Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Le lotissement de l’abbaye Saint-Sauveur de Marseille

De la reconquête de l’espace urbain à la création du palais communal (XIe-XIIIe siècle)*
Marc Bouiron

Résumés

Les archives de l’abbaye Saint-Sauveur de Marseille conservent deux cahiers d’enregistrement des mutations de propriétés de l’abbaye entre 1216 et 1224. Ils permettent de découvrir la possession foncière large de cette abbaye de femmes, fondée autour de 1030 sous le titre de Sainte-Marie par les vicomtes de Marseille dans une zone comprise entre deux enceintes réduites du haut Moyen Âge. L’étude détaillée des premières abbesses montre qu’elles appartiennent à la famille vicomtale. Le changement de titulature intervient avant 1153 et le déplacement du monastère plus vers l’ouest avant 1179. L’analyse des deux cahiers et de leurs 96 actes permet d’appréhender une partie de la population de Marseille : les 495 Marseillais mentionnés correspondent quasiment à autant de biens, pour la plupart des maisons. Le montant des cens permet d’apprécier la surface du bâti. Enfin, la confrontation des deux cahiers, d’actes isolés de la fin du XIIe siècle ou du début du siècle suivant avec le résultat des fouilles réalisées près de l’hôtel de Ville indiquent la création d’un véritable lotissement dans toute la zone comprise entre les deux enceintes réduites. Dès les années 1210, une des grandes familles seigneuriales de Marseille, les Anselme/Fer, rachètent à l’abbaye une partie de leurs possessions ; une partie de ces nouveaux terrains servent vers 1225 à la construction du palais communal. Nous sommes là au plus près du cœur politique de la ville médiévale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

  • * Ce texte a bénéficié d’une relecture attentive de Thierry Pécout, Eliana Magnani-Soarès, Michel Lau (...)
  • 1 À notre connaissance, le seul document du XIIIe siècle concernant les biens du monastère à l’intéri (...)
  • 2 Deux registres sont à prendre en compte, le premier de 1265, en provençal, simple état des cens rel (...)

1À Marseille, rares sont les textes de la première moitié du XIIIe siècle qui permettent d’appréhender la propriété foncière de la ville intra muros. On connaît en effet les actes de l’abbaye Saint-Victor mais ceux-ci se réfèrent largement à l’espace suburbain1. Les registres concernant les biens relevant du comte de Provence ne commencent qu’en 1265, à une époque où l’habitat est déjà établi anciennement, et leur étude précise reste à entreprendre2.

  • 3 Voir en particulier André 1863.
  • 4 Bouiron 2009b, et plus spécialement p. 56 et 65-75. Nous avons traduit à la suite le premier folio (...)

2Or, deux cahiers provenant du fonds de l’abbaye Saint-Sauveur nous ont conservé l’enregistrement des mutations des propriétés de l’abbaye entre 1216 et 1224. Bien que signalés autrefois par quelques érudits3, ces documents n’avaient pas fait l’objet d’une étude spécifique. À l’occasion de la parution d’un ouvrage récent sur Marseille médiévale, nous avons pu en publier la transcription intégrale4, sans l’accompagner d’une analyse détaillée. Nous nous proposons de l’entreprendre ici, en revenant en particulier sur la localisation des terrains qui font l’objet des ventes enregistrées. En effet, à la lumière d’une meilleure connaissance de la localisation primitive de l’abbaye, leur positionnement permet d’y voir la trace d’un véritable lotissement antérieur au XIIIe siècle.

  • 5 Au sud-est, fouille de la place Général-de-Gaulle (hôpital du Saint-Sépulcre et bourg Sainte-Cather (...)
  • 6 L’étude de trois fouilles archéologiques d’importance (place Villeneuve-Bargemon, tunnel de la Majo (...)

3Cette étude s’inscrit dans le renouvellement de nos connaissances concernant la topographie de Marseille au Moyen Âge. L’apport de l’archéologie a été primordial pour cette approche, positionnant d’abord les marqueurs topographiques suburbains, au sud-est comme à l’est ou au nord-est de la cité5. Ensuite par la perception de l’espace urbain, dont les vestiges très morcelés du fait des constructions modernes (et des caves en particulier) ont été étudiés près de l’actuelle Mairie (autour de la place Villeneuve-Bargemon) ou de la cathédrale (tunnel de la Major) et dont la publication est désormais disponible6. Grâce à ces fouilles, la compréhension que nous avons maintenant des textes d’archives nous permet de retracer plus précisément la genèse du quartier du palais communal, symbole éphémère de la République marseillaise du XIIIe siècle. Mais pour mieux comprendre le document étudié ici, il nous faut revenir en premier lieu sur l’histoire de l’abbaye Saint-Sauveur.

L’abbaye Saint-Sauveur de Marseille aux XIe et XIIe siècles

  • 7 Sur cet édifice, servant de délimitation topographique entre une place supérieure et une place infé (...)

4L’abbaye de femmes de Saint-Sauveur fait partie de ces grands couvents marseillais qui ont su conserver une place importante au Moyen Âge comme à l’époque Moderne. Le toponyme a survécu à la disparition du couvent par la conservation de sa partie inférieure, dénommée les « Caves Saint-Sauveur », qui constitue un des seuls édifices hellénistiques (voire antiques) de Marseille parvenu jusqu’à nous7.

  • 8 Cf. Magnani Soarès-Christen 1999, p. 401-402.
  • 9 L’abbaye est réunie à la cathédrale en 1458. Une bulle du pape Clément VIII la supprime en 1592 mai (...)
  • 10 À l’occasion de la mise au point générale sur la connaissance de l’évolution topographique de Marse (...)

5On sait que le couvent est fondé à l’origine par les vicomtes de Marseille autour de 10308, nous allons y revenir. Jusqu’à ces dernières années, on a considéré que le monastère Saint-Sauveur était situé quasiment dès l’origine au sud de l’actuelle place de Lenche, localisation qu’on lui connaît durant les derniers siècles du Moyen Âge et jusqu’à son transfert dans les nouveaux quartiers de l’Agrandissement en 17689. Or, nous avons pu mettre en évidence qu’il ne s’agissait pas de l’emplacement du monastère durant le premier siècle et demi de son existence10 (fig. 1).

Fig. 1 - Plan de Marseille vers 1050 (M. Bouiron).

Fig. 1 - Plan de Marseille vers 1050 (M. Bouiron).

La création du monastère Sainte-Marie

  • 11 Le terme de « restaurer » a été mis en relation avec le rappel systématique d’une fondation cassian (...)
  • 12 Michel Lauwers voit dans le terme un peu ambigu de infra muros la traduction de « à l’intérieur des (...)
  • 13 Cf. Bouiron 2011, p. 183-206. La proposition n’est pas nouvelle mais nous apportons une relecture d (...)
  • 14 Le chanoine Signoret apparaît dans plusieurs actes du cartulaire de Notre-Dame des Doms édité par E (...)
  • 15 Deodatus (ou Theodatus/Teodatus) apparaît dans de nombreux actes du cartulaire de Saint-Victor en t (...)

6Lors de sa création, le monastère est placé sous la titulature de Sainte-Marie. Ce sont les vicomtes Guillaume II le Gros et son frère Foulques Ier qui « restaurent »11, selon les termes d’un acte des environs de 1031, l’abbaye de femmes infra muros. Cette indication topographique12, employée à plusieurs reprises dans les chartes de cette époque, vient peut-être signaler une localisation tout à fait nouvelle du monastère dont l’ancien emplacement était en dehors de l’espace urbain, peut-être sur la rive sud13. La fondation du monastère, si elle est le fait des vicomtes, intervient également sur les conseils d’un chanoine d’Avignon, Signoret14, et d’un chanoine de Marseille devenu évêque de Toulon, Deodat15.

  • 16 Sur les vicomtes de Marseille, voir les travaux de Florian Mazel, en particulier Mazel 2009.
  • 17 Sur la place de Saint-Victor, voir en dernier lieu Mazel - Lauwers 2009, p. 129-133.

7Dans la première moitié du XIe siècle, la famille vicomtale dispose à la fois de la seigneurie du pagus marseillais et de l’épiscopat16. Au début du siècle, l’évêque est Pons Ier, frère de Guillaume et Foulques ; à sa mort, en 1014, c’est son neveu Pons II, fils de Guillaume, qui lui succède. Avant la réforme grégorienne, l’action conjointe de l’évêque et des vicomtes est la règle. Après la refondation du monastère, d’abord en 977 par l’évêque Honorat (oncle de Guillaume et Foulques) mais plus encore avec la nomination de l’abbé Guifred en 1005, l’abbaye Saint-Victor constitue le monastère majeur de la famille vicomtale, à l’image du rôle que joue le monastère de Montmajour pour les comtes de Provence17.

8La création du monastère Sainte-Marie intervient dans ce contexte et permet de placer les femmes de la famille vicomtale à la tête de l’abbaye (fig. 2).

Fig. 2 - Arbre généalogique simplifié autour du vicomte Guillaume II le Gros (M. Bouiron ; en gras les personnages en rapport avec le monastère).

Fig. 2 - Arbre généalogique simplifié autour du vicomte Guillaume II le Gros (M. Bouiron ; en gras les personnages en rapport avec le monastère).
  • 18 Voir Amargier 1969.

9La première abbesse se nomme Adalmoïs. Ce prénom est très rare en Provence à cette époque ; il ne se rencontre qu’une autre fois dans la documentation provençale, dans le cartulaire de Saint-Victor. Celui-ci conserve une donation des biens (CSV n° 1073) de deux sœurs de l’archevêque d’Arles Raimbaud, Adalmoïs et Elesinde, provenant de l’héritage de leur père Boniface de Reillane. La date de l’acte, 1056, rend possible une identification avec l’abbesse de Saint-Sauveur, d’autant que les deux sœurs sont dites Deo dicatae. Paul Amargier a formulé l’hypothèse que Raimbaud de Reillane, leur frère, était apparenté à la famille des vicomtes de Marseille18. On connaît une épouse à leur père Boniface : Constance, mentionnée avec ses enfants Boniface minor (marié avec Mathilde), Foulques et Laugier. Elle ne serait que sa seconde femme. En effet, Boniface a eu six autres enfants, plus âgés, qui d’après P. Amargier seraient nés d’un premier mariage : Atanulfus (déjà mort en 1034), Raimbaud, Boson (mort vers 1040), Adalaïs (mariée avec Guillaume d’Agout vers 1030) et nos deux sœurs. On sait cette famille proche des vicomtes de Marseille ; ainsi pour les possessions d’Auriol, les deux familles apparaissent ensemble dans les actes du cartulaire de Saint-Victor. L’hypothèse de Paul Amargier apparaît très cohérente et ferait de la première femme de Boniface une possible sœur des vicomtes Guillaume II et Foulques (ou une jeune sœur de leur père ?). Le choix d’Adalmoïs comme abbesse pourrait également être celui de Raimbaud, nouvellement élu archevêque d’Arles en 1030. Ancien moine de Saint-Victor, il connaissait certainement l’histoire de l’ancien monastère de femmes et pourrait avoir souhaité, aux côtés des vicomtes, la renaissance de cette communauté.

  • 19 Le texte est donné par Ruffi (1696, t. I, p. 484), d’après un original aujourd’hui disparu. Il dit (...)

10Dans les mois qui suivent sa création, le monastère est doté d’un temporel par les vicomtes eux-mêmes ou à leur initiative : la terre du Lauret à Marseille (AVM n° 81, non daté, probablement 1031), l’église Sainte-Marie de Beaulieu à Solliès19 (AVM n° 80, 1031), le quart de la villa d’Allauch et de ses dépendances (AVM n° 82, 1032). La fondation date probablement de 1031 et paraît difficilement plus ancienne.

  • 20 Sur cette filiation difficile à prouver, voir Vajay 1962.
  • 21 Voir l’annexe 1, texte 1. Le texte a subi une interpolation (cenobio Sancti Salvatoris Massilie) au (...)
  • 22 Magnani Soarès-Christen 1999, p. 403.

11D’après Ruffi (t. II, 50), Geoffroy, seigneur de Rians, et sa femme Scotia font prendre le voile à leur fille Galburgue dans ce monastère en 1033 ; il s’agit de la nièce (par alliance) de Guillaume II le Gros, par sa première femme Accelène et probablement la sœur de sa seconde femme depuis au moins 1019, la vicomtesse Stéphanie20. En 1050, cette dernière se retire dans ce monastère, si l’on s’en tient à la mention de femma religiosa indiquée dans la confirmation de la possession des biens de Solliès21. En 1073 et 1077, l’abbesse en est Garsinde, dont il est précisé en 1077 qu’elle est la sœur du (vicomte) Geoffroy et donc la fille de Guillaume II et de Stéphanie. Plus qu’une simple fondation religieuse, c’est avant tout la création d’un monastère par les vicomtes de Marseille en la personne de leur principal représentant, Guillaume II le Gros, et à destination quasi exclusive des femmes de leur famille22.

Un monastère dans la tourmente

  • 23 L’édition et l’analyse du texte a été faite par Mazel 2009, p. 148-150.
  • 24 Il semble bien que l’on doive lire predictum et non predictam ; peut-être la lacune comprenait-elle (...)
  • 25 Traduction de Florian Mazel et Armelle Le Huërou dans Mazel 2009, p. 149. L’indication du lieu orig (...)
  • 26 AD13 1 H 1117, fol. 37.

12Il faut signaler le rattachement du monastère féminin à l’abbaye Saint-Victor décidé par l’évêque Pons II en 106023. Florian Mazel a bien montré qu’il ne fut probablement pas immédiatement suivi d’effet, ce qui entraîna une nouvelle souscription de l’acte par le successeur de Raimbaud, Aicard, archevêque d’Arles après 1069/1070. À la 9e ligne, le texte met en exergue avec un très large alinea monasterium ancillarum Dei quod est infra urbem Massiliam, ecclesiam scilicet sancte M[arie … (lacune d’environ 20 caractères)] ad Acuas predictum24, et ipsam videlicet abbatiam cum omnibus que ad eam pertinent totam et ab integro [...]. Le préambule de l’acte est extrêmement intéressant pour notre propos puisque l’évêque et son frère Geoffroi, vicomte de Marseille, motivent leur volonté par la nécessité de « restaurer » (encore une fois) ce monastère de femmes. « Et certes », dit le texte, « même notre père, le seigneur et vénérable vicomte Guillaume en fit le vœu et il s’efforça, moi Pons lui étant alors volontiers et avec très grande dévotion favorable, d’établir ici des femmes dévouées pour servir le Christ et de rénover quelque peu et restaurer ledit lieu qu’il avait trouvé totalement détruit de fond en comble. Mais maintenant, à cause de nos péchés, ces femmes sont réduites à une indigence si grande puisqu’elles ne peuvent absolument pas y vivre »25. Le monastère est donc, à cette date dans une phase difficile qui rend incertain son devenir. Pons II et Geoffroi, poursuivant la volonté de leur père, s’efforcent de trouver des moyens de survivance en plaçant le monastère sous la dépendance du monastère Saint-Victor. Les termes de l’acte sont forts (volumus jam nunc firmiter idipsum per scrituram statuere) pour que ce transfert soit effectif. Mais l’indépendance de l’abbé de Saint-Victor par rapport à la famille vicomtale n’a pas permis à ce projet d’aboutir, malgré la deuxième souscription des environs de 1070. Dans les archives de Saint-Victor, l’inventaire de 1569 indique que l’on conserve seulement deux actes se rapportant au monastère Saint-Sauveur26 : celui de 1060 déjà mentionné et une « coppie de la bulle de confirmation audit monastère St Sauveur de ses églises, biens et dépendences » datée de 1246 (perdue depuis mais connue par ailleurs). Il est donc très probable que le rattachement n’a jamais réellement eu lieu car le « dossier » Saint-Sauveur aurait été plus étoffé.

  • 27 Texte et traduction dans Bouiron 2009b, p. 54-55. Ce texte est considéré par André Villard et Edoua (...)

13Après une vacance probable à la tête de l’abbaye entre 1060 et 1070, l’évêque s’est alors tourné vers un autre membre de sa famille, sa demi-soeur Garsende, fille de la vicomtesse Stéphanie déjà mentionnée. Il s’agit alors de trouver les moyens financiers pour que le monastère puisse survivre à la disparition proche du vieil évêque. La nouvelle abbesse est consacrée le jour même où l’évêque donne au monastère la paroisse des Accoules, le 7 janvier 107327, peu de temps avant la mort de Pons II (le 18 février). On saisit mieux ici l’importance que revêt pour l’évêque cette ultime nomination. Cet acte est en outre probablement à l’origine d’une véritable possession foncière sur laquelle nous reviendrons dans le reste de notre étude.

  • 28 Cf. Magnani Soarès-Christen 1999, p. 403.

14Le grand cartulaire de Saint-Victor nous a conservé un dernier acte pour le XIe siècle (CSV n° 88), daté d’avril 1077, dans lequel les moniales vendent à Saint-Victor la dîme d’une terre située près de l’Huveaune. On notera que cet acte a été signé par la comtesse Ermengarde, veuve du comte Bertrand Ier, ainsi que par une partie de la congrégation (dont une fille du vicomte Geoffroi, Adalaïs). À cette date, la dénomination est claire : les moniales sont in monasterio sancte Marie ad Acuas28 et l’achat ne semble pas nécessiter une quelconque autorisation victorine. La donation de 1060 est probablement restée lettre morte, ce que confirme la bulle récapitulant toutes les possessions du monastère Saint-Victor adressée à Bernard de Millau par Grégoire VII le 4 juillet 1079 (CSV n° 843).

  • 29 Belmon 1994, 152, 1, p. 41 n° 24 : El Masel dedit Eustorgia, filia Austorgi, mas I sancto Salvatori (...)
  • 30 Pour la famille de Millau, voir Belmon 2008, p. 189-202.

15Durant cette période, on peut noter la présence d’une moniale de la famille des seigneurs de Peyre en Gévaudan : Eustorge, fille d’Astorg (Ier) et de Pétronille de Carlat29. Elle fait partie de l’entourage des abbés de Saint-Victor puisqu’elle est la nièce de l’évêque de Mende Aldebert, un des fervents partisans de la réforme grégorienne aux côtés de Bernard et Richard de Millau, et la nièce d’Adèle de Carlat, la femme de Bérenger de Millau, frère des mêmes abbés de Saint-Victor. Les textes ne permettent pas de dater avec précision sa présence au monastère de Marseille mais il est vraisemblable de proposer le dernier quart du XIe siècle. Sa présence est importante à plus d’un titre. D’abord parce qu’elle atteste d’une influence des victorins sur le monastère, ce qui ne semblait pas évident avec la documentation « marseillaise » ; ainsi le rôle de Rixendis de Millau, sœur des abbés Bernard et Richard et femme du vicomte Geoffroi n’est donc pas à négliger30. Ensuite parce que les sieurs de Peyre sont les principaux donateurs d’un monastère fondé par Saint-Victor en 1062 grâce à la donation d’Astorg (Ier) et de son frère Aldebert à l’abbaye marseillaise : Saint-Sauveur de Chirac.

  • 31 Sur tout ceci, qui reste bien évidemment très flou pour nous par manque de textes, voir Bouiron 200 (...)
  • 32 Notons que l’on connaît un Raymond, neveu de Bernard et Richard, fils de Bérenger et d’Adèle de Car (...)
  • 33 Le texte nous en a été conservé seulement par Belsunce 1747, t. I, p. 445-447.

16Notre documentation présente un hiatus pour la 1ère moitié du XIIe siècle, semblable à celle que l’on observe pour l’évêché. Il semble que le monastère repasse alors sous la sujétion de l’évêque, comme l’énonce l’inventaire des archives de Saint-Victor de 1569 : « Du monastaire St Sauveur dans Marseille séparé de la subgection du présent monastère St Victor, et mys soubz celle du sieur évesque de Marseille ». Par rapport à la dernière volonté de Pons II, les temps ont bien changé : l’évêque est en butte à l’hostilité de son chapitre qui cherche à s’émanciper. Le successeur de Pons, Raymond de Vita Eterna (évêque de 1073 à 1122), est alors obligé de s’établir sur la butte des Carmes (appelée Roquebarbe au Moyen Âge) tandis qu’un partage réel s’établit entre la ville dépendant des vicomtes et celle relevant de l’évêque31. En particulier, il est en butte à un des vicomtes, Pons de Peinier, fils de Geoffroi. Compte tenu de la date de nomination de notre évêque, il a très probablement été choisi par le pape et son légat Bernard de Millau dans l’entourage des Languedociens32 ; la réaction forte de Pons de Peynier à la fois contre les victorins et contre l’Église de Marseille a probablement pour origine la volonté de contrer une mainmise forte des familles non marseillaises. Le vicomte, excommunié, est forcé de restitué les biens spoliés et de conclure une paix avec l’évêque en novembre 112133.

17On peut imaginer que durant cette période, le monastère Sainte-Marie connaît une nouvelle désaffection qui va conduire à une seconde restauration, qui s’accompagne cette fois-ci d’un changement de dénomination puisqu’il prend le nom de Saint-Sauveur. Le nom même du monastère intrigue dans le contexte marseillais. Si la titulature de la cathédrale d’Aix est bien Saint-Sauveur (dont l’un des fils du vicomte Geoffroi, Pierre Geoffroi est archevêque de 1082 à 1101), le nouveau nom est-il en lien avec une communauté existante (comme Saint-Sauveur de Chirac) ou d’un vocable avec une signification particulière ? Nous y reviendrons en conclusion.

Le nouveau monastère Saint-Sauveur

  • 34 Le texte en est publié par Belsunce (t. I, p. 468-471).
  • 35 GCNN Marseille n° 161 (13 mars 1163).

18Dans la bulle d’Anastase IV, du 30 décembre 115334, recensant les biens de l'Église de Marseille, le monastère apparaît sous la dénomination de S. Salvatoris de las Achoas, quod infra muros Massilia situm est. Il est mentionné au tout début du texte, avant même la ville épiscopale, Roquebarbe et le port de Porte Galle. C’est dire l’importance de cet établissement monastique (et surtout de ses possessions) pour l’évêque, alors que l’église Sancta Maria de las Achoas est perdue dans la liste de toutes les églises du diocèse. Dix ans plus tard, on trouve à nouveau la mention de S. Salvatoris de las Acuas lors d’un litige entre les moniales et le Chapitre35.

  • 36 GCNN Marseille n° 164 (17 avril 1164), édité d’après le texte des MGH et traduit par Pécout 2009a, (...)

19Le monastère a donc changé de titulature avant 1153. A-t-il pour autant changé d’emplacement ? Deux arguments peuvent laisser penser que le couvent, nouvellement dénommé Saint-Sauveur, est toujours à côté de l’église des Accoules. Tout d’abord la titulature qu’il porte dans la bulle d’Anastase IV (de las Achoas) ou dans l’acte de 1163 ne se comprend que si l’on admet que Saint-Sauveur et l’église Sainte-Marie ont tous deux la même localisation. D’autre part, Ruffi indique avoir lu dans un acte du milieu du XIIIe siècle que le clocher de l’église portait le nom de tour de Sauveterre (et encore en 1359), nom donné également à la cloche qui y était suspendue. Or, le nom semble être un rappel de celui de Sancti-Salvatoris, c’est-à-dire de Saint-Sauveur. Ruffi (t. II, 58) rapporte cependant, d’après un vieux manuscrit du monastère, que celui-ci changea de nom lorsque les moniales s’installèrent sur la future place de Lenche, « en mémoire de ce que le Sauveur du monde se transfigura sur la Montagne de Thabor ». Enfin, les délimitations de la paroisse des Accoules (dans l’acte du 13 mars 1163) comme de la ville épiscopale en 116436 placent leur communauté à mi-chemin entre le Château Babon (à l’ouest) et Roquebarbe (butte des Carmes, à l’est), c’est-à-dire à l’emplacement des Accoules.

  • 37 GCNN Marseille n° 1104 (23 janvier et 1er février 1179). Il subsiste ensuite les infrastructures du (...)

20Bien qu’il soit évidemment impossible d’être affirmatif, il nous semble que dans un premier temps le monastère nouvellement dénommé Saint-Sauveur n’a pas déménagé, peut-être le temps que les nouveaux bâtiments soient construits. C’est en revanche chose faite en 1179, lorsque l’on mentionne pour la première fois une église Saint-Sauveur à l’emplacement qu’on lui connaît par la suite37 (fig. 3).

Fig. 3 - Plan de Marseille vers 1180 (M. Bouiron).

Fig. 3 - Plan de Marseille vers 1180 (M. Bouiron).
  • 38 Mgr Belsunce (1747, t. II, p. 60-61) place entre les deux une abbesse Marie, sur la base d’une mauv (...)
  • 39 Les blocs ont été conservés, cf. Ramière de Fortanier 1975, p. 295-304.

21Nous connaissons plusieurs abbesses pour la seconde moitié du XIIe siècle. Tout d’abord peut-être Ursanne, prioressa de l’acte de 1163. Puis Adalacie, mentionnée en 1180 et en janvier 1187 (annexe, texte n° 2) et dans l’acte n° 54 des cahiers. Par la suite, c’est Hermeline de Baux qui dirige le monastère (annexe, texte n° 4)38. C’est elle qui apparaît sur l’inscription datée de 1203 signalant la reconstruction de l’église des Accoules, gravée sur les blocs supportant l’ancien bénitier39. Elle est probablement la sœur du vicomte Hugues de Baux et fille de Bertrand de Baux. C’est de son abbatiat que date le registre de droits de mutation que nous allons maintenant analyser.

Le registre de mutation, témoin des Marseillais de la 1ère moitié du XIIIe siècle

22Le document conservé dans les archives de Saint-Sauveur se présente sous la forme de deux cahiers à l’écriture uniforme. Le premier comprend 42 actes passés entre le 9 septembre 1216 et le 17 août 1220 ; le second cahier contient 54 actes, le premier daté du même jour que le dernier acte du premier cahier et le dernier passé le 18 décembre 1224. Cet ultime acte ne semble pas avoir été terminé : il manque la valeur du cens et la mention du notaire qui a enregistré l’acte.

23Nous ajoutons en annexe la transcription d’autres actes se trouvant dans les archives de Saint-Sauveur et ayant un rapport avec les possessions foncières de l’abbaye intra muros.

La nature des actes

24Les cahiers analysés gardent la trace de toutes les transactions ou des litiges affectant les biens-fonds. On rencontre plusieurs types d’actes dans le registre : des ventes (87 actes), cinq investitures (n° 14, 49, 54, 72 et 73), un bail à acapte (n° 78), une remissio de don (n° 18), un paiement en créance (datio in solutum) (n° 84) et une sentence arbitrale (n° 5).

25Les actes de vente se présentent toujours de la même manière :

  • en marge le nom de l’acquéreur (l’acheteur principal lorsqu’ils sont plusieurs) ;

  • la date avec indication du jour, de l’année (au début de chaque folio) et moins régulièrement de l’indiction. Celle-ci est la plupart du temps erronée : 4e (au lieu de 5e) indiction pour le 19 décembre 1216 ou le 6 juin 1217, 7e (au lieu de 8e) pour le 26 novembre 1219, le 2 janvier 1220 ou le 8 juin 1220 … ;

  • le nom du (des) vendeur(s) ;

  • le nom de l’ (des) acquéreur(s) ;

  • la nature du bien dont on précise qu’il « est sous la seigneurie du monastère Saint-Sauveur » ;

  • les confronts ;

  • le prix ;

  • l’acceptation de la vente par l’abbesse Hermeline, qui indique le prix du cens payable à la Saint-Thomas (soit le 21 décembre) et dit en percevoir le trézain ;

    • 40 Ce notaire est connu par d’autres actes, en particulier ceux de la famille de Manduel, publiés par (...)

    la mention du notaire qui a rédigé l’instrument de l’acte ; il s’agit pour tous les actes de Januarius40.

26On notera la forme particulière des actes n° 39 et 80, dans lesquels on signale d’abord la vente franche de trézain puis la perception du trézain par l’abbesse. Chaque vente fait en effet l’objet de droits de mutation, appelés trézain et correspondant au douzième du montant de la vente (constituant ainsi une treizième part d’où le nom) et qui sont payés au seigneur éminent, ici le monastère Saint-Sauveur. Le fait qu’il s’agisse bien d’une treizième part est confirmé par le texte de 1187 (annexe, texte n° 2) : « tresdecim partem ».

  • 41 Les actes présentent des variantes. Les n° 14 et 73 ont laudavit et confirmavit et instrumentum dic (...)

27Les actes d’investiture ont une formulation légèrement différente. Après la date est mentionnée l’abbesse Hermeline qui a concédé et confirmé41 à l’emphytéote dont le nom suit, le bien décrit avec ses confronts. Sont rappelés ensuite la seigneurie du monastère, la valeur du cens à payer à la Saint-Thomas et enfin le nom du notaire qui a écrit l’instrument de cette investiture.

28Quelques actes sortent de ces deux schémas et témoignent de la variété des mutations des biens. L’acte n° 49 est d’une formulation mixte. Il est précisé à la fin qu’il s’agit d’un acte de vente, mais la formulation s’apparente à une investiture (l’abbesse laudavit et confirmavit). On trouve ensuite le nom des vendeurs et le prix, mais la vente est franche de trézain. Enfin, le rédacteur ayant oublié les confronts, les reporte à la fin de l’acte. L’acte n° 73 mentionne également le nom des vendeurs, la valeur du cens et du trézain (mais pas le prix de la vente).

29Le bail à acapte (n° 78) est semblable par sa formulation aux actes d’investiture mais il mentionne la valeur de l’acapte (ici 110 sous de royaux). La fin de l’acte indique la rédaction d’un instrumentum acapti.

30Le « don » (n° 18) fait par Bernard Remapencha et sa femme à sa belle-mère Fida est accompagné d’une remissio de 8 livres. La valeur du trézain signalée ici de façon spécifique (13 sous et 4 deniers) correspond bien au douzième du prix. De façon exceptionnelle, il n’est pas indiqué de transcription d’instrument de l’acte par un notaire.

31Le paiement en créance (n° 84) est considéré comme une mutation et fait l’objet du paiement du trézain, avec indication de la valeur du cens.

32Enfin, l’acte n° 5 est un jugement arbitral rendu par Raymond Juliani, chanoine de Marseille, et Hélias de Nazare, entre l’abbesse Hermeline représentant le monastère Saint-Sauveur et Pons Amalric. Il confirme la seigneurie du monastère sur le casal de Pons Amalric ; celui-ci doit donc le versement du cens correspondant (8 sous). Il est précisé que le notaire Januarius a rédigé deux instruments séparés « per alfabetum », donc une charte chirographe.

33La répartition des différents types d’actes doit être assez révélateur de ce qu’une abbaye perçoit à cette époque.

La date des actes

34Le nombre d’actes est assez inégal sur la période (fig. 4 et 5).

Fig. 4 - Nombre d’actes en cumul mensuel.

Fig. 4 - Nombre d’actes en cumul mensuel.

Fig. 5 - Nombre d’actes et valeur du trézain perçu par année.

Fig. 5 - Nombre d’actes et valeur du trézain perçu par année.
  • 42 Bourrilly 1925, p. 70-73 ; Pécout 2009b, p. 188.

35On note en particulier l’absence totale de mutation de propriétés entre la mi-octobre 1217 et la fin novembre 1219, ce qui semble plutôt anormal compte tenu de la régularité de l’écriture et de l’enregistrement des actes pour les autres années. Peut-être faut-il mettre en relation ce phénomène avec les événements intervenus à Marseille à la même époque. À cette date en effet, le développement du mouvement communal entraîne de nombreux troubles à l’encontre de l’évêque et des religieux, allant jusqu’à l’excommunication des Marseillais et la dissolution de la Confrérie du Saint-Esprit qui représente la commune. Ces événements ne prennent véritablement fin qu’avec l’accord du 23 janvier 122042. Or, les possessions de l’abbaye se trouvent en plein cœur de la zone dans laquelle est installée la Confrérie ; c’est là en particulier que sera édifié, à partir de 1225, le palais communal. Il n’est pas impossible que le blocage des ressources financières (en particulier des droits de mutation) ait servi à faire fléchir l’évêque ; notre document pourrait en conserver la trace. Un rattrapage s’effectue en 1220 : le nombre d’actes est le double de ce qu’il était en 1217. C’est bien la preuve que l’absence d’actes durant 2 ans n’était pas naturelle.

  • 43 GCNN Marseille n° 224 (14 janvier 1223).
  • 44 GCNN Marseille n° 220 (23 janvier 1219) et 226 (février 1223).
  • 45 GCNN Marseille n° 223 et 229.

36Le nombre d’actes décroît ensuite de manière régulière jusqu’à 7 à 8 actes annuels en 1223 et 1224. On observe une deuxième période d’absence de mutations, plus courte, entre février et septembre 1223. Or, les troubles ont repris en 1223 : dès le début de cette année, l’évêque Pierre de Montlaur condamne les empiètements des habitants de la ville épiscopale contre sa juridiction43 ; en parallèle, il sollicite une confirmation par l’empereur Frédéric II d’une convention passée avec les recteurs de la ville basse quatre ans plus tôt44. Durant la même période, l’empereur renouvelle également la bulle de Frédéric Ier de 1164 en mai 1222 et mai 122545. On le voit, les rapports très difficiles entre les Marseillais et l’évêque (comme d’ailleurs avec Saint-Victor) ont dû se répercuter également sur l’abbaye Saint-Sauveur, perçue comme très proche de l’évêque (par sa sujétion) et des vicomtes (l’abbesse est la sœur d’un des vicomtes).

Les Marseillais, acheteurs et vendeurs

37Ce document présente également l’intérêt de nous donner un grand nombre de noms de Marseillais sur une assez courte période (8 ans). On trouve ainsi, en tenant compte des doublons que l’on peut repérer, 495 noms différents, dont celui de nombreuses femmes. L’intérêt vient également du fait que nous sommes, à cette date, à la période charnière où les patronymes commencent à se fixer. La plupart des hommes portent encore des « noms » différents de ceux de leur père. Ainsi Pierre Aicardi (n° 55 et 81) est le fils de feu Pierre Guillelmi, Guillaume Bauciani (n° 93) de feu R. de Cavaillon et Pons Juliani (n° 93) de feu Pierre Ressatus ; Raymond de Firmianeges et Jean de Artezona sont tous les deux fils de feu Pons Cargatoris (n° 26). Parfois, le fils porte comme nom le prénom du père : Jacques Bonet (n° 37) est fils de feu Bonet Pelliparii, Guillaume Gandolf (n° 36) de Gandolf de Estamira. À l’inverse, certains commencent à porter le même nom : Pierre Lianson (n° 46) est fils d’autre Pierre Lianson, Pierre d’Avignon (n° 55, 81) est fils de feu autre Pierre d’Avignon, Isnard de Bersa (n° 96) est fils de Bertrand de Bersa, Marie Rostaing (n° 88) est fille de Raymond Rostaing.

38Les femmes n’ont pas systématiquement le même nom que leur mari comme ce sera le cas ultérieurement : Marie Corderie (n° 90) est la femme de Bon-Jean Caisserie, Marie Segerie (n° 83) est la femme de Hugues Amilii.

39Les vendeurs (tab. 1 et fig. 6) des maisons et autres terrains sont majoritairement des couples (44,9 %), parfois avec leurs enfants, le mari ou la femme apparaissant en premier lors de la vente.

Tableau 1 - Vendeurs et acheteurs.

Acheteurs

 %

Vendeurs

 %

Couple

26

29,9 %

39

44,8 %

Homme seul

45

51,7 %

22

25,3 %

Femme seule

9

10,3 %

9

10,3 %

Veuf/veuve avec enfants

3

3,5 %

6

6,9 %

Fratries

3

3,5 %

7

8,1 %

Plusieurs personnes

1

1,1 %

4

4,6 %

87

100 %

87

100 %

Fig. 6 - Les différents vendeurs.

Fig. 6 - Les différents vendeurs.

40C’est donc une cellule familiale qui possède le bien. Les hommes seuls viennent ensuite (25,3 %) puis les femmes seules (10,3 %). Enfin on trouve également des veufs ou veuves avec enfants (6,9 %), des fratries (8,1 %) et quelques groupes de plusieurs personnes associées dans une même vente (4,6 %).

41Parmi les acheteurs (tab. 1 et fig. 7), ce sont surtout les hommes seuls qui sont mentionnés (51,7 %), les couples ne venant qu’ensuite (29,9 %).

Fig. 7 - Les différents acheteurs.

Fig. 7 - Les différents acheteurs.

42La distorsion entre vendeurs et acheteurs tendrait à montrer que les hommes seuls peuvent acheter au nom de leur famille, sans que l’acte en garde trace, ou bien que les hommes achètent des biens qu’ils revendent plus tard après leur mariage. Mais nous sommes là face à des résumés d’actes, dont le monastère n’a conservé qu’une partie de l’information.

43On trouve ensuite dans les acheteurs des femmes seules, avec le même pourcentage que pour les vendeurs (10,3 %) ce qui est ici cohérent. Les veufs ou veuves avec enfants et les fratries sont deux fois moins nombreux que parmi les vendeurs (3,5 % chacun) ; enfin un seul acte concerne un achat par plusieurs personnes (1,2 %).

Les terrains

44Les deux cahiers nous ont conservé des mutations de biens-fonds situés exclusivement à l’intérieur de la ville. On peut imaginer que d’autres terrains (terres, vignes, …) auraient pu faire l’objet de ventes consignées dans le registre mais l’abbaye semble relativement pauvre en dehors de ses biens urbains. Les actes permettent d’approcher l’occupation des terrains et les surfaces bâties.

La nature des terrains et la valeur d’achat

45La majeure partie des actes de mutation concerne des maisons : 62 actes (soit les deux tiers) pour une maison, 2 actes la vente de deux maisons, 1 acte pour la vente de maisons en nombre indéterminées et 1 pour une maison avec casal. Plusieurs actes portent sur des ventes de parts de maisons en indivis, souvent la moitié de la maison (7 actes) mais également 1 vente de trois quarts, 1 vente d’un tiers et 1 vente d’un quart de maison.

  • 46 L’ensemble est acquis en deux fois par Gaufridus Mainerii et sa femme Huga de Pierre Lianson (les ¾ (...)

46On le voit, l’emprise des terrains relevant de l’abbaye Saint-Sauveur est très majoritairement occupée par des maisons, puisqu’elles font l’objet, au total, de 75 actes de mutation (soit plus des trois quarts de notre corpus). Quelques-uns concernent la même maison : les n° 46 et 66 correspondent aux trois-quarts et au quart restant46, les n° 51 et 60 aux deux moitiés d’une même maison ; les n° 9 et 80, 22 et 65, 17 et 41 à la vente de la même maison. Au total, on compte donc 72 maisons différentes.

  • 47 C’est la dénomination consacrée dans les textes d’archives marseillais d’époque moderne.

47Les places « à bâtir maison »47 (casal) sont assez peu nombreuses : seulement 4 actes, plus 1 pour un demi casal et 1 pour un quart. Le texte mentionnant les « scaria » doit se comprendre de la même manière si l’on prend en compte l’acte n° 20 (vente d’un casal) et l’acte n° 50, vente de deux scaria dont l’un correspond au casal de l’acte précédent.

48Enfin 2 actes concernent la vente de prés et 1 la vente d’un rocher.

49Le prix de vente des biens indiqué dans les actes est intéressant à observer (tab. 2 et fig. 8).

Tableau 2 - Valeur des ventes, des cens et des trézains.

N° de l’acte

Prix (£)

cens (d)

trézain

Surface au sol ?

1

14,08

16

1,17

76,8

2

8,33

24

0,69

115,2

3

50,00

26

4,17

124,8

4

50,00

10

4,17

48

5

6

20,00

16

1,67

76,8

7

21,67

72

1,81

345,6

8

10,00

12

0,83

57,6

9

90,00

16

7,50

76,8

10

75,00

32

6,25

153,6

11

49,83

20

4,15

96

12

26,00

20

2,17

96

13

116,00

8

9,67

38,4

14

15

22,00

6

1,83

28,8

16

12,50

24

1,04

115,2

17

130,00

16

10,83

76,8

18

19

14,50

6

1,21

28,8

20

28,17

48

2,35

230,4

21

15,00

8

1,25

38,4

22

65,00

16

5,42

76,8

23

66,63

16

5,55

76,8

24

108,00

2

9,00

9,6

25

15,00

16

1,25

76,8

26

63,83

14

5,32

67,2

27

195,00

12

16,25

57,6

28

24,38

12

2,03

57,6

29

55,00

10

4,58

48

30

28,00

1

2,33

4,8

31

25,00

6

2,08

28,8

32

75,00

12

6,25

57,6

33

55,00

8

4,58

38,4

34

110,00

4

9,17

19,2

35

7,50

6

0,63

28,8

36

250,50

18

20,88

86,4

37

38

24,00

20

2,00

96

39

27,00

12

2,25

57,6

40

52,08

10

4,34

48

41

104,00

6

8,67

28,8

42

40,00

12

3,33

57,6

43

7,00

5

0,58

24

44

50,00

12

4,17

57,6

45

34,50

8

2,88

38,4

46

50,00

7

4,17

33,6

47

50,00

8

4,17

38,4

48

50,00

18

4,17

86,4

49

50

225,00

64

18,75

307,2

51

19,00

4,5

1,58

21,6

52

13,00

6

1,08

28,8

53

8,00

6

0,67

28,8

54

55

20,83

6

1,74

28,8

56

86,00

8

7,17

38,4

57

60,00

12

5,00

57,6

58

43,00

13

3,58

62,4

59

10,00

0,83

60

16,00

4,5

1,33

21,6

61

25,00

6

2,08

28,8

62

200,00

18

16,67

86,4

63

60,00

36

5,00

172,8

64

50,00

11,5

4,17

55,2

65

56,33

16

4,69

76,8

66

18,42

7

1,53

33,6

67

40,00

3,33

68

12,00

4

1,00

19,2

69

13,00

12

1,08

57,6

70

85,00

7,5

7,08

36

71

84,95

10

7,08

48

72

73

74

15,00

12

1,25

57,6

75

46,00

18

3,83

86,4

76

15,63

12

1,30

57,6

77

30,28

12

2,52

57,6

78

79

80,00

20

6,67

96

80

110,00

16

9,17

76,8

81

8,33

7

0,69

33,6

82

17,00

21

1,42

100,8

83

180,00

30

15,00

144

84

0,00

85

175,00

30

14,58

144

86

162,50

18

13,54

86,4

87

110,00

18

9,17

86,4

88

18,00

14

1,50

67,2

89

10,42

6

0,87

28,8

90

17,58

3

1,47

14,4

91

70,00

24

5,83

115,2

92

63,00

12

5,25

57,6

93

45,00

12

3,75

57,6

94

18,42

9

1,53

43,2

95

17,00

4,5

1,42

21,6

96

35,00

2,92

Fig. 8 - Répartition de la valeur d’achat des biens.

Fig. 8 - Répartition de la valeur d’achat des biens.

50La valeur de la majorité des biens est comprise entre 11 et 50 livres, avec un pic pour la fourchette 21-50 livres. Quatorze biens, soit 16 %, ont cependant une valeur d’achat supérieure à 100 livres, montant assez élevé.

51Comme de nos jours, la vente et l’achat peuvent se succéder rapidement dans le temps. Le 10 janvier 1220, Marie Bordine vend sa maison à Martin Castanea. Il s’agit visiblement d’une très belle maison puisqu’elle en tire 195 livres, soit quasiment la somme la plus élevée de notre corpus. Moins d’un mois plus tard, le 6 février, elle achète une nouvelle maison pour 55 livres.

52Les ventes qui concernent la même maison montrent des situations contrastées. Dans un cas (n° 9 et 80), le vendeur réalise une plus-value de 20 livres en 5 ans et demi ; dans un second cas (n° 22 et 65) la plus-value est très faible, à peine 1 livre en moins de 2 ans. Enfin, le dernier cas (n° 17 et 41) rend compte d’une perte de 26 livres en 3 ans.

Cens, trézain et surface des terrains

53Tous les terrains sous la seigneurie de Saint-Sauveur sont soumis au paiement d’un cens. La grande majorité des actes indique un cens qui est compris entre 1 et 18 deniers (soit 1 sou et demi) (fig. 9).

Fig. 9 - Répartition des cens.

Fig. 9 - Répartition des cens.

54Le nombre important de données dont nous disposons grâce aux cahiers permet d’étudier plus finement la fixation de la valeur du cens. Le graphique de la fig. 10 montre qu’il n’existe aucune corrélation entre le prix payé (et donc le trézain versé) et le montant du cens.

Fig. 10 - Relation entre le prix de vente et la valeur du cens.

Fig. 10 - Relation entre le prix de vente et la valeur du cens.
  • 48 Voir Bouiron - Rigaud 2011, p. 250.
  • 49 Nous n’avons les dimensions que de deux côtés, mais on peut supposer que le calcul du cens n’impliq (...)

55Dans l’étude conduite sur les maisons retrouvées lors des fouilles de la place Bargemon, nous avons pu mettre en évidence une valeur de cens comprise entre 1,2 et 1,33 denier par canne carrée (soit 1 denier et 1/5 et 1 dernier et 1/3) selon ce que versent les habitants des maisons en 129848. L’acte que nous publions en annexe (n° 4) se rapporte à un terrain dont on nous précise qu’il mesure per frontem 20 cannes sur son côté occidental et 3 cannes sur sa face méridionale, soit une surface moyenne de 60 cannes carrées. Le cens pour cet honor est de 6 sous, soit 72 deniers ; si l’on s’en tient à la surface donnée49, la valeur est de 1 denier et 1/5 ( = 1,2 d) par canne carrée, ce qui correspond à une des valeurs que nous avions proposée.

56La valeur du cens semble être un bon moyen, pour cette période, d’estimer la surface au sol des terrains, en particulier ceux sur lesquels sont construits les maisons. En effet, on ne remarque aucune majoration dans les cens sur les terrains bâtis.

57Si l’on restitue un rapport cens/surface de 1,2 denier par canne carrée (correspondant à environ 4 m2), il est possible d’approcher la superficie des terrains. La quasi-totalité ne dépasse pas les 100 m2 au sol, et parmi ceux-ci la plupart sont compris entre 50 et 100 m2. On observe quelques incohérences avec ce calcul : les doubles maisons (n° 24 et 30) paient un cens très bas qui correspondrait pour les deux premières à 10 m2 (au total ?) et pour les deux secondes à 5 m2.

58On l’a dit, le trézain est calculé sur le douzième du montant de la vente. Il est dû au seigneur éminent, mais peut être perçu par d’autres (voir le litige entre Saint-Sauveur et Anselme l’aîné, annexe, texte n° 6). Le montant est évidemment beaucoup plus élevé que celui du cens ; plus les mutations sont fréquentes et plus le montant total des trézains sera important (fig. 11).

Fig. 11 - Cumul mensuel des valeurs de trézain et de cens, avec rappel du nombre d’actes.

Fig. 11 - Cumul mensuel des valeurs de trézain et de cens, avec rappel du nombre d’actes.

59Par rapport au trézain, le cens a seulement un caractère recognitif et n’est pas destiné à l’enrichissement du seigneur éminent. Le trézain constitue lui la véritable source financière ; sur les huit années d’enregistrement, la valeur moyenne de sa perception annuelle est de 47 livres, à comparer aux 0,61 livres que rapportent annuellement les cens.

Le positionnement des biens-fonds dans la ville

60Grâce aux études menées depuis plusieurs années dans les fonds d’archives marseillais, il est possible de repositionner les possessions de l’abbaye dans la topographie de la ville médiévale.

Les îlots

61L’étude des confronts ne permet pas de restituer avec certitude l’ensemble des îlots concernés par les possessions du monastère Saint-Sauveur. Notre corpus n’est pas assez complet et les confronts manquent de précision : ils n’indiquent pas d’orientation cardinale ni de noms de rue. Toutefois, plusieurs îlots peuvent être appréhendés par l’étude des confronts ; il sera peut-être possible par recoupement avec d’autres textes d’en repositionner certains dans la topographie marseillaise. Le tableau en annexe (tableau n° 2) donne le regroupement par îlot avec la valeur du cens et la surface possible des maisons. Les îlots sont déterminés par des rues publiques (via publica) et par des traverses (via transversia) – que l’on suppose plus petites – ou des ruelles (androna, n° 34, 52, 61). Aucune indication d’orientation cardinale n’étant présente, il n’est pas possible d’orienter les confronts.

62Quelques maisons peuvent être positionnées plus précisément avec des marqueurs topographiques connus : la maison acquises par la famille de Olivaria (n° 11) et celle baillée en acapte à Pierre d’Allauch et sa femme (n° 78) confrontent le monastère ; un des emplacements appelés scaria (n° 50) confronte le cimetière des Accoules. Mais ces maisons sont isolées par rapport à l’ensemble des actes.

63Plusieurs maisons peuvent être regroupées dans l’îlot de l’hôpital du Saint-Esprit, situé à l’est des Accoules : la maison achetée par la veuve de Guillaume Anselme (n° 53), celle achetée par Guillaume d’Acre (n° 61), celle dont le quart est confirmé à Donat Fornerio (n° 72), la maison dont un tiers est acquis par Enguilran de Salviac (n° 83) et enfin celle vendue à Guillaume Aubin (n° 85).

  • 50 Le site de Marseille comprend trois buttes alignées quasiment d’ouest en est : la butte Saint-Laure (...)

64On peut proposer également un îlotage commun pour les maisons qui confrontent le rocher (n° 1 et 3, cette dernière confrontant la maison de l’acte n° 43), peut-être au sud-est de la butte des Moulins ou à proximité de la butte de la Roquette50.

65Enfin, les textes donnés en annexe permettent de réfléchir plus avant sur certaines maisons mieux localisées. Nous laissons pour le chapitre suivant le texte n° 7 pour nous concentrer sur les deux actes de 1204 et 1205 (n° 4 et 5) (fig. 12).

Fig. 12 - Plan des îlots dépendant de Saint-Sauveur (restitution fin du XVe siècle), entre l’ancienne ville comtale (à l’est) et l’ancienne ville épiscopale (à l’ouest) avec indication des deux zones analysées. En pointillés, la délimitation des villes en 1220 (M. Bouiron).

Fig. 12 - Plan des îlots dépendant de Saint-Sauveur (restitution fin du XVe siècle), entre l’ancienne ville comtale (à l’est) et l’ancienne ville épiscopale (à l’ouest) avec indication des deux zones analysées. En pointillés, la délimitation des villes en 1220 (M. Bouiron).

66Le premier concerne le bail en acapte par Guillaume Amat d’un honor de 40 m de côté à l’ouest et 6 m au sud. Sur ces deux faces, les confronts sont signalés via mediante, c’est-à-dire situés de l’autre côté d’une rue. Au sud, le terrain est en vis-à-vis de la maison de Gautier Sartoris, qui apparaît également dans le second acte, la vente d’une maison par Pontia et ses filles à Pierre Serraillier. La maison de Pontia est donc positionnée dans l’îlot situé au sud de celui où se trouve l’honor. Elle confronte deux rues, l’une qui va à l’église Sainte-Marie des Accoules et la seconde au port. Dernière précision qui nous permet d’accrocher tout ceci dans la topographie de Marseille médiévale, l’honor confronte la platea monasterii à l’ouest. Cette place est l’ancêtre de la place de Lenche qui a été agrandie tout au long du Moyen Âge ; elle était à l’origine au plus proche du monastère, dans la partie sud de la place actuelle. Dès lors on peut proposer d’identifier la rue à l’ouest de l’honor avec le prolongement de la rue Radeau, celle qui mène à l’église des Accoules avec la rue Caisserie et la rue qui conduit au port avec la rue de l’Amandier.

Autour du Palais communal : le démantèlement de la seigneurie de Saint-Sauveur

  • 51 Pour les données archéologiques, voir Paone - Thernot 2011. Pour les données d’archives médiévales, (...)

67La fouille de la place Bargemon a été l’occasion de réaliser une étude d’archives poussée sur les propriétés situées entre l’actuelle mairie et l’église des Accoules (fig. 13)51. Nous avons pu mettre en évidence qu’à partir de la fin du XIIIe siècle au moins le monastère Saint-Sauveur ne possède plus que quelques biens-fonds, en limite de la rue Aurivellarie (actuelle Grand-Rue) et à l’ouest du palais comtal, tout le reste étant aux mains soit de seigneurs laïcs soit du comte de Provence. Or le premier registre de recensement de Charles Ier d’Anjou, rédigé en 1265, indique qu’un certain nombre de possessions proviennent de la confiscation des biens de Briton Anselme, un de ses plus farouches opposants, banni en 1262. Certaines des maisons retrouvées en fouille faisaient partie des biens confisqués.

  • 52 Personnage majeur de l’histoire de Marseille, il est le premier acteur de l’émergence de la commune (...)
  • 53 Bouiron 2001a, p. 243 ; voir également l’arbre généalogique de la famille Anselme en planche hors t (...)

68Dans le cadre de la présente étude, l’approfondissement des liens avec le monastère Saint-Sauveur nous permet de faire remonter la connaissance de la propriété jusqu’au début du XIIe siècle. Le fonds d’archives du monastère conserve en effet la transcription d’une action en justice entre le monastère et l’un des grands personnages marseillais, Anselme Fer (voir texte en annexe, n° 7). Nous sommes ici en 1214, lors de la montée en puissance de la commune marseillaise. Le personnage en question est le fils de l’ancien viguier des vicomtes Hugues Fer52, mort probablement l’année précédente ; il devient très vite un des principaux chevaliers de Raymond Bérenger V. Marié à Sybinde de Signes, il est le père de Briton et de Guigues Anselme, ce dernier père d’une Françoise Anselme dont nous avons eu l’occasion d’étudier certaines des possessions suburbaines53.

69L’analyse du document permet de mettre en évidence deux îlots qui font l’objet d’une réclamation de propriété de la part du monastère Saint-Sauveur. L’abbesse profite certainement du décès d’Hugues Fer pour tenter de récupérer des terrains qu’elle lui a probablement cédés. L’acte ne dit pas si Anselme Fer avait acquis lui-même ces terrains ou s’ils proviennent de l’héritage de son père. Anselme Fer n’a à cette époque quasiment aucune expérience publique : il apparaît comme simple témoin dans les actes seulement depuis l’année précédente ; probablement déjà malade, Hugues Fer l’envoie traiter en son nom le 2 avril 1213 avec le vicomte Raymond de Baux (frère de l’abbesse de Saint-Sauveur Hermeline).

70Pour repositionner ces îlots, nous disposons d’un élément de calage topographique avec l’indication de trois rues, au nord, à l’ouest et au sud du premier des îlots qui semble plutôt étroit. Ces rues bordent les maisons des fils d’Olric de Caranson, qui se trouvent donc à l’ouest de l’îlot. On trouve ensuite à l’est les maisons de Pierre de Saint-Jacques puis le casal de Cécilia à l’angle de l’îlot face à un établissement de bains, avec des rues sur deux côtés (vraisemblablement nord et est).

  • 54 L’acte n° 36 concerne la vente par Guillaume Gandolf, fils de feu Gandolf d’Estamira, à Guillaume A (...)

71Le second îlot a une configuration un peu plus complexe, avec à l’ouest (face aux maisons d’Olric de Caranson) les maisons qui appartenaient à G. Arata, puis les maisons de Gandolf de Stamera dont seule la moitié (sud ?) relève d’Anselme Fer54 et qui confrontent deux rues (au nord et au sud), les maisons de la fille d’Hospinel puis les maisons de Bernard Cors qui sont face aux Bains.

72La comparaison avec les données archéologiques et les confiscations de Briton Anselme permet d’identifier les deux îlots avec ceux qui ont été retrouvés au sud du Vieux-Mazeau et donne du même coup l’interprétation du beau bâtiment retrouvé en fouille à l’est de la rue de la Guirlande : il s’agit d’un établissement de bains. Les maisons qui appartiennent à Pierre de Saint-Jacques en 1214 sont encore signalées sous ce nom en 1303 (probablement un petit-fils homonyme). On peut identifier cet îlot à la partie nord de l’îlot III de la fouille, dont les archéologues ont montré qu’il était divisé en deux à l’origine par une rue est-ouest dans le prolongement de la rue Saint-Christophe. Le second îlot, au nord du précédent, correspond à l’îlot II de la fouille situé effectivement en face des bains.

  • 55 Sur le palais communal, voir Bouiron 2001b, p. 257-258.
  • 56 Publié par Portal 1907, PJ n° XXIV.

73L’absence de mention de la boucherie (Mazeau) en 1214 ne signifie pas forcément qu’elle n’existe pas encore à cette date car elle se trouve au nord du second îlot qui n’est concerné que pour la moitié sud par le litige avec Saint-Sauveur. Dans les cahiers de cens, une rue est mentionnée entre la maison vendue par Pierre Pons et le macellum (n° 44) ; il est donc bien en place en 1220. Par ailleurs, il est mentionné comme « vieux Mazeau » en 1265 et doit probablement remonter à plusieurs générations. Nous voyons en ce début de XIIIe siècle se transformer un quartier qui devient véritablement le cœur politique de la ville. Au nord-ouest des îlots signalés ci-dessus intervient en effet, probablement au début des années 1220, la construction d’un palais communal55, achevé en 1225. Celui-ci est face à l’église des Accoules, proche de la zone où se trouvait la confrérie du Saint-Esprit et à côté du Mazeau, comme l’indique un document des environs de 1265 : lo masel vielh maior que es detras lo palays56.

Fig. 13 - Plan des vestiges et des îlots médiévaux (XIIe-XVe siècles) autour de la place Bargemon sur fond cadastral de 1820 et numérotation des îlots médiévaux (DAO M. Bouiron, F. Guériel/INRAP).

Fig. 13 - Plan des vestiges et des îlots médiévaux (XIIe-XVe siècles) autour de la place Bargemon sur fond cadastral de 1820 et numérotation des îlots médiévaux (DAO M. Bouiron, F. Guériel/INRAP).

En conclusion : le lotissement du monastère Saint-Sauveur

  • 57 En plus des références données ci-dessus, note 46, voir Paone 2011.
  • 58 Portal 1907, PJ n° IV (janvier 1189).

74Les cahiers de Saint-Sauveur sont une source précieuse pour l’analyse de l’urbanisation de Marseille médiévale dans le secteur de la rive nord du port, le plus dynamique des XIIe et XIIIe siècles. Comme souvent, c’est le croisement des sources d’archives et des découvertes archéologiques qui permet une compréhension approfondie des phénomènes entr’aperçus. Ici, c’est la fouille de la place Bargemon qui nous livre la clef de ce que l’on pressent à travers les quelques pièces d’archives rescapées du monastère Saint-Sauveur : la mise en place d’un lotissement monastique. La fouille a montré en effet que les terrains ont eu un usage différent dans la première moitié du XIIe siècle, avant la mise en place, de façon très certainement concertée, d’un véritable lotissement57. Les niveaux de circulation des rues et les remblais servant à l’installation de l’habitat sont datés par l’archéologie du milieu du XIIe siècle. Cette datation s’accorde parfaitement avec la refondation du monastère qui passe sous la titulature de Saint-Sauveur et avec les textes un peu plus tardifs qui montrent la présence d’un habitat déjà constitué dans les années 1180. Ainsi en 1189, le vicomte Barral concède aux représentants de l’hôpital du Saint-Esprit la « privatisation » de la rue qui mène à leur domus, qu’ils tiennent en acapte du monastère Saint-Sauveur pour un montant de 40 sous58. Or cet hôpital est au nord-est de l’église des Accoules ; on peut imaginer que la partie la plus proche du rivage était déjà lotie. Au moment de la rédaction des cahiers, plusieurs générations d’habitants se sont déjà succédées dans ces rues désormais très actives. Rares sont aux alentours de 1220 les terrains libres pour construire des maisons. Les quelques actes conservés pour la fin du XIIe siècle doivent nous faire remonter la construction des maisons aux alentours du milieu du siècle.

  • 59 Voir Février 1983, p. 326.

75Le développement que nous mettons en évidence est également lié à l’évolution de la cité dans le courant du haut Moyen Âge. La division de la ville en deux entités, qu’avait pressentie Paul-Albert Février59, explique la volonté conjointe des vicomtes et des évêques de repeupler « l’entre-deux villes ». C’est cette réalité complexe que l’on perçoit dans les textes des XIIe et XIIIe siècles lorsque l’on se sert de ces « vieux murs » (qui le sont moins que la muraille véritablement antique) pour marquer la délimitation des paroisses. Les possessions de l’abbaye sont disposées dans tout l’espace que nous identifions entre les enceintes réduites du haut Moyen Âge, depuis la muraille du Château Babon à l’ouest et les « vieux murs » à l’est. L’emprise des possessions se superpose parfaitement avec celle de la paroisse. C’est pourquoi nous aurions tendance à lier l’acte de 1073, qui donne la paroisse des Accoules au monastère et cette possession foncière.

  • 60 Le comte Alphonse-Jourdain fonde entre 1120 et 1140 une Salvetat de Toulouse dans et hors la ville  (...)
  • 61 Sur l’évolution urbaine de Nice et le développement des Condamines, voir Bouiron 2008 et Venturini (...)

76Il nous faut revenir un moment sur le changement de titulature de Saint-Sauveur. C’est sous l’épiscopat de Raymond de Vita Eterna (1073-1122) ou de son successeur Raymond de Solliès (1122-1151), membre de la famille vicomtale, qu’a lieu cette modification. Après la mise au pas de Pons de Peynier, le vicomte principal à cette époque est Raymond Geoffroi Ier, qui prête volontiers hommage à l’évêque pour ses possessions. Le vocable de Saint-Sauveur qu’adopte le monastère à cette époque rappelle les « sauvetés » (ou « salveterres ») qui parsèment le sud-ouest à la même époque : à l’origine fondations sous l’autorité de l'Église – et souvent le fait de monastères – afin de repeupler une zone en milieu rural, elles relèvent aussi des seigneurs laïcs en milieu urbain60. Ici, il ne serait pas incongru qu’une sauveté ait pu être fondée de manière conjointe entre l’évêque et le vicomte dans un intérêt mutuel bien compris : le développement de la ville basse permettait le renforcement de l’activité portuaire de Marseille qui commence à se redéployer à l’échelle de la Méditerranée. Toutefois, les sauvetés impliquent souvent une volonté de peuplement ex nihilo ce qui ne semble pas être le cas dans cette zone si proche du port ; un simple lotissement monastique suffit à expliquer le développement urbain du quartier. C’est pourquoi nous restons circonspect face à cette hypothèse. À la même époque, à Nice, le monastère Saint-Pons lotit de la même manière ses possessions situées au contact de la ville haute : d’abord la Condamine supérieure (qui sera protégée par une enceinte assez rapidement) dans la seconde moitié du XIIe siècle puis la Condamine inférieure, autour de la chapelle Sainte-Réparate, à partir du début du XIIIe siècle61.

77Alors que le monastère Saint-Victor est, dans la seconde moitié du XIIe siècle, en proie à de graves difficultés financières, l’enrichissement de Saint-Sauveur est concomitant du grand développement urbain que connaît Marseille à la même époque. La construction du nouveau couvent, au sud de la future place de Lenche, doit accompagner cette transformation ; il s’agit alors de dissocier l’église paroissiale des Accoules et les besoins monastiques en isolant les moniales d’un quartier qui est en train de s’urbaniser rapidement.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Albanès - Chevalier, 1899 = Joseph-Hyacinthe Albanès, Ulysse Chevalier, Marseille (évêques, prévôts, statuts). Gallia Christiana Novissima. Histoire des archevêchés, évêchés & abbayes de France d’après les documents authentiques recueillis dans les registres du Vatican et les archives locales, Valence, 1899.

Amargier 1969 = P. Amargier, Raimbaud, moine de Saint-Victor, archevêque d’Arles (1030-1070) et sa famille, de Reillanne, dans Rencontre d’Arles, 18 et 19 octobre 1968, Genève, 1969 (Publication du Centre européen d’études burgondo-médianes, 11), p. 36-46.

André 1863 = F. André, Histoire de l'abbaye des religieuses de Saint-Sauveur de Marseille fondée au Ve siècle : d'après les documents inédits conservés aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1863.

Belmon 1992 = J. Belmon, Une seigneurie châtelaine en Gévaudan aux XIe-XIIe siècles : la terre et le lignage des sires de Peyre, dans Seigneurs et seigneuries au Moyen Âge, dans Actes du 117e congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Paris, 1995, p. 69-98.

Belmon 1994 = J. Belmon, Les débuts d’un prieuré victorin en Gévaudan : le Monastier-Chirac (XIe-XIIe siècles), dans Bibliothèque de l’École des chartes, 1994, 152/1, p. 5-90.

Belmon 2008 = J. Belmon, Aux sources du pouvoir des vicomtes de Millau (XIe siècle), dans H. Debax (éd.), Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, 2008, p. 189-202.

Belsunce 1747-1751 = Mgr de Belsunce, L’antiquité de l’Église de Marseille et la succession de ses évêques, Marseille, 1747-1751, 3 vol. 

Blancard 1884-1885 = L. Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Âge, Marseille 1884-1885, 2 t.

Bouiron 2001a = M. Bouiron (éd.), Marseille, du Lacydon au faubourg Sainte-Catherine (Ve s. av. J.-C.-XVIIIe s.). Les fouilles de la place Général-de-Gaulle, Paris, 2001 (DAF, 87).

Bouiron 2001b = M. Bouiron, Histoire et topographie des monuments de Marseille médiévale, dans M. Bouiron, H. Tréziny (éd.), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d’archéologie. Marseille 3-5 novembre 1999, Aix-en-Provence, 2001 (Études Massaliètes, 7), p. 255-276.

Bouiron 2008 = M. Bouiron, L’évolution topographique de Nice (XIe-XVIIIe siècles). Prémices d’un atlas historique et archéologique, dans Archéam, 15, 2008, p. 13-33.

Bouiron 2009a = M. Bouiron, De l’Antiquité tardive au Moyen Âge, dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 13-43.

Bouiron 2009b = M. Bouiron, L’évolution topographique de Marseille (XIe-XIVe s.), dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 46-88.

Bouiron 2011 = M. Bouiron, Encore à propos de la rive sud du port de Marseille. Lieux de culte et découvertes archéologiques autour de l’ancien Arsenal des Galères, dans Hommages à Jean Guyon, Provence Historique, 61, 2011, p. 183-206.

Bouiron - Gantès 2001 = M. Bouiron, L.-F. Gantès, La topographie initiale de Marseille, dans M. Bouiron, H. Tréziny (éd.), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d’archéologie. Marseille 3-5 novembre 1999, Aix-en-Provence, 2001 (Études Massaliètes, 7), p. 23-34.

Bouiron - Rigaud 2011 = M. Bouiron, P. Rigaud, Le quartier du Mazeau au Moyen Âge, dans Bouiron et al. 2011.

Bouiron et al. 2011 = M. Bouiron, F. Paone, B. Sillano, C. Castrucci, N. Scherrer (éd.), Fouilles à Marseille : la ville médiévale et moderne, Aix-en-Provence, 2011 (Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, Études massaliètes, 11).

Bourrilly 1925 = V.-L. Bourrilly, Essai sur l'histoire politique de la commune de Marseille : des origines à la victoire de Charles d'Anjou, 1264, Aix-en-Provence, 1925.

Février 1983 = P.-A. Février, Aux origines de quelques villes médiévales du Midi de la Gaule, dans Revue d’études ligures, 49, 1983.

Gérin-Ricard - Isnard 1926 = H. de Gérin-Ricard, É. Isnard, Actes concernant les vicomtes de Marseille et leurs descendants. Monaco-Paris, 1926 (Collection de textes pour servir à l’histoire de Provence).

Guérard 1857 = Cartulaire de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille, éd. B. Guérard, Paris, 1857 (Collection des cartulaires de France, 8-9).

Magnani Soarès-Christen 1999 = E. Magnani Soarès-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu Xe-début XIIe siècle, Münster, 1999 (Vita regularis, 10).

Manteyer 1908 = G. de Manteyer, La Provence du premier au douzième siècle. Études d’histoire et de géographique politique, Paris, 1908 (Mémoires et documents publiés par la société de l’école des chartes, VIII).

Marchesi - Thiriot - Vallauri 1997 = H. Marchesi, J. Thiriot, L. Vallauri, avec coll. M. Leenhardt (éd.), Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe s.), Paris, 1997 (DAF, 65).

Mazel 2002 = F. Mazel, La Noblesse et l'Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle, Paris, 2002.

Mazel 2009 = F. Mazel, Les vicomtes de Marseille, dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 145-166.

Mazel - Lauwers 2009 = F. Mazel, M. Lauwers, L’abbaye Saint-Victor, dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 125-144.

Mousnier 1997 = M. Mousnier, La Gascogne toulousaine aux XIIe-XIIIe siècles : une dynamique sociale et spatiale, Toulouse, 1997.

Paone 2011 = F. Paone, Lecture morphologique de la vieille ville, dans Bouiron et al. 2011, p. 61-64.

Paone - Thernot 2011 = F. Paone, R. Thernot, Création et évolution du quartier de la seconde moitié du XIIe siècle jusqu’au XIVe siècle, dans Bouiron et al. 2011, p. 261-284.

Pécout 2009a = T. Pécout, L’évêque et le chapitre de la Major, dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 167-177.

Pécout 2009b = T. Pécout, La Commune, le droit et le comte excommunié, dans T. Pécout (éd.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée, Méolans-Revel, 2009, p. 188-196.

Playoust 1998 = A. Playoust (éd.), Catalogue des chartes antérieures au XIIe siècle (687-1112) conservées dans les fonds des Archives départementales des Bouches-du-Rhône rassemblées par André Villard et Edouard Baratier (1950-1974), Marseille, 1998.

Portal 1907 = F. Portal, La République marseillaise du XIIIe siècle (1200-1263), Marseille, 1907.

Ramière de Fortanier 1975 = A. Ramière de Fortanier, Documents épigraphiques marseillais du XIIIe siècle, dans Mélanges A. Villard, Provence Historique, 25, 1975, p. 295-304.

Ruffi 1696 = L.-A. de Ruffi, Histoire de la ville de Marseille, ... recueillie de plusieurs auteurs ... Seconde édition, reveuë, corrigée, augmentée et enrichie de quantité d’inscriptions, sceaux, monnoïes, tombeaux et autres pièces d’antiquité, 2 vol. , Marseille, 1696.

Tréziny 2001 = H. Tréziny, Les caves Saint-Sauveur et les forums de Marseille, dans M. Bouiron, H. Tréziny (éd.), Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au Roi René. Actes du colloque international d’archéologie. Marseille 3-5 novembre 1999, Aix-en-Provence, 2001 (Études Massaliètes, 7), p. 213-223.

Vajay 1962 = S. de Vajay, Étiennette dite Douce, comtesse de Provence, dans Provence historique, 12, 1962, p. 189-213.

Venturini 1984 = A. Venturini, L’évolution urbaine de Nice du XIe siècle à la fin du XIVe siècle, dans Nice historique, 1984, p. 3-26.

Verne 1891 = S. Verne, Sainte Eusébie, abbesse, et ses 40 compagnes martyres à Marseille, Marseille, 1891.

Haut de page

Annexe

Transcriptions (M. Bouiron)

[1].- 14 mai 1050. AD13 61 H 1, pièce 1

La vicomtesse Stéphanie donne au monastère Saint-Sauveur de Marseille deux tenures au territoire de Toulon près de Solliès avec l'église Sainte-Marie de Beaulieu dont elle avait hérité du vicomte Guillaume II le Gros son mari. Le parchemin a été recopié au XIIe ou XIIIe siècle ; nous avons signalé en gras les interpolations.

Quoniam scripture textus quandoque intervertitur membrane vicio aut prolixa temporum inter capedine, vel qua alia justa vel probabili racione ut necesse sit instrumentum simile vetustiori scribere, idcirco presentem scripturam que nimia temporum diuturnitate fere consumpta erat, ut ejus semper habeatur memoria, volumus renovare ; hoc est initium : In Christi nomine. Hec est donatio quem dat domna vicecomitissa Stephania, femma religiosa, aliquid de proprietate sua que ei obvenit de hereditate viri sui domni Willelmi ad cenobium Sancte Marie Virginis, quod est situs infra muros Massilie. Et est ipsa donatio in pago Tolonensi, in villa que nominatur Solarios. Hec sunt due tenure in manso cum presbitero et parrochianis ecclesie beate Marie de Bello Loco et dono ipsas tenuras cum predicta ecclesia Deo omnipotenti et Beate Marie et cenobio Sancti Salvatoris Massilie, ut Deus dimittat nostra peccata et [d]et salutem et sapientiam filiis meis et indulgeat delicta viri mei domni Willelmi. Dono ipsas tenuras cum integro, cum quantum tenent ipsas tenuras, cum mansionibus, cum curtis, cum oglatis, cum campis, cum ortis, c[um mol]endinis, cum aquis [aquar]um, cum omnibus apendiciis, cum arboribus pomiferis et impomiferis, cum montibus et vallibus que ad ipsas tenuras pertinent vel pertinere debent. In tale vero tenore hoc dono quod nulla abbatissa vel priorissa neque clericus neque laicus neque ullus homo, non presumat hanc donationem nec minuere nec male dispergere, sed ad servicium cotidianis diebus religiosis monialibus mancipare. Et si quis hoc facere voluerit, primitus in sententia ponatur et sit in comparatione cum Datan et Abiron et Juda proditore, et incidat in mortem cum Anna et Saphira, et sit maledictus et excommunicatus semper omnique tempore. Amen. Amen. Fiat. Fiat. Hec scriptio facta est mandanto domina Stephania cum manu Stephani Kantoris, tempore Joffridi vicecomitis Harelathensis et Massiliensis, sub Poncio episcopo sedis Massilie, pridie idus maii, anno ab incarnatione Domini nostri Jhesu Christi M° L°, indictione tertia. Bertrandus et Petrus, frater ejus, firmaverunt et laudaverunt.

[2].- janvier 1187 (n. st.) AD13 61 H 1, pièce 4

Vente par Ansaldus Mutius à Pandulfus et sa femme d'une maison et de ses dépendances, sise près de sa maison, relevant du monastère Saint-Sauveur, pour le prix de 30 livres et 10 sous de royaux. Pandulfus en reçoit l’investiture.

In nomine Domini [crux]. Anno Incarnationis ejusdem M° C° LXXXVI, mense januarii. Notum sit omnibus hominibus quod ego Ansaldus Mutius per me et per meos heredes vendo, trado et concedo consilio A. abbatisse, tibi Pandulfo et tue uxori et omni vestre posteritati scilicet domum meam cum omni suo tenemento que est vicina mee domus et retro cum fundo Ansaldi et a levante cum domo que fuit Raimundi Neulongi et ante via publica. Et ego Ansaldus Mutius confiteor in veritate me habuisse a te Pandulfo precio staris triginta librarum regalium et decem solidorum. Et totam istam domum ego Ansaldus cum omni tenemento domus promito salvare et ratione defendere et si plus valet precio predicto illam magis valentiam tibi et tuis donamus, et de omni jure meo deinvestito me et investio te Pandulfum et tuos de laudismo domine abbatisse, facto consilio Ermenjarde et Marie de Nemauso. Et fuit testis et sunt testes : Ospinellus et Augerius, W. Archimbaudus, Jacobus Surivius. Et de venditione domus que fecit Ansaldus Mutius sunt testes Stephanus de Gaiano, Raimundus Gadainiator, Guiraldus de Malencio, Guillelmus Benedictus, W. Archimbaudus. Et in audientia istorum testium retinui mei et meis annuatim duos solidos in vigilia Nativitatis Domini, et cum venderetur domus retineo mei et meis tredecimam partem preciis. Et in presentia istorum, ego Ynguo, filius Ansaldi Mutii, hanc venditionem tibi Pandulfo et tuis concessi. Et ego Bernardus de Portali dominorum Massiliensis notarius hanc cartam scripsi, mandato Ansaldi et filii sui Ynguonis.

[3].- février 1188 (n. st.) AD13 61 H 1, pièce 5

Marie, femme de Guillaume d'Osca, remet à Augier et son associé Stéphane de Gaiano, les clefs des maisons en garantie de la somme de 200 sous de génois qu’il leur devait, et retient lesdites maisons à titre de location jusqu’à la prochaine fête de Pâques, sous le loyer de 6 sous par mois.

In nomine Domini, amen. [crux] Anno Incarnationis ejusdem millesimo centesimo octuagesimo VII°, mense februarii. Notum sit omnibus hominibus quod ego Maria, uxor que sum Guillelmi de Osca, scio et profiteor quod maritus meus predictus debet tibi Augerio et socio tuo nomine Stephano de Gaiano CC solidos januinum, pro quibus scio quod dedit vobis regressum super istas domos in quibus sto. Et propter veritatem quam scio, inde reddo tibi Augerio claves domorum pro pignore ducentorum solidorum et tua voluntate et mea retineo domos istas ad loquerium, pro quibus promitto tibi pro loquerio usque ad proximum (sic) Pascham per unumquemque mensem VI solidos dare. Et cognosco et scio quod domina abbatissa concessit tibi Augerio et socio tuo predictas domos pro pignore predictorum CC solidorum. Et si potero allegare adversus vos aliquam rationem, illam (sic) desamparo donec sunt vobis soluti CC solidi predicti. Testes sunt : Guillelmus Pandulfus, Raimundus [blanc], Bernardus de Someire, Robertus de Garons. Et ego Bernardus de Portali notarius hanc cartam scripsi mandato Marie. [signum]

[4].- 25 août 1204. AD13 61 H 2, pièce 8

Bail à acapte passé par l’abbesse Ermeline en faveur de Guillaume Amat et sa postérité d’un honor sur lequel il avait construit plusieurs maisons, sous l’acapte de 40 sous de royaux coronats et au cens annuel de 6 sous, payable à la Saint-Thomas.

(à l’envers) A B C D E F G H J K L M

In nomine Domini. Anno Incarnationis ejusdem M° CC° IIII°, mense augusti, indictione VI, in die festo sancti Genesii. Tam presentibus quam futuris sit manifestum, quod ego Ermelina Dei gratia monasterii Sancti Salvatoris abbatissa, voluntate et assensu totius conventus donamus, laudamus et concedimus pro acapto XL solidorum regalium coronatorum tibi Guillelmo Amato et omni tue posteritati scilicet : illum honorem totium quem pro nobis tenes et habes, et in quo honore tu Guillelme habes domos edificatas et cetera. Et habet hic honor acapti per frontem cannas viginti ex parte ponentis, et ex parte meridiei debet habere cannas tres per frontem ; et domus Gauterii Sartoris est ante tuam domum, via mediante et a parte orientis tenet se hic honor cum domo et cum patuo Raimundi de Serra et a septentrione terminatur patuo qui est ante portam staris infantium Pontii Moreti, ex parte meridiei ; et habet patuus ille qui non est in hoc acapto per frontem tres cannas et tenent se huic acapto, et ex parte ponentis terminatur cum domo Johannis Fusterii et cum honore Johannis Moreti [blanc] et cum platea monasterii, via mediante. Et in hoc honore possis tu et tui domos tuo arbitrio edificare et edificium et locum edificii cuicumque volueris, quesito consilio nostro et assensu nostro, donare, vendere, permutare vel alio aliquomodo alienare, exceptis sanctis et militibus, nisi salvo jure nostre (sic) Sancto Salvatori. Retinemus tamen quod nulla persona possit in hoc honore acapti edificare ecclesiam neque furnum neque supercensum ibi apponere. Et pro censu predicti honoris dabitis nobis annuatim in festo beati Thome apostoli ante Natale Domini sex solidos publice monete. Profitemus nos habuisse a te Guillelmo Amato predictos XL solidos acapti de quibus nichil penes te remanentis sit indebito. Et renunciamus exceptioni non numerate pecunie. Et per stipulationem promittimus tibi et tuis hoc predictum acaptum ab omnibus personis salvare et devire ( ?) defendere. Actum est hoc in crota juxta portam. Testes sunt rogati : Raimundus Julianus, Petrus Anglicus, Raimundus de Serra, Johannes Gariberni, Bernardus filius suus, Pontius Scriptor de Ripa, Bernardus Amati, Raimundus de Narbona pintor, Raimundus de Sancto Salvatore, Petrus Pico, Raimundus Gascus, Deus Lo Fal. Ego Bernardus de Portali, publicus notarius dominorum Massilie hanc cartam scripsi, jussu domine abbatisse et totius conventus et testium rogatu (sic). [signum]

[5].- 13 avril 1205. AD13 61 H 2, pièce 10

Vente d’une maison par Pontia veuve de Léon et ses filles Riquelda et Rixenda, à Pierre Serrailler, au prix de 6 livres de royaux coronats, sous la directe du monastère Saint-Sauveur, au cens de 3 deniers et une obole.

In nomine Domini nostri Jhesu Christi amen. Manifestum sit omnibus hominibus hanc cartam audientibus quod ego Pontia, uxor quondam Leonis et nos sorores, filie ejusdem Riquelda et Rixenda, per nos et omnes nostros bona fide et sine dolo cum hac publica carta vendimus, tradimus et titulo perfecte venditionis concedimus inperpetuum tibi Petro Cerrallerio et tuis, et cui vel quibuscumque alienationis specie concedere volueritis, domum nostram cum suis omnibus pertinenciis que ibi pertinent vel quam pertinere debent aut possunt. Que domus contiguatur ex una parte vie publice qua itur ad Sanctam Mariam de Acuis, alia parte domui quam meo (sic) vendimus Bernardo Gaiberno, ex alia parte vie publice qua itur ad portum et ex alia parte domui Galterii Sartoris ; precio sex librarum regalium coronatorum quas a te habuimus et recepimus in integrum et in quibus ex certa sciencia renunciamus exceptioni non numerate peccunie. Et predictam domum promittimus sollempniter tibi et tuis ab omni persona vel personis de jure defendere et salvare, ita quod si in parte vel in toto, a te vel a tuis inde ablatum vel evictum fuerit, totum tibi vel tuis per stipulationem restituere promittimus, de qua et pro qua evictione donamus tibi et tuis in regressum et in pignus omnia bona nostra habita et habenda. Et si predicta domus plus valet vel in antea plus valuerit, totum illud sponte et nostra liberalitate tibi et tuis donamus et concedimus imperpetuum pro eodem precio supradicto, et in te et tuos ex certa sciencia transferimus et investimus inde te et tuos et divestimus inde nos et nostros. Et promittimus nos nulla racione nullaque juris subtilitate, ullo loco vel tempore contra predictam domus venditionem seu contra magis valencie donacionem venturas, inmo firmam et illabatam omni tempore observaturas sicut unquam melius potuit vel meo potest vel deinceps poterit, ad tuum proficuum ( ?) vel tuorum a clerico vel laico dici scribi, intelligi sine excogitari, renunciantes inde Velleiano et ecclesia ( ?) omni alii juris beneficio et legum auxilio, scripto vel non scripto, divino vel humano, nobis competenti vel competituris, racione minoris etatis vel muliebris sexus. Hec omnia supradicta et singula firma et rata tenere et fideliter in omnibus et per omnia complere et observare et contra non venire, non cohacte in nullo decepte sed de bene placito tibi et tuis per stipulacionem promittimus et ad majorem cautelam nos tres memorate, tactis sacro sanctis evangeliis juramus. Et ego Ermelina Sancti Salvatoris abbatissa voluntate et assensu tocius conventus et capituli monasterii nostri Sancti Salvatoris, laudo et concedo tibi Petro Cerrallerio et tuis predictam domum ad omnes voluntates tuas tuorumque inde plenarie faciendas ad dandum, vendendum permutandum, obligandum seu quolibet alienationis titulo alienandum, exceptis sanctis et militibus et locis religiosis et supercensu, salvo tamen ibi jure ac dominio et censu monasterii Sancti Salvatoris qui est trium denariorum et oboli predicto monasterio et nobis annuatim in vigilia Natalis Domini prestandus et defferendus. Et scio et recognosco me hujus venditionis tretzenum habuisse et recepisse. Actum fuit Massilie in predicto monasterio in quadam crota infra primam portam. Anno Dominice incarnationis M° CC° V°, indictione septima, idus aprilis. Hujus rei sunt vocati et rogati testes : Guillelmus Sardus, Johannes Longus, Bernardus de Montello, Petrus Rapallinus, Stephanus Bergundio, Ugo Brunus, Ferminus Espaserius, Ugo capellanus sancti Laurencii, Petrus de Cahors. Et ego, Guillelmus Charelli, publicus notarius qui mandato et rogatu utriusque partis hanc cartam scripsi. [signum].

[6].- 13 mai 1207. AD13 61 H 2, pièce 11

Notice de sentence arbitrale rendue par Raymond Julien et Pons Scriptor, condamnant l’abbaye à désemparer à Anselme l’aîné la moitié des trézains sur un honor relevant du monastère, acquis par ledit Anselme de Raymond de Cavaillon.

Controversia erat inter Ermelinam, Sancti Salvatoris abbatissam, et Raimundam sacristanam et alias moniales ejusdem monasterii Sancti Salvatoris, ex una parte, et Anselmum majorem ex alia parte, coram Raimundo Juliano judice predicti monasterii et Pontio Scriptore, electis hinc inde arbitris, super quodam honore quem Anselmus emit a Raimundo de Cavalhone. Qui honor erat et est in dominio predicti monasterii. Qui annuatim servit in Natalis Domini eidem monasterio XII denarios regalium coronatorum. Volebat enim Anselmus dare aliis personis de predicto honore ad acaptum ; predicta autem abbatissa hoc contradicebat, eo quod dicebat totum tretzenum inde proveniens (sic) cum homines venderent, de jure dicto monasterio pertinere. Tandem predicti arbitri, audita utriusque partis causa et racione et diligenter inquisita predicte controversie, voluntate et assensu utriusque partis, amicabili composicione determinaverunt. Dixerunt pro mandamento quod domina prefata abbatissa et moniales ejusdem monasterii darent in perpetuum medietatem tocius tretzeni prefato Anselmo et suis, quod incontinenti a prefata abbessa et Raimunda sacristana et Comtada et Cecilia et Flandina, voluntate et assenssu tocius conventus et capituli, factum est. Ideoque Anselmus promisit ibidem per stipulacionem, per se et successores suos, predictum monasterium manutenere, et alteram medietatem tretzeni dicto monasterio quiete et fideliter reddere, verumptamen (sic) super vel heredes sui venderent totum jus quod in predicto honore habent, totum tretzenum prefato monasterio redderent. Et utraque pars hanc composs(e)cionem et hoc mandamentum prompta voluntate approbavit. Actum fuit in quadam crota Sancti Salvatoris, anno Dominice incarnationis M° CC° VII°, indictione nona, tercio idus maii. Hujus rei sunt vocati et rogati testes : Bertrandus Rostagnus, Bricius de Alaudio, Raimundus de Salis, Gaufridus Lanberti. Et ego, Guillelmus Charelli publicus notarius qui mandato et rogatu utriusque partis hanc cartam scripsi. [signum]

ABCD EFGHI KLMNOPQ

[7].- 21 juillet 1214. AD13 61 H 2, pièce 12

Commission déléguée par le pape à Michel de Mourèze, archevêque d’Arles, et Bertrand, doyen de l'Église d’Arles, pour résoudre le différend entre Hermeline, abbesse de Saint-Sauveur, et Ancelme Fer, à propos de la possession de maisons proches des Bains. Nous donnons ici les extraits du texte qui concernent plus directement les aspects topographiques.

A B C D E F G H I K L m N O P Q R S T V X Z

In nomine Domini. Anno ab incarnatione ejusdem millesimo CC° XIIII°, XII° kalendas julii, indictione prima. Sit notum omnibus hominibus hanc publicam cartam audientibus, quod controversia erat inter dominam Ermelinam abbatissam monasterii Sancti Salvatoris, agentem pro eodem monasterio et pro conventu ejusdem monasterii, ex una parte, et Ancelmum Ferum ex altera, coram domino Michaelo, Arelatensi archiepiscopo, et Bertrando, eidem ecclesie decano, judicibus a domino papa super illa controversia delegatis. Que controversia talis erat : petebat siquidem predicta abbatissa ab Ancelmo Fero jamdicto nomine monasterii et monialium Sancti Salvatoris domos quas tenet Bernardus Cors ante balnea, via publica in medio, que confrontatur ex una parte cum domibus Bertrandi de Loberiis, et ex altera parte cum domibus quas tenent filie quondam Ospinelli, et ex alia parte cum via publica ; et domos quas tenent filie quondam Ospinelli, que confrontantur ex una parte cum domibus jamdictis quas tenet Bernardus Cors, et ex alia parte cum via publica, et ex alia parte cum domibus quas tenent filii quondam Ga[nd]ulfi de Stamera ; et medietatem domorum que fuerunt Gandulfi de Stamera, quas tenent filii ejusdem Gandulfi de Stamera, que confrontantur cum duabus viis publicis ex duabus partibus, et ex alia parte cum domo in qua stat Ansaudus de Agrillano, et cum domo quondam Guillelmi de Arata, et ex alia parte cum fundico quod tenent filii quondam Jacobi d’Alfarda et cum domibus quas tenent filie quondam dicti Ospinelli ; et casale quod est ante balnea quod tenet Cecilia filia quondam Guillelmi de Civitate, uxor quondam Stephani de Bonsonesco, et confrontatur cum domibus Petri de Sancto Jacobo et fratrum ejus, et ex duabus partibus cum duabus viis publicis ; et domos Petri de Sancto Jacobo et fratrum ejus, que confrontantur cum jamdicto casale dicte Cecilie, et ex alia parte cum domibus Guitelmi de Caransone et filiorum quondam Olrici de Caransone, et ex aliis partibus cum viis publicis ; et domos Guitelmi de Caransone et filiorum quondam Olrici de Caransone, que sunt ante domos quondam Aicardi de Arata, et confrontantur ex una parte cum domibus prenominatis Petri de Sancto Jacobo et fratrum ejus, et ex tribus partibus cum tribus viis publicis, scilicet a meridie et ab occidente et a septentrione ; et duas [c]annas et plus per frontem domorum que fuerunt Guillelmi de Arata, que sunt ante domos predictas quas tenent Guitelmus de Caransone et filii quondam Olrici de Caransone, que confrontantur cum domibus predictis quas tenent filii quondam Gandulfi de Stamera ; et domos quas tenet Ugo Benedictus que ex una parte confrontantur cum forneracio quod est ante balnea, et ex alia parte cum via publica. Dicebat enim predicta abbatissa hec omnia que superius sunt petita, esse de dominio monasterii et monialium Sancti Salvatoris, et ad ipsum monasterium et ad moniales ejusdem monasterii pertinere. Et contra Ancelmus Ferus predictus offerebat se liti defendendo possessores predictarum possessionum quia predictas possessiones ab eo tenebant, et ei censum inde prestabant. Qui Ancelmus Ferus peratus negabat possessiones predictas ad jus et ad dominium dicti monasterii et monialium Sancti Salvatoris pertinere. Hec et alia ab utraque parte allegabantur. Tandem visis et auditis utriusque partis rationibus et disputacionibus hinc inde propositis, placuit partibus predictis ut predicti judices delegati predictam controversiam per amicabilem compositionem terminarent, quam compositionem uterque pars et omnia infrascripta firma et in corrupta atque in comota, in perpetuum tenere et custodire et complere et attendere et perficere et nunquam in aliquo vel in aliquibus contravenire per stipulationem ad invicem promiserunt, sub pena quingentarum marcharum argenti a parte parti per stipulationem promissa, si contra infrascriptam formam aliqua partium aliquo tempore venire atemptaret. Ad hec nos Guillelmus de Sancta Maria et Ugo Andreas et Ancelmus filius quondam Guillelmi Ancelmi, mandato predicte abbatisse

conventus monasterii Sancti Salvatoris et specialiter Ugue de [Au]riolo priorise dicti monasterii et Flandine de Rocavaira sacristane et Flandine de Vellaus et Ugue Arelatis et Marte et Stephane et Mabilie de Nemauso et Adalmueis de Gingnaco et Marie Bonafasie et Adalais d’Albis et Adalmueis de Auriolo et Beatricis et Mabilie de Sancto Martino et Douceline de Auriolo constituimus et obligamus nos proprios debitores et principales solutores quisque nostrum insolidum promitentes tibi predicto Ancelmo Fero et tuis pro predicta pena quingentarum marcharum argenti, a nobis tibi et tuis, in pace et sine omni controversia, prestanda si abbatissa vel monasterium vel conventus Sancti Salvatoris contra infrascriptum mandamentum vel contra aliquid de infrascriptis venire presumpserint ; et inde omnia bona nostra mobilia et imobilia corporalia et incorporalia movencia et semovencia habita et habenda tibi et tuis nomine pignoris et ypothece obligamus firmiter et astringimus renunciantes ex certa sciencia judiciis XX dierum et dilationi IIIIor mensium et omni alii dilationi et illi legi que dicit quod proprius et principalis debitor prius conventatur quam intercessor et epistole divi Adriani et nove constitucionis beneficio et omni juri per quod possemus nos tueri vel juvare adversus te vel tuos quod unus sine altero non posset conveniri et omnibus auxiliis legum decretorum et decretalium monasterio et monialibus Sancti Salvatoris competentibus et nobis, ex parte monasterii et monialium Sancti Salvatoris, competentibus. Similiter et nos Augerius de Mari et Karulus de Mari et Durantus de Jherusalem, mandato dicti Ancelmi Feri, constituimus et obligamus nos proprios debitores et principales solutores quisque nostrum insolidum promitentes vobis domine Ermeline dicti monasterii Sancti Salvatoris abbatisse et monialibus prenominatis, pro predicta pena quingentarum marcharum argenti a nobis abbatisse et monialibus monasterii Sancti Salvatoris, in pace et sine omni controversia, prestanda si dictus Ancelmus Ferus vel sui contra infrascriptum mandamentum vel contra aliquid de infrascriptis venire presumpserint et inde omnia bona nostra mobilia et immobilia corporalia et incorporalia movencia et semovencia habita et habenda vobis et monasterio et monialibus ± omnibus Sancti Salvatoris nomine pignoris et ypothece obligamus firmiter et astringimus renunciantes ex certa sciencia induciis XX dierum et dilationi IIIIor mensium et omni alii dilationi et illi legi que dicit quod proprius et principalis debitor prius conveniatur quam intercessor et epistole divi Adriani et nove constitucionis beneficio et omni juri per quod possemus nos tueri vel vivare adversus vos et monasterium et moniales Sancti Salvatoris vel sindicum vel actorem vel procuratorem earum quod unus sine alio non posset conveniri et omnibus auxiliis legum decretorum et decretalium Ancelmo Fero predicto et suis competentibus et nobis ex parte ipsius Ancelmi Feri et suorum competentibus promitentes vobis per stipulationem quod nunquam opponemus abbatisse et monasterio et monialibus Sancti Salvatoris vel sindico vel actori vel procuratori earum nos hanc obligationem fecisse pro persona minoris.

Statuerunt siquidem et mandaverunt predicti judices delegati, de voluntate utriusque partis, hec firmiter in perpetuum in hunc modum observari, videlicet quod predictus Ancelmus Ferus et sui omnes predictas petitas possessiones nunc et in perpetuum habeant et teneant a monasterio et a monialibus Sancti Salvatoris et fideles eisdem semper inde existant.

Statuerunt etiam et mandaverunt jamdicti judices delegati quod pro omnibus supradictis petitis possessionibus serviant Ancelmus Ferus et sui monasterio et monialibus Sancti Salvatoris III solidos et dimidium regalium coronatorum annuatim in vigilia festi Sancti Thome apostoli.

Preterea statuerunt et mandaverunt dicti judices delegati quod si alique vel aliquo de predictis possessionibus venderentur vel aliquam alienationis spem (speciem ?) distraherentur monasterium et moniales Sancti Salvatoris medietatem tretzeni tocius precii percipiat jure dominii et aliam medietatem tretzeni percipiant Ancelmus Ferus et sui suo jure ; pro qua medietate tretzeni serviant Ancelmus Ferus et sui monasterio et monialibus Sancti Salvatoris unum sterlingum argentum (torum ?) annuatim in vigilia festi Sancti Thome apostoli predicti. Verumtamen emptores et venditores predictarum possessionum primo debent venire coram Ancelmo Fero et suis ut ab eisdem recipiant laudimium venditionis vel cujuslibet alterius alienationis. Postmodum vero ipse Ancelmus Ferus et sui, cum emptoribus et venditoribus vel alius nomine ejus vel suorum, debent se representare coram domina abbatissa monasterii Sancti Salvatoris ut ab ea tanque a majori dominia recipiant laudimium et confirmationem venditionem vel aliarum quarumlibet alienationum et ipsa abbatissa teneatur illas venditiones vel alienationes laudare et confirmare.

Item statuerunt et mandaverunt predicti judices delegati quod quicquid Ancelmus Ferus et sui possent adquirere titulo emptoris vel alio quolibet modo a dominis vel a dominabus Massilie in predictis possessionibus vel occasione predictarum possessionum illud haberent et possiderent in perpetuum a monasterio et a monialibus Sancti Salvatoris, sine novo censu et sine laudimio et tretzeno ab abbatissa et a monasterio et a monialibus Sancti Salvatoris tunc requirendis.

Item statuerunt et mandaverunt prenominati judices delegati quod si de predictis possessionibus aliquid sibi in dominicaturam Ancelmus Ferus et sui adquirerent et illud post modum Ancelmus Ferus et sui alienarent monasterium et moniales Sancti Salvatoris debent habere et percipere inde totum tretzenum in integrum.

Item statuerunt et mandaverunt dicti judices delegati quod si aliqua vel alique de dictis possessionibus incidit vel inciderunt usque modo in comissum (-)in antea incideret vel inciderent totum jus comissionis cedat lucro Ancelmi Feri et suorum et eis accrescat, salvo jure et tretzeno et censu supraposito et dominio monasterii et monialium Sancti Salvatoris .

Item statuerunt et mandaverunt predicti judices delegati quod, si controversia vel questio aliqua ipsi Ancelmo Fero vel successoribus suis vel illis qui ab ipso possident vel pro tempore possidebunt in predictis locis predictas possessiones, super omnibus supradictis vel super aliquo omnium supradictorum moveretur, monasterium et moniales Sancti Salvatoris et abbatissa ejusdem monasterii debent prestare ipsi Ancelmo Fero et suis et ipsis qui possidet ab eodem Ancelmo Fero predictas possessiones in prenominatis locis vel pro tempore possidebet consilium et auxilium de jure litigando per se vel per alium expensis tamen ipsius Ancelmi Feri nec tamen monasterium et moniales Sancti Salvatoris teneantur de evictione.

Item statuerunt et mandaverunt dicti judices delegati quod si pro predictis possessionibus patet Ancelmus Feri vel ipse Ancelmus Ferus aliquem censum prestabant vel prestare debeant monasterio et monialibus Sancti Salvatoris ante ( ?) hanc predictam opositionem quod a eodem censum ipse Ancelmus Ferus et sui in perpetuum sint quitii et absolati.

Item statuerunt et mandaverunt prenominati judices delegati quod domina Ermelina abbatissa predicta et omnes moniales prenominate et totus conventus ejusdem monasterii Sancti Salvatoris remitant et desamparent sive derelinquant Ancelmo Fero et suis, omnia jura et omnes actiones et peticiones directas et utiles realeas et personales et mixtas qui monasterio et monialibus Sancti Salvatoris competunt vel competere debent vel competere possunt usque in hodiernum diem, contra ipsum Ancelmum Ferum et suos ; et quod cedant eidem Ancelmo Fero et suis omnia jura et omnes actiones et peticiones directas et utiles reales et personales et mixtas qui ipsi monasterio et monialibus Sancti Salvatoris competunt vel competere debent vel competere possunt, usque in hodiernum, contra omnes possessores et detentatores predictarum possessionum ; et quod inde ipse Ancelmus Ferus et sui possint directo et utiliter agere et experari et proponere actiones directas et utiles realeas et personales et mixtas nomine suo et opponere exceptiones et replicationes et jurare de calumpnia sicut abbatissa et monasterium et moniales Sancti Salvatoris ante hanc cessionem facere poterant et ipsum Ancelmum Ferum et suos tamquam in rem suam procuratorem constituant coram, salvo retento quod in mandamento et mandamentis superius et inferius esse scriptum vel comprehensum.

Item statuerunt et mandaverunt sepedicti judices delegati quod pro hac cessione remissione desamparatione nomine transactionis daret et solveret ipse Ancelmus Ferus, domine predicte E. abbatisse monasterii Sancti Salvatoris et conventui ejusdem monasterii, quingentos solidos regalium coronatorum ; et ita sit pax et finis de predicta controversia inter partes predictas.

Ad hec ego predicta E. monasterii Sancti Salvatoris abbatissa et nos omnes ejusdem monasterii moniales prenominate scilicet : Uga de Auriolo et Flandina de Rocavaira et Flandina de Vellaus et Uga Arelatis et Marta et Stephanias et Mabilia de Nemauso et Adadalmueis de Gingnaco et Maria Bonafasia et Adalais d’Albis et Adalmueis de Auriolo et Beatrix et Mabilia de Sancto Martino et Doucelina de Auriolo confitemur et in veritate recognoscimus nos habuisse et recepisse numeratione continua, a te predicto Ancelmo Fero, predictos D solidos regalium coronatorum in quibus ex certa sciencia renunciamus exceptioni non numerate et tradite nobis integre peccunie ; et inde te et tuos nunc et in perpetuum quitios et absolutos clamamus et pactum de non petendo tibi et tuis facimus. Et predictum mandamentum et predicta mandamenta vel amicabilem compositionem et omnia supradicta singula et huniversa in simul et distributive accepta a nobis bene et plenarie audita et intellecta non errantes, nonchoacte, nondecepte nec in aliquo circumvente videntes apertissime comodum et utilitatem nostram et tocius conventus monasterii Sancti Salvatoris, ex certa sciencia laudamus approbamus et confirmamus ; et firma et incorrupta seu in comota tenere et custodire et nunquam per nos vel per interpositam personam contra venire vel ex predictis ad infringere vel revocare tibi predicto Ancelmo Fero per stipulationem promitimus renunciantes ex certa sciencia scientes de facto prudentes de jure et cum consilio quam plurium virorum sapientum qui erant fideles amici predicti monasterii et tocius conventus ejusdem monasterii induciis XX dierum et dilationi IIIIor mensium et omni alii dilationi et omni juri scripto et non scripto divino et humano legali et canonici civili et pretorio plebicito et senatus consulto ordinario et extraordinario et consuetudinario promulgato et promulgando competenti et competitur et omnibus decretalibus confectis et conficiendis competentibus et competituris per quod vel per quas contra predictum mandamentum vel contra predicta mandamenta vel amicabilem compositionem vel contra ad predictis venire possemus et ut hec omnia supradicta singula et huniversa in sunt et distributive accepta melius compleat et attenditur et perficient ; et firma et in corrupta atque in comota in perpetuum teneantur et custodiantur ab abbatissa et a monasterio et a monialibus Sancti Salvaltoris ad majorem cautelam. Ego E. abbatissa predicta pro me et in anima predictarum monialium, mandamento earum auctoritate predictorum judicum a domino papa in predicta controversia delegatorum, hoc omnia supradicta singula et huniversa in simul et distributive accepta complere et accendere et perficere et firma et in corrupta atque in comota in perpetuum tenere et custodire et nunquam in aliquo predictorum contra venire de bene placito nostro fratri facta dei evangelia corporaliter a me tacta juro. Et ego videlicet Ancelmus Ferus predictus, auctoritate predictorum judicum delagatorum, predictum mandamentum vel predicta mandamenta vel amicabilem compositionem et omnia supradicta singula et huniversa in simul et distributive accepta a me bene et plenarie audita et intellecta non errans nonchoactus non deceptus nec in aliquo circumventus videns apertissime comodum et utilitatem meam cum consilio quam plurimum ( ?) prudentum amicorum meorum ex certa sciencia laudo approbo et confirmo et firma et incorrupta atque incomota inperpetuum tenere et custodire et nunquam per me vel per interposita prefata contra predicta vel aliquid de predictis venire vel infringere seu revocare vobis domine predicte E. abbatisse et predictis monialibus dicti monasterii Sancti Salvatoris per stipulationem promito renuncians ex certa sciencia sciens de face(-) prudens de jure induciis XX dierum et dilationi IIIIor mensium et omni alii dilationi et auxilio seu privilegio minoris etatis et omnibus supradictis singulis et huniversis renuncientoribus a vobis factis si qui mei competunt vel competere poterunt ad veniendum contra predictum mandamentum vel mandamenta vel amicabilem compositionem vel contra predicta vel aliquid de predictis et ad majorem cautelam hoc or(-) supradicta singula et huniversa in simul et distributive accepta complere attendere et perficere et firma et incorrupta atque in comota in perpetuum tenere et custodire et nunquam per me vel per interposita personna contra predicta vel aliquid de predictis venire fr(-) facta dei evangelia corporaliter a me tacta auctoritate predictorum judicum delegatorum juro de bene placito meo. In super nos predicti judices delegati M. et B. auctoritate a domino papa fr(-) predicta controversia nobis prestita anatematifamus et excomunicamus omnem personam et omnes personas contra predictum mandamentum vel contra predicta mandamenta vel contra hanc amicabilem compositionem vel contra predicta vel aliquid de predictis venientes.

Acta fuerunt hec in Massilia in crota monasterii predicti Sancti Salvatoris in qua cause ventilatur. Testes fuerunt ad hoc vocati, rogati et cerciorati : Petrus de Monte Lauro ecclesie Beate Marie sedis Massilie canonicus et operarius, Laugerius Negrelli, Ugo Beroardus, Raimundus Julianus, Raimundus de Podio Bono, ejusdem jamdicte sedis canonici, Poncius de Jonqueriis, Rostagnus Laurencius, Petrus Bernardus sacerdos dicti domini archiepiscopi, Ugo de Podio causidicus, Ugo de Miramars, Batsacys, Elyas de Nazare, Guillelmus Rostangnus, Guido Dalmacius, Guichardus de Moirenc, Guillelmus Iterius, Guillemus de Sparra, Arnaudus de Podio, Raimundus de Rocafort, Guillelmus Medicus, Stephanus Niger juvenis, Rotlandus Bonpar, Rotlandus de Mari, Ugo Marselles, Jacobus Gandulfi, Johannes Alifalca, Poncius de Villamare, (-) Aldeberti, Marquesius de Jherusalem, Guillelmus Marcho, Giraudus Nizes, Rotlandus Audoardus. Et ego, Guillelmus Martinus publicus notarius Massilie interfui et mandamento predictorum judicum delegatorum et predictarum partium hanc cartam per alphabetum divisam scripsi et signo meo signavi. [signum]

Haut de page

Notes

* Ce texte a bénéficié d’une relecture attentive de Thierry Pécout, Eliana Magnani-Soarès, Michel Lauwers et Cécile Caby ; qu’ils en soient remerciés.

1 À notre connaissance, le seul document du XIIIe siècle concernant les biens du monastère à l’intérieur de la ville est le registre de l’office de la sacristie (AD13 1 H 962/2) dont le premier acte transcrit conservé (il manque les deux premiers folios) est de 1237.

2 Deux registres sont à prendre en compte, le premier de 1265, en provençal, simple état des cens relevant du comte, hérités pour la plupart de la commune marseillaise ; le second correspond à l’enquête conduite par Charles II d’Anjou en 1297-1298 à travers tout le comté. Ces deux registres seront publiés par Juliette Sibon et nous-mêmes dans la collection de l’Enquête de 1331-1334 conduite par Leopardo da Foligno sur l’ordre de Robert Ier (le registre pour Marseille de cette enquête n’existe pas), dont l’édition est dirigée par Thierry Pécout.

3 Voir en particulier André 1863.

4 Bouiron 2009b, et plus spécialement p. 56 et 65-75. Nous avons traduit à la suite le premier folio du cahier. Il faut noter ici quelques correctifs : pour de nombreux actes, per solvendus ; n°2 : precio C VIII librarum ; n°4 : Auzbergerii ; n°7 : qui est III solidorum, supprimer dicte (venditionis) ; n°9 : indus (sic), Richeude ; n°10 : Monaco ; n°12 : Bodorressa ; n°13 et 17 : supprimer coronatum ; n°14 : Sanccie ; n°18 : Fidas, fecerat, prodicta remissione ; n°21 : predicto monasterio ; n°22 : Rispaude ; n° 23 : rajouter (annuatim) dicto monasterio ; n°25 : et salvo censu qui est duorum solidorum et VI denariorum, supprimer et domina abbatissa habuit inde tretzenum ; n°27 : Ciestre ? ; n°28 : Loquaderii, et habuit ; n°30, en marge Gomberta, quas habet, Blancheti ; n°31 : placer habuit inde tretzenum avant salvo jure ; n°32 : Auzuerre, Mainerii Boterii ; n°34, Pairollerii, Pairollerio ; n°36, Estamira ; n°37 : laudavit et concessit, a duabus partibus ; n°38 : kalendis, Novelli ; n°39 : Bergundio, Lombardo et Indie, coronatum francharum a tretzeno ; n°41 : cum duabus viis ; n°42 : Bergundio, Bergundionis ; n°64 : Rodgerii de Olivolis ; n° 67 : Bonifacii Pondeatoris pretio ; n°70 : Victimilio ? ; n°76 : Bochardi ; n°80 : Riqueude ; n°83, lire indictione X, quinto kalendas februarii ; n°91 : Sutoris.

5 Au sud-est, fouille de la place Général-de-Gaulle (hôpital du Saint-Sépulcre et bourg Sainte-Catherine) : Bouiron 2001a. À l’est, fouille de l’Alcazar (bourg de Morier et de Roubaud) : Bouiron et al. 2011, p. 337-426. Au nord-est, fouille du Parc Sainte-Barbe (bourg des Olliers) : Marchesi - Thiriot - Vallauri 1997.

6 L’étude de trois fouilles archéologiques d’importance (place Villeneuve-Bargemon, tunnel de la Major, Alcazar) a fait l’objet d’un travail collectif de plusieurs années, dont le premier tome paru est Bouiron et al. 2011.

7 Sur cet édifice, servant de délimitation topographique entre une place supérieure et une place inférieure du forum romain, voir Tréziny 2001. Ce monument est le seul autour du forum à avoir survécu à l’Antiquité tardive sans être démantelé ; nous avons proposé d’y localiser le cellarium fisci connu par les textes mérovingiens : Bouiron 2009a°, p. 27.

8 Cf. Magnani Soarès-Christen 1999, p. 401-402.

9 L’abbaye est réunie à la cathédrale en 1458. Une bulle du pape Clément VIII la supprime en 1592 mais un décret du Parlement la rétablit en 1596. Elle est érigée en abbaye royale par Louis XIV en 1678.

10 À l’occasion de la mise au point générale sur la connaissance de l’évolution topographique de Marseille et ses édifices majeurs intervenue lors du colloque du 26e Centenaire de la ville : Bouiron 2001b (et plus particulièrement p. 265-266 pour le monastère Saint-Sauveur). Ainsi, l’histoire de l’église de Marseille rédigée par Mgr de Belsunce indique que le monastère primitif (sous-entendu antérieur au XIe siècle) « fut d’abord placé dans le même endroit où il est encore aujourd’hui sous le titre de St. Sauveur » (Belsunce 1747, t. I, p. 411). Pour lui, s’il est clair que les moniales possèdent l’église des Accoules et des bâtiments adjacents, ce n’est que de façon provisoire en attendant une reconstruction de leur couvent d’origine. Voir Verne 1891, p. 85 sq pour le détail de la localisation du monastère chez les auteurs antérieurs au XXe siècle. Dans la suite du texte, nous faisons référence au cartulaire de Saint-Victor (CSV = Guérard 1857), aux actes des vicomtes de Marseille (AVM = Gérin-Ricard - Isnard, 1926), à la Gallia Christiana novissima (GCNN Marseille = Albanès - Chevalier, 1899), à l’histoire de l’Église marseillaise par l’évêque Belsunce (Belsunce 1747-1751) et à celle de Marseille par Ruffi (1696).

11 Le terme de « restaurer » a été mis en relation avec le rappel systématique d’une fondation cassianite que l’on trouve dans les actes de Saint-Victor (cf. Mazel 2002, p. 97-98). Pour Michel Lauwers, on constate une (ré)apparition de Cassien (du coup sanctifié : « saint Cassien ») dans des titulatures de lieux de culte dépendant de Saint-Victor dans les années 1030-1040, et une véritable (et récurrente) référence à Cassien comme fondateur de Saint-Victor (ainsi que d’une communauté féminine) à partir de 1060. En d’autres termes, on ne peut voir avec certitude ici, en 1030, dans la notion de restauration, une référence à l’antique monastère de femmes fondé par Cassien au Ve siècle.

12 Michel Lauwers voit dans le terme un peu ambigu de infra muros la traduction de « à l’intérieur des murs », mais aussi sans doute « sous, au pied des murs », ce qui se vérifie parfaitement, dans le cadre d’une ville encore marquée par les murs altomédiévaux délimitant les villes épiscopale et comtale. Le nouveau monastère est en effet à la fois à l’intérieur de l’espace urbain primitif et en dehors des deux enceintes réduites.

13 Cf. Bouiron 2011, p. 183-206. La proposition n’est pas nouvelle mais nous apportons une relecture de découvertes archéologiques. Pour les arguments antérieurs, voir en particulier Verne 1891, p. 198-209.

14 Le chanoine Signoret apparaît dans plusieurs actes du cartulaire de Notre-Dame des Doms édité par Eugène Duprat (n° XLVII, LXVI et LXVII), où il est le représentant de la communauté des chanoines, ainsi que dans une donation, par le comte de Provence Bertrand au monastère de Montmajour, de l’église Saint-Aloan dans le comté d’Avignon datée par J.-P. Poly des environs de 1040 (Actes des Comtes de Provence dact. n° 122). Il existe peut-être un lien familial si l’on accepte, avec les auteurs des actes des vicomtes de Marseille et Manteyer (1908, p. 339) le mariage d’une sœur du vicomte Guillaume II, Bellilde, avec le juge d’Avignon Adalelme qui est mentionné jusqu’en 1005. Les serments passés au chanoine Signoret (actes du cartulaire cités ci-dessus) le disent fils d’Adeltrude, qui semble être plutôt un prénom féminin et serait alors celui de sa mère. Une filiation entre Adeltrude et Adalelme/Bellilde pourrait expliquer la notoriété de celle-ci, fille d’un des plus hauts personnages d’Avignon et sœur du vicomte d’Avignon Bérenger. Le chanoine Signoret serait alors un petit-neveu du vicomte Guillaume II.

15 Deodatus (ou Theodatus/Teodatus) apparaît dans de nombreux actes du cartulaire de Saint-Victor en tant qu’évêque de Toulon (entre 1030 et 1048). Il est également chanoine de Marseille (CSV n° 61, daté de 1044) ; s’agit-il du presbyter des deux actes de 1014 (CSV n° 110 et 111) et du chanoine présent à l’élection de Guifred en 1005 (CSV n° 1054) ? Quoi qu’il en soit, il est proche des vicomtes et fait probablement partie de leur famille, ce qui renforce le lien entre évêché et vicomté à la fois à Marseille et à Toulon, dans l’orbite directe des possessions des vicomtes de Marseille (cf. Mazel 2002, p. 76).

16 Sur les vicomtes de Marseille, voir les travaux de Florian Mazel, en particulier Mazel 2009.

17 Sur la place de Saint-Victor, voir en dernier lieu Mazel - Lauwers 2009, p. 129-133.

18 Voir Amargier 1969.

19 Le texte est donné par Ruffi (1696, t. I, p. 484), d’après un original aujourd’hui disparu. Il dit l’avoir trouvé dans les archives de Saint-Victor, ce qui est problématique car l’inventaire de 1569 ne le mentionne pas. En voici sa transcription : Vt plena careat cognitione quod a Dei fidelibus geritur, scribimus donationem quam feci Deodatus Tolonensis Episcopus, donans Monacharum Monasterio, quod in honorem Dei genitricis Mariae infra muros Massiliae situm est, Ecclesiam S. Mariae in territorio de Solario, in bello loco cum omni Ecclesiastica possessione quae ad praedictam pertinent Ecclesiam, hujus rei testes fuerunt, Bandolicus praeceptor, Joannes Aula, Stephanus Aribertus ; praedictam autem donationem fecit Dominus Deodatus Consilio & praecibus D. Willelmi Grossi Vicecomitis Massiliae qui de sua proprietate ibidem praedicte Ecclesiae donavit undique secus hortos Ferraginesque duorum stadiorum spacium. Facta est praescripta donatio Anno ab incarnatione Domini 1031.

20 Sur cette filiation difficile à prouver, voir Vajay 1962.

21 Voir l’annexe 1, texte 1. Le texte a subi une interpolation (cenobio Sancti Salvatoris Massilie) au moment de sa réécriture (au XIIIe siècle ?) que prouvent les premières lignes du document conservé. Cf. à l’inverse Magnani Soarès-Christen 1999, p. 402.

22 Magnani Soarès-Christen 1999, p. 403.

23 L’édition et l’analyse du texte a été faite par Mazel 2009, p. 148-150.

24 Il semble bien que l’on doive lire predictum et non predictam ; peut-être la lacune comprenait-elle le terme de cenobium ou monasterium.

25 Traduction de Florian Mazel et Armelle Le Huërou dans Mazel 2009, p. 149. L’indication du lieu originel « totalement détruit de fond en comble » semble devoir être déconnectée de l’installation de la communauté elle-même. Peut-être témoigne-t-elle de la présence ancienne de bâtiments (d’une église ?) antérieure à 1030.

26 AD13 1 H 1117, fol. 37.

27 Texte et traduction dans Bouiron 2009b, p. 54-55. Ce texte est considéré par André Villard et Edouard Baratier comme une copie du XIIe siècle voire un faux (Playoust 1998, p. 89 n° 310). Pour notre part, nous ne nous prononcerons pas sur la date exacte de la copie de notre exemplaire ; en revanche, rien n’indique une forgerie.

28 Cf. Magnani Soarès-Christen 1999, p. 403.

29 Belmon 1994, 152, 1, p. 41 n° 24 : El Masel dedit Eustorgia, filia Austorgi, mas I sancto Salvatori Kiriacensis post obitum suum et fuit monacha Maxilia et p. 42 n° 27 : In Bertrandesco mas I d’alod quem dedit Eustorgia supradicta. Sur la famille de Peyre, voir Belmon 1992.

30 Pour la famille de Millau, voir Belmon 2008, p. 189-202.

31 Sur tout ceci, qui reste bien évidemment très flou pour nous par manque de textes, voir Bouiron 2009b, p. 47-48.

32 Notons que l’on connaît un Raymond, neveu de Bernard et Richard, fils de Bérenger et d’Adèle de Carlat, mentionné seulement en 1061-1070 dans les actes de Millau : Belmon 2008, p. 202. S’agit-il de notre évêque ? Le prénom étant relativement fréquent, il n’a pas été possible jusqu’à présent de donner une filiation à Raimond de Vita Eterna (dont le surnom a probablement été donné à titre posthume).

33 Le texte nous en a été conservé seulement par Belsunce 1747, t. I, p. 445-447.

34 Le texte en est publié par Belsunce (t. I, p. 468-471).

35 GCNN Marseille n° 161 (13 mars 1163).

36 GCNN Marseille n° 164 (17 avril 1164), édité d’après le texte des MGH et traduit par Pécout 2009a, p. 172-175.

37 GCNN Marseille n° 1104 (23 janvier et 1er février 1179). Il subsiste ensuite les infrastructures du couvent auprès de l’église des Accoules, comme en témoigne la maison inventoriée dans les biens de Stephaneti Civate le 16 mars 1278, sous la directe du monastère Saint-Sauveur, et qui confronte cum quodam viridario claustre beate Marie de Acuis (Blancard 1884-1885, II, p. 411) qui ne se justifie pas pour une simple église paroissiale.

38 Mgr Belsunce (1747, t. II, p. 60-61) place entre les deux une abbesse Marie, sur la base d’une mauvaise lecture de l’acte de 1188 (annexe 1, texte n° 3).

39 Les blocs ont été conservés, cf. Ramière de Fortanier 1975, p. 295-304.

40 Ce notaire est connu par d’autres actes, en particulier ceux de la famille de Manduel, publiés par Louis Blancard. Le premier acte où il apparaît, déjà en tant que « publicus notarius Massilie » (n° 3), date du 22 mars 1210. Le dernier est du 19 août 1243 (n° 96). En cela, il appartient à la génération précédant Giraud Amalric. Les autres actes le concernant passés par la commune s’inscrivent dans cette fourchette chronologique : du 7 novembre 1212 (Bourrilly 1925, PJ n° XI) au 26 juin 1243 (Bourrilly 1925, PJ n° XXXVI).

41 Les actes présentent des variantes. Les n° 14 et 73 ont laudavit et confirmavit et instrumentum dicte laudationis et confirmationis à la fin indiquant probablement un renouvellement d’investiture ; le n° 54 a laudavit et concessit et instrumentum dicte laudationis à la fin.

42 Bourrilly 1925, p. 70-73 ; Pécout 2009b, p. 188.

43 GCNN Marseille n° 224 (14 janvier 1223).

44 GCNN Marseille n° 220 (23 janvier 1219) et 226 (février 1223).

45 GCNN Marseille n° 223 et 229.

46 L’ensemble est acquis en deux fois par Gaufridus Mainerii et sa femme Huga de Pierre Lianson (les ¾) et de Jean Lianson (¼), certainement frères, fils et héritiers de feu Pierre Lianson. Le cens indiqué de 7 deniers semble s’appliquer à l’ensemble de la maison.

47 C’est la dénomination consacrée dans les textes d’archives marseillais d’époque moderne.

48 Voir Bouiron - Rigaud 2011, p. 250.

49 Nous n’avons les dimensions que de deux côtés, mais on peut supposer que le calcul du cens n’impliquait pas un arpentage très élaboré.

50 Le site de Marseille comprend trois buttes alignées quasiment d’ouest en est : la butte Saint-Laurent, la butte des Moulins (avec une deuxième petite hauteur la butte de la Roquette) et la butte des Carmes. Les possessions de Saint-Sauveur sont localisées au sud de la butte des Moulins. Sur la topographique naturelle de Marseille, voir Bouiron - Gantès 2001, p. 23-34.

51 Pour les données archéologiques, voir Paone - Thernot 2011. Pour les données d’archives médiévales, Bouiron - Rigaud 2011.

52 Personnage majeur de l’histoire de Marseille, il est le premier acteur de l’émergence de la commune marseillaise. Ainsi, son dernier acte connu, le 2 avril 1213, concerne le rachat du quart des lesdes que possédait le vicomte Raymond de Baux (Bourrilly 1925, PJ n° XIV). Il fait son testament le 22 février 1213 (CSV n° 1005), après avoir doté l’église qu’il a fondé sur la rive sud, Sainte-Marie de Paradis (CSV n° 1003 et 1004).

53 Bouiron 2001a, p. 243 ; voir également l’arbre généalogique de la famille Anselme en planche hors texte.

54 L’acte n° 36 concerne la vente par Guillaume Gandolf, fils de feu Gandolf d’Estamira, à Guillaume Auriol d’une maison incluse peut-être au nord de cet îlot puisqu’elle confronte d’un côté les maisons d’Obert Toxici et de Pierre Auriol, de l’autre les maisons d’Assaud de Agrillano et de Jean Gandolf, d’un troisième côté la maison d’Huga, mère de Guillaume Gandolf et enfin la voie publique. La valeur du cens, 18 deniers, pourrait correspondre à une surface d’environ 84 m2.

55 Sur le palais communal, voir Bouiron 2001b, p. 257-258.

56 Publié par Portal 1907, PJ n° XXIV.

57 En plus des références données ci-dessus, note 46, voir Paone 2011.

58 Portal 1907, PJ n° IV (janvier 1189).

59 Voir Février 1983, p. 326.

60 Le comte Alphonse-Jourdain fonde entre 1120 et 1140 une Salvetat de Toulouse dans et hors la ville ; fondation de Montauban sous cette forme en 1144 par le même comte … cf. Mousnier 1997, p. 95-98.

61 Sur l’évolution urbaine de Nice et le développement des Condamines, voir Bouiron 2008 et Venturini 1984.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Plan de Marseille vers 1050 (M. Bouiron).
Titre Fig. 2 - Arbre généalogique simplifié autour du vicomte Guillaume II le Gros (M. Bouiron ; en gras les personnages en rapport avec le monastère).
Titre Fig. 3 - Plan de Marseille vers 1180 (M. Bouiron).
Titre Fig. 4 - Nombre d’actes en cumul mensuel.
Titre Fig. 5 - Nombre d’actes et valeur du trézain perçu par année.
Titre Fig. 6 - Les différents vendeurs.
Titre Fig. 7 - Les différents acheteurs.
Titre Fig. 8 - Répartition de la valeur d’achat des biens.
Titre Fig. 9 - Répartition des cens.
Titre Fig. 10 - Relation entre le prix de vente et la valeur du cens.
Titre Fig. 11 - Cumul mensuel des valeurs de trézain et de cens, avec rappel du nombre d’actes.
Titre Fig. 12 - Plan des îlots dépendant de Saint-Sauveur (restitution fin du XVe siècle), entre l’ancienne ville comtale (à l’est) et l’ancienne ville épiscopale (à l’ouest) avec indication des deux zones analysées. En pointillés, la délimitation des villes en 1220 (M. Bouiron).
Titre Fig. 13 - Plan des vestiges et des îlots médiévaux (XIIe-XVe siècles) autour de la place Bargemon sur fond cadastral de 1820 et numérotation des îlots médiévaux (DAO M. Bouiron, F. Guériel/INRAP).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bouiron, « Le lotissement de l’abbaye Saint-Sauveur de Marseille », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 30 septembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://mefrm.revues.org/140 ; DOI : 10.4000/mefrm.140

Haut de page

Auteur

Marc Bouiron

Directeur du Service archéologie de la Ville de Nice, chercheur associé au Cépam (UMR 7264) - marc.bouiron[at]ville-nice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org