Navigation – Plan du site
Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge

Monastères et espace urbain au haut Moyen Âge

Deux exemples en Bourgogne, Autun (province ecclésiastique de Lyon) et Auxerre (province ecclésiastique de Sens)
Michèle Gaillard et Christian Sapin

Résumés

Dans les deux villes épiscopales de Bourgogne étudiées ici, Auxerre et Autun, les sites choisis pour l’établissement des monastères peuvent être en partie déterminés par leur fonctions, plus ou moins contraignantes. Le cas le plus fréquent en ville est celui des communautés de moines installées, aux VIIe-VIIIe siècles, pour desservir une basilique funéraire ou un tombeau. Cette fonction implique une situation extra muros quelle que soit l’ancienneté de la fondation de la basilique. Il est rare qu’on implante en ville un monastère au sens strict, c’est-à-dire une communauté d’ascètes ; celles-ci sont implantées en dehors des murs mais, même si le rempart permet de les isoler de la ville, elles restent en relation avec celle-ci par des fonctions symboliques. À la différence de ce qui est attesté à Autun et presque partout ailleurs en Gaule, les communautés de femmes d’Auxerre sont situées à l’extérieur de la ville, mais très éloignées ce qui les assimile à des monastères ruraux.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie d'un dossier composé des actes des deux journées d’études organisées à Nice en avril 2009 et à Rome les 20 et 21 novembre de la même année, sur le thème « Espaces monastiques et espaces urbains de l’Antiquité tardive à la fin du Moyen Âge ».

Texte intégral

Introduction

1La rareté et le caractère souvent allusif des sources écrites rendent dans la plupart des cas difficile, voire impossible, de mesurer l’impact et l’influence des fondations monastiques dans l’aménagement de l’espace urbain pendant le haut Moyen Âge. En revanche, grâce à l’apport des données archéologiques, il est parfois possible de se rendre compte des problèmes que souleva l’intégration dans l’espace nouvellement urbanisé de monastères restés longtemps à l’écart de la ville et en marge de son développement.

2On s’attachera ici à l’étude de deux cas de villes épiscopales de Bourgogne, Auxerre et Autun, qui, l’une et l’autre, ont bénéficié de l’attention des rois francs, mérovingiens puis carolingiens, en partie à cause de leur inclusion dans un territoire autrefois soumis aux rois burgondes, du prestige de la ville antique pour Autun et de l’existence d’un prestigieux saint patron pour Auxerre, et où des recherches archéologiques récentes ont permis de préciser nos connaissances.

3Après un bilan analytique, présenté sous forme de tableaux, des données textuelles et archéologiques concernant les fondations monastiques du haut Moyen Âge (VIIe-IXe siècles), et la présentation des plans de situation de ces monastères anciens, trois aspects mieux documentés que les autres retiendront notre attention : la situation des monastères dans l’espace urbain, les relations entre les monastères et le peuplement urbain, et enfin les fonctions de ces monastères.

Les fondations monastiques du haut Moyen Âge (VIe-IXe s.), état de la documentation.

AUTUN

Monastères

(par ordre chronologique d’attestation du site)

Premières attestations d’un édifice et d’un monastère

Données archéologiques

1a. Sainte-Marie

Lettre de Grégoire le Grand à Brunehaut (602) :

XIII, 7 : Epistolis autem vestris indicantibus agnoscentes ecclesiam vos sancti Martini in suburbano Augustodonensi atque monasterium ancillarum Dei nec non et xenodochium in urbe eadem construxisse valde laetati sumus et gratias omnipotenti Deo retulimus, qui cordis vestri sinceritatem ad haec operanda compungit ; voir aussi lettres XIII, 11, 12 et 13 de la même année. (Gregorius 1899, p. 371-381)

Crypte probablement carolingienne. (Sapin 1986, p. 37-41)

Fragment de chancel du IXsiècle retrouvé à proximité de l’abbaye Sainte-Marie-Saint-Andoche (Sapin 1986, p. 218-219).

1b. Xenodochium

Aucune (emplacement inconnu).

1c. Saint-Martin

Aucune, mais sépulture de la reine Brunehaut mentionnée au XIe siècle : deux fragments d’un sarcophage attribué à la reine Brunehaut (+613) sont conservés au Musée Rolin.

Fragments sculptés et chapiteaux de marbre fin Ve début VIe s. (Sapin 1978)

2. Saint-Symphorien

Grégoire de Tours (Historia Francorum, II, 15) : Basilica beati Symphoriani Augustonensis martyris ab Euphrenio presbytero aedificata est. (Grégoire 1951, p. 64)

Vie de saint Germain de Paris (fin VIe s.) : Dehinc a pontifice Nectario abbas ad sanctum Synphorianum merito dignus adsiscitur. Quanta vero inibi abstinentia vixerit, quantis quoque vigiliis continuando duraverit, quibus elemosinis profusus extiterit, illa res una testis est, cum iam, rebus reliquis pauperibus erogatis, nec panis ipse resideret, quatenus fratres reficerent, qua de re insurgentibus adversum se monachis, retrudens se in cellula, amare flevit et doluit. (Fortunat 1920, p. 374)

Testament de l’évêque Ansbert (696) :

Ecclesia sancti Symphoriani ad suos clericos pascendos… (Déléage 1936 p. 5-9)

Plaque à l’agneau, fin du Ve s. (musée Rolin) ; sarcophage du VIIs. (Autun-Augustodunum 1987, p. 377-378)

3a. Saint-Étienne

Grégoire de Tours (In Gloria Confessorum, 72, 76) : basilica S . Stephani quae huic coniugitur cimeterio. (Grégoire 1969, p. 340-341 et 343-344)

Vestiges vus par Ruinart avant la destruction en 1774.

Découverte de sarcophages et de débris de sépultures d’époque mérovingienne.

Diplôme de Charles le Chauve de 843 :

Monasterium sancti Petri seu sancti Stephani in suburbio eiusdem ciuitatis. (Tessier 1982, n° 227, p. 5-7)

3b. Saint-Pierre L’Etrier

Fouilles menées en 1982-1984 : à l’ouest de l’édifice médiéval (IXe-XIe s.), un mausolée, datable des premières années du IVe s. ; développement des inhumations au nord-est et à l’ouest ; à cet emplacement, une épitaphe chrétienne et d’autres à proximité ; à l’est, deux amorces de murs, datables du Ve siècle, indiquant le départ d’une abside.

Authentique de reliques (VIIe-VIIIe s.) :

Hic sunt reliquias sancty Cassiano qui in cemyterio sancto Petro requiiscit in Aeduo ciuitatis, ibi Agusteduno. (Atsma et Vezin 1985, n° 25, p. 89)

AUXERRE

Monastères

(par ordre chronologique
des premières attestations
du site)

Premières attestations d’un édifice et d’un monastère

Données archéologiques

1. Saints-Côme-et-Damien (Saint-Marien)

Vie de saint Germain (fin Ve s.) : Qui duplicem uiam Christo ad profectum religionis instituens, in conspectu oppidi, interposito Icauna flumine, monasterium conlocauit ut ad fidem catholicam populi et congregationibus monachorum et ecclesiastica gratia raperentur. (Constance 1929/1965, p. 254/p. 130-131)

Règlement de l’évêque Aunarius : monasterium quod sanctus Germanus construxit ubi sanctus Marianus requiescit. (Gestes 2002, 19, p. 77)

Gesta des évêques : monasterium in honore sanctorum martyrum Cosme et Damiani ubi et monachos esse constituit, eorumque stipendiis hec predia delegauit. (Gestes 2002, 7, p. 37)

Aucune. Détruit en 1358.

2. Saint-Germain

Grégoire de Tours (Historia Francorum, V, 14) : cum [Meroveus] iter ageret per Audisiodorensima territurium, ab Erpone duce Gunthchramnie regis conpraehensus est. Cumque ab eo deteneretur, casu nescio quob dilapsus, basilica sancti Germani ingressus est. (Grégoire 1951, p. 207-208)

Donation de l’évêque Ainmarus (1ère moitié du VIIIe s.) : Dedit […] basilice sancti Germani ad stipendium monachorum, villam… (Gestes 2002, 27, p. 131)

Gesta des évêques d’Auxerre (fin du IXe s.) : Locus sepulcri huius tum quidem perexiguum erat oratorium in suo ipsius praedio martyris Mauritii meritis dedicatum. (Gestes 2002, 7, p. 39)

Vestiges de la villa du IVsiècle, de l’oratoire-mausolée de Germain établi au Ve siècle et des différentes reconstructions de l’église entre le VIe et le IXe siècle, en particulier de la crypte carolingienne conservée avec ses peintures.

Plusieurs dizaines de sarcophages inhumés entre la fin du Ve et le Xe siècle.

3. Saint-Martin

Règlement d’Aunarius (fin VIe s.) : basilica domi Martini. (Gestes 2002, 19, p. 77)

Testament de Desiderius (début VIIe s.) : Monasterio puellarum quod in honore domni Martini ultra fluuium Ichaune est constructum. (Gestes 2002, 20, p. 105)

Fouilles de sauvetage en 1968/71 : restes d’une première église et un ensemble de sarcopages pouvant dater des VIe-VIIe s. (Intellectuels et artistes 1990, p. 12-16)

4. Saint-Julien

Charte de l’évêque Palladius (634/637) : me cellam siue coenobium in suburbano Autissiodorensi construxisse in basilicis tribus id est domnae Mariae perpetuae uirginis et domni Andreae apostoli et sancti Iuliani martyris… (Quantin 1854, p. 7-9)

Règlement liturgique de Tetricus (fin VIIe siècle) : Basilica monasterii sancti Iuliani. (Gestes 2002, 24, p. 119)

Diplôme de Charles le Chauve (877) : …pars sancti Iuliani eiusdemque monasterii sancti monialium… (Tessier 1952, n° 438, p. 480-482).

Gesta des évêques d’Auxerre (fin du IXe s.) : Fecit et monasterium sancti Iuliani martyris ubi aedificauit basilicam alteram quam in honore sancte Dei genitricis Marie dedicauit quod monasterium uirginum esse constituit quod ante ipsum infra muros cuitatis paruo ambitu constructum uirorum fuisse certissimum est. Nam et id monasterium maximis edificiis extulit ac muro undique circumcinxit. (Gestes 2002, 21, p. 113)

Seul l’emplacement est connu par les vestiges de l’époque médiévale ; en l’absence de fouilles, aucune trace, ni mobilier pour le haut Moyen Âge

5. Notre-Dame-la-D’Hors

Charte de l’évêque Vigilius (v. 680) :

Sancta uenerabilis basilica domnae Mariae genitricis Domini […] quam opere meo in suburbio murus ciuitatis de Althisiodero uisi fuimus construxisse […] uel monachis ibidem desseruientibus… (Quantin 1854, p. 17-21).

Gesta des évêques d’Auxerre : monasterium in suburbio ciuitatis Autissiodorensis construxit quod pluribus ditatum muneribus […] in honore sanctae Dei genitricis Mariae dedicauit ; quod etiam muro circumcingens monachorum esse constituit simulque xenodochium pauperum ibidem esse precepit. (Gestes 2002, 22, p. 115) 

Aucun vestige attesté

L’emplacement des monastères dans l’espace urbain : deux situations contrastées

  • 1 Balcon-Berry 2008.

4Les deux cités d’Autun et d’Auxerre sont pourvues de remparts, mais les deux plans, à la même échelle, rendent compte de la disparité de ces deux villes : dans le cas d’Auxerre un castrum réduit (moins de 6 ha) dominé par la cathédrale ; dans le cas d’Autun, une enceinte romaine si démesurée (près de 200 ha) qu’elle suffit au développement de la ville jusqu’au XIXe siècle et qu’il apparut nécessaire d’enclore le quartier de la cathédrale1. Il est donc évident que le choix de placer un monastère en dehors de l’espace remparé n’a pas exactement la même signification à Autun qu’à Auxerre.

  • 2 Gregorius 1899, p. 376-377.

5Excepté dans les cas où les monastères s’installent auprès de basiliques funéraires, il n’y a pas, à Autun, de nécessité d’implanter des monastères en dehors de la ville : l’isolement peut tout aussi bien être garanti, en même temps que la sécurité, en plaçant le monastère à l’intérieur des remparts antiques dans une zone peu construite. C’est ainsi que le monastère Sainte-Marie fondé par Syagrius et Brunehaut est installé à l’intérieur de la ville, probablement à l’emplacement du monastère Saint-Andoche, attesté au IXe siècle. En revanche la fondation du monastère Saint-Martin en dehors de la ville remparée est un choix probablement motivé par la volonté d’y établir la sépulture de la reine. Malgré sa fondation relativement tardive, Saint-Martin s’apparente donc aux basiliques funéraires qui entourent déjà la cité, Saint-Symphorien, Saint-Pierre et Saint-Étienne, qui devinrent ensuite des monastères. La situation du xenodochium n’est pas connue mais, de par sa fonction d’accueil, cet établissement, dirigé par un abbé et peuplé de moines (lettre de Grégoire le Grand2), était sans doute situé près d’une porte de la ville, mais à l’intérieur, où la place ne manquait pas.

  • 3 À Metz, Trèves, Reims, Soissons, et probablement aussi à Laon, les monastères de femmes sont situés (...)
  • 4 Gesta des évêques d’Auxerre, cf. tableau ; interprétation différente de celle de Jean-Charles Picar (...)
  • 5 Cf. tableau supra.

6La répartition dans l’espace des monastères d’Auxerre est plus originale : les deux monastères de femmes sont situées en dehors des remparts et même assez loin, ce qui est très rare dans le Nord de la Gaule3 : l’isolement de Saint-Martin est même renforcé, puisqu’il est situé sur l’autre rive de l’Yonne tandis que Saint-Julien, situé tout près de la route d’Autun à Sens, au sud de la ville, serait issu du transfert d’un monastère ancien, trop à l’étroit dans la ville4. Que cette assertion des Gesta soit exacte ou non, la mention faite d’un mur correspond sans doute à la situation de la fin du IXe siècle, sans que l’on sache si la construction de ce mur a été faite par mesure de sécurité ou par volonté de garantir l’application de la règle. Quant au xenodochium , une mention en fait une dépendance de la cathédrale Saint-Étienne et il semble donc qu’il ne s’agisse pas dans ce cas d’un édifice autonome5 ; les Gesta attribuent aussi cette fonction au monastère Notre-Dame situé en dehors de la ville. Les deux fondations liées à saint Germain, le monastère Saints-Côme-et-Damien et le monastère Saint-Germain, sont situées en dehors des remparts, mais en sont bien plus proches que ne l’étaient les monastères de femmes. Cette localisation est sans surprise puisque l’oratoire Saint-Maurice, fondé par Germain, était destiné à accueillir sa sépulture. En ce qui concerne le monastère des saints Côme et Damien, la volonté de Germain de s’isoler de la ville lors de ses retraites dans ce monastère, à l’image de saint Martin à Tours, explique sans doute ce choix, mais la contrainte de l’espace disponible et la localisation des possessions de Germain y sont peut-être aussi pour quelque chose.

7Le bilan est donc très contrasté : il n’y a, à Auxerre, pendant le haut Moyen Âge, aucun monastère à l’intérieur de la ville, pas même de monastère de femmes ; en revanche à Autun, seule leur vocation funéraire incite à installer les monastères à l’extérieur des remparts.

Monastères et peuplement urbain

8Les relations entre les monastères et le peuplement urbain peuvent se décliner dans ces deux villes de trois façons différentes.

9Quelques monastères situés dans la ville, ou très proches d’elle, s’insèrent dans la trame urbaine préexistante : c’est le cas des deux monastères fondés par Brunehaut à Autun – Sainte-Marie et le xenodochium – et du monastère Saint-Julien d’Auxerre. Ce dernier a été construit non loin de la ville du Ier siècle et des fouilles préventives ont attesté la présence d’occupations antiques à proximité ; son église Saint-Martin devient même église paroissiale, puis le monastère est entouré de remparts au IXe siècle.

10À Auxerre, deux monastères proches de la ville deviennent, à des époques différentes, des centres du développement de nouveaux quartiers. Autour de Saint-Germain d’Auxerre, s'implante un bourg, pourvu d’une église au Xe siècle ; l’ensemble est ensuite englobé dans l’enceinte urbaine. Notre-Dame la D’Hors, construite au milieu des vignes, comme l’indique la charte de fondation, est entourée d’un rempart au IXe siècle puis englobée dans le rempart urbain au XIIe siècle.

  • 6 Toutefois, des fossés du haut Moyen Âge avec du mobilier résiduel haut Empire ont été mis au jour à (...)
  • 7 Constance 1929/1965, 9, p. 256-257/138-139 : « une barque est envoyée, l’évêque traverse et il est (...)
  • 8 Merlange et Sapin 1990.
  • 9 Pouillé 1648.

11Les monastères les plus éloignés ne sont insérés dans l’habitat qu’à la fin du Moyen Âge, voire plus tard. Les sites de Saint-Symphorien6 et de Saint-Martin d’Autun, très à l’écart de la ville médiévale, n’ont pas attiré de peuplement et sont restés ruraux tout au long du Moyen Âge et au-delà ; ce n’est qu’à la fin du XXsiècle qu’ils ont été atteints par l’urbanisation. À Auxerre, Saint-Côme-et-Saint-Damien (Saint Marien) et Saint-Martin sont séparés de la ville par l’Yonne. À l’époque de saint Germain, on s’y rend en barque depuis la ville7 ; le premier pont n’est connu qu’en 1266 par une ordonnance Louis IX ; ils restent donc relativement isolés jusqu’en plein XIIIe siècle. La découverte de sarcophages atteste leur vocation funéraire au haut Moyen Âge8. À partir du XIIe siècle, un habitat s’est sans doute développé puisque le pouillé précise que l’église Saint-Marin est une église paroissiale9, cependant aucune trace de cet habitat n’a été repérée.

12Dans les deux villes étudiées, les fondations les plus éloignées du noyau urbain restent donc durant le haut Moyen Âge et au moins jusqu’au XIIe siècle dans un relatif isolement.

Les fonctions des monastères

  • 10 Vita Sadalbergae 1910, p. 62-63.

13La topographie urbaine et le site choisi pour l’établissement du monastère peuvent être en partie déterminés par les fonctions attendues de ces communautés. Ces fonctions sont plus ou moins contraignantes du point de vue de la topographie et du site. Ainsi, un monastère destiné à des femmes ne peut être totalement isolé. Soit la communauté de femmes possède son propre clergé, ce qui est attesté dans des monastères ruraux (par exemple Jouarre en Brie ou Remiremont dans les Vosges, au VIIe siècle), soit des clercs voisins, moines ou non, desservent la communauté, ce qui est plus facile en ville. Ainsi à Auxerre, les moines de Saint-Côme-et-Saint-Damien peuvent remplir cet office pour Saint-Martin, les clercs de la cathédrale ou les moines du xenodochium pour Sainte-Marie d’Autun. À Saint-Julien d’Auxerre (si l’on accepte le récit des Gesta décrivant la fondation initiale d’un monastère d’hommes intra muros ensuite transféré hors des murs pour avoir davantage d’espace et alors transformé en monastère de femmes) on peut supposer qu’une petite communauté d’hommes est resté au service des religieuses, comme on le constate à la même époque (VIIe siècle) à Sainte-Marie de Laon10.

14Le cas le plus fréquent en ville est celui des communautés de moines installées, aux VIIe-VIIIsiècles, pour desservir une basilique funéraire ou un tombeau. Cette fonction implique une situation extra muros quelle que soit l’ancienneté de la fondation de la basilique, comme on peut le constater à Saint-Germain d’Auxerre, Saint-Symphorien d’Autun et Saint-Martin d’Autun.

15Il est rare qu’on implante en ville un monastère au sens strict, c’est-à-dire une communauté d’ascètes : à Auxerre, l’isolement des moines de Saints-Côme-et-Damien et de Notre-Dame la D’Hors est garanti par la rivière pour l’un, par la distance et la construction d’une enceinte pour l’autre. La fonction de Xenodochium, hospice pour les pèlerins et les pauvres, situé à l’entrée de la ville, est à l’origine de l’une des deux fondations de Brunehaut à Autun tandis qu’à Auxerre, cette fonction n’est attestée que tardivement (à la fin du IXe siècle) pour Notre-Dame la D’Hors et n’implique alors pas une situation particulière.

  • 11 Constance 1922/1965, 6, p. 254/130-131 : Qui duplicem viam Christo ad profectum religionis institue (...)
  • 12 Leclercq 1907, c. 3211-3212 ; Morin 1912.

16Dans certains cas, même si le rempart permet d’isoler les monastères de la ville, ceux-ci restent en relation avec elle par des fonctions symboliques. À Auxerre, Germain, le fondateur du monastère Saint-Cosme-et-Damien, souhaitait que les habitants de la ville puissent avoir devant les yeux l’exemple donné par la vie monastique, tout en préservant la solitudes des moines : « instituant une double voie vers le Christ pour le progrès de la piété, en vue de la ville, de l’autre côté de l’Yonne, il fonda un monastère pour attirer les foules à la foi catholique et par les communautés monastiques et par le rayonnement du clergé11 ». À Autun, le rempart donne l’image d’une limite et d’une mise à distance mais les édifices extérieurs à l’enceinte urbaine sont reliés à la ville par la liturgie stationnale. Parmi les stations des Rogations, on trouve in Sancto Petro, in Stephano (les églises cimétériales) mais aussi in Sancto Martino (le monastère Saint-Martin)12. Les processions des Rameaux à la fin du Moyen Âge reflètent encore ce parcours.

Conclusion

  • 13 Université du Maine ; je remercie Jacques Biarne de m’avoir autorisée à utiliser le résultat global (...)

17Cette étude montre la difficulté de dresser une typologie des relations entre monastères et espace urbain pour le haut Moyen Âge (VIe-IXe siècles). Dans les années 2003-2004, dans le cadre de l’équipe de la « Topographie chrétienne des Cités de la Gaule », Jacques Biarne13 et Michèle Gaillard avaient tenté une synthèse provisoire de la situation des monastères, masculins et féminins, dans l’espace urbain, que nous produisons en annexe. Malgré la disparité constatée entre le cas autunois et le cas auxerrois, on peut souligner des tendances que l’on retrouve dans la plupart des cités épiscopales : rareté des monastères d’hommes à l’intérieur des murs, possibilité d’existence de monastères de femmes à l’intérieur comme à l’extérieur des murs, mais dans ce dernier cas, soit dans la proximité de monastères d’hommes, soit si isolés de la ville qu’ils s’apparentent à de véritables monastères ruraux. Comme on l’a déjà souligné, le cas du monastère Saint-Cosme et Saint-Damien d’Auxerre, fondé par Germain, est à rapprocher de la fondation de Marmoutiers par saint Martin à Tours et d’autres fondations épiscopales dans les environs des cités (par exemple Saint-Amans par l’évêque de Cahors, Didier) dont on ne peut exclure, comme le suggère d’ailleurs la Vita Germani, qu’elles aient joué un rôle dans la prise de contrôle par l’évêque du territoire de sa cité.

Haut de page

Bibliographie

Sources et bibliographie

Atsma - Vezin 1985 = H. Atsma, J. Vezin (éd.), Chartae latinae Antiquiores, 18, Zurich, 1985.

Autun-Augustodunum 1987 = Autun-Augustodunum, capitale des Eduens, catalogue d’exposition (Hôtel de Ville d’Autun du 16 mars au 27 octobre 1985), Autun, 1987 (en particulier, IV : Antiquité tardive et haut Moyen Âge, p. 338-387).

Balcon-Berry 2009 = S. Balcon-Berry, La ville haute d’Autun dans l’Antiquité, dans Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 34, 2008, p. 9-33.

Constance 1929/1965 = Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre (BHL 3453), Hanovre-Leipzig, 1929 (MGH, SRM, VII) ; éd. et trad. R. Borius, Paris, 1965 (Sources Chrétiennes, 112).

Déléage 1936 = A. Déléage, Recueil des Actes du Prieuré de Saint-Symphorien d’Autun de 696 à 1300, Autun, 1936.

Fortunat 1920 = Fortunat, Vie de saint Germain de Paris (BHL 3468), Hanovre-Leipzig, 1920 (MGH, SRM, VII).

Gaillard 2006a = M. Gaillard, Soissons, dans Gauthier et alii 1986-2007, XIV, La province ecclésiastique de Reims, Paris, 2006, p. 47-57.

Gaillard 2006b = M. Gaillard, Laon, dans Gauthier et alii 1986-2007, XIV, La province ecclésiastique de Reims, Paris, 2006, p. 163-170.

Gauthier et alii, 1986-2007 = Topographie chrétienne des cités de la Gaule, des origines au milieu du VIIIe siècle, éd. par N. Gauthier et J.-C. Picard puis par N. Gauthier, B. Beaujard et F. Prévot, 15 vol. , Paris, 1986-2007.

Gauthier 1986a = N. Gauthier, Trèves, dans Gauthier et alii 1986-2007, I, La province ecclésiastique de Trèves, Paris, 1986, p. 13-32.

Gauthier 1986b = N. Gauthier, Metz, dans Gauthier et alii 1986-2007, I, La province ecclésiastique de Trèves, Paris, 1986, p. 33-53.

Gestes 2002 = Les Gestes des évêques d’Auxerre, éd. et trad. M. Sot et alii¸Paris, 2002.

Grégoire 1951 = Grégoire de Tours, Historia Francorum, Hanovre, 1951 (MGH, SRM, I, 1).

Grégoire 1969 = Grégoire de Tours, In Gloria Confessorum, Cologne, 1969 (MGH, SRM, I, 2).

Gregorius 1899 = Gregorii I papae registrum epistolarum, II, éd. M. Hartmann, Berlin, 1899 (MGH, Epistolae).

Intellectuels et artistes 1990 = Intellectuels et artistes dans lEurope carolingienne IXe-XIe siècles (catalogue d’exposition), Auxerre, 1990.

Kasprzyk 2005 = M. Kasprzyk, Les cités des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.). Contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, thèse de doctorat sous la dir. de G. Sauron, Université de Bourgogne, 2005, à paraître.

Labaune 2005-2006 = Y. Labaune, Découvertes lapidaires récentes de nature funéraire en périphérie orientale d’Autun : trois stèles antiques et un sarcophage en grès d’époque mérovingienne, dans Mémoires de la Société éduenne des Lettres, Sciences et Arts, 57/3, 2005-2006.

Leclercq 1907 = Dom Leclercq, Autun, dans DACL, 1907, c. 3211-3212.

Louis 1952 = A. Louis, Autessiodurum christianum, les églises d’Auxerre des origines au IXe siècle, Paris, 1952.

Merlange - Sapin 1990 = H. Merlange, C. Sapin, Les découvertes de Saint-Martin-lès-Saint-Marien, dans Intellectuels et artistes dans l’Europe carolingienne, IXe-XIe siècles, Auxerre, 1990, p. 12-16.

Morin 1912 = Dom Morin, Un recueil gallican inédit de bénédictions épiscopales en usage à Freising au VIIe-IXe siècle, dans Revue Bénédictine, 29, 1912, p. 168-194.

Picard 1975 = J.-C. Picard, Espace urbain et sépultures épiscopales à Auxerre, dans Revue d’histoire de l’Église de France, 72, 1975, p. 205-222.

Picard 1992 = J.-C. Picard, Auxerre, dans Gauthier et alii 1986-2007, VIII, Province ecclésiastique de Sens, Paris, 1992, p. 47-65.

Pietri - Picard 1986 = C. Pietri, J.-C. Picard, Autun, dans Gauthier et alii 1986-2007, IV, Province ecclésiastique de Lyon, Paris, 1986, p. 37-45.

Pietri - Neiss 2006 = L. Pietri, R. Neiss, Reims, dans Gauthier et alii 1986-2007, XIV, La province ecclésiastique de Reims, Paris, 2006, p. 21-45.

Pouillé 1648 = Pouillé général contenant les bénéfices de l'archevêché de Sens et des diocèses de Troyes, Auxerre et Nevers..., Paris, 1648.

Quantin 1854 = Quantin M., Cartulaire général de l’Yonne, I, Auxerre, 1854.

Sapin 1978 = C. Sapin, Notes à propos de quelques chapiteaux inédits du haut Moyen Âge en Bourgogne, dans Bulletin monumental, 136/1, 1978, p. 49-53.

Sapin, 1980/1982 = Le matériel lapidaire du haut Moyen Âge au Musée Rolin, dans Mémoire de la Société éduenne, 54, fasc. 2, 1980-1982, p. 103-122.

Sapin 1986 = C. Sapin, La Bourgogne préromane, Paris, 1986.

Sapin 1993/1994 = C. Sapin, Saint-Symphorien, dans Mémoires de la Société éduenne des Lettres, Sciences et Arts, 55, 1993-1994, p. 333-335.

Sapin 1998 = C. Sapin (éd.), Auxerre, Documents d’évaluation du patrimoine archéologique des villes de France, Ministère de la culture, Paris, 1998.

Sapin 2000 = C. Sapin, Archéologie et architecture d’un site monastique, 10 ans de recherche à l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, Paris, 2000.

Tessier 1952 = G. Tessier, Recueil des Actes de Charles le Chauve, II, Paris, 1952.

Vita Sadalbergae 1910 = Vita Sadalbergae, éd. B. Krusch, Hanovre-Leipzig, 1910 (MGH SRM, 5), p. 49-66.

Yonne 2002 = L’Yonne, Carte archéologique de la Gaule, éd. J-P. Delor, Paris, 2002, 89/1. 

Haut de page

Annexe

LES MONASTÈRES EN GAULE, D’APRÈS LES NOTICES DE LA « TOPOGRAPHIE CHRÉTIENNE DES CITÉS DE LA GAULE »14, AVEC, EN REGARD, LES CAS D’AUXERRE ET AUTUN.

Répartition des établissements monastiques

Total

Intra-muros

Extra-muros

Auxerre

Autun

Total

167

31

123

5
(tous extra-muros)

6
(dont 3 intra-muros et 2 de date inconnue)

avant 500

24

3

17

1

0

500-600

48

6

37

3

4 dont 3 intra-muros

600-750

56

13

39

1

0

Monastères d’hommes

102

4

75

3

5

dont avant 500

18

1

15

1

0

500-600

34

1

31

1

3

600-750

30

0

29

1

0

Monastères de femmes

51

24

20

2

1

dont avant 500

2

2

0

0

0

500-600

12

5

3

1

1

600-750

24

11

9

1

0

Le rôle différent des communautés masculines et féminines est bien perceptible à travers leur répartition dans l’espace urbain. Les communautés féminines sont des retraites pieuses, des lieux de prière, des établissements charitables, avec des églises souvent modestes qu’on peut trouver la place de construire en ville. Les communautés masculines s’implantent là où elles sont utiles pour la prière des morts, autour des grandes basiliques parfois très anciennes (Saint-Arnoul de Metz, Saint-Èvre de Toul, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Hilaire de Poitiers, Saint-Martin de Tours, Saint-Symphorien de Bourges, Saint-Maximin de Trèves). Si des fondateurs et des moines recherchent le désert, ils abandonnent carrément la ville dans la plupart des cas. Les cas de communautés masculines établies intra muros sont trop rares pour qu’il soit possible de dégager une spécificité. Dans l’état actuel de la recherche, on peut seulement remarquer que les deux actuellement connues avec certitude se trouvent à Arles et à Vienne.

L’installation de communautés féminines hors des murs se fait dans des conditions particulières. Elles sont parfois établies au voisinage d’autres établissements religieux (la fondation de Monegundis à Tours dans le Vicus christianorum, le monastère Saint-Pierre à Lyon). Elles sont souvent suffisamment à l’écart de la ville pour avoir tous les caractères de monastères ruraux (Saint-Martin d’Auxerre, Royat, Chamalières, Chaintoin, Saint-Étienne de Nevers). Le plus souvent, cependant, elles sont situées non loin de la ville dans un espace naturellement clos (Jussa-Moûtier entre l’enceinte et le Doubs, Sainte-Marie du Mans, coincée entre l’enceinte et la Sarthe, et, dans une moindre mesure, Saint-Symphorien de Trèves près de la Moselle, Sainte-Godeberte de Noyon, entre les murs et la rivière, Sainte-Eulalie de Lyon, près du Rhône).

Haut de page

Notes

1 Balcon-Berry 2008.

2 Gregorius 1899, p. 376-377.

3 À Metz, Trèves, Reims, Soissons, et probablement aussi à Laon, les monastères de femmes sont situés intra muros, cf. Gauthier, 1986a, p. 25-26 , Gauthier 1986b, p. 46-47, Pietri - Neiss 2006, p. 39-40, Gaillard 2006a, p. 55, Gaillard 2006b, p. 169.

4 Gesta des évêques d’Auxerre, cf. tableau ; interprétation différente de celle de Jean-Charles Picard (Picard 1992, p. 64-65).

5 Cf. tableau supra.

6 Toutefois, des fossés du haut Moyen Âge avec du mobilier résiduel haut Empire ont été mis au jour à proximité (Labaune 2005-2006, p. 143-149 et informations orales de Walter Berry).

7 Constance 1929/1965, 9, p. 256-257/138-139 : « une barque est envoyée, l’évêque traverse et il est reçu par des manifestations de joie ».

8 Merlange et Sapin 1990.

9 Pouillé 1648.

10 Vita Sadalbergae 1910, p. 62-63.

11 Constance 1922/1965, 6, p. 254/130-131 : Qui duplicem viam Christo ad profectum religionis instituens, in conspectu oppidi, interposito Icauna flumine, monasterium conlocavit, ut ad fidem catholicam populi et congregationibus monachorum et ecclesiastica gratia raperentur.

12 Leclercq 1907, c. 3211-3212 ; Morin 1912.

13 Université du Maine ; je remercie Jacques Biarne de m’avoir autorisée à utiliser le résultat global de cette enquête.

14 Gauthier et alii 1986-2007 ; ce tableau prend comme point de départ l’enquête menée en 2003-2004, à partir des notices alors parues et des notices déjà préparées, dont certaines sont parues seulement en 2007 ; il ne prétend pas à l’exhaustivité mais peut être considéré comme donnant une vue d’ensemble proche de la réalité.

Haut de page

Table des illustrations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Gaillard et Christian Sapin, « Monastères et espace urbain au haut Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://mefrm.revues.org/109

Haut de page

Auteurs

Michèle Gaillard

Université Lille-Nord de France (UDL 3, CNRS UMR 8529 IRHiS) - michele.gaillard[at]univ-lille3.fr

Christian Sapin

CNRS (UMR 5594 ARTeHIS, Dijon) - sapin.christian@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org