Navigation – Plan du site
Varia

Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une histoire de la rhétorique humaniste comme pratique sociale

Clémence Revest

Résumés

La présente contribution s’intéresse à l’élaboration et à la diffusion du cicéronianisme dans l’Italie de la première moitié du XVe siècle, entendu non sous ses aspects doctrinaux mais en tant que pratique d’écriture caractéristique, matérialisée à travers les très nombreuses orationes humanistes conservées. L’étude empirique de l’émergence d’un art oratoire dit « classicisant » constitue un espace d’enquête remarquablement significatif pour analyser l’expansion du modèle culturel des studia humanitatis, en tant qu’il fut à la fois un outil de distinction sociale banalisé et un vecteur de pénétration idéologique et institutionnelle. Trois perspectives principales de recherche sont proposées : d’abord, la constitution et la circulation d’un répertoire commun à travers la multitude des compilations manuscrites généralement désignées comme des « mélanges humanistes », qui normalisèrent la pratique par la pratique ; ensuite, la formalisation concrète d’une matrice oratoire « à la manière de Cicéron » dont on peut dégager la physionomie d’ensemble (effets stylistiques et procédés argumentatifs) tout en mesurant l’écart créé vis-à-vis des traditions alors dominantes de la rhétorique latine ; enfin, les dynamiques d’infiltration de cette pratique dans diverses sphères d’exercice de la parole publique (telles que la prédication, l’épistolographie diplomatique ou la ritualité universitaire) par le biais d’acclimatations formelles plus ou moins abouties et de constructions topiques productrices de « lieux communs » entre institutions socio-politiques et culture humaniste. Deux manuscrits sont inventoriés en annexe : le manuscrit de Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XI. 101 (3939) et le manuscrit de la Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 3021.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un premier panorama des genres littéraires pratiqués par les humanistes, cf. Sabbadini 1922 et (...)
  • 2 Witt 2000, p. 392-393. Voir également Witt 2002b, p. 54-55.
  • 3 Sur la place de la rhétorique cicéronienne dans la genèse de l’humanisme et les grandes séquences d (...)
  • 4 Parmi les travaux consacrés aux pratiques rhétoriques humanistes au XVe siècle, nous retenons tout (...)

1Oraisons funèbres, éloges du prince, exhortations à une assemblée, actions de grâce, panégyriques d’un saint, célébrations nuptiales, invectives ou encore leçons inaugurales à l’université : l’éventail des discours humanistes dans la première moitié du XVe siècle est d’une remarquable et abondante variété. De même que la correspondance familière, le dialogue, le carmen bucolique ou la préface à une traduction gréco-latine, l’oratio constitue une pratique d’écriture considérée comme emblématique de la production textuelle issue des studia humanitatis1. Plus précisément, l’essor de cette rhétorique dite « classicisante » correspond – Ronald Witt l’a fort justement souligné dans un ouvrage qui fait désormais autorité – à un tournant majeur dans l’histoire des origines de l’humanisme, amorcé autour de 1400 avec la génération de Leonardo Bruni2. Ainsi, malgré son apparente hétérogénéité, le vaste ensemble documentaire que constitue la multitude des orationes conservées matérialise un même phénomène de diffusion d’un art oratoire conçu par ses protagonistes comme la réactivation de l’éloquence antique, tout particulièrement de la figure et de l’œuvre de Cicéron, une réactivation idéalisée que l’historiographie moderne appelle généralement du nom de « premier cicéronianisme »3. Il en est en quelque sorte le nuancier en actes, la substance concrète saisie dans le moment historique qui l’a vu naître, par l’effet de milieux et de temps sociaux significatifs, variables dans leur chronologie et leur géographie. Force est cependant de constater qu’un tel corpus demeure largement inexploré (la masse inédite est notamment considérable), et avec lui la pratique rhétorique propre à l’humanisme, au sens de l’italien oratoria ou de l’anglais oratory4.

  • 5 Pour une vue d’ensemble concernant le renouveau de l’histoire de la rhétorique, cf. Holstein 2002 e (...)
  • 6 Voir notamment Murphy 1974 et 1983, Monfasani 1976 et 1988, Mouchel 1990, Fumaroli 1994, Cox 2003, (...)
  • 7 On consultera en priorité Baron 1966, Seigel 1966, Hankins 1995, Hankins 2000, Gilli 2004a et Skinn (...)

2En effet, si l’histoire de l’éloquence entre Moyen Âge et Renaissance s’est emparée avec bonheur dès les années soixante-dix de la revalorisation heuristique qu’a connu l’étude de la rhétorique, c’est dans ce secteur l’exploration des aspects théoriques qui a jusqu’à présent prévalu5. Le cicéronianisme demeure plus que tout, au vu de l’historiographie, une affaire de doctrines et de préceptes exposés dans des manuels ou lors de controverses, de commentaires d’auteurs anciens, de représentations idéales du pouvoir de l’orateur, de dogmes éthiques ou stylistiques censés régir de facto l’activité oratoire et définir par là même intégralement la nature de la rhétorique issue de la « redécouverte de l’Antiquité »6. À cela s’ajoute que, du côté des spécialistes de l’histoire sociopolitique de l’humanisme, les intarissables débats provoqués par les thèses de Hans Baron autour de l’« humanisme civique » florentin ont eu tendance à focaliser l’attention sur un aspect très partiel de cette production oratoire, dans son rapport déterminé à l’évolution d’une idéologie urbaine spécifique7. Or dans un cas comme dans l’autre, il convient de souligner que la pratique rhétorique, si elle a assurément partie liée aussi bien avec l’idéal du bien dire qu’avec la propagande politique, ne se résume pas pour autant à en être la traduction immédiate ou le faire-valoir.

  • 8 « Dalle numerosissime orazioni umanistiche la storia ha ben poco da guadagnare : le vuote generalit (...)
  • 9 L’adhérance originelle entre humanisme et élites sociales a particulièrement été soulignée par Laur (...)
  • 10 On trouvera une mise au point succincte et fort utile dans Gualdo Rosa 2000. Voir les remarques de (...)
  • 11 Nous songeons ici aux belles analyses d’Étienne Anheim autour de l’usage de l’invective chez Pétrar (...)
  • 12 La notion de « registre discursif » est désormais largement utilisée par la sociologie des langues (...)

3Le risque est grand, dans une telle perspective, d’isoler l’extraordinaire profusion textuelle qu’englobe le cicéronianisme naissant dans une tour d’ivoire peuplée de quelques noms illustres et confinée à une liste d’impérieux principes correspondant à la représentation sublimée d’un tel modèle. Un risque d’autant plus prégnant qu’il ne s’agit pas ici de se livrer à une pure histoire des formes d’écritures, décrivant l’évolution d’un style déclamatoire que l’on aurait par ailleurs trop hâtivement réduit à cette dénomination commode de « classicisant », voire à son caractère ampoulé et flagorneur – les parole, parole, parole évoquées avec mépris par Remigio Sabbadini il y a près d’un siècle8. Car le problème de la naissance du cicéronianisme a trait, dans sa dimension pratique, à la question même de l’affirmation de l’humanisme comme paradigme culturel primordial de la civilisation de la Renaissance. Il y a là, nous semble-t-il, un fonds documentaire extrêmement significatif pour qui cherche à comprendre comment ce courant d’érudition est parvenu sur le devant de la scène culturelle italienne puis européenne, comment il a pénétré les milieux de pouvoir et les sphères institutionnelles, comment il s’est imposé en tant qu’apanage sine qua non des élites9. Au-delà de considérations anachroniques relatives au bien-fondé des louanges ou au meilleur emploi de la langue latine, on peut y voir en effet à la fois le symptôme et l’instrument d’un processus d’uniformisation et d’expansion dépassant les seules coteries formées autour des héros fondateurs, c’est-à-dire la mutation de l’humanisme, entre 1380 et 1450 environ, en un mouvement culturel homogène, diffus et doté d’un puissant prestige social10. En d’autres termes, la possibilité nous est donnée de comprendre, par un tel biais, comment l’humanisme est devenu académique à travers un art de la parole qui fut sa marque de fabrique en même temps que son signe de ralliement11 ; qui compta bien plus de praticiens inégalement virtuoses que de concepteurs ; qui s’arrima, enfin, au politique en s’appropriant les cadres imposés de sa représentation, pour mieux s’y rendre indispensable. C’est précisément cette triple dynamique de banalisation, d’implantation et de sophistication qui permet d’étudier l’émergence d’une mode oratoire dominante, et qui éclaire, en somme, ses réels enjeux historiques en tant que registre discursif structurel12.

  • 13 Pour un premier bilan, cf. Hankins 2005, p. 82-88. Voir par exemple Black 2001 et Frenz 2005.
  • 14 Paul Oskar Kristeller a ainsi souligné que « the most characteristic and most pervasive aspect of t (...)

4Les questions liées au développement diachronique de l’humanisme, aux voies de diffusion des studia humanitatis dans l’espace et dans le temps ainsi qu’à la plasticité de leurs usages politico-institutionnels ont fait l’objet depuis quelques années de nouvelles et fécondes analyses, notamment du point de vue des pratiques pédagogiques, historiographiques ou encore paléographiques caractéristiques de la genèse de ce mouvement13. Nous voudrions souligner ici combien l’étude de l’élaboration et de la propagation des formes oratoires humanistes à partir du début du XVe siècle, un champ de recherches encore largement en friche, peut enrichir cette veine critique, en ouvrant en particulier une intéressante perspective relative à la puissante capillarité sociale de l’humanisme. Plus encore que constater son extraordinaire succès d’audience en l’espace de quelques décennies, il s’agit d’en cerner les mécanismes et d’en comprendre les motivations contemporaines ; c’est-à-dire d’en éclairer les raisons d’être à l’échelle des hommes qui, à la fin du Moyen Âge, furent les auteurs ou les destinataires d’une rhétorique d’un autre genre. Car si l’on se penche sur l’épineux problème des causes de l’expansion triomphante de l’humanisme, en écartant à la fois la tentation du déterminisme fondé sur un jugement de valeur hérité de l’humanisme lui-même (à savoir que le classicisme serait un état de perfection existant par soi et nécessairement destiné à s’imposer au monde) et celle du cynisme critique (autrement dit démontrer que l’idéal professé par ses chantres ne correspondait pas à la réalité d’un humanisme pratiqué au quotidien), il nous incombe d’en expliquer les vertus d’incarnation et de dispersion, ainsi que ses intérêts et ses enjeux tels qu’ils étaient perçus par ses propres acteurs. Ce qui revient, en somme, à interroger le caractère ductile et attractif d’un courant intellectuel qui devint révolution culturelle, captant progressivement dans son orbite tous les domaines du savoir, de la création, du système de représentation sociale, politique et même anthropologique14.

  • 15 Cette dimension déterminante a été mise en exergue par des philosophes et des sémiologues dès les p (...)
  • 16 Les travaux de Laurent Pernot constituent sur ce point une remarquable avancée, cf. Pernot 1993 et (...)
  • 17 Marc Angenot a parlé à ce propos d’« arsenal » ou de « répertoire » argumentatif, dont il a soulign (...)
  • 18 Nous renvoyons de nouveau à Nicolas 2009, en particulier p. 118-121. Ce dernier fait un intéressant (...)
  • 19 Les médiévistes ont récemment permis sur cette question de notables avancées : voir notamment Bério (...)
  • 20 L’opportunisme scripturaire d’un Girolamo Aliotti fournit ainsi une riche illustration des stratégi (...)

5Le choix d’aborder un tel problème par l’angle de la pratique oratoire est lié non seulement à la relative déficience des études en la matière, mais aussi à la fonction particulière que joue la rhétorique dans la construction des espaces sociaux, plus précisément à sa fonction identitaire. En effet, c’est dans l’affirmation d’une communauté de valeurs et de modèles, tout autant morale qu’esthétique, surplomblant en même temps qu’unissant l’orateur et son auditoire, que l’exercice oratoire prend son sens15. Plusieurs études importantes ont ainsi souligné le rôle de la pratique rhétorique comme outil d’actualisation et de construction de « lieux symboliques », particulièrement dans le cas des panégyriques antiques, renaissants et contemporains16. Autrement dit, on y perçoit la façon dont l’exercice oratoire s’appuie sur un socle commun de représentation que l’orateur contribue à confirmer et à légitimer, en en nourrissant lui-même, le cas échéant, la fabrication17. Cette dimension symbolique trouve un lieu d’accomplissement particulièrement propice dans les cérémonies rituelles, moments de consécration réglée d’une communauté par elle-même18. La rhétorique engendre, en quelque sorte, des banalités signifiantes d’une appartenance sociale, et en ce sens elle peut être un instrument privilégié, pour un mouvement culturel en genèse tel que l’humanisme, de pénétration au cœur des milieux de pouvoir et d’appropriation des idéologies. Une seconde perspective de recherche, également fort intéressante pour notre propos, met davantage l’accent sur l’existence de normativités stylistiques jouant le rôle d’instrument de distinction entre pairs ; autrement dit, de matrices d’écriture dont la répétitivité, d’un auteur ou d’une époque à l’autre, signale précisément la standardisation de modèles propres à une élite intellectuelle19. La mise en œuvre de telles normes, observée à travers les textes de la pratique, manifeste l’édification et l’uniformisation de trames oratoires qui sont directement liées à d’influents courants culturels, influents au point que le fait même d’en maîtriser les codes rhétoriques s’est progressivement imposé comme une faculté socialement discriminante et constitue une possible stratégie de promotion individuelle20. L’enquête porte en ce sens sur trois phénomènes conjugués : la normalisation d’une matrice oratoire à la fois originale et générique (une boîte à outils immédiatement identifiable et donnant lieu à des pratiques aussi bien virtuoses que médiocres), sa pénétration au sein de sphères institutionnelles requérant un exercice rhétorique de prestige, son accession au statut de « langue officielle » dans certaines d’entre elles, scellant l’articulation entre une autorité publique, une domination sociale et un habitus culturel.

6Dans l’une et l’autre de ces pistes d’analyse, la pratique rhétorique est considérée dans sa capacité à façonner, confirmer et cultiver un ordre socioculturel, capacité qui participe de façon décisive à la détention du pouvoir de persuader. Appliquée à l’étude de la rhétorique humaniste, une telle réflexion draine avec elle bien des interrogations implicites, à commencer par la définition même, d’un point de vue empirique, du modèle cicéronien. Peut-on, en effet, discerner l’apparition d’un « standard » distinctif ? Quels milieux, quelles institutions, quels moments ont été les moteurs de son élaboration et de sa diffusion ? Comment s’est-il adapté aux pratiques préexistantes et de quelles valeurs a-t-il été le vecteur ? Autant d’interrogations qui invitent à dégager des interactions entre pratiques d’écriture, réseaux culturels et contextes sociopolitiques pour comprendre comment, en définitive, discourir « à la manière de Cicéron » devint une activité distinctive de l’appartenance à un nouvel empire intellectuel.

  • 21 Nous faisons ici référence à notre thèse de doctorat en cours de publication, Revest 2012a. La posi (...)

7Quelques lignes directrices majeures de la recherche peuvent être dégagées et constitueront le cœur de notre propos : l’étude de la constitution d’un répertoire commun à travers la diffusion de mélanges manuscrits exemplaires, la description pragmatique et comparative d’un modèle oratoire en voie de formalisation, la focalisation, enfin, de l’examen sociohistorique sur les greffes et les marges de progression du phénomène étudié. Précisons cependant, avant toute chose, que nous ne saurions, ni ne pourrions, prétendre ici à l’exhaustivité : les moments, les acteurs, les lieux, les textes cités relèvent de choix parcellaires qui correspondent, nous le reconnaissons bien volontiers, à nos propres intérêts d’enquête (pour le dire brièvement, l’humanisme à la cour pontificale et à l’université de Padoue dans les premières décennies du XVe siècle)21. Nos remarques n’ont en outre pas vocation à être comprises comme des démonstrations définitives, mais plutôt comme des suggestions en faveur d’une orientation mieux affirmée et articulée de la recherche vers un domaine riche de potentialités.

Constitution et diffusion d’un catalogue commun : le mare magnum des mélanges rhétoriques manuscrits

8Une évidence ne manque pas de frapper celui qui se trouve régulièrement aux prises avec des discours humanistes : ils se ressemblent effectivement beaucoup entre eux. Malgré les écarts de temps ou de lieu, la diversité des rédacteurs, ils ont au premier abord un insaisissable mais certain air de famille, signalé par nombre de spécialistes à titre d’un conformisme lassant et dépourvu d’intérêt. Pour dépasser ce simple niveau de la première impression, et avant même de sonder ce qui serait l’essence stylistique de l’oratoria concernée, la question des vecteurs d’uniformisation doit être posée. La diffusion de la pédagogie humaniste peut être l’un des premiers facteurs avancés, de même que le développement d’un apparat théorique établissant les principes fondamentaux de la bonne composition. On ne saurait cependant s’en satisfaire tout à fait, d’abord parce qu’un indéniable décalage chronologique donne l’antécédence à la pratique sur l’enseignement et la théorisation (celles-ci demeurent de fait embryonnaires avant les années 1420), ensuite parce que dans ce domaine, comme dans tout ce qui a trait à la production textuelle de l’humanisme, le paramètre qu’est le contexte de conservation des œuvres apparaît comme déterminant. Les éditions éparses des discours, les regroupements par auteur ou par genre tendent en effet à masquer une réalité prégnante, qui s’impose à l’analyse dès lors que l’on part du problème de la transmission manuscrite. Nous voulons parler de la masse écrasante que constituent les centaines de recueils connus à travers le monde occidental et généralement désignés dans les catalogues comme des « mélanges humanistes du XVe siècle ». Il nous semble en effet impératif de commencer par souligner que c’est d’abord l’appartenance à cet environnement textuel qui inscrit l’œuvre dans la nuée de la production dite humaniste et que, pour revenir à notre propos d’ensemble, l’élaboration des mélanges manuscrits fut le vecteur primordial de la standardisation à grande échelle de la pratique oratoire de l’humanisme naissant. La mise en circulation de compilations de pièces rhétoriques permit la constitution d’un répertoire commun qui normalisa la pratique par la pratique. À travers la sédimentation et la pétrification quasi immédiates des créations et des redécouvertes, un corpus de modèles canoniques fut institué, laissant d’amples possibilités de variations et d’adaptations circonstanciées.

  • 22 On dispose aujourd’hui d’instruments de repérage fort utiles, notamment les volumes de l’Iter itali (...)
  • 23 Lafaye-Novati 1891-1892, Bollea 1924, Bertalot 1975a, 1975b, 1975c, 1975d et 1975e.
  • 24 Gentile-Rizzo 2004.
  • 25 Ibid., p. 403-405.
  • 26 Sur ces mélanges germaniques nous renvoyons essentiellement à Bertalot 1975b et 1975d, Sottili 1968 (...)

9Multitude formidable, parfois accablante, que cet océan de recueils manuscrits dont les inventaires se font continuellement l’écho22. Si l’intérêt des chercheurs pour ces volumes remonte aux origines de l’historiographie moderne de l’humanisme - les descriptions pionnières établies par Francesco Novati, Luigi Cesare Bollea et surtout Ludwig Bertalot en témoignent23 - ce champ de recherches a été notablement approfondi et renouvelé depuis quelques années grâce à une approche typologique plus globale et mieux identifiée. La contribution proposée par Sebastiano Gentile et Silvia Rizzo, lors d’un colloque tenu en 2003, autour de la définition du « mélange humaniste », a notamment été l’occasion d’une riche réflexion sur le rôle fondamental de la pratique de la compilation dans la construction et la diffusion des studia humanitatis24. Ces ensembles textuels représentent, écrivent-ils, l’instrument majeur de l’expansion européenne de l’humanisme italien et le meilleur portrait que l’on puisse dresser du caractère générique en même temps que protéiforme d’un mouvement culturel en genèse25. Dans le même temps, plusieurs études sectorisées, par auteur, lieu, ou institution, ont rejoint de telles analyses, à propos par exemple du canal essentiel qu’a été, pour l’implantation de l’humanisme dans le monde germanique, le mélange constitué en contexte universitaire26.

  • 27 Gentile-Rizzo 2004, p. 401-402.
  • 28 Ibid., p. 380.

10De quoi parle-t-on au juste ? Suivant la typologie la plus générale, ce sont des manuscrits d’usage courant, de petite dimension, en papier, comportant peu de décorations et de rubriques, ou dans des formes simples27. Il s’agit d’assemblages de textes dont le contenu relève de la culture humaniste : traductions de textes grecs (discours politiques, ouvrages philosophiques, récits biographiques), œuvres de l’Antiquité latine (poèmes, discours, sources historiques, lettres, invectives), compositions préhumanistes (de Pétrarque et Boccace avant tout) ou productions humanistes contemporaines (lettres familières et lettres de chancellerie, discours, poèmes, traités etc.). La première logique de sélection traduit ainsi de manière éclatante l’affirmation programmatique de l’humanisme, par la réunion comme en continuité de pièces littéraires antiques et contemporaines, excluant presque totalement toute production médiévale28. Variables selon les goûts, les besoins et les sources à disposition du ou des compilateurs, les mélanges peuvent réassembler ou reprendre en partie des blocs documentaires déjà en circulation, en y ajoutant le cas échéant de nouveaux textes : ils constituent en ce sens aussi bien la trace d’un phénomène global qu’un instantané unique et révélateur d’une stratégie contextualisée de mise en recueil.

  • 29 D’une manière générale, sur les formes et les degrés de la compilation au Moyen Âge, voir Gioanni-G (...)
  • 30 Sur les processus intellectuels et les effets de réception induits par l’acte de compilation, voir (...)

11Toute tentative pour affiner cette première définition se révèle rapidement malaisée. On distingue traditionnellement le zibaldone, carnet de travail composé par un individu au fur et à mesure de ses lectures et trouvailles, et la miscellanea, recueil organisé et classé formant une sorte d’anthologie. Le premier peut comporter des morceaux épars, des documents non littéraires (par exemple des pièces administratives) tandis que le second est constitué de séries cohérentes et rationnalisées d’œuvres - on pense en particulier aux collections épistolaires d’auteur29. La catégorisation n’est pas toujours opérante à l’usage, notamment parce que la frontière n’est pas si hermétique entre ces deux formes et que les étapes qui ont présidé à la constitution du mélange ne sont pas toujours clairement décelables. C’est plutôt dans l’infinie variation de degrés d’un type à l’autre que se situent la plupart des recueils examinés, et l’on s’en remet le plus souvent à une distinction par contenu ou par contexte institutionnel, au cas par cas, plutôt qu’à une typologisation par forme codicologique (un mélange universitaire, viscontéen, scolastico-humaniste etc.). Quoiqu’il en soit, à quelque échelle de compilation que l’on se trouve, un processus similaire de « modélisation générique » du texte est opéré, qui modifie son statut et sa portée30. L’œuvre d’abord composée à l’occasion de circonstances singulières, et à destination d’un public immédiat, est dès lors incorporée dans un paysage culturel qui lui donne son sens premier et en fonction duquel sa valeur est mesurée : le discours, la lettre, la préface, le dialogue etc. nous est connu à travers cette médiation fondamentale qu’est sa réappropriation par un compilateur pour son rôle potentiel de modèle et son rattachement à un plus vaste catalogue de références. Le document, en l’occurrence l’oratio, entre ainsi dans une sorte de « domaine public » de l’humanisme, extraordinaire magma sans cesse animé par les intégrations nouvelles, les orientations sélectives, les acclimatations divergentes, dont l’étude des mélanges permet précisément de déceler les structures. On perçoit ainsi comment la production en apparence très dispersée et étalée de discours a pu constituer son propre ferment de standardisation.

  • 31 Nous nous en tenons ici à une équivalence conventionnelle de distinction entre oratio/epistola et d (...)
  • 32 Se reporter à la description présentée en Annexe 1.
  • 33 Pour les pièces écrites en contexte curial ou liées à ce même contexte, voir infra Ann. 1, n°2, 5, (...)

12Ce phénomène saute d’autant plus aux yeux si l’on s’intéresse à des mélanges qui ne contiennent que des lettres et des discours, ou quasiment31. La dimension de « répertoire rhétorique » du recueil est alors manifeste, qui va parfois – rarement de manière tout à fait aboutie – jusqu’à la classification thématique et l’anonymisation des pièces. Nous nous arrêterons ici sur le cas du manuscrit Lat. XI 101 (3939) de la bibliothèque Marciana de Venise32. C’est un mélange sur papier de 81 folios copié d’une seule main sans interruption. Le volume, qui ne contient aucune décoration (sauf pour le premier folio, peint à une époque plus récente), remonte de manière certaine à la première moitié du xve siècle, sachant que le document le plus tardif a été composé en 1423. Il contient 47 textes (dont l’un se trouve copié deux fois, n° 4 et 24), attribués à au moins 19 auteurs, qui sont dans une très large majorité des humanistes du premier tiers du Quattrocento, certains célèbres et influents (Leonardo Bruni, Gasparino Barzizza, Guarino Veronese par exemple), d’autres nettement plus secondaires (Francesco Braccho ou Cristoforo Scarpa). Plus précisément, on observe une très forte concentration chronologique des œuvres, puisqu’au moins 37 d’entre elles ont été écrites entre 1405 et 1423, ainsi qu’une évidente polarisation des contextes de production autour de deux milieux moteurs de l’humanisme dans ces mêmes années : d’abord le milieu vénéto-padouan, principalement adossé à l’université de Padoue et aux institutions de la république de Venise, et dans une moindre mesure le milieu curial formé autour des papes urbanistes et pisans pendant le Grand Schisme33. En dehors de ces cadres prédominants, qui tracent une première silhouette de la nature du recueil, sont conservées des pièces soit « antiques » (en réalité ce sont toutes des œuvres pseudo-classiques élaborées à partir d’auteurs tardo-antiques) soit composées par des protagonistes du préhumanisme à une époque relativement proche – c’est-à-dire par Pétrarque et Coluccio Salutati dans les années 1370-1400. Le modèle du « mélange humaniste », remarquable portrait d’une charpente culturelle en train de se construire, est déjà pleinement visible. Le seul texte qui semble « exotique » est le tout premier du recueil, une lettre attribuée à Robert d’Anjou dont le contenu explique son insertion dans l’ensemble.

  • 34 Cf. infra, Ann. 1 n°3, 9, 29, 30, 33, 40.
  • 35 Ibid., n°4-24 (sur le discours n°3), n°15 (sur le discours n°33), n°31 (sur une oraison de Poggio n (...)
  • 36 Ibid., n°1 et 2.

13En effet, la relative unité thématique et générique du volume est également frappante. Il s’agit presque exclusivement de lettres et de discours, et parmi les lettres familières, plusieurs portent sur des discours qui sont envoyés, commentés, loués. Un axe majeur du regroupement consiste dans la rhétorique funèbre : le manuscrit contient six oraisons funèbres composées entre 1414 et 142134 ainsi que trois lettres écrites à propos de ces mêmes oraisons35 et deux lettres dont le sujet est la perte d’un être cher, dont la lettre attribuée à Robert d’Anjou36. Ce noyau prépondérant est agrémenté d’une sélection variée des typologies oratoires prisées par les humanistes : un panégyrique coram papa et deux éloges de souverains, une invective, quatre harangues politiques pseudo-classiques, une oraison pour l’entrée en charge d’un magistrat, une célébration nuptiale, un discours paradoxal et six autres liés au système universitaire (prelectio, pétition des insignes doctoraux ou éloge du nouveau recteur). S’y ajoutent des œuvres « à succès », comme la lettre de Poggio sur le procès de Jérôme de Prague à Constance ou la lettre de Pétrarque à Boccace sur sa traduction latine de la Griselda, et des textes plus largement relatifs à la production rhétorique humaniste (par exemple la lettre de Barzizza à Guarino Veronese concernant ses Exordia, n° 10) ou encore au programme des studia humanitatis (la lettre de Guarino Veronese à Santo Venier, n° 14). Les logiques d’ensemble de la compilation, sorte de catalogue composite de et sur la pratique rhétorique humaniste en genèse, sont ainsi aisément décelables et désignent assez clairement son origine et sa période de façonnement. C’est bien l’assemblage entre les pièces et leur mise en relation qui déterminent leur lecture et leur usage, en fonction d’une dynamique commune (la création d’un modèle oratoire fondé sur les studia humanitatis) qui comprend alors à la fois un patrimoine – les Anciens et les préhumanistes – et un échantillon de la production contemporaine presque immédiatement détourné de sa nature première pour être figé dans son rôle de repère stylistique ; un travail d’assemblage qui pour autant ne signifie ni une rationnalisation totalisante (l’ordre de présentation des textes apparaît notamment comme aléatoire) ni une absolue formalité en fonction du degré d’autorité, puisque la présence d’œuvres très rares voire uniques (le carmen final) indique ça et là l’irréductible singularité du recueil.

  • 37 Se reporter à la description présentée en Annexe 2.
  • 38 Cf. infra, Ann. 2, n°19 et 10.

14Le manuscrit Ottobonianus 3021 de la bibliothèque apostolique vaticane présente, dans la même perspective, d’intéressantes particularités37. Il comprend 57 folios en papier, sans décoration et sans interruption. Le volume est constitué de deux ensembles immédiatement successifs et de longueur très inégale (le premier de 49 folios, le second de 8 folios), signalés par la présence d’un colophon et par une variation dans l’écriture employée. Cette distinction, qui ne correspond pas à la division entre les cahiers, signale vraisemblablement deux temps de la compilation, le premier groupe ayant été complété pour former in fine une seule unité codicologique. Si l’on se concentre sur le premier « bloc textuel », deux caractéristiques retiennent l’attention. Il s’agit d’abord de la nette focalisation à la fois chronologique, géographique et thématique des œuvres successivement transcrites, plus encore que dans le manuscrit vénitien précédemment évoqué. Sur 33 pièces (dont une pièce copiée deux fois, n° 21 et 26), 28 sont des discours, auxquels s’ajoutent quatre lettres et une préface. On y dénombre en particulier onze orationes destinées à des cérémonies universitaires à Padoue, sept oraisons funèbres (plus deux lettres en rapport avec ces oraisons), un discours pseudo-classique ainsi que divers morceaux oratoires comme des panégyriques d’apparat ou une oratio homilétique (n° 32). Pour ceux que l’on peut dater, tous ces textes ont été composés entre 1405 et 1420 environ, par un ensemble d’auteurs majoritairement liés à l’humanisme vénéto-padouan, à l’université de Padoue et à Gasparino Barzizza dans les premières décennies du XVe siècle (Leonardo Giustiniani, Andrea Giuliani, Antonio Carabello, Francesco Barbaro, Prosdocimo Conti et Pietro Donato sont tous des disciples ou des collègues du maître). Les œuvres qui semblent sortir de ce contexte sont des pièces par ailleurs très diffusées, comme la préface de Leonardo Bruni adressée à Innocent VII et l’oraison funèbre de Poggio Bracciolini pour les funérailles de Francesco Zabarella à Constance38. On a manifestement affaire, en somme, à une collection oratoire en étroite relation avec l’entourage des disciples et collègues de Gasparino Barzizza à Padoue et Venise dans les années 1400-1410, qui comprend non seulement une série relativement homogène de textes produits par ce même milieu, mais aussi quelques pièces florentino-curiales en passe de devenir des « succès » humanistes, selon la logique déjà observée.

  • 39 Griggio 1991, p. 175.
  • 40 Cf. infra, Ann. 2, n°34 et 35.

15Un second élément d’intérêt réside dans le colophon qui conclut l’ensemble et fournit le nom du copiste ainsi que le terminusante quem de la constitution du recueil : Ego Venceslaus de Alamania alta conplevi sermones suprascriptos Anno M° CCCC 35 dominica qua cantatur in s. matre ecclesia circumdederunt etc. C’est vraisemblablement le même individu qui a apposé la souscription Ua. Venceslaus alamanus sur un manuscrit contenant l’Expositio super artem veterem de Walter Burley, à Padoue au mois de juillet 145339. On aurait donc affaire à un étudiant en Arts à l’université de Padoue dans le deuxième tiers du XVe siècle, qui a peut-être repris un recueil déjà existant, en le remaniant le cas échéant. Les deux discours formant le second « bloc textuel » font écho à cette indication, puisqu’il s’agit, d’une part, d’un panégyrique de saint Dominique composé par Pietro Lazzaro à Venise en 1434, d’autre part, d’un éloge adressé à Ruprecht de Bavière au nom de l’université de Padoue en 140140. Ainsi le second temps de la compilation intègre-t-il une pièce produite par un maître en théologie du studium padouan à une date postérieure au premier ensemble mais très proche de l’achèvement de sa copie, et une pièce caractérisée par une orientation pro-germanique. Il y a tout lieu de considérer ce petit ensemble comme un addendum qui incorpore à la fois une « nouveauté », si l’on peut dire, et une œuvre plus conforme aux goûts du compilateur.

  • 41 Il s’agit des manuscrits suivants : Udine, Biblioteca arcivescovile, 70 et Berlin, Staatsbibliothek (...)
  • 42 La liste de discours à laquelle nous faisons allusion est copiée sur la page de garde du manuscrit (...)
  • 43 Il s’agit d’une part du manuscrit de Belluno, Biblioteca Lolliana Gregoriana, 49 : Mazzatinti 1892, (...)
  • 44 Les deux manuscrits ont cinq textes en commun (V3=O9, V29=O14, V33=O11, V36=O3, V40=O33).
  • 45 Pour ne pas alourdir démesurément les notes, nous ne renvoyons qu’à une bibliographie restreinte po (...)
  • 46 Bertalot 1975d, p. 213. Sur les summae dictaminis et leur rôle dans la standardisation et la diffus (...)
  • 47 On relève ainsi les titres suivants dans un autre gros mélange humaniste copié à la fin du XVe sièc (...)

16Il est possible par conséquent de déceler une logique de circulation en plusieurs étapes, qui correspond à différentes échelles de modélisation et d’exportation : des premiers cercles de l’humanisme vénète au plus large milieu universitaire padouan, de ce monde estudiantin à l’espace germanique. Ce travail très significatif de façonnement d’un corpus donne à voir la formation d’un « répertoire rhétorique » emblématique de la production humaniste récente ; un phénomène d’autant plus prégnant que le recueil contenu dans l’Ottobonianus est presque identique à d’autres collections « germano-universitaires » notamment conservées à Udine et à Berlin41, et correspond pour plus de moitié à une liste de discours contenue dans un manuscrit de Trinity College attestant d’une diffusion en Angleterre dans la deuxième moitié du XVe siècle42. De la même façon le manuscrit vénitien évoqué plus haut est-il très proche d’un recueil de Belluno et d’un autre volume de la Marciana, qui suggèrent une dense circulation textuelle dans la Vénétie humaniste des années 142043. Plus encore, la compilation vaticane et celle de Venise présentent d’indéniables analogies entre elles, du fait des quelques œuvres qu’elles contiennent en commun mais plus largement aussi de par les nombreux recoupements entre les auteurs ou les destinataires des pièces44. De plus amples rapprochements pourraient encore être faits avec de grosses collections universitaires, curiales ou lombardes conservées à Londres, Naples ou Florence45. Sans multiplier à l’excès les exemples, on doit surtout avoir à l’esprit qu’il s’agit là d’un ensemble de recueils cousins, à la fois singuliers (l’ordonnancement et le choix des pièces sont à chaque fois uniques) et très ressemblants, participant à la diffusion d’une production rhétorique homogène, centrée sur un nombre relativement limité d’auteurs, à partir de réseaux lettrés liés les uns aux autres. Ludwig Bertalot est allé jusqu’à désigner certains de ces recueils comme des « formulaires rhétoriques », à la manière des summae dictaminis si essentielles à la diffusion de l’ars dictaminis46. On observe en effet chez certains d’entre eux une tendance à l’anonymisation des textes et à leur classement par grands types de discours (pour un conventum, pour s’adresser à de hauts magistrats, pour un mariage, pour une entrée en fonction etc.)47. S’ils n’atteignent pas, toutefois, le degré de formalisation et de normalisation des grands formulaires médiévaux, les mélanges pris dans leur ensemble sont clairement des exempliers destinés à la pratique oratoire qui, de proche en proche, ont essaimé à travers l’Europe humaniste un même catalogue de modèles de composition.

  • 48 John Mc Manamon a ainsi fait remarquer que seules neuf oraisons funèbres humanistes étaient connues (...)
  • 49 Pour la liste des manuscrits contenant l’Oratio in funere Manuelis Chrysolorae (Inc. Si quis vestru (...)
  • 50 Sur l’origine de ces textes et leur fortune humaniste, cf. Sabbadini 1915 et Berti 2001 (pour le re (...)

17Il est également possible d’analyser ce phénomène à travers la diffusion de certains textes pris singulièrement, et jouant dans ce cas le rôle de « marqueurs » balisant les voies multiples empruntées par ce mouvement d’expansion à grande échelle. Dans le cas si emblématique des oraisons funèbres, il est frappant que, sur les centaines de discours de ce type que John Mc Manamon a pu recenser pour le long Quattrocento, seul un nombre très restreint d’entre eux - moins d’une dizaine -, presque tous composés au cours des décennies 1400-1430 dans un contexte florentin, vénéto-padouan ou curial, aient connu une réelle fortune dans les années suivantes, jouant en quelque sorte le rôle de matrice du genre48. L’oraison que rédigea Andrea Giuliani en hommage à Manuel Chrysoloras au cours de l’été 1415 est par exemple conservée dans 45 manuscrits, des recueils de nature diverse dispersés à travers toute l’Europe, bien au-delà de la sphère d’influence proprement dite de son auteur, considéré par ailleurs comme un humaniste mineur49. Il en va de même de l’extraordinaire succès du discours pseudo-démosthénien Ad Alexandrum et des trois brèves harangues au peuple athénien respectivement attribuées à Eschine, Démade et Démosthène : les 174 témoins manuscrits recensés par Sara Berti (témoins contenant au moins un des discours) fournissent ainsi comme un premier inventaire des compilations rhétoriques conservées pour le XVe siècle et, de là, tracent une esquisse des canaux de circulation de l’oratoria humaniste50.

  • 51 Bertalot 1990-2004, n°14035 (Inc. Non vereor beatissime pater cum in hoc loco ad dicendum amplissim (...)
  • 52 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 90 inf. 13, f. 14v. Nous renvoyons à la bibliograph (...)
  • 53 Venise, Biblioteca Marciana, Marc. Lat. XI 3940 (102), f. 10v. Sur ce manuscrit, cf. infra, n. 44.
  • 54 Rome, Biblioteca Corsiniana, Nic. Rossi 229 (33 E 27), f. 38r-39r. Ce volume, qui comprend de nombr (...)
  • 55 Londres, British Library, Arundel 138, f. 174r. Paolo Rosso présente une description détaillée de l (...)
  • 56 Troyes, Bibliothèque Municipale, 1531, f. 444r-445r et Padoue, Biblioteca Antoniana, V 90, f. 32. L (...)

18Sans se concentrer exclusivement sur les best-sellers, on peut aussi mesurer à partir de discours moins diffusés la diversité de modes de transmission et les étapes de la réappropriation comme modèles de ces textes. Parmi tant d’autres possibles, nous prendrons l’exemple de l’Oratio in laudem Pape composée par Pietro Donato à l’adresse de Jean XXIII vers la fin de l’année 1413, qui est aujourd’hui connue à travers six copies manuscrites51. La plus proche de la date de composition du texte est contenue dans un mélange florentin vraisemblablement composé à la fin du Grand Schisme par un partisan des studia humanitatis à la fois lié au gouvernement de Florence et à la curie de Jean XXIII (qui séjourna sur les bords de l’Arno en 1413-1414)52. L’oratio est transcrite au milieu d’œuvres de Pétrarque, Domenico Silvestri, Leonardo Bruni ou encore Antonio Loschi, précédant divers documents diplomatiques ou administratifs qui indiquent les activités publiques du compilateur : c’est un véritable zibaldone en somme, qui atteste une première « récupération » du discours à très court terme, vers le milieu florentin par le biais curial. On trouve également trace de la pièce de Pietro Donato dans un volume de la Marciana apparenté au manuscrit vénitien présenté plus haut, qui comme lui consiste en une collection de discours et de lettres constituée dans le milieu universitaire padouan autour des années 1420 et intègre des productions d’humanistes vénètes et florentins (lombards dans une moindre mesure), dont une version primitive de l’épistolaire brunien53. Il faut compter dans ce même « courant textuel », probablement alimenté par les disciples de Guarino Veronese et de Gasparino Barzizza, un volume de la Corsiniana romaine élaboré vers le milieu du siècle, peut-être en Émilie-Romagne, qui reprend un fonds rhétorique similaire augmenté de quelques productions des années 143054. On voit aussi le texte emprunter les chemins des étudiants allemands présents dans les studia d’Italie du Nord, à travers la copie insérée au sein de l’ample compilation réalisée par l’humaniste Thomas Pirckheimer lors de sa peregrinatio academica italienne dans les années 1430-144055. Enfin, vers le milieu du XVe siècle, l’oratio est intégrée à deux zibaldoni d’origine padouane, dont l’un est un recueil très composite vraisemblablement élaboré par un humaniste italien ayant fréquenté l’université, et l’autre un mélange théologico-humaniste à l’usage d’un frère du couvent Saint-Antoine56. Ainsi des axes de diffusion majeurs et des effets de formalisation, qui ne sont pas nécessairement linéaires, se dessinent-ils, à savoir des voies de circulation à partir de quelques institutions (l’université, la curie) et de réseaux sociaux lettrés (notamment les échanges entre maîtres et disciples), autant que des phénomènes de pénétration de sphères « externes » (les milieux monastiques et mendiants, le monde germanique) en parallèle d’une transmission locale dense, à des degrés de structuration plus ou moins lâches. En observant le destin d’un pièce relativement mineure, c’est un mouvement général de propagation, ramifié et protéiforme, qui peut être entraperçu, se développant au gré des réceptions-réappropriations d’un même répertoire qui fonde, dans sa masse et son hétérogénéité, le tronc commun de la pratique rhétorique humaniste.

Quels sont les traits distinctifs d’un discours humaniste ? Pour une approche physionomiste et comparative

  • 57 Voir par exemple les remarques formulées par Cécile Caby à propos de la production oratoire de Giro (...)
  • 58 Ludwig Bertalot a relevé ces mentions sur le manuscrit de Berlin, Staatsbibliothek, Stiftung Preußi (...)
  • 59 Le discours de Barzizza commence ainsi : Non possum non vereri, Patres clarissimi, quid de me hodie (...)
  • 60 Poggio Bracciolini, Oratio in funere Cardinalis florentini, éd. Knoblouchus 1510, f. XXVI ; Bernard (...)

19À travers un tel magma textuel, une même manière de composer des discours semble en effet se dégager et se figer, dont on ne manque pas de subodorer la force matricielle au gré des lectures, sans qu’il soit pour autant aisé d’en dresser un portrait à la fois général et concret. Nous avons déjà souligné combien ces orationes se ressemblent : les mêmes formules, les mêmes topoi, les mêmes citations, les mêmes effets reviennent invariablement structurer le propos, laissant l’impression d’une inlassable redite de clichés et de figures imposées quel que soit le moment ou l’auteur, parfois avec une ostentation caricaturale57. L’effet de la circulation des pièces constituant un catalogue en construction se fait ici sentir et l’on ne s’étonne pas de trouver dans certains des mélanges précédemment présentés des mentions comme Oratio aplicabilis [sic] pro doctoratu ac ad alias materias ou In hac oratione potest fieri exordium pro necessitate58. De fait, certaines réitérations sautent d’emblée aux yeux, notamment au sein des formules de captatio benevolentiae, qui généralement reprennent un canevas éprouvé. Ainsi l’exorde d’un éloge de la philosophie composé par Gasparino Barzizza pour l’inauguration d’un cours universitaire est-il réutilisé de façon quasi identique par le nouveau recteur de la faculté des Arts piémontaise de Chieri, en 1431, pour son discours d’entrée en fonction59. La répétition des mêmes citations d’auteurs anciens est un autre phénomène particulièrement visible, qui conduit à penser que celles-ci « circulaient » en quelque sorte indépendamment de leur contexte d’origine. Il est par exemple frappant de constater qu’une association entre deux emprunts légèrement déformés de Cicéron, utilisée par Poggio Bracciolini pour louer l’action conciliaire de Francesco Zabarella au moment de ses funérailles à Constance en 1417 (Non rerum eventu metienda sunt consilia hominum, sed ratione, nam ut Cicero dicere solebat, recta sententia non invicta quidem causa vituperanda est) fut réemployée telle quelle et sans la référence à l’Arpinate, par Lodovico di Strassoldo en 1434 pour faire l’éloge de son traité De regia ac papali potestate auprès de l’empereur Sigismond, puis par Pietro Bembo en 1463 dans son oraison funèbre en hommage à Bertoldo d’Este60.

  • 61 Ce qui n’exclut pas bien évidemment que certains discours reprennent directement des modèles antiqu (...)

20Ces quelques constats doivent déjà nous suggérer que même si leur horizon idéal, sans cesse proclamé, est l’éloquence antique, les apprentis humanistes imitent d’abord d’autres humanistes et reproduisent une pratique oratoire « à la manière de Cicéron » qui est une création du premier humanisme, ayant forgé ses propres catégories de jugement (classique, barbare, conforme ou non au mos priscorum) pour se définir et se légitimer elle-même61 ; une pratique auto-reproductive et auto-référencée dont l’influence fut telle dans les siècles postérieurs qu’il est encore aujourd’hui difficile de se dégager des préjugés qu’elle a dans son propre intérêt imposé à l’histoire du bien dire. Il importe en effet de s’atteler à décrire une telle pratique en se départissant de l’image idéale et manichéenne dont les humanistes, à travers traités, commentaires et querelles, l’ont parée. Non que nous jugions accessoire ou secondaire la production théorique abondante qui chercha à définir les principes de la composition et de l’imitation ainsi qu’à exalter le rôle public de l’orateur – une production qui prit place au sein d’une plus ample reconfiguration idéologique de la nature de l’éloquence – mais il nous semble qu’elle tend à biaiser d’emblée notre regard sur l’exercice oratoire réel et propre à l’humanisme, qui doit être aussi analysé en lui-même.

  • 62 Voir par exemple Greene 1982.
  • 63 Borges 1993. On songe également à la façon dont Eugenio Garin a formulé ce problème, notamment dans (...)
  • 64 Ronald Witt a notamment mis en exergue les nuances entre Leonardo Bruni, Pier Paolo Vergerio, Anton (...)
  • 65 Sur le recours au lexique latin médiéval et l’influence du vernaculaire, cf. notamment Rizzo 1982, (...)
  • 66 Ronald Witt reconnaît à ce propos : « It so happens that I think that classicized Latin is good Lat (...)
  • 67 Le chapitre consacré par John O’Malley à la description de la pratique rhétorique épidictique à la (...)

21Le premier problème qui se pose à celui qui s’intéresse à l’oratoria humaniste consiste en effet dans le fait que celle-ci est le plus souvent appréhendée à travers ce qu’elle voudrait être et, pour ce faire, jugée à partir de modèles qui lui sont extérieurs. Pour qualifier sa nature, on use ainsi habituellement d’un même terme : on la dit « classicisante », c’est-à-dire qu’elle tendrait à reproduire un canon formé à partir des écrits d’un groupe restreint de grands auteurs de la fin de la république et du début de l’empire romain. Cependant, si elle se présente bien dans son principe même comme une rhétorique fondée sur la volonté de l’imitation et constitue en cela un effort vers la théorisation et la mise en norme d’un « art du pastiche » qui fige dans un cadre déterminé son miroir idéal – une question qui a déjà fait l’objet de nombreux travaux62 -, la pratique oratoire humaniste ne doit pas être évaluée seulement sous l’angle de son horizon de référence, car elle n’en est pas la duplication, ni du point du sens, ni du point de vue de la forme. Écrire « comme Cicéron » au début du XVe siècle, si réussi que pourrait être le plagiat, cela ne signifie pas re-produire le même effet, bien au contraire : comme le Pierre Ménard de la fiction de Borges, qui réécrit à l’identique, au début du xxe siècle, des chapitres du Don Quichotte de Cervantès, les humanistes, en singeant selon leurs propres méthodes, leurs propres besoins et leurs propres auditoires les textes de l’Antiquité, expriment tout à fait autre chose que leurs modèles63. De plus, en soulignant ce à quoi cette pratique voudrait ressembler, on ne dit pas pour autant ce qu’elle est elle-même et ce qui la rend en soi canonique et cohérente. Il est clair que la production oratoire des humanistes ne réalise que partiellement – asymptotiquement pourrait-on dire – ses principes caméléoniques, d’autant que ses normes sont précisément en train d’être inventées, débattues, affinées, et que les degrés de conformation au modèle varient selon les auteurs64. La rhétorique classicisante n’est pas non plus sortie toute armée de la tête de Pétrarque ou de Bruni et les éléments de continuité « médiévale » ont été plusieurs fois soulignés par les spécialistes, tant du point de vue lexicologique (l’usage de termes post-classiques), rythmique (les traces du cursus) que syntaxique (l’influence de la langue vernaculaire sur la formation de la phrase)65. Il nous paraît important, en ce sens, de ne pas traiter les œuvres oratoires des humanistes que comme des versions plus ou moins parfaites de leur idéal ; et au fond, de ne pas les considérer uniquement sous l’angle de leur proximité plus ou moins grande avec ce que nous-mêmes, à partir d’études grammaticales ou linguistiques postérieures (on pense par exemple aux fameuses Élégances de la langue latine de Lorenzo Valla), considérons comme étant la nature exacte du style « classique »66. Pour comprendre ce qui constitue l’essence de la prose oratoire humaniste au début du xve siècle, il est nécessaire de procéder de manière interne et empirique, afin de mettre en valeur les caractéristiques singulières de la pratique de ces auteurs, en en faisant ressortir les traits communs, c’est-à-dire les tics stylistiques distinctifs, les attributs saillants, les procédés de persuasion spécifiques67. Car une question préalable nous semble encore trop peu posée : si l’on écarte le spectre écrasant de leurs propres ambitions, et si l’on fait la part des continuités médiévales, à quoi reconnaît-on un discours humaniste ?

22Une telle perspective, qui se fonde sur une reconstitution inductive et physionomiste, se donne trois ambitions principales. D’abord, elle vise à dégager une pratique moyenne, ordinaire en quelque sorte, caractérisant a minima un humaniste lambda et signalant l’existence d’une sphère commune de qualification. Elle entend ensuite inscrire cette pratique dans le paysage rhétorique qui l’a vu éclore et mesurer ainsi l’écart qu’elle créait vis-à-vis des traditions alors dominantes ; en d’autres termes, resituer son émergence par rapport à la pratique normalement attendue en son temps et comprendre les effets de ce décalage. Cette démarche, qui impose de se défaire d’une perception déterministe de l’histoire de la langue latine et d’une analyse individuelle du style centrée sur un panthéon de grands auteurs, permet de saisir comment la pratique rhétorique typiquement humaniste a pu se constituer comme une faculté socialement discriminante, c’est-à-dire à la fois comme un moyen de reconnaissance entre pairs et comme un outil de distinction au sein d’un domaine intellectuel concurrentiel. Enfin, l’enquête peut être affinée dans une optique diachronique, cherchant à mettre en évidence des « laboratoires » de création, liés à des milieux, des temps, des individus déterminés, et des phases d’invasion et/ou d’adaptation, à partir de l’étude d’échantillons sériels significatifs d’un moment ou d’une modalité caractérisant les reliefs séquentiels de cette pratique.

  • 68 Nous renvoyons de nouveau à Revest 2012a, dont nous résumons à grands traits, dans les pages qui su (...)
  • 69 Pour la présentation du corpus, cf. Revest 2012a, vol. II, p. 50-54. Les auteurs des discours sont (...)

23C’est en suivant de telles intentions que nous avons porté notre attention sur les orationes produites dans le contexte de la cour pontificale à la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), durant une brève « saison » de l’humanisme qui a constitué une accélération déterminante du point de vue de la fabrique de son identité culturelle et de l’interpénétration des réseaux lettrés qui en étaient les principaux acteurs68. L’investigation s’est fondée sur le regroupement d’un corpus de 33 pièces à vocation oratoire (que leur dimension allocutoire soit d’ailleurs réelle ou fictive) correspondant à des occasions variées (discours d’ambassade, oraisons funèbres, délibérations en assemblée, célébrations solennelles etc.) et composées par onze auteurs d’origines et de statures intellectuelles diverses69. Une ossature rhétorique commune en est ressortie, manifestée par la régularité de certains effets de style et par la mise en œuvre d’une même méthode démonstrative. Qu’il nous soit permis ici de ne pas revenir sur le détail de l’exposé, pour présenter de manière schématique nos principales conclusions.

24Du point de vue du style, trois effets dominent l’ensemble étudié :

  • 70 Sur ce point, voir les remarques de Michael Baxandall dans Baxandall 1989, p. 37-46.

251 - la combinaison de la vivacité et de la grandiloquence. Pour contradictoire que cela puisse paraître à première vue, ce style se distingue par sa capacité à conjuguer, d’une part, des formes percutantes et, d’autre part, des traits d’exagération et de sophistication. La première tendance se distingue nettement à travers l’usage de phrases très courtes, incisives, qui rompent le rythme du discours et condensent abruptement son contenu, ainsi que par la récurrence d’exclamations elliptiques (le plus souvent sous la forme d’interpellations formées à partir du « ô » vocatif) et le recours à l’apostrophe et à l’impératif, cet effet de saisissement étant parfois souligné par l’agencement phonique et métrique. À ces procédés s’ajoute le fait que, dans la disposition d’ensemble du discours, on observe une tendance à la clarification et à la simplification, ou plus précisément à l’adoption d’un développement rudimentaire et ouvertement explicité. La réduction du plan à quatre parties essentielles (exorde, narration, confirmation, péroraison) et la multiplication des connecteurs logiques en début de phrase (les discours sont entièrement garnis de tamen, enim, etsi, itaque, quare, veroetc.) en sont deux caractéristiques notables. L’ensemble de ces orientations se trouve associé à une tendance à la grandiloquence, manifestée à travers différentes marques d’emphatisation et de préciosité, telles que la fréquence du recours aux universalismes et aux absolutismes dans l’argumentation, par l’usage répété des termes de généralisation positive ou négative (omnis, caeterus, nemo, nullus, numquam, solus etc.) associés à des adjectifs comparatifs ou superlatifs. L’hypertrophie des affirmations s'accompagne d’un enflement syntaxique souvent signalé, qui est lié à la réactivation de la phrase périodique. À côté des sentences courtes, les discours sont en effet émaillés de phrases à rallonge, formées par l’assemblage de propositions coordonnées et subordonnées, par l’ajout d’incises et, surtout, par l’emboîtement de propositions relatives70. La tendance à l’amplification du propos est agrémentée, enfin, d’effets de variation lexicale qui provoquent de façon ponctuelle une élévation du registre linguistique. Plus exactement, plutôt que la permanence de termes médiévaux ou influencés par la langue vernaculaire, ce qui nous semble distinctif est l’apparition intermittente de mots expressément tirés du vocabulaire antique, dont la rareté permet de pratiquer une sorte d’exotisme raffiné (mehercule par exemple). Le style oratoire classicisant pratiqué par les humanistes se caractérise donc, en premier lieu, par un mélange contrasté de pompe et de dépouillement, qui produit une éloquence ayant à la fois la force de la clarté et de la vivacité et l’éclat de la prétention savante.

262 - la recherche de l’harmonie symétrique. On constate également le goût prononcé des rhéteurs pour les agencements équilibrés et balancés, propres à l’élaboration d’une harmonie scripturaire fondée sur la symétrie. Elle se manifeste avant tout par la prolifération des figures de répétition et de parallélisme. La réitération à intervalles réguliers de certains termes dans une phrase ou un paragraphe est ainsi abondamment pratiquée (l’anaphore, notamment, est l’une des figures de mot les plus utilisées), de même que la duplication d’une même structure syntaxique. Il n’est pas rare de voir assemblés plusieurs niveaux d’écho, tant du point de vue du lexique que de la syntaxe, du rythme ou des sonorités, et l’on décèle fréquemment un véritable jeu de correspondances, destiné à créer un effet de balancement régulier et homothétique. Ce souci de l’équilibre repose, fondamentalement, sur la recherche d’une proportion propre à charmer l’oreille, par l’eurythmie, et à émouvoir les esprits, par l’impression d’ordre et de mesure qui s’en dégage. On peut y voir la mise en œuvre d’un idéal esthétique spécifique, fondé sur l’agencement analogique des parties par rapport au tout.

  • 71 C’est un élément relevé par Luisa Avellini : Avellini 1988, p. 8.
  • 72 Sur la pratique de l’excusatio, voir également Campanelli 1994, p. 33-36.
  • 73 C’est ce que Chaïm Perelman a appelé les « figures de communion » : Perelman-Olbrechts-Tyteca 208, (...)

273- La mise en scène de l’acte du discours. Une troisième tendance dominante réside dans les procédés d’écriture à travers lesquels le rhéteur se montre en train de construire son oratio et de s’adresser à un auditoire, en même temps qu’il désigne ceux qui l’écoutent, leurs attentes et leurs réactions, comme en un effet de mise en abîme stylistique71. Il surligne ainsi les différents moments de son propos, commentant la manière dont il va procéder, signalant avec ostentation l’entrée dans la péroraison ou encore évoquant le temps dont il dispose. Le recours à la prétérition (par exemple sous la forme taceo...) en est l’une des possibles variations. L’un des éléments les plus évocateurs de cette mise en scène consiste dans la pratique codifiée des captationes benevolentiae évoquées plus haut, tendant à l’adoption de formules stéréotypées propre à mettre en valeur l’image de l’orateur face à son public : elles se caractérisent le plus souvent par une tournure d’opposition ou de concession (etsi, quamquam, non, cum etc.) directement suivie d’un verbe et/ou d’un pronom à la première personne du singulier. Celles qui développent le topos de l’excusatio propter infirmitatem constituent le canevas le mieux représenté, une approche un peu moins courante consistant au contraire dans l’affirmation de la singularité et de la supériorité du discours qui va suivre (l’orateur insiste sur les différences entre ce que d’autres avant lui ont eu l’habitude de faire et ce que lui-même se propose d’accomplir)72. Une telle stratégie s’accompagne aussi de multiples évocations de l’auditoire, ainsi de la fréquence parfois très élevée des formules d’adresse (patres clarissimi, beatissime pater, humanissime vir etc.), qui scandent à intervalles réguliers le propos. Surtout, ces auteurs manient tous avec abondance une figure de pensée absolument caractéristique d’un tel phénomène, à savoir la question oratoire. Il s’agit d’un tic stylistique quasi obsessionnel dont les attestations sont extrêmement nombreuses, souvent associées à la tendance à l’universalisme, sur le mode Quid/quis maior ou Quis/quis potest esse tam etc. Un dialogue fictif est instauré, fondé sur l’affirmation implicite d’une unanimité autour de certaines valeurs. L’ensemble de ces pratiques stylistiques renvoie, en définitive, aux usages de l’ethos oratoire comme instrument persuasif ; il s’agit de mettre en évidence l’appartenance de celui qui s’exprime à une communauté dont les principes sont partagés par son auditoire, un auditoire dont il reconnaît lui-même les attributs73.

28Ce premier degré d’analyse nous a donc conduit à mettre au jour un schéma stylistique s’appuyant sur des procédés de persuasion purement formels, qui tendent à élaborer une parole à la fois ouverte, véhémente et élitiste, s’appuyant sur une esthétique de la symétrie et théâtralisant l’acte oratoire. Cependant, une manière singulière de sélectionner et de disposer les données servant de preuves peut être aussi dégagée, qui renvoie à un usage spécifique de l’histoire et de la littérature antiques.

  • 74 Campanelli 1994, p. 38-40, Bianca 1990, p. 229.
  • 75 C’est un point sur lequel John Mc Manamon, notamment, revient régulièrement à propos de la pratique (...)

294 - l’argument d’autorité fondé sur l’aetas maiorum (la citation et le héros). L’appel à l’incontestable prestige des Anciens est le principal outil argumentaire utilisé par les humanistes. Le recours au crédit souverain d’un poète, d’un philosophe ou d’un orateur antique, par l’insertion d’une citation dans le raisonnement, en est la manifestation la plus visible74. Que nos rhéteurs citent des références, cela n’est pas en soi caractéristique. En revanche, les modalités d’usage de ces extraits d’auteurs classiques, traités comme des accessoires de prestige et de certitude ne faisant l’objet d’aucune discussion, nous paraissent distinguer une pratique typiquement humaniste de la citation. Celle-ci peut en effet simplement renforcer l’effet stylistique de grandiloquence, en parant une idée de l’éclat d’une allusion qui souligne la connivence culturelle entre l’orateur et l’auditoire et, éventuellement, élève le niveau de langue. La preuve avancée, possiblement banale, gagne dès lors en panache et en élitisme ; c’est, en somme, une méthode argumentative de pur snobisme. À un degré supérieur, la citation peut servir d’argument en soi, comme preuve incontestable de la véracité du propos, sans même qu’une justification soit nécessaire, et ce par la seule autorité reconnue à son auteur. L’exemplification de la référence antique se manifeste aussi, et surtout, à travers le recours extrêmement fréquent à des figures de héros. La fonction héroïque constitue en effet un instrument de communion des valeurs (d’homonoia, pour reprendre le terme rhétorique grec) que les humanistes ont très abondamment utilisé, en jouant constamment de l’analogie entre les hommes illustres de l’Antiquité et leurs propres contemporains. Invariablement, c’est une filiation idéale qui est proclamée (un « patrimoine » au sens premier) et qui conditionne en particulier la représentation topique des virtutes75 ;

  • 76 Sur les rapports entre historiographie et pratique rhétorique dans l’humanisme italien, nous nous p (...)

305 - la séquence démonstrative par généralisation historique. Si l’on prend un peu de hauteur dans l’analyse des procédés argumentatifs, on remarque que l’usage des citations et des hommes illustres est en réalité souvent intégré à une plus ample séquence démonstrative, qui met également en jeu des éléments stylistiques. Cette séquence, susceptible de multiples variations, peut être présentée de la manière suivante : sur un modèle ternaire, elle fait se succéder une affirmation établie comme axiome, un exemple tiré de l’histoire ancienne sous la forme d’une citation ou de la référence à un héros, et une figure rhétorique qui appuie l’ensemble, généralement une question oratoire ; ou, sous une forme logique : 1) X représente une valeur incontestable 2) En effet, les grands Anciens ont recherché/rejeté X [argument d’autorité sous la forme d’une citation ou d’une référence héroïque] 3) Ne conviendrons-nous pas que X est une norme universelle ? La progression rationnelle n’est en ce sens constituée que d’une succession de « sauts logiques » dont le contenu et les liaisons ne font l’objet ni de discussion ni d’explication, mais reposent au contraire sur trois techniques différentes d’évitement du débat (l’axiome, l’argument d’autorité, l’appel à l’évidence commune). C’est pourquoi nous pouvons définir cette méthode démonstrative, avec quelque esprit de provocation, comme une sophistique fondée sur le réemploi de l’histoire ancienne76.

  • 77 Nous nous limiterons à renvoyer au beau chapitre qui ouvre un récent ouvrage d’Élisabeth Crouzet-Pa (...)

31Le rôle probatoire des références à l’aetas maiorum nous ramène ainsi de manière éclairante aux fondements herméneutiques du rapport des humanistes à l’histoire antique, comme à un âge d’or perdu qui doit venir féconder le présent77. Il traduit une idéologie des héritiers qui sert de ciment identitaire et qui oriente tout l’exercice de persuasion vers l’évocation de ce fonds symbolique, miroir idéal et consensuel d’une élite en train de se reconnaître.

32En susbtance, les différents traits qui viennent d’être décrits peuvent être ramenés au schéma suivant :

Les traits distinctifs de la pratique oratoire humaniste à la curie de la fin du Grand Schisme : un résumé schématique

Effets stylistiques

La combinaison de la vivacité et de la grandiloquence 

- insertion de sentences courtes et abruptes, associée à un enflement syntaxique intermittent lié à la réactivation de la phrase périodique

- recours à l’exclamation elliptique (recours au O vocatif) et à l’apostrophe

- usage de l’impératif

- tendance à la simplification et à l’explicitation du plan

- multiplication des connecteurs logiques (etsi, nam, enim, tamen...)

- tendance à l’universalisme et à l’absolutisme : termes de généralisation (omnis, caeterus, nemo, nullus, numquam etc.) associés à des adjectifs comparatifs ou superlatifs

- effets d’élévation lexicale par l’insertion de termes antiques rares

La recherche de l’harmonie symétrique 

Prolifération des figures de répétition et de parallélisme, notamment :

- anaphore

- duplication de la structure syntaxique

- synonymie

- balancement rythmique

- allitération/assonance

- homotéleute

La mise en scène de l’acte du discours

- ostentation de l’acte du discours (Agam, Faciem...) / prétérition (Taceo..)

- focalisation des formules de la captatio benevolentiae sur la représentation de l’orateur face à son auditoire (pratique récurrente de l’excusatio notamment)

- réitération des formules d’adresse (du type patres clarissimi...)

- profusion des questions oratoires (Quid/quis enim...)

Procédés argumentatifs

L’argument d’autorité fondé sur l’aetas maiorum

- recours à la citation antique comme signe d’une connivence intellectuelle

- recours à la citation antique comme exemplum à part entière

- usage récurrent de la fonction héroïque à partir d’allusions à des personnages de l’Antiquité, présentés comme des pères illustres

La séquence démonstrative par généralisation historique 

- séquence ternaire : affirmation établie comme axiome / exemple tiré de l’histoire ancienne sous la forme d’une citation ou de la référence à un héros / figure rhétorique qui appuie l’ensemble (généralement une question oratoire)

  • 78 L’essor du modèle du sermo modernus dans l’art de la prédication entre le XIIIe et le XVe siècle a (...)
  • 79 Tel est notamment le cas dans le discours adressé par Pier Paolo Vergerio l’Ancien aux cardinaux en (...)
  • 80 Sur la pratique de la dispute au sein de l’université médiévale, nous nous limitons à renvoyer à We (...)
  • 81 Périgot 2007, §27.
  • 82 Nous renvoyons en premier lieu à Grévin 2008a et 2008b.

33Cette pratique oratoire s’écarte sur plusieurs points - et c’est un point absolument fondamental pour en comprendre le sens - des grandes traditions rhétoriques latines en usage depuis au moins deux siècles, c’est-à-dire du sermo modernus, de la disputatio scolastique et de l’ars dictaminis. Nous ne nous arrêterons que sur quelques éléments particulièrement saillants. Il est ainsi manifeste, pour ce qui concerne la comparaison avec les techniques des prédicateurs, que la dilatation du thème, cet « art de construire » comme l’a souligné Nicole Bériou, est tout à fait étrangère à la méthode employée par les humanistes78. Il arrive d’ailleurs que certaines pièces du corpus étudié commencent par un verset biblique, qui semble annoncer la subtile division du sermon thématique, pour en réalité n’être utilisé que comme une accroche initiale, permettant de donner d’emblée un sens général au discours79. La faible présence de citations scripturaires, de même que l’absence de tout recours à des exempla typiques de la prédication, sont d’autres facteurs évidents de différenciation. L’écart vis-à-vis du modèle de la dispute universitaire est également significatif80. L’argumentation dialectique et rationnelle, fondée sur la confrontation d’interprétations divergentes en vue de faire émerger une vérité, laisse place ici à un système purement démonstratif, à partir de sophismes fondés sur la généralisation historique et d’outils stylistiques propres à conférer à la forme même du propos une valeur persuasive (on pense en particulier à la mise en scène du pathos). Béatrice Périgot a justement souligné, à propos du passage de la dispute au dialogue entre Moyen Âge et Renaissance, que « la rhétorique, en effet, va s’approprier l’argumentation et peu à peu réduire la portée et même le contenu de la logique pour fabriquer le texte classique, dont le but n’est pas seulement de convaincre intellectuellement mais aussi de persuader en s’adressant à tout l’être, et en essayant d’écarter toute controverse. Il faut « se rendre à l’évidence », et cette notion d’évidence va tuer la dispute, en remplaçant, pour tous les types de raisonnement, l’argumentation contradictoire par la démonstration »81. Pour ce qui concerne la question du dictamen, on retient en particulier le contraste que crée le style classicisant par rapport aux techniques d’ornementation caractéristiques de l’écriture des dictatores82. Cette rhétorique de l’épistolarité politique solennelle a en effet pour principaux traits distinctifs un charpentage rythmique particulièrement riche, né de l’usage intensif des standards du cursus, et une tendance à l’allégorisation et à l’emphatisation symbolique, par l’emploi des tropes de circuitio et de transumptio visant à créer de multiples jeux d’association et d’interprétation. La prose oratoire pratiquée par les humanistes délaisse pour tout ou partie de tels instruments, dont le propre était de produire un style volontairement poétisant. Ainsi peut-on comprendre, notamment, le goût pour la symétrie binaire manifestée par nos rhéteurs comme une recherche de différenciation vis-à-vis de l’opulence métaphorique mise en œuvre par les dictatores.

34Nous avons affaire, d’une manière générale, à une forme d’éloquence qui ne cherche ni à expliquer le sens de ce qu’elle démontre, ni à raisonner sur son bien-fondé, ni à exprimer la dignité transcendante du pouvoir. Elle ne fonde son autorité ni sur son lien au divin, ni sur la norme d’un exercice intellectuel, ni sur la maîtrise des outils de la diplomatique solennelle. Elle n’est ni exégétique, ni didactique, ni métaphorique. Une fois encore, la pratique « classicisante » sert d’outil de distinction ; elle fournit un arsenal qui, manipulé, sélectionné, mis en forme, crée de nouveaux repères en fonction desquels l’orateur dit : je ne suis pas cela. Elle possède en outre sa propre force d’agrégation identitaire, notamment parce qu’elle constitue, nous l’avons vu, un modèle stylistique qui tire pleinement parti de la force de l’ethos, des modulations possibles du pathos commun à l’orateur et à son public ainsi que d’un mélange de préciosité et d’équilibre susceptible de produire les sentiments du beau et de la clarté, en même temps qu’elle use d’un procédé démonstratif relativement peu élaboré mais entièrement polarisé sur un système de représentation de l’Antiquité qui joue le rôle d’un miroir idéal. Ainsi l’humanisme, à travers l’élaboration d’une pratique rhétorique propre, put-il ostensiblement se positionner comme une culture alternative et créer, en quelque sorte, du désir d’appartenance.

Les dynamiques de conquête et d’implantation d’un modèle alternatif : marges de progression, effets de syncrétisme et moyens d’autopromotion

35La grille d’analyse qui vient d’être présentée nécessite, bien entendu, d’être élargie et affinée à l’aide d’enquêtes étendues à d’autres corpus, mais elle fournit un premier point d’ancrage pour poser la question de la pénétration de la pratique oratoire humaniste au sein de sphères allogènes à l’invention proprement dite des studia humanitatis, une pénétration significative de la dynamique de conquête socio-institutionnelle de l’humanisme et de son affirmation comme culture dominante au-delà de ce que l’on considère habituellement comme étant ses « frontières naturelles ». Inhérent à cette interrogation d’ensemble est l’examen des processus de substitution de l’oratoria humaniste aux formes rhétoriques alors conventionnelles et de la portée de ces mutations sur les systèmes de représentation. Il s’agit de dégager, en somme, des phénomènes diachroniques d’infiltration du modèle humaniste, traduisant aussi, comme en creux, les marges de porosité ou de résistance des espaces discursifs étudiés. C’est un point qui nous paraît d’autant plus important qu’une tendance centripète s’empare bien souvent du chercheur, porté vers les formes les plus pures de la production oratoire humaniste, celles qui, en quelque sorte, parlent de l’humanisme à d’autres humanistes ; et ce alors que, précisément, l’un des aspects les plus remarquables d’une telle production est son extraordinaire diversité d’application dès ses prémices – diversité des destinataires, des circonstances, des lieux de déploiement – qui paraît dénoter d’emblée une sorte d’opportunisme rhétorique.

  • 83 Voir en premier lieu O’Malley 1979, p. 77-122. Un cas particulièrement intéressant d’échange entre (...)
  • 84 Pour les éditions des textes de Gasparino Barzizza, Andrea Giuliani et Pier Paolo Vergerio, cf. Fur (...)
  • 85 Quid porro Alexandri Regis innumerabiles victorias, Caesaris Triumphos, Darii opes illas infinitas (...)
  • 86 Voir Mc Manamon 1976 et O’Malley 1979.
  • 87 Dans une très intéressante étude qui mériterait d’être mieux connue et amplifiée, Carlo Delcorno a (...)

36Un premier axe de l’investigation documentaire consiste en ce sens à identifier les logiques et les paliers de transformation de certaines pratiques d’écriture bien établies sous l’effet d’une « acclimatation » humaniste. Pour prendre l’exemple d’un domaine aux enjeux particulièrement aigus, le développement de modèles classicisants de prédication – une homilétique cicéronienne – commence aujourd’hui à être mieux connu83. Les dix Sermones pro Sancto Hieronymo de Pier Paolo Vergerio l’Ancien, composés entre 1392 et 1408 environ, semblent notamment témoigner, de même que l’Oratio in laudem corporis Jesu Christi écrite par Andrea Giuliani vers 1408-1409 ou l’Oratio de laudibus Beati Francisci rédigée par Gasparino Barzizza au cours des années 1420, de l’expérimentation de formes épidictiques s’écartant délibérément (parfois même très explicitement) du sermo modernus (abandon du verset thématique, diminution sensible des citations scripturaires, absence d’exempla ou de récits de miracles etc.) pour appliquer quelque peu abruptement les techniques humanistes84 ; et Barzizza de développer, par le truchement d’une question oratoire, une comparaison relativement incongrue entre François d’Assise et les grands conquérants de l’Antiquité, Alexandre le Grand, César et Darius, au profit du saint85. Il y aurait ici comme un mouvement de forçage, assez spectaculaire, qui aurait trouvé un espace d’affirmation significatif, si l’on en croit les travaux de John O’Malley et de John Mc Manamon, au sein de la cour pontificale romaine de la deuxième moitié du XVe siècle, donnant lieu également à de multiples formes mixtes de prédication, entre oratio et sermon86. Une telle dynamique d’envahissement du champ de la rhétorique sacrée se serait ainsi essentiellement accomplie par le haut, au sommet de l’institution ecclésiale ; son extension à d’autres échelons institutionnels (et culturels), notamment au sein des couvents mendiants, demeure cependant encore peu étudiée87.

  • 88 Nous renvoyons tout particulièrement à Witt 2002b, Grévin 2008b, p. 777-780 et Witt 2010, p. 153-15 (...)
  • 89 Witt 1976.
  • 90 Pour une présentation en détail des méthodes de l’enquête et de ses résultats, voir Revest 2012a, v (...)
  • 91 Il s’agit de la réponse d’Innocent VII au duc de Berry, datée du 23 avril 1405 (Inc. Quod pacem ecc (...)
  • 92 Pier Paolo Vergerio, Adhortatio ad fideles nomine summi pontificis facta pro unione Ecclesie, éd. S (...)

37Plus généralement, ce sont les degrés de l’adaptation des pratiques consacrées au modèle classicisant – degrés qui signifient la « réalisation » progressive de l’accès de l’humanisme à la parole publique – qui restent envahis d’une pénombre trouée, de loin en loin, de quelques rares lumières. Ainsi les conditions de la pénétration de la rhétorique humaniste dans les écritures officielles du pouvoir à la fin du Moyen Âge constituent-elles une interrogation cruciale et toujours ouverte dans l’historiographie88 : dans quelle mesure et à quel rythme les humanistes qui se trouvaient être à la fois des rédacteurs professionnels de lettres diplomatiques (des dictatores) et des praticiens du modèle cicéronien dans leur œuvre personnelle s’efforcèrent-ils de créer des passerelles entre ces deux sphères d’activité, en façonnant à leur manière le langage de l’institution qui les employait ? Dans la continuité des travaux de Ronald Witt consacrés à l’activité de Coluccio Salutati en tant que chancelier de Florence89, nous nous sommes ainsi intéressé à la production diplomatique de plusieurs secrétaires pontificaux humanistes à la fin du Grand Schisme (à savoir Jacopo Angeli, Leonardo Bruni, Antonio Loschi et Francesco Piendibeni)90. Cette enquête a d’abord abouti au constat d’une imposante permanence du stilus curiae hérité des siècles précédents, qui établit, au moins pour cette période, une sorte d’étanchéité primordiale entre leur pratique personnelle et leur pratique professionnelle. Il y eut, au moment de l’émergence de ce « premier cicéronianisme », une rupture fondamentale entre deux registres d’exercice rhétorique que nos auteurs pouvaient alternativement maîtriser. L’atténuation d’une telle scission constituait en ce sens un formidable enjeu pour l’humanisme curial naissant. Et en effet, au-delà d’un phénomène global de résistance, quelques cas rares mais significatifs d’« hybrides stylistiques », entre dictamen et classicisme, ont pu être isolés dans la production diplomatique pontificale, qui montrent que des espaces d’infiltration et de syncrétisme furent dès cette époque ébauchés. Il s’agit, d’une part, de trois bulles relevant de l’exception, qui ont pour point commun d’avoir été rédigées par Leonardo Bruni au tout début de sa carrière curiale, pour des occasions politiques de grande importance concernant la résolution du Grand Schisme ou le renouveau de la ville de Rome, et d’avoir connu au moins à court terme une renommée massive (particulièrement en ce qui concerne l’appel à l’union lancé par Grégoire XII en décembre 1406)91. Toutes se caractérisent par un net délaissement du stilus curiae, marqué notamment par la compression allégorique et par une tendance au relâchement du cursus, au profit de traits typiques du modèle humaniste, comme les effets de vivacité et d’écho. L’imprégnation n’y est cependant pas totale, et ne va pas en particulier jusqu’à l’adoption des procédés démonstratifs fondés sur la référence à l’Antiquité. Nous n’avons pas affaire à une refonte intégrale de l’épistolographie solennelle, mais à un relatif affaiblissement de son modèle dominant, comme évidé au profit de nouveaux ornements dans le cadre de véritables « coups d’éclat » rhétoriques. Un petit nombre de textes composés par Pier Paolo Vergerio l’Ancien semblent, d’autre part, constituer des amalgames expérimentaux entre les deux modèles, en dehors des circuits de production diplomatique. L’Adhortatio ad fideles nomine summi pontificis facta pro unione Ecclesie, vraisemblablement composée pour Grégoire XII au moment de la révolte pisane, contient par exemple des passages qui apparaissent en eux-mêmes comme de parfaites symbioses entre les deux modèles92. Ainsi du remarquable incipit – Pópule méus [planus], pópule méus [planus], quid amplius potui tibi fácere et non féci [velox? – qui combine, à partir du réagencement de deux vers antiphonaires tirés des Improperia, une parfaite succession rythmique et une question oratoire. Le rhéteur a par là associé la force d’évocation allégorique et poétique propre au dictamen, car la référence liturgique renvoie aux reproches faits par Jésus au peuple juif (un écho fort signifiant si l’on se trouve bien dans le contexte de la rebellion cardinalice) et la véhémence du modèle humaniste, à travers le recours à un exorde ex abrupto sous la forme d’une interrogation provocante. L’œuvre, à mi-chemin de la bulla et de l’oratio, conserve des éléments de l’un et en emprunte à l’autre pour produire un matériau rhétorique composite. Surtout, la question se pose dès lors de la portée à long terme de telles innovations internes ou marginales à la production diplomatique, qui ne sont que des greffes très minoritaires, et l’extension de l’investigation aux décennies postérieures s’avère ici d’autant plus nécessaire pour mesurer l’intrusion réelle de la pratique humaniste au sein de la communication politique de la papauté renaissante.

  • 93 Sur la pratique humaniste du discours cérémoniel à l’université, voir d’abord Avellini 1988 et Camp (...)
  • 94 Cette pratique a été notamment décrite dans Bougerol 1978, Maierù 1989 et Mantovani 2001.
  • 95 Sur ce point voir notamment Frova-Nigri 1998, qui renvoie à une bibliographie détaillée.
  • 96 Les analyses de Jacques Verger relatives au rôle rituel des examens de la maîtrise et du doctorat d (...)
  • 97 Cf. Avellini 1988.
  • 98 Hic enim primo ab ineunte etate in florentissima Venetorum urbe, cuius est ipse decoratissimum memb (...)
  • 99 C’est un phénomène qui a été souligné par Nancy Siraisi à propos de la médecine, cf. Siraisi 2004. (...)

38Parallèlement à cette perspective centrée sur l’imprégnation plus ou moins aboutie de modèles rhétoriques « souverains », un second axe de réflexion consiste à mettre en valeur des domaines oratoires relativement secondaires dont l’humanisme s’est emparé pour en faire des espaces d’expression privilégiés et emblématiques : des « niches » en quelque sorte, devenues monopoles et tribunes des studia humanitatis. Il est ainsi particulièrement intéressant de relever l’importance qui est accordée dès la fin du XIVe siècle, dans la production connue à travers les mélanges manuscrits, aux discours cérémoniels prononcés à l’université93. Nous entendons par là les allocutions célébratives et consensuelles destinées à des moments réglés de la vie académique (inauguration de l’année universitaire, premier cours d’un maître, ouverture d’une lectio, pétition ou collation de grades lors d’un conventus, entrée et sortie de fonction d’un recteur etc.)94. Tout au long du Quattrocento, des centaines de pièces de ce type sont composées sur le modèle de l’oratio classicisante, et sont conservées et diffusées, émanant des universités de Padoue, Pavie, Turin, Rome, Florence, Bologne et d’autres encore95. Les éloges, remerciements ou exhortations y suivent des trames très semblables, qu’il s’agisse de philosophie, de rhétorique, de médecine ou de droit : les listes des glorieux fondateurs, les affirmations pompeuses concluant à la grandeur suprême des études poursuivies, les hommages aux autorités et aux sommités savantes présentes s’inscrivent dans un concert nourri et très conformiste de compliments échangés entre pairs. On assiste de ce fait à un net investissement de la pratique rhétorique humaniste dans la ritualité universitaire, donnant une importance nouvelle à ces moments de célébration et de redéfinition de la communauté savante par elle-même, dont l’oratio cicéronienne tend à devenir l’outil privilégié : les procédés de mise en scène de soi dans le discours prennent dans ce cas, on l’imagine aisément, un relief particulier. Il y a là un véritable phénomène d’emprise sur la représentation collective qui confère à l’oratoria humaniste une fonction identitaire essentielle, au cœur de temps symboliques de reconnaissance mutuelle entre l’orateur et le corps auquel il s’adresse96. Les discours prononcés à l’occasion d’un conventus ou d’un principium revêtent alors d’autant plus un caractère initiatique, déterminé par la démonstration d’une compétence oratoire productrice de sodalitas97 : il est significatif que lorsque le philosophe Paolo Veneto entend souligner en 1410 le mérite de l’un de ses étudiants, Giovanni Michiel – « notre recrue » - auquel il remet les insignes doctoraux en Arts, il évoque la grande maîtrise rhétorique dont ce dernier a fait preuve « au point que, dans le discours philosophique qu’il a produit hier devant vous, illustres docteurs, il semblait véritablement être un autre Cicéron »98. Cette dynamique de progression dans la sphère de la solennité universitaire témoigne en outre de l’extension précoce de l’éloquence humaniste à des champs savants drapés d’une antique respectabilité comme la médecine et le droit, ce que l’on peut considérer comme l’un des symptômes mais aussi l’un des mécanismes du pouvoir d’attraction exercé par le courant des studia humanitatis auprès de secteurs a priori concurrents dans l’économie de la connaissance99. Il est même fascinant de constater combien la rhétorique humaniste s’impose de cette façon en tant que grille unifiante d’exaltation de l’activité intellectuelle, jusqu’à s’ériger en instrument de mesure suprême de la hiérarchie entre les arts. L’éloquence cérémonielle surinvestie par la pratique classicisante, qui se traduisit par la mainmise sur les temps de célébration de la communauté et par l’irruption dans la distribution des éloges aux disciplines, a ainsi constitué une porte d’entrée de l’humanisme au sein du monde académique.

  • 100 Voir par exemple les analyses de Charles Trinkaus à propos des discours de Bartolomeo della Fonte à (...)
  • 101 Quis enim vestrum est qui non intelligat omnes artes, quae ad humanitatem pertinent, quoddam inter (...)
  • 102 Eo quoque consilio, ea integritate domi foris in subsellis in rostris in curia usus est, ut vir bon (...)

39Ce faisant, les éléments de référence d’un paradigme nouveau étaient instillés dans l’imaginaire commun : les temps solennels de l’université devenaient, d’une manière saisissante, les tribunes d’une représentation du studium et des studiosi passée au prisme des idéaux propres à l’humanisme100. L’appel à la rénovation d’une éternelle latinitas comme force de régénération des vertus et l’intégration de toute étude à un projet de formation d’une humanitas accomplie dans l’engagement public pénétraient avec intensité le système idéologique universitaire. « Qui d’entre vous ne comprend pas que tous les arts qui relèvent de l’humanité ont entre eux, comme dit Cicéron, une sorte de lien commun et appartiennent pour ainsi dire à une même famille ? » écrivit par exemple Gasparino Barzizza dans les années 1410 pour l’inauguration d’un cours de philosophie, et la formule, qui reprenait sous forme de question oratoire une citation du Pro Archia, connut par la suite un succès certain101. Francesco Barbaro loua quant à lui le Pérugin Alberto Guidalotti, lorsque ce dernier reçut les insignes doctoraux dans les deux droits, parce qu’« il [avait] toujours agi selon cette résolution et cette intégrité aussi bien dans ses affaires privées que publiques, dans les tribunaux, dans les rostres, à la curie, de sorte qu’il préféra être et paraître un homme de bien plutôt que volubile et un homme de justice plutôt qu’un jurisconsulte » : le topos typiquement cicéronien du citoyen vertueux formé à l’éloquence et au droit (opposé au technicien ergoteur) se trouvait ainsi exposé avec éclat devant un parterre académique solennellement réuni dans la cathédrale de Padoue, le 25 octobre 1416102.

  • 103 Nous renvoyons de nouveau aux remarques de Patrick Gilli touchant à l’institutionnalisation de l’hu (...)

40En effet – et nous achèverons notre réflexion sur ce dernier point – à travers l’incursion de la pratique classicisante dans le paysage de l’éloquence publique, c’est aussi une topique à chaque fois spécifique et adaptée qui fut créée, fruit de la réélaboration par l’humanisme de schèmes idéologiques traditionnels. L’imprégnation des formes oratoires signifiait aussi un effort d’ajustement de l’outillage mental humaniste à des cadres préexistants103. Nous voulons mettre ici en valeur la capacité qu’eurent les partisans de cette alternative culturelle à modeler des idiosyncrasies politiques qui leur permettaient de se faire les porte-paroles des pouvoirs, à partir d’un arsenal rhétorique « régénéré », tout en y définissant leur propre pré carré. Des lieux communs, au sens le plus fort, furent trouvés, qui structurèrent le discours de certaines institutions sociopolitiques jusqu’à en devenir la charpente symbolique et à rendre l’orateur humaniste indispensable à leur aura.

  • 104 Voir dans une première approche les références citées dans la note 7.
  • 105 Deux colloques récents constituent un remarquable apport en ce domaine, cf. Gilli 2004b et Caby-Des (...)
  • 106 Deux ouvrages complémentaires ont mis en lumière, à quelques années de distance, la valeur heuristi (...)
  • 107 Sur Francesco Zabarella nous nous limitons à renvoyer à Girgensohn 1993-1994 et à la bibliographie (...)

41Bien des cas pourraient être cités, à commencer par celui de l’humanisme civique florentin qui intégra, avec le succès que l’on sait, le thème de la libertas communale à une valorisation du destin de la cité toscane comme fille de la Rome républicaine, et s’incarna dans la figure des grands chanceliers humanistes de la ville104. Nous nous arrêterons dans la présente contribution sur un exemple emblématique de la recherche de voies de confluence entre humanisme et institution ecclésiale au tournant du XVe siècle. Nombre de travaux de grande qualité ont contribué à montrer, depuis une décennie environ, combien les rapports complexes entre les humanistes et l’Église avaient été marqués par la faculté de ces derniers à investir les espaces du religieux (thèmes, rituels, encadrement pédagogique mais aussi registres discursifs) et à en influencer les mutations, brouillant par là même les lignes de démarcation entre sphère laïque et sphère cléricale105. La récupération de l’image du doctor ecclesiae, désormais présenté comme une adéquation entre studia humanitatis et ministère chrétien, est l’une des manifestations significatives de ce processus. Le modèle du saint écrivain militant pour la défense de la vraie foi fournissait une trame éthique riche de sens, d’autant qu’elle plongeait ses racines dans le christianisme antique. L’appropriation de ce patronage incontestable, qui déterminait les termes d’une association sacrée entre activité savante, propagation de l’orthodoxie et affirmation du pouvoir de l’Église, constituait à ce titre un enjeu fécond. On sait ainsi combien la figure de saint Jérôme fit l’objet de réévaluations notables, caractéristiques d’une représentation nouvelle du docteur dans son studiolo, occupé à combattre les adversaires de la foi grâce à l’excellence de son érudition, de son éloquence et de sa vertu106. « Figure éponyme de l’humanisme chrétien » (la formule est de Daniel Russo), le Saint traducteur se trouva de ce fait investi d’une fonction tutélaire, en tant que modèle idéal du vir bonus dicendique peritus engagé au service de l’Église. Mais ce constat prend encore davantage de relief si l’on fait valoir qu’une telle récupération idéologique fut aussi immédiatement appliquée à des figures contemporaines, dans le cadre de la pratique oratoire. Le parallèle avec la façon dont le cardinal Francesco Zabarella, célèbre canoniste en même temps qu’humaniste de premier plan, fut érigé dès les lendemains de son décès (le 26 septembre 1417 à Constance) en héros de l’humanisme curial, est à cet égard remarquable107.

  • 108 La première oraison dans l’ordre chronologique est l’œuvre de Poggio Bracciolini et a été écrite le (...)
  • 109 Quo studio effecit ut nulla esset artium, quas liberales appellant, in qua non excellenter saperet (...)
  • 110 Studia potissimum Oratoriae artis et philosophiae tanta exercitatione coluit, quod Cicero paucissim (...)
  • 111 Audistis non orationem, sed quasi fluvium quendam redundantem, tum verborum copia tum gravitate sen (...)

42Trois oraisons funèbres composées dans des circonstances différentes au cours de l’année suivant sa mort, par Poggio Bracciolini, Pier Paolo Vergerio l’Ancien et Pietro Donato, convergent en effet dans le sens d’une héroïsation visant à produire et à diffuser, à travers lui, l’image d’un nouveau doctor ecclesiae108. Une même structure topique, aisément identifiable, consiste dans la triade associant sagesse universelle, parfaite intégrité morale et don de l’éloquence : autrement dit, dans l’évocation de cet ethos cicéronien de l’orateur-philosophe apte à être un parfait homme d’État. Les panégyristes insistent de concert sur les accomplissements exceptionnels de Zabarella dans le domaine du droit (au point que Poggio le compare à un nouveau Solon), mais aussi sur l’ampleur de son savoir dans toutes les autres disciplines. Pier Paolo Vergerio estime par exemple que « son ardeur à l’étude fit qu’il n’y avait aucun des arts que l’on appelle libéraux dans lesquels il n’avait pas une excellente connaissance et qu’il ne pouvait enseigner, de sorte qu’il écrivit même dans certains d’élégants opuscules », ajoutant qu’il « se consacra plus intensément à la philosophie naturelle et au talent oratoire, et les absorba plus encore, parce que son intelligence y était plus disposée »109. Pietro Donato se réfère quant à lui par deux fois à Cicéron pour faire l’éloge de l’extraordinaire faculté du Padouan à conjuguer philosophie et art oratoire, ainsi que compétence juridique et rhétorique (ce qui lui vaut à bon droit, souligne Pietro, d’être « le plus éloquent des experts en droit et le plus expert en droit des éloquents », selon une formule empruntée au De oratore)110. Tous évoquent dans ce contexte la carrière d’enseignant du défunt et célèbrent d’une même voix une véritable vocation qui fit le bonheur de ses nombreux disciples. La générosité et l’honnêteté s’accordaient avec son immense savoir mais aussi avec un talent oratoire hors pair. Poggio affirme par exemple : « Vous entendiez non un discours, mais presque un fleuve débordant, tant par l’abondance des mots que par le poids des formules »111.

43Cependant l’aspect le plus intéressant de cet ensemble consiste dans l’articulation entre, d’une part, cette évocation typiquement humaniste de la figure intellectuelle du maître et, d’autre part, l’exaltation de sa carrière ecclésiastique définie comme un vertueux combat pour la défense des fidèles. Tanto lumine privatus est mundus, déplore ainsi Pier Paolo Vergerio, singulare lumen extinctum est, affirme à son tour Pietro Donato, dans une même reprise d’un lieu commun christique. Le zèle, le désintéressement et l’abnégation dont fit preuve, particulièrement au concile de Constance, celui qui était l’un des principaux promoteurs des théories conciliaires en même temps qu’un prélat engagé corps et âme dans la lutte contre le schisme, sont unaniment célébrés comme autant de signes d’un extraordinaire sens de l’engagement. Vergerio souligne dans cette perspective la profonde continuité éthique de son parcours, depuis l’université jusqu’à la curie. Poggio insiste quant à lui sur les terribles efforts consentis par le prélat pour rendre la paix possible à Constance, au point d’épuiser ses forces et de mourir, en martyr de l’union, au seuil de la réalisation de son vœu le plus cher. Ainsi Zabarella fut-il un fidei propugnator (l’expression est de Pietro Donato) prêt à tous les sacrifices pour sauver l’Église en péril. Point d’orgue de la célébration, les trois oraisons se concluent sur l’idée que le cardinal aurait mérité d’être élu pape. Intellectuel complet abreuvé aux studia humanitatis, le docteur représentait aux yeux de ses apologistes la trajectoire idéale d’un humaniste engagé au service de la Chrétienté. Comme en transparence, l’image de l’orator se mêle à celle du doctor ecclesie pour, en un saisissant syncrétisme, promouvoir l’utopie d’une union parfaite entre le prélat et le savant, entre l’institution ecclésiale et l’alter Cicero. En cette fin de Grand Schisme, alors que les espoirs de réforme s’alliaient à ceux d’un réveil de l’Antiquité, une même projection idéologique était proposée aux participants de Constance, aux autorités padouanes et aux compagnons de route de l’humanisme : studia humanitatis et papauté pouvaient collaborer et contribuer en harmonie à la renaissance des temps glorieux.

44Ainsi le discours se faisait-il le support d’une promotion de soi tout en se mettant au service d’une élite, ainsi une pratique rhétorique s’insinuait-elle au sein d’un débat pourtant saturé pour présenter un modèle culturel de rénovation et susciter l’adhésion à ses valeurs.

45Pour conclure, que nous soit concédé le détour par une courte citation. Comme il inaugurait une lectio sur Lucain à Constance, en 1417, le curialiste Benedetto da Piglio s’exclama :

  • 112 Caderem, viri optimi, in conspectu tanti auditorii, nisi me labantem manus vestre modestie ac benig (...)

Je tomberais à terre, viri optimi, à la vue d’un tel auditoire, si les mains de votre modestie et de votre bienveillance ne me relevaient dans ma chute. Avec leur assistance, bien que débutant dans l’art oratoire, c’est cependant confiant que je formulerai ces mots. Si, comme le dit Valère-Maxime, « une voix éloquente suffit pour faire reculer la colère, la sédition, la force des armes », si l’enjouement d’un discours passionné l’emporte sur la menace, si un homme digne et éloquent apaise le tumulte et retient les pierres déjà en vol, si celui-ci, comme le dit Virgile, régit par ses propos « les cœurs et apaise leur colère », si la lyre d’Amphion, comme l’a rappelé Cassiodore, « avait élevé les hommes abrutis par la peine à la recherche de la perfection », si par les modulations d’Orphée, les fleuves, comme le dit Boèce, se sont arrêtés, et les forêts se sont mues, pourquoi labourons-nous le rivage en négligeant les prés, c’est-à-dire les livres où se colorent les fleurs de l’éloquence et de la sagesse, pourquoi usons-nous inutilement le temps qui nous est donné ? [...] Eh bien, messieurs, efforçons-nous de surgir hors des ténèbres, de fuir l’ignorance dans la mesure de nos forces. Que nos études portent sur l’éloquence et la sagesse, dont je ne sais pas, étant utiles à tous ceux qui songent à mener une vie honnête, si elles sont davantage nécessaires aux clercs, aux prélats, aux princes112.

  • 113 Nous renvoyons en premier lieu à l’article que lui a consacré Cecil Grayson dans le Dizionario Biog (...)

46En un saisissant condensé des formules, des méthodes et des lieux communs, la démonstration de sa parfaite, presque excessive, maîtrise des codes oratoires emblématiques de la culture des studia humanitatis était faite avec ostentation dès les premières phrases de son discours. Mais qui était ce Benedetto da Piglio, si bien informé des nouvelles « tendances » rhétoriques ? Sans ses propres écrits, conservés dans d’uniques copies manuscrites, et quelques sources archivistiques, nous serions bien en peine de le dire, tant les humanistes qui furent ses contemporains (et qu’il avait pourtant cotôyés à la curie pour certains) semblent avoir ignoré son existence113. Un scripteur apostolique originaire du Latium, familier du cardinal Pietro Stefaneschi, passionné de poésie classique, enthousiaste partisan des studia humanitatis ; mais du point de vue du mouvement humaniste, un vrai « sans-grade », un second couteau qui essaya pourtant d’en être. Or, c’est précisément quand elle commença à être pratiquée, singée, par des Benedetto da Piglio que la rhétorique classicisante prit une réelle dimension civilisationnelle, signe de sa force désormais acquise comme pôle d’attraction culturelle.

47Au terme de ces réflexions qui, nous le soulignions d’emblée, ont eu pour seule ambition de mettre en valeur des pistes d’analyse négligées et prometteuses, nous espérons avoir fait ressortir les ramifications et les potentialités que recèle une histoire de la rhétorique humaniste comme pratique sociale. L’histoire d’un modèle oratoire empirique qui se singularise et se charge de sens, qui se propage, s’insinue ou se fond dans les interstices qui lui sont ouverts ; qui s’introduit dans les représentations socio-institutionnelles pour s’en approprier l’identité même, tout en véhiculant un puissant paradigme ; qui signale, en définitive, les chemins suivis par un processus complexe et toujours fascinant liant naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante.

ANNEXE 1

48Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XI. 101 (3939)

Variorum scriptorum saec. XV epistolae et orationes

49Mélange humaniste, 1ère moitié du XVe siècle, Italie du Nord (Vénétie). Prov. Apostolo Zeno 142.

50Papier, II+81 folios, 292x219 mm, écriture cursive bâtarde gothique (une seule main).

51Bibliographie générale

52Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 255-256 et vol. VI, p. 259 ; Zorzanello 1981, p. 3-7 ; Monfasani 1984, p. 73 ; Griggio 1991, p. 317 ; Hankins 1997, n° 2931 ; Gualdo Rosa 2004, p. 244.

53Inventaire

541- f. 1r : Epistola per regem Robertum ad papam Johannem in morte filii, Inc. Sanctissimo patrum patri et domini domino Johanni [...]. Tristis fletus cuius amaritudine quaetior

55 = Robert d’Anjou, lettre au Pape Jean XXII sur la mort de son fils Charles de Calabre, c. 1328 ( ?)

562- f. 1r-1v : Pogius salutem dicit Nicolao suo de morte domini Colucii, Inc. Gravem ac tristem nuntium

57 = Poggio Bracciolini, lettre à Niccolò Niccoli sur la mort de Coluccio Salutati, Rome, 15 mai 1406

58Bertalot 1990-2004, n° 8235 ; éd. Harth 1984, vol. I, App. I, p. 219-221.

593- f. 1v-5v : Leonardi iustiniani oratio in funere Caroli Zeni, Inc. Maximum et amplissimum munus illustrissime princeps

60 = Leonardo Giustiniani, oraison funèbre en hommage à Carlo Zeno, Venise, 8 mai 1418

61Bertalot 1990-2004, n° 11750 ; Mc Manamon 2011, p. 448-452 (s’y reporter pour les différentes éditions disponibles).

624- f. 5v-6v : Guarinus Veronensis clarissimo equestris ordinis viro Alberto de Sala, Inc. Luculentam illam Justiniani oratio

63 = Guarino Veronese, lettre à Alberto della Sala sur l’oraison funèbre de Leonardo Giustiniani en hommage à Carlo Zeno, Venise, 21 juin 1418

64Bertalot 1990-2004, n° 11258 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 113, p. 196-198.

655- f. 6v-7v : Innocentio pape Linus Colucius Salutatus post humilem recommendationem et pedum oscula beatorum, Inc. Nescio cui magis magis gratuler

66 = Coluccio Salutati, lettre au pape Innocent VII sur la nomination de Leonardo Bruni à l’office de secrétaire apostolique, Florence, 6 août 1405

67Bertalot 1990-2004, n° 12728 ; éd. Novati 1893-1911, XIV, 15, p. 106-109.

686- f. 7v-8r : Leona[rdus] are[tinus] salutem dicit patri optimo Colucio Salutato, Inc. Etsi sciam que te nuper de me

69 = Leonardo Bruni, lettre à Coluccio Salutati à propos de sa nomination à l’office de secrétaire apostolique, Rome, août 1405 (dans ce manuscrit : Viturbii kalendis decembri[is])

70Bertalot 1990-2004, n° 6656 ; Luiso 1980, p. 7-8 ; Gualdo Rosa 2004, p. 244 ; éd. Mehus 1741, I, 3, p. 4-6.

717- f. 8r-8v : Alexander ad Aristotilem, Inc. Semper tui karissime preceptor etiam inter dubia

72 = pseudo-Alexandre, lettre à Aristote sur son voyage en Inde (Epistola Alexandri Macedonis ad Aristotilem magistrum, Inc. Semper memor tui etiam inter dubia bellorumque nostrorum pericula, carissime preceptor), traduction latine d’un extrait du Pseudo-Callisthène, qui appartient, avec le Roman d’Alexandre de Julius Valère, au corpus alexandrin (fin du IVe siècle)

73éd. Callu 2010, p. 363-375.

748- f. 8v-9v : Escinis Epistola ad thenienses (sic), Inc. Ego me ad rem publicam contuli tricesimo tertio

75 = Leonardo Bruni, traduction latine de la lettre du pseudo-Eschine aux Athéniens, c. 1405-1421

76Bertalot 1990-2004, n° 5666 ; Hankins 2003, p. 191.

779- f. 9v-11r : F. B. Veneti pro insigni viro Joanino Coradino epitaphios logos id est funebris oratio, Inc. Vereor patres optimi ac sapientissimi viri

78 = Francesco Barbaro, oraison funèbre de Francesco Barbaro en hommage à Giovanni Coradino, Padoue, 1416 (après le 26 août)

79Bertalot 1990-2004, n° 24284 ; Mc Manamon 2011, p. 1044 ; éd. Griggio 1999, n° 5

8010- f. 11r : Gasparinus Pergamensis Guarino Veronensi, Inc. Si tardius quod vello exordia illa

81 = Gasparino Barzizza, lettre à Guarino Veronese sur les exordia de Barzizza (Inc. Si tardius quam velles exordia illa), Padoue, 19 décembre (1415 ?)

82Bertalot 1990-2004, n° 21994 ; Mazzuconi 1977, n° 284 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 46, p. 100-101.

8311- f. 11v : Garinus Veronensis Gasparino Pergamensi s. p. d., Inc. Cum hoc vero ipso Pasio 

84 = Guarino Veronese, lettre à Gasparino Barzizza sur Pace Guarienti, Vérone, 1420

85Bertalot 1990-2004, n° 3304 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 182, p. 288-289

8612- f. 11v : Gasparinus Pergamensis sumo amico suo Guarino Veronensi, Inc. [Pasium tuum plurimi facio vel quod homo Veronensis] est aut quia virum bonum existimo

87 = Gasparino Barzizza, réponse à Guarino Veronese sur Pace Guarienti, Padoue, 1420

88Bertalot 1990-2004, n° 15165 ; Mazzuconi 1977, n° 181 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 183, p. 289

8913- f. 12r-14r : Guarinus Veronensis doctissimo viro Poggio secretario apostolico s. p. d., Inc. Ex hiis litteris quas nuper

90 = Guarino Veronese, lettre à Poggio Bracciolini (réponse à une lettre de Poggio relatant les événements à Constance), Padoue, 4 juillet 1416

91Bertalot 1990-2004, n° 6867 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 56, p. 116-121

9214- f. 14r-14v : Franciscus Barbarus sal. d. Sancto Venerio Iadrensis urbis prefecto, Inc. Credo te memoria tenere una

93 = Francesco Barbaro, lettre à Santo Venier (éloge des studia humanitatis), Venise, 31 décembre 1417

94Bertalot 1990-2004, n° 2835 ; éd. Griggio 1999, n° 3

9515- f. 14v : Gasparinus Pergamensis Andree Giuliano salutem dicit, Inc. Multas ex tuis orationibus accuratissime scriptas legi

96 = Gasparino Barzizza, lettre à Andrea Giuliani sur son oraison funèbre en hommage à Manuel Chrysoloras, Padoue, 24 septembre 1415

97Bertalot 1990-2004, n° 12395 ; Mazzuconi 1977, n° 130 ; éd. Furietti 1723, p. 210

9816- f. 15r : Oratio oscuris [pour escinis ?] ad Athenienses persuasiva ut se subiciant Alexandro, Inc. Reminiscor adthenienses Alexandrum hac nostra urbe

99 = Pseudo-Eschine, discours au peuple athénien sur Alexandre, extrait d’une extrapolation médiévale (fin xie-début xiie siècle) à l’Histoire d’Alexandre de Quinte-Curce inspirée du Pseudo-Callisthène et de Julius Valère

100Berti 2001 ; éd. Sabbadini 1915, p. 241

10117- f. 15r : Oratio Demadi in contrarium, Inc. Admirans vehementer admiror

102 = Pseudo-Démade, discours au peuple athénien sur Alexandre, extrait d’une extrapolation médiévale (fin xie-début xiie siècle) à l’Histoire d’Alexandre de Quinte-Curce inspirée du Pseudo-Callisthène et de Julius Valère

103Berti 2001 ; éd. Sabbadini 1915, p. 241-242

10418- f. 15r-15v : Oratio Demostenis, Inc. Apud vos in questione verti videor videre

105 = Pseudo-Démosthène, discours au peuple athénien sur Alexandre, extrait d’une extrapolation médiévale (fin xie-début xiie siècle) à l’Histoire d’Alexandre de Quinte-Curce inspirée du Pseudo-Callisthène et de Julius Valère

106Berti 2001 ; éd. Sabbadini 1915, p. 242

10719- f. 15v-16r : Christophorus de Scarpis Fantino Georgio salutem plurimam dicit, Inc. Si preterite negligentie velimexcusationem afferre

108 = Cristoforo Scarpa, lettre à Fantino Zorzi, 1418

109Bertalot 1990-2004, n° 21723 ; éd. Segarizzi 1915, p. 219-220

11020- f. 16r-17v : Epistola clarissimi rhetoris Gasparini Bergomensis ad Martinum quintum in qua Universitas studii Patavini eius creationi congratulatur et sanctitati suae recommendat, Inc. Tandem pater beatissime quod superos omnes deumque optimum

111 = Gasparino Barzizza, discours adressé à Martin V au nom de l’université de Padoue, Padoue, 1er mars 1418

112Bertalot 1990-2004, n° 22983 ; éd. Furietti 1723, p. 82-85

11321- f. 17v-19r : Quedam declamationes Colucii Pieri cancelari florentini, Inc. Lucretia Spurii Lucretii filia

114 = Coluccio Salutati, Declamatio Lucretiae, Florence, c. 1390

115Bertalot 1990-2004, n° 11251 ; Laureys 2008, p. 191-194 

11622- f. 19v-21v : Oratio pro sponsalibus, Inc. Neminem vestrum ignorarearbitror viri spectabiles et egregii

117 = Anonyme, discours de mariage en l’honneur d’un noble padouan (Johannes) et de son épouse, Padoue

118Bertalot 1990-2004, n° 12630 ; D’Elia 2004, p. 141, n° 1 (ne mentionne pas cette copie manuscrite)

11923- f. 21v-22r : Ad eundem regem oratio laudatoria, Inc. Tandem rex serenissime quod a superis immortalibus

120 = Gasparino Barzizza, panégyrique adressé au roi Janus de Lusignan, écrit pour un étudiant chypriote de Padoue à l’occasion du retour de ce dernier à Chypre (Oratio adIanum Cypri regem), c. 1415 ?

121Bertalot 1990-2004, n° 22988 ; Mc Manamon 2011, p. 984-985 ; éd. Furietti 1723, p. 33-36

12224- 22v-23v : Guarinus Veronensis clarissimo equestris ordinis viro Alberto de Sala, Inc. Luculentam illam Justiniani oratio

123 = Guarino Veronese, lettre à Alberto della Sala sur l’oraison funèbre de Leonardo Giustiniani en hommage à Carlo Zeno, Venise, 21 juin 1418, même texte que le n° 4

124Bertalot 1990-2004, n° 11258 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 113, p. 196-198

12525- 24r-25r : Ad Frenadum [pour Fernandum] serenissimum regem aragonum congratulatoria sue regie creationis oratio, Inc. Vellem rex clarissime hoc die ea michi vis ingenii 

126 = Gasparino Barzizza, panégyrique du roi Ferdinand d’Aragon pour son accession au trône, 1412

127Bertalot 1990-2004, n° 23959 ; Mc Manamon 2011, p. 1020-1022 ; éd. Furietti 1723, p. 27-30

12826- f. 25r-25v : Sequitur clarissimo ac patricio viro leonardo iustiniano suma observatione colendo venetiis, Inc. Cum te multo superiori tempore multum

129 = Gasparino Barzizza, lettre à Leonardo Giustiniani à propos de sa traduction de la Vie de Cimon et Lucullus Plutarque, Padoue, c. 1415

130Bertalot 1990-2004, n° 4108 ; Mazzuconi 1977, n° 40

13127- f. 26r-27r : Guarinus Veronensis suo Ant. Cor[b]inello salutem plurimam dicit, Inc. Quanto me gaudio tuis et amenis et gravibus affeceris litteris

132 = Guarino Veronese, lettre à Antonio Corbinelli sur le mariage, Venise, 22 novembre 1418

133Bertalot 1990-2004, n° 17711 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 125, p. 213-215

13428- f. 27r-28r : Oratio habita potestatem pad. p. c., Inc. Quamquam ceteri qui hoc honestissimo visitationis officio

135 = Anonyme, discours adressé au podestat de Padoue Paolo Correr pour son accès à cette charge, Padoue, 1423

136Zorzanello 1981, p. 5

13729- f. 28r-29v : Oratio G. P[ergamensis] in funere Jacobi forliviensis, Inc. Video hic neminem vestrum patres

138 = Gasparino Barzizza, oraison funèbre en hommage au médecin Jacopo da Forlì (Giacomo della Torre), Padoue, 1414 (après le 12 février)

139Bertalot 1990-2004, n° 24448 ; Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; éd. Furietti 1723, p. 23-26

14030- f. 29v-33v : In C. V. georgium Laure[d]anum guarini veronensis funebris oratio, Inc. Maxima pars hodierno die

141 = Leonardo Giustiniani, oraison funèbre en hommage à Giorgio Loredan, Venise, juillet 1421

142Bertalot 1990-2004, n° 11684 ; Mc Manamon 2011, p. 430-431 (s’y reporter pour l’édition disponible ainsi que l’attribution)

14331- f. 33v : Guarinus Veronensis suo dulcissimo yeronimo gualdo salutem plurimam dicit, Inc. Esti supervacua sit tua pro Philippo Cyprio commendatio

144 = Guarino Veronese, lettre à Girolamo Gualdo, Venise, 18 janvier 1418 (il y annonce l’envoi de l’oraison funèbre composée par Poggio Bracciolini en hommage à Francesco Zabarella à Constance le 27 septembre précédent, pour la transmettre à Pietro Donato)

145Bertalot 1990-2004, n° 6690 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. I, n° 98, p. 179-180

14632- f. 34r : Franciscus Bracchus doctissimo ieronimo gualdo salutem plurimam dicit, Inc. Etsi superiori tempore cum virtute tua eximia

147 = Francesco Braccho, lettre à Girolamo Gualdo, Venise, 6 octobre 1418

148Bertalot 1990-2004, n° 6682 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

14933- f. 34v-38v : Andree Iuliani in manuelem a bisoloram [pour chrisoloram] epitaphios logos id est funebris oratio, Inc. Si quis vestrum est viri doctissimiqui forte admiretur

150 = Andrea Giuliani, oraison funèbre en hommage à Manuel Chrysoloras, Venise, été 1415

151Bertalot 1990-2004, n° 21901 ; Mc Manamon 2011, p. 932-934 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

15234- f. 38v-40v : Prohemium leonardi Justiniani veneti in vitam lucisi et cimonis, Inc. Cum permulta litterarum studia Henrice princeps

153 = Leonardo Giustiniani, préface à sa traduction latine de la Vie de Cimon et Lucullus de Plutarque adressée à Henri de Lusignan prince de Galilée (Inc. Cum permulta sint litterarum studia Henrice princeps), Venise, 1416

154Bertalot 1990-2004, n° 3769 ; éd. Pade 2007, vol. II, p. 119-123

15535- f. 40v-44v : Invectiva contra versutos ypocritas Leonardi Arretini, Inc. Ex omni genere hominum

156 = Leonardo Bruni, Oratio in hypocritas, Florence, 1418

157Bertalot 1990-2004, n° 6994 ; éd. Viti 1996, p. 305-331

15836- f. 44v-46v : [Oratio] habita in quodam principio artium, Inc. Nisi vestra singularis et egregia sapientia

159 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, Padoue, c. 1407-1421

160Bertalot 1990-2004, n° 13167 ; Bertalot 1975d, p. 226

16137- f. 46v-47r : Inc. Cum multa sepe de rebus maximis et ad bene

162 = Gasparino Barzizza, discours de pétition du candidat Andrea Visconti, maître général de l’ordre des Humiliés, pour les insignes doctoraux en droit canonique (Oratio pro petente insignia in iure canonico habita Patavii, Inc. Cum multa sepe mecum de rebus maximis et ad bene), Padoue, 17 août 1410

163Bertalot 1990-2004, n° 3565 ; Mc Manamon 2011, p. 105-106 ; éd. Furietti 1723, p. 64-66

16438- f. 47v-50r : Poggius Leonardo Aretino pl. s., Inc. Cum pluribus diebus ad balnea fuissem

165 = Poggio Bracciolini, lettre à Leonardo Bruni sur le procès de Jérôme de Prague, Constance, 30 mai 1416

166Bertalot 1990-2004, n° 3794 ; éd. Harth 1984, vol. II, IV, 6, p. 157-163

16739- f. 50r-51r : Inc. Magnas habeo huic tempori gratias

168 = Gasparino Barzizza, discours du recteur sortant (Filippo Tarvisino ?) pour l’élection du nouveau recteur de l’université des artistes Niccolò da Lucca, Padoue, 3 juin 1412

169Bertalot 1990-2004, n° 11425 ; éd. Furietti 1723, p. 20-23

17040-51r-55r : Oratio habita ab archiepiscopo cretensi in exsequiis domini francisci de cabarelis, Inc. Etsi ex omnibus unus minimus sim

171 = Pietro Donato, oraison funèbre en hommage à Francesco Zabarella pour ses funérailles dans la cathédrale de Padoue (Oratio in exequiis domini Francisci Zabarellae, var. Inc. Etsi unus ex omnibus minime sim), Padoue, 18 octobre 1418

172Bertalot 1990-2004, n° 6724 ; Mc Manamon 2011, p. 235-236 ; éd. Mittarelli 1779, col. 1231-1237

17341- f. 55v-57v : Oratio eiusdem de laudibus philosophie in suo principio in artibus, Inc. Si novum aliquid et eruditissimis auribus vestris dignum

174 = Giona Resta, leçon inaugurale pour une lectio sur le Traité de l’âme d’Aristote, Padoue, 1418 ?

175Bertalot 1990-2004, n° 21660

17642- f. 57v-65r : Domino Johanni bochatio de certalio epistola domini francisci petrarce de insigni obedientia et fide uxorina, Inc. Librum tuum quem nostro materno eloquio

177 = Pétrarque, De insigni obedientia et fide uxoria (Seniles, XVII, 3), lettre à Boccace à propos de sa Griselda (Décaméron, X, 10) et traduction latine de l’œuvre (f. 59v Inc. Est ad ytalie latus occiduum Vesulus), monts Euganéens (Padoue), 1373

178Bertalot 1990-2004, n° 5974 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

17943- f. 65v-66r : Ratio punctandi colutii florentini, Inc. Licet ad placitum dici possit inventa

180 = Coluccio Salutati, Ratio punctandi, opuscule sur la ponctuation, c. 1400

181Bertalot 1990-2004, n° 10714 ; S. Zamponi 2008, p. 203-206.

18244- f. 66r-69v : Oratio georgii trapezuntii pro laudibus ciceronis, Inc. Etsi o viri prudentissimi ac nobilissimi

183 = Giorgio da Trebisonda, discours d’inauguration d’un cours sur la rhétorique de Cicéron, Vicence, 1421

184Bertalot 1990-2004, n° 6552 ; Monfasani 1976, ad indicem ; éd. Monfasani 1984, p. 340-350

18545- f. 69v-72v : francisci barbari veneti ad pogium secretarium apostolicum pro inventis codicibus collaudatio et ad rimandos caeteros exhortatio, Inc. Etsi preclari facti tui conscientia et eruditorum hominum

186 = Francesco Barbaro, lettre à Poggio Bracciolini (éloge de ses découvertes de manuscrits dans le monde germanique), Venise, 6 juillet 1417

187Bertalot 1990-2004, n° 6599 ; éd. Griggio 1999, n° 20

18846- f. 72v-76r : Oratio leonardi Aretini in qua eliogabalus augustus ad matronas romanas erat ad meretriciam invitans, Inc. Incredibilis me libido habet commilitones

189 = Leonardo Bruni, Oratio Heliogabali ad meretrices (exhortation fictive de l’empereur Héliogabale sur un thème licencieux), Sienne (curie), décembre 1407-janvier 1408 (le discours est ici précédé d’un bref argument, Inc. Heliogabalus Augustus inter cetera notate lascivia)

190Bertalot 1990-2004, n° 9687 ; éd. Viti 1996, p. 283-303

19147- f. 76r-81r : Oratio habite (sic) a g. In principio epistolarum Senece, Inc. Quamquam multa sint in philosophia vel ad institutionem vite

192 = Gasparino Barzizza, préface à un commentaire des Lettres à Lucilius de Sénèque (commentarius in Senece epistulas ad Lucilium) écrite sous forme de prolusio, Padoue, c. 1411

193Bertalot 1990-2004, n° 17284 ; Panizza 1977 (manuscrit non pris en compte), en particulier éd. p. 350-357 ; Mercer 1979, p. 80 ; Fohlen 2002, p. 49

19448- f. 81r-81v : Inc. Dum michi iam juveni cuperet monstrare magistram

195 = Anonyme, carmen hexamétrique d’inspiration bucolique (aspiration du poète à la virtus)

196Zorzanello 1981, p. 7

ANNEXE 2

197Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 3021

198Mélange humaniste (lettres et discours), 1ère moitié du XVe siècle (1435), Italie du Nord (Padoue).

199Papier, 57 folios, 185x155 mm, écriture cursive bâtarde (deux mains ?), une initiale peinte en bleu au folio 31r.

200Colophon au folio 49v : Ego Venceslaus de Alamania alta conplevi sermones suprascriptos Anno 1435 dominica qua cantatur in s. matre ecclesia circumdederunt etc. Rapprochement plausible avec Ua. Venceslaus alamanus, qui copie un manuscrit de Walter Burley à Padoue, Santa Lucia, en juillet 1453 (Griggio 1991, p. 175).

201Bibliographie générale

202Kristeller 1962-1992, vol. II, p. 438 ; Bertalot 1975d, p. 212 et passim ; Griggio 1991, p. 175 ; Hankins 1997, n° 2618

203Inventaire ([titre] = titre ajouté par une autre main)

204I

2051- f. 1r-2v : [In principio studii legum oratio feliciter incipit], Inc. Quamquam multos hic esseintelligam

206 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration de l’année académique du studium des juristes, Padoue, 1416

207Bertalot 1990-2004, n° 17291

2082- f. 2v-3r : [De laudibus philosophie], Inc. Sentio magnifici patres et doctores amplissimi

209 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, pour leprincipium de Niccolò Savonarola, Padoue, août 1413

210Sabbadini 1886, p. 830, n° 57 ; Bertalot 1990-2004, n° 21217 ; éd. Furietti 1723, p. 55-56

2113- f. 3r-4v : [De laudibus philosophie], Inc. Nisi vestra singularis et egregia sapientia patres amplissimi

212 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours sur le Traité de l’âme d’Aristote, Padoue, 1407-1421

213Sabbadini 1886, p. 829, n° 38 ; Bertalot 1990-2004, n° 13167

2144- f. 4v-5r : [De laudibus philosophie], Inc. Si quis vestrum est patres peritissimi qui vel attenta etatis mee ratione

215 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours de philosophie, Padoue, 1407-1421

216Bertalot 1990-2004, n° 21897

2175- f. 5r-6r : [De laudibus iuris civilis], Inc. Nisi vestra expectatio magnifici patres et doctores egregii

218 = Gasparino Barzizza, discours d’inauguration d’un cours de médecine sur Avicenne (éloge de la médecine), Padoue, 1407-1421

219Sabbadini 1886, p. 829, n° 37 ; Bertalot 1990-2004, n° 13165

2206- f. 6r-7r : [De laudibus medicine], Inc. Omnes qui ante me simili officio functi sunt

221 = Battista del Nevo, discours d’inauguration d’un cours de médecine, Padoue, c. 1417-1418 ?

222Bertalot 1990-2004, n° 14822

2237- f. 7r-9v : [De laudibus iuris civilis], Inc. Multi forte mirantur viri insignes et patres clarissimi, qui me in hanc sedem atque ornatissimam ascendisse

224 = Anonyme, discours pour un principium en droit civil suivi d’une gratiarum actio, Padoue, c. 1400-1435

225Bertalot 1990-2004, n° 12404

2268- f. 9v-11r : Inc. Cum multi admodum familiares solempni festo me convenissent

227 = Anonyme, exhortation à la vertu adressée à un prince

228Bertalot 1990-2004, n° 3582

2299- f. 11r-14v : Oratio Justiniani veneti leonardi habita in exequiis charoli zeno veneti, Inc. Maximum et amplissimum munus illustrissime princeps

230 = Leonardo Giustiniani, oraison funèbre en hommage à Carlo Zeno, Venise, 8 mai 1418

231Bertalot 1990-2004, n° 11750 ; Mc Manamon 2011, p. 448-452 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

23210- f. 14v-19r : Oratio habita in exequiis domini francisci de çabarelis cardinalis, Inc. Etsi plurimo luctu doloreque impedior

233 = Poggio Bracciolini, oraison funèbre en hommage à Francesco Zabarella, Constance, 27 septembre 1417

234Bertalot 1990-2004, n° 6589 ; Mc Manamon 2011, p. 227-228 ; éd. Knoblouchus 1510, f. XXV-XXVIII (Mc Manamon 2011 signale d’autres éditions)

23511- f. 19r-22r : Inc. Si quis vestrum est viri doctissimi qui forte admiretur

236 = Andrea Giuliani, oraison funèbre en hommage à Manuel Chrysoloras, Venise, été 1415

237Bertalot 1990-2004, n° 21901 ; Mc Manamon 2011, p. 932-934 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

23812- f. 22r : Gasparinis Pergamensis Andree Juliano s. d., Inc. Multas ex tuis orationibus accuratissime scriptas legi

239 = Gasparino Barzizza, lettre à Andrea Giuliani sur son oraison funèbre en hommage à Manuel Chrysoloras, Padoue, 24 septembre 1415

240Bertalot 1990-2004, n° 12395 ; Mazzuconi 1977, n° 130 ; éd. Furietti 1723, p. 210

24113- f. 22r-24r : Nicolaus de Leonardis phisicus ornatissimis viris Francisco Barbaro et Andree Juliano s. p. dicit, Inc. Admonuistis me viri doctissimi ea de re

242 = Niccolò Leonardi, Oratio habita in funere clarissimi viri magistri Andreae phisici Venetiarum, oraison funèbre (sous forme de lettre) en hommage à Andrea, un médecin vénitien (peut-être Andrea Mussolini), Venise ?, avant 1429

243Bertalot 1975d, p. 220 ; Zaccaria 1982-1983, p. 104 (éd. p. 111-116) ; Bertalot 1990-2004, n° 812 ; Mc Manamon 2011, p. 10

24414- f. 24r-25v : Inc. Video hic neminem vestrum patres doctissimi

245 = Gasparino Barzizza, Oratio habita in funere Jacobi de Turre Foroliviensis ad doctores utriusque universitatis, oraison funèbre en hommage au médecin Jacopo da Forlì (Giacomo della Torre), Padoue, 1414 (après le 12 février)

246Bertalot 1990-2004, n° 24448 ; Mc Manamon 2011, p. 1048-1049 ; éd. Furietti 1723, p. 23-26

24715- f. 25v-26v : Inc. Plena lacrimarum atque meroris hodierna die

248 = Leonardo Bruni, Laudatio in funere Othonis, oraison funèbre en hommage à Ottone Cavalcanti, Viterbe, 1405

249Bertalot 1990-2004, n° 15686 ; Mc Manamon 2011, p. 634-637 ; éd. Viti 1996, p. 397-409

25016- f. 27r-27v : Inc. Cum omnes qui tuam adeunt sanctitatem Pater Beatissime

251 = Gasparino Barzizza, discours adressé par le vénitien Lorenzo Bragadin au pape Alexandre V, 1409-1410

252Sabbadini 1886, p. 826, n° 3 ; Bertalot 1990-2004, n° 3712 ; éd. Furietti 1723, p. 15-17

25317- f. 27v-28v : Inc. Sepenumero antequam ad tue maiestatis conspectum accederem

254 = Guarino Veronese ou Bornio da Sala, Oratio ad summum ponteficem, discours adressé au pape Martin V au nom du peuple bolonais, Mantoue ou Genève ?, 1418

255Bertalot 1975d, p. 228 ; Bertalot 1990-2004, n° 20388 ; Bracke 1992, p. 134

25618- f. 29r-30r : Inc. Quod a deo optimo maximoque attentissima dudum oratione

257 = Gasparino Barzizza, Oratio ad Martinum V habita Mediolani, discours adressé au pape Martin V, Milan, septembre 1418

258Sabbadini 1886, p. 830, n° 54 ; Bertalot 1990-2004, n° 18679 ; Bracke 1992, p. 129-130 ; éd. Furietti 1723, p. 76-79

25919- f. 30r-30v : Inc. Qui tuam laudant sanctitatem P. beatissime opus certe bonum

260 = Leonardo Bruni, Prologus in Phaedonem Platonis, préface à sa traduction latine du Phédon de Platon adressée au pape Innocent VII, Rome, c. 1405

261Bertalot 1990-2004, n° 18042 (variante n° 18110) ; Hankins 1990, vol. I, p. 49-51 ; éd. Baron 1928, p. 3-4

26220- f. 31r-32r : Inc. Constitui mecum vir amplissime diuturno apud te silentio

263 = Antonio Carabello ?, lettre adressée à Antonio da Massa Marittima pour l’exhorter à venir séjourner à Venise où se trouvent de nombreux antiquitatis cultores, Venise, c. 1418

264Bertalot 1990-2004, n° 2617 ; Rundle 1997, p. 331-342

26521- f. 32r-33r : Inc. Non mediocri voluptate afficior illustres ac magnifici domini

266 = Gasparino Barzizza, Oratio pro insignia doctoratus medicine accipiente habita Patavii, discours de pétition des insignes doctoraux en médecine adressé à Jacopo da Forlì, Padoue, c. 1407-1414

267Sabbadini 1886, p. 829, n° 40 ; Bertalot 1990-2004, n° 13603 ; éd. Furietti 1723, p. 50-52

26822- f. 33r-34v : Inc. Antequam ea que hodierno die fidei mee commissa sunt

269 = Francesco Barbaro, C. v. Francisci Barbari laudatio in c. v. Albertum Guidalotum, cum eum ad suscipienda iurisconsultorum insignia dignum declaravit, acta Patavii 1416, discours pour de remise à Alberto Guidalotti des insignes doctoraux dans les deux droits, Padoue, 25 oct. 1416

270Bertalot 1990-2004, n° 1297 ; éd. Griggio 1999, n° 4, p. 31-37.

27123- f. 34v-35v : Inc. Quamquam eximius tuarum virtutum splendor mihi dudum notissimus esset

272 = Antonio Carabello, éloge d’Antonio Bentivoglio, Bologne, c. 1411-1420 

273Bertalot 1990-2004, n° 17204

27424- f. 35v-36r : Inc. Nichil habet rex Alexander vel fortuna tua maius

275 = Pseudo-Démosthène, Oratio ad Alexandrum, discours adressé à Alexandre le Grand pour l’exhorter à épargner Athènes, extrait d’une extrapolation médiévale (fin xie-début xiie siècle) à l’Histoire d’Alexandre de Quinte-Curce inspirée du Pseudo-Callisthène et de Julius Valère

276Berti 2001 ; éd. Sabbadini 1915, p. 243-244

27725- f. 36r-37r : Inc. Si recte a nostris maioribus illustris rex et princeps serenissime

278 = Gasparino Barzizza, panégyrique adressé au roi Janus de Lusignan, écrit pour un étudiant chypriote (de Padoue) à l’occasion du retour de ce dernier à Chypre, Padoue, c. 1415-1421

279Sabbadini 1886, p. 830, n° 62 ; Bertalot 1975d, p. 223 ; Bertalot 1990-2004, n° 21933

28026- f. 37v-38r : Inc. Non mediocri voluptate afficior

281 = même discours que le n° 21

28227- f. 38r-39r : Inc. Optavi cum sepe alias tum hoc maxime tempore clarissimi viri

283 = Guarino Veronese, Laudatio in preclaros viros Zachariam Trivisanum et Albanum Baduarium Venetiarum cives, discours pour la sortie de fonction du podestat Zaccaria Trevisan et l’entrée en fonction du nouveau podestat Albano Baduari, Vérone, 10 octobre 1409

284Bertalot 1990-2004, n° 14977 ; éd. Sabbadini 1915-1919, vol. III, p. 10 (extrait)

28528- f. 39r-40r : Inc. Gaudeo plurimum illustrissime dux ac princeps optime

286 = Gasparino Barzizza, éloge (sous forme de lettre) du nouveau duc de Milan Filippo Maria Visconti, Padoue, 1412 Mazzuconi 1977, n° 87 ; Bertalot 1990-2004, n° 7918 ; éd. Furietti 1723, p. 151-153

28729- f. 40r-41r : Inc. Quantum tue felicitati gratuler illustrissime dux ac princeps clarissime 

288 = Gasparino Barzizza, Oratio ad Philippum Mariam Vicecomitem Mediolani ducem, panégyrique du nouveau duc de Milan Filippo Maria Visconti, Padoue, 1412

289Mazzuconi 1977, n° 211 ; Bertalot 1990-2004, n° 17834 ; éd. Furietti 1723, p. 36-39

29030- f. 41r-42r : Inc. Quanto me dolore ac molestia affecerit obitus tue carissime filie

291 = Anonyme, lettre de condoléances après le décès d’un enfant, Padoue, 23 décembre 1415

292Bertalot 1990-2004, n° 17709 ; Mc Manamon 2011, p. 736

29331- f. 42r-44v : Inc. Pretermictam hoc loco […]. Vereor viri insignes ne si pollicear me dicturum de mirabili domini sacratissimi corporis sacramento (expl. Frater prosdocimus patavis ordinis servorum 1416 XIII kal. maias Vicencie)

294 = Prosdocimo Conti, Oratio pro ineffabili sacramento eukaristie, sermon sur l’Eucharistie, Vicence, 19 avril 1416

295Bertalot 1975d, p. 222 ; Bertalot 1990-2004, n° 24924

29632- f. 44v-46r : Oratio habita pro Vincentie partium pace 1416 VIIo kal. Aug. etc., Inc. Siquid unquam viri insignes magnopere optavi

297 = Prosdocimo Conti, discours de célébration de la paix, Vicence, 26 juillet 1416

298Bertalot 1975d, p. 222 ; Bertalot 1990-2004, n° 21859

29933- f. 46r-49v : Inc. Etsi ex omnibus unus minime sim

300 = Pietro Donato, Oratio in exequiis domini Francisci Zabarellae, oraison funèbre en hommage à Francesco Zabarella pour ses funérailles dans la cathédrale de Padoue, Padoue, 18 octobre 1418

301Bertalot 1990-2004, n° 6724 ; Mc Manamon 2011, p. 235-236 ; éd. Mittarelli 1779, col. 1231-1237

302II

30334- f. 50r-54v : In festo beatissimi patriarche dominici oratorius sermo fratris petri lazaris ordinis predicatorum, Inc. Nullum michi vel optabilius vel gratius munusi (expl. acta venetiis 1434)

304 = Pietro Lazzaro, sermon sur l’Eucharistie à l’occasion de la fête de saint Dominique, Venise, 4 août 1434

305Bertalot 1990-2004, n° 14365

30635- f. 55r-57r : Oratio quadam, Inc. Tu es vir dei qui venisti ... Clari tui nominis principum serenissime sola fama (expl. : Explicit oratio domini petri de alvatortis paduani legum doctoris exposita coram Serenissimo principo Imperatore de bavaria dei gratia romanorum rege et semper augusto nomine totius universitatis patave anno domini 1401 die dominico 20 mensis novembris Padue in Palacio magnifici domini domini Francisci de Carraria paduani etc.)

307 = Pietro Alvarotti, Oratio ad imperatorem Rupertum, discours adressé au roi des Romains Ruprecht de Bavière au nom de l’université de Padoue, Padoue, 20 novembre 1401

308Bertalot 1990-2004, n° 23333 (s’y reporter pour les éditions disponibles)

Sources

309Baron 1928 = H. Baron, Leonardo Bruni Aretino : Humanistisch-Philosophische Schriften, Leipzig-Berlin, 1928.

310Callu 2010= Julius Valère, Roman d’Alexandre, éd. J.-P. Callu, Turnhout, 2010.

311Campana 1949= Lodovico di Strassoldo, De regia ac papali potestate, éd. A. Campana, dans Miscellanea Pio Paschini, vol. II, dans Lateranum, 15, 1949, p. 146-156.

312Combi 1882 = A. Combi, Un discorso inedito di Pier Paolo Vergerio il Seniore di Capodistria, dans Archivio Storico per Trieste, l’Istria e il Trentino, I, 1882, p. 360-374.

313Delle Donne 2006 = Angelus de Grassis, Oratio panigerica dicta domino Alfonso, éd. F. delle Donne, Rome, 2006.

314Frova-Nigri 1998 = C. Frova, R. Nigri, Un’orazione universitaria di Paolo Veneto, dans Annali di Storia delle Università italiane, 2, 1998, p. 191-197.

315Furietti 1723 = Gasparino Barzizza, Gasparini Barzizii Bergomatis et Guiniforti filii opera, vol. I, éd. G. A. Furietti, Rome, 1723.

316Garin 1952 = E. Garin, Prosatori latini del Quattrocento, Milan, 1952.

317Griggio 1999 = Francesco Barbaro, Epistolario, vol. II, La raccolta canonica delle « Epistole », éd. C. Griggio, Florence, 1999.

318Harth 1984 = Poggio Bracciolini, Lettere, éd. H. Harth, 3 vol. , Florence, 1984.

319Knoblouchus 1510 = Poggio Bracciolini, Orationes, invectivae, epistolae, descriptiones quaedam, et facetiarum Liber, éd. Jo. Knoblouchus, Strasbourg, 1510.

320Lopez 1934= R. Lopez, Il principio della guerra veneto-turca nel 1463, dans Archivio Veneto, 15, 1934, p. 45-131 (contient l’édition de Bernardo Bembo, Elogio funebre di Bertoldo d’Este, p. 130-131).

321Luiso 1980= F. P. Luiso, Studi su l’epistolario di Leonardo Bruni, éd. L. Gualdo Rosa, Rome, 1980.

322Martène-Durand 1733= Veterum Scriptorum et Monumentum Historicum, Dogmaticorum, Moralium amplissima collectio, éd. E. Martène et U. Durand, vol. VII, Paris, 1733.

323Mc Manamon 1999= J. Mc Manamon, Pier Paolo Vergerio the Elder and Saint Jerome : an Edition and Translation of Sermones pro Sancto Hieronymo, Tempe, 1999.

324Mehus 1741= Leonardo Bruni, Epistolarum libri VIII, 2 vol. , éd. L. Mehus, Florence, 1741 (réimp. anastatique par J. Hankins, Rome, 2007).

325Mittarelli 1779 = G. B. Mittarelli, Bibliotheca codicum manuscriptorum monasterii S. Michaelis Venetiarum prope Murianum, Venise, 1779.

326Monfasani 1984 = J. Monfasani, Collectanea Trapezuntiana : Texts, Documents and Bibliographies of George of Trebizond, Binghamton, 1984.

327Novati 1893-1911 = Coluccio Salutati, Epistolario di Coluccio Salutati, 4 vol. , éd. F. Novati, Rome, 1893-1911.

328Pade 2007= M. Pade, The Reception of Plutarch’s Lives in Fifteenth-Century Italy, vol. II, Prefaces, List of Translations, Copenhague, 2007.

329Panizza 1977 = L. A. Panizza, Gasparino Barzizza’s commentaries on Seneca’s letters, dans Traditio, XXXIII, 1977, p. 297-358.

330Rinaldi 1874 = Annales ecclesiastici, éd. O. Rinaldi, vol. XXVII (1397-1423), Bar-le-Duc, 1874 (1ère éd. Rome, 1659).

331Sabbadini 1915-1919 = Guarino Veronese, Epistolario di Guarino Veronese, 3 vol. , éd. R. Sabbadini, dans Miscellanea di Storia Veneta, s. III, VIII-XI-XIV, 1915-1919.

332Smith 1934 = Pier Paolo Vergerio l’Ancien, Epistolario di Pier Paolo Vergerio, éd. L. Smith, Rome, 1934.

333Viti 1996 = Leonardo Bruni, Opere letterarie e politiche, éd. P. Viti, Turin, 1996.

334Zaccaria 1982-1983 = V. Zaccaria, Niccolò Leonardi, i suoi corrispondenti, e una lettera inedita di Pier Paolo Vergerio, dans Atti e memorie dell'Accademia di scienze, lettere ed arti in Padova, 95, 1982-83, p. 95-116.

Haut de page

Bibliographie

Abate-Luisetto 1975 = G. Abate et G. Luisetto, Codici e manoscritti della Biblioteca Antoniana, vol. I, Vicence, 1975.

Amossy 2010 = R. Amossy, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, 2010.

Angenot 2009 = M. Angenot, Nouvelles propositions pour l'étude de l'argumentation dans la vie sociale, dans Texte, revue de critique et de théorie littéraire, 45/46, 2009, p. 47-66.

Angenot 2012 = M. Angenot, La notion d’arsenal argumentatif. L’inventivité rhétorique dans l’histoire, dans Rétor, 2/1, 2012, p. 1-36.

Anheim 2009 = É. Anheim, L’humanisme est-il un polémisme ? À propos des Invectives de Pétrarque, dans V. Azoulay et P. Boucheron (dir.), Le mot qui tue. Une histoire des violences intellectuelles de l’Antiquité à nos jours, Seyssel, 2009, p. 116-129.

Anheim 2012 = É. Anheim, Un évangéliste sur les bords du Rhône. La figure de Saint Jean à la cour pontificale d’Avignon au milieu du XIVe siècle, dans Caby-Dessì 2012, p. 121-171.

Avellini 1988 = L. Avellini, Le « lodi » delle discipline come fonti per la disputa delle arti, dans Schede umanistiche, 2, 1988, p. 5-16.

Baron 1966 = H. Baron, The Crisis of the Early Italian Renaissance: Civic Humanism and Republican Liberty in an Age of Classicism and Tyranny, Princeton, 1966 (1ère éd. 1955).

Bausi 2001 = F. Bausi, Poésie et imitation au Quattrocento, dans P. Galand-Hallyn et F. Hallyn (dir.), Poétiques de la Renaissance, Genève, 2001, p. 438-462.

Baxandall 1989 = M. Baxandall, Les Humanistes à la découverte de la composition en peinture 1350-1450, tr. fr., Paris, 1989 (1ère éd. Londres, 1971).

Bériou 1998 = N. Bériou, L’avènement des maîtres de la parole. La prédication à Paris au XIIIe siècle, 2 vol. , Paris, 1998.

Bertalot 1975 = L. Bertalot, Studien zum italienischen und deutschen Humanismus, vol. I, éd. P. O. Kristeller, Rome, 1975 [recueil d’articles].

Bertalot 1975a = L. Bertalot, Eine humanistische Anthologie. Die Handschrift 4° 768 der Universitätsbibliothek München, dans Bertalot 1975, p. 1-82 (1ère éd. Berlin, 1908).

Bertalot 1975b = L. Bertalot, Humanistisches Studienheft eines Nürnberger Scholaren aus Pavia, dans Bertalot 1975, p. 83-161 (1ère éd. Berlin, 1910).

Bertalot 1975c = L. Bertalot, Uno zibaldone poetico umanistico del Quattrocento a Praga, dans Bertalot 1975, p. 387-409 (1ère éd. dans La Bibliofilia, 26, 1924-1925, p. 59-66 et 134-144).

Bertalot 1975d = L. Bertalot, Eine Sammlung Paduaner Reden des XV. Jahrhunderts, dans Bertalot 1975, p. 209-235 (1ère éd. dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 24, 1932-1933, p. 188-206).

Bertalot 1975e = L. Bertalot, Uno zibaldone umanistico latino del Quattrocento a Parma, dans Bertalot 1975, p. 241-264 (1ère éd. dans La Bibliofilia, 38, 1936-1937, p. 73-87).

Bertalot 1975f = L. Bertalot, Benedictus de Pileo in Konstanz, dans Bertalot 1975, vol. II, p. 305-310 (1ère éd. dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 29, 1939, p. 314-316).

Bertalot 1990-2004 = L. Bertalot, Initia Humanistica Latina, vol. II/1 et II/2, Prosa, Tübingen, 1990-2004.

Berti 2001 = S. Berti, L’orazione pseudo-demostenica Ad Alexandrum dal XII al XV secolo : tra latino e volgare, dans Aevum, 75, 2001, p. 477-493.

Bianca 1990 = C. Bianca, Le orazioni di Leonardo Bruni, dans P. Viti (dir.), Leonardo Bruni Cancelliere della Repubblica di Firenze. Convegno di studi, Firenze, 27-29 ottobre 1987, Florence, 1990, p. 227-245.

Black 2001= R. Black, HumanismandEducationin Medieval and Renaissance Italy : Tradition and Innovation in Latin Schools from the Twelfth to the Fifteenth Century, Cambridge, 2001.

Bollea 1924 = L. C. Bollea, Un codice umanistico vercellese, dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, XXVI, 1924, p. 222-310.

Borges 1993 = J. L. Borges, Pierre Ménard, auteur du « Quichotte », dans Id., Fictions, dans Œuvres complètes, tr. fr., Paris, 1993, p. 467-475.

Bougerol 1978 = J. G. Bougerol, Les sermons dans les « Studia » des mendiants, dans Le scuole degli ordini mendicanti,secoli XIII-XIV, Convegno del Centro di studi sulla spiritualità medievale, Todi, 11-14 ottobre 1976, Todi, 1978, p. 251-280.

Bourdieu 1982 = P. Bourdieu, Les rites comme actes d’institution, dans Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 43, 1982, p. 58-63.

Bracke 1992= W. Bracke, Le orazioni al pontefice, dans M. Chiabò, G. d’Alessandro, G. Piacentini et C. Ranieri (dir.), Alle origini della nuova Roma : Martino V (1417-1431). Atti del convegno (Roma 2-5 marzo 1992), Rome, 1992, p. 125-142.

Caby 2009= C. Caby, Al di là dell’« Umanesimo religioso ». Umanisti e Chiesa nel Quattrocento, dans P. Messa, A. M. Scandella et M. Sensi (dir.), Cultura e desiderio di Dio. L’Umanesimo e le Clarisse dell’Osservanza, Assise, 2009, p. 15-33.

Caby 2012= C. Caby, Réseaux sociaux, pratiques culturelles et genres discursifs: à propos du dialogue De optimo vitae genere de Girolamo Aliotti, dans Caby-Dessì 2012, p. 405-482.

Caby 2013= C. Caby, Autoportrait d’un moine en humaniste. Réseaux sociaux, pratiques discursives et réforme religieuse dans l’Italie du XVe siècle. Autour de l’itinéraire de Girolamo Aliotti, Mémoire inédit pour l’Habilitation à Diriger des Recherches, présenté à l’Université Lumière-Lyon 2 le 16 juillet 2013.

Caby-Dessì 2012= C. Caby et R. M. Dessì (dir.), Humanistes, clercs et laïcs dans l’Italie du XIIIe au début du XVIe siècle, Turnhout, 2012.

Campanelli 1994 = M. Campanelli, L’Oratio e il ‘genere’ delle orazioni inaugurali dell’anno accademico, dans Rizzo 1994, p. 25-61.

Celenza 1999= C. Celenza, Renaissance Humanism and the Papal Curia : Lapo da Castiglionchio the Younger’s De curiae commodis, Ann Arbor (Mich.), 1999.

Cox 2003 = V. Cox, Rhetoric and Humanism in Quattrocento Venice, dans Renaissance Quarterly, 56, 2003, p. 652-694.

Cox-Ward 2006 = V. Cox et J. O. Ward (dir.), The Rhetoric of Cicero in its Medieval and Early Renaissance Commentary Tradition, Leyde-Boston, 2006.

Crouzet-Pavan 2007 = É. Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes 1380-1500, Paris, 2007.

D’Elia 2004 = A. F. D’Elia, The Renaissance of Marriage in Fifteenth-Century Italy, Cambridge (Mass.), 2004.

Delcorno 1997 = C. Delcorno, La predicazione agostiniana (sec. XIII-XV), dans Id. (dir.), Gli Agostiniani a Venezia e la chiesa di Santo Stefano, Venise, 1997, p. 87-108.

Dessì 2007 = R. M. Dessì, « Diligite iustitiam vos qui iudicatis terram » (Sagesse I,1) : sermons et discours sur la justice dans l’Italie urbaine (XIIe-XVe siècle), dans Rivista internazionale di diritto comune, 18, 2007, p. 197-230.

Dessì-Lauwers 1997 = R. M. Dessì et M. Lauwers (dir.), La parole du prédicateur. Ve-XVe siècle, Nice, 1997.

Destemberg 2009 = A. Destemberg, Un système rituel ? Rites d’intégration et passages de grades dans le système universitaire médiéval (XIIIe-XVe siècle), dans Cahiers de recherches médiévales, 18, 2009, URL : http://crm.revues.org/11688.

Fohlen 2002 = J. Fohlen, Biographiesde Sénèque et commentaires des Epistulae ad Lucilium, dans Italia Medioevale e Umanistica, 43, 2002, p. 1-90.

Forner 2007 = F. Forner, Umanesimo e università in Italia : alcune considerazioni su due codici miscellanei, dans S. Negruzzo (dir.), Università, umanesimo, Europa : giornata di studio in ricordo di Agostino Sottili, Pavia 18 novembre 2005, Milan, 2007, p. 269-293.

Fossier 2011 = A. Fossier, La casuistique médiévale à l’œuvre. Étude comparée des formulaires de la Pénitencerie Apostolique (XIIIe-XIVe siècles), dans Mélanges de l’École française de Rome.Moyen Âge, 123-1, 2011, p. 151-189.

Frenz 2005= T. Frenz, L’introduzione della scrittura umanistica nei documenti e negli atti della curia pontificia del secolo XV, Cité du Vatican, 2005.

Fumaroli 1994 = M. Fumaroli, L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, 1994 (1ère éd. Genève, 1980).

Galand-Hallyn 1999 = P. Galand-Hallyn, La rhétorique en Italie à la fin du Quattrocento (1475-1500), dans M. Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne 1450-1950, Paris, 1999, p. 131-190.

Garin 1969 = E. Garin, Moyen Âge et Renaissance, tr. fr., Paris, 1969 (1ère éd. Rome-Bari, 1954).

Gentile-Rizzo 2004 = S. Gentile et S. Rizzo, Per una tipologia delle miscellanee umanistiche, dans E. Crisci et E. Pecere (dir.), Atti del Convegno internazionale « Il codice miscellaneo. Tipologie e funzioni » (Cassino 14-17 maggio 2003), Segno e testo, 2, 2004, p. 379-407.

Gilli 2003 = P. Gilli, La Noblesse du droit. Débats et controverses sur la culture juridique et le rôle des juristes dans l’Italie médiévale (XIIe-XVe siècles), Paris, 2003.

Gilli 2004a = P. Gilli, Le discours politique florentin à la Renaissance : autour de l’« humanisme civique », dans J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane XIVe-XIXe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, 2004, p. 323-343.

Gilli 2004b = P. Gilli (dir.), Humanisme et Église en Italie et en France méridionale (XVe siècle-milieu du XVIe siècle), Rome, 2004.

Gilli 2007 = P. Gilli, Disciplines académiques et modernité des savoirs : le choix d'une politique culturelle à Florence (fin XIVe-milieu XVe siècle), dans P. Gilli, D. Le Blévec et J. Verger (dir.), Les universités et la ville au Moyen Âge. Cohabitation et tension, Leiden-Boston, 2007, p. 327-340.

Gilli 2009 = P. Gilli, Humanisme juridique et science du droit au xve siècle, dans Revue de Synthèse, 130/4, 2009, p. 571-590.

Gioanni-Grévin 2008 = S. Gioanni et B. Grévin (dir.), L’Antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations VIe-XIVe siècle, Rome, 2008.

Girgensohn 1993-1994 = D. Girgensohn, Francesco Zabarella da Padova. Dottrina e attività politica di un professore di diritto durante il grande scisma d’Occidente, dans Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 26-27, 1993-1994, p. 1-48.

Girgensohn 2001 = D. Girgensohn, Studenti e tradizione delle opere di Francesco Zabarella nell’Europa centrale, dans F. Piovan et L. Sitran Rea (dir.), Studenti, università, città nella storia padovana : atti del Convegno, Padova 6-8 febbraio 1998, Trieste, 2001, p. 126-176.

Grayson 1966= C. Grayson, Benedetto da Piglio, dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. 8, Rome, 1966, p. 443-444.

Greene 1982= T. Greene, The Light in Troy: Imitation and Discovery in Renaissance Poetry, New Haven, 1982.

Grévin 2008a = B. Grévin, Les mystères rhétoriques de l’État médiéval. L’écriture du pouvoir en Europe occidentale (XIIIe-XVe siècle), dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63/2, 2008, p. 271-300.

Grévin 2008b = B. Grévin, Rhétorique du pouvoir médiéval. Les Lettres de Pierre de la Vigne et la formation du langage politique européen (XIIIe-XVe siècle), Rome, 2008.

Grévin 2009 = B. Grévin, L’empire d’une forme. Réflexions sur la place du cursus rythmique dans les pratiques d’écriture européennes à l’automne du Moyen Âge (xiiie-xve siècle), dans M. Goullet (dir.), Parva pro magnis munera. Études de littérature latine tardo-antique et médiévale offertes à François Dolbeau par ses élèves, Turnhout, 2009, p. 857-881.

Griffiths 1973 = G. Griffiths, Leonardo Bruni and the Restoration of the University of Rome, dans Renaissance Quarterly, 26, 1973, p. 1-10.

Griggio 1991 = Francesco Barbaro, Epistolario, vol. I, La tradizione manocritta e a stampa, éd. C. Griggio, Florence, 1991.

Gualdo 2005 = G. Gualdo, Diplomatica pontificia e Umanesimo curiale, éd. R. Cosma, Rome, 2005.

Gualdo 2005a = G. Gualdo, Umanesimo e segretari apostolici all’inizio del Quattrocento. Alcuni casi esemplari, dans Gualdo 2005, p. 391-404 (1ère éd. dans G. Gualdo (dir.), Cancelleria e cultura nel Medio Evo, Cité du Vatican, 1990, p. 307-318).

Gualdo 2005b = G. Gualdo, Leonardo Bruni, segretario papale (1405-1415), dans Gualdo 2005, p. 405-433 (1ère éd. dans P. Viti (dir.), Leonardo Bruni Cancelliere della Repubblica di Firenze, Florence, 1990, p. 73-96).

Gualdo Rosa 1993 = L. Gualdo Rosa (dir.), Censimento dei codici dell'epistolario di Leonardo Bruni, vol. I, Manoscritti delle biblioteche non italiane, Rome, 1993.

Gualdo Rosa 2000 = L. Gualdo Rosa, Préhumanisme et Humanisme en Italie : aspects et problèmes, dans I. Heullant-Donat (dir.), Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), Paris, 2000, p. 87-120.

Gualdo Rosa 2004 = L. Gualdo Rosa (dir.), Censimento dei codici dell'epistolario di Leonardo Bruni, vol. II, Manoscritti delle biblioteche italiane e della biblioteca apostolica vaticana, Rome, 2004.

Hankins 1990 = J. Hankins, Plato in the Italian Renaissance, 2 vol. , Leiden-New York-Copenhague-Cologne, 1990.

Hankins 1995 = J. Hankins, The Baron Thesis after Forty Years and some Recent Studies on Leonardo Bruni, dans Journal of the History of Ideas, 56, 1995, p. 309-338.

Hankins 1997= J. Hankins, Repertorium Brunianum: a Critical Guide to the Writings of Leonardo Bruni, Rome, 1997.

Hankins 2000= J. Hankins (dir.), Renaissance Civic Humanism. Reappraisals and Reflections, Cambridge, 2000.

Hankins 2003 = J. Hankins, Translation Practice in the Renaissance : the Case of Leonardo Bruni, dans Id., Humanism and Platonism in the Italian Renaissance, vol. I, Humanism, Rome, 2003, p. 177-192.

Hankins 2005 = J. Hankins, Renaissance Humanism and Historiography Today, dans J. Woolfson (dir.), Palgrave Advances in Renaissance Historiography, Londres, 2005, p. 73-96.

Harmand 1855 = A. Harmand, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements, vol. 2, Troyes, Paris, 1855.

Holstein 2002 = A. Holstein, Histoire et rhétorique. Rappels historiographiques et état des lieux, dans Hypothèses, 2002, p. 221-234.

Kienzle 2000 = B. M. Kienzle (dir.), The sermon, Turnhout, 2000.

Kristeller 1963-1992= P. O. Kristeller, Iter Italicum. A Finding List of Uncatalogued or Incompletely Catalogued Humanistic Manuscripts of the Renaissance in Italian and Other Libraries, 6 vol. , Londres-Leyde, 1963-1992.

Kristeller 1978= P. O. Kristeller, La diffusione in Europa dell’umanesimo italiano, dans Id., Concetti rinascimentali dell’uomo e altri saggi, Florence, 1978, p. 137-163.

Kristeller 1979 = P. O. Kristeller, Humanism and Scholasticism in the Italian Renaissance, dans Id., Renaissance Thought and its Sources, New York, 1979, p. 85-105 (1ère éd. dans Byzantion, 17, 1944-45, p. 346-374).

Lafaye-Novati 1891-1892 = G. Lafaye, F. Novati, Le manuscrit de Lyon n° C, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 11/1, 1891, p. 353-416, et 12/1, 1892, p. 149-178.

Laureys 2008= M. Laureys, Coluccio Salutati, Declamatio Lucretiae, dans T. De Robertis, G. Tanturli et S. Zamponi (dir.), Coluccio Salutati e l’invenzione dell’Umanesimo, Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, 2 novembre 2008-30 gennaio 2009, Florence, 2008, p. 191-194.

Leimdorfer 2008= F. Leimdorfer, Registres discursifs, pratiques langagières et sociologie, dans Les registres du discours: une notion en débat, dans Langage et société, 124, 2008, p. 5-14.

Lindholm 1963 = G. Lindholm, Studien zum mittellateinischen Prosarhythmus. Seine Entwicklung und sein Abklingen in der Briefliteratur Italiens, Stockholm, 1963.

Mack 2011= P. Mack, A History of Renaissance Rhetoric, 1380-1620, Oxford-New York, 2011.

Maierù 1989 = A. G. Maierù, Gli atti scolastici nelle università italiane, dans L. Gargan et O. Limone (dir.), Luoghi e metodi di insegnamento nell'Italia medioevale (secoli XII-XIV) : atti del convegno internazionale di studi, Lecce-Otranto, 6-8 ottobre 1986, Galatina, 1989, p. 247-287.

Mantovani 2001 = G. P. Mantovani, Le orazioni accademiche per il dottorato : una fonte per la biografia degli studenti ? Spunti dal caso padovano, dans F. Piovan et L. Sitran Rea (dir.), Studenti, università, città nella storia padovana : atti del Convegno, Padova 6-8 febbraio 1998, Trieste, 2001, p. 73-115.

Martines 1963= L. Martines, The Social World of the Florentine Humanists 1390-1460, Princeton, 1963.

Martines 1980= L. Martines, Power and Imagination:City-states in Renaissance Italy, New York, 1980.

Mazzatinti 1892= G. Mazzatinti, Inventari dei manoscritti delle biblioteche d'Italia. 2. Vicenza, Coma, Cagli Nicosia, Lodi, Belluno, Rimini, Fonte, Colombo, (Rieti) Periglia, Volterra, Gubbio, Forlì, 1892.

Mazzuconi 1977= D. Mazzuconi, Per una sistemazione dell’epistolario di Gasparino Barzizza, dans Italia Medioevale e Umanistica, 20, 1977, p. 183-241.

Mc Manamon 1976= J. Mc Manamon, The Ideal Renaissance Pope: Funeral Oratory from the Papal Court, dans Archivum Historiae Pontificiae, 14, 1976, p. 9-70.

Mc Manamon 1989= J. Mc Manamon, Funeral Oratory and the Cultural Ideals of Italian Humanism, Chapel Hill-Londres, 1989.

Mc Manamon 2011= J. Mc Manamon, An Incipitarium of Funeral Orations and a Smattering of Other Panegyrical Literature from the Italian Renaissance (ca. 1350-1550), Loyola University Chicago, mis en ligne le 16 septembre 2011 : www.luc.edu/media/lucedu/history/pdfs/Incipit_Catalogue.pdf

Mercer 1979 = R. G. Mercer, The Teaching of Gasparino Barzizza, Londres, 1979.

Monfasani 1976 = J. Monfasani, George of Trebizond. A Biography and a Study of his Rhetoric and Logic, Leiden, 1976.

Monfasani 1988= J. Monfasani, Humanism and Rhetoric, dans A. Rabil (dir.), Renaissance Humanism: Foundations, Forms and Legacy, vol. III, Philadelphie, 1988, p. 171-235.

Monti 1988= C. M. Monti, Una raccolta di « Exempla epistolarum ». II. Lettere pubbliche e private di ambiente cancelleresco visconteo, dans Italia Medioevale e Umanistica, 31, 1988, p. 151-203.

Monti 2007 = C. M. Monti, Umanesimo visconteo e lettere di cancelleria in codici miscellanei dell’Ambrosiana, dans M. Ferrari et N. Navoni (dir.), Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana, Atti del Convegno (Milano, 6-7 ottobre 2005), Milan, 2007, p. 153-216.

Mouchel 1990= C. Mouchel, Cicéron et Sénèque dans la rhétorique de la Renaissance, Marburg, 1990.

Murphy 1974= J. J. Murphy, Rhetoric in the Middle Ages : A History of Rhetorical Theory from Saint Augustine to the Renaissance, Berkeley-Los Angeles, 1974.

Murphy 1983= J. J. Murphy (dir.), Renaissance Eloquence. Studies in the Theory and Practice of Renaissance Rhetoric, Berkeley-Londres, 1983.

Naquin 2013 = N. Naquin, ‘On the Shoulders of Hercules’. Erasmus, the Froben Press and the 1516 Jerome Edition in Context, unpublished Academic Dissertation (Ph. D.), Princeton University (Advisor A. T. Grafton), 2013, URL http://arks.princeton.edu/ark:/88435/dsp013r074v027.

Nicolas 2009 = L. Nicolas, La fonction héroïque : parole épidictique et enjeux de qualification, dans Rhetorica, 27/2, 2009, p. 115-141.

O’Malley 1979= J. O’Malley, Praise and Blame in Renaissance Rome. Rhetoric, Doctrine, and Reform in the Sacred Orators of the Papal Court, c. 1450-1521, Durham, 1979.

Perelman-Obrechts-Tyteca 2008 = C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, 2008 (1ère éd. 1958).

Périgot 2005 = B. Périgot, Dialectique et littérature : les avatars de la dispute entre Moyen Âge et Renaissance, Paris, 2005.

Périgot 2007 = B. Périgot, Antécédences : de la disputatio médiévale au débat humaniste, dans Memini, 11, 2007, p. 43-61, URL http://memini.revues.org/74.

Pernot 1993 = L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 2 vol. , Paris, 1993.

Pernot 1998 = L. Pernot, La rhétorique de l’empire ou comment la rhétorique grecque a inventé l’Empire romain, dans Rhetorica, 16/1, 1998, p. 131-148.

Pernot 2000 = L. Pernot, La Rhétorique dans l’antiquité, Paris, 2000.

Pernot 2002= L. Pernot (dir.), Actualité de la rhétorique. Colloque de Paris présidé par Marc Fumaroli, Paris, 2002.

Petitjean 2009 = J. Petitjean, Compiler : formes, usages et pratiques, dans Hypothèses, 2009/1, p. 15-25.

Petoletti 2008 = M. Petoletti, Scrivere in catene : il « Libellus penarum »di Benedetto da Piglio, dans L. Rotondi Secchi Tarugi (dir.), Il concetto di libertà nel Rinascimento : atti del XVIII Convegno internazionale, (Chianciano - Pienza 17 - 20 luglio 2006), Florence, 2008, p. 195-210.

Petrucci 1977 = A. Petrucci, Catalogo sommario dei manoscritti del fondo Rossi, Rome, 1977.

Revest 2007 = C. Revest, Au miroir des choses familières. Les correspondances humanistes au début du XVe siècle, dans Mélanges de l’École française de Rome.Moyen Âge, 119-2, 2007, p. 447-462.

Revest 2012a = C. Revest, Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), thèse de doctorat inédite, effectuée sous la direction des professeurs Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur et soutenue à l’université de Paris-Sorbonne le 16 juin 2012, en cotutelle avec l’Università degli Studi de Florence.

Revest 2012b = C. Revest, [position de thèse] Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417), dans Perspectives médiévales, 34, 2012, URL http://peme.revues.org/2561

Revest 2012c = C. Revest, Pier Paolo Vergerio l’Ancien face à la crise de l’Église (c. 1398-1417) : de la mêlée à l’exil, dans Caby-Dessì 2012, p. 271-296.

Revest 2013a= C. Revest, Histoire d’un coup d’éclat rhétorique, entre essor de l’humanisme et crise de la papauté : la lettre Qui se humiliat de Grégoire XII (10 décembre 1406), rédigée par Leonardo Bruni, dans P. Cammarosano et S. Gioanni (dir.), La corrispondenza epistolare in Italia 2. Forme, stili e funzioni della scrittura epistolare nelle cancellerie italiane (secoli V-XV), Trieste-Rome, 2013, p. 351-370.

Revest 2013b= C. Revest, Brutus, de l’Enfer au Paradis. La fabrique du héros dans l’humanisme italien de la première moitié du XVe siècle, dans C. Callard, É. Crouzet-Pavan et A. Tallon (dir.), Usages de l’histoire et pratiques politiques en Italie du Moyen Âge aux temps modernes : autour de la notion de réemploi. Actes du colloque international (Paris, 16-17 octobre 2009), Paris, 2013, p. 113-132, sous presse.

Rice 1985= E. F. Rice, St Jerome in the Renaissance, Baltimore-Londres,1985.

Rico 2002 = F. Rico, Le rêve de l’Humanisme. De Pétrarque à Érasme, tr. fr., Paris, 2002 (1ère éd. Madrid, 1993).

Rizzo 1982 = S. Rizzo, Il latino dell’Umanesimo, dans A. Asor Rosa (dir.), Letteratura italiana. V. Le questioni, Turin, 1982, p. 379-508.

Rizzo 1994 = S. Rizzo (dir.), Lorenzo Valla. Orazione per l’inaugurazione dell’anno accademico, Rome, 1994.

Rosso 2000= P. Rosso, Umanesimo e giurisprudenza nei primi decenni di attività dell’Università di Torino : appunti su Mercurino Ranzo (1405 c.-1465), dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, XCVIII, 2000, p. 653-689.

Rosso 2001= P. Rosso, Il « Semideus » di Catone Sacco, Milan, 2001.

Rundle 1997 = D. Rundle, Of Republics and Tyrants : aspects of Quattrocento humanist writings and their reception in England, c. 1400-c. 1460, 2 vol. , thèse de doctorat, University of Oxford, 1997 [http://bonaelitterae.files.wordpress.com/2013/01/dgrrtcont.pdf].

Russo 1987 = D. Russo, Saint Jérôme en Italie, étude d’iconographie et de spiritualité (XIIIe-XVe siècle), Paris-Rome, 1987.

Sabbadini 1885 = R. Sabbadini, Storia del ciceronianismo e di altre questioni letterarie nell’età della Rinascenza, Turin, 1885.

Sabbadini 1886 = R. Sabbadini, Lettere e orazioni edite e inedite di Gasparino Barzizza, dans Archivio storico lombardo, III, 1886, p. 363-378, 563-583, 825-836.

Sabbadini 1915 = R. Sabbadini, Antonio da Romagno e Pietro Marcello, dans Nuovo Archivio Veneto, XXX, 1915, p. 207-246.

Sabbadini 1922 = R. Sabbadini, Il Metodo degli Umanisti, Florence, 1922.

Santosuosso 1986 = A. Santosuosso, Leonardo Bruni revisited : a reassessment of Hans Baron’s Thesis on the influence of the Classics in the Laudatio Florentinae Urbis, dans J. G. Rowe (dir.), Aspects of Late Medieval Government and Society presented to J. R. Lander, Toronto-Buffalo-Londres, 1986, p. 29-46.

Segarizzi 1915 = A. Segarizzi, Cristoforo de Scarpis, dans Nuovo Archivio Veneto, XXIX, 1915, p. 209-220.

Seigel 1966= J. E. Seigel, « Civic Humanism » or Ciceronian Rhetoric? The Culture of Petrarch and Bruni, dans Past and Present, 34, 1966, p. 3-48.

Skinner 2009 = Q. Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, tr. fr., Paris, 2009 (1ère éd. Cambridge, 1978).

Siraisi 2004 = N. Siraisi, Oratory and Rhetoric in Renaissance Medicine, dans Journal of the History of Ideas, 65/2, 2004, p. 191-211.

Sottili 1968 = A. Sottili, Studenti tedeschi a Padova e le opere del Petrarca in Germania durante il Quattrocento, dans Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 1, 1968, p. 49-71.

Sottili 1971 = A. Sottili, Studenti tedeschi ed umanesimo italiano nell’università di Padova durante il Quattrocento, Pietro del Monte nella società accademica padovana (1430-1433), Padoue, 1971.

Tabulae 1868 = Tabulae codicum manuscriptorum in bibliotheca palatina vindobonensi, vol. II, Vienne, 1868.

Tateo 1992 = F. Tateo, L’umanesimo, dans G. Cavallo, C. Leonardi et E. Menestò (dir.), Lo spazio letterario del Medioevo, vol. I/1, La produzione del testo, Rome, 1992, p. 145-179.

Trinkaus 1960 = C. Trinkaus, A Humanist’s image of Humanism : the Inaugural Orations of Bartolommeo della Fonte, dans Studies in the Renaissance, 7, 1960, p. 90-147.

Troilo 1932 = S. Troilo, Andrea Giuliano politico e letterato veneziano del Quattrocento, Genève-Florence, 1932.

Verger 1993 = J. Verger, Examen privatum, examen publicum. Aux origines médiévales de la thèse, dans C. Jolly et B. Neveu (dir.), Éléments pour une histoire de la thèse, Paris, 1993, p. 15-43.

Waquet 2010 = F. Waquet, Respublica academica. Rituels universitaires et genres du savoir (XVIIe-XXIe s.), Paris, 2010.

Weijers 2002 = O. Weijers, La ‘disputatio’ dans les Facultés des arts au moyen âge, Turnhout, 2002.

Witt 1976 = R. G. Witt, Coluccio Salutati and his Public Letters, Genève, 1976.

Witt 2000= R. G. Witt,‘In the Footsteps of the Ancients’. The Origins of Humanism from Lovato to Bruni, Leiden-Boston-Cologne, 2000.

Witt 2002a= R. G. Witt, Medieval Italian Culture and the Origins of Humanism as a Stylistic Ideal, dans Id., Italian Humanism and Medieval rhetoric, Aldershot, 2002, n° I (1ère éd. dans A. Rabil (dir.), Renaissance Humanism: Foundations, Forms and Legacy, vol. I, Philadelphie, 1988, p. 29-70).

Witt 2002b= R. G. Witt, Medieval Ars dictaminis and the Beginnig of Humanism: A New Construction of the Problem, dans Id., Italian Humanism and Medieval rhetoric, Aldershot, 2002, n° II (1ère éd. dans Renaissance Quarterly, 35, 1982, p. 1-35).

Witt 2010= R. G. Witt, Scritture del potere nel tardomedioevo. Witt legge Grévin, dans Storica, 46, 2010, p. 147-156.

Zamponi 2008= S. Zamponi, Coluccio Salutati, Ratio punctandi, dans T. De Robertis, G. Tanturli et S. Zamponi (dir.), Coluccio Salutati e l’invenzione dell’Umanesimo, Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, 2 novembre 2008-30 gennaio 2009, Florence, 2008, p. 203-206.

Zorzanello 1981= P. Zorzanello, Catalogo dei codici latini della Biblioteca Nazionale Marciana di Venezia non compresi nel catalogo di G. Valentinelli, vol. II, Trezzano sul Naviglio, 1981.

Haut de page

Notes

1 Pour un premier panorama des genres littéraires pratiqués par les humanistes, cf. Sabbadini 1922 et Tateo 1992 (en particulier p. 164-173). Les travaux récents de Cécile Caby proposent une réévaluation tout à fait suggestive des pratiques d’écriture humanistes à la lumière des interactions entre réseaux sociaux et modèles culturels, à travers notamment l’exemple de la vaste production de Girolamo Aliotti : voir dernièrement Caby 2012, ainsi que son Mémoire pour l’Habilitation à Diriger des Recherches qu’elle a eu l’amabilité de nous communiquer (Caby 2013, en particulier p. 53-94 et 159-183). Nous tenons en outre à la remercier pour ses remarques avisées au cours de la rédaction de cet article, de même que nous exprimons ici notre gratitude envers Benoît Grévin pour sa stimulante relecture.

2 Witt 2000, p. 392-393. Voir également Witt 2002b, p. 54-55.

3 Sur la place de la rhétorique cicéronienne dans la genèse de l’humanisme et les grandes séquences de son développement, nous renvoyons principalement à Sabbadini 1885, Kristeller 1979, Fumaroli 1994, Galand-Hallyn 1999, Witt 2000 (p. 338-suiv.), Bausi 2001 et Girgensohn 2001 (p. 167-176).

4 Parmi les travaux consacrés aux pratiques rhétoriques humanistes au XVe siècle, nous retenons tout particulièrement Trinkaus 1960, O’Malley 1979, Avellini 1988, Mc Manamon 1989, Bracke 1992, Rizzo 1994 et D’Elia 2004. Il ne nous paraît pas inutile de préciser que nous entendons le mot « rhétorique », au cours de cette contribution, dans son sens fort d’« art de la persuasion » comprenant à la fois une technique (argumentative et stylistique) et une théorie, non dans l’acception très flottante que l’on trouve souvent dans l’historiographie et qui en fait un équivalent de « style » ou même de « langue » quel que soit le registre d’écriture. Sur les possibles définitions de la rhétorique, on se reportera avec profit à Pernot 2000, p. 6-8.

5 Pour une vue d’ensemble concernant le renouveau de l’histoire de la rhétorique, cf. Holstein 2002 et Pernot 2002.

6 Voir notamment Murphy 1974 et 1983, Monfasani 1976 et 1988, Mouchel 1990, Fumaroli 1994, Cox 2003, Cox-Ward 2006 et Mack 2011.

7 On consultera en priorité Baron 1966, Seigel 1966, Hankins 1995, Hankins 2000, Gilli 2004a et Skinner 2009, p. 113-133.

8 « Dalle numerosissime orazioni umanistiche la storia ha ben poco da guadagnare : le vuote generalità vi prevalgono, vi scarseggiano le notizie concrete. Le persone lodate sono tesori di virtù. La dominatrice sovrana di quei componimenti è la forma : vivacità di colorito, frasi lisciate, periodi sonori. Parole parole parole », Sabbadini 1922, p. 66.

9 L’adhérance originelle entre humanisme et élites sociales a particulièrement été soulignée par Lauro Martines, cf. Martines 1960 et 1980, p. 191-217. Voir également les très suggestives réflexions de Patrick Gilli autour de l’institutionnalisation des studia humanitatis à Florence entre fin du XIVe et milieu du XVe siècle, Gilli 2007.

10 On trouvera une mise au point succincte et fort utile dans Gualdo Rosa 2000. Voir les remarques de Francesco Rico sur ce point dans Rico 2002, p. 78-92.

11 Nous songeons ici aux belles analyses d’Étienne Anheim autour de l’usage de l’invective chez Pétrarque (Anheim 2009), au cours desquelles il souligne que la pratique de la violence intellectuelle « est un révélateur mais aussi un producteur de frontières intellectuelles à l’intérieur d’un même espace social et institutionnel » (p. 129).

12 La notion de « registre discursif » est désormais largement utilisée par la sociologie des langues pour analyser les relations historicisées entre autonomisation des pratiques d’écriture et structuration des espaces socioculturels, voir à ce propos le bilan dressé par François Leimdorfer dans Leimdorfer 2008.

13 Pour un premier bilan, cf. Hankins 2005, p. 82-88. Voir par exemple Black 2001 et Frenz 2005.

14 Paul Oskar Kristeller a ainsi souligné que « the most characteristic and most pervasive aspect of the Italian Renaissance in the field of learning is the humanist movement », Kristeller 1979, p. 87. Voir également Kristeller 1978 et récemment Anheim 2012, en particulier p. 122-125.

15 Cette dimension déterminante a été mise en exergue par des philosophes et des sémiologues dès les prémices du double tournant rhétorique et linguistique évoqué plus haut, ainsi lorsque Chaïm Perelman posait comme condition préalable à toute argumentation la formation d’une « communauté des esprits » définie par des idéaux partagés et par une reconnaissance mutuelle (Perelman-Obrechts-Tyteca 2008, p. 18-83).

16 Les travaux de Laurent Pernot constituent sur ce point une remarquable avancée, cf. Pernot 1993 et 1998. Un article récent de Loïc Nicolas sur la fonction héroïque dans les oraisons funèbres a également apporté une importante contribution épistémologique (Nicolas 2009). Dans le cas de la rhétorique humaniste, les ouvrages et articles de John O’Malley sur la pratique des sermons inter missarum solemnia dans la Rome pontificale et de John Mc Manamon sur le modèle idéologique des oraisons funèbres marquent des étapes pionnières en la matière (O’Malley 1979 et Mc Manamon 1970 et 1989).

17 Marc Angenot a parlé à ce propos d’« arsenal » ou de « répertoire » argumentatif, dont il a souligné dans plusieurs travaux l’historicité, plaidant pour une « étude de la variation socio-historique des types d’argumentations, des moyens de preuve, des méthodes de persuasion » : voir Angenot 2009 et 2012 (pour la citation, p. 2). La présentation de soi par le rhéteur, ou ethos, constitue l’un des principaux vecteurs de l’imaginaire collectif que le discours réalise, à partir de stéréotypes relatifs à un pouvoir de la parole reconnu (l’avocat, le professeur, le politicien etc.) : voir la réflexion globale proposée par Ruth Amossy autour de la fonction de l’ethos, Amossy 2010. Un bel exemple d’étude historique est offert par le recueil de travaux dirigé par Rosa Maria Dessì et Michel Lauwers à propos du prédicateur médiéval, Dessì-Lauwers 1997.

18 Nous renvoyons de nouveau à Nicolas 2009, en particulier p. 118-121. Ce dernier fait un intéressant rapprochement entre ses remarques autour de la fonction « instituante » des oraisons funèbres et la notion de « rites d’institution » chez Pierre Bourdieu (Bourdieu 1982).

19 Les médiévistes ont récemment permis sur cette question de notables avancées : voir notamment Bériou 1998, Weijers 2002 et Grévin 2008a et 2008b.

20 L’opportunisme scripturaire d’un Girolamo Aliotti fournit ainsi une riche illustration des stratégies d’insertion d’un lettré « mineur » au sein des réseaux les plus actifs de l’humanisme toscan dans les années 1430-1440 (Caby 2012 et 2013, en particulier p. 192-208). À propos d’une autre pratique d’écriture, Christopher Celenza a montré combien la composition du dialogue De curiae commodis par Lapo Castiglionchio était conditionnée par la frustration du jeune humaniste persuadé d’avoir sa place dans les plus hauts rangs de la bureaucratie papale, qui a tenté d’y remédier en s’inscrivant avec brio dans un registre discursif caractéristique de l’humanisme curial (Celenza 1999).

21 Nous faisons ici référence à notre thèse de doctorat en cours de publication, Revest 2012a. La position de thèse, publiée, peut être également consultée (Revest 2012b). Nous avons en outre présenté en 2013 un Mémoire de l’École française de Rome intitulé Rhétorique cérémonielle et culture humaniste à l’université de Padoue (c. 1400-1435).

22 On dispose aujourd’hui d’instruments de repérage fort utiles, notamment les volumes de l’Iter italicum édités par Paul Oskar Kristeller (Kristeller 1963-1992) et l’inventaire des manuscrits contenant la production épistolaire de Leonardo Bruni (Gualdo Rosa 1993 et 2004).

23 Lafaye-Novati 1891-1892, Bollea 1924, Bertalot 1975a, 1975b, 1975c, 1975d et 1975e.

24 Gentile-Rizzo 2004.

25 Ibid., p. 403-405.

26 Sur ces mélanges germaniques nous renvoyons essentiellement à Bertalot 1975b et 1975d, Sottili 1968 et 1971, Kristeller 1978 (p. 153-154), Girgensohn 2001 (en particulier p. 158-160) et Forner 2007. Lucia Gualdo Rosa a pour sa part souligné le rôle des mélanges manuscrits dans l’extraordinaire diffusion de l’épistolaire brunien à travers l’Europe, en différenciant antologie umanistiche et zibaldoni di lavoro (Gualdo Rosa 1993, p. XVI-XVIII), tandis que Carla Maria Monti a mis en lumière l’existence de plusieurs recueils étroitement liés au développement de la culture humaniste en Lombardie dans le contexte de la chancellerie de Gian Galeazzo Visconti (Monti 1988 et 2007). Nous pensons également aux analyses établies par David Rundle pour sa thèse de doctorat, qui donnent une place nouvelle aux mélanges dans l’étude de la diffusion de l’humanisme en Angleterre, cf. Rundle 1997.

27 Gentile-Rizzo 2004, p. 401-402.

28 Ibid., p. 380.

29 D’une manière générale, sur les formes et les degrés de la compilation au Moyen Âge, voir Gioanni-Grévin 2008 (en particulier l’introduction générale, p. 1-10). À propos des collections épistolaires d’auteur et de la naissance du genre de la correspondance familière au début du XVe siècle, nous nous permettons de renvoyer à Revest 2007, avec la bibliographie afférente.

30 Sur les processus intellectuels et les effets de réception induits par l’acte de compilation, voir en premier lieu Gioanni-Grévin 2008, p. 4-7, et Petitjean 2009.

31 Nous nous en tenons ici à une équivalence conventionnelle de distinction entre oratio/epistola et discours/lettre mais, sans entrer dans le détail de cette question fort complexe, il conviendrait plutôt de différencier une écriture publique à caractère oratoire et une écriture privée à caractère familier, distinction qui ne recouvre pas exactement les dénominations génériques. Une epistola humaniste peut être en particulier une « lettre ouverte », fiction de dialogue privé à destination publique, ou encore une forme hybride entre l’acte de chancellerie et l’oratio.

32 Se reporter à la description présentée en Annexe 1.

33 Pour les pièces écrites en contexte curial ou liées à ce même contexte, voir infra Ann. 1, n°2, 5, 6, 13, 38, 45, 46. Sur les humanistes à la curie de la fin du Grand Schisme, voir Gualdo 2005a et Revest 2012a et 2012b.

34 Cf. infra, Ann. 1 n°3, 9, 29, 30, 33, 40.

35 Ibid., n°4-24 (sur le discours n°3), n°15 (sur le discours n°33), n°31 (sur une oraison de Poggio non copiée dans le manuscrit mise en relation par ce biais avec le discours n°40).

36 Ibid., n°1 et 2.

37 Se reporter à la description présentée en Annexe 2.

38 Cf. infra, Ann. 2, n°19 et 10.

39 Griggio 1991, p. 175.

40 Cf. infra, Ann. 2, n°34 et 35.

41 Il s’agit des manuscrits suivants : Udine, Biblioteca arcivescovile, 70 et Berlin, Staatsbibliothek, Stiftung Preußischer Kulturbesitz, Lat. F° 613. Sur les très fortes similarités (les œuvres transcrites sont à quelques exceptions près les mêmes, dans un ordre différent) entre l’Ottobonianus 3021, le manuscrit d’Udine et celui de Berlin, se reporter à Bertalot 1975d, p. 212-213.

42 La liste de discours à laquelle nous faisons allusion est copiée sur la page de garde du manuscrit de Cambridge, Trinity College, O.9.8, un volume composite comprenant notamment un mélange rhétorique humaniste copié en Angleterre dans la deuxième moitié du XVe siècle, mais qui ne correspond pas aux textes cités dans la liste : cf. Rundle 1997, p. 331-342 (description mise en ligne sur le site bonae litterae http://bonaelitterae.files.wordpress.com/2009/07/dgrms5.pdf). En revanche, sur les 21 pièces mentionnées dans la liste de Trinity College (abrégée en Tr.), au moins quatorze peuvent être identifiées comme des textes copiés dans l’Ottobonianus (abrégé en O) : Tr.XIX=O6 ; Tr.XXI=O9 ; Tr.I=O10 ; Tr.XII=O13 ; Tr.XVI=O14 ; Tr.XVIII=O15 ; Tr.III=O16? ; Tr.XI=O17 ; Tr.VIII= O19 ; Tr.IX=O22 ; Tr.II=O24 ; Tr.VI=O28? ; Tr.VII=O29?

43 Il s’agit d’une part du manuscrit de Belluno, Biblioteca Lolliana Gregoriana, 49 : Mazzatinti 1892, p. 125-127 ; Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 496 ; Griggio 1991, p. 175 ; Hankins 1997, n°66 ; Gualdo Rosa 2004, p. 10. Ce mélange comprend une première partie (f. 1-74) copiée d’une seule main, qui par sa forme et son contenu renvoie également à l’humanisme vénitien lié à la curie, aux lendemains du concile de Constance. Sur les 38 pièces transcrites dans ce premier bloc, 22 sont également présentes dans notre manuscrit vénitien (dans l’ordre de leur apparition dans le manuscrit de Belluno, App. 1, n°38, 10, 11, 13, 14, 31, 32, 30, 33, 15, 20, 46, 45, 44, 27, 5, 6, 21, 35, 42, 7, 22), dont le discours de mariage padouan (n°22) conservé par ces deux seuls témoins. Nous faisons d’autre part référence au manuscrit de Venise, Biblioteca Marciana, Lat. XI 3940 (102) : Kristeller 1963-1992, vol. II, p.  256 ; Zorzanello 1981, p. 7-12 ; Griggio 1991, p. 317-318 ; Hankins 1997, n°2932 ; Gualdo Rosa 2004, p. 244-245. Sur les 77 pièces copiées dans ce mélange, seule une (infra, App. 1, n°41) se retrouve dans le volume 3939, en revanche les équivalences typologiques, chronologiques et surtout celle des milieux producteurs en font une sorte de « jumeau complémentaire » de ce dernier.

44 Les deux manuscrits ont cinq textes en commun (V3=O9, V29=O14, V33=O11, V36=O3, V40=O33).

45 Pour ne pas alourdir démesurément les notes, nous ne renvoyons qu’à une bibliographie restreinte pour chaque manuscrit. Le recueil rhétorique de Londres, British Library, Harley 2268, possiblement copié par un étudiant anglais de l’université de Bologne à la fin des années 1420, est décrit dans : Rundle 1997, p. 80-85 et p. 393-414 (description mise en ligne sur le site bonae litterae : http://bonaelitterae.files.wordpress.com/2009/07/dgrms12.pdf). Celui de Naples, Biblioteca Nazionale, Già Vennesi lat. 57 (Vindob. Lat. 3160), un ensemble complexe lié au milieu padouan et à l’histoire de la fin du Grand Schisme, est inventorié de manière détaillée dans : Tabulae 1868, p. 217-220. L’ample mélange lombard contenu dans le manuscrit de Florence, Biblioteca Riccardiana, 779, constitué entre 1428 et 1479, est présenté avec une bibliographie à jour dans Laureys 2008, p. 193-194.

46 Bertalot 1975d, p. 213. Sur les summae dictaminis et leur rôle dans la standardisation et la diffusion du dictamen, se reporter en premier lieu à Grévin 2008a, p. 281-287. Pour une réflexion sur l’usage des « formulaires » au Moyen Âge, voir une publication récente : Fossier 2011, en particulier p. 153-158.

47 On relève ainsi les titres suivants dans un autre gros mélange humaniste copié à la fin du XVe siècle (Venise, Biblioteca Marciana, Marc. Lat. XI 80 (3057)), aux folios 283r-289r : oratio pro matrimonio, pro sacerdote oratio, compositio misse novelle, oratio pro justitia in introitu potestatis, oratio pro tabellione, collatio apud clerum recitanda ; puis aux folios 329r-334r : pro prioribus oratio, oratio pro conservatoribus et pretore, oratio pro prioribus et pretore, pro doctoratu in utroque, pro doctoratu in medicina, principium orationis cuiusdam magistrandi in philosophia, sermo in introitu dominorum vexilliferum et confalonierum. Sur ce manuscrit voir en premier lieu Gualdo Rosa 2004, p. 240-241.

48 John Mc Manamon a ainsi fait remarquer que seules neuf oraisons funèbres humanistes étaient connues par plus de dix copies manuscrites dans les bibliothèques italiennes : Mc Manamon 1989, p. 24. Il est à noter que parmi celles-ci, sept ont été composées entre 1400 et 1430 : l’oraison de Leonardo Bruni pour Ottone Cavalcanti (1405), celle de Gasparino Barzizza pour Jacopo da Forlì (1414), celle d’Andrea Giuliani pour Manuel Chrysoloras (1415), celle de Poggio Bracciolini pour Francesco Zabarella (1417), celle de Leonardo Giustiniani pour Carlo Zeno (1418), celle de Guarino Veronese pour Giannicola Salerno (1426) et celle de Leonardo Bruni pour Nanni Strozzi (1428). Les noms des rédacteurs et des destinataires entrent en outre clairement en résonance avec les « pôles de production » déjà mis en évidence. On peut, dans le même ordre d’idées, se référer aux remarques d’Anthony D’Elia autour du rôle moteur joué par les epithalamia de Guarino Veronese, écrits à Ferrare dans les années 1420, pour l’essor d’une rhétorique de mariage humaniste : D’Elia 2004, p. 40-44.

49 Pour la liste des manuscrits contenant l’Oratio in funere Manuelis Chrysolorae (Inc. Si quis vestrum est viri doctissimi qui forte admiretur), voir Mc Manamon 2011, p. 932-934. Sur Andrea Giuliani voir Troilo 1932.

50 Sur l’origine de ces textes et leur fortune humaniste, cf. Sabbadini 1915 et Berti 2001 (pour le recensement des témoins, p. 489-493).

51 Bertalot 1990-2004, n°14035 (Inc. Non vereor beatissime pater cum in hoc loco ad dicendum amplissimo) et 14042 (Inc. Non vereor pater beatissime cum et hoc loco ad dicendum amplissimo). La copie du manuscrit de Venise (Biblioteca Marciana, Marc. Lat. XI 3940 (102)) n’est pas mentionnée.

52 Florence, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 90 inf. 13, f. 14v. Nous renvoyons à la bibliographie et à la version digitalisée mises en ligne par la bibliothèque sur http://teca.bmlonline.it. Nous analysons plus en détail l’origine de ce zibaldone dans notre thèse de doctorat inédite : Revest 2012a, vol. I, p. 145-148.

53 Venise, Biblioteca Marciana, Marc. Lat. XI 3940 (102), f. 10v. Sur ce manuscrit, cf. infra, n. 44.

54 Rome, Biblioteca Corsiniana, Nic. Rossi 229 (33 E 27), f. 38r-39r. Ce volume, qui comprend de nombreux textes en commun avec les manuscrits de la Marciana Lat. XI 3939 et Lat. XI 3940, de même qu’avec celui de Belluno cité précédemment (Biblioteca Lolliana Gregoriana, 49), est inventorié dans : Kristeller 1963-1992, vol. II, p. 115 et vol. VI, p. 169 ; Petrucci 1977, p. 111-114 ; Griggio 1991, p. 254 ; Gualdo Rosa 2004, p. 192-193.

55 Londres, British Library, Arundel 138, f. 174r. Paolo Rosso présente une description détaillée de la compilation dans Rosso 2001, p. CLXXIV-CCXIII (l’attribution possible de l’oratio à Gasparino Barzizza est erronée). Elle est en particulier présentée comme l’un des plus importants recueils universitaires allemands du Quattrocento (ibid., p. CXCVIII-CXCIX).

56 Troyes, Bibliothèque Municipale, 1531, f. 444r-445r et Padoue, Biblioteca Antoniana, V 90, f. 32. La quatrième section du manuscrit de Troyes (f. 253-465) est un recueil humaniste copié en 1447-1449 par Johannes Justus et particulièrement axé sur l’université de Padoue dans les années 1420-1440 (voir notamment les textes rares de Caroto Vidali) : Harmand 1885, p. 642-643 ; Gualdo Rosa 2004, p. 78. Pour le volume de l’Antoniana, issu du contexte monastique de Saint-Antoine : Abate-Luisetto 1975, p. 112-115.

57 Voir par exemple les remarques formulées par Cécile Caby à propos de la production oratoire de Girolamo Aliotti dans Caby 2013, p. 54-67, ainsi que Campanelli 1994, p. 32-33.

58 Ludwig Bertalot a relevé ces mentions sur le manuscrit de Berlin, Staatsbibliothek, Stiftung Preußischer Kulturbesitz, Lat. F° 613 : Bertalot 1975d, p. 213.

59 Le discours de Barzizza commence ainsi : Non possum non vereri, Patres clarissimi, quid de me hodie sitis judicaturi ; si ego, qui neque etate, neque ingenio satis valeo, hoc mihi munus atque onus desumpsero, in quo viri omnium eloquentissimi, cum sepenumero versati essent, nunquam tamen, vel expectationi hominum, vel magnitudini rerum satis se facturos speraverunt, Gasparino Barzizza, Oratio de laudibus philosophie, éd. Furietti 1723, p. 40. Celui de Stefano Guigonardi, nouveau recteur du studium de Chieri : Non possum non vereri, principes clarissimi vosque fratres amantissimi, quod ego qui neque etate, neque consilio, neque rerum gerendarum scientia satis video, hodierno die vobis viris gravissimis regendis gubernandisque proficiar, in quo quidam munere cum viri expertissimi sepenumero versati essent, numquam tamen vel expectationi hominum, vel magnitudini rerum satis se facturus speraverunt, Stefano Guigonardi, Sequentem orationem protulit is qui assumpsit rectoratum studii, Venise, Biblioteca Marciana, Marc. Lat. XI 123 (4086), f. 17r. Sur ce manuscrit voir Rosso 2000, p. 661-662, n. 23 et 672.

60 Poggio Bracciolini, Oratio in funere Cardinalis florentini, éd. Knoblouchus 1510, f. XXVI ; Bernardo Bembo, Elogio funebre di Bertoldo d’Este, éd. Lopez 1934, p. 131 ; Lodovico di Strassoldo, De regia ac papali potestate, éd. Campana 1949, p. 146. La sentence semble être un assemblage de sin recta sententia, ne victa quidem causa vituperanda est (Cicéron, Philippiques, XI, 34) et de nec enim peccata rerum eventu, sed vitiis hominum metienda sunt (Cicéron, Paradoxes, III, 1).

61 Ce qui n’exclut pas bien évidemment que certains discours reprennent directement des modèles antiques, comme la Laudatio florentinae urbis de Leonardo Bruni, calquée sur le Panathénaïque d’Aelius Aristide (voir Santosuosso 1986), ou l’Oratio panigerica dicta domino Alfonso d’Angelus de Grassis, composée à partir d’extraits réagencés des Panegyrici latini (voir delle Donne 2006).

62 Voir par exemple Greene 1982.

63 Borges 1993. On songe également à la façon dont Eugenio Garin a formulé ce problème, notamment dans Garin 1969, p. 98.

64 Ronald Witt a notamment mis en exergue les nuances entre Leonardo Bruni, Pier Paolo Vergerio, Antonio Loschi et Gasparino Barzizza dans ce domaine, cf. Witt 2000, p. 386-391 (Vergerio), 388-391(Loschi), 404-419 (Bruni), 464-465 (Barzizza).

65 Sur le recours au lexique latin médiéval et l’influence du vernaculaire, cf. notamment Rizzo 1982, p. 381-386 et 390-393. En ce qui concerne l’emploi des standards du cursus par les humanistes, entre abandon et permanence, nous renvoyons d’abord à l’étude statistique de Ronald Witt, effectuée sur une sélection de textes en prose de Rolandino de Padoue à Leonardo Bruni : Witt 2000, p. 509-514. Ses analyses y prennent pour point d’appui les travaux fondamentaux de Gundrun Lindholm, qui ont fait apparaître la lente déshérence de cette pratique au XVe siècle, dans la production épistolaire humaniste et dans la diplomatique pontificale : Lindholm 1963. Voir également les intéressantes réflexions de Benoît Grévin sur ce point : Grévin 2009.

66 Ronald Witt reconnaît à ce propos : « It so happens that I think that classicized Latin is good Latin, and I have made no concerted effort in the book to conceal that fact. My historical argument, however, does not depend on my aesthetic allegiances. I would certainly be the last to deny that my sense of what constitutes good Latin is contingent. Indeed, this study has made more aware than I was before of the historical connections between the values, not just of today’s classicists, but today’s academics in general and the values of our humanist forebears », Witt 2000, p. 29.

67 Le chapitre consacré par John O’Malley à la description de la pratique rhétorique épidictique à la cour pontificale entre 1450 et 1521 constitue dans cette perspective un remarquable essai d’appréhension interne et globalisante du modèle de l’oratio inter missarum solemnia, voir O’Malley 1979, p. 36-76. De même pour le travail mené par Maurizio Campanelli autour des discours d’inauguration de l’année académique à l’université dans les années 1430-1450, Campanelli 1994.

68 Nous renvoyons de nouveau à Revest 2012a, dont nous résumons à grands traits, dans les pages qui suivent, le sixième chapitre (vol. I, p. 539-635). 

69 Pour la présentation du corpus, cf. Revest 2012a, vol. II, p. 50-54. Les auteurs des discours sont les suivants : Gasparino Barzizza, Poggio Bracciolini, Leonardo Bruni, Benedetto da Piglio, Jean de Montreuil, Pietro Donato, Antonio Loschi, Pietro Miani, Zaccaria Trevisan l’Ancien, Pier Paolo Vergerio l’Ancien et Francesco Zabarella.

70 Sur ce point, voir les remarques de Michael Baxandall dans Baxandall 1989, p. 37-46.

71 C’est un élément relevé par Luisa Avellini : Avellini 1988, p. 8.

72 Sur la pratique de l’excusatio, voir également Campanelli 1994, p. 33-36.

73 C’est ce que Chaïm Perelman a appelé les « figures de communion » : Perelman-Olbrechts-Tyteca 208, p. 239-241.

74 Campanelli 1994, p. 38-40, Bianca 1990, p. 229.

75 C’est un point sur lequel John Mc Manamon, notamment, revient régulièrement à propos de la pratique de l’oraison funèbre, cf. Mc Manamon 1989.

76 Sur les rapports entre historiographie et pratique rhétorique dans l’humanisme italien, nous nous permettons de renvoyer à Revest 2013b.

77 Nous nous limiterons à renvoyer au beau chapitre qui ouvre un récent ouvrage d’Élisabeth Crouzet-Pavan : Crouzet-Pavan 2007, p. 19-79.

78 L’essor du modèle du sermo modernus dans l’art de la prédication entre le XIIIe et le XVe siècle a fait l’objet de multiples et riches études au cours des vingt dernières années. Sur ce point, nous renvoyons en premier lieu à Dessì-Lauwers 1997 (p. 395-444), Bériou 1998 (en particulier vol. I, p. 133-165 et 506-537) et Kienzle 2000 (pour la citation, p. 370).

79 Tel est notamment le cas dans le discours adressé par Pier Paolo Vergerio l’Ancien aux cardinaux en 1406, pour les exhorter à reporter l’élection d’un nouveau pape après la mort d’Innocent VII : l’amorce Ecce nunc tempus acceptabile (II Cor., 6, 2) ne sert qu’à introduire directement l’idée-clé de l’oratio, à savoir que le moment est opportun pour mettre fin au schisme. Voir Pier Paolo Vergerio, Pro redintegranda uniendaque ecclesia ad romanos cardinales oratio, éd. Combi 1882.

80 Sur la pratique de la dispute au sein de l’université médiévale, nous nous limitons à renvoyer à Weijers 2002 et Périgot 2005.

81 Périgot 2007, §27.

82 Nous renvoyons en premier lieu à Grévin 2008a et 2008b.

83 Voir en premier lieu O’Malley 1979, p. 77-122. Un cas particulièrement intéressant d’échange entre modèle du sermon et pratiques rhétoriques laïques sous l’impulsion humaniste, l’essor des discours de protestatio de iustitia au XVe siècle, a été récemment mis en lumière par Rosa Maria Dessì, cf. Dessì 2007.

84 Pour les éditions des textes de Gasparino Barzizza, Andrea Giuliani et Pier Paolo Vergerio, cf. Furietti 1723, p. 45-50, Troilo 1932, p. 200-202 et Mc Manamon 1999. Sur les sermones de Vergerio, nous nous permettons de renvoyer à Revest 2012c, p. 276-278 (avec la bibliographie afférente).

85 Quid porro Alexandri Regis innumerabiles victorias, Caesaris Triumphos, Darii opes illas infinitas sanctitati ejus, ac religioni comparem ; cum illae res caducae, ac fluxae sint, nihilque stabile habentes, ac falso fulgore saepe oculos hominum perstrinxerint ?, Gasparino Barzizza, Oratio de laudibus Beati Francisci, éd. Furietti 1723, p. 49.

86 Voir Mc Manamon 1976 et O’Malley 1979.

87 Dans une très intéressante étude qui mériterait d’être mieux connue et amplifiée, Carlo Delcorno a mis en lumière le développement au XVe siècle, chez les Augustins observants, d’une « éloquence adaptée à la nouvelle culture humaniste », Delcorno 1997. Voir également Caby 2013, p. 59-60.

88 Nous renvoyons tout particulièrement à Witt 2002b, Grévin 2008b, p. 777-780 et Witt 2010, p. 153-155.

89 Witt 1976.

90 Pour une présentation en détail des méthodes de l’enquête et de ses résultats, voir Revest 2012a, vol. I, p. 585-635.

91 Il s’agit de la réponse d’Innocent VII au duc de Berry, datée du 23 avril 1405 (Inc. Quod pacem ecclesie, éd. Martène-Durand 1733, col. 702-705), de l’acte de refondation du studium Urbis émis par le même pontife le 1er septembre 1406 (Inc. Ad exaltationem Romane Urbis, éd. Griffiths 1973, p. 9-10) et de l’appel adressé par Grégoire XII à Benoît XIII le 10 décembre 1406 (Inc. Qui se humiliat, éd. Rinaldi 1874, p. 158-159). Sur la carrière de Bruni comme secrétaire pontifical, voir en premier lieu Gualdo 2005b. Pour l’analyse de ces bulles, Revest 2012a, vol. I, p. 611-626 et 2013a.

92 Pier Paolo Vergerio, Adhortatio ad fideles nomine summi pontificis facta pro unione Ecclesie, éd. Smith 1934, p. 305-307, n. 1. Ce texte a été transcrit par Leonardo Smith à partir d’un manuscrit non numéroté de l’Archivio Gravisi-Barbabianca de Koper (Capodistria), aujourd’hui perdu.

93 Sur la pratique humaniste du discours cérémoniel à l’université, voir d’abord Avellini 1988 et Campanelli 1994.

94 Cette pratique a été notamment décrite dans Bougerol 1978, Maierù 1989 et Mantovani 2001.

95 Sur ce point voir notamment Frova-Nigri 1998, qui renvoie à une bibliographie détaillée.

96 Les analyses de Jacques Verger relatives au rôle rituel des examens de la maîtrise et du doctorat dans l’université médiévale sont à cet égard particulièrement suggestives, cf. Verger 1993, p. 34-43. On trouvera également d’utiles éléments de réflexion sur la fonction sociale des pratiques académiques dans Destemberg 2009 et Waquet 2010.

97 Cf. Avellini 1988.

98 Hic enim primo ab ineunte etate in florentissima Venetorum urbe, cuius est ipse decoratissimum membrum, taliter se grammatice et rhetorice dedicavit, ut pridie in sua oracione philosophica ante conspectus vestros, doctores egregii, alter Tulius verissime putaretur, Paolo Veneto, Oratio M. P. in conventu domini Io. Michael de Venetiis, éd. Frova-Nigri 1998, p. 196.

99 C’est un phénomène qui a été souligné par Nancy Siraisi à propos de la médecine, cf. Siraisi 2004. De tels constats entrent en outre en résonance avec les récents travaux de Patrick Gilli autour de l’émergence conflictuelle d’un « humanisme juridique », Gilli 2004 et 2009.

100 Voir par exemple les analyses de Charles Trinkaus à propos des discours de Bartolomeo della Fonte à l’université de Florence dans les années 1480, Trinkaus 1960.

101 Quis enim vestrum est qui non intelligat omnes artes, quae ad humanitatem pertinent, quoddam inter se habere commune vinculum et quasi cognatione quadam contineri ?, Gasparino Barzizza, Oratio in principio quodam artium, éd. Garin 1952, p. 306.

102 Eo quoque consilio, ea integritate domi foris in subsellis in rostris in curia usus est, ut vir bonus potius quam locuples et iustitie quam iuris consultus esse et haberi mallet, Francesco Barbaro, C. v. Francisci Barbari laudatio in c. v. Albertum Guidalotum, cum eum ad suscipienda iurisconsultorum insignia dignum declaravit, acta Patavii 1416, éd. Griggio 1999, n°4, p. 35. Pierre Vesperini m’a apporté d’utiles lumières concernant la lecture de ce texte, qu’il en soit vivement remercié.

103 Nous renvoyons de nouveau aux remarques de Patrick Gilli touchant à l’institutionnalisation de l’humanisme à Florence, Gilli 2007.

104 Voir dans une première approche les références citées dans la note 7.

105 Deux colloques récents constituent un remarquable apport en ce domaine, cf. Gilli 2004b et Caby-Dessì 2012. Voir également la belle réflexion d’ensemble proposée dans Caby 2009.

106 Deux ouvrages complémentaires ont mis en lumière, à quelques années de distance, la valeur heuristique de l’étude des représentations de Saint Jérôme entre fin du Moyen Âge et début de la Renaissance. Le premier est surtout centré sur les réévaluations savantes de la figure de Jérôme chez les grands penseurs, du XIIIe au XVIe siècle : Rice 1985. Le second porte plutôt sur les évolutions des traditions iconographiques, en rapport avec les mutations du culte voué au saint : Russo 1987 (sur l’apparition et le développement des représentations picturales du « Saint Jérôme humaniste », p. 253-273). Voir également les études spécifiquement consacrées aux œuvres de Pier Paolo Vergerio (Mc Manamon 1999) et Érasme (Naquin 2013).

107 Sur Francesco Zabarella nous nous limitons à renvoyer à Girgensohn 1993-1994 et à la bibliographie qui s’y trouve indiquée.

108 La première oraison dans l’ordre chronologique est l’œuvre de Poggio Bracciolini et a été écrite le lendemain du décès de Zabarella, probablement pour être prononcée lors des obsèques qui se déroulèrent le 2 octobre suivant dans l’église des Franciscains : Poggio Bracciolini, Oratio in funere Cardinalis florentini, éd. Knoblouchus 1510, f. XXV-XXVIII. La deuxième est un panégyrique épistolaire, puisqu’il s’agit d’une lettre de Pier Paolo Vergerio, disciple et ami de longue date du cardinal défunt, adressée à Lodovico Buzzacarini, depuis Constance également, environ un mois plus tard (le 27 octobre ou le 6 novembre 1417) : Pier Paolo Vergerio l’Ancien, P. P. Vergerio a Lodovico Buzzacarini, éd. Smith 1934, n°CXXXVIII, p. 362-378. La troisième, composée par Pietro Donato, est relative aux funérailles officielles de Francesco Zabarella dans la cathédrale de Padoue en 1418, suite au rapatriement de sa dépouille dans sa ville natale : Pietro Donato, Oratio in exequiis domini Francisci Zabarellae, éd. Mittarelli 1779, col. 1231-1237.

109 Quo studio effecit ut nulla esset artium, quas liberales appellant, in qua non excellenter saperet et docere posset, ita ut etiam in quibusdam earum elegantia opuscula scripserit, naturali vero philosophie et oratorie facultati accuratiorem operam dedit, hausitque ea plenius, quod in ea studia ingenium pronius erat, Pier Paolo Vergerio l’Ancien, P. P. Vergerio a Lodovico Buzzacarini, éd. Smith 1934, n°CXXXVIII, p. 367.

110 Studia potissimum Oratoriae artis et philosophiae tanta exercitatione coluit, quod Cicero paucissimis contigisse dicit, ut duo illa, quae dixi, genera saepe conjungeret. […] Itaque eum non injuria dicere possumus, quod de Q. Scevola dicere solitus erat Cicero, jurisperitorum eloquentissimum et eloquentium jurisperitissimum, Pietro Donato, Oratio in exequiis domini Francisci Zabarellae, éd. Mittarelli 1779, col. 1234. La seconde citation est tirée de Cicéron, De oratore, I, 39.

111 Audistis non orationem, sed quasi fluvium quendam redundantem, tum verborum copia tum gravitate sententiarum, Poggio Bracciolini, Oratio in funere Cardinalis florentini, éd. Knoblouchus 1510, f. XXVIv.

112 Caderem, viri optimi, in conspectu tanti auditorii, nisi me labantem manus vestre modestie ac benignitatis erigerent. Hiis adiutus, quamvis in arte dicendi sim puer, fidenter tamen utcumque verba formabo. Si, ut Valerius ait, « verbis facundis ira consternatio arma cesserunt », si comminationem vehementis orationis comitas vincit, si vir gravis et eloquens tumultum sedat et saxa iam volantia cohibet, si ille, ut inquit Virgilius, regit dictis « animos et temperat iras », si Amphionis cithara, ut Cassiodorus meminit, « homines labore marcidos ad studium edificationis erexerat », si Orphei modulationibus amnes, ut inquit Boetius, steterant, silve currebant, cur neglectis pratis id est libris in quibus flores eloquentie ac sapientie rubent, litus aramus, tempus nobis datum inutiliter terimus ? [...] Eya ergo, domini mei, de tenebris surgere, ignorantiam pro viribus fugare nitamur. In eloquentia et sapientia studia nostra versentur, que cum omnibus utiles sint qui vitam honestam ducere cogitant, nescio an clericis prelatis et principibus viris magis sint necessarie, Benedetto da Piglio, Prefatio B. de Pileo super Lucanum, éd. Bertalot 1975f, p. 307-309.

113 Nous renvoyons en premier lieu à l’article que lui a consacré Cecil Grayson dans le Dizionario Biografico degli Italiani (Grayson 1966) et à une étude récente de Marco Petoletti (Petoletti 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Revest, « Naissance du cicéronianisme et émergence de l’humanisme comme culture dominante : réflexions pour une histoire de la rhétorique humaniste comme pratique sociale », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 02 octobre 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1192 ; DOI : 10.4000/mefrm.1192

Haut de page

Auteur

Clémence Revest

École française de Rome - Centre Roland Mousnier, clemencerevest@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org