Navigation – Plan du site
Cultures marchandes

La culture théologique d'un grand marchand florentin : échos de la controverse sur la vision béatifique dans la Nuova cronica de Giovanni Villani (XIVe siècle)1

Jérémie Rabiot

Résumés

Au Moyen Âge pas plus qu'aujourd'hui, la culture des hommes n'étaient compartimentée. Et à l'image du chroniqueur Giovanni Villani, l'identité culturelle des grands marchands ne se limitait pas à celle de l'homo mercator mais embrassait l'ensemble des préoccupations de l'homo christianus médiéval. L'article s'intéresse à un aspect sous-estimé de la culture religieuse de ce grand marchand florentin, à savoir son intérêt pour les débats théologiques et les querelles dogmatiques de son époque. L'étude des chapitres de la Nuova cronica (vers 1320-1348) consacrés au débat sur la vision béatifique engagé par le pape Jean XXII, ainsi que celle des canaux d'information mis en place par le chroniqueur pour se documenter, révèlent un effort remarquable de compréhension et d'information de sa part, qui va bien au-delà la simple curiosité. Face à un problème théologique qui se révéla bien plus complexe que la question initialement posée par le pape, le chroniqueur se muait en véritable médiateur culturel et tentait de proposer à son lecteur une analyse des enjeux dogmatiques, ecclésiologiques et politiques bien plus en rapport avec la sensibilité matérielle des laïcs – fussent-ils érudits ou non.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version remaniée d'une intervention présentée le 28 octobre 2011 à Rome lors de (...)

« Et moi, qui jamais n'ai brûlé du désir de voir
Plus que je ne le fais pour le sien, toutes mes prières
Te sont adressées, priant qu'elles soient assez fortes,
Afin que par les tiennes tu dissipes devant lui
Tout nuage de son humanité
De sorte que le suprême plaisir s'offre à lui. »
Dante, Paradis, XXXIII

1L'étude de la culture religieuse des marchands médiévaux a connu ces dernières décennies un élargissement considérable, grâce notamment à la multiplication des études sur le rapport à l'argent, au prêt et à l'intérêt, sur un plan tant théologique que juridique. Pourtant n'aborder la foi et la sensibilité religieuse du marchand qu'à travers l'optique des problèmes moraux qui lui sont posés par son comportement économique ne rend pas toujours compte de la multiplicité des cultures et des identités marchandes. Car celui-ci « ne limite pas à son métier le témoignage de sa piété » (C.-M. De La Roncière) : fût-il grand banquier ou modeste boutiquier, le marchand du Moyen Âge est avant tout un chrétien, préoccupé tant par la bonne marche de ses affaires que par le salut de son âme. Dans le cadre de l'atelier doctoral de l’École française, qui invitait à mettre l'accent sur la dimension plurielle des « cultures marchandes », j'ai ainsi souhaité m'intéresser à cette culture religieuse sous l'angle de la réceptivité d'un de ces grands marchands aux questions de dogme et de foi qui mobilisaient les esprits savants de son temps.

  • 2 Pour la biographie de cet auteur très connu, nous renvoyons en priorité à Luzzati 1976. Voir égalem (...)
  • 3 Giovanni Villani, Nuova Cronica, éd. G. Porta, 3 vol. , Parme, 1990-1991. Toutes les références au (...)

2À la tête d'une des principales compagnies commerciales de Florence, actif dans le négoce et les services bancaires, notamment pour le compte de la Chambre apostolique d'Avignon, Giovanni Villani (v. 1270-1348) est un parfait représentant du popolo grasso florentin2. Son grand œuvre, la Nuova cronica, histoire communale sur fond de chronique universelle, constitue une pièce majeure de l'historiographie florentine3. Lue et recopiée des décennies durant, elle offre à l'historien un regard privilégié sur la culture d'un grand marchand italien du premier Trecento, avant donc l'époque des libri di ricordanze qui forment généralement la matière de ce genre d'études, et constitue ainsi un exemple rare et précieux de réception, par la culture marchande, laïque et populaire, des grandes réflexions théologiques et morales de l'époque des premiers papes d'Avignon – et notamment d'une des grandes controverses théologiques du pontificat de Jean XXII : celle sur la vision béatifique.

  • 4 Sur la vision béatifique, l'étude la plus complète demeure celle de Trottmann 1995. Pour un aperçu (...)
  • 5 En choisissant d'imposer une opinion personnelle au moyen de la prédication (un média plus propice (...)
  • 6 Cf. Manselli 1981. Selon l'auteur, c'est bien dans l'ecclésiologie avignonnaise qu'il faut chercher (...)

3Cette controverse, qui agita les années 1331-1336, pourrait de prime abord apparaître comme une simple querelle de clercs, un épiphénomène dont l'écho serait limité dans le temps et dans l'espace par sa dimension savante et a priori déconnectée des préoccupations des fidèles. C'est en tout cas l'impression qui ressort des travaux des historiens des doctrines4 qui, n'abordant la controverse qu'à travers les écrits scolastiques, ont volontairement laissé de côté les récits des chroniqueurs. Ceux-ci offrent pourtant de précieux témoignages sur la diffusion de ces débats jusque dans les milieux populaires, moyennement cultivés. Car en s'inscrivant dans un contexte politique et ecclésiologique conflictuel, la controverse a bel et bien attiré l'attention des contemporains, qui y ont d'abord vu un conflit opposant deux conceptions de l'autorité doctrinale au sein de l'Église, celle monocéphale et autoritaire défendue par Jean XXII d'une part, celle collégiale et scolastique défendue par le consistoire et l'Université de l'autre5. Adoptant une lecture d'abord juridictionnelle et institutionnelle du problème, Villani esquissait lui aussi une réflexion sur les modalités de gouvernance de l'Église, qui dans le contexte politique de désagrégation du guelfisme unitaire et de crispation idéologique face à la hiérarchisation des pouvoirs, posait les conditions de la contestation de l'ecclésiologie monarchique des papes d'Avignon et pouvait d'une certaine manière annoncer les prémisses du conciliarisme de la fin du siècle6.

  • 7 Une recherche, sans doute incomplète, nous a permis d'identifier six témoignages contemporains seul (...)

4Mais le caractère exceptionnel du récit de Villani tient surtout à ce qu'il fut le seul chroniqueur laïc, écrivant de surcroît en langue vulgaire, à s'intéresser à cette question, et qu'à la différence des rares chroniqueurs ecclésiastiques qui s'en occupèrent, il poussait l'analyse au-delà du conflit ecclésiologique pour aborder le fond de la controverse dogmatique7. Et il révélait par la même occasion que, parce qu'ils s'inscrivaient dans une réflexion globale sur l'Au-delà et le Salut, ces débats venaient en réalité télescoper les angoisses de la société laïque, remettant ainsi en question la ségrégation traditionnellement admise, sur la base d'une plus ou moins grande ouverture à l'abstraction, entre religion savante et religion populaire.

La controverse théologique vue par Giovanni Villani

5Si les premiers papes d'Avignon furent davantage juristes que théologiens, les grandes querelles dogmatiques ne manquèrent pas sous le pontificat de Jean XXII (1316-1334). Après l'affaire des Spirituels et la question de la pauvreté évangélique dans les années 1320, ce fut celle de la vision béatifique qui cristallisa les oppositions au début de la décennie suivante. La question touchait au statut des âmes après la mort. Alors que les théologiens s'accordaient à reconnaître que les âmes bienheureuses jouissent d'une vision intuitive de l'essence divine dès le moment de leur mort, aucune décision de l'Église n'était jamais venue fixer ce dogme. Et dans une série de sermons prononcés après 1331, le pape quercynois brisait ce fragile consensus scolastique en défendant l'idée que l'âme séparée ne pouvait avoir qu'une connaissance imparfaite de Dieu et que seule la résurrection et la glorification du corps à la fin des temps permettrait à la béatitude d'augmenter en extension comme en intensité, et qu'alors seulement il serait donné au saint de contempler l'essence divine en face à face, d'une vision claire, parfaite et immédiate. Dans un contexte politique et ecclésiologique mouvementé, cette opinion suscitait une violente réaction de la part de la curie et des maîtres de l'Université, jusqu’à ce que la rétractation du pape à la veille de sa mort et la définition dogmatique de son successeur Benoît XII n'entérinassent l'abandon de la doctrine incriminée.

  • 8 Nuova cronica, XI 227 (sur les débats de 1331-1333 à Avignon et Paris), XII 19 (sur la révocation d (...)
  • 9 Ibid, XI 227 : « Nel detto anno MCCCXXXIII si piuvicò per papa Giovanni apo Vignone, con tutto che (...)

6Tranchant nettement avec l'historiographie contemporaine, globalement peu intéressée par la controverse et au mieux focalisée sur ses implications ecclésiologiques, le récit de Villani apparaissait exceptionnel d'abord en cela qu'il y consacrait trois longs chapitres, particulièrement détaillés et documentés, et offrait ainsi le témoignage contemporain le plus complet sur la question8. Mais outre une bonne connaissance des faits, il démontrait surtout une remarquable compréhension de la portée doctrinale du débat. Car si à l'instar des autres chroniqueurs, il identifiait correctement l'idée principale de la doctrine du Saint Père, celle d'un report au jugement dernier de la « vision claire et parfaite » de la « bienheureuse espérance, c'est-à-dire Dieu en Trinité », il abordait également de nombreux points laissés en suspens par ses congénères9.

  • 10 Ibid, XI 227 : « ma dicea che·ssolo possono vedere l'umanità di Cristo la quale prese della vergine (...)
  • 11 Nuova cronica, XI 227 : « sì come per lo merito del bene fare infino al detto giorno la loro beatit (...)
  • 12 Nuova cronica, XII 47 : « E dì XXVIIII di gennaio per lo detto papa in piuvico consistoro fu determ (...)
  • 13 Nuova cronica, XI 227 : « la detta visione imperfetta dicie che durerebbe infino al chiamare dell'a (...)

7Tout d'abord la Nuova cronica évoquait la doctrine corollaire de celle de la vision différée, c'est-à-dire l'idée que la vision de l'âme séparée demeurerait imparfaite jusqu'à la résurrection du corps, circonscrite à la seule humanité du Christ10. L'auteur évoquait ensuite l'incertitude suscitée par la prédication du pape quant aux peines infernales des damnés, qu'il repoussait également au jugement dernier en niant de fait l'actualité de l'enfer – un point qui n'alla pas sans causer l'émoi et motiver les accusations d'hérésie !11 Enfin, évoquant la condamnation de la vision différée par Benoît XII, il abordait un point certes capital dans les débats, mais particulièrement abstrait et spéculatif, celui de l'augmentation de la gloire des saints après le jugement dernier « en extension » et non pas « en sensibilité » – contrairement à ce que Jean XXII soutenait12. Quant aux très nombreuses autorités scripturaires employées par le pape, il retenait précisément celle qui constituait la base démonstrative de l'opinion pontificale (Matthieu 25, 35-41), sur laquelle reposait en grande partie son originalité et qui justifiait à elle seule le report de la béatitude parfaite au dernier jour (et qui fut par conséquence reprise dans la quasi-totalité des sermons13).

8Ce récit éclairé et documenté que nous livrait ainsi Villani, sur une controverse dont il saisissait parfaitement les modalités, nous permet surtout de comprendre ce qui, aux yeux d'un simple fidèle, en constituait l'enjeu véritable.

Les implications dogmatiques vues par un fidèle : une remise en cause de l'économie du salut

  • 14 Sur ce projet de mise sous tutelle des communes au sein d'un vaste royaume lombard inféodé au Saint (...)

9Nous avons déjà évoqué l'importance ecclésiologique et politique de la querelle dans le contexte italien des années 1330, de la légatie de Bertrand du Pouget et de l'entreprise de Jean de Bohême en Lombardie et en Toscane14. Florentin de patrie et guelfe de conviction, Giovanni Villani vivait ces événements avec implication. Mais ce serait toutefois une erreur grossière de n'aborder son témoignage qu'à travers l'optique de son opposition aux menées de la papauté d'Avignon : la description diligente du problème dogmatique posé lors des débats nous démontre au contraire l'intérêt réel du populus christianus bas-médiéval pour ces questions doctrinales. Aussi, n'insister que sur les préoccupations temporelles des fidèles ne rendrait pas justice à la piété véritable de la société médiévale de ce début de XIVe siècle.

  • 15 Voir par exemple Jean de Winterthur, Chronica, éd. F. Baethgen, Berlin, 1924 (M.G.H., SS rer. Germ.(...)

10En revanche, l'argument qui emporte l'adhésion de Villani n'est pas de type scolastique, autrement dit ni scripturaire ni rationaliter, mais renvoie en réalité au culte des saints, et plus généralement à l'économie du salut. On retrouve ainsi dans la Nuova cronica quelques échos des arguments employés par les différentes oppositions au pape15, qui accusèrent ce dernier de nier le pouvoir d'intercession des saints, y compris des plus méritants (comme la Vierge ou les apôtres), de considérer leur célébration comme inutile et par conséquence de remettre en question tout le système des indulgences et des rémissions accordées par l'Église, autrement dit toute l'économie du salut – ce qui, conclue-t-il, « serait une grande erreur et un grand dommage pour la foi catholique ».

  • 16 Nuova cronica, XI 227 : « Il quale oppinione sermonandolo a Parigi il ministro generale de’ frati m (...)

Comme il prêchait cette opinion à Paris, le ministre général des Frères mineurs, qui était originaire du pays du pape et était sa créature, fut contredit par tous les maîtres en divinité de Paris ainsi que par les Frères prêcheurs, ermites et carmélites. Et il fut sévèrement critiqué par le roi Philippe de France, qui l'accusa d'être hérétique, […] en disant encore, en tant que laïc et fidèle chrétien, qu'il serait alors vain de prier les saints ou d'espérer le salut de leurs mérites si notre Dame sainte Marie, saint Jean, les saints Pierre et Paul et tous les autres ne pouvaient voir la déité avant le jour du jugement, ni connaître la béatitude de la vie éternelle, et qu'en suivant cette opinion, toutes les indulgences et rémissions accordées jadis par la sainte Église, ou n'importe qui d'autre, seraient vaines – ce qui serait une grande erreur et un grand dommage pour la foi catholique.16

  • 17 Discutée tout au long du XIIIe siècle, la possibilité pour l'Église d'élargir le bénéfice des indul (...)

11À la différence des autres chroniqueurs, Villani percevait donc avec douleur les conséquences concrètes que le dogme de la vision différée impliquerait pour le fidèle : la remise en cause du système des indulgences, à une époque où se posait avec une acuité nouvelle la question de leur transfert pour les âmes du purgatoire17.

  • 18 Chiffoleau 1980.

12Basé sur la tarification des peines et de la pénitence, le principe de l'indulgence participe pleinement de l'économie du salut typique du bas Moyen âge, de cette « comptabilité de l'au-delà » que décrivait Jacques Chiffoleau18. S'il serait abusif d'invoquer un esprit marchand sur la base d'une simple concordance sémantique, et si la nouvelle pensée arithmétique trouvait son origine dans un phénomène qui portait au-delà de la seule culture marchande, il n'en reste pas moins que nulle mention de cet argument ne semble apparaître dans les écrits scolastiques, et que la défense des outils du salut semble donc être une préoccupation propre aux laïcs.

13Témoignage supplémentaire des angoisses eschatologiques du peuple chrétien de ce premier XIVe siècle, la Nuova cronica nous révèle les différents niveaux de la culture théologique. Car si pour les théologiens, la question de la vision béatifique fut l'objet d'une réflexion spéculative, pour le simple fidèle elle renvoyait avant tout à ses implications concrètes : l'efficacité des suffrages et des indulgences. En s'intéressant d'abord aux outils comptables du salut, le chroniqueur-marchand transposait ainsi une réflexion savante et spéculative, halogène à la culture populaire et laïque, sur le terrain plus concret et familier de l'économie et des instruments du salut. À travers la question de la diffusion du savoir théologique en milieu marchand, c'est donc plus généralement celle des relations entre niveaux de culture que l'on aborde.

L'activité d'un médiateur culturel en milieu urbain, laïc et marchand

  • 19 Sturlese 2003.
  • 20 En faisant acheter de grandes quantités de parchemin pour faire copier ses sermons à omnibusvolenti (...)
  • 21 Cf. Gourevicth 1996. L'auteur aborde la question culturelle sous l'angle d'une opposition dialectiq (...)

14L'historiographie a longtemps eu tendance à prendre à la lettre le paradigme médiéval de triple ségrégation sociale, culturelle et linguistique (clercs et laïcs, érudits et populaire, latin et vulgaire19), et à voir entre chaque champ de la culture médiévale un fossé infranchissable. Certes, ce paradigme de dissociation culturelle sur des bases socio-linguistiques demeure en grande partie valide en ce qui concerne la publicité accordée aux débats doctrinaux, comme le révèle le cas de la vision béatifique. Que le pape encourageât la copie de ses sermons ne doit pas tromper : la question était considérée comme bien trop complexe pour concerner les fidèles, et les débats furent limités aux seuls cercles savants20. Mais un témoignage comme celui de Villani, aussi exceptionnel fût-il, montrait bien une chose : la « coupure considérable » entre les niveaux de la religiosité et de la culture médiévale invoquée par Aaron Gourevitch n'était pas si considérable21. La publicité des débats, ou en tout cas leur réception effective par un grand marchand moyennement érudit, permet ainsi de révéler les voies alternatives de la diffusion des doctrines et de la vulgarisation théologique en milieu urbain et laïc. Parmi celles-ci, deux médias se détachent : l'apostolat mendiant d'une part, et l'épistolaire marchande de l'autre.

  • 22 Nuova cronica, XI 87. Sur les divers aspects de ce personnage aux multiples facettes, formation thé (...)

15Homme public, socialement et politiquement investi dans sa commune, économiquement actif à (très) grande échelle, le marchand italien était un homme de réseaux. La relation épistolaire entre notre auteur et maître Dionigi di Borgo Sansepolcro, moine de l'Ordre de Saint-Augustin et maître en théologie à Paris puis Avignon, témoigne de l'intensification de l'encadrement pastoral et de l'apostolat mendiant dans les grands centres urbains22. La prédication apparaissait ici prolongée dans la sphère privée par des relations amicales Villani désigne le moine comme son « ami et dévoué »), visant spécialement les citoyens influents, hommes publics et grands marchands, et constituant ainsi autant de canaux potentiels pour la diffusion des idées et des doctrines.

  • 23 Ibid, XII 19 : « E a ciò che sia manifesto a chi per li tempi leggerà questa cronica, e non possa a (...)
  • 24 Cf. notamment Renouard 1937, 1942.Voir également Melis 1973.
  • 25 Sur l'essor de l'épistolaire marchande, on renverra aux travaux de Jerôme Hayez sur l'Archivio Dati (...)

16Un autre aspect remarquable de la diffusion des informations relatives à la controverse est l'importance du média marchand, puisque c'est par l'intermédiaire de son frère Matteo, représentant de la compagnie auprès de la Chambre apostolique, que le chroniqueur se procurait une copie de la bulle Ne super his contenant la révocation de Jean XXII23. Confirmation d'une part du rôle joué par les compagnies bancaires italiennes dans la communication de l'administration pontificale (un aspect depuis longtemps mis en lumière par Yves Renouard24), mais aussi de l’importance de l'épistolaire marchande dans la diffusion tant des nouvelles que des idées, y compris de celles à caractère non-utilitaire et non-économique25.

  • 26 Sur les théories médiévales de la traduction, voir Copeland 1991 et Fidora 2009.
  • 27 Cf. par exemple Nuova cronica, I 1 : « E però io fedelmente narrerò per questo libro in piano volga (...)
  • 28 Sur l'essor d'une littérature « philosophique » en langue vulgaire, cf. notamment Bray et Sturlese (...)

17La Nuova cronica participait ainsi d'un double processus de vulgarisation et de médiation culturelle, dont la diffusion de la bulle pontificale, diligemment traduite et recopiée par l'auteur, constitue un parfait exemple26. Ce double objectif était par ailleurs maintes fois réaffirmé par l'auteur, qui optait pour le « piano volgare » et justifiait ce choix linguistique et stylistique par la volonté de s'adresser à toutes les catégories culturelles de la société, clercs et laïcs, lettrés et incultes27. La bipartition socio-culturelle de la société, déjà rendue caduque par la fin du monopole ecclésiastique sur la culture écrite, subissait ainsi l'effet de l'émergence d'une catégorie intermédiaire sur le plan culturel, une catégorie de mediani doublement médians, car composée d'hommes moyennement érudits, et acteurs par la vulgarisation et la diffusion du savoir de la médiation culturelle28.

  • 29 Duby 1967. On renverra également à Manselli 1975.
  • 30 Question polymorphe, la vision de Dieu s'impose en effet comme une préoccupation majeure des théolo (...)
  • 31 Dante, Paradiso, XXXIII, v.29-33 : « E io, che mai per mio veder non arsi | più ch’i’ fo per lo suo (...)
  • 32 Sur le développement du culte eucharistique et l'essor de l'élévation de l'hostie, l’ouvrage de réf (...)
  • 33 Voir par exemple la version villanienne du « miracle des Billettes » (Nuova cronica, VIII 143), exe (...)
  • 34 Vauchez 1988.

18Ce témoignage d'un laïc éclairé sur une controverse savante amène finalement à remettre en cause l'interprétation traditionnelle de la vulgarisation culturelle médiévale, et à nuancer en tout cas la définition qu'en donnait Georges Duby, celle d'un double processus, de simplification et schématisation des formes d'une part, et de dissolution des cadres logiques par l'invasion de l'affectivité de l'autre29. Certes, le processus de vulgarisation amenait la religion populaire à déconstruire la conceptualisation abstraite des débats savants de la scolastique, à en adapter les enjeux spéculatifs aux préoccupations concrètes et aux exigences propres des fidèles : la transposition de la réflexion spéculative sur la vision des saints vers le terrain concret de l'économie du salut et de la religion civique en est un signe. Mais en retour, la plus grande sensibilité de la culture populaire à l'affectif influe sur la culture savante, établissant ainsi un échange à double sens entre les préoccupations des fidèles et celles des théologiens. Il convient de remarquer à ce propos que les débats sur la vision béatifique, dont la controverse des années 1330 ne fut que l'ultime épisode, prenaient place dans une société désireuse dans son ensemble de « voir Dieu »30. Dans l'ultime chant du Paradis, Dante n'obtenait-il pas de saint Bernard, qui reconnaissait n'avoir « jamais brûlé du désir de voir » Dieu plus que le Poète ne le faisait, d'intercéder auprès de la Vierge afin qu'elle dissipât à ses yeux le nuage de la mortalité du Christ et lui laissât entrevoir Sa suprême beauté ?31 La question doit enfin être mise en relation avec le développement contemporain du rituel de l'élévation de l'hostie, sacrement visuel de substitution qui serait né d'une forte demande populaire face à un accès de plus en plus limité à la communion pour les fidèles. Or cette nouvelle gestuelle, emphatique et affective, fut en effet accompagnée en retour d'une réflexion menée par la haute Église sur la sacramentalité de la communion spirituelle et les vertus de l'expérience visuelle32. L'intérêt de l'auteur pour ces expériences eucharistiques visuelles apparaît du reste à travers les nombreux récits de miracles liés au corps du Christ33, véritables exempla contribuant à transférer dans la réalité sensible du lecteur des notions abstraites, et témoignant à son tour des nouvelles orientations de la foi, de ce « christianisme d'incarnation » évoqué par André Vauchez34. La « coupure » entre les niveaux de religiosité et de culture, tout autant que les difficultés des laïcs à s'ouvrir à l'abstraction ne doivent certainement pas être surestimées : capitale en ce domaine est en revanche l'action des médiateurs culturels, de cette masse d'individus lettrés et moyennement érudits, infatigables vulgarisateurs de la culture savante.

Haut de page

Bibliographie

Bethencourt et Egmond 2007 = F. Bethencourt et F. Egmond (dir.), Cultural Exchange in Early Modern Europe. 3, Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge-New York, 2007.

Bray et Sturlese 2003 = N. Bray et L. Sturlese (dir.) Filosofia in volgare nel Medioevo. Atti del Convegno della S.I.S.P.M., Lecce, 27-29 settembre 2002, Louvain-la-Neuve, 2003.

Denifle 1891 = H. Denifle (éd.), Chartularium Universitatis parisiensis, II, Paris, 1891.

Chiffoleau 1980 = J. Chiffoleau, La comptabilité de l'au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d'Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320 - vers 1480), Rome, 1980.

Copeland 1991 = R. Copeland, Rhetoric, Hermeneutics and Translation in the Middle Ages. Academic Traditions and Vernacular Texts, Cambridge, 1991.

Duby 1967 = G. Duby, La vulgarisation des modèles culturels dans la société féodale, dans Niveaux de culture et groupes sociaux (Colloque, 7-9 mai 1966, École Normale Supérieur), Paris-La Haye, 1967, p. 33-41.

Dykmans 1970 = M. Dykmans, Fragments du traité de Jean XXII sur la vision béatifique, dans Recherches de théologie ancienne et médiévale, 37, 1970, p. 232-253.

Dykmans 1973 = M. Dykmans, Les sermons de Jean XII sur la vision béatifique, Rome, 1973.

Fournié 1997 = M. Fournié, Les sermons de Jean XXII sur l'au-delà, dans Le Ciel peut-il attendre ? Le culte du purgatoire dans le Midi de la France (v. 1320-v. 1520), Paris, 1997, p. 403-456.

Gourevitch 1996 = A. Gourevicth, La culture populaire au Moyen Âge. « Simplices et Docti », Paris, 1996.

Hayez 1997 = Jerôme Hayez, 'Io non so scrivere a l'amicho per siloscismi'. Jalons pour une lecture de la lettre marchande toscane de la fin du Moyen Age, dans I Tatti Studies. Essays in the Renaissance, 7, 1997, p. 37-79.

Irribaren 2005 = I. Iribarren, Theological Authority at the Papal Court in Avignon : the Beatific Vision Controversy, dans J. Hamesse (dir.), La vie culturelle, intellectuelle et scientifique à la cour des Papes d’Avignon, Turnhout, 2005, p. 277-301.

Luiso 1936 = F.P. Luiso, Indagini biografiche su Giovanni Villani, dans Bulletino dell'Istituto storico italiano, 51, 1936, p. 1-64.

Luzzati 1976 = M. Luzzati, Giovanni Villani e la compagnia dei Buonaccorsi, Rome, 1976

Manselli 1975 = Cf. également R. Manselli, La religion populaire au Moyen Age. Problèmes de méthode et d'histoire, Montréal-Paris, 1975, p. 27-30.

Manselli 1981 = R. Manselli, Papato avignonese ed ecclesiologia trecentesca, dans Aspetti culturali della società italiana nel periodo del papato avignonese. Atti del convegno del Centro di studi sulla spiritualità medievale, 15-18 ottobre 1978, Todi, 1981, p. 175-195.

Melis 1973 = F. Melis, Intensità e regolarità nella diffusione dell'informazione economica generale nel Mediterraneo e in Occidente alla fine del Medioevo, dans Mélanges en l'honneur de Fernand Braudel, I, Toulouse, 1973, p. 389-424.

Paravicini Bagliani 2004 = A. Paravicini Bagliani, 'De fratrum nostrorum consilio'. La plenitudo potestatis del papa ha bisogno di consigli ?, dans C. Casagrande et al. (dir.), 'Consilium'. Teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, Bologne, 2004, p. 181-194

Ragone 1998 = F. Ragone, Giovanni Villani e i suoi continuatori. La scrittura delle cronache a Firenze nel trecento, Rome, 1998.

Renouard 1937 = Y. Renouard, Comment les papes d'Avignon expédiaient leur courrier, dans Revue historique, 180, 1937, p. 1-29.

Renouard 1942 = Y. Renouard, Les relations des Papes d'Avignon et des Compagnies commerciales et bancaires : de 1316 à 1378, Paris, 1942.

Rubin 1991 = M. Rubin, Corpus Christi. The Eucharistic in Late Medieval Culture, Cambridge, 1991.

Shaffern 1992 = R. Shaffern, Learned Discussions of Indulgences for the Dead in the Middle Ages, dans Church History, 61, 1992, p. 367-381.

Shaffern 1998 = R. Shaffern, Indulgences and Saintly Devotionalisms in the Middle Ages, dans The Catholic Historical Review, 84, 1998, p. 643-661.

Sturlese 2003 = L. Sturlese, Filosofia in volgare, dans N. Bray et L. Sturlese (dir.) Filosofia in volgare nel Medioevo. Atti del Convegno della S.I.S.P.M., Lecce, 27-29 settembre 2002, Louvain-la-Neuve, 2003.

Suitner 2001 = F. Suitner (dir.), Dionigi da Borgo Sansepolcro fra Petrarca e Boccaccio. Atti del convegno, Sansepolcro, 11-12 febbraio 2000, Sansepolcro-Castello, 2001.

Tabacco 1981 = G. Tabacco, Programmi di politica italiana in età avignonese, dans società italiana nel periodo del papato avignonese. Atti del convegno del Centro di studi sulla spiritualità medievale, 15-18 ottobre 1978, Todi, 1981, p. 49-75.

Trottmann 1995 = C. Trottmann, La vision béatifique, des disputes scolastiques à sa définition par Benoît XII, Rome, 1995.

Valois 1914 = N. Valois, Jacques Duèse, pape sous le nom de Jean XXII, dans Histoire littéraire de la France, 34, Paris, 1914, p. 555-630.

Zorzi 2011 = A. Zorzi, L’angoscia delle repubbliche. Il « timor » nell’Italia comunale degli anni trenta del Trecento, dans A. Gamberini, J.-Ph. Genet, A. Zorzi (dir.), The languages of the political society. Western Europe, 14th-17th centuries, Rome, 2011, p. 287-324.

Copeland 1991 = R. Copeland, Rhetoric, Hermeneutics and Translation in the Middle Ages. Academic Traditions and Vernacular Texts, Cambridge, 1991.

Fidora 2009 = A. Fidora, Les différentes approches des traducteurs : de la perception des textes à la réception des traductions, dans M. Lejbowicz (éd.), Une conquête des savoirs. Les traductions dans l'Europe latine (fin du XIe siècle - milieu du XIIIe siècle), Turnhout, 2009, p. 45-59.

Manselli 1975 = R. Manselli, La religion populaire au Moyen Âge. Problèmes de méthode et d'histoire, Montréal-Paris, 1975, p. 27-30.

Maillard 2001 = P.-Y. Maillard, La vision de Dieu chez Thomas d'Aquin. Une lecture de l'In Ioannem à la lumière de ses sources augustiniennes, Paris, 2001, p. 34-37.

Aquilecchia 1961 = G. Aquilecchia, Dante and the Florentine Chroniclers, dans Bulletin of the John Rylands Library, 48, 1961, p. 30-55.

Dumontet 1926 = É. Dumoutet, Le Désir de voir l'hostie et les origines de la dévotion auSaint-Sacrement, Paris, 1926.

Brooke 1967-1968 = C. Brooke, Religious Sentiment and Church Design in the Later Middle Age, dans Bulletin of the John Rylands Library, 50, 1967-68, p. 13-33.

Marmursztejn 2001 = E. Marmursztejn, Du récit exemplaire au casus universitaire : une variation théologique sur le thème de la profanation d'hosties par les juifs (1290), dans Médiévales, 41, 2001, p. 37-64.

Aronberg Lavin 1967 = M. Aronberg Lavin, The Altar of Corpus Domini in Urbino : Paolo Uccello, Joos Van Ghent, Piero della Francesca, dans The Art Bulletin, 49/2, 1967, p. 1-24.

Vauchez 1988 = A. Vauchez, Le christianisme roman et gothique, dans J. Le Goff et R. Rémond (dir.), Nouvelle histoire de la France religieuse, I, Paris, 1988, p. 394.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la version remaniée d'une intervention présentée le 28 octobre 2011 à Rome lors de l'Atelier doctoral organisé conjointement par l’École française de Rome et le CIHAM-UMR 5648, en collaboration avec l’Université de Erfurt, sur le thème des « cultures marchandes entre Moyen Âge et époque moderne ». Il s'inscrit en outre dans le cadre d'une thèse en préparation à l'Université Lumière-Lyon 2 et portant sur L'écriture de l'histoire contemporaine au Moyen âge. Étude des Livres XII et XIII de la « Nuova cronica » de Giovanni Villani, menée sous la direction de Jean-Louis Gaulin.

2 Pour la biographie de cet auteur très connu, nous renvoyons en priorité à Luzzati 1976. Voir également Luiso 1936 ; Ragone 1998.

3 Giovanni Villani, Nuova Cronica, éd. G. Porta, 3 vol. , Parme, 1990-1991. Toutes les références au texte renverront à cette édition, en chiffres romains pour le livre et arabes pour le chapitre.

4 Sur la vision béatifique, l'étude la plus complète demeure celle de Trottmann 1995. Pour un aperçu de la controverse en rapport avec le développement contemporain du culte du Purgatoire, cf. Fournié 1997. Cf. également Valois 1914.

5 En choisissant d'imposer une opinion personnelle au moyen de la prédication (un média plus propice à la pastorale qu'à la dispute scolastique), Jean XXII aurait commis l'erreur de procéder de manière autoritaire contre l'avis d'un consistoire et d'une Université plutôt hostiles. Face à cette conception autoritaire et monarchique du pouvoir pontifical, Villani loue l'attitude ouverte de Benoît XII, qui trois ans plus tard mettait un terme à la controverse en procédant par consultation du consistoire et après un « long et minutieux » examen de la question par ses théologiens (cf. Nuova cronica, XII 47). Cf. à ce propos Iribarren 2005. S'opposant à la fois à la thèse d'une appropriation autoritaire par la papauté des fonctions du magisterium (cf. Southern 1987) et de l'option volontaire par le magisterium de la cour pontificale comme lieu préférentiel de la discussion théologique (cf. Courtenay 1989), l'auteur défend l'idée que la querelle sur la vision béatifique marqua au contraire la fin de l'autorité ecclésiologique et politique des théologiens, dont la papauté se serait alors distanciée en remettant en cause le cœur même de leur identité, à savoir la tradition scolastique.

6 Cf. Manselli 1981. Selon l'auteur, c'est bien dans l'ecclésiologie avignonnaise qu'il faut chercher les conditions et les prémisses qui rendirent possibles le grand schisme puis le conciliarisme de Bâle et Constance. Sur le rapport entre autorité pontificale et pouvoir du consistoire, cf. Paravicini Bagliani 2004. À propos de la politique italienne de Jean XXII, voir en priorité Tabacco 1981. Sur la crispation idéologique et le sentiment d'angoisse des années 1330, cf. Zorzi 2011. Je remercie le professeur Zorzi de m'avoir permis de lire sa contribution avant même sa parution.

7 Une recherche, sans doute incomplète, nous a permis d'identifier six témoignages contemporains seulement, tous de chroniqueurs ecclésiastiques : Henri de Diessenhofen, Henri Taube de Selbach, Galvano Fiamma, Henri de Herford, Richard Lescot et Jean de Winterthur. Nulle trace en revanche de la controverse chez les chroniqueurs laïcs contemporains : significatif à cet égard est le fait que le Florentin Marchionne di Coppo Stefani, qui reprenait vingt ans après la chronique de Villani, ait supprimé toute référence aux débats de 1333.

8 Nuova cronica, XI 227 (sur les débats de 1331-1333 à Avignon et Paris), XII 19 (sur la révocation de Jean XXII avant son décès en décembre 1334) et XII 47 (sur la définition de Benoît XII en janvier 1336).

9 Ibid, XI 227 : « Nel detto anno MCCCXXXIII si piuvicò per papa Giovanni apo Vignone, con tutto che più di due anni dinanzi l'avesse conceputo e trovato, l'opinione della visione dell'anime quando sono passate di questa vita, cioè ch'egli sermonò in piuvico concestoro per più volte dinanzi a tutti suoi cardinali e prelati di corte che niuno santo, eziandio santa Maria, non può perfettamente vedere la beata speme, cioè Iddio in trinitade, la qual'è la vera deitade ».

10 Ibid, XI 227 : « ma dicea che·ssolo possono vedere l'umanità di Cristo la quale prese della vergine Maria ; e·lla detta visione imperfetta dicie che durerebbe infino al chiamare dell'angelica tromba ». La thèse fut développée par Jean XXII dans son premier sermon de la Toussaint 1331. Les sermons ont été publiés dans Dykmans 1973. Cf. sermon de Toussaint 1331, p. 85-99. De larges extraits traduits dans Valois 1914, p. 555-557.

11 Nuova cronica, XI 227 : « sì come per lo merito del bene fare infino al detto giorno la loro beatitudine fia imperfetta e non compiuta, così dicie e s’intendea del male avere fatto la pulizione e·lla pena e ’l supplicio essere imperfetti. Onde nota che non mostrava per lo suo oppinione che inferno sia infino al dire della parola “Ite maladitti etc.” ». Cf. Dykmans 1973, sermon de la Vigile de l’Épiphanie 1332, p. 144-148 ; et sermon de la Chandeleur 1332, p. 149-152. Extraits traduits dans Valois 1914, p. 565-570.

12 Nuova cronica, XII 47 : « E dì XXVIIII di gennaio per lo detto papa in piuvico consistoro fu determinata e dato fine e silenzio santamente a la detta questione, cioè che la gloria de' beati è perfetta, e come i santi sono in vita etterna e veggono la beata speme de la Trinità ; e che dopo il giudicio la detta gloria sarebbe istensiva ne l'anima e nel corpo, ma però non crescerebbe a l'anima sensivamente più che si fosse prima nell'anime beate. » Sur l'augmentation en extension ou en intensité, cf. Trottmann 1995, p. 417-432.

13 Nuova cronica, XI 227 : « la detta visione imperfetta dicie che durerebbe infino al chiamare dell'angelica tromba, ciò fia quando il figliuolo di Dio verrà a giudicare i vivi e' morti, dicendo a' beati : “Venite benedicti patris mei, percipite regnum, etc.” ; e de converso, cioè a' dannati : “Ite maladetti in ignem etternum” ». Les sermons de Jean XXII se caractérisent par un très large usage des autorités : le Traité composé à cette occasion en annonçait plus de deux cents ! Cf. Dykmans 1970.

14 Sur ce projet de mise sous tutelle des communes au sein d'un vaste royaume lombard inféodé au Saint-Siège, pendant septentrional du Royaume de Sicile, cf. Tabacco 1981.

15 Voir par exemple Jean de Winterthur, Chronica, éd. F. Baethgen, Berlin, 1924 (M.G.H., SS rer. Germ., 3), p. 105 : Nam natalicia sanctorum vel festivitates colimus, quando anime ipsorum, quemadmodum scriptura refert, in eterne claritatis abyssum absorpte sunt. Sed quia error pessimus est hoc dicere, procul abiciatur. Nam anima Marie matris Christi, Petri et Pauli apostolorum eius adhuc misere essent et non beate, viatores quasi et non conprehensores, cum divina essencia taliter, ut ego sencio, nullatenus fruerentur.

16 Nuova cronica, XI 227 : « Il quale oppinione sermonandolo a Parigi il ministro generale de’ frati minori, il quale era del paese del papa e sua criatura, fu riprovato per tutti i maestri di divinità di Parigi, e per gli frati predicatori e romitani e carmelliti, e per lo re Filippo di Francia il detto ministro fu forte ripreso dicendogli ch’egli era eretico, […] dicendo laicamente, come fedele Cristiano, che invano si pregherebbono i santi, o avrebbesi speranza di salute per gli loro meriti, se nostra Donna santa Maria e santo Giovanni e santo Piero e Paolo e gli altri santi non potessono vedere la deità infino al dì del giudicio, e avere perfetta beatitudine in vita etterna ; e che per quella oppinione ogni indulgenza e perdonanza data per antico per santa Chiesa, o che si desse, era vana ; la qual cosa sarebbe grande errore e guastamento della fede cattolica. »

17 Discutée tout au long du XIIIe siècle, la possibilité pour l'Église d'élargir le bénéfice des indulgences aux morts, c'est-à-dire aux âmes du purgatoire, fut affirmée lors l'occasion du Jubilé romain de 1300. À ce propos, voir Le Goff 1981, p. 442-443. Sur les controverses scolastiques relatives aux indulgences pour les morts, voir Shaffern 1992. Sur le lien entre indulgences et culte des saints, cf. également Shaffern 1998.

18 Chiffoleau 1980.

19 Sturlese 2003.

20 En faisant acheter de grandes quantités de parchemin pour faire copier ses sermons à omnibusvolentibus (dixit Nicolas le Minorite) ; cf. Valois 1914, p. 564. En réponse à une supplique des maîtres parisiens qui regrettaient qu'un débat aussi subtil pût être suivi par des « ignorants en la matière », le pape rétorquait qu'il était du devoir des plus doctes d'aborder le sujet, et convenant que les moins instruits (rudi et minus intelligenti) ne pouvaient tirer profit de ces discussions, soulignait en retour que ses prêches ne s'adressaient pas « au vulgaire » mais « aux prélats, docteurs et autres lettrés ». Cf. Denifle 1891, n° 982, p. 431 (2 janvier 1334) et n° 984, p. 437-439 (10 mars 1334).

21 Cf. Gourevicth 1996. L'auteur aborde la question culturelle sous l'angle d'une opposition dialectique entre culture populaire et culture savante, en reconnaissant une « coupure considérable entre les deux niveaux de la religiosité médiévale » avec comme paramètre discriminant l'aversion de la religiosité populaire pour l'abstraction.

22 Nuova cronica, XI 87. Sur les divers aspects de ce personnage aux multiples facettes, formation théologique, œuvre culturelle et action politique, cf. Suitner 2001.

23 Ibid, XII 19 : « E a ciò che sia manifesto a chi per li tempi leggerà questa cronica, e non possa avere preso errore per quella oppinione, sì metteremo apresso verbo a verbo la detta dichiarazione fatta fedelmente volgarizzare, come avemo la copia dal nostro fratello che allora era in corte di Roma.“Giovanni vescovo, servo di servi di Dio, a perpetua memoria. Né sopra quelle cose che dell'anime purgate partite da' corpi, […] Data a Vignone a dì III di dicembre, anno XVIIII del nostro pontificato”. » Le texte original a été publié dans Denifle 1891, n° 987, p. 440-441.

24 Cf. notamment Renouard 1937, 1942.Voir également Melis 1973.

25 Sur l'essor de l'épistolaire marchande, on renverra aux travaux de Jerôme Hayez sur l'Archivio Datini (notamment Hayez 1997). Sur l'évolution de la feuille de nouvelles vers l'avviso, cf. Bethencourt et Egmond 2007.

26 Sur les théories médiévales de la traduction, voir Copeland 1991 et Fidora 2009.

27 Cf. par exemple Nuova cronica, I 1 : « E però io fedelmente narrerò per questo libro in piano volgare, a ciò che li laici siccome gli aletterati ne possano ritrarre frutto e diletto » ; ou encore XII 3 : « e con tutto che in latino, come la mandòe, fosse più nobile e di più alti verbi e intendimenti per li belli latini di quella, ci parve di farla volgarizzare, acciò che seguisse la nostra materia volgare, e fosse utile a' laici come a li alletterati ».

28 Sur l'essor d'une littérature « philosophique » en langue vulgaire, cf. notamment Bray et Sturlese 2003.

29 Duby 1967. On renverra également à Manselli 1975.

30 Question polymorphe, la vision de Dieu s'impose en effet comme une préoccupation majeure des théologiens, omniprésente dans l'œuvre des Pères de l'Église comme dans celle des grands maîtres de la scolastique. Voir à ce propos Maillard 2001. Je tiens à remercier Nicole Bériou pour avoir attiré mon attention sur le lien entre vision béatifique et élévation de l'hostie.

31 Dante, Paradiso, XXXIII, v.29-33 : « E io, che mai per mio veder non arsi | più ch’i’ fo per lo suo, tutti miei prieghi | ti porgo, e priego che non sieno scarsi, | perché tu ogne nube li disleghi | di sua mortalità co’ prieghi tuoi, | sì che ’l sommo piacer li si dispieghi. » Sur Villani lecteur de Dante, voir entre autres Aquilecchia 1961, qui suppose deux phases dans la rédaction de la Nuova cronica, coupées par la découverte de la Comédie.

32 Sur le développement du culte eucharistique et l'essor de l'élévation de l'hostie, l’ouvrage de référence reste Rubin, 1991. L'hypothèse d'un développement en réponse à une demande populaire est évoquée par Dumoutet 1926, et reprise par Brooke 1967-68.

33 Voir par exemple la version villanienne du « miracle des Billettes » (Nuova cronica, VIII 143), exemplum largement diffusé et prototype des récits de profanation d'hostie par les Juifs dont la Nuova cronica témoigne de la première apparition en Italie. Sur l'importance du thème dans le rapport médiéval aux Juifs, cf. Marmursztejn 2001 ; sur sa diffusion en Italie, cf. Aronberg Lavin 1967.

34 Vauchez 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Rabiot, « La culture théologique d'un grand marchand florentin : échos de la controverse sur la vision béatifique dans la Nuova cronica de Giovanni Villani (XIVe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1143 ; DOI : 10.4000/mefrm.1143

Haut de page

Auteur

Jérémie Rabiot

Université Lumière Lyon 2 - jeremie.rabiot@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org