisé notamment dans les Alpes, où les nombreuses charbonnières en permettent la production. L'azur correspond là aussi non au lapis-lazuli – très coûteux – mais à l'azurite dite arménite ou cuivre azuré. Le vermellono renvoie enfin au rouge de vermillon, pigment minéral à base de soufre et de mercure.

  • 59 O'Malley 2005, p. 74.
  • 60 Patria 1992, p. 126.
  • 61 Pansier 1934, p. 30. C'est le cas dans le contrat de Valréas, mais aussi dans le corpus italien. Vo (...)

32 L'expression mentionnant le bleu et l'or est courante dans les contrats de commandes de peinture italienset marque souvent la volonté de voir apparaître effectivement dans les peintures ces couleurs valorisées pour leur prix comme pour leur symbole59. Cependant, l'évocation supplémentaire du vermillon, déjà présente dans une autre quittance alpine et dans certains contrats provençaux, semble indiquer une pratique répandue dans certaines aires géographiques60. Généralement, les couleurs, même les plus chères, sont censées être fournies par le peintre61. Néanmoins, la charge des pigments les plus précieux peut être déduite ici du salaire de l'artiste-artisan et ceux-ci achetés directement par le contractant. Il peut arriver aussi que le contrat ne mentionne ni le type de couleurs ni leur fournisseur, comme dans le contrat d'Anrieto Bachileri.

  • 62 O'Malley 2005, p. 8
  • 63 Paravy 1993, p. 172-174
  • 64 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo (...)

33 Néanmoins, le contrat précise que le curé Gueyraudi peut ne pas payer ces pigments, sous condition qu'il ne pourra pas alors obliger légalement Jean de Palud à réaliser le travail : Item fuit actum quod casu dictus dominus curatus nollet premissa fieri facere quod dictus magister Iohannis non possit eum cogere nec compellere (no) non osbstante presenti instrumento (l. 43-46). Il est enfin à noter que normalement dans les contrats de peinture murale, la question des échafaudages est souvent traitée : qui paiera le bois de construction, le plâtre et la chaux des enduits notamment62. Elle n'est pas abordée ici, ce qui pourrait étonner au vu de la difficulté de se procurer du bois en alpages, et de fait les Bessats devront faire venir leur bois de charpente de Villard-Emond63. Elle n'est pas non plus traitée dans le contrat de peintures murales italien offrant une comparaison en milieu alpin64. Cette question devient moins importante quand on sait que l'église est sans doute toujours en travaux, avec des matières premières et des échafaudages déjà en place.

  • 65 Il serait ainsi pertinent de consulter la visite pastorale de 1540 : il n'y aura pas d'autre visite (...)
  • 66 B. Varennes rapporte les propos du procurateur de l'église André Hustache en 1672, lequel décrit la (...)

34 En 1502, le contrat pour les peintures est donc signé. Elles sont exécutées sans doute avant la fin des travaux de l'église une dizaine d'années plus tard, alors que l'Oisans tarde à entrer dans la période moderne, comme le reste du milieu alpin65. La vague réformée touchera alors rapidement le village et Besse deviendra protestante dans sa quasi-totalité dans le courant du XVIIe siècle66. La décoration murale est très certainement détruite à ce moment, puisque des actes de vandalisme pour des chapelles de l'église sont signalés par ailleurs en 1672. Sans l'acte de Maître Roulx parvenu jusqu'à nous, elle serait complètement perdue, ce qui rend d'autant plus aigu le besoin de ce type de document pour compléter la recherche sur la peinture murale alpine dans un cadre transdiciplinaire.

Protocole notarié Maître Roulx, Contrat entre le peintre Jean de la Palud et le curé Antoine Guéraud, 8 décembre 1502. Grenoble, Archives départementales de l'Isère, 3 E 14377, fol. 187-187v

Protocole notarié Maître Roulx, Contrat entre le peintre Jean de la Palud et le curé Antoine Guéraud, 8 décembre 1502. Grenoble, Archives départementales de l'Isère, 3 E 14377, fol. 187-187v
Haut de page

Bibliographie

Arnaud 1970 = E. Arnaud, Histoire des protestants en Dauphiné. T. 3. Le régime de l'édit de Nantes, 1598-1685, Genève, 1970.

Belmont = 2001 = A. Belmont, À la recherche des peintures disparues, dans Patrimoine en Isère, L'Oisans, Grenoble, 2001, p. 90-93

Birolli 1964 = Z. Birolli, Due documenti inediti sull'attività del pittore Giovanni Canavesio, dans Arte lombarda, 1964, p. 163-164

Boscani Leoni 2008 = S. Boscani Leoni, Essor et fonctions de la peinture murale dans un diocèse alpin : l'exemple du diocèse de Coire (1200-1350ca), Bruxelles, 2008.

Bres 1911 = G. Bres, Questioni d'arte regionale, Nice, 1911.

Cancian 2001 = P. Cancian, Aspetti problematici del notariato nelle Alpi occidentali, dans Bollettino storico-bibliografico Subalpino, XCIX, 2001, I, p. 15-20

Castelnuovo 2006 = E. Castelnuovo (dir.), Arte del Quattrocento nelle Alpi occidentali : percorsi dell'architettura e della pittura murale, Turin, 2006.

Chiffoleau 1980 = J. Chiffoleau, La comptabilité de l'au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d'Avignon à la fin du Moyen Age (vers 1320-vers 1480), Rome, 1980.

C. I. A. M. 2000 = Centre International d'Art Mural, La peinture murale de la fin du Moyen Âge : enquêtes régionales : actes du 9ème Séminaire international d'art mural, 10-12 mars 1999, Saint-Savin, 2000.

F. Clément, De l'or en herbe. L'activité pastorale à Besse-en-Oisans du XVIe au début du XIXe siècle, dans La pierre et l'écrit, évocations/1977-1998, Grenoble, 1998, p. 61-90

Coté 1994 = S. Coté, La réforme grégorienne dans un milieu montagnard : les chanoines réguliers de Saint-Laurent-d'Oulx, TER d'Histoire médiévale, Grenoble, 1994.

Du Fresne Du Cange 1883-1887 = C. Du Fresne Du Cange (dir.), Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. augm., Niort, 1883-1887.

Fenger 2001 = O. Fenger, Notarius publicus : le notaire au Moyen Âge latin, Aarhus, 2001.

Gilly-Argoud 2009-2014 = M. Gilly-Argoud, La peinture murale du Val de Suse : enjeux historico-artistiques d'un carrefour territorial complexe en milieu alpin tardo, Thèse de doctorat d'histoire médiévale sous la direction de D. Rigaux, Université de Grenoble, 2009-2014.

Joubert 2001 = F. Joubert, L'artiste et le commanditaire aux derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles), Paris, 2001.

Kovakesky 1995 = S. Kovakesky, La peinture murale méridionale dans le midi de la France : les Alpes méridionales, Saint-Remeze, 1995.

Kovakesky 2000 = S. Kovakesky, Les Alpes méridionales, dans La peinture murale de la fin du Moyen Âge : enquêtes régionales : actes du 9ème Séminaire international d'art mural, 10-12 mars 1999, Saint-Savin, 2000, p. 101-113

Latouche 1928 = R. Latouche, Les peintures murales des chapelles de Saint-Sébastien de Roubion, de Saint-Sébastien de Roure et de la Madone de la Roquette, dans Institut historique de Provence, I, Congrès de Nice (19-23 avril 1927), Marseille, 1928, p. 92-99

Leonelli 2000 = M.-C., Leonelli, Centres et périphéries : le cas d'Avignon, dans La peinture murale de la fin du Moyen Âge : enquêtes régionales : actes du 9ème Séminaire international d'art mural, 10-12 mars 1999, Saint-Savin, 2000, p. 65-75

Minonzio 2005 = D. Minonzio, Val Sermenza in Valsesia : Repertorio analitico dei dipinti murali nel medioevo, Borgosesia, 2005.

Novero 1981 = Cl. Novero et al., El pais d'le teste quadre. Analisi storica, ambientale, artistica della comunità di San Maurizio Canavese, Borgone, 1981.

O'Malley 2005 = M. O'Malley, The business of art : contracts and the commissioning process in Renaissance Italy, New-Haven, 2005.

Pansier 1934 = P. Pansier, Les peintres d'Avignon aux XIVe et XVe siècles, biographies et documents, Avignon, 1934.

Paravy 1993 = P. Paravy, De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné : évêques, fidèles et déviants (vers 1340-vers 1530), Rome, 1993

Patria 1987 = L. Patria, Bartolomeo Serra a Bussoleno : una tavola per la chiesa dell'Assunta (1466), dans Segusium, 23, 1987

Patria 1992 = L. Patria, Prima del Laietto : Chiese, oratori e cappelle cimiteriali su terra monastica di S. Giusto di Susa (secc. XI-XV), dans F. Cavinato et al., San Bernardo a Laietto. Chiese, cappelle e oratori frescati nella Valle di Susa tardogotica, Suse, 1992, p. 57-59

Rigaux 1994-a = D. Rigaux (dir.), Peintures murales des églises alpines (XIIIe-XVIe siècle), Rome, 1994.

Rigaux 1994-b = D. Rigaux, PréAlp. Une banque de données pour les peintures alpines, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes,106, 1, 1994, p. 153-170

Rigaux 1997 = D.  Rigaux (dir.), Une mémoire pour l'avenir des régions alpines, Novare, 1997.

Rigaux 2001 = D. Rigaux, Les conditions de la commande de peintures dans les paroisses des Alpes à la fin du Moyen Âge, dans S. Cavaciocchi (dir.), Economia e Arte, secc. XIII-XVIII. Atti della Trentatreesima settimana di studi. 30 aprile – maggio 2001, Prato, 2001, p. 489-514

S. E. H. A. 1987 = Société d’Études des Hautes Alpes, Peintures murales des Hautes-Alpes, XVe-XVIe siècles, Aix-en-Provence, 1987.

Varennes 2002 = B. Varennes, Églises et vie religieuse des paroisses de l'Oisans. XIe-XVIIIe siècles, L'Alpe-d'Huez, 2002.

Haut de page

Notes

1 Castelnuovo 2006 ; Rigaux 1994-a. Mais aussi des travaux plus ciblés : Boscani Leoni 2008. Minonzio 2005. À ce titre, je me permets de citer la thèse en cours : Gilly-Argoud 2009-2014. Voir aussi : SEHA 1987 ; Rigaux 1994-b ; Rigaux 1997.

2 CIAM. 2000.

3 Chiffoleau 1980 ; O'Malley 2005.

4 Rigaux 2001, p. 490-491. Quelques testaments conservés dans les Alpes et en Provence indiquent une volonté d'être inhumé devant une peinture murale exécutée pour l'occasion en mémoire du défunt. Nous nous limiterons à citer deux exemples :

It elegit ego sepulturam in cimeterio ecclesie beate M(a)rie de Olcio infra spam ecclesia ante picturam s(an)ti sp(iri)uo quam fieri fecit ipsa testa(men)to quam sepultu(ram) [...] fieri beneficiem honorifica ut decet talem pl(ur)am mulierem [...]

Oulx, Archives municipales, Serie 1, Pergamene, 6. Testament de Iohaneta, veuve de Michele Aquarino de Oulx, 20 mai 1381.

Si diem summ claureserit extremum in loco Novarum elegit sepulturam suam in ecclesia beati Baudulii. Voluit quod in pariete ibidem depingatur ymago beate Virginis videlicet Annunciatio dominica et ibi basse depingatur ymago sive reppresentatio sua cum armis suis et describantur verba hec : hic jacet nobilis Petrus de la Deniera

Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Vincenti, n° 500, fol. 60. Testament de Pierre de la Denière, 22 juin 1429.

J. Chiffoleau cite un autre cas provençal pour la commande de peinture murale mentionnée en testament conservé (Chiffoleau 1980, p. 172), P. Pansier de même (Pansier 1934, p. 22). P. Paravy cite aussi plusieurs testaments avec commande dans les intéressantes archives des Hautes-Alpes (Paravy 1993, p. 422-423, 432, 685) : Avignon, Archives départementales, fonds Avignon-De Beaulieu, n° 798, fol. 296v. Testament, 1442 ; Gap, Archives départementales des Hautes-Alpes, série 1 E, n° 6080, fol. 238, 241 et 243. Testament. 1538 ; Gap, Archives départementales des Hautes-Alpes, série G, n° 2769, fol. 6-11. Testament d’Étienne Garnier, prêtre. 7 avril 1513 ; Gap, Archives départementales des Hautes-Alpes, série G, n° 2783. Testament. 3 avril 1516.

Un dernier exemple, celui-ci non publié encore, est à indiquer : avant de tester, un noble de Châteauneuf dépose un legs chez un notaire de Grasse pour la construction d'une chapelle comportant une peinture de saint Antoine, entre l'église Saint-Martin et le château de Châteauneuf. Nice, Archives départementales, fonds Bomparis, 03E 001/061 (original microfilmé 02Mi 362/003), fol. 1 et suiv. Legs de Pierre Hugonis, 4 décembre 1430.

Si les citations de peintures murales sont récurrentes dans les visites pastorales (particulièrement à des fins de réfection, effacement ou repeint), il est cependant beaucoup plus rare d'y trouver des mentions de commande de peintures. P. Paravy (Paravy 1993, p. 423) mentionne un exemple d'une commande de peintures murales à la chapelle du Lauzet (Annonciation, saint Christophe, saints Antoine et Jean évangéliste) : Gap, Archives des Hautes-Alpes, série G, n° 2764, fol. 166-167. Visite pastorale de 1497.

5 Cité par P. Paravy en 1988 dans sa thèse, laquelle se concentre plutôt sur les deux actes précédents, qui concernent la réfection de l'église, le contrat nous a été récemment signalé par A. Belmont (Belmont 2001, p. 91).

6 Pour l’Italie, voir O’Malley 2005. Il est à espérer que d’autres documents de ce type soient inventés dans de futurs dépouillements archivistiques.

7 Nice, Archives départementales, fonds Onorato Curti, 03E 073/024 , fol.  78-79. Prix-fait de Giacomo Canavesio, 13 janvier 1491. En partie publié dans Bres 1911, p. 87. Puis mentionné dans Kovakesky 1995, p. 107

8 Kovakesky 2000, p. 101-113 ; Latouche 1928, p. 96

9 Pansier 1934, p. 29-30 et 162. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Valréas-Petit, n° 50. Prix-fait de Bernard Engilran, 11 août 1369.

10 Avignon, Archives municipales, Notaires II, n° 22. Prix-fait de Maître Jaumet, 12 septembre 1489. Publié dans Pansier 1934, p. 198

11 Leonelli 2000, p. 66-67

L'un indique dans les registres communaux de Carpentras, trois paiements à Victor Folquet pour peindre les armes papales à l'occasion de la visite de Clément VII aux portes de la ville en septembre 1388. L'autre concerne la mise en couleurs des clefs de voûte et la peinture d'un blason dans la chapelle de la confrérie de l'aumône de la Fustaie en 1392.

12 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Carpentras-Bérauds, n° 89, fol. 201. Prix-fait de Jean Chapuis, 28 novembre 1435. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Aix-Bernardi, fol. 16. Prix-faits de Guilhem Estève, 30 août 1456. Publiés dans Pansier 1934, p. 65 et 179.

13 Pansier 1934, p. 31 ; Chiffoleau 1980, p. 176

Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 26 novembre 1496. Publié dans Pansier 1934, p. 134

14 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Valréas-Petit, n° 50 et n° 54, fol.  30. 1369 et 1411. Voir : Chiffoleau 1980, p. 173-175

15 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo di Lanslevillard (non folioté), Publié dans Patria 1992, p. 57-59

16 L'étude de M. O'Malley indique en effet qu'en plaine également, les contrats sont significativement plus nombreux pour la peinture sur retable que pour la peinture murale. L'auteur insiste cependant, et sans doute avec raison, sur la récurrence de l'enregistrement par un notaire, de toutes sortes d'actes en lien avec le quotidien. Voir : O'Malley 2005.

17 Nous tenons à remercier chaleureusement pour leur correction Alain Belmont, archéologue et enseignant-chercheur à Grenoble II, Cyrille Ripoche, conservateur à Paris I et surtout Luca Patria, archiviste à Turin.

18 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à l'introduction du chapitre VI de Gilly-Argoud 2009-2014.

19 O'Malley 2005, p. 4-8

20 Sur le notariat alpin, et notamment les notaires publics – bien différent du notariat comital –, voir : Cancian 2001, p. 15-20 ; Fenger 2001.

21 Coté 1994.

22 Cet italianisme désigne de petites constructions rectangulaires pourvues d'une niche en hauteur ou au niveau du sol, petite ou à taille humaine, le plus souvent munie d'une clôture, abritant une statue ou une peinture dans un but dévotionnel religieux de passage.

23 Paravy 1993, p. 457-458

24 Clément 1998, p. 61-90

25 Saint-Christophe et Bourg-d'Oisans comptent « seulement » 120 feux environ. Voir : Paravy 1993, p. 303 et 1202 ; Varennes 2002, p. 56

26 Le coût semble même prohibitif aux yeux des Bessats. Voir Grenoble, archives départementales, 4 G 261, fol.  62.

27 Paravy 1993, p. 174

28 Nice, Archives départementales, fonds Onorato Curti, 03 E 073/024 , fol. 78-79. Prix-fait de Giacomo Canavesio, 13 janvier 1491.

29 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 26 novembre 1496. Publié dans Pansier 1934. p. 134

30 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo de Lanslevillard (non folioté), Publié dans Patria 1992, p. 57-59

31 La suite du texte indique que Jean de Palud devra peindre sur trois piliers ou arcades de la dite abside en cul-de-four avec l'image christique bien centrée.

- l. 19-23 : Item teneatur pingere tre pillonos sive archetos de dicta crota ac intermedio dictorum archetum nec non in intermedio dictorum pillonorum fiat una ymago ad dictum ...

Aucune autre indication sur un complément potentiel du programme, à moins peut-être sur la suite pour l'instant perdue de l'acte.

Du Fresne Du Cange 1883-1887,T. 2, col. 627b et col. 628a.

32 Paravy 1993, p. 207.

33 O'Malley, 2005, p. 221-222. L'auteur indique, pour son corpus, que la mention écrite d'un modèle dans un contrat est cinq fois plus fréquente pour la peinture murale que pour la peinture sur retables, la pratique étant plus courante pour les artistes flamands qu'italiens. (O'Malley 2005, p. 230, note 36).

34 F. Joubert parle même de leitmotiv. Voir : Joubert 2001, p. 2.

35 L'église des Cordeliers ayant été dévastée par les protestants en 1562 puis entièrement reconstruite en 1568, le décor initial qui aurait servi de modèle à Besse n'est pas conservé. On trouve parfois aussi Granos comme abréviation de Grenoble dans des documents du chapitre de la cathédrale de la ville : Grenoble, Archives départementales de l'Isère, sous-série 5 G, n° 85. Testaments (1361-1418) ; et chez d'autres notaires notamment de vallées alpines, comme la Vallouise, afin de situer leur habitat par rapport à la ville apud Granos. Grenoble, Archives départementales de l'Isère, sous-série 4 G, n° 1293. Registre notarié (1364).

36 Paravy 1993, p. 231 et 423. Gap, Archives des Hautes-Alpes, série 1 E, n° 6071, fol. 135v. Testament de Michel Telmon. 14 juillet 1491. Gap, Archives des Hautes-Alpes, série 1 E, n° 6077, fol. 180. Testament de Claude Favier. 22 septembre 1501.

37 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Mourret (Tarascon), notes brèves de Margot, fol.  15. Prix-fait de Thomas Grabusset, 5 avril 1457.

38 Clément 1998, p. 61.

39 Pparavy 1993, p. 208-210.

40 Quelques exemples proches en Piémont occidental à San Sisto de Melezet (Bardonecchia), Sant'Antonio de Jouvenceaux à Sauze-d'Oulx (Oulx) ou plus près de Besse encore (une quarantaine de kilomètres) à Saint-Sébastien de Monêtier-les-Bains.

41 Une date souvent choisie comme échéance commerciale, comme c'est le cas dans un autre exemple de contrat de peinture murale pour une chapelle de l'église dominicaine de Carpentras : et complebit hinc ad festum beati Johis Baptiste proximum. Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Carpentras-Bérauds, n° 89, fol. 201. Prix-fait de Jean Chapuis, 28 novembre 1435. Publié dans Pansier 1934, p. 65. O'Malley 2005, p. 255-273.

42 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m.  1, registre du notaire Francesco de Amadeo de Lanslevillard (non folioté), Publié dans Patria 1992, p. 57-59.

43 Patria 1987, p. 126.

44 Ainsi, un des contrats de peinture murale cités par P. Pansier indique une durée de six jours seulement, du 15 au 21 juillet 1366, mais le sujet est inconnu, la mention étant très courte : 1366, 15 iulii. A maestro Stefano, depintore, per depingere l casa, fl. 6. 1366, 21 iulii. A maestro Stefano, depintore. Voir : Pansier 1934, p. 30.

45 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 26 novembre 1496. Publié dans Pansier 1934, p. 134 ; Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Martin, n° 494, fol. 634. Prix-fait de Jean Grassi. 10 septembre 1498. Publié dans Pansier 1934, p. 135.

46 Voir dans le même registre, les contrats notamment d'apprentissage, par exemple au folio 157. Autre exemple, le bois nécessaire pour lambrisser le plafond de l'église est indiqué dans l'acte de réfection de la paroisse, la provenance même du matériel est mentionnée.

47 Et la même somme est allouée au transport des lauzes du toit du chœur depuis Villard-Saint-Christophe. Voir : Paravy 1993, p. 172-174.

48 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo di Lanslevillard (non folioté), Publié dans Patria 1992, p. 57-59.

49 Novero 1981, p. 155-156. Peintures conservées de l'atelier Serra en Piémont nord occidental : Madonna dell'Assunta à Bussoleno (1466) ; San Domenico à Pignerol (1467) ; Santa Caterina à Chiomonte (1480ca) ; Saint-Sébastien à Lanslevillard ; San Pietro à Avigliana (1469-1480) ; San Sebastiano à Giaveno (1470-1480) ; San Francesco à Suse -1480ca) ; San Giusto à Suse ; Madonna del Pino à Coazze (1480-1500) ; Santo Stefano à Giaglione ; Sant'Andrea à Chiomonte (1480-1490) ; San Sebastiano à Pianezza ; San Maurizio à San Maurizio Canavese (1495) Sant'Antonio à Jouvenceaux (1480-1490ca) ; San Sisto à Melezet (1500-1525). Voir la thèse en cours : M. Gilly-Argoud, 2009-2014. chap. II. 2. 2.

50 Mais est indiquée aussi par M. O'Malley pour le corpus italien. O'Malley 2005, p. 102.

51 Avignon, Archives municipales, série II, fonds notarial, n° 29. Prix-fait de Jean Grassi. 2 novembre 1496. Publié dans Pansier 1934, p. 134.

52 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Martin, n° 494, fol. 634. Prix-fait de Jean Grassi. 10 septembre 1498.

53 Avignon, Archives départementales du Vaucluse, Sous-série 3 E, fonds Valréas-Petit, n° 50. Prix-fait de Bernard Engilran, 11 août 1369. Publié dans Pansier 1934, p. 30.

54 Kovalesky 2000, p. 107.

55 Birolli 1964, p. 163-163.

56 Patria 1992, p. 126 ; Chiffoleau 1980, p. 306.

57 Cette estimation touche les deux tiers de son corpus de contrats, 20 % coûtant entre 102 et 199 florins et quelques rares exemples du XVIe siècle atteignant entre 200 et 300 florins.

58 O'Malley 2005, p. 55-56, 122 et 132.

59 O'Malley 2005, p. 74.

60 Patria 1992, p. 126.

61 Pansier 1934, p. 30. C'est le cas dans le contrat de Valréas, mais aussi dans le corpus italien. Voir : O'Malley 2005, p. 47.

62 O'Malley 2005, p. 8

63 Paravy 1993, p. 172-174

64 Bussoleno, Archives municipales, Protocoles notariés, m. 1, registre du notaire Francesco de Amadeo di Lanslevillard (non folioté), Publié dans Patria 1992, p. 57-59

65 Il serait ainsi pertinent de consulter la visite pastorale de 1540 : il n'y aura pas d'autre visite pastorale avant 1665 (dès lors, Besse est déjà protestante) pour éventuellement trouver une mention de l'ensemble peint, voire une description même succincte du programme iconographique.

66 B. Varennes rapporte les propos du procurateur de l'église André Hustache en 1672, lequel décrit la destruction des chapelles de l'église et du territoire bessat par les protestants en possédant les fonds. Varennes 2002, p. 58. Voir aussi : Arnaud 1970, p. 244 et suiv.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Protocole notarié Maître Roulx, Contrat entre le peintre Jean de la Palud et le curé Antoine Guéraud, 8 décembre 1502. Grenoble, Archives départementales de l'Isère, 3 E 14377, fol. 187-187v
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Gilly-Argoud, « Item fuit dictum... Item fuit actum : Les peintures murales de Besse-en-Oisans, étude d'un contrat notarial », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1540 ; DOI : 10.4000/mefrm.1540

Haut de page

Auteur

Marianne Gilly-Argoud

Université de Grenoble II - UPMF - laboratoire CRHIPA - marianne.gilly-argoud@etu.upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org