Navigation – Plan du site
Cultures marchandes

Présentation de l’Atelier doctoral 2011 « Cultures marchandes (Moyen Âge / Époque moderne) »

Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau

Texte intégral

  • 1 Nos remerciements vont à Michel Gras, alors directeur, et à Marilyn Nicoud, alors directrice des ét (...)
  • 2 Avec le soutien de l’École doctorale de Lyon (483 ScSo).
  • 3 En collaboration avec la Scuola di dottorato in studi storici dell’Università di Torino Indirizzo m (...)
  • 4 En collaboration avec la Scuola di dottorato in studi storici dell’Università di Torino Indirizzo m (...)

1Les « Cultures marchandes (Moyen Âge / époque moderne) » étaient au programme de l’atelier pour jeunes chercheurs co-organisé par l’École française de Rome, le CIHAM – UMR 5648 de Lyon et l’Université d’Erfurt1. Après « La circulation des biens au Moyen Âge. Entre histoire de l’économie et histoire des idées » (Lyon, 27-29 octobre 2008)»2, « Storia e archivi : percorsi di ricerca in storia medievale (secoli XII-XV) » (Bologne, 14-18 septembre 2009)3 et « Autour du Prince, XIVe-XVIe s. » (Turin, 25-29 octobre 2010)4, ce dernier atelier d’un cycle de quatre permettait d’approfondir des pistes déjà ouvertes lors des précédentes rencontres (les réseaux marchands, les comptabilités, l’autorité publique et l’organisation des échanges) tout en focalisant l’attention sur les acteurs du commerce au Moyen Âge et à l’époque moderne. Tenue à Rome du 24 au 28 octobre 2011 – et sans préméditation aucune – dans un contexte de crise des marchés financiers et de débats publics sur les institutions censées les réguler, cette manifestation scientifique proposait non pas d’analyser les mécanismes constitutifs du jeu de l’offre et la demande mais de les comprendre comme des configurations sociales et culturelles complexes, construites par les discours et l’interaction des acteurs. Les « cultures marchandes » du Moyen Âge et de l’époque moderne peuvent en effet beaucoup nous apprendre sur son fonctionnement et sur ses changements.

2La périodisation (du XIIe au XVIIIe siècle) et les thématiques de cet atelier doctoral étaient volontairement très ouvertes, pour mieux saisir l’évolution du marchand et de sa formation, les pratiques commerciales à diverses échelles (ville, région, monde), les façons de commercer (comptabilités, correspondances, voyages), les aspects financiers (crédit, confiance, paiement) et l’insertion des activités marchandes dans les divers contextes politiques, juridiques et religieux. Quatre sections ont structuré cet atelier, chacune d’elles étant confiée à un ou deux conférenciers: gestion du temps et de l’espace, mémoires marchandes, culture juridique et pratiques de négociation, comportements religieux et politiques des marchands. Comme lors des précédents ateliers, un appel à candidatures a suscité de nombreuses propositions de communications parmi lesquelles douze furent sélectionnées. Provenant d’Italie, de France, d’Allemagne, d’Espagne, des États-Unis et de la Hongrie, ces jeunes chercheurs et chercheuses étaient invités à fournir leur communication écrite dix semaines avant l’événement, afin que celle-ci soit lue et commentée en séance par un-e autre doctorant-e et par l’un des conférenciers.

3Les conférences ont été données par Nicole Bériou (IRHT, Paris), Andrea Bonoldi (Università di Trento), Luciano Palermo (LUISS « Guido Carli »), Dominique Valérian (Université Lyon 2, CIHAM), Andrea Zorzi (Università di Firenze) et par nous-mêmes. Christof Jeggle et Heinrich Lang, post-doctorants de l’Université de Bamberg, ont également enrichi les discussions par leurs interventions et commentaires. À l’issue de l’atelier doctoral, les communications jugées les plus abouties, aussi bien par les organisateurs que par le comité scientifique des Mélanges, ont été proposées à la publication. On pourra ainsi lire, dans les MEFRM, le texte de Jérémie Rabiot sur la culture théologique de Giovanni Villani et celui de Katalin Prajda sur les compagnies florentines établies à Buda au début du XVe siècle. Dans les MEFRIM paraissent quatre contributions rédigées par Agnès Pallini-Martin (la compagnie des Salviati de Lyon vers 1500), Heinrich Lang (les réseaux des Salviati de Florence et des Welser d’Augsbourg au XVIe siècle), Stephan Sander-Faes (cultures marchandes à Zadar vers 1550) et David Do Paço (les marchands ottomans à Vienne au XVIIIe siècle). Nous remercions tous les jeunes chercheurs de leur active participation à cette semaine où nous fûmes les hôtes, Place Navone, de l’École française et qui s’acheva par une belle visite de l’Archivio storico della Camera dei deputati sous la conduite de Paolo Evangelisti. À Catherine Virlouvet, directrice de l’École, et à Stéphane Gioanni, directeur des études médiévales, nous sommes redevables de leur accueil et de leur constant soutien.

Haut de page

Notes

1 Nos remerciements vont à Michel Gras, alors directeur, et à Marilyn Nicoud, alors directrice des études pour le Moyen Âge, qui inscrivirent, en 2007, cette série de quatre ateliers co-organisée avec le CIHAM – UMR 5648 parmi les programmes de l’École de 2008 à 2011.

2 Avec le soutien de l’École doctorale de Lyon (483 ScSo).

3 En collaboration avec la Scuola di dottorato in studi storici dell’Università di Torino Indirizzo medievale et de l’Archivio di Stato di Bologna, et avec le soutien de l’École doctorale de Lyon (483 ScSo) et du Dottorato in Storia medievale dell’Università di Bologna.

4 En collaboration avec la Scuola di dottorato in studi storici dell’Università di Torino Indirizzo medievale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Gaulin et Susanne Rau, « Présentation de l’Atelier doctoral 2011 « Cultures marchandes (Moyen Âge / Époque moderne) » », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1216 ; DOI : 10.4000/mefrm.1216

Haut de page

Auteurs

Jean-Louis Gaulin

Université Lyon 2, CIHAM - UMR 5648, jean-louis.gaulin@univ-lyon2.fr

Susanne Rau

Université d’Erfurt, susanne.rau@uni-erfurt.de

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org