Navigation – Plan du site

Résumés

C’est à travers une enquête prosopographique, centrée sur les fonds documentaires des Archives d’État de Naples ou romain (Archives Caetani di Sermoneta) de certaines familles comtales, que se développe cette étude sur l’aristocratie féodale du royaume de Naples sous les Angevins. Des hommes, sont étudiés leur provenance, la construction de leur mémoire et ce lent processus de transformation de l’aristocratie, de 1268 à 1330, avec le retour de l’échelon comtal et le processus d’affirmation du lignage, jusqu’aux crises dynastiques, à partir de la fin du XIVe siècle, qui s’accompagnent de l’insertion d’hommes nouveaux dans le réseau aristocratique. L’aristocratie conserve les traits de représentants de l’État, à travers des offices et des fonctions publiques temporaires qui renforcent la nature de la fonction comtale, tout en développant une emprise territoriale forte (les états féodaux), nourrie par une maitrise politique et économique dans et autour du fief.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D’après N. F. Faraglia, d’après un manuscrit retrouvé à la bibliothèque de Storia Patria de Naples, (...)
  • 2 La noblesse des villes de Naples, de l’Aquila ou de Salerne détient des casaux relevant du « comita (...)

1Le ‘journal’ (diurnali) du duc de Monteleone, dont la composition remonterait à la fin du XVe siècle1, annote les faits et gestes de personnes, avant tout des rois, du royaume de Naples et de la papauté, de 1264 à 1371. Toutefois, son rédacteur localise la narration dans la capitale et s’attarde sur les descriptions des constructions monumentales des souverains angevins et le prestige qu’elle put retirer de la promotion de ces chevaliers urbains dans les rangs de la féodalité, démontrant que ces annales ont été rédigées à l’avantage de la chevalerie urbaine de la capitale2, dont le rôle sera déterminant sous la dynastie successive. Le récit, en portant une attention particulière aux nombreux enfants de Charles II et aux alliances nouées par la maison royale, annonce que cette dimension européenne est aussi à l’origine du malheur de la dynastie angevine :

  • 3 Faraglia 1979, p. 5.

« In questo tempo questi signori reali erano nove : lo primo era Ré Andrea, la mogliere et la cainata : de casa de Taranto, quattro de durazzo, dui de casa de balso, et erance Carlo martello ch’era in Ungaria con lo Ré de Ungaria lo quale non havea mogliere, e fo le data per mogliere madama Maria sore de la Regina Joanna la quale donna fo principio della morte d’assai (…) ora è incomenzata mala danza per lo Reame et per li signori per questa facenda » [c’est-à-dire l’assassinat d’André de Hongrie]3.

2Ce passage décrit par ailleurs le processus de réunion identitaire de la dynastie, la tentative de souder autour de la royauté les lignées du sol napolitain. Faisant cela, il dévoile la primauté quelques familles de l’aristocratie féodale du royaume, dont les Baux et les Sanseverino, alliées aux lignées angevines et impliquées dans les évènements et les drames qui frappent la maison royale. De ce fait, la dynastie commence à suffoquer à l’intérieur de son maillage familial et matrimonial, tout en devant faire face à des conflits politiques internes et externes dont la complexité s’accroit parce que la noblesse, qui est liée à elle par le fief, la charge, la fonction ou le sang, n’entend pas être une simple spectatrice de choix par lesquels sa survie est engagée.

  • 4 Tutini 1644; Croce 1929 ; Galasso 1992.
  • 5 Bloch 1994 ; Léonard 1932; Léonard 1954 (1967 pour l’édition italienne).
  • 6 Ammirato 1580; De Lellis 1663.
  • 7 Durrieu1883; Durrieu 1886.

3À la fin du XIVe siècle, les comtes du royaume de Naples, comme puissance publique aussi féodale, participent intimement à la conduite du royaume. Désormais très proches de la maison royale angevine grâce à des liens familiaux privilégiés, ils renforcent leur rôle public pour la cohésion territoriale. Une ligne interprétative voit dans leurs actions une série d’actes accentuant ou provoquant la chute d’une dynastie et le déclin d’un royaume qui, malgré les efforts, perd son unité. Luttes intestines, appropriation ou parcellisation du pouvoir, perte du sens du bien commun4 affligent un royaume qui se replie sur lui-même, se fragmente en espaces féodaux disjoints, voit se diluer et parfois se rompre les liens hiérarchiques5. Il ne saurait y avoir de jugement plus négatif. Certes l’aristocratie comtale apparait puissante, belliqueuse. Mais on en sait peu sur sa formation, sa structure, sauf que précisément sous les Angevins, comme le suggèrent les nobiliaires de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle6 et les tableaux de Paul Durrieu7, amplement renouvelée, elle prend un nouvel essor.

4Il s’agit de tenter de comprendre qui étaient ces comtes, quels sont les mécanismes de construction et de consolidation des lignages et des états féodaux, évaluer les liens de l’aristocratie féodale avec la Couronne. Il semblerait en effet, à l’instar de l’aristocratie sicilienne, qu’elle puisse avoir voulu mettre « sous influence » la Couronne, mais avec moins de force et de conviction et que prise dans ses propres contradictions (rupture du lien féodal, développement d’un pouvoir local, guerres intestines) elle en ait précipité le destin et avec elle celui de la royauté féodale, alors même que l’Europe occidentale est traversée dès la fin du XIVe siècle par un renouveau qui portera à la constitution d’états monarchiques puissants.

  • 8 Une partie de ce travail, synthétisant par ailleurs des articles précédents, a été publié dans Poll (...)

5Cet article résume ma thèse de doctorat, que des recherches successives ont ultérieurement développées, durant ma collaboration avec la Fondation Camillo Caetani de Rome et une année avec l’Université de Basilicate, laquelle continue indirectement à soutenir mes travaux en ce domaine8. Les trois grandes parties de la thèse entendaient fonder l’analyse des forces et des enjeux de l’aristocratie comtale le long des principales phases de la domination angevine du royaume de Naples. Préférence a été donnée à un plan articulé autour du lignage et de la seigneurie pour relever les clivages les plus significatifs (en 1295, vers 1370 et 1405), comme autant de phases de maturation, en les détachant des seuls règnes. Je vais donc m’attacher à décrire le cadre de la recherche et la « géographie féodale », les comtés et leurs titulaires de la partie continentale du royaume de Sicile, puis royaume de Naples après 1281-1304. Ensuite, je chercherai à définir les deux outils de la domination aristocratique : le lignage et le domaine dont les fonctions sont la gestion du groupe et des biens. Enfin, je m’appliquerai à préciser les éléments qui caractérisent ses liens avec la Couronne.

Recherches

  • 9 Reliefs : droits de succession/investiture sur les fiefs. À l’annonce du décès, s’ouvrait une procé (...)

6À l’époque de mes recherches, entre 1985 et 1993, les registres reconstruits de la chancellerie angevine recouvraient tout le règne de Charles Ier d’Anjou et les six premières années de celui de Charles II. Ils demeurent une source importante, mais non exclusive, complétée aux Archives d’État de Naples par les régestes de Sigismondo Sicola et de Carlo de Lellis. Ceux-ci permettent encore aujourd’hui d’enquêter partiellement sur le règne de Robert d’Anjou ou la gestion du duc de Calabre et imparfaitement sur ceux de Jeanne Ière et de Charles III d’Anjou-Duras. Les fonds des Archives privées qui, dans l’esprit des promoteurs de la reconstruction angevine, devaient permettre de parfaire cette reconstruction, ont constitué la seconde source. Si l’arc et le suivi chronologiques sont satisfaisants et recouvrent assez bien le XIVe et le début du XVe siècle, les familles nommées se résument à quelques noms. Les Sanseverino et les Ruffo comtes de Sinopoli sont les premières nommées et semblent attirer à elles les Della Ratta (de la Rath), les Gantelme, les Pipino, les Tocco, les Aquino et les Pignatelli et, plus tardivement, les Gaetani d’Aragona. On retrouve ces derniers noms dans des documents complémentaires des Reliefs9, des procès de la Sommaria et des comptes des trésoriers. Ce sont des noms des familles actrices de l’histoire des Angevins de Naples et la concentration de documents chez certaines de ces familles est significative de leur histoire. Les donations d’archives privées demeuraient un acte volontaire de la part des familles encore existantes. Cela explique en partie l’absence d’archives de la maison des Baux/del Balzo, tandis que d’autres maisons possèdent leurs propres bibliothèques, comme les Caetani, consultées après 1993.

  • 10 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulari n. 1, 2, 6, 7, 13.. Cette pratique est le propre de l’a (...)
  • 11 Il faut mettre à part un volume sur les Aquino, un recueil de notes documentaires, dont la plupart (...)
  • 12 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17 ; le second est tardif et hors chronologie, mais (...)

7Ces archives contiennent souvent des listes, accompagnées parfois de leurs résumés, de privilèges royaux et actes privés alors conservés, rédigées à l’époque moderne ou pendant le premier tiers du XIXe siècle par des archivistes-historiens attachés à certaines familles. C’est le cas de volumes d’actes (cartulaires) des archives des Ruffo di Scilla10. Ils s’ajoutent plus qu’ils ne les corroborent aux registres angevins. Par ailleurs, certains de ces compilations avaient le but de reconstruire une histoire familiale, comme pour les Gantelme11. Mais il existe des documents plus rares : les inventaires de biens. L’inventaire des biens du comte de Sinopoli, Guglielmo Ruffo, de 1335 est directement exploitable, tandis que celui d’Honorato III Gaetani d’Aragona, de 1493 est hors chronologie mais relève de la longue durée12.

8On a pu donc recueillir des informations sur les principales familles comtales : les Sanseverino, les Ruffo, les Gaetani, les di Capua, les de la Rath, les Aquino et, indirectement, les Baux. Partir de leurs généalogies a semblé logique, mais appliquées à retracer le parcours de construction et d’évolution du patrimoine pour saisir le ou les processus de gestion et d’affirmation des lignées, du lignage puis du groupe des comtes. La part la plus pauvre est revenue à l’étude de la gestion économique et juridique du fief. Sont donc simplement esquissées les relations des hommes au fief, des communautés d’habitants (réalité dès le dernier tiers du XIVe siècle) avec le seigneur.

Géographie comtale : espaces et hommes

  • 13 Comme Jacques Gantelme, seigneur de Popoli et de Rocca Caramanico dès la neuvième indiction (1266-1 (...)
  • 14 Certaines inféodations sont connues seulement au moment de l’ouverture de la succession comme dans (...)
  • 15 Robert de Lavène, professeur de droit civil, reçoit les castra de Tocco, Petre Tocco et Caraczani e (...)
  • 16 Pollastri 2004, p. 657-727.
  • 17 Pispisa 1990, p. 55-70 et p. 85 et suivantes. L’auteur a trouvé les noms des partisans de Manfred ( (...)
  • 18 Pollastri 1994, p. 198-200: c’est le cas en particulier d’un territoire comprenant les anciennes se (...)

9Les registres angevins débutent à la fin de l’année 1265. Les inféodations reportées pour les neuvième et dixième années indictionnelles, soit de septembre 1265 à août 126713, semblent avoir été extrapolées des concessions de 1269 qui traitent surtout de permutations de biens liées à la relocalisation de leur bénéficiaire14. Les concessions féodales ne débutent réellement que pendant l’hiver 1268-1269 (douzième indiction)15. Les premiers comtés sont concédés fin 1268 : Guillaume de Beaumont, grand camérier et amiral du royaume, reçoit alors le comté de Caserte16. Les deux premières années de son règne, Charles Ier sont employées nomme principalement de nouveaux officiers à la tête de l’administration militaire et civile, de nouveaux châtelains, tandis que retournent au Fisc les biens nobles pris au groupe parental de Manfred battu à Bénévent. Il aura fallu la résistance et l’anéantissement des opposants entre 1268 et 1269 pour que les inféodations en faveur des chevaliers franco-provençaux se multiplient, tandis que l’on ne peut pas exclure que ce n’est qu’à cette date que la Couronne a eu la maitrise complète du cadre féodal, entendu comme répartition des fiefs et identité des hommes. Les rébellions de 1268/69 donnent ainsi à Charles Ier les outils d’une emprise féodale dont il n’avait peut-être pas imaginé l’ampleur ou la rapidité. Aux confiscations, déjà faites ou en cours, de fiefs ayant appartenu aux Lancia, aux Agliano, aux Capece, aux Maletta, aux Vintimiglia, aux Dragone, aux Mareri, aux Palena, c'est-à-dire dire à toutes les familles apparentées à Manfred ou ayant participé à sa gestion du pouvoir, s’ajoutent celles qui frappent certains nobles profondément attachés à la dynastie souabe. Les uns et les autres sont appelés proditores17. L’élimination des proditores des rangs des feudataires laisse des espaces vides d’autorité qui témoignent, à la fois, de la profondeur de l’action menée par le souverain angevin et du résultat de la politique menée par Manfred. Dans ces espaces, l’installation ultramontaine est massive, au point que les feudataires régnicoles ne sont plus que quelques-uns au milieu d’un univers français18.

  • 19 Pollastri1991. Pollastri 2001.
  • 20 R.C.A. vol. 2, p. 171-175 ; Pollastri 1994, vol. I, p. 202-203.

10Les régnicoles qui ont accepté la nouvelle dynastie et lui ont rendu hommage sont confirmés dans leurs possessions ou remis en possession des fiefs soustraits par les Souabes, comme les Sanseverino et les Ruffo seigneurs de Sinopoli19. Comme pour les proditores, le souverain procède à des enquêtes, afin d’identifier le bien, son revenu et sa transmission selon les normes du royaume, une pratique capétienne et normano-souabe20.

La construction féodale normande et souabe

11Dans la péninsule italienne, les Normands ont su se réunir et être réunis par une maison, celle des Hauteville. Avec l’aval de la papauté, qui le met à la tête d’un royaume en 1059, Robert Guiscard le divise en districts féodaux, les comtés. Les comtés sont héritiers des établissements des Normands de la conquête et sont inclus dans des macrostructures de pouvoir, le duché de Pouille et la principauté de Capoue. Certains constituent des marches, comme le comté de Chiaromonte), précédant la conquête de la Calabre.

  • 21 Cuozzo 1989.
  • 22 Par exemple, à côté du comté de Tricarico, il y a la connétablie de Tricarico qui relève de la prin (...)
  • 23 Calcul établi sur la liste des fiefs relevant des comtés de Tricarico (30 chevaliers, dont 4 dus pa (...)

12Les assises d’Ariano (1140) et l’assemblée de Silva Marca (1142) instituent une hiérarchie féodale où tous les comtes, des chefs de guerre, sont placés sous l’égide du roi auquel ils doivent hommage et fidélité21, et les comtés tenus in capite de la Couronne. Ils forment un système à encastrement. Les comtés, en effet, s’intercalent entre des districts administratifs militaires, les connétablies22, dont un devient leur référent territorial local, car le comte porte à la guerre son propre groupe de chevaliers mais ce joint à celui du connétable. Ils s’insèrent dans le système de provinces militaires et judiciaires (civiles, fiscales et pénales) en formation. Comtés et connétablies sont composés d’unités, les fiefs, qui doivent le service d’un chevalier, calculé sur un revenu annuel de 20 onces d’or divisible par quatre. Un comté peut fournir à la Couronne le service de 30 à 48 chevaliers en moyenne, soit un revenu estimé de 600 à 960 onces d’or23. Le comte est l’échelon entre la Couronne et les milites détenteurs de fiefs de chevaliers, tandis que dans les connétablies les fiefs relèvent de la Couronne tandis que son commandement est confié à un officier royal, souvent lui-même comte.

  • 24 Par exemple, en Basilicate, le comté d’Andria possède des terres proches de son noyau (Banzi, Foren (...)

13Les comtes sont des délégués de la puissance publique, mis dans une position de fonctionnaires. Pour cela, le souverain les contrôle et essaie de les lier étroitement à sa personne en nouant des liens familiaux étroits avec eux, renforçant le groupe consanguin dont le but est la paix. Il déclare le fief indivis et transmissible à l’ainé (le fils, puis le fils ou la fille avec la constitution de Melfi de 1231), et combat farouchement ceux qui tentent la voie de l’autonomie. La parcellisation des possessions semble le meilleurs atout. Celles-ci sont discontinues à l’intérieur et éparpillées entre deux ou plus connétablies24. Les comtés sont en « taches de léopard », pour optimiser les terroirs et conjurer la concentration de terres et de pouvoirs.

  • 25 Cuozzo 1981, p. 32 et suiv.
  • 26 D’après les données tirées du Catalogus 1972 (a. 1160). Cuozzo 1989, p. 109-113.

14Commencé en 1142, le processus aboutit en 1150 et se conclut après les rébellions de 1155-5625. On compte 26 comtés dans le Mezzogiorno, Calabre excluse26 : Alba, Alife, Andria, Aprutium, Avellino, Balvano, Buonalbergo, Carinola, Caserta, Celano, Civitate, Conza, Conversano, Fondi, Gravina, Lecce, Lesina, Loreto Aprutino, Loritellum, Manopello, Marsico Nuovo, Molise, Montescaglioso, Principatus, Sangro et Tricarico. Certains sont des comtés de conquête reconfirmés (Conversano, Civitate). D’autres, plus récents (Avellino et Alife datent de 1139) sont le fruit de la réorganisation territoriale des Abruzzes (Aprutium, Loreto Aprutino et Sangro en 1140, Fondi, après 1140).

  • 27 Kamp 1982, p. 138-141. Frédéric emploie largement la chevalerie locale dans l’administration: Fasan (...)
  • 28 Sthamer 1914. Liste que l’on peut completer par celle de Cuvillier 1984, p. 663 et suiv.

15Frédéric II s’attache à renforcer l’État en créant des districts administratifs (le justiciérat remplaçant la connétablie), où les agents royaux transmettent les ordres sur le territoire et s’appuient sur les châteaux royaux. La chevalerie, et l’aristocratie, est fonctionnarisée27. D’après Edouard Sthamer28, l’empereur ne maintient que sept comtés : Manopello, Chieti, Caserta, Acerra, Montescaglioso, Marsico et Tricarico. Montescaglioso est détenu par Ugo de Macchia, seigneur de Bantia de 1190 à 1200 puis semble revenir au Domaine. Marsico et Tricarico sont enlevés aux Sanseverino en 1223 et en 1246. Les centres urbains des comtés supprimés deviennent des villes domaniales, et les châteaux, sièges de garnisons royales. Ainsi Monte Sant'Angelo, Aversa, Avellino, Ariano, Melfi, Gravina et Policastro sont villes domaniales. Loreto, Sangro, Acerenza, Andria, Squillace , ont des garnisons. Melfi, Gravina et Monte Sant'Angelo sont à la fois villes domaniales et sièges de garnisons royales. D'autres cités sont intégrées au Domaine : Potenza, Troia, Gaeta, Cosenza, Tarente, Monopoli, Brindisi, Bari, Trani, Barletta, Matera et toutes celles de l'ancien duché d'Amalfi. Toutes sont sièges d'un évêché ou d'un archevêché. Un château royal complète cette assimilation à Bari, Trani, Barletta, Matera, Cosenza et Brindisi.

  • 29 Manfredi Lancia est seigneur de Feniculo et châtelain d’Acerenza en Basilicate, en plus de biens da (...)
  • 30 Pispisa 1991, p. 47, p. 57-58.
  • 31 Francesco d’Agliano, dit Semplice, est seigneur du Casal de Galatone en Terre d’Otrante. Pispisa 19 (...)
  • 32 Pispisa 1991, p. 66-67.

16Vicaire puis roi (1254), son fils Manfred s’appuie sur son propre groupe familial formé des Lancia, des Agliano et des Maletta, d’alliés récents (Aquino) et d’une clientèle (Ocre). Ils sont mis à la tête du réseau féodal ou intercalés et mis en possession de fiefs pris à des rebelles. Certains comtés sont rétablis dans la partie continentale du royaume de Sicile. Ainsi Galvano Lancia est nommé comte de la principauté de Salerne, seigneur d’Ocre et de Castiglione en Abruzzes, et de San Demetrio en Calabre ; Federico Lancia, comte de Squillace et seigneur des fiefs (Varapodio, Papanice, Vermicici…) pris à Raimondo di Oppido, partisan du comte de Catanzaro, Pietro Ruffo29. Uberto degli Anditò, époux de la sœur de Bianca Lancia, est comte de Venafro ; Corrado d’Antiochia, époux de Beatrice Lancia, comte d’Alba, de Celano, de Loreto et d’Aprutium30, Corrado, époux de Violante, demi-sœur de Manfred, comte de Caserta et Tommaso d’Aquino, époux d’une autre de ses sœurs, comte d’Acerra. Les Agliano accèdent au rang comtal : Giordano est comte de Sanseverino et Bonifacio seigneur de Montalbano (fief détaché du comté de Montescaglioso)31. Francesco, fils de Federico Maletta comte de Vizzini, est seigneur en Terre d’Otrante (Copertino, Carpignano et Joggi), tandis qu’en Capitanate Manfredi Maletta, comte de Mineo, est établi sur Monte Sant’Angelo et sur la baronnie de Flumeri32. La famille des Maletta reste toutefois solidement établie dans la baronnie de Balvano et près d’Ariano.

  • 33 Pispisa 1991, p. 78-79, 67-70, 108-109, 115, 118 et 127.
  • 34 Pispisa 1991, p. 80; R.C.A., vol. 2, p. 276-277.
  • 35 Qui avait poussé à l’extrême une certaine décentralisation-reféodalisation menée par Manfred au poi (...)
  • 36 Pollastri 1991.

17Des fidèles sûrs forment un second groupe dans lequel on distingue Philippe Chinard dont l’épouse, une Lancia, lui apporte Conversano, et son neveu, Gazo, seigneur de Terlizzi ; Riccardo Filangieri, seigneur de Lettere et de Gragnano, Enrico di Vintimiglia, seigneur de Petralia en Sicile, comte d’Ischia et de Geraci, Montorio de Palena, baron dans les Abruzzes avec Palena, Peligni, Pizzo Superiore, Letto, Torricella, Torre Montanara et Tarenta Peligna, mais aussi Ruggiero Dragone, Tommaso Gentile, Gervasio de Matino, les Rebursa (à Aversa) et les Capece (à Naples)33. C’est alors que trois chefs de famille prennent le chemin de l’exil : Elia di Gesualdo34, Pietro Ruffo35 et Tommaso di Sanseverino36.

Sous les Angevins

  • 37 Giordanengo 1998, p. 52-53, Gauvard 1988, p. 89-98. Sur les enquêtes administratives et fiscales da (...)

18Charles Ier d’Anjou, titulaire du royaume à partir de 1265, a pour mission de ramener le royaume à la paix et à la prospérité, de le rétablir « comme au temps du bon roi Guillaume », tel qu’on peut le lire dans l’acte d’inféodation. Il vient avec un modèle français, bien que celui du royaume soit alors plus abouti, et une expérience provençale37. Gestionnaire averti, il n’a qu’à se glisser dans ce maillage. Or, le contrôle politique et territorial est difficile au point d’aboutir, à la fin de 1268, à des solutions de soumission, d’élimination et de remplacement des seigneurs défaillants.

  • 38 Pour le calcul de l’adoha (taxe qui remplace le service militaire réel) et du relief.
  • 39 Cahen 1940, p. 60.
  • 40 Parfois, avant d’être titulaire d’un fief, le chevalier est « terrier de l’Hôtel », il perçoit une (...)
  • 41 Pollastri 2004, Morelli 1997.
  • 42 C’est-à-dire dotée de profondeur généalogique et appartenant à un milieu politique qui place ces fa (...)
  • 43 Pour une étude générale, voir Galasso 1992-2, p. 357-406. Pour le détail des premiers comtés et de (...)

19En confirmant le fief comme unité de pouvoir et de service encadré par l’État, sur la base d’un chevalier pour 20 onces d’or de revenu, il en fait une assiette fiscale ante litteram38 et une cellule territoriale de référence mobile lors de la constitution d’un bénéfice qui peut être retranchée ou échangée dans le cadre de remembrements afin de faire de la concession un bloc uniforme. On modifie le principe d’un bénéfice formé de pièces et de morceaux39 pour celui d’un ensemble cohérent de biens et de droits au titulaire changeant auquel on tend à obtenir un service complet (20 onces de revenus) plus facile à « monétariser »40. Ce remembrement des fiefs en unités féodales s’accompagne de l’affirmation des provinces administratives, judiciaires et militaires, les justiciérats41 et d’un l’État géré par la fiscalité de l’impôt. C’est la lecture que donne le Liber donationum. Par ailleurs, Charles Ier restaure l’échelon comtal en faveur d’une aristocratie transnationale42 : Aulnay, Beaumont, Vaudémont, Baux, Brienne, Courtenay, Sanseverino, Ruffo, Gaetani, Orsini pour ne citer que quelques-uns43.

  • 44 R.C.A., vol. II, p. 266, n° 135: « exceptis tamen terris Policii, Asinelli et Golisani, sitis in Si (...)
  • 45 La terre de Conza avait été concédée, le 2 juin 1271 à Guillaume, vicomte de Melun. R.C.A., vol. II (...)
  • 46 R.C.A., vol. II, p. 254, n° 76; p. 266, n° 136; p. 270, n° 146.
  • 47 Pollastri 1998, p. 202, n° 82 et p. 204, n° 84.
  • 48 Pollastri 1998, p. 205, n° 85. Le comté normand de Caserte comprenait les fiefs de Caserte, de Morr (...)
  • 49 Catalogus 1972, p. 51-52.

20L’Angevin opte pour la centralisation des ensembles territoriaux. Ainsi, le comté d’Avellino n’est pas concédé à Simon de Montfort, en 1271, et à Bertrand des Baux, en 1272, avec les fiefs siciliens, qui en constituaient la dotation à l’époque normande44. Mais pour ne pas créer une perte de revenu, car le comté d’Avellino devait continuer à fournir au seigneur une rente fixée par les livres de comptes et proportionnelle au rang de son détenteur, la dotation est complétée par les fiefs de Riardo et de Francolise. Quand ces fiefs sont rendus à leurs précédents détenteurs. Bertrand des Baux reçoit Conza45, chef-lieu d’un ancien comté normand, et Lauro quod est de comitatu Caserte, mais plus proche d’Avellino que de Caserte46. Le comté de Caserte, concédé à Guillaume de Beaumont en 1269, comprend les fiefs de Caserte, de Telese, de Dugenta, de Morrone, de Limatola, de Lauro, de Strignano et de Montoro. Dès 1270-1271, Lauro, Montoro, Morrone et Dugenta sont distribués entre Simon de Montfort, Richard de Beauvoir, Philippe Mustarolo, Pierre Bourguignon et Thomasius de Raymo. Quand il est inféodé à Pietro Gaetani, en 1295, le comté comprend encore Dugenta, mais contient les nouveaux fiefs de Presenzano, Variano et Atina, qui seront cédés à Bartolomeo et à Giacomo di Capua, ainsi que Calvi et Fontana47. Quand Bartolomeo Siginolfo, comte de Telese, rachète la ville de Caserte au comte, il y a là une réunion symbolique de l’ancien comté normand48. Même constatation pour le comté de Fondi. Réduit, sous Charles Ier, à ses fiefs historiques, par des donations ou des acquisitions successives, il retrouve, au XIVe siècle son extension normande49.

  • 50 Le système de prestations castrales mises en place par Frédéric II calquent parfaitement les limite (...)

21En Basilicate, le comté de Montescaglioso ne comprend plus que neuf fiefs sur la vingtaine de l’époque normande. Il est constitué de deux ensembles, Montescaglioso-Oggiano-San Mauro Forte et Craco-Pisticci-Camarda-Torre a Mare, qui forment un bloc géographique dans la basse vallée du fleuve Basento. Le comté de Tricarico est réduit aux fiefs de Tricarico, de Tolve, de San Chirico et de Grassano. La connétablie normande ou le système castral frédéricien avaient mis Tricarico au centre d’un système dominant la haute vallée du Basento jusqu’à Salandra, c’est-à-dire jusqu’à la zone d’Acerenza-Brindisi di Montagna. Seul le comté de Chiaromonte maintient, des Normands aux Angevins, ses limites50. Les permutations de fiefs entre feudataires comme le démantèlement et la reconstitution de lots avec des biens pris ici ou là ont aussi pour but de former des blocs féodaux, de petite ou de grande étendue, mais homogènes, situés dans un même secteur géographique.

22Le revenu annuel moyen d’un ensemble comtal est de 500 onces, et il semble qu’il ne puisse descendre en dessous de 400 onces. Les chevaliers qui, par l’ampleur de leurs possessions et leur place au sein de la cour, peuvent se targuer du titre de « baron », ont un revenu moyen de 200 onces, bien que le seul qui détienne une baronnie, Philippe de Villescublain (Villecoublain), n’ait qu’un revenu annuel de 80 onces.

  • 51 Léonard 1967, p. 60.
  • 52 Vicaire général de Sicile en 1266-1267. Il est le père de Jean, comte de Squillace, capitaine des t (...)
  • 53 Mentionné seulement par Artefeuil 1776, repris par Durrieu 1886.
  • 54 Fils de Simon, comte de Leicester. Il reçoit Nola, mais est dépouillé de ses terres, en 1271, à la (...)
  • 55 Guillaume Estendart « le vieux », sénéchal de Provence jusqu’en octobre 1268, puis maréchal du roya (...)
  • 56 Durrieu 1886, vol. II, p. 393. Érard de Valéry avait été à Acre, en 1266. Son neveu, Robert, est ga (...)
  • 57 Pierre de Beaumont est grand camérier du royaume et il devient comte de Montescaglioso. Raoul de Co (...)
  • 58 Bémont 2000, p. 29-32.
  • 59 Sur le nombre des Ultramontains présents sous le règne de Charles Ier d’Anjou, Durrieu 1886, tome I (...)

23Les premiers comtes font partie de l’ost de conquête. Au cours de sa descente vers Rome, il s’entoure d’un groupe armé, mené par son vicaire Jacques Gantelme51. L’ost de 1265 qui affronte Manfred à Bénévent, dont l’ordre de bataille est disposé en trois lignes, mené par Philippe de Montfort52 et Lévis-Mirepoix53 en première ligne, par Gui de Montfort54 et Guillaume Estendart55 à la tête de la deuxième ligne, composée de chevaliers français, romains et provençaux, et par le comte de Flandre. Un groupe séparé, composé de toscans, est dirigé par Guido Guerra. Dans l’offensive du 23 août 1268 contre Conradin, dite bataille de Tagliacozzo, deux lignes de combattants se sont disposées rapidement sur-le-champ de bataille, après une marche forcée. En première ligne, on comptait seulement des soldats provençaux, napolitains, toscans et romains. La seconde ligne était composée essentiellement de soldats français et Henri de Cousances, qui portait les armes du roi, en était le guide, sacrifié. Le roi se tenait à part avec son « conseiller militaire », le maréchal de France Erard de Valéry56 et 800 chevaliers. Certains relèvent de l’entourage parisien du roi, parental et aristocratique, comme les Beaumont, les Courtenay, les Coucy57 ou les Vaudémont, ou ministériel, comme les Nangis, les Lagonesse et les Montfort Leicester, officiers de la cour ou parents de capitaines rendus célèbres pour avoir participé à des campagnes militaires en Albigeois et en Gascogne58. D’autres encore sont des représentants de l’aristocratie locale, angevine (Sergines) ou provençale (Baux). Enfin, la masse des chevaliers angevins comme les Souz, les Burson ou les Artus, provençaux comme les Gantelme et les Porcelet d’Arles. D’autres sont des chefs de lignage, accompagnés de leurs héritiers, comme Guillaume Estendart le Vieux et ses enfants, Guillaume le Jeune, Eustachie et Galas/Galeazzo, les frères Guillaume, Pierre, Dreu et Geoffroi de Beaumont, Philippe et Raoul de Courtenay, Guillaume de Melun, Philippe de Montfort Leicester et ses fils, Gui, Jean et Simon, Anselin et Thomas de Toucy, ce dernier accompagné de son épouse Marguerite de Béthune, et enfin Philippe de Villescublain pour les français ; Barral des Baux, son fils Bertrand, et son parent Hugues des Baux de Pertuis, Amiel Agoult de Curban et ses enfants, Isolda et Pierre, et Pons de Villeneuve, troisième fils de Giraud de Villeneuve, seigneur de Trans, et d’Ainguine d’Uzès, pour les Provençaux59.

  • 60 Pollastri 2011, p. 131-132.

24Tandis que les lignées comtales françaises privilégient des choix matrimoniaux français60, même dans le royaume, les Baux offrent un exemple original d’intégration. Leur présence dans le royaume de Sicile commence avec Barral, maitre justicier, décédé en 1268, et avec son fils Bertrand, comte d’Avellino en 1272. Bertrand s’est marié deux fois, tout d’abord avec Philippine de Poitiers, sœur du comte de Rodez, ensuite avec Agathe de Mévouillon. Son fils Raymond lui succède à la tête du comté en 1305. Il épouse en premier lieu une Française installée dans le royaume, Jeanne, fille de Jean Britaud de Nangis (le mariage avait été contracté du vivant de son père), puis, sur le seuil du XIVe siècle, sa cousine, fille de Raymond de Marignane. Il a cinq autres frères et sœurs. Isabelle épouse, avant 1282, Ruggiero di Sanseverino, comte de Marsico, et Hugues s’unit à Cécile, fille d’Ermengaud de Sabran : ce sont les deux unions avec des feudataires du royaume que nous pouvons attester. Deux autres mariages concernent les enjeux provençaux des Baux : Agoult (connu par ce seul anthroponyme) épouse Catherine Artaud de Villefranche et Béatrix, Gui, dauphin de Viennois.

25Ce premier groupe se renforce, sous Charles II, par la venue de Bertrand des Baux de Berre. Son fils, devenu comte d’Andria et de Montescaglioso, épouse en 1308 Béatrice, fille du roi Charles II d’Anjou. Ce mariage les place donc aux tous premiers rangs de la vie politique du royaume. Le groupe augmente encore avec Hugues des Baux de Courthézon, chambellan de Charles II et chef de la lignée des comtes de Soleto, marié à Jacoba della Marra, accompagné sans doute aussi de ses frères Raymond et Amiel. Au décès de Charles II, les Baux sont donc le groupe parental le mieux placé au sein de l’élite féodale et auprès de la famille royale.

26La réussite des Baux dépend donc de deux facteurs non nécessairement liés à un développement biologique de la première lignée napolitaine. Tout d’abord, ils font appel à l’immigration de membres provençaux du lignage. Transplantés en force, ils permettent rapidement, dès le tout début du XIVe siècle, la constitution d’un groupe lignager méridional, dont l’ampleur peut être comparée à celle des Sanseverino. Ensuite, ils nouent une alliance étroite avec la maison régnante, dont elle tire faveurs et ainsi stabilité.

  • 61 Certains, au tout début, ont négocié leur survie. Ainsi, en décembre 1266, Ruggiero, comte de Celan (...)
  • 62 Cahen 1983, Richard 1989, p. 181 et suiv.

27Charles Ier a recréé un noyau dur comtal, nœud de toutes les fidélités et assise de son pouvoir, se limitant à combler les vides géographiques provoqués par la réduction des membres de la chevalerie féodale. En effet, sur les dix-huit comtés recensés sous Charles Ier, cinq seulement sont entre les mains de régnicoles61 : Marsico retourne aux Sanseverino, partisans du Pape et premiers parmi les ralliés au nouveau roi, Catanzaro, aux Ruffo, qui se sont détachés, dès 1250, du camp souabe, Apice, détenu par Minora, de la famille des Balvano, mariée à Federico Maletta, Chiaromonte, détenu par Ugo de Chiaromonte, et Fondi, détenu par Giovanna dell’Aquila. Les nouveaux comtes jouissent d’une place privilégiée auprès du roi : outre ses parents, ce sont des fonctionnaires des Capétiens de longue date, ou des personnalités de haut rang choyées par Charles Ier. Cette politique, qui vise à s’entourer d’alliés et de parents, évoque l’établissement des États Latins, décrite par Claude Cahen et Jean Richard62. Mais elle diffère peu aussi de celle qu’avait menée Manfred, qui plaçait ses parents et les membres de sa Cour à la tête des grands commandements féodaux.

Renouvellement (1290-1315)

  • 63 Sicola, vol. IV, p. 357-368 (a. 1313, barons guidés par Jean de Gravina); vol. IV, p. 540-457 (a. 1 (...)

28Trois listes de convocation de feudataires pour deux campagnes en Calabre (1313 et 1316) et la montre des barons de 132563 contiennent les noms d’une trentaine de descendants des chevaliers de la conquête angevine. Ils représentent de dix à vingt-cinq pour cent des individus possédant des fiefs dans le royaume de Sicile : les Agoult, les Barras, les Baux, les Burson, les Bellot, les Beaulieu, les Du Bois, les Clignet, les Gantelme, les Lagonesse, les Morrier, les Normand, les Quintavalle, les Roquefeuille, les Sully surnommés « Roux » (« Rosso »), les Saint-Amant, les Saint-Lambert, les Senlis, les Tarascon et les Villescublain. Nous notons donc de grands absents : les Beaumont, comtes de Caserte et de Montescaglioso, les Courtenay, comtes d’Alife et de Chieti, les Coucy, comtes d’Arena, les Vaudémont, comtes d’Ariano ; mais aussi une lignée chevaleresque, celles des Gaulard de Saumery et de Pies. Une demi-douzaine de noms nouveaux sont enregistrés : Raymond de Candole, Adam vicomte de Tremblay, Dreu de Merlot, Isnard de Pontevès, Elzéar et Guillaume de Sabran, pour se limiter à des Français ou des Provençaux. Certains, enfin, sont des immigrés siciliens, aragonais et catalans : Cathania, Lopes de Luna, Cardona, Cruillas. Nous retrouvons aussi un Navarrais venu avec Charles Ier : Petrus de Garsie, dont les héritiers doivent prêter service en 1316.

  • 64 Le Liber donationum donne trois cas d’absence de descendance R.C.A., vol. II, p. 240, n° 15; p. 247 (...)
  • 65 R.C.A., vol. II, Liber donationum; Durrieu 1886, vol. II, p. 325; Sicola, vol. IV, p. 173 et p. 241 (...)
  • 66 Durrieu 1886, vol. II, p. 324. Sa veuve, Aquilina, est nommée tutrice des enfants mineurs, dans le (...)

29L’absence de descendance et chute en quenouille sont les causes principales64, comme pour les Gaulard. Renaud Gaulard de Pies, panetier royal, est possessionné à Arpino (Terre de Labour). À son décès, en 1303, il n’a qu’un fils, Jean, feudataire de Tresanti (Capitanate). Jean meurt vers 1311. Son fief de Capitanate passe à un chevalier nouvellement installé dans le royaume, Guillaume Bolardo (de Denisy). Guillaume a été marié à Filippa Echinard (Chinard), dame de Terlizzi, et leur fils Gazo de Denisy, reprend la succession maternelle65. Jean Gaulard de Saumery, sans doute cousin de Renaud, n’a eu qu’une fille, Jeannette, héritière en 1281/8266.

  • 67 R.C.A., vol. II, p. 235, n° 2; p. 243, n° 21. Le texte du n° 21 (succession de Guillaume Raison d’A (...)
  • 68 R.C.A., vol. 42, p. 5 n° 16, qui fait des deux Eudes une seule personne.
  • 69 R.C.A., vol. 23, p. 7, n° 25; vol. 30, p. 108 n° 361; vol. 32, p. 84, n° 22; vol. 42, p. 66, n° 152 (...)
  • 70 De Lellis, vol. III/I, p. 1838 [R.A. 1294 M f° 53r].
  • 71 Signalons aussi, qu’ à la suite du mariage, en 1225, entre Frédéric II et Yolande de Brienne, survi (...)

30Toutefois, certaines successions échouent tout simplement, parce qu’un héritier ne vient ni prête hommage, encore en France et malgré l’injonction royale, au terme d’un an et un jour d’éloignement de son fief et du royaume. Un sentence le déclare alors renonçant et déchu de l’héritage. Les biens retournent au fisc, et l’on procède à une nouvelle inféodation67. Souvent, la guerre fait le reste. Tout semblait sourire à Eudes Poilechien, seigneur de Pietrabbondante en 1268. À son décès survenu en 1270, semble-t-il, il laisse un fils, Eudes, seigneur d’Ostuni dès 1279 et châtelain d’Introdocco en 128968. Peu après, il est mentionné comme baron de Tursi et marié ou remarié à Lucia deArsurus. Il meurt en 1291, laissant un fils, Philippe, baron d’un tiers de Tursi, marié avec Sveva, fille du seigneur de Tricarico Grismundus de Bethsan (puis Beczano), et une fille, Agnès, dame d’Anglona, épouse de Landolfo d’Aquino, une branche fixée en Basilicate69. Mais au décès de Philippe, en 1301, Reforciat de Castellane, époux de Ameline Rebelline (ou Ibellino), fille d’Abel de Arsurii, et détenteur des deux tiers de la baronnie de Tursi70, déjà capitaine de guerre en Basilicate, revendique la possession de toute la baronnie. Et sa veuve, Sveva, devient l’épouse de Tommaso de Sanseverino, fils de Ruggiero comte de Marsico, rapportant Tricarico dans le patrimoine des Sanseverino71.

  • 72 Sicola, vol. IV, p. 181, p. 199. Porfile 1860.

31Les familles ultramontaines ne sont pas les seules à passer difficilement le cap du XIVe siècle. Chez les Régnicoles aussi les comtés passent à de nouvelles familles par les femmes, comme dans le cas du comté de Fondi, transmis aux Gaetani par le mariage de Giovanna, fille de Riccardo dell’Aquila et de Jacoba Ruffo, des comtes de Catanzaro, avec Goffredo Gaetani72. Toutefois, il est difficile de mesurer l’ampleur exacte des extinctions. Sur la dizaine des lignages comtaux d’origine ultramontaine, seuls les Baux passent le cap du XIVe siècle. Les lignages disparus sont remplacés par de nouvelles familles immigrées (ultramontaines, italiennes du Centre ou du Nord) ou des lignées françaises, déjà installées, et régnicoles.

  • 73 Les seigneurs de Cancellara sont attestés, sous le patronyme de Cancellara, à la fin du XIIIe siècl (...)

32La faiblesse des lignées chevaleresques, ultramontaines et régnicoles, a été savamment utilisée par l’aristocratie comtale. Reprenons l’histoire d’Eudes Poilechien junior, baron d’un tiers de Tursi, peut-être vers 1280, grâce à son mariage avec Lucia de Arsurus, d’une famille d’Outremer nommée aussi Ibelin. À son décès, en 1291, cette part de la baronnie est revendiquée par Reforciat Galbert, qui, entretemps, a repris le patronyme de Castellane, seigneur des deux autres tiers par son épouse Ameline Ibelin, fille d’Abel de Arsurii. Philippe, fils d’Eudes, a fait un très beau mariage puisqu’il s’est marié avec Sveva, fille d’un autre feudataire régnicole originaire d’Outremer, Grismundus de Bethsan, seigneur de Tricarico. Grismundus lui-même s’était lié à une vieille famille de l’aristocratie régnicole, les Aquino (branche de Roccaseca), déjà seigneurs d’Ascoli Picerno et installés au XIIIe siècle en Basilicate, à Genzano, et apparentés à une famille piémontaise, les Braida, seigneurs d’Oppido Lucano et de Moliterno. Ce maillage large de feudataires de Basilicate, cadets de maisons aristocratiques transnationales, est regroupé, concentré, à la fin du XIIIe siècle entre les mains de Tommaso de Sanseverino, comte de Marsico Nuovo, qui rapporte dans le patrimoine familial la baronnie de Tricarico, à laquelle est conféré à nouveau le titre de comté. Tommaso est le fils de Teodora d’Aquino, tante paternelle d’Oddolina d’Aquino épouse d’Oddon de Brayda, seigneur de Moliterno, et dont la lignée du frère, Rinaldo, donnera une épouse au dynamique et contesté seigneur de Cancellara (Potenza), Pietro II73.

  • 74 De Vajay 1962.

33Cet exemple est emblématique d’une situation qui vient à se créer dans la première décennie du XIVe siècle : le retour de l’aristocratie comtale. La création d’un réseau de noblesse transnationale, dont les mailles sont soudées par les femmes74, est un des prémisses d’une domination du territoire. L’aristocratie des comtes s’impose sur l’espace délimité, mais non clos, reprenant à son compte des réseaux familiaux locaux et chacun structurant sa propre lignée à travers des unions judicieuses. La politique territoriale angevine, centrée sur les comtés, favorise la prise de conscience du réseau familial sur le territoire. Si les mariages sont importants, ils le sont plus encore pour les comtes qui regroupent autour de leurs fiefs, en une hiérarchie plus ou moins voulue, les réseaux préexistants. Ainsi, en restituant aux comtés un poids féodal et politique, les Angevins leur donnent la possibilité d’agir sur leur milieu familial jusque-là sous contrôle de la royauté.

  • 75 Pollastri 2000.
  • 76 Sicola, vol. III, p. 774 (R.A. 1308 E f° 6v). À cette date, déjà veuve, elle réclame la succession (...)
  • 77 Sicola, vol. III, p. 282 (RA 1304 C f° 33r). Elle est fille de Gentile de San Giorgio et de Sinisor (...)
  • 78 D’après De Lellis 1654, ad nomen. Mais les textes montrent qu’il existe aussi deux autres Ilaria, l (...)

34D’autres chevaliers sont élevés au rang comtal, comme les Burson75 qui insèrent dans leur réseau une lignée chevaleresque, les Souz. Hugues de Souz devient feudataire dans la province de Principat en 1269. Il reçoit, cette année-là, les fiefs de Senerchia et de Lucullani. Son fils, Aymeric le Vieux, revêtu du cingulum militare par Charles Ier en 1272, entre au service du roi en devenant maitre maréchal du royaume puis châtelain de Trivento (1289). En 1272 encore, mention est faite de Philippe, son autre fils, seigneur en Basilicate de Torre di Mare (Turris Maris, près de Métaponte) et d’un bac sur le Basento (scafa flumenti Basenti). Philippe est peut-être né d’une première union de Hugo avec une française. Nous connaissons au contraire les deux unions napolitaines d’Aymeric : la première avec Jacoba de Montefusco76 et la seconde avec Tommasia di San Giorgio, appartenant à une famille membre de l’administration de Manfred77. Ces unions montrent qu’Aymeric renforce sa présence locale en choisissant des épouses auprès de feudataires dont les fiefs sont proches des siens. Une continuité se dessine par ailleurs entre cet élément du nouveau pouvoir napolitain et les anciens membres de la Cour de Manfred (San Giorgio, Supino, Rebursa). Les unions matrimoniales des enfants d’Aymeric indiquent un choix vers des alliances différenciées : Aymeric le Jeune épouse Francesca de Ceccano, famille d’un certain relief et qui noue par ailleurs une alliance avec les Gaetani comtes de Fondi ; Pietro épouse Bartolomea di Capua, nièce du protonotaire et logothète du royaume Bartolomeo di Capua, comte d’Altavilla (Principat) ; Giovanna est mariée à un feudataire de Terre de Labour, Giovanni di Sanframondo ; et Ilaria est mariée, respectivement, à 1) Gentile di San Giorgio, 2) Philippe de Joinville (Jamvilla), comte de Sant’Angelo, à 3) Tommaso d’Aquino, comte de Belcastro et à 4) Bartolomeo di Capua78. Aymeric et ses descendants ont su gérer leur insertion au sein du milieu féodal local et leur présence au sein de la Cour angevine.

35Exemplaire aussi est le parcours du maitre rational Giovanni Pipino. Originaire de Barletta, marié à Sibilia de Virgiliis, dame de Bisceglie, il marie ses enfants aux della Marra et aux de Bari, seigneurs d’Altamura. Plus exactement, ces unions montrent d’une part l’insertion de cette famille dans le milieu curial de Terre de Bari et le rôle qui lui est donné : continuer la tradition de fonctionnariat qu’avaient les de Bari et les della Marra. Il est très intéressant de noter que les de Bari et les della Marra sont déjà liés par mariage et qu’ils continuent la tradition du grand amiral, Maion de Bari, à travers d’autres officiers, les Montefusculo. Giovanni Pipino perpétue ce service auprès des souverains du royaume de Sicile à travers les siècles. Malheureusement, et contrairement aux Burson, aucune union ne vient renforcer la position acquise de seigneurs d’Altamura et de comtes de Minervino. La tradition curiale est transférée à Naples et n’est pas consolidée, malgré l’union avec les d’Eboli. Cela pourrait expliquer en partie leur échec et leur chute en 1351.

36Milieu ouvert, milieu mobile, l’univers noble, comtal, chevaleresque et curial, reste fortement structuré. Il le demeure dans la continuité. Les exemples cités montrent comment, derrière le renouvellement des hommes, qui pourraient laisser présager des transformations plus profondes, le milieu se maintient et se perpétue tout en s’adaptant et en faisant sienne la nouveauté angevine. En une cinquantaine d’années, le réseau primitif se modifie : d’horizontal et diffus, il devient régional, territorial et recentré sur la lignée, dont les alliances sont à nouveau hétérogènes. D’où le risque, sans doute encouru par les Pipino, d’une faiblesse interne qui brise leur élan, puisque les anciennes solidarités viennent à manquer. Par ailleurs, ses mécanismes d’alliance permettent de comprendre pourquoi la prétendue « origine angevine », brandie dans les nobiliaires du XVIe siècle, peut s’étendre à des familles qui ne sont ni françaises ni provençales.

Les outils de la domination comtale : lignage et dominium

  • 79 Delille 1985, Musi 2007.

37Dans sa diversité, ce milieu possède une unité, celle de lignées anciennes, mais non forcément autochtones ni comtales, qui vont structurer les espaces territoriaux de pouvoir en même temps que leur espace familial. Celui-ci s’est imposé comme marque visible d’une emprise vue à postériori, à travers le filtre de l’Époque Moderne. L’historiographie conteste moins le processus de domination de quelques familles, que leur fermeture en caste et les conséquences sociales et politiques et donc leur organisation en système de pouvoir dont le comté-fief est un outil facile entre leurs seules mains79.

Le développement lignager

38Les lignées comtales mettent en œuvre une politique contenue par l’aval du souverain et mue par la nécessité de recréer au plus vite des équilibres internes régulièrement bouleversés par les accidents biologiques ou une quelconque politique souveraine pour former des réseaux d’alliances exclusives. Ainsi, toutes les maisons tissent entre elles des unions. À cette unité du groupe s’associe un très fort sens de la localité, contribuant à l’affirmation territoriale, au rayonnement de la lignée autour de son comté et à son enracinement. Quelques exemples suffisent pour montrer la propension des familles d’aristocratie ancienne à étendre leurs possessions et à créer un système de lignage.

  • 80 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, parchemins 1ère numération, n. 3 (27 janvier 1309).
  • 81 Le 21 mars 1392, une sentence reçoit partiellement la demande de Martuccia Caracciolo contre son fi (...)

39Les Sanseverino sont les premiers à pratiquer la division, en corrélation avec le remariage du père. En 1308-1309, Tommaso di Sanseverino, comte de Marsico, obtient la faculté de diviser ses biens féodaux entre les fils nés de son second mariage avec Sveva de Beczano (Bethsan), dame de Tricarico. De son précédent mariage avec Marguerite de Vaudémont, fille du comte d’Ariano, il a déjà un fils, Enrico, destiné à la succession des fiefs ancestraux : comté de Marsico, baronnies de Sanseverino et de Cilento. L’ainé des fils du second lit, Giacomo, reçoit la succession maternelle de Tricarico, fondant ainsi sa propre lignée80. Il n’y a pas simple reversement en faveur du/des cadet(s) les acquêts, mais à un glissement vers l’institution de deux lignées fondées sur le transfert de biens possédés par le père et la mère au moment du mariage et non acquis durant celui-ci, non sans tensions entre l’aîné, la veuve et les cadets81.

  • 82 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, Carte, Miscelanea n. 375, doc. 1 (1418), f° 3v-8r.
  • 83 Moscati 1934, p. 256.

40Un document de 1331, conservé sous forme de copie, reprend les termes de l’acte de 1309 et confirme la division entre Giacomo et Enrico, décédé en 1317, laissant deux fils, Tommaso, reconnu comme comte de Marsico, et Ruggiero, comte de Mileto, par bénéfice royal82. L’acte ne fait pas allusion à un document de 1324, qui interdisait à Giacomo di Sanseverino, comte de Chiaromonte et de Tricarico, de succéder à la tête du comté de Marsico83. Cette disposition a été prise pour déjouer toute tentative de suprématie du frère de l’ainé sur ses neveux mineurs et sanctionne la séparation des deux branches :

praefatus quondam excellens dominus Thomasius, comes Marsici magnusque regni Siciliae magnus comestabulus (…) obtinuit per privilegium patens a clare memorie domino Carolo secundo, rege Sicilie, ut comes idem bona feudalia omnia quae ex dono regis ipsius, quavis causa, sibi de novo quaesita, tam etiam quia habebat tunc, quam quia erat in regno Siciliae habiturus, inter dictos primogenitum et alios suos liberos suscepto tunc quatenus suscipiendos in posteros, legitimos tamen et naturales valere dividere portionem quam ipse distinguerit, cuilibet assignare prout et quando comiti videretur eisdem inter vivos vel in ultima voluntate, cum debito servitio praestando per eundem liberorum quemlibet et quia sic forent assignata, exceptis tamen comitatu Marsici, baronia Sancti Severini et tota terra feudali, quam tam dictus comes tenebat ex successione paterna quosque ipsius primogenito, prout est de jure ac regni consuetudine, rex idem voluit servari (…).

41Ce texte rappelle cependant le principe d’unité familiale que n’abolit pas le partage de 1309. Nous lisons, en effet :

[quod] unus succedat alteri decedenti sine haerede masculo ex suo corpore legitimo derelicto, gradu tamen succedendi praerogativa servato inter ipsos et quemlibet ipsorum quorumque gradu reperiantur ita quod in gradu proximiores sint.

  • 84 Caravale 1971.

42Les deux branches sont autonomes et égales en dignité. L’effet immédiat est d’augmenter le nombre des prestataires du service militaire. Ensuite, le principe de division touche tous les biens détenus ou acquis, les fiefs anciens ou nouveaux. Les normes féodales sont conservées puisqu’il s’agit de succession directe. Elle est anticipée et affaiblit le principe de dévolution des fiefs nouveaux. Enfin, la division ne peut s’appliquer au comté de Marsico et à la baronnie de Sanseverino, c’est-à-dire au patrimoine fondateur et identificateur du lignage. Cette identité comporte aussi que le principe d’unité territoriale-souche d’un comté ne peut être enfreint. Sans que le mot soit utilisé, voici donc la constitution du fidéicommis. On peut aussi penser que l’institution d’un fidéicommis est moins nécessaire du moment qu’un tel interdit est exprimé et sanctionné. Cela expliquerait son apparition tardive dans les pratiques successorales et l’aristocratie napolitaine, au contraire des pratiques de la noblesse sicilienne84.

  • 85 R.A. 1340 A f° 20v. Sicola, vol. IV, p. 1365.
  • 86 Un autre exemple d’épouse dotée d’un patrimoine qui teste en faveur de son fils favorisant ainsi la (...)
  • 87 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, Carte, Privilegi, Istrumenti, fac. 314, doc. b (20 avril (...)
  • 88 Canio 1928. Le testament est inclus dans une copie du 4 septembre 1501 déposé auprès de l’église de (...)

43Une division ultérieure survient en 1340 et montre que ce procédé juridique relève bien du fief et non de son détenteur. Ilaria di Lauria, veuve d’Enrico comte de Marsico, obtient l’accord du roi sur la division de son patrimoine entre son fils ainé, Tommaso, et le cadet, Ruggiero. Elle dote aussi sur les fiefs de Lauria, de Lagonegro et de Rivello sa belle-fille Marguerite Clignet, épouse de Tommaso85. Cette donation entre vifs est accompagnée d’une clause de reversion envers la donatrice, y compris le douaire qui échappe à la famille de Marguerite Clignet86. Puis, en 1362, Margherita di Chiaromonte obtient l’autorisation de disposer de ses fiefs en faveur de ses fils cadets Ugo et Tommaso et de ses petits-fils, fils de son ainé déjà décédé, Ruggiero87. De telles dispositions s’appliquent, avant la pragmatica Filingeria, au bénéfice des filles mariées. Aquilina Sancia de Monteserico, dame de Genzano en Basilicate. Dans son testament, dressé en 1327, elle institue ses héritiers tout d’abord sa fille, Giacoma Margarita, épouse en seconde noces de Roberto di Sanseverino comte de Terlizzi, ou sa petite-fille, Caterinella d’Aulnay, fille du premier mariage de Giacoma Margarita avec Gérard d’Aulnay88. Elle laisse à sa petite-fille douze juments, deux étalons et mille ovins achetés au prince de Tarente et qui sont en pacage près de Corato. Les épouses de comtes, ou les mères d’épouses de comtes, décident donc de répartir entre leurs enfants un patrimoine dont elles sont titulaires par héritage.

  • 89 Ainsi, en 1279-1280, Bertrand de la Baume obtient la licence de rentrer en Provence (R.C.A. 22.143. (...)
  • 90 Butaud 2008.

44Entre la fin du XIIIe siècle et la seconde moitié du XIVe siècle, le mariage du ou des cadets est la grande opportunité des familles de l’aristocratie, face à la mortalité des fils, quel qu’en soit la cause, dans le souci de perpétuer la lignée et le nom. En 1346, Roberto Sanseverino épouse Bionda Sangineto, comtesse de Corigliano. À cette date il est seigneur de Terlizzi, de Ruvo et de Loseto (Terre de Bari). La même année, son cousin Ruggiero Sanseverino devient comte de Mileto (Calabre) et, après un premier mariage avec une certaine Violante de Angenis, il épouse Giovanna d'Aquino, héritière du comté de Belcastro (Calabre). Deux lignées viennent donc accroitre le lignage des Sanseverino. La simple multiplication de lignées indépendantes, mais unies par un fort lien « généalogique » qu’elles créent ou retrouvent au XIVe siècle, s’observe chez les Baux. Les trois maisons provençales, terre qu’elles n’abandonnent pas89, obtiennent des comtés. De la première, celle des seigneurs des Baux, sortent les comtes d’Avellino qui, au XIVe siècle, nouent une alliance avec la branche ainée des seigneurs de Marignane et avec la branche ainée des seigneurs de Courthézon. Une branche cadette des seigneurs de Meyrargues donne les comtes de Montescaglioso, puis d’Andria et de Lecce. C’est la branche la plus active au XIVe siècle, car alliée à la maison royale après le mariage entre Bertrand de Montescaglioso et Béatrice d’Anjou, fille de Charles II. La dernière branche provençale arrivée à Naples donne les comtes de Soleto. Elle noue des liens privilégiés avec les comtes de Montescaglioso durant le deuxième tiers du XIVe siècle. La multiplication des branches n’a pas lieu ici par division, mais par importation de cadets appartenant à des lignées déjà formées au début du XIIIe siècle en Provence. Le réseau des alliances des Baux se développe aussi bien en Provence, en Dauphiné que dans le royaume de Naples. L’accroissement du patrimoine importe moins que la possibilité de développer le réseau d’alliances et placer la maison en position dominante des milieux aristocratiques territoriaux. C’est alors qu’elle développe une idéologie lignagère90.

L’affirmation de la primogéniture masculine

  • 91 Elle est la fille du grand amiral, Ruggiero di Lauria, et de Severina d’Antengo, et veuve d’Ugo com (...)
  • 92 R.A. 1319 E f° 17(Sicola); R.A. 1319 D f° 84v (Sicola).
  • 93 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte n. 42 (copie du 9 juin 1336); régeste dans R.A. 13 (...)

45Le patrimoine féodal revient à l’ainé, réel ou créé, sur lequel repose la cohésion familiale. Nous entendons ici le fils ainé. La fille ainée est réceptrice du patrimoine seulement en l’absence de frères. Ce principe sera appliqué dans un sens toujours plus strict. Dans un cas, un peu particulier puisqu’il provient de la ville de Naples, on assiste à la tentative de création d’une primogéniture, par préférence donnée à un héritier. Bartolomeo di Capua, logothète et protonotaire du royaume, habite à Naples. C’est aussi un feudataire, puisqu’il est comte d’Altavilla. Son épouse, Margarita di Lauria, appartient aussi au milieu féodal91, mais son origine et une grande partie de ses biens sont à Naples et sa position juridique relève du droit de cette ville. Le 28 septembre 1298 dans son testament, Bartholomeo décide de diviser ses biens en parts inégales entre ses petits-enfants sans doute selon les principes du droit « féodal ». Une sentence d’Andrea Cimino de Naples invalide toutefois le procédé, déclarant que le partage doit suivre le principe d’équité dans la « succession paternelle »92. Ses legs pieux, contenus dans un acte du 25 juin 132193, indiquent que ses héritiers tiennent indivis des parts du patrimoine féodal et doivent accomplir leurs obligations testamentaires selon leur quotité. Il y a un double échec, celui de la primogéniture et de la division, au nom du respect du droit local.

  • 94 ASN, Arch. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 39v et 73v.
  • 95 R.A. 1316 C f° 16r et 32r (Sicola, vol. 4, p. 538).

46L’ainé peut être aussi anticipé. Le décès prématuré de Pierrino, né de Pietro, l’ainé déjà décédé, pousse le grand-père, Enrico Ruffo, à émanciper son cadet, Guglielmo, en 132594. Et encore, la maladie mentale de Guglielmo di Marzano place Tommaso di Marzano en position d’ainé, bien qu’il soit né aussi après sa sœur Costanza. Mais il est déjà comte de Squillace et a reçu l’héritage de sa grand-tante Tommasa de Magna [Allemagne], dite aussi Thome de Dragono95.

  • 96 ASN, Arch. Ruffo di Scilla, cartulario n. 6, f° 94r-96r: vilis, senex, insalvate et mente capte. An (...)

47L’accident biologique n’est pas le seul évènement à déclencher les mécanismes de réserve successorale. Guglielmo Ruffo, le cadet qui accède à la succession de Sinopoli en 1325 tout juste majeur (entre quinze et dix-huit ans) et devient comte en 1335, atteint un âge respectable : peut-être cinquante-quatre ans en 1361. Chef de famille, chef de lignage, il décide cette année-là de marier son petit-fils Antonio, âgé de quinze ans, fils de son ainé pré-mort, à la fille du juriste napolitain Nicola d’Alife. L’union projetée est judicieuse puisqu’elle permet au feudataire d’entrer à la Cour, mieux qu’il ne l’a fait jusqu’à présent en n’occupant que des offices périphériques, et comme l’ont déjà fait deux grandes maisons aristocratiques, les Baux et les Sanseverino. Mais Antonio refuse et jette son dévolu sur une parente, Maria Filangieri, dont la famille semble l’accueillir pour un temps. Un jour, une tentative de conciliation entre Guglielmo et Antonio débouche sur une rixe. Antonio insulte son grand-père, le traitant de « vil, vieux, débile et fou », puis se jette sur lui. L’écuyer du comte, Carlo Malarbi, tente de s’interposer entre les deux hommes, mais il est blessé. Dans le testament qu’il rédige peu après, Guglielmo rétrograde dans l’ordre de succession Enrico et Antonio : Enrico devient cadet, mais il reçoit des fiefs situés en marge du comté de Sinopoli (Palizzi, Condeiane et Brancaleone). L’héritage passe au cadet, et ainé du second lit, Folco, « majeur puisqu’âgé de vingt ans »96. L’âge de Folco a pu influencer la décision, puisqu’il est l’ainé en âge du mineur-majeur, Antonio (quinze ans).

  • 97 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 39v (23 juin 1325), f° 42r (12 juillet 1325); (...)
  • 98 Brancoli Busdraghi 2002, p. 966.

48Si le choix de l’ainé est important, son affirmation passe par la soumission des cadets au chef de lignée. Nous avons vu jusque-là que les relations entre chefs de lignées impliquent une égalité puisqu’ils sont tous comtes généralement, comme chez les Sanseverino. Elles sont assez distendues, comme chez les Ruffo, ou fortement codifiées, comme chez les Sanseverino. Mais le sort des cadets, ceux qui n’ont accès ni à un mariage fortuné ni aux carrières administratives, est celui d’une soumission totale, facilitée par l’interdiction à l’accès au fief. Enrico Ruffo, dans sa politique d'acquisition de fiefs et d'expansion familiale, au début du XIVe siècle, avait réservé la succession de Sinopoli à l'ainé, Pietro, placé le second fils, Guglielmo, auprès du duc de Calabre, doté le troisième fils des fiefs de Bovalino et de Bruzzano, qu'il venait d'acheter, et donné au dernier fils, Ruggiero, des biens bourgeois à Reggio97. Avant de procéder à cette répartition des biens entre ses fils, il avait déjà investi, per anulum nostrum, Guglielmo du fief de Corbello, tènement situé entre Gerace et Bovalino, et pour lequel il devait à son père le service d'un sixième de chevalier. De même, Ruggerio, lors de son émancipation en 1324, avait reçu le fief de Bonesio, pour lequel il devait le service d'un chevalier. Enrico Ruffo précise clairement la position des cadets par rapport au titulaire de la seigneurie principale, d'abord le père, puis son successeur : la dépendance qu’illustre un statut de sous-feudataires. Il y a bien division des biens, mais à l'intérieur du patrimoine par détachement de parties, de fiefs et de biens féodaux, qui restent cependant liés au tout par un lien indissoluble. Le patrimoine est grevé d’obligations, d’aliénations partielles, mais il est maintenu dans sa valeur totale de fief, de feudum quaternatum, cet élément du patrimoine qui interdit toute possibilité d’action majeure98. Ce veto juridique sert aussi le lignage pour maintenir ses membres en une position de force, et de force militaire disponible à tout moment. Cela se fait au prix de l’imposition d’un statut subalterne au sein de la lignée d’appartenance.

  • 99 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 43v (10 septembre 1325): Ego teneo pro pro me (...)

49Comment la situation est-elle vécue par les cadets ? Fort mal. Entre 1322 et 1327, une série de conflits éclatent entre Guglielmo et Folco99. Tout d'abord, Guglielmo accuse Folco de tenir illégalement trois casaux et un moulin. Les deux frères arrivent à un accord : Guglielmo renonce aux casaux et au moulin, mais revendique le droit de faire paître ses animaux et de chasser, sans payer de taxe de location (affidatura). En 1327, les deux frères s'affrontent à nouveau au sujet d'un tènement près de Condeiane, que Giorgio Zaccharia leur avait cédé, provoquant l'intervention du justicier de Calabre. Celui-ci condamne Guglielmo à abandonner ses prétentions et à dédommager son frère pour les atteintes aux biens et aux possessions de Folco portées par les vassaux, les familiers et les officiers de Guglielmo. Les conflits se rapportent à des partages contestés ou non faits et voient s'affronter deux cadets, le plus âgé tentant d'imposer sa loi au plus jeune.

  • 100 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 35v (21 novembre 1324); cartulario n. 7, f° 3 (...)

50En 1333, Ruggerio Ruffo se rebelle à son tour. Alors que Guglielmo est à Naples avec ses hommes, Roggerio entre en armes dans la terre de Santa Cristina, en ferme les portes et déclare aux habitants qu'il tient la terre par concession du roi. Il contraint, alors, les habitants à lui prêter hommage, comme s'il avait reçu vraiment une telle investiture. Guglielmo revient précipitamment de Naples et, en attendant la sentence du capitaine général de Calabre, qu'il a aussitôt saisi de l'affaire, il fait le siège de Santa Cristina. C’est alors que Ruggiero menace de lui tirer une flèche pour le tuer. Devant le capitaine général de Calabre, venu s’informer de la situation, Guglielmo déclare que son frère tient Santa Cristina sub nobis. Mais Ruggiero réplique qu’il tient la terre de son seigneur Ruggiero di Sanseverino, comte de Mileto, dont il accomplit l’ordre de prise de possession. Le capitaine récuse l’argumentation de Ruggiero et donne raison à Guglielmo. Ruggiero, voyant qu’il ne peut espérer aucun secours et craignant pour ses autres biens, se soumet et rend la terre à l’officier royal. Guglielmo n’en démord pas. Il demande que son frère soit jugé pour félonie et que les hommes de Sinopoli et de Santa Cristina qui ont prêté serment de fidélité à Ruggiero soient punis. Mais la requête semble ne pas avoir de suite. Il doit, au contraire, lui reconnaitre le droit (naturel ?) d’avoir des fiefs et de commander à des hommes, car il lui concède le fief de Bonisio l’année suivante. Ruggiero devra verser l’adoa d’un demi-chevalier, non pas à Guglielmo, mais directement à la Cour100.

51Plus que la notion de primogéniture et que la concentration de l'héritage féodal sur la tête de l’ainé, ou des premiers fils nés de chaque mariage contracté par le père, s’affirme le seul titulaire de comté au cours du XIVe siècle. En 1361, Guglielmo Ruffo, comte de Sinopoli, règne en chef de lignage sur sa fratrie. Les Sanseverino consolident les positions de leurs rameaux comtaux, escamotent les cadets de la succession directe, mais se réservent la possibilité de les rappeler. De l'expansion du début du siècle, l'on passe à la consolidation des positions acquises et à la peur de tout voir disparaitre en des mains étrangères, ou à une lignée avec laquelle le lignage n'a pas noué d'alliance. Les lignages de l'aristocratie comtale se replient sur eux-mêmes. Les mécanismes de succession n'en sont que plus rigides, mais restent assez souples pour prévoir des issues de secours.

Le repli lignager (fin XIVe-XVe siècle)

  • 101 Léonard 1932, Faraglia 1929, Cutolo 1936.

52En conflit avec la Couronne, dès 1378, car la crise dynastique pourrait s’accompagner d’un bouleversement des politiques lignagère, chaque lignée comtale entend perdurer en pratiquant le repli lignager, c’est-à-dire en faisant jouer tous les mécanismes d’alliance et de succession101. Ainsi l’arrivée des Duras conduit les Sanseverino à l’opposition, puis à la révolte. Mais ce choix, durement réprimé par Ladislas en 1405, provoque la crise du lignage. Les Ruffo sont, eux aussi, pris dans le dilemme entre suivre un parti ou un autre et laissent leurs lignées suivre le choix politique qui leur convient, tout en maintenant l’échappatoire des mariages entre cousins pour éviter la ruine complète. Les Baux, qui sont les premiers à se lancer à l’assaut de la royauté, optent pour une solution quelque peu différente, mais centrée sur la solidarité familiale élargie. Une stratégie complexe d’unions entre lignées cousines ou entre familles étroitement apparentées, donc participant au contrôle d’un même territoire ou d’une ambition identique au pouvoir, se développe à partir de la seconde moitié du XIVe siècle pour s’intensifier entre la fin de ce siècle et le début du XVe.

  • 102 La localisation du comté de Terranova est difficile. D’après Giustiniani 1797, vol. X, p. 171, il e (...)

53Le schéma matrimonial choisi par l’aristocratie privilégie les mariages croisés. Entre 1380 et 1410, les Sanseverino, comtes de Mileto et de Chiaromonte, pratiquent des unions privilégiées avec les Ruffo comtes de Montalto. Parallèlement, les trois lignées principales des comtes de Marsico, de Chiaromonte et de Potenza concluent entre elles aussi des alliances matrimoniales. L’ouverture des Sanseverino vers un lignage calabrais date du jour où les comtes de Chiaromonte ont recueilli l’héritage des Sangineto, comtes de Corigliano et d’Altomonte. L’union entre Margarita di Sangineto et Venceslao di Sanseverino n’avait rien d’étrange, puisque l’oncle maternel de Margarita était Enrico di Sanseverino qui avait reçu lui-même de sa mère, Giovanna d’Aquino, le comté calabrais de Belcastro. Les fiefs calabrais représentent une position de repli, au moment où Ladislas enlève aux Sanseverino leurs possessions au nord de la Basilicate (Tricarico, Potenza et Venosa). Ce repli se transforme en position de conquête et de nouvelles acquisitions. Peu avant 1411, Enrico, cadet du comte de Mileto, Ruggiero, est comte de Terranova102. Les alliances avec les Ruffo complètent ce transfert calabrais. Elles ont pour objectif de garantir l’amitié entre ces puissants barons. Mais les Sanseverino ont pour ambition de recueillir l’héritage des Ruffo par captation. Trois branches des Sanseverino épousent les enfants d’Antonio Ruffo, comte de Montalto, et de Giovanna di Sanseverino (des comtes de Mileto). Les unions, l’une entre l’héritier Carlo Ruffo et Giovanna di Sanseverino (des seigneurs de Terlizzi), l’autre entre Covella Ruffo et Ruggiero di Sanseverino, comte de Chiaromonte, signalent la volonté de capter le patrimoine des comtes de Montalto par l’une ou l’autre voie.

  • 103 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, n. 175 et 314. Le petit-fils de Ruggiero, Luca, a (...)

54Mais la crise dynastique, ouverte à partir du dernier tiers du XIVe siècle, et la prise de parti des Sanseverino en faveur du Pape et de la France, alors que la branche des Duras semble l’emporter sur la seconde maison d’Anjou, plonge cette dernière dans un conflit ouvert avec les souverains avec laquelle elle est pourtant alliée. Ladislas, au sortir de sa minorité, en 1395, décide de les mater. Par un stratagème, le roi attire les Sanseverino à Naples, les capture et fait exécuter cinq d’entre eux. La famille, jusque-là occupée à nouer des alliances avec d’autres maisons de l’aristocratie, soit pour renforcer une position, soit pour capter un héritage comme nous l’avons à peine vu, change de stratégie. Aimerico di Sanseverino, comte de Capaccio, épouse Margarita di Sanseverino, fille de Ruggiero comte de Chiaromonte. Lionnello, fils légitimé d’Antonio Ruffo di Montalto et de Giovanna di Sanseverino, épouse Giovanna, fille de Roberto, comte de Terlizzi. À la génération suivante, la fille légitimée d’Americo épouse Ottavio di Sanseverino, des comtes de Potenza. En 1430, il ne reste plus donc des quatre lignées comtales des Sanseverino que celle d’Ottavio. Celui-ci réclame aussi la succession de Ruggiero, comte de Chiaromonte, dont il est le cousin au troisième degré103. Les Sanseverino veulent faire bloc et éviter toute perte ultérieure de patrimoine qui viendrait remettre en cause leurs acquis territoriaux et politiques. Les stratégies adoptées à travers les mariages et les revendications successorales s’accomplissent selon les termes du pacte de famille de 1418.

  • 104 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 11 (16 septembre 1401), f° 20v et f° 30r (1 j (...)

55Durant la même période, entre 1385 et 1410, les Ruffo pratiquent, en premier lieu, des mariages ouverts aux familles voisines (Sanseverino, Marzano), parfois nouvelles (Colonna, princes de Salerne, et Grimaldi, seigneurs de Policastro). Puis ils s’orientent vers des unions avec les lignées cousines. Des alliances particulièrement recherchées unissent les Ruffo de Catanzaro et les Ruffo de Condeiane, et ces derniers se lient aux Ruffo de Sinopoli104. Les seigneurs de Condeiane, issus des Sinopoli en 1361, ont créé leur propre aire d’influence en trouvant des épouses chez les seigneurs d’Amendola et chez les seigneurs de Bovalino, branche cadette des Ruffo de Sinopoli. Le bloc qui s’est formé au sud de la Calabre est réintégré par ces mariages entre cousins dans les aires d’influence majeure, celles des comtes de Catanzaro et de Sinopoli.

56Mais comme Giacomo-Giovanni Ruffo de Condeiane a épousé la fille du comte de Catanzaro, il en suit les choix politiques et il est condamné pour rebellion avec son beau-père. Les unions croisées ne sont pas assez fortes pour souder toutes les lignées des Ruffo entre elles. Il n’y a pas de pacte de famille comme chez les Sanseverino. Et, de même que les Ruffo laissent le comté de Montalto aller à une autre maison aristocratique, la lignée survivante des comtes de Sinopoli n’essaie pas non plus de récupérer le patrimoine des comtes de Catanzaro. Elle préfère les alliances régionales et nationales qui renforcent sa position. Le repli lignager des Ruffo est temporaire. Ils préfèrent les unions élargies, qui garantissent l’entraide militaire et la poursuite d’une idée commune : la domination de la Calabre. La survie passe par le sacrifice d’une lignée.

  • 105 Cutolo 1972, p. 5-25.

57Le repli lignager peut plus rarement s’effectuer vers une autre famille étroitement apparentée. Ainsi, les Baux s’inscrivent dans la continuité à travers une perpétuation artificielle. Ils s’éteignent vers la fin du XIVe siècle, certaines lignées de façon naturelle et d’autres pour avoir subi la vindicte royale. Les Baux, ducs d’Andria, en position délicate vis-à-vis du pouvoir central car ils revendiquent le titre de princes de Tarente et ont donné une fille en mariage aux Aragonais, pensent sauver la succession de Pouille en donnant leur nom, leurs armes et leurs fiefs aux Orsini : ils deviennent les Baux-Orsini105.

Normes juridiques

  • 106 Constitutions de Melfi, III, 26, édition Stürner 1996, p. 393.Les pratiques adoptées par les Angevi (...)

58Au cours du XIVe siècle, sous les Angevins, le lignage est une structure émergeante de l’aristocratie. Il a une fonction totalisante où prévaut le contrôle de la lignée sur ses membres et son patrimoine. Pour cela, elle a su œuvrer et faire reconnaitre ses pratiques au moyen de privilèges qui semblaient profiter d’un assouplissement des normes édictées à Melfi en 1231106.

  • 107 Trifone 1921, p. 93-105.
  • 108 Trifone 1921, p. 114-115.
  • 109 Un troisième élément est affirmé en 1295. Les sous-fiefs sont entièrement gérés par le feudataire ( (...)
  • 110 Boyer 1997, p. 575-584.

59Ainsi, les Chapitres de San Martino (1283)107 et leur confirmation en 1289108 ont une double valeur juridique. Pour la noblesse féodale, c’est la connaissance de la succession de l’ainé dans les fiefs qui infléchit la portée du texte frédéricien de 1231 ; pour le roi, la délimitation des compétences du droit féodal et de celles du droit commun ou naturel, en partie fondés sur le droit romain. En même temps, une jurisprudence est créée dont le but est d’éclairer la loi émise en 1231. Une seconde intervention, en 1295, n’est pas l’œuvre du roi, mais du pape Honorius IV. Elle a pour but d’éclairer le droit féodal, en établissant des règles d’application sures. Cependant, Honorius va plus loin puisque son texte sanctionne un droit familial féodal privé, diminuant les prérogatives législatives et de tutelle du droit par le souverain. En effet, dans le choix du tuteur des mineurs, les parents sont préférés, souvent la mère, la sœur ou un oncle, au détriment du roi, d’officiers ou d’amis. Les règles de succession sont enrichies d’une distinction entre fiefs anciens et fiefs nouveaux. Non pas qu’elle n’existât point, mais cette catégorie n’apparaissait pas dans les dispositions législatives angevines précédentes. La patrilignée, jusqu’au quatrième degré, est admise dans la succession des fiefs anciens. Seuls les frères sont admis dans la succession des fiefs nouveaux qui, jusqu’alors, revenaient à la Couronne109. L’intervention législative du souverain pontife110, si elle éclaire des catégories juridiques du fief objet de la succession, reste audacieuse puisqu’elle propose l’option d’une succession ascendante, absente du texte de 1231 et toujours refusée par les souverains car elle viendrait miner son droit préférentiel sur des fiefs, la dévolution, qui ne pourraient alors plus être déclarés libres car privés de succession. De ce fait, il y a toujours une succession. Les mesures successives tentent d’ouvrir la voie vers un contrôle possible de la succession par le groupe familial, le lignage.

  • 111 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, privileggi, istrumenti n. 314, doc. A f° 1r (4 ja (...)
  • 112 Ibidem, f° 7r.
  • 113 Ibidem, f° 2v.

60Les dispositions successorales prises par l’aristocratie dès le début du XIVe siècle mettent au premier plan la succession masculine. L’idée est de garantir la succession de terræ patrimoniales111 au sein de la « maison », du lignage identifié par un seul et même cognomen. Si, durant le XIVe siècle, les Sanseverino décident de diviser leurs biens et de réserver la succession des fiefs aux seuls mâles, ils le font au nom d’un principe de régulation de la succession d’un patrimoine important, composé de plusieurs comtés et baronnies. Ils veulent garantir aussi le maintien du patrimoine au sein d’une descendance peu élargie, selon la réserve de succession de celui qui n’a pas de descendance masculine directe au profit du parent le plus proche au plus éloigné112. Ils veulent que la transmission des fiefs se réalise existentibus masculis de ipsorum domo et cognomine de Sancto Severino113.

  • 114 Ibidem, f° 7r.

61Cela ne peut se faire qu’en excluant les filles de la succession des frères, grâce à la dot de parage. Les Sanseverino y font allusion dans l’acte de 1331 quand, à la suite de la division du patrimoine par le comte de Marsico entre ses fils nés de Marguerite de Vaudémont et de Sveva de Beczano, il établit l’ordre de succession des fils en cas de décès de l’un des héritiers désigné. Il est dit quod feminas superstitas ad quas de jure aliquo vel aliquo alio modo successio deferreretur maritare de paragio debent114. Dans la confirmation du document par Jeanne II, le 20 octobre 1418, le principe est clairement et définitivement énoncé :

  • 115 Ibidem, f° 1r.

quod extantibus masculis ex cognomine de Sancto Severino, in quibuscumque gradis remotis, femina quantumcunque proximior in succedendi gradu ad successionem feudorum ac feudalium bonorum non admitteretur, nec possit aliquo modo succedere, sed masculus in quantumcunque remotus, ex quacumque linea descendens, proximior tamen in consanguinitatis seu affinitatis gradu ejusdem cognominis, praerogativa servata gradus, feminis præferatur, itaquod masculus succedens teneatur feminam debentem succedere in ipsis bonis feudalibus de paragio maritare115.

  • 116 Principe avancé en 1402. Luigi di Sanseverino, comte de Marsico, obtient le privilège qu’Enrico, co (...)
  • 117 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, privileggi, istrumenti n. 314, doc. A, f° 11r.

62Les filles qui pourraient hériter du fait d’un proche degré de parenté en ligne de succession doivent être mariées avec une dot de parage, somme qui s’ajoute à la dot normale et consacre, quand elle est acceptée, le renoncement de la femme à la succession. Le texte cité dévoile aussi une autre stratégie : la succession est ouverte aux consanguins et aux affins qui portent le nom de Sanseverino116. La succession est ouverte aux seuls cognats qui portent ce patronyme de par une succession paternelle. Il n’y a pas de prise du nom, comme chez les Orsini qui reprennent la succession des Baux ou, plus fréquemment, chez l’aristocratie sicilienne. Les cognats peuvent alors épouser une Sanseverino qui pourait accéder à l’héritage du défunt selon son ordre de succession. C’est pour cela que le privilège de 1418 déclare : femine habeant eorum paraggium, pari nubeant cuicumque voluerint, feudis masculis remanentibus117. Si le texte est formel et affirme la « destitution » des filles dotées et mariées à la succession au profit des mâles de même nom (masculis existentibus ejusdem cognominis), le mariage libre des filles permet de garder intact le droit féodal. Mais les pratiques de l’aristocratie comtale font jurisprudence.

Vers un dominium complet

  • 118 Cette partie reprend Pollastri 2011, p. 233-267.

63Si l’assise familiale constitue la base sur laquelle l’aristocratie construit la domination par le nom, le fief et l’ensemble des fiefs qui forment les comtés ajoutent au pouvoir cette forme concrète que le nom et le titre donnent, tandis que les charges auprès de la cour confirment la position acquise, renforcent l’honneur. Ces nouveaux éléments travaillent au renforcement du lignage. Nous ne ferons que les présenter car la documentation est rare et fort discontinue, nous réservant leur approfondissement dans une recherche ultérieure118.

  • 119 Pour une synthèse, Verdon 2006.
  • 120 Brancoli Busdraghi 2002, p. 955, Guerreau 1980, p. 191-194, Bonassie 2000, p. 21-50.
  • 121 La définition veut rester la plus ouverte possible. Les feuda sont un ensemble « ferme + cultures, (...)
  • 122 Visceglia 1988, p. 41-45 et p. 185-190. Citons aussi, Martin.
  • 123 Massaro.
  • 124 Visceglia 1988 p. 115-117. Homines ou vassalli, les exploitants détiennent des échoites et des feud (...)

64Le fief est une unité de pouvoirs juridiques et économiques dont le feudataire tire rente et revenus119. Il comprend la seigneurie, un ensemble foncier et banal, dont la fonction de production est fondée sur l'exploitation des ressources humaines et naturelles120. Des hommes (homines et vassalli) tiennent des maisons et des tenures à cens, d'autres des unités de production (feuda121) ou des terrains qu’ils sont chargés de mettre en valeur par contrat et pour lesquels ils donnent une part de la production ; ils doivent des journées de travail et sont, tous, sous la juridiction du seigneur. Un modèle a été décrit, pour la Terre d’Otrante et Lecce, par Maria Antonietta Visceglia122 et Carmela Massaro123, où l’exploitation s’organise autour de la division entre la réserve, de plusieurs dizaines d'hectares, le demanium, qui comprend les tenures (incensualia ou bona de demanio), d’un hectare à peu près chacune, et les échoites (bona excadentia)124. Échoites et tenures sont grevées d’un loyer et de redevances en nature (champarts). Des prestations personnelles de travail (angaria et parangaria) sont exigées des dépendants (vassalli), exploitants censitaires mais pas obligatoirement détenteurs d’échoites.

  • 125 Ainsi dans le cas particulier des labours, ils peuvent posséder 6, 3 ou 2 paires de bœufs/chevaux ((...)
  • 126 Peut-être à cause de la réduction de leur taille par divisions successorales ou de la confusion de (...)
  • 127 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17, fol. 42r-44r.
  • 128 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17, fol 75v.
  • 129 Inventarium 2006, p. 174.
  • 130 ASN, Arch. Priv. Giudice Caracciolo, cassetta n. 89, parch. n. 1. Le casal est cédé par le prince d (...)

65En Calabre au début du XIIIe siècle par exemple, les censitaires sont astreints à des journées de travail, selon un descriptif des prestations sur la base du nombre d’attelages possédés125, tandis que les détenteurs d’échoites (aporia ou excadentiae) en sont exempts. Au XIVe siècle, les échoites disparaissent pour être assimilées aux tenures censitaires126 ou à des ensembles fonciers, distincts d’alleux, constitués de « pièces de terre », de bâtiments agricoles (casalino) et de vignes (vinea ou vineale), détenus par des magistri ou des domina127. La documentation ne porte plus la trace de prestations de travail, insiste sur le seul cens annuel versé, le presento, le cadeau, une reconnaissance de dépendance128, et les taxes sur les transactions figurant dans les statuts communaux. Ainsi au XVe siècle, les censitaires du comte de Fondi, dont les tenures, dites feuda, font partie du demanium, ne doivent pas de travail mais un impôt annuel doublé depuis 1370-1380 d’une fida (loyer) comme à Castelforte129. Les marques de dépendance ou de « gestion » contrôlée des ressources du territoire et des échanges par le comte sont inscrites dans les statuts communaux qui sanctionnent une économie de l’impôt généralisé. De plus, le feudataire loue des tenures mais peut aussi mettre en vente les droits afférents. Ainsi, le chevalier Galatius de Hugot obtient de Jeanne Ière, le 9 juillet 1378, le droit de vendre la moitié du casal de San Giacomo de Gualdo à vingt-deux de ses homines, qui l'exploitent déjà et habitent aux alentours (Carovigno, Messagne, San Vito, Ostuni, Ceglie, Oria, Gagliano, San Pancrazio et le casal de Latiano)130.

  • 131 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17. Le jus plateatici est un tribut sur les hommes (...)

66Plus en détail, en 1335, le tout récent comte de Sinopoli, Guglielmo Ruffo, fait dresser l'état des hommes et des droits du comté, qui comprend les terres de Sinopoli et de Santa Cristina, et leurs casaux. Il complète ce catalogue en faisant le recensement des terres de Palizzi et de Bruzzano et des hommes de Placanica, Burburusi et Calvello. Ce document s’ajoute à un inventaire de 1205 rédigé en grec et traduit en latin qui ne portait alors que sur la terre de Sinopoli et avait été fait à la demande de son seigneur, Carnelevarius de Pavia131. Son but est la continuité juridique et économique des biens, des hommes et des droits de 1205 à 1335. L'étude du seul fief de Sinopoli (f° 3v à 56v) permet de saisir les permanences et les transformations.

67Sinopoli est un fief qui fait à peu près quatre-vingt kilomètres carrés. La liste des droits de 1205 le décrit avec ses casaux, Santa Eufemia, Acquaro, S. Procopio, et ses fiefs, Geracari, Ropli et Tharsidori. En 1335, seul est cité le fief de Sinopoli, tandis que les anciens casaux et fiefs ne sont plus que des lieudits.

  • 132 Le mot, tel qu’il est employé dans le cartulaire, correspond à feudum (exemple : aporium dicti pheu (...)
  • 133 Dans la platea de 1205, nous trouvons businorum au lieu de pain.
  • 134 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17, f° 31r, 32v, 33v.
  • 135 ibidem, f° 30v, 56v, 74v, 94v.
  • 136 Tharisias pour les moissons (θερίζω en grec); zefgias pour les labours (ζεύξος, joug).
  • 137 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17, f° 56r.

68Une première liste recense les cens perçus par le seigneur sur les maisons (doma) et les échoîtes (excadentia, mais on emploie, dans la liste de 1205, le mot grec, transcrit en latin, aporia132). Ces cens, payés en monnaie (de 10 grains à 5 taris) et en nature (poules et pains133), sont donnés, en 1335, sous l'appellation de droits (jura) et de cens (censualia) (f° 31r et 37r)134. Est nommé tout d’abord le banc de justice, puis les droits sur trois tavernes, à Solano, Aprili et Santa Eufemia, sur un fondaco à Sinopoli, enfin sur l'élevage (douane et boucherie) et sur la production agricole (à commencer par une dime, suivie des droits de pâture, de glandée, de chasse, etc.)135. Les prélèvements se répartissent maintenant entre un cens sur les maisons et les terrains (ces biens sont donc loués), un cens sur les vignes, deux taxes en nature (mesures d'orges et fers - ferros -) et des prestations de travail. Les hommes du comte et tous ceux qui tiennent des tenures à cens doivent des journées de travail pour la moisson et le labour136, dont le nombre varie s'ils possèdent, ou non, des attelages. Toutes les prestations sont étendues aux habitants originaires d’autres terres (Oppido et Rizziconi par exemple) et aux raccomendati, qui tiennent des terres du comte à Sinopoli et à ceux qui veulent servir de façon volontaire le comte et dont les prestations sont moins lourdes137.

  • 138 ibidem, f° 15r.
  • 139 Ibidem, f° 17r.
  • 140 Ibidem, f° 4v.
  • 141 D'une superficie d’une à trois thumenate (c'est-à-dire tomoli), ou comportant de 90 à 150 ceps
  • 142 Ibidem, f° 38r.

69Un sondage effectué en 1205 pour les casaux de Santa Eufemia et de Sinopoli, en particulier les vingt détenteurs d'aporia (f° 3v à 15v), indiquent des tenures de taille moyenne, mais nombreuses (de cinq à dix pièces de terres) et dispersées dans le terroir. Certains arrivent à posséder jusqu’à vingt hectares, les tenures se situant en moyenne entre quatre et sept hectares138. En comparaison, c'est bien le seigneur qui détient la plus grande partie du terroir : deux-cent-trente-cinq hectares à Acquaro et Sinopoli, dont une cultura de quatre-vingt-sept hectares139. Le paysage agraire de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe siècle est marqué par la présence de mûriers (appelés sycomores, alors qu'au XVIe siècle l'on parlera de gelsi). Les oliviers sont peu nombreux, tandis que les noisetiers, les noyers et les arbres fruitiers abondent. Tous les détenteurs d'aporia ont un casalinum, muni d'un jardin, parfois d'un puits, planté ou non d'arbres fruitiers140. Sant'Eufemia est le casal « spécialisé » dans la vigne141 et les mûriers. Nicola Cheloni est, de loin, celui qui possède le plus de pieds de vignes : 100, 150 et 225 pieds. Quelques-uns ont été récemment plantés, et le seigneur s'est réservé la moitié des fruits142. Cette économie agricole spécialisée rapporte au seigneur près de vingt-cinq onces, douze taris et cinq grains.

  • 143 Ibidem, f° 38r, 42r.
  • 144 Ibidem, f° 37v, 47r, 48v, 52r, 52v.

70En 1335, les parcelles des tenanciers sont beaucoup plus petites et en nombre réduit, d’une à cinq par personne. Les tenanciers qui versaient pour leurs immeubles vingt taris de cens ont disparu et désormais près de 930 exploitants paient un cens de un à huit taris, de deux à trois poules et de un à quatre pains.à Cosoleto, par exemple Galgano Malarbi tient une pièce de terre seminatura de deux thumenate et une autre de quatre thumenate, pour lesquelles il doit un cens d’un tari. Johannes Petri Lachana doit cinq grains pour une terre qu'il a plantée de vignes, au lieu-dit Pantana. Pietro de Gria de Santa Eufemia tient dans ce casal une seminatura de quatre thumenate, pour laquelle il doit un cens d’un tari, et une vigne avec un cerisier, dont le cens est de cinq grains143. Les terres plantées de vignes doivent un cens cinq fois inférieur à celui d'une terre labourée. Toutefois, il existe de nombreux exemples où le cens est identique pour un champ de quatre ou de six thumenate de superficie. Les taxes en monnaie conservent parfois un complément en nature. Amato Romeo doit un tari pour une vigne, deux paires de fers et deux quarterons d'orge ; Giovanni de Notar Guglielmo doit huit grains pour une terre, deux quarterons d'orge et trois journées de travail pour les labours, avec trois ouvriers, ainsi que deux poules144.

  • 145 Ibidem, f° 24r, 32r, 40v. L’inventaire recense dix autres Gerulli.
  • 146 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 114v. Sur place, il est représenté par le con (...)
  • 147 Pollastri 2005-2.

71Une comparaison est possible entre des familles présentes au début du XIIIe siècle et leurs descendants du XIVe siècle. Ainsi, dans l'inventaire de 1205, Leo Gerulli possède une maison à Lacuzari, pour laquelle il doit un tari et demi, trois poules et un pain ; et Pietro Gerulli, une maison dans le même centre habité, pour laquelle il doit acquitter un cens de même valeur. En 1335, un autre Leo Gerulli, habitant San Procopio, tient une maison, pour laquelle il doit un cens de huit taris, trois poules et un pain et des terrains, dont le cens est de dix-huit grains. Il doit aussi, une thumenata d'avoine et six journées de travail avec trois ouvriers et trois poules ou, s'il n'a pas d'attelage, avec huit ouvriers. Maitre Teodoro Gerulli, de San Procopio, possède une terre d'un muid, dont le cens est de quinze grains ; une autre terre d'un tomolo, dont le cens est aussi de quinze grains. Il doit six fers pour l'une et trois thumenate d'orge pour l'autre. Une troisième terre, de cinq tomoli, est astreinte au cens de trois thumenate d'orge145. L'augmentation de la population a provoqué la diminution des parcelles, si l'on pose l'hypothèse que le comte n'a pas touché à la réserve seigneuriale. Elle constitue la main d'oeuvre nécessaire pour sa mise en valeur. Un surplus humain émigre dans les terres voisines, Seminara, Oppido, Terranova, Ursinadi, Carbonara, Rizziconi, Bagnara, Catona, Millicuco, Cosoleto, Bruzzano, Mesoiano et Bovalino, dont certaines sont des fiefs nouvellement acquis par le lignage des Ruffo. C’est bien là une émigration dirigée. Le comte possède ainsi des hommes dans sa dépendance, alors même que les terres qu'ils habitent ne sont pas, pour certaines, ses fiefs (Oppido, Rizziconi, Seminara). Le paysage, enfin, est quelque peu transformé depuis 1205. La vigne s'est développée ainsi que les cultures céréalières, au détriment de l'élevage du ver à soie. En effet, les mentions de mûriers sont de plus en plus rares. Au total, les revenus que le comte tire de la terre de Sinopoli et de ses hommes avoisinent les quarante-neuf onces. Ils ont pratiquement doublé en cent-trente ans. Ainsi, pris dans leur valeur brute, les revenus du comte sont plus importants, centrés sur une entreprise qui exploite la vigne et les céréales. Pourtant le bien-être n’est qu’apparent et quelques difficultés apparaissent, soit parce que les rendements ne sont guère excellents, soit parce que les récoltes sont simplement mauvaises car, le 14 juillet 1334, Carlo Ruffo, fils ainé du comte, paie deux-cents onces d'or pour deux-cent-dix salmes de froment achetées à Sandalo Brancaccio de Naples146. Il faut donc compléter les ressources. Le comte mise sur le vignoble et sur l’industrie du bois147.

  • 148 Inventarium 2006.

72L’inventaire des biens d’Onorato II Gaetani, rédigé entre 1491 et 1493 à la demande du souverain devenu tuteur des héritiers mineurs est un bel exemple de gestion de la seigneurie et permet d’en saisir quelques aboutissements148.

  • 149 Les statuts communaux sont une forme de « dire le droit » et de montrer que le seigneur tutelle le (...)
  • 150 À Vallecorsa, Onorato II a voulu imposer la collecte d’après les feux, selon une directive royale. (...)
  • 151 Le manuscrit fait allusion à des modifications ponctuelles en 1473 à Piedimonte.
  • 152 Le plus ancien statut auquel les Gaetani ont consenti est celui de Sonnino. Cristoforo Gaetani sous (...)
  • 153 La lettre d’indulgence du 2 novembre 1458 du roi Ferrand en faveur d’Onorato II, de ses lieutenants (...)
  • 154 Carocci 1988, Coste 1988.

73L’inventaire de chaque fief, sauf Fondi, commence par la description du château et de son armement et la liste des gabelles et des taxes seigneuriales, et précise les statuts communaux149. Dans certains cas, des pratiques seigneuriales sont en contraste avec les coutumes antérieures, notamment durant l’administration de l’officier fiscal Giacomo Gattola dans les années 1480 pendant laquelle le comte a tenté d’appliquer sur l’ensemble de sa seigneurie un système unique de taxation et de de prélèvement. L’inventaire est ainsi l’occasion de restaurer certaines pratiques150 ou d’entériner l’introduction de prestations. La plupart des nouveautés remontent à dix, douze ou quinze ans avant le décès du comte Onorato II, soit aux années 1476-1480. Il en est ainsi à Lenola, Castelforte et Castellonorato. À Pastena et à Piedimonte151, ces interventions sont plus anciennes, datant de vingt ans ou plus, tandis qu’à Campodimele, Sperlonga et Traetto les introductions sont récentes, peut-être toutes en 1488. Grâce à d’autres documents, nous savons que le comte de Fondi a consenti à la rédaction de statuts communaux152 et même qu’il a introduit, dès 1458, de nouvelles mesures fiscales dans ses fiefs, dans la ligne de la politique royale, mais en contradiction avec les usages locaux153, comme la taxe du sale e focatico, appliquée dans le districtus urbis (Sonnino, Amaseno, Vallecorsa, Falvaterra, Ceccano)154. Par ailleurs, le presento, un droit d’assujettissement, modeste en soi mais marque d’autorité, est systématiquement monétarisé. Son versement en nature n’a plus d’importance pour une économie organisée autour du commerce et d’un prélèvement à la production plus efficace.

  • 155 Pollastri 2005-1.
  • 156 Qui ont des giudici annali et le droit de corretura et scannello cioè tenere corte.
  • 157 Un parallèle utile (unification des statuts juridiques, baron qui refonde la relation avec ses homm (...)

74La monétarisation, le regroupement de taxes et leur affermage peuvent avoir aussi des fins comptables, le calcul rapide du revenu exigé sur les fiefs, pour dresser un bilan prévisionnel. En uniformisant par ailleurs le système fiscal et juridique le comte veut soumettre ses fiefs à un système unique de répartition et de perception fiscale, alors que déjà les statuts communaux montrent une même matrice juridique, civile et criminelle155. Pour cela, les offices de capitaine et de greffier (capitaniato et mastrodactia) sont introduits à San Giorgio la Mollara et à Caivano156, comme à Castelforte, Sujo et Sperlonga, terres nouvellement intégrées. La réorganisation est plus importante à Sperlonga où l’on introduit une curtis seigneuriale, ou à Traetto, nouveau comté destiné au fils cadet du comte Onorato II, dotée d’une baylie de la piacza, des droits de chasse et de fida, droits relevant du dominium157.

  • 158 Sur les troupeaux du comte, cf. les intructions de Caterina Pignatelli au notaire Landolfo de Giova (...)
  • 159 Pour une mise en parallèle entre la gestion des fiefs par Onorato II et les masserie regie, cf. Lic (...)
  • 160 Comme cela a déjà été étudié pour les Pouilles et la Sicile. Visceglia 1988, p. 143-163. Conclusion (...)

75Les listes des gabelles et des revenus permettent d’entrevoir les différentes activités économiques et même une spécialisation de terroirs complémentaires. Sperlonga, point d’arrivée de l’huile produite dans le terroir d’Itri, a une fabrique de savons. Piedimonte, qui regorge de forêts et d’eau, se spécialise dans la fabrication du papier, voire dans la tannerie. Maranola, point de passage de la transhumance, a des fabriques de draps et des teintureries. Le comte, qui possède des fiefs de plaine, de colline et de montagne, tend à contrôler la transhumance, la sienne propre car il possède de gros troupeaux158, mais aussi les déplacements de bêtes extérieures. L’activité pastorale, servie aussi par une démographie faible, domine le paysage159. Des fiefs vides, comme Vallecorsa ou Sonnino, sont lentement reconquis par les cultivateurs locataires. Le comte donne des parcelles de son dominicum en gestion annuelle (contrats ad laborandia) ou sur une plus longue durée (baux de vingt-neuf ans, baux emphythéotiques), sur lesquelles il veut introduire de nouvelles cultures ou pour remettre en culture certaines parcelles du terroir qui avaient été laissées en jachère ou destinées à la prairie, comme dans le nord du comté de Fondi, sur la ligne des Monts Lepini qui marquent la frontière entre la Campanie et le Latium. Il y a une tentative de rationalisation de l’espace laissé à l’élevage ou aux routes de transhumance dans la montagne du Matese et le fief de Piedimonte. Tavernes, fabriques, transhumance, l’industrie seigneuriale sait créer et alimenter une économie locale160.

  • 161 Le champart (appelé aussi terratico) est entre un quart et un sixième des fruits, selon le type de (...)

76L’inventaire se poursuit par la liste des terrains et des tenures qui rappelle les terriers du haut Moyen Âge et autres capibrevi. Sont d’abord énumérés les biens immobiliers relevant de la réserve. Ces biens peuvent être en gestion directe, mais, souvent, ils sont loués à l’année à des tenanciers. Le type de contrat habituel est ad laborandia, contre un champart. C’est généralement un contrat annuel, avec quelques locations sur plusieurs années161. Puis sont indiqués les cens dus par les habitants pour les maisons possédées dans le bourg castral, parfois aussi des jardins et des terrains de petites dimensions situés dans sa périphérie immédiate, quelques sous et un pain ou des poules ; s’il possède un jardin, il doit verser un cinquième des fruits.

  • 162 Cortonesi, Giammaria 1999. Sur la mise en valeur du domaine seigneurial et du terroir voir, pour le (...)

77Une longue partie sur les biens immobiliers tenus in feudum conclut la partie d’inventaire de la seigneurie. Ces feuda sont des tenures dont les terrains sont dispersés sur le terroir, comprenant unités habitatives ou agricoles. L’inventaire des fiefs suit un schéma cadastral de répartition des terres et de leur mise en valeur ancien, semblable à celui qui a déjà été noté en Calabre au XIVe siècle. Il insère les nouveaux types de contrats promulgués par le comte depuis une vingtaine d’années, simples contrats de location, contre un champart à peu près fixe d’un sixième des fruits. Ce sont des contrats à quatre, cinq, dix ou vingt-neuf ans162.

  • 163 Le cens est perçu pour les biens (maisons, jardins, vignes) situés dans l’habitat (bourg et dans sa (...)
  • 164 Toubert 1995.

78Quant à la typologie des possédants, le document les divise en « feudataires », censitaires, locataires ou laboratores. Les « feudataires » et les censitaires163 sont assimilables à des détenteurs de manses détenant à perpétuité de biens transmissibles. Ils possèdent une maison (parfois d’autres biens immobiliers) à l’intérieur des murs urbains, dans les casaux ou les villæ, et des champs dispersés sur le terroir qui vont des jardins dans le bourg ou à ses aux portes aux terres plantées d’arbres jusqu’aux labours disposées au fur et à mesure que l’on s’éloigne du centre habité selon une typologie connue de l’économie castrale164. Les autres travaillent les terres du feudataire selon des contrats de plus ou moins longue durée et dont le loyer est une partie de la récolte. Les différents censitaires et locataires possèdent aussi parfois des biens personnels ou d’autres biens tenus d’autres feudataires laïques ou ecclésiastiques. Il est très rare qu’une personne rencontrée en tant que « feudataire » soit enregistrée aussi comme locataire ou laborator, tant dans le fief d’origine que dans les autres fiefs d’expansion. Signalons cependant Bartholomeo Bello, censitaire et laborator à San Lorenzo, Johanni Bacca, feudataire et laborator à Falvaterra ou Chiccho de Petri Pecoraro, feudataire et locataire à Falvaterra. Posséder des biens in feudum du comte et des biens propres se rencontre chez ceux qui entreprennent une carrière à la cour comtale, comme Jacobo Ranaldo, feudataire et trésorier de Morcone (en 1486-1487) ou le notaire Petro de Cerbariis qui possède 8 tomoli à Morcone en tant que feudataire, mais qui est aussi censitaire.

79La part de l’argent et des biens en nature reste fluctuante dans la composition de la rente du comte de Fondi. Le seigneur tend, par l’affermage des gabelles ou la fixité des cens, à délimiter un revenu constant pour répondre à la gestion courante ou de prêts à court terme. Il est complété par l’émission directe sur le marché de produits agricoles bruts ou finis (paille, huile, fromages, savons, etc.) dont une partie constitue un monopole (vin vendu dans les tavernes, sel). Les seigneurs se montrent aussi attentifs aux coûts de gestion. D’une part les contrats agricoles sont signés en faveur de paysans détenteurs d’un outillage (laboratores ou fermiers possédant un attelage). D’autre part, ils instaurent l’obligation de transport les produits agricoles dans les granges seigneuriales aux frais des seuls paysans. Les seigneurs veulent dégager la plus-value, en monnaie ou en nature, qui alimentera au besoin d’autres investissements (prêts, commerce) ou sera thésaurisée.

  • 165 Visceglia 1988, p. 115-116.
  • 166 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 65v.
  • 167 Galasso 1992-1, p. 153 et p. 403.
  • 168 Les possédants de San Giorgio, qui doivent les renditi au comte de Fondi, déclarent ne plus savoir (...)
  • 169 Barthélemy 2004.

80Le contrôle sur les hommes se renforce au XIVe siècle165. Au début des années 1330, Guglielmo Ruffo fait ainsi dresser la liste des biens et des possessions compris dans les fiefs de Palizzi, de Bruzzano, de Bovalino et de Presiuti qu'il vient d'acquérir166. De même la platea de 1335 du comté de Sinopoli contient la liste de tous les censitaires du comte et de tous les hommes, vassaux, bourgeois et raccomendati, qui lui doivent des journées de travail. Ce sont, au total, entre 1 500 et 2 000 hommes, qui sont autant de petits entrepreneurs agricoles, puisqu'ils peuvent fournir de deux à quatre ouvriers (membres de la famille, dépendants ?) lors des journées de travail sur la réserve167. Les Gaetani réaffirment la dépendance à travers l’imposition généralisée du cens dû pour habiter dans le bourg et il arrive, comme à San Giorgio la Molara, que le lien entre bien et cens n’existe plus. Il s’agit alors d’une reconnaissance de dépendance personnelle, souvent contestée en vain168, mais surtout d’une fidélité contractuelle169.

  • 170 Le casal de Solano, en 1339, par Guglielmo Ruffo de Sinopoli. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, car (...)
  • 171 Le 14 janvier 1325, il remet à Guglielmo Ruffo, fils du comte de Sinopoli, la propriété d'un fief e (...)
  • 172 Le père de Guglielmo, Rainerio Longastreva, avait échangé des terres avec le comte de Sinopoli. Il (...)
  • 173 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 79 (17 mars 1345), f° 82v (5 janvier 1347). L (...)
  • 174 ASN, Museo 99 C 8, parch. n. 6 (janvier 1303), n. 14 (juin 1305), n. 15 (juin 1305), n. 16 (juin 13 (...)

81La puissance de domination et l’imposition du ban sont renforcées lors de reconstructions de casaux170 ou d’acquisitions. Une troisième voie, est celle de l’entrée en dépendance volontaire, dès 1325 pour les Zacharia de Gerace171 et 1336 pour les Longastreva, chevaliers de Reggio172. Dans tous les cas, les homines sont dûment « inscrits » dans leur terre d’appartenance avec les prestations obligataires. Cela a des répercussions sur les fiefs les plus anciens, à Sinopoli173 comme à Fondi. Au XIVe siècle, les Ruffo optent pour une affirmation des prestations personnelles vraisemblablement rachetées, tandis que les comtes de Marsico pratiquent aussi la concession ou la donation de terrains au bénéfice de tenanciers qui s'engagent à les mettre en valeur174.

Nouvelles acquisitions territoriales, charges publiques à proximité des comtés et pouvoirs judiciaires étendus

  • 175 Nous pensons, pour une confrontation utile, aux récentes réflexions dans Gengarle, Chittolini, Vara (...)
  • 176 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 460r.
  • 177 Cutolo 1972, p. 142 ; Mazzoleni 1960, vol. II, p. 143, doc. n. CCC.
  • 178 S’il faut chercher un domaine royal, il était en Sicile sous les Normands et, sur le continent, les (...)
  • 179 ASN, Arch. Priv. Pignatelli Aragona Cortès, parch. n. 81.
  • 180 Cette percée urbaine est contemporaine de l'exercice d'un office royal, la capitainerie. Vers 1334, (...)
  • 181 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 119. Sur le conflit qui s’est rallumé entre l (...)

82L’organisation et la gestion du fief correspond à un effort de rationalisation économique autant que d’affirmation du pouvoir sur la terre et les hommes. Au début du XVe siècle, les souverains utilisent à leur profit le désir de l’aristocratie d’être la première détentrice de fiefs. Les souverains cèdent-ils ou renforcent-ils un mécanisme de domination ? L’aristocratie veut-elle parasiter l’espace public ou participer à l’organisation du pouvoir, en tant que premier rouage de l’État175 ? Le fief de Borrello est vendu en 1422 par Alphonse d’Aragon à Carlo Ruffo de Sinopoli. Le prix en est 3 500 ducats, mais il est précisé que le prix réel de la terre est de 4 713 ducats d’or176. Jeanne II vend à Covella Ruffo la ville de Policastro, dont ses parents, les Grimaldi, avaient été les détenteurs, pour 5 000 ducats177. Dans ces deux cas, sont récupérés des biens qui avaient appartenu à des alliés des Ruffo, mais qu’ils n’avaient pas pu avoir par les voies traditionnelles de la succession. Même en l’absence de réel marché des fiefs, les prix cachent difficilement des rachats de rentes ou des prêts, ce besoin d’argent de la part de la Couronne et sa fragilité. Celle-ci cède plus volontiers les villes, qui constituent avec les fiefs ce domaine royal napolitain que l’on peine à trouver178. Après avoir prêté 4 000 ducats à la reine, Ser Gianni Caracciolo reçoit, le 2 juillet 1418, les villes de Melfi, de Rapolla et de Cisterna qui relevaient du Domaine. La donation est accompagnée de la concession des châtellenies de Melfi et de Cisterna et de la capitainerie de Rapolla. Dans le privilège, il est précisé que les gages du châtelain et des sergents sont constitués sur les collectes de Melfi et de Rapolla179. De même, Carlo Ruffo comte de Sinopoli a prêté 1 200 ducats à Jeanne II. Il reçoit en contrepartie du remboursement du prêt et des intérêts la terre de Calanna, par privilège du 29 janvier 1418. Calanna est une des communautés qui entourent la ville de Reggio, où les Ruffo possèdent des immeubles180. La possession de la terre marque une contre-offensive seigneuriale vers la métropole calabraise aux dépends de l’archevêché et de ses possessions. En effet, le 18 mars 1418, les hommes de Motta Rossa demandent que la reine confirme la vente qu’ils ont faite de l’Université au comte de Sinopoli. La cession avait pour but de protéger la communauté des agressions des habitants de la ville de Reggio, qui ont réduit, dans une précédente attaque, la motte à « feu et à sang »181. Le 7 janvier 1419, la reine confirme la vente. Par ailleurs, ce privilège inclut aussi la motte d’Anomeria vendue aux Ruffo pour 500 ducats, bien que la ville de Reggio en proposât 1 200.

  • 182 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 135r, 181v.
  • 183 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 171r.
  • 184 D’autres familles de l’aristocratie napolitaines obtiennent des capitaineries de cités aux marges d (...)
  • 185 Pécout, 2001, paragraphe 38.
  • 186 À partir de 1405, on trouve aussi de plus en plus mention de vente de fiefs entre feudataires comme (...)

83Il est difficile de séparer les ventes de terres royales de la cession des capitaineries et/ou des châtellenies. Ainsi, la vente, le 19 mars 1420, de Motta Anomeria et de Motta Rossa s’accompagne, par un acte du 21 mars, de l’investiture de l’office de capitaine pour chaque motte182. En 1421, Carlo Ruffo est capitaine et châtelain de Bagnara183, tandis qu’il est capitaine à vie de Fiumara, office dont il investit Antonio Camponeschi, qui lui avait vendu la terre184. Le capitaine est à la tête d’une garnison et veille à la sécurité, intérieure et extérieure, d’une cité. Mais il y représente surtout le roi et cette institution et cette fonction rappellent le rôle public des comtes, rouage éminent de l’État185. Ceci met aussi en lumière non pas tant l’agressivité des comtes ou la nature et l’étendue des pouvoirs seigneuriaux que le processus nouveau de création d’une seigneurie et d’un fief. Car il n’y a de fief qu’enregistré (quaternatus) et les souverains, pour en augmenter le nombre, ne peuvent que démanteler les biens du domaine, en cédant un à un leurs droits. Apparu sous Ladislas, le phénomène s’accélère entre 1420 et 1425186.

  • 187 Moscati 1934, p. 1-14.

84L’octroi du mère et mixte impère, au XIVe siècle et retenu généralisé au XVe siècle a été considéré comme preuve de laxisme des souverains angevins tout autant que de la tyrannie des grands187. Et il participe à la construction de l’exercice d’une pleine autorité publique par l’aristocratie. L’étude de R. Moscati montre cependant que le mère et mixte impère fut d'abord concédé aux princes angevins, pour être ensuite élargi aux comtes. C’est une charge personnelle concédée à temps, souvent pour un an, au début du XIVe siècle, puis « à vie » à partir du règne de Jeanne Ière et intransmissible.

85On compte onze bénéficiaires entre 1305 et 1377. Le premier est le grand camérier, Bartolomeo Siginolfo, qui obtient la justice criminelle pour un an sur le comté de Telese et la baronnie de Montorio. Les neuf concessions suivantes, entre 1346 et 1348, regardent les plus grands feudataires du royaume, les comtes de Lecce, de Marsico, de Fondi, de Terlizzi, de Montalto, d'Altavilla et d'Altomonte, et deux très proches collaborateurs des souverains, Nicola Acciaiuoli et Pietro Pipino, comte de Vico. Toutes ces concessions furent révoquées en 1353. Elles ont été faites au moment d'un grand danger pour la Couronne angevine, l'invasion hongroise et la fuite de la reine en Provence. Il fallait donc organiser la protection du royaume. Les comtes sont utilisés comme des chefs d’unités décentralisées d'action, de répression et de défense. La dernière concession documentée date de 1377 en faveur de Giacomo Arcuccia, comte de Minervino, grand camérier de la reine.

86Ladislas et Jeanne II cèdent ponctuellement le mère et mixte impère. Dans la concession en faveur de Pietro, comte de Celano, Ladislas rembourse ainsi un prêt reçu du comte. Ces nouvelles cessions des droits de haute justice ont des buts économiques et politiques : trouver des fonds et attirer des fidélités. Mais elles représentent surtout un acte de délégation ponctuelle de droits régaliens, comme dans le cas de Tristan de Clermont et de Luigi di Sanseverino qui ont pour mission de pacifier les terres. Il est important de noter aussi que les souverains ne sont plus les seuls à concéder le mère et mixte impère, mais aussi les héritiers présomptifs au trône, titulaires du duché de Calabre.

  • 188 En 1340, Guglielmo Ruffo est capitaine de la ville de Reggio avec le droit de “porter le glaive du (...)

87Le mère et mixte impère sur les fiefs ou la capitainerie188 d’une ville cum banco justicie et causis criminalibus représentent donc bien le transfert aux feudataires des droits éminents de justice, bien que les souverains conservent le droit de juger les crimes capitaux (rébellion, offenses et injures contre la religion). Les bénéficiaires sont des comtes et les concessions portent à l’annexion de la ville à leurs États féodaux. La multiplication de concessions semble donc bien aller vers une généralisation d’une pratique qui confirme la puissance politique locale de l’aristocratie.

Les enjeux lignagers

  • 189 Faraglia 1904, p. 3, p. 151 ; Croce 1957, p. 57, 227, 232, 280 ; Léonard 1967, p. 471-472 ; Galasso (...)
  • 190 « Ai baroni (…) piacea che si avessi diviso il Regno e mantenersi in quello stato lasciandogli Napo (...)

88La tradition historique méridionale a vu dans les dernières décennies de la dynastie angevine l’agonie d’une monarchie qui s’abandonne à des « princes étrangers ». L’aristocratie, les barons, plus enclins à se disputer des fiefs ou à prendre le parti de celui qui offrait plus qu’à soutenir les efforts des derniers rois, ont permis la formation d’une sorte de gangrène à l’intérieur du royaume189. L’anarchie des barons, comme l’avait définie Croce, irait plutôt dans le sens du désir d’un souverain faible comme le soulignait Angelo di Costanzo190.

  • 191 Fodale 1973, p. 154.
  • 192 Fodale 1973, p. 199 ; Di Costanzo 1582, p. 273-274, 185-286, p. 291-295, p. 341-346.

89Le conflit pour la succession force l’aristocratie au choix : la seconde maison d’Anjou ou les Duras. La mort du dernier des Tarente, en 1373, laisse les Duras seuls pour revendiquer le trône napolitain. Leurs prétentions peuvent être avalisées par les deux plus grandes maisons comtales du royaume, les Baux et les Sanseverino, leurs parents favorisant le ralliement de l’aristocratie, facilité par le souci de maintenir à la tête du royaume un prince du sang lié à Naples et à un pape de Rome, référence de la noblesse et faiseur de rois napolitains. Mais la rupture entre Charles III et Urbain VI, le décès prématuré du roi et les tensions entre les différents membres de l’aristocratie191 concourent à la formation du « parti angevin ». Le chef de ce parti est Tommaso di Sanseverino, comte de Marsico. La plupart des membres du lignage le rejoignent, sauf Venceslao, comte de Chiaromonte. Sa parenté avec Charles III en est sans doute la cause. Mais ce fait indique aussi que le lignage sait préserver ses choix partisans de tout risque de compromission complète qui pourrait signifier sa ruine. Le parti comprend aussi les Orsini. Il invite Louis II d’Anjou à venir prendre possession du royaume, où il arrive en 1387. Dans la capitale, on hisse les drapeaux du pape Urbain VI et de Louis II, tandis que Tommaso di Sanseverino, nommé vice-roi, fait jurer fidélité au nouveau souverain par les groupes urbaniste et angevin et prononce le bannissement de Ladislas et de ses partisans192. Marguerite de Duras, son fils Ladislas et les membres du parti duraciste ainsi mis en déroute pourraient être légalement poursuivis et leurs biens confisqués.

  • 193 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 6.

90Les divisions partisanes au sein d’un lignage sont le fruit d’une tactique politique élémentaire : chaque lignée opte pour un parti différent, quand la victoire de l’un ou de l’autre n’est ni certaine, ni durable. Mais certaines divisions reflètent des tensions internes. Giacomo-Giovanni Ruffo, seigneur de Condeianne, rejoint ses cousins, les comtes de Montalto. Ces derniers suivent le choix angevin des Sanseverino, auxquels ils sont alliés. Son geste parait motivé par le désir de se détacher de la tutelle encombrante des comtes de Sinopoli, dont les seigneurs de Condeianne sont issus. Condeianne, en effet, dépend toujours du comté193. Les deux branches cousines des Orsini, les comtes de Manopello et les comtes de Tagliacozzo, suivent le parti angevin, tandis que celle des comtes de Nola, devenue Baux-Orsini et qui revendique la succession des Tarente, choisit un voie toute personnelle.

91Si les liens entre cousins sont déterminants, ceux horizontaux entre cognats le sont bien plus encore. Ce sont eux qui décident des regroupements nobiliaires à l’intérieur des partis et la consistance de ces derniers. Comme nous l’avons déjà dit, les comtes de Montalto suivent les Sanseverino en raison de leurs liens familiaux étroits. Mais les Sanseverino entraînent aussi dans leurs choix les Marzano, les Sabran et les Della Ratta, leurs alliés. Les Artus, membres du parti angevin, sont alliés eux aussi aux Della Ratta, mais aussi aux Gaetani et aux Gantelme qui rejoignent le camp des adversaires de Ladislas. Trois familles aristocratiques sont les guides de ce mouvement : les Orsini, les Sanseverino et les Artus. Elles semblent catalyser les inquiétudes des grands. Mais elles avaient constitué aussi l’ossature du gouvernement de Robert. Elles ont participé à la gestion du pays et été les principales bénéficiaires des largesses des souverains.

  • 194 Pollastri 2008-2.

92Les comtes ne se rapprochent pas de celui qui promet le plus, mais de celui qui est susceptible de garantir les acquis et de réprimer le moins. Deux solutions sont possibles, en cas de faillite de leur stratégie : rappeler une fidélité inconditionnelle au pape de Rome ou laisser un membre du lignage prendre une option partisane différente de celle des chefs de famille dominants qui puisse, par fidélité sauvegardée et grâce aux mécanismes successoraux, recueillir tout ou partie des patrimoines des parents condamnés, selon un autre modèle de repli lignager194.

  • 195 Seigneurs de Minervino et comtes de Sant’Agata.
  • 196 Duc de Venosa.
  • 197 Ils rejoignent Charles III. Ils deviennent comtes de Sant’Angelo (enlevé aux Joinville/Gianvilla) e (...)
  • 198 Seigneurs de Corigliano.

93Le choix de l’un ou l’autre parti dépend des différents qui opposent deux lignages entre eux, comme les Baux-Orsini et les Sanseverino, soit à l’intérieur du lignage lui-même. Charles III et Ladislas savent utiliser cette dynamique de la tension à leur profit dans la tentative de casser le monolithe aristocratique et réinstaurer un mécanisme de renouvellement des hommes. La forte cohésion des lignages, renforcée par les mécanismes successoraux et la possession de patrimoines qui s’étendent sur des ensembles territoriaux compacts, est une réalité que les derniers souverains ont cherché à contrôler. Tant qu’ils ont pu jouer sur les tensions internes à l’aristocratie et manœuvrer une famille au détriment d’une autre, ils faisaient figure d’arbitres nécessaires. Quand l’aristocratie s’est retournée en bloc contre eux, le seul choix était de réclamer la fidélité et le service et de rappeler la nature féodale des possessions et le lien personnel, comme pour les Sanseverino en 1405. Une dernière solution était encore possible : introduire au sein du monde aristocratique traditionnel des hommes nouveaux. Ces derniers sont issus pour la plupart des milieux chevaleresques et curiaux de la capitale. Ils voient dans la promotion féodale le couronnement d’un service et d’une carrière dans l’administration. Ladislas place des condottieri étrangers au-dessus de l’aristocratie des chefs militaires, des vice-régents, de grands connétables, de grands maréchaux comme les Sforza (seigneurs de Tricarico), Cicco del Borgo (comte de Monteodorisio), Alberico da Barbiano (comte de Cuneo et marquis de Pescara), les Malatacca (comtes de Canosa). Le patriciat napolitain (Tommacelli195, Caracciolo196, Zurlo197, Origlia198) est récompensé par l’octroi de fiefs retournés au Fisc.

94L’introduction d’hommes nouveaux s’accompagne de la création de nouveaux comtés. Entre 1400 et 1435, une quinzaine de comtés, deux duchés (Amalfi et Venosa) et une nouvelle principauté (Salerne) s’ajoutent à la quarantaine de comtés préexistants. Les nouveaux comtés sont choisis dans le stock de comtés normands qui n’avaient été réactivés que sous le règne de Charles Ier (Arena, Chieti). Dans les autres cas, c’est une baronnie (Lauria) ou une seigneurie (Popoli) qui est élevée au rang de comté. Cette promotion accompagne celle du titulaire, qui possède le fief par transmission héréditaire, comme dans le cas des Gantelmo, seigneurs de Popoli.

  • 199 Jeanne II paie les services des condottieri sur des comtés. Manfredi da Barbiano devient comte de C (...)
  • 200 Alvito, Borgensa, Calvi, Campobasso, Cerretto, Caiazzo, Canosa, Gerace, Lauria, Loreto, Manopello, (...)
  • 201 Seigneurs de Marsico, de Chiaromonte, de Lauria, de Capaccio, de Matera, d’Altomonte, de Corigliano (...)
  • 202 Seigneurs de Catanzaro, Sinopoli, Montalto, Arena, Gerace et marquis de Crotone.
  • 203 Ils détiennent Conversano, Lecce et Soleto.
  • 204 R.C.A., vol. 34, n. 44 (28 octobre 1423).
  • 205 Galasso 1992-2, p. 283 ; Faraglia 1904, p. 57-58.
  • 206 Ascoli, San Valentino, Atri, Montorio, Loreto, Popoli, Albe, Celano, Tagliacozzo, Alvito, Fondi, Tr (...)
  • 207 Alife, Calvi, Cerreto, Caiazzo, Caserta, Arienzo, Acerra, Avellino, Nola, Montoro, Sarno et Nocera.

95Le résultat est la multiplication et le renouvellement rapide199 de familles comtales nouvelles qui s’ajoutent aux lignages aristocratiques, ceux-là mêmes qui étaient les acteurs des mouvements factionnels de la fin du XIVe siècle et du début du XVe. Ainsi, Giannotto Stendardo devient comte d’Alife à la place de Giordano di Marzano, décédé sans descendance. Ardizone Caraffa et Benedetto Acciaiuoli sont insvestis tous deux du comté d’Ascoli à la place de Raimond Orsini. Bartolomeo Tommacelli est le nouveau comte de Sant’Agata après la défaite de Charles Artus. Le Piémontais Pietro Jurea devient comte de Troia au lieu d’Ugo di Sanseverino, tandis que Potenza revient au Fisc. Jean de Luxembourg, époux de Jeanne de Duras, est fait comte de Conversano, à la place de Louis d’Enghien. Des comtés restent sans titulaires, comme Altomonte, Montescaglioso et Potenza, mais nous comptons vingt-deux créations, trois duchés (Venosa, Amalfi et Atri), un marquisat (Crotone) et dix-huit comtés200. Ces possessions s’intercalent entre celles de l’ancienne l’aristocratie féodale. Cerreto, Calvi, Arienzo et Caiazzo contrôlent le comte de Caserte, pro-anjou. Canosa et Minervino contrôlent le duché d’Andria, tandis que disparait le comté de Terlizzi. Le duché de Sessa et le comté d’Alvito sont une tentative de surveiller les Gaetani, comtes de Fondi puis de Traetto. Cette accumulation a pour autre but de circonscrire trois groupes familiaux et leurs alliés, les Sanseverino201, les Ruffo202 et les Baux-Orsini203. L’exemple le plus éclairant de nouveau comté est l’insertion des Caracciolo sur l’échiquier féodal calabrais : ils sont faits comtes de Gerace, puis de Terranova en 1423. Louis III d’Anjou installe aussi à Reggio des chevaliers tels Tristan de Fael, Falcon de Glandevès et Guillaume de Villeneuve sur des biens pris à des rebelles204 et un Français, Bernard de Brion, est nommé gouverneur de Calabre205. L’évolution finale sous Jeanne II semble monter que les comtés sont distribués d’abord selon une priorité de protection de la frontière avec les États de l’Église206 et de la capitale207, et ensuite selon les principaux axes de communication partant de Naples.

  • 208 Il en est ainsi pour les nouvelles règles successorales. En 1419, Ottino Caracciolo, grand chanceli (...)

96Si la Couronne semble sortir gagnante de son combat contre les factions et les lignages ennemis, c’est au prix d’une multiplication de l’emprise aristocratique sur le monde féodal. D’une part, les nouvelles familles arrivent et disparaissent tout aussi vite. Ladislas n’a pas plus tôt fait d’installer les Tommacelli, les Origlia ou les Zurlo qu’ils sont remplacés par les Boffa, évincés eux-mêmes par Ser Gianni Caracciolo et par les Orsini qui reconquièrent ainsi d’un terrain après une éclipse. D’autre part, la chevalerie féodale reste un vivier qui applique les recettes de l’aristocratie208 et obtient le titre de comte, comme les Gantelme comtes d’Alvito, les Acquaviva, comtes de San Valentino, ou les Sanframmondo, comtes de Cerreto. De même, les condottieri parvenus à un comté (Braccio da Montone, Carlo Cossa) sont supplantés par les Sforza et l’aristocratie (Orsini, Sanseverino, Ruffo).

97La réduction des anciens lignages aristocratiques n’est que momentanée. En effet, tout nouveau comté et chaque nouvelle lignée sont intégrés dans le maillage féodal préexistant. La redéfinition de la place de chaque lignage comtal s’accompagne de l’affirmation du rôle de guide d’une ou deux familles comtales par provinces. Ainsi, la Basilicate, la Calabre, le Principat et la Terre de Labour sont respectivement dominés par les Caracciolo et les Sanseverino, les Sanseverino et les Ruffo, les Sanseverino et les Filangieri, les Marzano, les Gaetani, les Orsini et les Tocco. On peut dire que la Terre d’Otrante est dominée par la seule maison des Baux-Orsini. Les Abruzzes sont fragmentées entre de nombreuses lignées féodales, dont émergent les Orsini, les Colonna, les Sangro, les Barrille, les Caracciolo, les Aquino, les Aquaviva et les Gantelme.

  • 209 Trifone 1921, p. 347, doc. 231.
  • 210 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulario n. 2, f° 626r.
  • 211 Les comtes de Marsico pratiquent des unions privilégiées avec les comtes de Chiaromonte et de Poten (...)

98Les conquêtes des grands se font plus décisives, nouvelles acquisitions territoriales, nominations à des châtellenies qui entrainent le contrôle de petites communautés urbaines, l’accès aux villes domaniales et l’exercice complet de la justice. Dans les comtés et autour d’eux se renforce l’aire d’influence des comtes dont les pouvoirs, toujours plus complets, sont un pendant réel, inscrit dans le quotidien, à ceux de la Couronne. Par ailleurs, le repli lignager et l’assouplissement des règles juridiques de la succession permet à l’aristocratie de résister à l’adversité et aux coups qu’elle reçoit. Ainsi, Filippo di Sangineto reçoit, en 1414, la confirmation royale de la légitimation de ses trois enfants naturels, dont l’ainé, Antonio, auquel il pourrait transmettre les comtés de Corigliano et d’Altomonte209. En 1431, Carlo Ruffo obtient la faculté de céder par testament ou par legs les fiefs nouveaux de Calanna, de Solano, de Mesanova, de Belloco, de Fiumara di Muro, de Catona et de Borrello210. Les mariages croisés privilégiés avec une autre maison permettent d’anticiper les coups durs et d’éviter la dispersion du patrimoine. C’est ainsi qu’il faut interpréter les unions répétées entre les Sanseverino et les Ruffo211 mais aussi entre les Baux et les Orsini, qui sont un exemple de sauvetage réussi.

Conclusion

99Charles Ier d’Anjou a su se couler dans le moule de l’État sicilien d’autant plus facilement que sa propre pratique en était proche. Il reprend les principes normands de segmentation du royaume en comtés, et les règles souabes de la division et de l’organisation administrative. Dans ce cadre de l’État féodal, seul l’apport humain marque un renouveau. Mais l’importation de nobles et de chevaliers ultramontains est tout aussi bien due à la présence d’un flux migratoire entre les différentes possessions angevines qu’à la défaillance de la féodalité régnicole, fruit des politiques souabes qui l’on largement réduite et des rebellions des années 1266 et 1268-69, l’absence de pérennisation des hommes et les guerres. Sous Charles II et au début du règne de Robert d’Anjou, de nouveaux noms apparaissent encore (Gaetani, Colonna, Sangineto, Ruffo di Scilla, Marzano ; Della Ratta, Di Capua). C’est entre 1290 et 1315 que se fixent les familles qui vont dominer la scène féodale durant les XIVe et XVe siècles. Pendant cette période sont posées les bases de la pérennité des maisons féodales, comtales en particulier, grâce à plusieurs dispositions garantes des successions à l’intérieur de la lignée. Cela ouvre la voie à des pratiques personnelles qui vont faire jurisprudence, influencer le droit et permettre la protection du patrimoine par le lignage.

  • 212 Sur le concept de « reféodalisation », Galasso 1992-2, p. 51, p. 377. Il reprend les démonstrations (...)
  • 213 Gilli 1998 ; Carozzi 1998 ; Barbero 1981 ; Aurell 2000, p. 768.
  • 214 Citons un exemple. Poursuivant une ascension sociale sous les Angevins, les Rufolo, famille marchan (...)
  • 215 En comparaison avec l’évolution dans l’ile de Sicile. Epstein 1996. Voir aussi Corrao 1997 ; Bresc (...)
  • 216 Di Costanzo 1582, p. 737-747.
  • 217 Aurell 2000, p. 754-763.

100Sous le premier Angevin, on observe ainsi le phénomène de « re-féodalisation »212 du royaume napolitain. Il se limite au rétablissement de l’échelon comtal, une nouvelle féodalisation sur un espace qui l’avait en partie perdue. Il faut semble-t-il y ajouter la prise de conscience d’une appartenance, la structuration de la noblesse (féodale plus que citadine) autour des Angevins, dont l’élément important est l’adhésion à un sentiment commun, une représentation propre à la nouvelle dynastie213. Ce sentiment a été traduit par Scipione Ammirato et Carlo de Lellis en « jaillissement » d’une origine franco-angevine214. Ce ressourcement implique aussi, bien plus qu’un simple retour, un changement social profond à travers l’apport d’hommes nouveaux, un renouvellement de la société féodale215. Du moins, sur les traces d’Angelo di Costanzo, les deux généalogistes ont expliqué qu’il s’agissait par ailleurs de l’application plus claire et décisive d’une méthode de gouvernement féodal centré sur l’aristocratie216. Aujourd’hui, il faut y voir la tentative de comparer la place et le rôle de la féodalité avant et après les Angevins217.

  • 218 Aurell 1996, Caron 1997, Contamine 1997.
  • 219 Bidet 2000, Pécout 2000, Pollastri 2000.

101Toutefois, l’opposition radicale entre Couronne et barons, relevée par l’historiographie de la fin du XIXe siècle jusqu’à la première moitié des années quatre-vingts du XXe, s’atténue. C’est désormais la collaboration entre aristocraties féodale et citadine qui est relevée et analysée en termes de coopération pour la promotion et la consolidation de la monarchie féodale218. Il s’agit d’une solidarité nécessaire qui construit l’identité de chacun des deux acteurs politiques, l’aristocratie et le roi. L’élément catalyseur en est la « loyauté » envers la Couronne, qui la récompense par des libéralités219. La monarchie se nourrit d’administrateurs et de sujets dont elle exige la plus absolue des fidélités et dont elle règle les compétences et les services. Mais la royauté angevine n’en oublie pas moins la nécessité d’insuffler un élan idéologique propre, par la création des ordres chevaleresques ou la mise en scène (tombeaux, cérémonies funèbres, entrées en ville, instauration de la fête de Saint Janvier, Parlements).

102Dès leur arrivée, les Angevins vu dans le « fief » une unité de valeur de revenu et non pas seulement de pouvoir et de service. Ils renversent ainsi la conception normande. Le comté aussi, ensemble de fiefs, est une unité géographiquement délimitée établi dans une seule province administrative, dotée d’un revenu tiré de la puissance publique déléguée qui s’applique aux niveaux administratif, juridique et économique. Ce sont des cellules politiques et fiscales qui demeurent précaires, puisque leur transmission à l’intérieur du lignage peut être interrompue (quenouille, confiscation) et qu’elles peuvent être cédées à quiconque, du moment que le nouveau titulaire rend fidélité et hommage. C’est pour cela que la politique de survie est la voie indispensable de la lignée. Elle se construit en lignage ou du moins en réseau noble à dimension territoriale.

  • 220 Pour un parallèle sur l’aristocratie comme force sociale dominante, par rapport à la monarchie, voi (...)

103L’aristocratie du Midi péninsulaire demeure structurée autour du pouvoir royal, tout en trouvant dans le droit féodal les bases nécessaires à la construction du lignage et dans la possession de comtés le fondement d’états territoriaux qui lui permettent d’enrôler la féodalité locale, tandis que le souverain, par l’intermédiaire des ordres curiaux (Ordre du Nœud, Ordre de la Nef) rassemble autour de lui l’aristocratie comtale et de nouveaux feudataires dont l’ascension a été accélérée à travers la gestion d’offices administratifs220. Dès le premier tiers du XIVe siècle, son dominium sur le fief, économique, judiciaire et juridique, assume les contours d’une autorité déléguée du pouvoir public par l’investiture que renforcent des pratiques contractuelles généralisées envers les hommes qui y sont attachés, vassaux, soldats, fermiers ou ouvriers. Si cet attachement est moins sanctionné par des angarie, des obligations réelles de travail sur la réserve, bien qu’il semble subsister des zones où cette pratique perdure, il demeure à travers les gestes symboliques du cadeau annuel et de dons de matières premières qui accompagnent les versements des parts de « récoltes ». Il va plus loin encore. L’homme est « inscrit » auprès de son seigneur et donc dans son fief ou ses possessions extérieures. Le « fief » est à la fois résidence physique et fiscale, lieu de toutes les activités. La juridiction qu’il représente s’étend aux hommes qui l’habitent, comme aux animaux, aux végétaux, aux cours d’eaux. Ces hommes, ces « dépendants », force de travail et contribuables, en sont devenus des sujets. Ce n’est pas ce mot qui est employé, mais celui d’homines, intégrés dans des communautés munies de « statuts » et avec lesquelles le comte tisse des liens forts, par le biais de relations contractuelles généralisées, qui lui permettent par exemple de répartir sur elles le coût du transport des produits, comme le sel, monopole seigneurial pour certains, afin de réaliser un bénéfice financier. Si le fief et le titre nobiliaire étaient la marque d’une appartenance au pouvoir, ils en sont l’expression à la fin de l’époque angevine. Cet ensemble, la seigneurie comtale, est le premier rouage de l’État qui tire sa force d’une fédération de domaines féodaux.

Annexe

  • 221 Sont reportés en gras les comtés existants sous les Normands. En dehors de ces cas, les comtés sont (...)

Tableau des comtés (1268-1380)221

Comté Date Titulaires
acerra 1381 Giovanni Protogiudice
1390 Pietro Origlia
Albe 1268 Charles Ier
Jeanne II Lorenzo Colonna
Altavilla 1373 Andrea Acciaiuoli, épouse de Charles Artus.
1382 Bartolomeo di Capua, second époux d’Andrea Acciaiuoli.
Altomonte 1350 Filippo di Sangineto
alvito 1390 Raimondo Gantelmo
amalfi (duché) 1380 Venceslao di Sanseverino
Andria 1324 Bertrand des Baux de Berre. Devient un duché en 1343.
Apice 1268 Minora, épouse de Francesco Maletta
Arena 1269 Thomas de Coucy. Le fief est rétrogradé au rang de baronnie lors de sa restitution aux premiers détenteurs, les Conculbet
Ariano 1271 Henri de Vaudémont
1310 Guillaume de Sabran
ARIENZO Jeanne II Marino Boffa, de Pouzzoles
ascoli Charles III Raimondo Orsini
Ladislas Ardizione Carafa ; Benedetto Acciaiuoli
Atri (duché) Ladislas Antonio Acquaviva
Avellino 1268 Jean de Montfort
1271 Bertrand des Baux
Belcastro 1350 (v.) Tommaso d’Aquino ; Sanseverino
Bellante Jeanne II Carlo Cossa d’Ischia
Borgenza (Brienza ?) Ladislas Roberto Origlia
Buccino Ladislas Luigi di Allemagna
Caiazzo* Ladislas Pietro Origlia ; Bernardino di Sanseverino
Calvi* 1400 Andrea Capece Tomacello
Campobasso* Ladislas Nicola Gambatesa
Canossa* Lasdislas Corrado Malatacca
Caserta 1268 Guillaume de Beaumont
1291 Pietro Gaetani
1309 Bartolomeo Siginolfo
1310 Diego della Ratta
Catanzaro 1268 Pietro Ruffo
Celano Charles III Pietro di Celano
Cerreto Ladislas Cola Sanframmondo
Jeanne II Gabriele Orsini
Chiaromonte 1268 Ugo di Chiaromonte
1310 (v.) Giacomo di Sanseverino, par son épouse.
Chieti 1268 Raoul de Courtenay
Conversano 1356 Louis d’Enghien
Ladislas Jean de Luxembourg
Jeanne II Manfredi da Barbiano
copertino Jeanne II Tristan de Clermont
Conza 1271 Guillaume, Vicomte de Melun. Redevient une baronnie dès le XIVe siècle.
Corigliano 1336 (v.) Filippo di Sangineto
1346 Roberto di Sanseverino, par son épouse.
Ladislas Raimondo Origlia
Jeanne II Ruggiero di Sanseverino
Crotone (marquisat) Ladislas Nicola Ruggo ; Pietro Paola da Viterbo
Fondi 1269 Riccardo dell’Aquila
1309 Goffredo Gaetani
Gerace Ladislas Antonio Caracciolo Rosso
Giuliano 1382 Colominto de Nanteuil (Nantolio)
Lauria Ladislas Francesco di Sanseverino
Lecce 1270 Hugues de Brienne
1345 Jean d’Enghien
Jeanne II Giovanni Antonio des Baux-Orsini
Loreto Ladislas Giacomo d’Aquino
Manopello** Charles III Giovanni Orsini
Marsico 1268 Tommaso di Sanseverino
Martina F. 1353 Guglielmo di Tocco
Matera* Ladislas Stefano di Sanseverino
Melfi 1355 Angelo Acciaiuoli
Mileto 1346 Roberto di Sanseverino
Minervino 1335 Giovanni Pipino
Ladislas* Giovanni Capece Tommacelli
Montalto XIVe Roberto di Sanseverino
Monteodorisio 1326 (v.) Andrea Acciaiuoli, épouse de Charles Artus
Jeanne II Perdicasso Barrille
Montescaglioso 1269 Pierre de Beaumont
1323 Bertrand des Baux de Berre
Ladislas Tommaso di Sanseverino
Montorio Charles III Lello Camponeschi
Jeanne II Andrea Braccio da Montone
Jeanne II Francesco Zurlo
Morcone Ladislas Onorato Gaetani
Nicastro Jeanne II Ottino Caracciolo
Nocera* Ladislas Giovanni Capece-Tommacelli
Nola 1269 Gui de Montfort
1290 Gentile Orsini
Popoli Jeanne II Francesco Gantelmo
Potenza* 1373 Ugo di Sanseverino
Sant’Agata 1346 Charles Artus
Charles III Bartolomeo Tommacelli
Ladislas Carlo Artus
Sant’Angelo L. 1314 Philippe de Joinville, par son épouse Ilaria de Souz
Charles III Giacomo Zurlo
Jeanne II Marino Caraciolo
San valentino Ladislas Gentile d’Acquaviva
Sarno Ladislas Ungaro di Sant’Angelo
Jeanne II Marino Bracciolo
Satriano (di L.) 1333 Riccardo Burson, par sa mère.
Satriano Ladislas Giacomo d’Aquino
Sessa (duché) Ladislas Giacomo di Marzano
Sinopoli 1335 Guglielmo Ruffo
Soleto 1375 (av.) Raymond des Baux de Courthézon
Squillace 1269 Simon de Montfort
1290 Goffredo di Marzano
Tagliacozzo 1370 Rinaldo Orsini
Telese 1309 Bartolomeo Siginolfo (ne dure qu’un an)
Terlizzi 1343 Gazo de Denisy
Charles III Aimerico di Sanseverino
Terranova 1373 Enrico di Sanseverino
Jeanne II Giovanni Battista Caracciolo Rosso
Tricarico 1373 Ruggiero di Sanseverino
Traetto Jeanne II Ruggiero Gaetani
Trivento* Ladislas Giovanni Frezza
Ladislas Francesco Sforza
Trioa Charles III Ugo di Sanseverino
Ladislas Pietro Jurea
Venosa (duché) Charles III Vencesclao di Sanseverino
Ladislas Vencesclao di Sanseverino
Ladislas Gabriele des Baux-Orsini
Jeanne II Ser Gianni Caracciolo
Vico 1355 (av.) Pietro Pipino (charge de commandement urbain)

Légende :
Albe : ancien comté normand
Tagliacozzo : baronnie élevée au rang de comté (le titulaire est donné à partir de l’élévation à comté)
* titulaire nommé durant ce seul règne
**titulaire sous Charles III et Ladislas

Haut de page

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

ACR = Archivio Caetani di Sermoneta, Rome.

ASN = Archivio di Stato di Napoli.

ASN, Archiv. Priv. = Archivio di Stato di Napoli, Archivi privati.

ASPN = Archivio storico per le Provincie napoletane.

MEFRM = Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge.

MGH = Monumenta Germaniae Historica http://www.mgh.de/

QFIAB = Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken http://www.dhi-roma.it/qfiab.html

R.C.A. = Registri angioini ricostruiti della cancelleria angioina.

Bibliographie

Ammirato 1580 = S. Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence, 1580-1691, 2 vol. (réimpr. Anast., Bologne, 1973).

Artefeuil 1776 = L. V. Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Avignon, 1776, 2 vol. 

Aurell 1996 = M. Aurell, La Noblesse en Occident (Ve-XVe siècle), Paris, 1996.

Aurell 2000 = M. Aurell, Conclusions, dans La Noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Rome, 2000, p. 749-770.

Baratier 1969 = E. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969

Barbero 1981 = A. Barbero, Il mito angioino nella cultura italiana e provenzale tra ‘200 e ‘300, dans Bollettino Storico-bibliografico subalpino, LXXIX, 1981, p. 107-220

Barthélémy 1882 = L. Barthélémy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux, 1882.

Barthélémy 2004 = D. Barthélémy, Chevaliers et miracles. La violence et le sacré dans la société féodale, Paris, 2004.

Bémont 1877 = Ch. Bémont, Simon de Montfort de Leicester. Son gouvernement en Gascogne (1248-1253), Paris, 1877.

Benaiteau 1997 = M. Benaiteau, Vassalli e cittadini. La signoria rurale nel Regno di Napoli attraverso lo studio dei feudi dei Tocco di Montemiletto (XI-XVIII secolo), Bari, 1997 (Mediterranea, 11).

Berlioz 2000 = J. Berlioz (dir.), Le Pays cathare. Les religions médiévales et leurs expressions méridionales, Paris, 2000 (Points Seuil, Histoire, 279), p. 29-32.

Bidet 2000 = L. Bidet, La noblesse et les princes d’Anjou. La famille de Beauvau, dans La Noblesse dans les territoires angevins, 2000, p. 471-497.

Bloch 1994 = M. Bloch, La société féodale, Paris, 1994-2.

Bolvito 1840 = Bolvito, Variarum rerum, vol. V, ms Naples, Società di Storia Patria, XXI D 5, p. 177 (1325).

Bonassie 2000 = P. Bonassie, Les sociétés de l’An mil : un monde entre deux âges, Bruxelles, 2000.

Boyer 1997 = J.- P. Boyer, Construire l’État en Provence. Les « enquêtes administratives » (mi-XIIIe-mi-XIVe siècle), dans Des Principautés aux régions dans l’espace européen (Colloque de Lyon, mars 1994), Lyon, 1997, p. 1-26.

Boyer 1997 = J. P. Boyer, Sacre et théocratie, dans Revue des Sciences philosophiques et théologiques, 81-2, 1997, p. 561-607.

Brancoli Busdraghi 2002 = P. Brancoli Busdraghi, Le origini del concetto di feudo come istituto giuridico, dans MEFRM, 114-2, 2002, p. 955-969.

Bresc 1983 = H. Bresc, 1282 : classes sociales et révolution nationale, dans La Società mediterranea all’epoca del Vespro, XI Congresso di Sotria della corona d’Aragona, Palerme, 1983.

Bresc 1986 = H. Bresc, Un Monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1450), Rome-Palerme, 1986, 2 vol. 

Bresc 1998 = H. Bresc, La « Mala signoria » ou l’hypothèque sicilienne, dans L’État angevin, 1998, p. 577-599.

Bresc 2000 = H. Bresc, La servitude au cœur de la « réaction féodale » : les Arcs, 1366, dans MEFRM, 112-2, 2000, p. 1009-1037

Bresc 2002 = H. Bresc, compte rendu du livre d’E. I. Mineo, Nobiltà di Stato. Famiglie e identità aristocratiche nel tardo medioevo. La Sicilia, Donzelli, Rome, 2001, dans Annales, Histoire Sciences sociales, 57e année, n. 5 (septembre-octobre 2002), p. 1218-1219.

Bur 1983 = H. Bur, L’image de la parenté chez les comtes de Champagne, Annales ESC, 1983, 38e année, n. 5, p. 1016-1039.

Burgarella 1993 = L. Burgarella, Lavoro, mestieri e professioni negli atti greci di Calabria, dans Mestieri, lavoro e professioni nella Calabria medievale, Soveria Manelli, 1993, p. 53-86.

Butaud 2008 = G. Butaud, Généalogie et histoire des rois mages : les origines légendaires de la famille des Baux (XIIIe-XVe siècle), dans Cahiers de Fanjeaux, 43, 2008, p. 107- 154.

Cahen 1940 = C. Cahen, Le régime féodal de l’Italie normande, Paris, 1940, p. 60.

Cahen 1983 = C. Cahen, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, 1983.

Canio 1928 = C. Canio, Il testamento di Aquilinia Sancia di Monte Serico (1327), Melfi, 1928.

Caravale 1971 = M. Caravale, Fedecommesso, dans Enciclopedia del diritto, XIII, p. 109-114.

Caravale 1998 = M. Caravale, La monarchia meridionale. Istituzioni e dottrina giuridica dai Normanni ai Borboni, Bari-Rome, 1998.

Cardosi 1965 = A. Cardosi, L’antico statuto di Sonnino, Rome, 1965.

Caridi 1995 = G. Caridi, La spada, la seta e la croce. I ruffo di Calabria dal XIII al XIX secolo, Turin, 1995.

Carocci 1988 = S. Carocci, Tivoli nel basso medioevo. Società cittadina ed economia agraria, Rome, 1988.

Caron 1997 = M. T. Caron, Noblesse et pouvoir en France, XIIIe-XVIe siècle, Paris, 1997.

Carozzi 1998 = C. Carozzi, Saba Malaspina et la légitimité de Charles Ier, dans L’État angevin, 1998, p. 81-97

Caruso 1944 = A. Caruso, I diritti e le prerogative dei feudatari nel regno di Sicilia durante il periodo Svevo, ASPN, ns 30 (1944-46), p. 92.

Catalogus 1972 = CatalogusBaronum, édition par E. Jamison, Fonti per la storia d’Italia, 101, Rome, 1972.

Cengarle, Chittolini, Varanini 2005 = F. Cengarle, G. Chittolini, G. M. Varanini, Poteri signorili e feudali nelle campagne dell’Italia settentrionale fra Tre e Quattrocento : fondamenti di legittimità e forme di esercizio, Florence, 2005.

Collenberg 1960 = Collenberg de Rüdt, Les premier Ibelins, dans Le Moyen Âge, 3-4, 1960, p. 433-474

Contamine 1997 = Ph. Contamine, La Noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris, 1997.

Corrao 1988 = P. Corrao, Egemonia aristocratica, mobilità sociale e costruzione statale nella Sicilia dei secoli XIV e XV. A proposito delle tesi di H. Bresc, dans Schede Medievali, 14-15, 1988, p. 55-63.

Corrao 1997 = P. Corrao, L’aristocrazia militare del primo Trecento : fra dominio e politica, dans Federico III d’Aragona, re di Sicilia (1296-1337), Archivio Storico Siciliano, s. IV, n. XXIII, 1997, p. 81-108.

Cortonesi, Giammaria 1999 = A. Cortonesi et G. Giammaria (dir.), Terra e lavoro nel Lazio meridionale. La testimonianza dei contratti agrari (secoli XII-XV), Rome-Bari, 1999.

Coste 1988 = J. Coste, Nota sull’uso delle liste del sale e focatico, Appendice a Id., Villagi medievali abbandonati dell’area dei Monti Lucretili, dans Monti Lucretili, dir. G. De Angelis, Rome, 1988, p. 389-414.

Coulet, Matz 2000 = N. Coulet, J.-M. Matz (dir.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Collection de l’École française de Rome, 275, Rome, 2000.

Croce 1927 = B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Bari, 1927.

Cuozzo 1981 = E. Cuozzo, La contea di Montescaglioso nei secoli XI-XIII, dans ASPN, XCIX, 1981, p. 32 et suiv.

Cuozzo 1989 = E. Cuozzo, Quei maledetti Normanni. Cavalieri e organizzazione miltare nel Mezzogiorno normanno, Naples, 1989.

Cuozzo 1998 = E. Cuozzo, Modelli di gestione del potere nel regno di Sicilia. La « restaurazione » della prima età angioina, dans L’État angevin 1998, p. 519-534.

Curolo 1936 = A. Cutolo, Re Ladislao d’Angiò-Durazzo, Milan, 1936.

Cutolo 1972 = A. Cutolo, Maria d’Enghien, regina di Napoli, (1925) Galatina, 1972.

Cuvillier 1984 = J.-P. Cuvillier, Milites in servitio, dans Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelalter, Festschrift fûr J. Fleckenstein, L. Fenske, W. Rosener und T. Zotz, Sigmaringen, 1984, p. 663 et suiv.

De Lellis = C. De Lellis, Notamentaex registris Caroli II, Roberti et Caroli ducis Calabrie, 4 vol, ASN, Ricostruzione angioina.

De Lellis 1654 = C. De Lellis, Famiglie nobili del regno di Napoli, Naples, 1654-1663, 3 vol. 

De Vajay 1962 = S. De Vajay, Etiennette dite Douce, comtesse de Provence (XIe siècle), dans Provence Historique, 12, 1962, p. 189-213.

Delille 1985 = G. Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècles), , Rome, 1985 (BEFAR, 259) (trad. italienne 1988).

Delille 1988 = G. Delille, Famiglia e proprietà nel regno di Napoli, Turin, 1988.

Di Costanzo 1582 = A. Di Costanzo, Historia del Regno di Napoli, Naples, 1582.

Doubleday 2001 = S. R. Doubleday, The Lara Family. Crown and Nobility in Medieval Spain, Cambridge, 2001.

Durrieu 1883 = P. Durrieu, Étude sur la dynastie angevine de Naples : le Liber donationum Caroli primi, dans Mélanges de l’École française de Rome, Rome, 1883.

Durrieu 1886 = P. Durrieu, Les archives angevines de Naples, 2 vol. , Paris, 1886-1887.

Epstein 1996 = S. R. Epstein, Potere e mercati in Sicilia, sec. XIII-XVI, Turin, 1996.

Étatangevin 1998 = L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, 1998 (Collection de l'École française de Rome, 245).

Faraglia 1904 = N. F. Faraglia, Storia della regina Giovanna II d’Angiò, Lanciano, 1904.

Faraglia 1929 = M. F. Faraglia, Maria d’Enghien, Naples, 1929

Faraglia 1979 = N. F. Faraglia, Diurnali detti del Duca di Monteleone, réimpr. Anastatique, Bologne, 1979.

Fodale 1973 = S. Fodale, La politica napoletana di Urbano VI, Caltanissetta-Rome, 1973.

Galasso 1992 = G. Galasso, Economia e società nella Calabria del Cinquecento, Naples, 1992.

Galasso 1992 = G. Galasso, Il regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Turin, 1992.

Galasso 2000 = G. Galasso, L’image de la noblesse chez les historiens napolitains du XVIe siècle, dans La noblesse dans les territoires angevins, 2000, p. 737-747.

Gauvard 1988 = C. Gauvard, Ordonnance de réforme et pouvoir législatifs en France au XIVe siècle (1303-1413), dans Renaissance du pouvoir législatif et genèse de l’État, A. Gouron et A. Rigaudière (dir.), Paris, 1988, p. 89-98.

Gentile 2005 = M. Gentile, Giustizia, protezione, amicizia : note sul dominio dei Rossi nel Parmense all’inizio del Quattrocento, dans Gengarle, Chittolini, Varanini 2005, p. 89-

Gilli 1998 = P. Gilli, L’intégration manquée des Angevins en Italie : le témoignage des historiens, dans L’État angevin 1998, p. 11-33

Giordanengo 1998 = Giordanengo, « Arma legesque colo ». L’État et le droit en Provence (1246-1343), dans L’État angevin 1998, p. 52-53.

Giustiniani 1797 = L. Giustiniani, Dizionario Geografico-Ragionato del Regno di Napoli, Naples 1797-1816, 13 vol. 

Guerreau 1980 = A. Guerreau, Le féodalisme. Un horizon théorique, Paris, 1980.

Inventarium 2006 = Inventarium Honorati Gajetani. L’inventario dei beni di Onorato II Gaetani d’Aragona, 1491-1493 (Documenti dell’Archivio Caetani), édition critique par S. Pollastri, Rome, 2006.

Kamp 1982 = N. Kamp, Verwaltungsreformen Friedrichs II, dans QFIAB, 1982.

LaServitude 2000 = La Servitude dans les pays de la Méditerranée occidentale chrétienne au XIIe siècle et au-delà : déclinante ou renouvelée ?, Actes de la table-ronde de Rome, 8 et 9 octobre 1999, MEFRM, 2000, 112-2, p. 633-1085.

Léonard 1932 = E. G. Léonard, Histoire de Jeanne Ière reine de Naples et comtesse de Provence (1343-1382), Monaco-Paris, 1932-1936.

Léonard 1954 = E. G. Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954.

Léonard 1967 = E. G. Léonard, Gli Angioini di Napoli, Florence 1967.

Licinio 1998 = R. Licinio, Masserie medievali. Masserie, massari e carestie da Federico II alla Dogana delle Pecore, Bari, 1998.

Marino 1992 = J. A. Marino, L’economia pastorale nel Regno di Napoli, Naples, 1992.

Martin 1995 = J.-M. Martin, Les caractères originaux de l’agriculture amalfitaine (Xe-XIIIe siècles), dans Documenti e realtà nel Mezzogiorno italiano in età medievale. Atti delle Giornate di studio in memoria di Jole Mazzoleni (Amalfi, 10-12 dicembre 1993), Amalfi, 1995, p. 305-324.

Martin 1998 = J.-M. Martin, Le domaine royal de Messagne aux XIIe et XIIIe siècles, dans E. Cuozzo et J.-M. Martin (dir.), Cavalieri alla conquista del Sud. Studi sull’Italia normanna in memoria di Léon-Robert Ménager, Rome-Bari, 1998.

Massaro 2004 = C. Massaro, Potere politico e comunità locali nella Puglia tardomedievale, Galatina, 2004.

Mayer 1982 = H. E. Mayer, Craving up crusaders : the early Ibelins and Ramlas, dans Outremer : Studies in the history of the crusading Kingdom of Jerusalem presented to Joshua Prawer, Jerusalem, 1982, p. 101-118.

Mazzoleni 1960 = J. Mazzoleni (dir.) LePergamene di Capua, vol. II, Naples, 1960.

Mineo 1989 = E. I. Mineo, Nazione periferia, sottoviluppo. La Sicilia medievale di H. Bresc, dans Rivista Storica italiana, 101, 1989, p. 722-758.

Mineo 2001 = E. I. Mineo, Nobiltà di Stato. Famiglie e identità aristocratiche nel tardo medioevo. La Sicilia, Rome, 2001.

Morelli 1997 = S. Morelli, « Ad extirpanda vitia » : normativa regia e sistemi di controllo sul funzionariato nella prima età angioina, dans MEFRM, 109-2, 1997, p. 463-475.

Moscati 1934 = R. Moscati, Ricerche e documenti sulla feudalità, ASPN ns 20, 1934, p. 256.

Musi 2007 = A. Musi, Il feudalesimo nell’Europa moderna, Bologne, 2007.

Nassiet 2000 = M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, XVe-XVIe siècles, Paris, 2000.

Nikschke 1965 = A. Nikschke, Der sizilianische Adel unter Karl von Anjou und Peter von Aragon, dans QFIAB, 45, 1965.

Noblemaire 1913 = G. Noblemaire, Histoire de la maison des Baux, Marseille, 1913.

Oldfield 2009 = P. Oldfield, City and community in Norman Italy, Cambridge, 2009.

Pécout 2000 = T. Pécout, Les mutations du pouvoir seigneurial en Haute-Provence sous les premiers comtes angevins, vers 1260-début du XIVe siècle, dans La noblesse dans les territoires, 2000, p. 71-87.

Pécout 2001 = T. Pécout, Noblesse provençale et pouvoir comtal : l’exemple du pays de Riez (Alpes-de-Haute-Provence), XIIe-XIVe siècles, dans Rives nord-méditerranéennes, vol. 7, 2001, p. 37-56 http://rives.revues.org/document79.html

Pispisa 1990 = E. Pispisa, Il Regno di Manfredi. Propostediinterpretazione, 1991.

Pollastri 1988 = S. Pollastri, La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282), Annales du Midi, t. 100, , n. 184, 1988, p. 405-434.

Pollastri 1991 = S. Pollastri, Les Sanseverino, MEFRM, 103, 1991, p. 237-260.

Pollastri 1994 = S. Pollastri, La noblesse napolitaine sous la dynastie angevine : l’aristocratie des comtes (1265-1434), thèse de doctorat, Paris X-Nanterre, 1994.

Pollastri 1998 = S. Pollastri, Les Gaetani de Fondi. Recueil d’actes (1174-1623), Rome, 1998.

Pollastri 2000 = S. Pollastri, Les Burson d’Anjou, barons de Nocera puis comtes de Satriano (1268-1400), dans La noblesse dans les territoires 2000, p. 79-114.

Pollastri 2001 = S. Pollastri, Les Ruffo, MEFRM, 113-1, 2001, p. 543-577.

Pollastri 2003 = S. Pollastri, L’aristocratie napolitaine au temps des Angevins, dans Les Princes angevins du XIIIe siècle. Un destin européen, dir. N. Y. Tonnerre et E. Verry, Rennes, 2003, p. 155-181.

Pollastri 2004 = S. Pollastri, Le Liber Donationum et la conquête angevine du Royaume de Sicile (1268-1281), MEFRM, 116-2, 2004, p. 657-727.

Pollastri 2005-1 = S. Pollastri, Enquête sur les droits de justice de l’aristocratie napolitaine (XIVe-XVe siècles). Quelques exemples, intervention lors du Colloque international La justice temporelle dans les territoires angevins aux XIIIe et XIVe siècles. Théories et pratiques, Université de Provence, Aix-en-Provence, 21-23 février 2002, dir. J.-P. Boyer, A. Mailloux et L. Verdon, [Colloque international, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence, 21-23 février 2002], , Rome, 2005 (Collection de l’École française de Rome, 354), p. 279-305.

Pollastri 2005-2 = S. Pollastri, Les relations entre feudataires et villes du littoral en Calabre au XIVe siècle, dans Entre monts et rivages. Les contacts entre la Provence orientale et les régions voisines au Moyen Age, dir. Philippe Jansen, Cépam-CNRS, Nice, 2005, p. 249-264.

Pollastri 2008-1 = S. Pollastri, « Gli insediamenti dei Cavalieri francesi nel Mezzogiorno alla fine del 13° secolo », Studi Atellani, Rassegna storica dei comuni, n. 150-151 (sept-dic. 2008), p. 7-46.

Pollastri 2008-2 = S. Pollastri, « Jeux et enjeux des obédiences pour l’aristocratie napolitaine », G. Lobrichon, A. Jamme (dir.), Colloque International « La papauté et le Grand Schisme », Université d’Avignon (France), 13-15 novembre 2008 (en cours d’impression).

Pollastri 2008-3 = S. Pollastri, La féodalité de la région de Matera sous les Angevins (XIIIe-XIVe siècles), dans Archivi e reti monastiche tra Alvernia e Basilicata : il priorato di Santa Maria di Juso e la Chaise-Dieu, Congedo Editore, Galatina, 2008, p. 129-158.

Pollastri 2011 = S. Pollastri, Le lignage et le fief. L’affirmation du milieu comtal et la construction des états féodaux sous les Angevins de Naples (1265-1435), Paris, 2011.

Porfile 1860 = C. Porfile, Historie del Regno di Napoli, Naples, 1860.

Regesta chartarum = Regesta chartarum. Regesto delle pergamene dell’Archivio Caetani, Sancasciano Val di Pesa, 1930.

Rey 1869 = E. G. Rey, Les Familles d’Outremer de Du Cange, Paris, 1869 (réimpr. New York, 1971)

Richard 1989 = J. Richard, Les États féodaux et les conséquences de la croisade, dans M. Balard (dir.), État et colonisation au Moyen Âge, Lyon, 1989.

Runciman 1960 = S. Runciman, The Families of Outremer. The feudal nobility of the crusader kingdom of Jerusalem, 1099-1291, Londres, 1960.

Savy 2005 = P. Savy, Costituzione e funzionamento dello « Stato vermesco » (fine del XIV-metà del XV sec.), dans Cengarle, Chittolini, Varanini 2005, p. 73-

Sicola = S. Sicola, Repertorium tertium regis Caroli Secundi, Regis Roberti, Caroli illustris, Reginae Iohanne Prime, vol III, IV, V et VI, 1673-1710, ASN, Ricostruzione angioina.

Sicola 1886 = S. Sicola, De Aquino, 1886, ASN, Museo, vol. 6.

Smyrl 1968 = E. Smyrl, La famille des Baux, dans Cahiers du Centre d’études des sociétés méditerranéennes, 2, 1968, p. 7-107.

Sthamer 1914 = E. Sthamer, Die Verwaltung der Kastelle im Königreich unter Kaiser Friedrich II und Karl von Anjou, Leipzig, 1914 (tard. Italienne 1995).

Sthamer 1994 = E. Sthamer, Beitrage zur Verfassungs und Berwaltungsgeschichte des Königreichs Sizilien im Mittelalter, par H. Houben, Aalen, 1994.

Sthamer 1995 = E. Sthamer, L’amministrazione dei castelli nel regno di Sicilia sotto Federico II e Carlo Primo d’Angiò, Bari, 1995.

Stürner 1996 = W. Stürner, Die Konstitutionen Friedrichs II für das Königreich Sizilien, MGH, Hanovre, 1996 http://www.dmgh.de/de/fs2/object/display/bsb00000802_00003.html

Summonte 1675 = G. Summonte, Dell’historia della città e regno di Napoli, Naples, 1675.

Tomassetti 1898 = G. Tomassetti, Documenti feudali della provincia di Roma nel Medio Evo, Rome, 1898,

Toubert 1995 = P. Toubert, Dalla terra ai castelli. Paesaggio, agricoltura e poteri nell’Italia medievale, Turin, 1995.

Tramontana 1993 = S. Tramontana, Le roi face aux barons, dans H. Bresc et G. Bresc-Bautier (dir.), Palerme (1070-1492), Paris, 1993, p. 89-100.

Trifone 1921 = R. Trifone, La Legislazione angioina, Naples, 1921.

Tutini 1644 = C. Tutini, Della varietà della fortuna, Naples, 1644.

Verdon 2006 = L. Verdon, La terre et les hommes au Moyen Âge, Paris, 2006.

Visceglia 1983 = M. A. Visceglia, Linee per uno studio dei testamenti e dei contratti matrimoniali dell’aristocrazia feudale napoletana tra fine ‘400 e ‘600, dans MEFRM, 95, 1983, p. 405-406.

Visceglia 1988 = M. A.Visceglia, Territorio, feudo e potere locale, Naples, 1988.

Vitale 2003 = G. Vitale, Elite burocratica e famiglia. Dinamiche nobiliari e processi di costruzione statale nella Napoli angioino-aragonese, Naples, 2003.

Vitolo 2005 = G. Vitolo, L’egemonia cittadina sul contado nel Mezzogiorno medievale, dans Città e contado nel Mezzogiorno tra Medioevo ed età Moderna, Salerno, 2005.

Widemann 2000 = F. Widemann, Les Rufolo. Les voies de l’anoblissement d’une famille marchande en Italie méridionale, dans La noblesse dans les États angevins, 2000, p. 115-130.

Haut de page

Notes

1 D’après N. F. Faraglia, d’après un manuscrit retrouvé à la bibliothèque de Storia Patria de Naples, de peu antérieure à celle publiée par L. A. Muratori dans les R.I.S. XXI, 19, 20 et 21. Il voulait éloigner tout soupçon de non authenticité, qui avait frappé les chroniques de Matteo Spinello da Giovinazzo attribuées à l’historien du XVIe siècle Angelo di Costanzo. Faraglia 1979, p. III. Les chroniques sont centrées sur les règnes des Anjou-Duras et des premiers aragonais. N. F. Faraglia y a ajouté un complément trouvé dans un manuscrit de J. B. Bolvito et proprement intitulé « Libro delle cose antiche del regno di Napoli extracto da un libro antiquissimo del illustre signor Hettorre Pignatiello Conte e poi Duca di Monteleone », centré sur la révolte de Giovanni Antonio del Balzo. Pour cela, Faraglia affirme que la rédaction devrait remonter au dernier tiers du XVe siècle. Le texte de la partie initiale et centrale du journal veut reproduire l’original en une langue napolitaine du XVe siècle mais autant qu’une édition du XIXe siècle nous permet de la lire, car elle est reformulée (phonétique et orthographe) à travers l’italien, pratique que l’on peut retrouver dans l’inventaire des biens d’Onorato II Gaetani d’Aragona. Inventarium 2006.

2 La noblesse des villes de Naples, de l’Aquila ou de Salerne détient des casaux relevant du « comitatus » urbain et sur lesquels la ville exerce un contrôle plus organique entre le XIIe et le XIIIe siècle. Vitolo 2005, p. 9-26; Vitale 2003, p. 27-37.

3 Faraglia 1979, p. 5.

4 Tutini 1644; Croce 1929 ; Galasso 1992.

5 Bloch 1994 ; Léonard 1932; Léonard 1954 (1967 pour l’édition italienne).

6 Ammirato 1580; De Lellis 1663.

7 Durrieu1883; Durrieu 1886.

8 Une partie de ce travail, synthétisant par ailleurs des articles précédents, a été publié dans Pollastri 2011.

9 Reliefs : droits de succession/investiture sur les fiefs. À l’annonce du décès, s’ouvrait une procédure d’investiture du fief qui comportait l’évaluation du revenu de ce dernier à travers une enquête comptable sur deux ou trois ans afin de déterminer le montant de la taxe de remise du fief, correspondant à une année de revenu. Les registres de reliefs sont conservés pour l’époque aragonaise aux ASN.

10 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulari n. 1, 2, 6, 7, 13.. Cette pratique est le propre de l’activité des archivistes de Naples sur les privilèges des Sanseverino di Bisignano par exemple.

11 Il faut mettre à part un volume sur les Aquino, un recueil de notes documentaires, dont la plupart sont écrites à partir des registres angevins, dans le but d’écrire une histoire du lignage. Sicola 1886.

12 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17 ; le second est tardif et hors chronologie, mais très précieux puisqu’il semble partir d’un état de fait des années 1370-1380 : Inventarium 2006.

13 Comme Jacques Gantelme, seigneur de Popoli et de Rocca Caramanico dès la neuvième indiction (1266-1267) (R.C.A. 4, p. 116, n. 779). Il s’agirait du premier chevalier ultramontain bénéficiaire de fiefs dans le royaume.

14 Certaines inféodations sont connues seulement au moment de l’ouverture de la succession comme dans le cas particulier du sénéchal Geoffroi de Sergines, seigneur de Tolve, de San Chirico di Tolve (auj. San Chirico Nuovo), de Stigliano et de Raianello vers le 21 février 1271. Il avait laissé son épouse, Isabelle d’Aigreville, et ses enfants, dont une fille – Gilles de l’Epine en est nommé bail – en France. Pendant l’année nécessaire à son règlement leur administration est confiée à Guillaume d’Aubervilliers. Là aussi, la concession ne peut guère remonter au-delà de fin 1268, voire de 1269 année durant laquelle des fiefs situés en Basilicate, où les proditores furent actifs, ont été concédés à des Ultramontains. R.C.A. 4, p. 182, n. 944 et R.C.A. 7, p. 87, n. 133; Pollastri 2008, p. 129-158.Souvent le premier bénéfice est une châtellenie, comme Le castrum de Nicastro concédé à Gérard de Marseille en 1266 (neuvième indiction) (R.C.A. 4, p. 146, n. 975) ; ou la moitié de Pescosansonesco, rendu par Isnard Hugolini qui reçoit la moitié de Tagliacozzo, vacant (R.C.A. 4, p. 73, n. 472), le castrumOcre, « cédé » par Béatrice au justicier Ganselmettus de Tarascon en 1266-1267 (dixième indiction) (R.C.A. 1, p. 77).

15 Robert de Lavène, professeur de droit civil, reçoit les castra de Tocco, Petre Tocco et Caraczani en Principat et Terre de Labour (R.C.A. 2, p. 196, n. 758) « en fief noble avec devoir d’hommage lige », car il vient ainsi d’être « anobli ». Avant mai 1269, Guillaume l’Eschanson, membre de l’Hôtel du roi, puis enquêteur, reçoit des biens féodaux à Aversa et à Sessa. Ils sont échangés pour des biens féodaux à Naples et à Nola (R.C.A. 1, p. 267, n. 314).Les inféodations du Liber donationum débutent en décembre 1268 (douzième indiction) : concession d’Argento et d’Arpaia ainsi que des biens à Aversa (Terre de Labour) à Guillaume Estendart senior, maréchal et vicaire du royaume, pour un revenu annuel de 60 onces d’or, le 6 décembre 1268 (LD n. 3 ; R.C.A. 1, p. 267, n. 318, 4, p. 126, n. 607 : son fils reçoit Arpaia ainsi que Pietrastornina et Casalprincipe, en échange de la restitution d’Argento, afin d’augmenter le revenu annuel jusqu’à 80 onces d’or. Avant cette, mis à part les nominations de châtelains royaux, la seule inféodation antérieure à 1268 serait celle de Popoli et de Rocca Caramanico en faveur de Jacques Gantelme (R.C.A. 4, p. 73, n. 779).

16 Pollastri 2004, p. 657-727.

17 Pispisa 1990, p. 55-70 et p. 85 et suivantes. L’auteur a trouvé les noms des partisans de Manfred (près de 45) dans les listes de proditores et des concessions de leurs biens, confisqués au préalable, en particulier d’après les RCA, vol. II (Liber donationum) et vol. VIII (p. 184-193), cf. Pollastri 1994, vol. III, Annexe III.

18 Pollastri 1994, p. 198-200: c’est le cas en particulier d’un territoire comprenant les anciennes seigneuries normandes de Conza et de Balvano, du comté d’Ariano et du nord de la Vallée de Vitalba. Sur 29 fiefs, 4 restent entre les mains de régnicoles (Apice, Gesualdo, baronnie de Morra, Montilari).

19 Pollastri1991. Pollastri 2001.

20 R.C.A. vol. 2, p. 171-175 ; Pollastri 1994, vol. I, p. 202-203.

21 Cuozzo 1989.

22 Par exemple, à côté du comté de Tricarico, il y a la connétablie de Tricarico qui relève de la principauté de Tarente. Mais le fief de Tolve, relevant du comte de Tricarico, doit rendre son service (4 chevaliers) auprès du connétable. Catalogus 1972, p. 18. Les connétables peuvent aussi avoir parfois des fonctions judiciaires. Cuozzo 1989, p. 165. Les villes, comme Rapolla, Ripacandida et Venosa, en Basilicate, relèvent du duché de Pouille et du district de la principauté de Tarente dont dépendait grande partie de la région actuelle de Basilicate, c’est-à-dire qu’elles dépendent directement du Domaine.

23 Calcul établi sur la liste des fiefs relevant des comtés de Tricarico (30 chevaliers, dont 4 dus par l’évêque d’Armento) et de Montescaglioso (47,5 chevaliers, sans compter le fief d’Anglona qui relève directement de l’évêque). Cuozzo 1989, p. 62-92.

24 Par exemple, en Basilicate, le comté d’Andria possède des terres proches de son noyau (Banzi, Forenza), puis plus au sud (Ruoti) ou dans les Apenins (Colobraro). Pignola (Prov. Potenza) relève du comté de Minervino et Oliveto (Prov. Matera), de Conversano en Pouilles.

25 Cuozzo 1981, p. 32 et suiv.

26 D’après les données tirées du Catalogus 1972 (a. 1160). Cuozzo 1989, p. 109-113.

27 Kamp 1982, p. 138-141. Frédéric emploie largement la chevalerie locale dans l’administration: Fasanella, Mannia, Sanframmondo, Aquino, Anglono, Cicala, Eboli de Capoue, Loreto, Montenigro. Tramontana 1993, p. 89-100.

28 Sthamer 1914. Liste que l’on peut completer par celle de Cuvillier 1984, p. 663 et suiv.

29 Manfredi Lancia est seigneur de Feniculo et châtelain d’Acerenza en Basilicate, en plus de biens dans l’île apportés par son épouse. Pispisa 1991, p. 60-61.

30 Pispisa 1991, p. 47, p. 57-58.

31 Francesco d’Agliano, dit Semplice, est seigneur du Casal de Galatone en Terre d’Otrante. Pispisa 1991, p. 65.

32 Pispisa 1991, p. 66-67.

33 Pispisa 1991, p. 78-79, 67-70, 108-109, 115, 118 et 127.

34 Pispisa 1991, p. 80; R.C.A., vol. 2, p. 276-277.

35 Qui avait poussé à l’extrême une certaine décentralisation-reféodalisation menée par Manfred au point de tenter l’autonomie. Mais il s’agit d’une toute récente maison comtale, dotée sans doute d’un long passé sur le territoire. Pispisa 1991, p. 77.

36 Pollastri 1991.

37 Giordanengo 1998, p. 52-53, Gauvard 1988, p. 89-98. Sur les enquêtes administratives et fiscales dans les terres sous domination angevine, Sthamer 1994, Baratier 1969, Boyer 1997, p. 1-26.

38 Pour le calcul de l’adoha (taxe qui remplace le service militaire réel) et du relief.

39 Cahen 1940, p. 60.

40 Parfois, avant d’être titulaire d’un fief, le chevalier est « terrier de l’Hôtel », il perçoit une rente fiscale, une allocation acquittée directement par la Couronne. Durrieu 1886, vol. II, Index. Par la suite, les rentes féodales sont composées en fiefs et en parts sur les rentrées fiscales de la Couronne.

41 Pollastri 2004, Morelli 1997.

42 C’est-à-dire dotée de profondeur généalogique et appartenant à un milieu politique qui place ces familles en haut de l’échelle sociale. Aurell 1996, Bur 1983, Nassiet 2000.

43 Pour une étude générale, voir Galasso 1992-2, p. 357-406. Pour le détail des premiers comtés et de leurs titulaires (1268-1272),  Pollastri 2011, p. 139-142, Pollastri 2004, tableaux.

44 R.C.A., vol. II, p. 266, n° 135: « exceptis tamen terris Policii, Asinelli et Golisani, sitis in Sicilia, que sunt de eodem comitatu ».

45 La terre de Conza avait été concédée, le 2 juin 1271 à Guillaume, vicomte de Melun. R.C.A., vol. II, p. 255, n° 78.

46 R.C.A., vol. II, p. 254, n° 76; p. 266, n° 136; p. 270, n° 146.

47 Pollastri 1998, p. 202, n° 82 et p. 204, n° 84.

48 Pollastri 1998, p. 205, n° 85. Le comté normand de Caserte comprenait les fiefs de Caserte, de Morrone, de Fontana (auj. Fontana Liri), d’Arpino ainsi que Telese et les fiefs de Solopacca et de Pugliano. Catalogus 1972, p. 174.

49 Catalogus 1972, p. 51-52.

50 Le système de prestations castrales mises en place par Frédéric II calquent parfaitement les limites du comté. Sthamer 1995, p. 177, n° 190, Pollastri 2003, p. 155-181, en particulier carte p. 178. Le casal de Grassano relève du comté de Tricarico au début du XIIIe siècle. Il est donné à l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1414.

51 Léonard 1967, p. 60.

52 Vicaire général de Sicile en 1266-1267. Il est le père de Jean, comte de Squillace, capitaine des troupes chargées de la défense des États de l’Église. Durrieu 1886, vol. II, p. 353.

53 Mentionné seulement par Artefeuil 1776, repris par Durrieu 1886.

54 Fils de Simon, comte de Leicester. Il reçoit Nola, mais est dépouillé de ses terres, en 1271, à la suite du meurtre d’Henri d’Angleterre. Durrieu 1886, vol. II, p. 352.

55 Guillaume Estendart « le vieux », sénéchal de Provence jusqu’en octobre 1268, puis maréchal du royaume et vicaire de l’ile de Sicile (1269). Durrieu 1886, vol. II, p. 317.

56 Durrieu 1886, vol. II, p. 393. Érard de Valéry avait été à Acre, en 1266. Son neveu, Robert, est gardien de châteaux royaux de 1270 à 1280.

57 Pierre de Beaumont est grand camérier du royaume et il devient comte de Montescaglioso. Raoul de Courtenay, comte de Chieti, est cousin du roi, comme Thomas de Coucy, détenteur éphémère du comté d’Arena. Sur ces trois familles, voir Cuozzo, 1998, p. 523-525.

58 Bémont 2000, p. 29-32.

59 Sur le nombre des Ultramontains présents sous le règne de Charles Ier d’Anjou, Durrieu 1886, tome II, p. 217-400, Galasso 1992-2, p. 54 et suiv. Il reprend les catégories dressées par Durrieu ; Pollastri 1994, vol. II, Pollastri 1988, Pollastri 2004, Pollastri 2008-1.

60 Pollastri 2011, p. 131-132.

61 Certains, au tout début, ont négocié leur survie. Ainsi, en décembre 1266, Ruggiero, comte de Celano, négocie une aide financière à Charles Ier; R.C.A., vol. I, p. 53, n° 116. Tommaso d’Aquino, comte d’Acerra, négocie son exil à Rome, le 10 février 1267; R.C.A., vol. I, p. 61, n° 140.

62 Cahen 1983, Richard 1989, p. 181 et suiv.

63 Sicola, vol. IV, p. 357-368 (a. 1313, barons guidés par Jean de Gravina); vol. IV, p. 540-457 (a. 1316) et Bolvito 1840, p. 177 (1325). La première liste donne 113 chevaliers pourvus de fiefs; vingt-neuf portent les noms des ultramontains de la première heure; trois sont nouveaux. Les comtes sont trois. La seconde liste énumère 220 chevaliers; trente-cinq sont des ultramontains, dont quatre installés récemment. Les comtes sont sept, dont deux provençaux. En 1325, la liste compte 373 chevaliers et soldats ; vingt-neuf ont une origine ultramontaine. Les comtes sont sept, dont deux provençaux.

64 Le Liber donationum donne trois cas d’absence de descendance R.C.A., vol. II, p. 240, n° 15; p. 247, n° 43; p. 255, n° 82.

65 R.C.A., vol. II, Liber donationum; Durrieu 1886, vol. II, p. 325; Sicola, vol. IV, p. 173 et p. 241. Il contracte ensuite deux autres mariages, le premier avec Cécile, fille d’Ermengaud de Sabran, et l’autre avec Costanza di Marzano. Sicola, vol. IV, p. 843.

66 Durrieu 1886, vol. II, p. 324. Sa veuve, Aquilina, est nommée tutrice des enfants mineurs, dans le royaume. R.C.A., vol. 45, p. 125, n. 95 (a. 1292). L’absence d’héritier dans le royaume peut bien sûr signifier que le feudataire ultramontain ne s’est pas marié ou que son union a été stérile. Mais il faut garder présent à l’esprit que ce chevalier a pu avoir une descendance, investie des fiefs « français », auxquels elle n’a jamais renoncé. Inversement, s’opère la « napolétanisation » de la lignée. Ainsi, Nicola della Marra, second époux de Francesca de Ceccano et bail de Philippe de Souz. Il s’occupe de la vente de la terre de Souz et du château de Brion (deBriono), situés en Anjou en faveur du vallet Gérard Chalet, au prix de 900 livres tournois (l’équivalent en onces est précisé, soit 230 onces). La vente a été faite dans le but de récupérer le château de Giuliano, donné en gage par Ilaria de Souz, tante de Philippe. De Lellis, vol. III, pars I, p. 1140 (RA 1324 C f° 195r) et vol. IV bis, p. 884 (RA 1324 C f° 195r).

67 R.C.A., vol. II, p. 235, n° 2; p. 243, n° 21. Le texte du n° 21 (succession de Guillaume Raison d’Avignon) est éclairant en ce sens: Qui mortuus est dimissis heredibus suis, et primogenitus filius suus, qui successit ei in hereditate, quam habuit in Provincia et tenet eandem, requisitus per licteras regias, non venit in regnum ad prestandum homagium et faciendam fidelitatem pro ipso castro, juxta regni consuetudinem, infra annum et diem, et sententialiter extitit privatus castro predicto; et ipsum castrum ad manus regias revocatum [est].

68 R.C.A., vol. 42, p. 5 n° 16, qui fait des deux Eudes une seule personne.

69 R.C.A., vol. 23, p. 7, n° 25; vol. 30, p. 108 n° 361; vol. 32, p. 84, n° 22; vol. 42, p. 66, n° 152; vol. 43, p. 475, n° 1; vol. 43, p. 478, n° 16; vol. 45, p. 37, n° 60. Cette branche est issue des Aquino seigneurs d’Ascoli, aux portes de la Basilicate, et a des possessions autour de Genzano (Basilicate).

70 De Lellis, vol. III/I, p. 1838 [R.A. 1294 M f° 53r].

71 Signalons aussi, qu’ à la suite du mariage, en 1225, entre Frédéric II et Yolande de Brienne, survient une immigration de la noblesse d’Outremer et chypriote dans le royaume de Sicile, phénomène sans doute accentué avec la fin de l’Empire latin: Brienne comtes de Lecce, Bethsan, Denisy (ou Échinard de Denisy), Ibelin, Milly, dont certaines sont déjà liées aux familles immigrées avec Charles Ier et qu’elles n’hésitent pas à nouer, dans le royaume, de nouvelles alliances (Courtenay, Coucy, Sully – cette dernière est peut-être déjà implantée dans le royaume à l’arrivée de Charles Ier). Cette liste ne rapporte que les noms que nous avons pu effectivement retrouver et identifier. Rey 1869, Mayer 1982, Collenberg 1960, Runciman 1960.

72 Sicola, vol. IV, p. 181, p. 199. Porfile 1860.

73 Les seigneurs de Cancellara sont attestés, sous le patronyme de Cancellara, à la fin du XIIIe siècle. Leur origine reste obscure: provençale (Pietro de Fossa ou de Fossis)? Personnel curial sous Manfred? Quelque lien avec l’ordre de Saint Jean de Jérusalem implanté dans la région ? Pietro, seigneur de Cancellara et de Pietragalla, est fils d’Elena de Vaglio, et noue des alliances avec du personnel de l’administration angevine (Mabue, Palo, Messana) jusqu’à réaliser une parentèle avec les Aquino et les Brayda.

74 De Vajay 1962.

75 Pollastri 2000.

76 Sicola, vol. III, p. 774 (R.A. 1308 E f° 6v). À cette date, déjà veuve, elle réclame la succession de biens féodaux situés en Terre de Labour et Comté de Molise, pour les transmettre à son fils Aimerico. Il est précisé que Goffrido de Dragone et Francesco de Molisio, seigneur de Montefusco, ont donné en gage des biens en sa faveur. Ce sont sans doute des parents. Notons, par ailleurs, que les fiefs de Canciani, Festularum, Lentachii et Sancte Marie Invico ont été restitués, avant 1271, à Thomasius de Montefusculo et tunc tenet dominus Ambrosius Gallicus [Aimery de Souz] pro parte domine Jacobe uxoris sue, que fuit filia Guerrerii et dicti Thomasii filii (R.C.A., vol. II, p. 277). Les fiefs avaient été confisqués par Frédéric II. Jacoba di Montefusco est la mère d’Aymeric le Jeune. Aymeric le Jeune, d’après de Lellis, vol. III, part. 2, p. 1620 [R.A. 1299 B f° 165r] aurait été marié à Tommasia di Sanseverino.Aymeric le Vieux aurait été marié (mention en 1284 [R.C.A., vol. 27, p. 484, n° 65]) avec Floresia de Supino, veuve de Goffredo Terzarelli, seigneur de Santa Sofia et de Lavello (Basilicate). Elle est mère d’Ilaria de Souz, mariée avec Gentile di San Giorgio (1304).

77 Sicola, vol. III, p. 282 (RA 1304 C f° 33r). Elle est fille de Gentile de San Giorgio et de Sinisore de Rebursa, autre famille proche de Manfred et déclarée rebelle par Charles Ier. Cette union est doublée par le mariage entre Ilaria, fille ainée d’Aymeric et de sa troisième épouse Floresia de Supino, et le père de Tommasia, Gentile (Sicola, vol. IV, p. 565 [R.A. 1316 C f° 133v] et vol. III, p. 314 [R.A. 1304 E f°. 25v] et p. 483 [R.A. 1305-1306 D f° 90v]).

78 D’après De Lellis 1654, ad nomen. Mais les textes montrent qu’il existe aussi deux autres Ilaria, l’une fille de Aymeric le Jeune, l’autre mariée à Tommaso d’Aquino des comtes de Loreto. C. de Lellis, vol. III, pars 1, p. 1005 (R.A. 1322 C f° 1v); p. 358 et 359 (R.A. 1316 E f° 97v); p. 472 (R.A. 1332 C f° 272v et 273r). Sicola, vol. IV, p. 465 (R.A. 1315 B f° 71r). Après avoir épousé Pietro de Souz (avec une dot de 600 onces, Sicola, vol. IV, p. 465), Bartolomea di Capua se marie avec Goffredo de Jamvilla, avec une dot de 800 onces (Sicola, vol. IV, p. 712 [R.A. 1327 D f° 42r]).

79 Delille 1985, Musi 2007.

80 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, parchemins 1ère numération, n. 3 (27 janvier 1309).

81 Le 21 mars 1392, une sentence reçoit partiellement la demande de Martuccia Caracciolo contre son fils, Guglielmo Ruffo, comte de Sinopoli. Guglielmo réclamait l’intégralité des acquets constitués de meubles, de bijoux et d’espèces pécuniaires, tandis que Martuccia affirmait que tous les biens parafernaux étaient légitimement siens et ne constituaient pas de droit l’héritage de Guglielmo. Les juges rappellent que la dot et les acquets restaient à sa mère ; mais pour ces derniers (qui relevaient de la compétence testamentaire de Martuccia), la sentence instaure un « droit de rachat de part » du comte : il doit verser 300 onces d’or, correspondant au remboursement de la dot, et restituer un collier de perles. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Fasc. 19, parch. n. 3.

82 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, Carte, Miscelanea n. 375, doc. 1 (1418), f° 3v-8r.

83 Moscati 1934, p. 256.

84 Caravale 1971.

85 R.A. 1340 A f° 20v. Sicola, vol. IV, p. 1365.

86 Un autre exemple d’épouse dotée d’un patrimoine qui teste en faveur de son fils favorisant ainsi la création d’une nouvelle lignée par Margarita di Pavia. Vers 1250-1260, Folco, châtelain royal, frère de Pietro Ruffo, comte de Catanzaro, épousait une héritière, Margarita de Pavia, dame de Sinopoli, dont le fils fonde le rameau des Ruffo de Sinopoli vers 1250-1260, Folco, châtelain royal, frère de Pietro Ruffo, comte de Catanzaro, épousait une héritière, Margarita de Pavia, dame de Sinopoli, dont le fils fonde le rameau des Ruffo de Sinopoli. Pollastri 2001.

87 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, Carte, Privilegi, Istrumenti, fac. 314, doc. b (20 avril 1362).

88 Canio 1928. Le testament est inclus dans une copie du 4 septembre 1501 déposé auprès de l’église de Santa Chiara de Genzano, fondé par la testatrice. Aquilina Sancia appartient à la famille des Monteselicola qui comprend Palmerio de Monteselicola, archidiacre de Gravina et Jacobo de Sirignano, son neveu, chanoine du duc de Calabre, tous deux cités dans son testament. Elle serait la fille d’une certaine domina Diadema et la sœur de Guglielmo de Gravina. D’après le transcripteur, citant Mugnos, p. 164, sa fille Giacoma Marguerita est née de son union avec Arnaldus del Bosco, seigneur d’Alife et de Boiano (ou Arnao du Bosc, catalan, venu dans le royaume de Sicile avec la reine Sancia). D’après C. De Lellis, Aquilinia aurait été mariée seulement à Guglielmo de Bosco (peut-être fils d’Arnaldus), dont elle est veuve en 1326. R.A. 1324 C f° 179r et R.A. 1325-1326 O f° 84r, 92v. De Lellis, I, part. 1, p. 50 et III, part. 1, p. 1139 : In primis ipsa domina in praedictorum judicis, notarii et testium praesentia, jure Francorum vivens, non vi, non dolo neque suasione seducta, sed motu proprio sani animi ad id mota, sibi hæredem instituit damicellam Jacobam Margaritam, suam filiam, consortem magnifici juvenis Roberti de Sancto Severino, bonis mobilibus et stabilibus ubique existentibus præter quæ ad infrascripta legata pertinent. Voluit et mandavit quod quandocumque prædicta Jacoba decesserit, liberis non relictis, restituat hæreditatem restantem Catharinellæ de Alneto, nepoti suae, eiusdemque Jacobæ [filiæ], in eo casu prædicta dicta Catharinella succedat et succedere debeat in hæreditate prædicta.

89 Ainsi, en 1279-1280, Bertrand de la Baume obtient la licence de rentrer en Provence (R.C.A. 22.143.183). Barthélémy 1882, Noblemaire 1913, Smyrl 1968. La Provence est une base de repli lors du conflit avec la Couronne au milieu du XIVe siècle. Léonard 1932, t. II, p. 86.

90 Butaud 2008.

91 Elle est la fille du grand amiral, Ruggiero di Lauria, et de Severina d’Antengo, et veuve d’Ugo comte de Chiaromonte. Elle est dotée par son frère Carlo de 1 000 onces garanties sur le fief de Terranova. R.A. 1319 E f° 17r (Sicola).

92 R.A. 1319 E f° 17(Sicola); R.A. 1319 D f° 84v (Sicola).

93 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte n. 42 (copie du 9 juin 1336); régeste dans R.A. 1322 F f° 25r.

94 ASN, Arch. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 39v et 73v.

95 R.A. 1316 C f° 16r et 32r (Sicola, vol. 4, p. 538).

96 ASN, Arch. Ruffo di Scilla, cartulario n. 6, f° 94r-96r: vilis, senex, insalvate et mente capte. Antonio est qualifié par son grand-père de inobediens filius et suspectus, beneficiorum ingratus, pluris et diversis machinationibus insediatis ad vitam testatoris ejusdem.

97 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 39v (23 juin 1325), f° 42r (12 juillet 1325); cartulario n. 7, f° 4 (21 novembre 1323), f° 6 (21 août 1325), f° 13 (7 avril 1317), f° 42 (12 juillet 1317).

98 Brancoli Busdraghi 2002, p. 966.

99 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 43v (10 septembre 1325): Ego teneo pro pro me terram Sancte Christine que concesse est mihi per Regem.

100 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 35v (21 novembre 1324); cartulario n. 7, f° 33v (16 octobre 1333).

101 Léonard 1932, Faraglia 1929, Cutolo 1936.

102 La localisation du comté de Terranova est difficile. D’après Giustiniani 1797, vol. X, p. 171, il existait en Calabre citérieure, dans le diocèse de Rossano, une ville de Terranova pourvue d’un évêché. Giustiniani cite aussi, ibid. p. 172, en 1458, Tommaso Caracciolo détenteur du comté de Terranova, situé dans le diocèse d’Oppido Mamertina, près de Reggio.

103 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, n. 175 et 314. Le petit-fils de Ruggiero, Luca, a épousé Gozzolina Ruffo, fille de Nicola, comte de Catanzaro, et de Marguerite de Poitiers. Caridi 1995, p. 18, tav. I.

104 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 11 (16 septembre 1401), f° 20v et f° 30r (1 juillet 1402).

105 Cutolo 1972, p. 5-25.

106 Constitutions de Melfi, III, 26, édition Stürner 1996, p. 393.Les pratiques adoptées par les Angevins sont différentes de celles de l’ile de Sicile, plus souples. Caravale 1998, p. 224-227, Corrao 1997, Bresc 1986, p. 7.

107 Trifone 1921, p. 93-105.

108 Trifone 1921, p. 114-115.

109 Un troisième élément est affirmé en 1295. Les sous-fiefs sont entièrement gérés par le feudataire (concessions, destitutions, service militaire) qui garantit le service dû directement au roi dans le cadre de la levée générale.

110 Boyer 1997, p. 575-584.

111 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, privileggi, istrumenti n. 314, doc. A f° 1r (4 janvier 1421): cette expression pourrait être une transposition de l’expression que l’on trouve dans les diplômes royaux parlant de “fiefs anciens tenus par succession paternelle”, nous ajouterons “et par succession maternelle”.

112 Ibidem, f° 7r.

113 Ibidem, f° 2v.

114 Ibidem, f° 7r.

115 Ibidem, f° 1r.

116 Principe avancé en 1402. Luigi di Sanseverino, comte de Marsico, obtient le privilège qu’Enrico, comte de Terranova, « son parent », lui succède dans ses fiefs s’il vient à mourir sans laisser de descendance directe. Luigi et Enrico sont cousins au troisième degré. G. Delille 1989, p. 48. Il est réaffrimé en 1473 par Roberto di Sanseverino, prince de Bisignano, Carlo di Sanseverino, comte de Mileto, Barnaba di Sanseverino, comte de Lauria, et Galeazzo di Sanseverino, seigneur de Salandra qui déclarent que c’est dans la maison (domus, prosapia) des Sanseverino que sont transmis les biens féodaux, anciens et nouveaux, à l’exclusion des filles. En l’absence d’héritier direct, les fiefs peuvent être transmis à n’importe quel Sanseverino jusqu’au dixième degré de parenté, par ligne “descendante, ascendante ou transverse”. Visceglia 1983, p. 405-406.

117 ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, carte, privileggi, istrumenti n. 314, doc. A, f° 11r.

118 Cette partie reprend Pollastri 2011, p. 233-267.

119 Pour une synthèse, Verdon 2006.

120 Brancoli Busdraghi 2002, p. 955, Guerreau 1980, p. 191-194, Bonassie 2000, p. 21-50.

121 La définition veut rester la plus ouverte possible. Les feuda sont un ensemble « ferme + cultures, vignes, oliveraies et vergers ». Les détenteurs de feuda possèdent aussi des attelages. Certains peuvent avoir des biens propres (maisons et terrains agricoles). L’analyse des réalités régionales au fil du temps cherche à la préciser.

122 Visceglia 1988, p. 41-45 et p. 185-190. Citons aussi, Martin.

123 Massaro.

124 Visceglia 1988 p. 115-117. Homines ou vassalli, les exploitants détiennent des échoites et des feuda, terrains à concession perpétuelle et transmissibles aux héritiers. Si le seigneur décide de mettre en culture une part du dominicum, il les distribue à travers des contrats de location plus brefs ad laborandum.

125 Ainsi dans le cas particulier des labours, ils peuvent posséder 6, 3 ou 2 paires de bœufs/chevaux (zefgias ou attelage) et effectuer les labours avec 3 ou 1 ouvriers. Ceux qui n’ont qu’une paire d’animaux ne doivent qu’un labour. S’ils ne possèdent pas d’attelage, ils doivent accomplir les prestations personnelles avec 8 ouvriers. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17 (1335), fol. 20r à 21r par exemple.

126 Peut-être à cause de la réduction de leur taille par divisions successorales ou de la confusion de leur appellation, car ces deux types de tenures sont recensées sous l’unique appellation de censualia, et la pratique d’autres contrats agraires. En fait, le document calabrais révèle une transformation de nature juridique entre le début du XIIIe siècle et la fin du premier tiers du XIVe siècle. Ce n’est plus le seul bien réel qui confère le statut à l’homme, il le possède lui seul. La « platea » de 1205 liste les droits selon la nature juridique de l’immeuble (« de demanio », « aporia » ou « bona monasterii »). Celle de 1335 liste les droits (jura) des seuls homines : il y a ainsi des « jura hominum recommentati », des « jura burgisium », des « jura hominum terre » pour les biens domaniaux du comte où la société est la plus structurée, ou de simples « jura hominum villanorum et racommandatorum » pour d’autres biens. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17, fol. 31r-31v. Quelques documents apportent des informations sur ces « racommandati », souvent des propriétaires d’alleux qui entrent en dépendance volontaire, le bien leur étant restitué en tenure pour laquelle ils doivent loyer, cens et champart. L’avantage du comte est double : acquérir un immeuble à prix moindre et uniformiser la dépendance, tous les homines étant alors soumis aux statuts communaux et aux contrats agraires en vigueur dans le fief. Le tenancier conserve sa capacité de travail et entre dans le circuit d’économie agricole du comte : accès aux semences (prêts) et aux nouveaux contrats agraires élargis par le comte.

127 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17, fol. 42r-44r.

128 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cart. n. 17, fol 75v.

129 Inventarium 2006, p. 174.

130 ASN, Arch. Priv. Giudice Caracciolo, cassetta n. 89, parch. n. 1. Le casal est cédé par le prince de Tarente, mais il est tenu in capite de la reine. Les ventes peuvent s’effectuer contre le versement d’une taxe à la Cour, mais ne peuvent regarder les massariæ et les forêts royales.

131 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17. Le jus plateatici est un tribut sur les hommes inscrits dans le fief et consiste en “services et prestations réelles et personnelles”. Il est la base du pouvoir seigneurial. Il est l’expression d’un droit économique général sur toutes les transactions qui ont lieu sur le marché. Le document comprend aussi des ajouts postérieurs, souvent des entrées en dépendance, mais tous du XIVe siècle. Caruso 1944, p. 92.

132 Le mot, tel qu’il est employé dans le cartulaire, correspond à feudum (exemple : aporium dicti pheudi Tharisdoni, fol. 21r), que l’on retrouve dans la plupart des documents de la partie nord du royaume jusque dans l’inventaire des biens d’Onorato II Gaetani de 1491-93. Il renvoie, dans le contexte calabrais, à un bien libre et c’est bien dans ce sens que nous le retrouvons dans des actes de cession lors d’une entrée en recommandation au XIVe siècle. ASN, Ruffo di Scilla, Parte 2, Pergamene n° 36 (1298, 15 novembre), n° 40 (1305, 2 août), n° 55 (1316, 24 mai) parlent d’excadentia, d’échoites, tenures qui peuvent être l’objet de donations, cédées (louées) par un seigneur (Rainero di Longastreva) à un fermier (Malo de Mastroianni) dans l’acte n° 40. Par la suite on trouve aussi le mot « terra » puis l’expression d’assimilation à un « feudum ». C’est dire que la terminologie adoptée est celle que l’on retrouve en Campanie. Il s’agit bien de tenures, qui semblent d’une seule pièce, sur lesquelles se trouvent des bâtiments d’exploitation, des champs cultivés et des bosquets et qui sont parfois appelées aussi « casalia ». Ibidem, n° 47 (1312, 20 février) et n° 73 (1323, 5 mars). Mais, dans l’inventaire de 1205, le mot décrit une tenure composée de terrains non contigus – dispersés sur le territoire selon la variété des terrains agricoles et des cultures. Ces terrains ont pu être achetés ou cédés pour une obligation contractée (un baptême). Les détenteurs reconnaissent que ces biens-fonds sont tenus du comte d’après un contrat qui peut prévoir leur (re)mise en valeur (l’un d’eux plante des vignes). il n’est pas fait mention de bien personnels (Ruffo di Scilla, cart. 17, fol 19v) : Aporium Johannis Galoti : Cuius doma est tareni quattuor ; de quo est ortus unius qui rubate unius, in quo est airie(.) una, sicomorum et ficaire tre, cerasarie ; et iuxta viam et terras curie sunt nuces quatuor ; est et ortum qui quarti unius et casalium et est teram rubate unius ; in qua est sicomorus unius. Et in Catoporo est terra quartarunorum quatuor de eodem aporio iuxta viam. Et de eodem aporio in Argillusa est terra modietarum duarum vin(eas) pedes quatrucentos ; quas habebat magister Nicolaus Gali iuro empcionis a predicto Johane Galoti et fratribus ; et predictis Johannes plantaverat ipsum vineam totam novam quae debeant dominis Fulco magistro corasano pro eo que baptizaverat eum et que redat annuatim ferros. (blanc) est vineam predictam de Argillusa pedum mille noningentorum et in sancta marina in Inferiori parte est terra modietarum quatuor et in Alopudi est terra quartarunorum duorum et in passu Pantini est terra modietatis unius. Les aporia disparaissent de l’inventaire de 1335.

133 Dans la platea de 1205, nous trouvons businorum au lieu de pain.

134 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17, f° 31r, 32v, 33v.

135 ibidem, f° 30v, 56v, 74v, 94v.

136 Tharisias pour les moissons (θερίζω en grec); zefgias pour les labours (ζεύξος, joug).

137 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17, f° 56r.

138 ibidem, f° 15r.

139 Ibidem, f° 17r.

140 Ibidem, f° 4v.

141 D'une superficie d’une à trois thumenate (c'est-à-dire tomoli), ou comportant de 90 à 150 ceps

142 Ibidem, f° 38r.

143 Ibidem, f° 38r, 42r.

144 Ibidem, f° 37v, 47r, 48v, 52r, 52v.

145 Ibidem, f° 24r, 32r, 40v. L’inventaire recense dix autres Gerulli.

146 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 114v. Sur place, il est représenté par le conservator victualium, Lamberto Malarbi. Carlo avait acheté le blé à travers son conservator victualium Francesco Papagregorio. Sur les Papagregorio, voir ibidem, cartulario n. 17, f° 33v, 39v, 48v, 54r. Gregorio Papagregorio tient, en 1335, une vigne (10 grains de cens) et doit deux quarterons d’orge, deux zefgias, dix pains et deux poules pour les biens qu’il tient à San Procopio, dont une maison.

147 Pollastri 2005-2.

148 Inventarium 2006.

149 Les statuts communaux sont une forme de « dire le droit » et de montrer que le seigneur tutelle le bien public. Gentile 2005, p. 93-95.

150 À Vallecorsa, Onorato II a voulu imposer la collecte d’après les feux, selon une directive royale. Les habitants réclament l’abolition de cette pratique. Une taxe sur le sel est introduite à Sonnino. San Giorgio la Molara refuse l’introduction de l’office de mastrodattia (littéralement rédaction des actes ou greffe) auprès du capitaine. Notons, en passant, que tous les fours à pain sont banaux. Seulement à Ceccano existent deux fours «privés», qui doivent remettre au comte la moitié des fournées et 12 tomoli de blé.

151 Le manuscrit fait allusion à des modifications ponctuelles en 1473 à Piedimonte.

152 Le plus ancien statut auquel les Gaetani ont consenti est celui de Sonnino. Cristoforo Gaetani souscrit le texte stipulé le 2 septembre 1423, qui confirme et/ou modifie un document plus ancien, du XIIIe siècle. D’après Cardosi 1965, une copie est conservée près des Archives d’État de Rome, manuscrit de près de 80 feuillets ; mais l’auteur ne donne aucune référence à ce sujet. Tomassetti 1898, p. 320.

153 La lettre d’indulgence du 2 novembre 1458 du roi Ferrand en faveur d’Onorato II, de ses lieutenants et de ses vassaux pour l’assassinat de l’officier royal Nicola Minutolo souligne quod dictus Honoratus comes ejusque filius, locumtenentes (…) et officiales terrarum suarum (…) quibuscumque criminibus, excessibus, sceleribus sive delictis (…) crimine usurarum (…) impositionibus gabellarum et collectarum contra regni constitutiones., dans Regesta Chartarum, V, p. 173. La Couronne cède, en 1459, ses droits à Spigno et Le Fratte. Regesta Chartarum, V, p. 180 et p. 186.

154 Carocci 1988, Coste 1988.

155 Pollastri 2005-1.

156 Qui ont des giudici annali et le droit de corretura et scannello cioè tenere corte.

157 Un parallèle utile (unification des statuts juridiques, baron qui refonde la relation avec ses hommes, présence d’une communauté vigilante) sur un phénomène, la « réaction féodale », qui remonte dès le milieu du XIVe siècle, peut être fait avec la Provence, grâce à l’article de Bresc 2000.

158 Sur les troupeaux du comte, cf. les intructions de Caterina Pignatelli au notaire Landolfo de Giovanni d’itri, mastro massaro generale delle masserie di giumenti, bufale, scrofe, porci, pecore e capre de Fondi et de Traetto. ACR, Fondo Generale, C. 2381-III (1er septembre 1491). La comtesse possède, en société avec son époux in comuni et comuni soccida certam pecudum quantitatem in quadam massaria. ASN, Arch. Priv. Gaetani d’Aragona Cortes, Pergamene, Istrumenti, n° 234 (15 janvier 1490). Copie notariée des dispositions testamentaires d’Onorato II Gaetani d’Aragona en faveur de son épouse, Pollastri 1998, p. 431, n. 264 ; Regesta Chartarum, VI, p. 132 et suiv.

159 Pour une mise en parallèle entre la gestion des fiefs par Onorato II et les masserie regie, cf. Licinio 1998. Marino 1992.

160 Comme cela a déjà été étudié pour les Pouilles et la Sicile. Visceglia 1988, p. 143-163. Conclusions similaires pour la Sicile : Bresc 1986, p. 673-683.

161 Le champart (appelé aussi terratico) est entre un quart et un sixième des fruits, selon le type de culture. Il existe aussi des concessions adlaborandia pour la durée de trois générations: ce bail à complant permet la (re)mise en valeur d’une terre. Il s’agit d’une prestation de travail et de sa rémunération, même si le bail prévoit, quand il est à long terme, qu’une part du terrain mis en valeur est en possession permanente et héréditaire du locataire, le reste revenant au possesseur originel, qui reste maitre de relever la part assignée par prélation en cas de vente ou d’absence d’héritiers directs. Voir, par exemple, Burgarella 1993.

162 Cortonesi, Giammaria 1999. Sur la mise en valeur du domaine seigneurial et du terroir voir, pour le royaume de Naples, Benaiteau 1997. Pour une vue d’ensemble des conditions de dépendance dans les pays de la Méditerranée occidentale, La Servitude 2000, p. 633-1085.

163 Le cens est perçu pour les biens (maisons, jardins, vignes) situés dans l’habitat (bourg et dans sa proche ceinture). À Sperlonga, la distinction est faite entre les cens perçus pour les maisons et les cens perçus pour les champs, alors qu’ailleurs elle est absente.

164 Toubert 1995.

165 Visceglia 1988, p. 115-116.

166 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 65v.

167 Galasso 1992-1, p. 153 et p. 403.

168 Les possédants de San Giorgio, qui doivent les renditi au comte de Fondi, déclarent ne plus savoir pourquoi ils doivent les cens qui vont d’un grain à une dizaine de grains. Mais une « liste » exhibée les intime à s’acquitter de ce devoir, qu’ils accomplissent déclarant, ils tiennent à le faire souligner dans l’inventaire, “non sa perché rende”. Inventarium 2006, p. 215-222.

169 Barthélemy 2004.

170 Le casal de Solano, en 1339, par Guglielmo Ruffo de Sinopoli. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 7, f° 66 (21 mai 1339). Le comte de Sinopoli possède des homines dans ses biens libres situés dans des communautés urbaines, comme à Seminara, et dont l’augmentation naturelle participe à la pénétration comtale dans une communauté citadine, qui attire de nouveaux dépendants. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 17, n. 1, f° 89v (24 mars 1338); cartulario n. 7, f° 63r (17 avril 1338).

171 Le 14 janvier 1325, il remet à Guglielmo Ruffo, fils du comte de Sinopoli, la propriété d'un fief et de biens féodaux situés dans la terre de Gerace. Guglielmo cède ces biens contre un cens de vingt onces d'or, quinze taris, huit salmes de froment et huit salmes d'orge. Le 17 octobre 1325, Giorgio Zaccharia lègue, par testament, des biens féodaux, sans qu'il soit précisé s'il s'agit des précédents fiefs ou d'autres. Puis, le 16 mars 1334, Guglielmo Ruffo concède à Michele Cantono de Messine, sua gratuita volontate, un fief échu qui a appartenu à Giorgio Zaccharia, situé à Sinopoli dans le lieu-dit de Calvello. Le nouveau bénéficiaire doit rendre le service militaire d'un sixième de chevalier. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 34r (9 février 1324).

172 Le père de Guglielmo, Rainerio Longastreva, avait échangé des terres avec le comte de Sinopoli. Il lui cédait cinq pièces de terres, une couture et les cens qu'il possédait à Sinopoli contre deux pièces de terres, situées dans les dépendances de l'Hôpital de Sant'Antonio de Seminara, et d'autres terrains près du monastère de San Bartolomeo de Trigona, ainsi que des vignes. En 1341, Guglielmo de Longastreva, alors sous la tutelle de son oncle dominus Enrico de Longastreva, chevalier de Reggio, doit payer un cens perpétuel à Nicola Ruffo, pour les biens féodaux qu'il tient à Amendola, Bovalino et Vallis Futhie. Nicola Ruffo s'engage à garantir la possession pacifique des biens de Bovalino, dont il est le seigneur. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 7, f° 54v (5 mai 1336). En 1335, un Longastreva habite à Sinopoli (cartulario n. 17, f° 37v) ; cartulario n. 1, f° 70v (1331, reprenant un acte du 22 mai 1321); cartulario n. 7, f° 63r (17 avril 1338). Des pratiques identiques sont rapportées par Visceglia 1988, p. 115-131.

173 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 79 (17 mars 1345), f° 82v (5 janvier 1347). Les deux textes exposent les mêmes motifs de fuite. Citons, en particulier, le document de 1347: cum subscripti homines seu vassalli sunt de honore terrarum suarum Sinopoli et Sancte Christine, quos suos dixit esse angarios et parangarios ac ad personalia et realia servitia obligatos ad subscriptas terras et loca dicte vobis provincie in diminutionem servitii quod proinde facere comes eidem curie nostre tenetur (…) transtulerunt incolatum compelli eos redire ad habitationem pristinam locorum ipsorum et ad prestandum et faciendum hujusmodi personalia et realia servitia adque sibi tenetur tam pro preterito tempore quam antea successive benignius mandavimus.

174 ASN, Museo 99 C 8, parch. n. 6 (janvier 1303), n. 14 (juin 1305), n. 15 (juin 1305), n. 16 (juin 1305), n. 17 (août 1305), n. 18 (octobre 1305), n. 21 (juin 1306), n. 24 (janvier 1307), n. 27 (octobre 1307), n. 52 (mars 1314), n. 59 (juin 1316), n. 91 (août 1357), n. 19 (avril 1375), n. 22 (mai 1375), n. 57 (décembre 1377), n. 74 (février 1380).

175 Nous pensons, pour une confrontation utile, aux récentes réflexions dans Gengarle, Chittolini, Varassini 2005, en particulier Savy 2005.

176 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 460r.

177 Cutolo 1972, p. 142 ; Mazzoleni 1960, vol. II, p. 143, doc. n. CCC.

178 S’il faut chercher un domaine royal, il était en Sicile sous les Normands et, sur le continent, les « honneurs », mais bien plus encore les villes et enfin les fiefs eux-mêmes. Martin 1998, Oldfield 2009.

179 ASN, Arch. Priv. Pignatelli Aragona Cortès, parch. n. 81.

180 Cette percée urbaine est contemporaine de l'exercice d'un office royal, la capitainerie. Vers 1334, Guglielmo Ruffo est nommé capitaine de la ville de Reggio et capitaine de guerre le long de la côte entre Bruzzano et Bagnara. C'est, peut-être cette double fonction qui lui vaut, en 1339, les dénominations de « chambellan ou capitaine général de Calabre ». En 1340, il est capitaine non seulement de Reggio, mais aussi de la ville de Gerace, où il posséde des biens féodaux depuis une quinzaine d’années. Il doit veiller « à la garde du royaume » et porte le glaive du prince. Ces pouvoirs sont énormes. Il en abuse d'ailleurs. En 1337, deux plaintes, l'une du nouveau capitaine de Reggio et l'autre de l'archevêque de la ville, dénoncent la construction de maisons contre les remparts de la ville et le transfert d'habitants depuis les terres du comte. Les deux parties lésées font appel au roi, le capitaine, parce que des taxes n'ont pas été payées à la Cour, et l'archevêque, parce qu'il voit d'un mauvais œil l'installation d'un seigneur laïc. Celui-ci se borne à donner les instructions suivantes : si les habitations et les tours ont été construites de façon frauduleuse, il faudra les abattre. Le roi ne conteste ni l'installation en ville des comtes de Sinopoli, ni la construction de tours, ni le transfert d'habitants, il réclame seulement le paiement des taxes. Il se montre même favorable à ce qu'un seigneur laïc pénètre au sein d'une communauté urbaine, jusque-là régie par ses propres habitants, et crée un îlot de pouvoir personnel. Le cas des Ruffo de Sinopoli est bien le seul exemple connu, pour le XIVe siècle, d'une politique de domination territoriale aussi bien orchestrée, renforcée par des élections de sépultures urbaines.

181 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 119. Sur le conflit qui s’est rallumé entre le comte de Sinopoli et l’archevêque de Reggio, en février 1417, au sujet de la terre de Bagnara, voir ibidem, cartulario n. 2, f° 114r, 116v, 1008r.

182 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 135r, 181v.

183 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 2, f° 171r.

184 D’autres familles de l’aristocratie napolitaines obtiennent des capitaineries de cités aux marges de leurs possessions féodales. Cette expansion extra-féodale traduit le pouvoir détenu par le membre d’un lignage comtal, cette potestas ou force judiciaire, le pouvoir de « dire le droit », juridique, policière et militaire, traduite parfois aussi à travers l’obtention de charges administratives plus amples (justiciers de la province où ils possèdent leurs fiefs comme Nicola Gaetani comte de Fondi et justicier de Terre de Labour, ceci dès 1347, ou Cristoforo Gaetani, vice-gérant de Terre de Labour en 1406 (Pollastri, 1988, p. 285, n° 174, p. 316, n° 201). L’obtention de pouvoirs « policiers » sur une ville peuvent être un co-adjuvant, une fonction-rente en réalité comme le furent les châtellenies des années 1266-1269, d’une insertion dans l’appareil d’état comme pour les Grimaldi, capitaines de Policastro au début du XVe siècle. Un cas intéressant est à signaler : quand, en 1306-1307, Roffredo/Loffredo Gaetani revendique la seigneurie sur Traetto, contre sa belle-mère Giacoma di Catanzaro – le fief constitue son douaire – et le titulaire, Berardo di Quintavalle, il en est le bailli (Pollastri, 1988, p. 206 n° 87, p. 216 n° 95 et 96, p. 220 n° 107, p. 235 n° 116).

185 Pécout, 2001, paragraphe 38.

186 À partir de 1405, on trouve aussi de plus en plus mention de vente de fiefs entre feudataires comme, par exemple en 1407, la terre d’Ailano par Cristoforo Gaetani (Pollastri, 1998, p. 320, doc. 204) ou, en 1422, de la terre de Pomigliano par Agliasio di Tocco à Pietro Orsini, comte de Nola (ASN, Arch. Priv. Tocco di Montemiletto, carte n. 43, f° 204r).

187 Moscati 1934, p. 1-14.

188 En 1340, Guglielmo Ruffo est capitaine de la ville de Reggio avec le droit de “porter le glaive du prince”. ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 1, f° 109v.

189 Faraglia 1904, p. 3, p. 151 ; Croce 1957, p. 57, 227, 232, 280 ; Léonard 1967, p. 471-472 ; Galasso 1992-2, p. 233-234.

190 « Ai baroni (…) piacea che si avessi diviso il Regno e mantenersi in quello stato lasciandogli Napoli e restando a loro assoluto dominio di quelle provincie ». Di Costanzo 1582, vol. III, p. 212-213.

191 Fodale 1973, p. 154.

192 Fodale 1973, p. 199 ; Di Costanzo 1582, p. 273-274, 185-286, p. 291-295, p. 341-346.

193 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, cartulario n. 6.

194 Pollastri 2008-2.

195 Seigneurs de Minervino et comtes de Sant’Agata.

196 Duc de Venosa.

197 Ils rejoignent Charles III. Ils deviennent comtes de Sant’Angelo (enlevé aux Joinville/Gianvilla) et de Montorio sous Ladislas, puis logothètes sous Ladislas et Jeanne II. Les Macedonio de Naples adhèrent Charles III. Sous Jeanne II, Pietro Macedonio est maréchal du royaume. Summonte 1675, p. 594-596.

198 Seigneurs de Corigliano.

199 Jeanne II paie les services des condottieri sur des comtés. Manfredi da Barbiano devient comte de Conversano, Braccio da Montone reçoit Montorio, Carlo Cossa d’Ischia obtient Bellante, tandis que les Sforza sont maintenus dans leurs possessions, Francesco Sforza obtenant le comté d’Ariano de Louis III d’Anjou.

200 Alvito, Borgensa, Calvi, Campobasso, Cerretto, Caiazzo, Canosa, Gerace, Lauria, Loreto, Manopello, Matera, Morcone, Nocera, Polcino, Sarno, Trivento et Tagliacozzo. Certaines créations ne durent que le temps du règne de Ladislas, comme Trivento, Campobasso, Morrone, Troia, Ascoli et Minervino. Certaines seigneuries sont élevées au rang comtal, comme Popoli et Traetto.

201 Seigneurs de Marsico, de Chiaromonte, de Lauria, de Capaccio, de Matera, d’Altomonte, de Corigliano, de Belcastro, de Mileto, de Nicastro et de Terranova.

202 Seigneurs de Catanzaro, Sinopoli, Montalto, Arena, Gerace et marquis de Crotone.

203 Ils détiennent Conversano, Lecce et Soleto.

204 R.C.A., vol. 34, n. 44 (28 octobre 1423).

205 Galasso 1992-2, p. 283 ; Faraglia 1904, p. 57-58.

206 Ascoli, San Valentino, Atri, Montorio, Loreto, Popoli, Albe, Celano, Tagliacozzo, Alvito, Fondi, Traetto et Sessa.

207 Alife, Calvi, Cerreto, Caiazzo, Caserta, Arienzo, Acerra, Avellino, Nola, Montoro, Sarno et Nocera.

208 Il en est ainsi pour les nouvelles règles successorales. En 1419, Ottino Caracciolo, grand chancelier et seigneur de Nicastro, obtient l’autorisation de transmettre son fief à ses frères Riccardo et Luigi s’il n’a pas d’héritiers directs. Ammirato 1580, vol. 1, p. 115 ; Delille 1988, p. 50.

209 Trifone 1921, p. 347, doc. 231.

210 ASN, Arch. Priv. Ruffo di Scilla, Cartulario n. 2, f° 626r.

211 Les comtes de Marsico pratiquent des unions privilégiées avec les comtes de Chiaromonte et de Potenza entre 1404 et 1420. D’une part, ils veulent maintenir l’avantage territorial acquis en Calabre grâce au mariage avec l’héritière des comtes de Corigliano, Margarita, fille d’Ilaria di Sanseverino, des comtes de Mileto et Belcastro, et de Filippo di Sangineto. D’autre part, ils veulent endiguer l’étiolement de la lignée des comtes de Chiaromonte. Enfin, ils désirent atténuer les risques de conflit avec les Ruffo et leur offrir un repli lignager possible. Margherita di Chiaromonte est mariée à Aimerico, comte de Capaccio, qui a une fille légitimée, Chiarella, mariée à Ottavio di Sanseverino, des comtes de Potenza. Chiarella réclame l’héritage de son « cousin au troisième degré », Ruggiero, comte de Chiaromonte, père de Margherita. Ruggiero, décédé en 1430, avait bien un fils, dont nous perdons la trace. ASN, Arch. Priv. Sanseverino di Bisignano, Cartulari n. 314 et 375.

212 Sur le concept de « reféodalisation », Galasso 1992-2, p. 51, p. 377. Il reprend les démonstrations de Nikschke 1965, p. 242, et de Bresc 1983, p. 244-249. Plus récemment, Cuozzo 1998, p. 523-525.

213 Gilli 1998 ; Carozzi 1998 ; Barbero 1981 ; Aurell 2000, p. 768.

214 Citons un exemple. Poursuivant une ascension sociale sous les Angevins, les Rufolo, famille marchande de Ravello, n’hésite pas à transformer son blason, y insérant trois fleurs de lys, dès 1272 (ambon offert par Nicola Rufolo à la cathédrale de Ravello en 1272). Widemann 2000, p. 124 et fig. 4 et 5.

215 En comparaison avec l’évolution dans l’ile de Sicile. Epstein 1996. Voir aussi Corrao 1997 ; Bresc 1998, p. 576, p. 595, p. 598-599. Sur les thèses d’Epstein et de Bresc, Corrao 1988, et la position radicale de Mineo 1989. Une réponse dans Bresc 2002.

216 Di Costanzo 1582, p. 737-747.

217 Aurell 2000, p. 754-763.

218 Aurell 1996, Caron 1997, Contamine 1997.

219 Bidet 2000, Pécout 2000, Pollastri 2000.

220 Pour un parallèle sur l’aristocratie comme force sociale dominante, par rapport à la monarchie, voir le cas de la famille castillane des Lara, étudié par Doubleday 2001.

221 Sont reportés en gras les comtés existants sous les Normands. En dehors de ces cas, les comtés sont des créations angevines: la date correspond alors à l’élévation du fief à comté. Sont indiqués les noms de la première famille titulaire avec la date de la première détention. Toute nouvelle date, tout nouveau nom, correspond à la nouvelle inféodation à un bénéficiaire différent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Pollastri, « L’aristocratie comtale sous les Angevins (1265-1435) », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrm.revues.org/1110 ; DOI : 10.4000/mefrm.1110

Haut de page

Auteur

Sylvie Pollastri

Université de Bari « Aldo Moro », sylvie.pollastri@uniba.it, sylviepollastri@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org