Navigation – Plan du site
Cittadinanza e disuguaglianze economiche : le origini storiche di un problema europeo (XIII-XVI secolo)

Avant-propos

Clément Lenoble

Texte intégral

Si ce qu’il est convenu d’appeler le « monde réel » était bien la fébrile agitation qui se déployait sous ses yeux, force lui était de constater qu’il avait toujours vécu en marge de celui-ci. […] Saurait-il aujourd’hui secouer sa léthargie pour épouser la marche du monde ? Rien ne semblait plus difficile. Il se tenait maintenant debout au cœur du tourbillon et, de là, il observait ce qui se passait autour de lui.

Natsume Sôseki, Sanshirô, trad. E. Wasserman, Paris, 1995 (1908).

  • 1 Voir Costa 1999 et 2005 ; Maire Vigueur 2003 ; Milani 2003 ; Ascheri 2011 ; Balossino (à paraître).

1Les difficultés des immigrés pauvres pour intégrer la « cité » et acquérir des droits sont bien connues. De nos jours, l’évocation des rapports entre citoyenneté et inégalités économiques rappelle immanquablement les drames vécus à Sangatte et à Lampedusa mais aussi dans toutes les villes d’Europe par les « sans-papiers » et les citoyens les plus pauvres. Les inégalités économiques entre citoyens se traduisent politiquement au sein même de nos démocraties libérales : moins de 3 % des députés français et 1 % des députés italiens sont des ouvriers ou des employés. Cette question est structurelle, sur la très longue durée : elle dépasse largement la nature des régimes, des sociétés et le sens changeant dans l’espace et le temps du statut de citoyen et du concept de citoyenneté. Le dossier proposé ici ouvre une fenêtre large sur ce qui se construisit à partir des XIIe-XIIIe siècles environ – alors qu’être un civis, appartenir à la civitas avaient un contenu et un sens bien différents de ceux assumés généralement aujourd’hui par le statut juridique de citoyen –, notamment dans le monde communal où les luttes politiques et les conflits socio-économiques quasi permanents étaient étroitement liés1.

2Les seize textes publiés ici sont issus des travaux du colloque international organisé à Trieste par Giacomo Todeschini du 11 au 13 juin 2012 avec le concours du Centro Studi « Renato Bordone » sui Lombardi, sul credito e sulla Banca et de l’École Française de Rome. Cette rencontre s’est tenue au terme de trois programmes de recherche quadriennaux soutenus par le Ministère de l’Éducation, de l’Université et de la Recherche italien, et coordonnés par Paolo Prodi (« Ragione ed etica nel pensiero e nelle istituzioni tra medioevo ed età moderna : politica, economia e diritto », en 2000) et par Giacomo Todeschini (« Bene pubblico e ricchezza privata : politica, economia e diritto nella teoria e nella prassi verso la modernità », en 2004, et « Banca, credito e cittadinanza in Italia dal XIII al XVII secolo », en 2008).

  • 2 Boschiero - Molina 2004 ; Quaglioni - Todeschini - Varanini 2005 ; Prodi - Muzzarelli - Simonetta 2 (...)
  • 3 Todeschini 2007 ; Todeschini 2011. Voir Migliorino 1985 et Théry 2003 sur la fama comme catégorie j (...)
  • 4 Todeschini 2007 ; Evangelisti 2007 ; Palermo (sous presse).

3Ces enquêtes collectives se sont penchées sur les liens qui unissaient les pratiques et les langages politiques aux lexiques du marché et des échanges à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. Ils ont notamment mis en évidence les continuités entre les lexiques de la fiabilité politique et les pratiques dérivant de la crédibilité économique2. L’ensemble des rencontres a précisé l’existence et les contours d’une « citoyenneté à risque » dans les villes médiévales, ainsi que les liens entre la « réputation (fama) économique », la citoyenneté, les rôles et les privilèges, en un mot la position qu’occupaient et auxquelles pouvaient éventuellement aspirer les individus au sein de la communauté civique3. Elles ont aussi mis l’accent sur la coïncidence entre civitas, res publica et réseaux ou circuits de relations et d’échanges d’ordre économique4. Les actes du colloque de Trieste reprennent ces acquis afin de montrer quelques uns des liens très étroits (mais presque inconcevables pour nous) qui unissaient les croyances et les pratiques religieuses, les pratiques économiques, l’organisation et le gouvernement de la cité à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes.

4Afin de mieux saisir cette question, les seize auteurs ont ouvert leurs enquêtes non seulement à ceux qui n’étaient pas des cives et à ceux qui au sein de la cité ne jouissaient pas de la même condition que les autres, mais aussi à ceux qui se trouvaient à l’autre bout de l’échelle, à ces citoyens riches et puissants pour qui la justice s’appliquait différemment, et qui apparaissent « un peu plus égaux que les autres », pour paraphraser une citation de George Orwell reprise ici par Giovanni Ceccarelli.

5C’est en plaçant ces textes côte à côte, sans les enfermer dans des sections thématiques (qui structuraient les travaux du colloque mais qui n’ont pas été retenues pour la publication), qu’apparaissent le mieux les ponts qui s’établissent entre eux. Leur disparité initiale relève d’un double parti pris : celui tout d’abord de ne pas confiner l’enquête dans une notion univoque et abstraite de citoyenneté, qui risquait d’être anachronique ou de nous limiter à des considérations d’ordre fiscal ou censitaire, mais de l’ouvrir au contraire à des cas susceptibles de faire apparaître des principes d’appartenance et des mécanismes d’inclusion et d’exclusion ou de formation et de reproduction des inégalités, selon des facteurs politico-économiques, qui pouvaient être comparés et mis en regard avec des principes spécifiques d’acquisition et de privation totale ou partielle, permanente ou temporaire de la citoyenneté. C’est ainsi qu’une partie de ces textes traitent de groupes non civiques à proprement parler, et de groupes de non-citoyens (les marchands, la famille, des ordres religieux, les juifs : voir les contributions de Guido Alfani, Giovanni Ceccarelli, Anna Esposito, Andrea Fara, Luciano Palermo, Ezio Claudio Pia, Marina Romani, Francesca Trivellato).

6Le second parti pris était de ne pas isoler les unes des autres des études portant sur les lexiques de la citoyenneté ou de l’appartenance au groupe, des inégalités ou des équilibres entre les inégaux (Joel Kaye, Paolo Evangelisti, Ezio Claudio Pia, Francesca Trivellato), des études sur les modalités de qualification juridique de l’acquisition et de la perte de la citoyenneté (Sara Menzinger et Massimo Vallerani), et des études de cas décrivant des situations sociales très concrètes (Guido Alfani, Giovanni Ceccarelli, Anna Esposito, Andrea Fara, Giuliano Milani, Gabriella Piccinni, Luciano Palermo, Marina Romani). Au sein même de ces dernières enquêtes, les auteurs ont souvent été attentifs aux liens qui pouvaient unir les pratiques concrètes aux catégories et aux modes de qualifier les actes et les situations. Ce sont ces croisements qui ont guidé, pendant quatre ans, les travaux des membres de ce groupe de recherche et qui mettent en évidence, en particulier, certains des mécanismes par lesquels les langages et les pratiques coïncident pour définir le rôle de l’argent et du crédit dans les processus d’inclusion ou d’exclusion et dans la production et « l’organisation » des inégalités entre citoyens.

  • 5 Voir Vallerani 2004 pour une déconstruction historiographique des mythes politiques et idéologiques (...)

7Les auteurs n’ont pas écrit avec la prétention d’épuiser un sujet aussi vaste. Ils tentent néanmoins d’apporter quelques éclairages, de déplacer un peu les points de vue afin de reformuler les problèmes et les questions. Leurs textes font apparaître les liens étroits dans les sociétés médiévales et modernes entre la position sociale et politique des individus et leurs dispositions économiques et religieuses. Ils décrivent ainsi des citoyennetés et des formes d’appartenance ou d’exclusion stratifiées, très élastiques et changeantes, à géométrie variable, dans un monde lui-même éminemment fragile et instable. Même si des artistes, des penseurs et des prédicateurs issus des groupes gouvernants en ont loué les bienfaits, les sources analysées dans ce dossier rappellent la dureté d’un système communal producteur d’inégalités entre les citoyens, fondé sur celles-ci5.

  • 6 Todeschini 2007 ; Rainis 2011.

8Par ailleurs, ces formes de citoyenneté et de non-citoyenneté ne peuvent se comprendre aujourd’hui sans ouvrir leur champ et leurs règles à la citoyenneté céleste, aux logiques et aux pratiques qui permettent d’y accéder ou qui en excluent les pécheurs impénitents et les infidèles (voir ici notamment les contributions de P. Evangelisti, G. Milani, E. C. Pia, F. Trivellato). Ce sont des formes de citoyenneté qui, au-delà de leur diversité et de la variété des situations, ont en commun cette référence et cet horizon ; et les portées gouvernementales en sont bien mises en évidence par les auteurs de ce dossier. Les inégalités sont ainsi inscrites dans une conception politique plus vaste, celle d’une communauté en marche vers le salut, en dehors de laquelle les hommes ne jouissent que d’une humanité incomplète, et au sein de laquelle se pose le problème épineux et lourd d’implications sociales et politiques des frontières entre l’humanité et l’animalité6.

9Les rapports étroits entre les inégalités économiques, les logiques religieuses, les principes de la crédibilité économique et de l’organisation de la cité que laissent entrevoir ces citoyennetés et non-citoyennetés médiévales et modernes remettent donc en question certains clichés historiographiques comme celui de la réduction des inégalités sociales et de l’intolérance religieuse par les échanges économiques (voir, de façon exemplaire, l’article de F. Trivellato qui conclut chronologiquement ce dossier).

Haut de page

Bibliographie

Ascheri 2011 = M. Ascheri, Nella città medievale italiana : la cittadinanza o le cittadinanze ?, dans Initium, 16, 2001, p. 299-312.

Balossino (à paraître) = S. Balossino, I podestà sulle sponde del Rodano (à paraître).

Boschiero - Molina 2004 = G. Boschiero, B. Molina (dir.), Politiche del credito. Investimento, consumo, solidarietà, Asti, 2004.

Costa 1999 = P. Costa, Civitas. Storia della cittadinanza in Europa. I. Dalla civiltà comunale al Settecento, Rome-Bari, 1999.

Costa 2005 = P. Costa, Cittadinanza, Rome-Bari, 2005.

Evangelisti 2007 = Misura la città, chi è la comunità, chi è il soggetto, chi è nella città... (Bernardino da Siena, Prediche volgari...), in Prodi - Muzzarelli - Simonetta 2007, p. 19-52.

Maire Vigueur 2003 = J.-Cl. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et sociétés dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècles, Paris, 2003.

Milani 2003 = G. Milani, L’esclusione dal comune. Conflitti e bandi politici a Bologna e in altre città italiane tra XII e XIV secolo, Rome, 2003 (ISIME, Nuovi Studi Storici, 63).

Migliorino 1985 = F. Migliorino, Fama e infamia : problemi della società medievale nel pensiero giuridico nei secoli XII e XIII, Catane, 1985.

Palermo (sous presse) = L. Palermo (éd.), Banca, credito e principio di cittadinanza a Roma tra Medioevo e Rinascimento, Atti del Convegno Internazionale di Studi, Roma, 24-26 novembre 2011, sous presse.

Prodi 2007 = P. Prodi (dir.), La fiducia secondo i linguaggi del potere, Bologne, 2007.

Prodi - Muzzarelli - Simonetta 2007 = P. Prodi, G. M. Muzzarelli, S. Simonetta (dir.), Identità cittadina e comportamenti socio-economici, Bologne, 2007 (Heuresis. Sezione di Scienze storiche, 9).

Quaglioni - Todeschini - Varanini 2005 = D. Quaglioni, G. Todeschini, G. M. Varanini (dir.), Credito e usura fra teologia, diritto e amministrazione. Linguaggi a confronto (sec. XII-XVI), Rome, 2005 (Coll. de l’École française de Rome, 346).

Rainis 2011 = G. Rainis, « Procéder comme justice et raison le désiroit et requiroit ». I processi contro gli animali nella Francia del tardo medioevo : il caso del maiale tra XIV e XVI secolo, dans I quaderni del Ramo d’Oro on-line, 4, 2011, p. 100-120.

Théry 2003 = J. Théry, Fama : l’opinion publique comme preuve judiciaire. Aperçu sur la révolution médiévale de l’inquisitoire (XIIe-XVe siècles), dans B. Lemesle (dir.), La preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, Rennes, 2003, p. 119-147.

Todeschini 2007 = G. Todeschini, Visibilmente crudeli. Malviventi, persone sospette e gente qualunque dal Medioevo all’Età moderna, Bologne, 2007.

Todeschini 2011 = G. Todeschini, La reputazione economica come fattore di cittadinanza nell’Italia dei secoli XIV-XV, dans I. L. Sanfilippo, A. Rigòn (dir.), Fama e publica vox, Rome, 2011, p. 103-118.

Vallerani 2004 = M. Vallerani, Il comune come mito politico. Immagini e modelli tra Otto e Novecento, dans Arti e Storia nel Medioevo, IV, Il Medioevo al passato e al presente, E. Castelnuovo, G. Sergi (éds.), Turin, 2004, p. 187-206.

Haut de page

Notes

1 Voir Costa 1999 et 2005 ; Maire Vigueur 2003 ; Milani 2003 ; Ascheri 2011 ; Balossino (à paraître).

2 Boschiero - Molina 2004 ; Quaglioni - Todeschini - Varanini 2005 ; Prodi - Muzzarelli - Simonetta 2007 ; Prodi 2007.

3 Todeschini 2007 ; Todeschini 2011. Voir Migliorino 1985 et Théry 2003 sur la fama comme catégorie juridique et ses implications procédurales.

4 Todeschini 2007 ; Evangelisti 2007 ; Palermo (sous presse).

5 Voir Vallerani 2004 pour une déconstruction historiographique des mythes politiques et idéologiques encore tenaces autour des communes.

6 Todeschini 2007 ; Rainis 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Lenoble, « Avant-propos », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 03 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1407

Haut de page

Auteur

Clément Lenoble

CNRS, CIHAM-UMR 5648 Lyon-Avignon - clement.lenoble@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org